Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Cinquième partie. Mentalités et vie culturelle

Sociabilité et culture en Bretagne au xvie siècle d’après les lettres de rémission

Michel Nassiet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Il n’est pas nécessaire ici de présenter cette source. Citons seulement Muchembled Robert, La viol (...)
  • 2 Leguay Jean-Pierre, « La criminalité en Bretagne au xve siècle, délits et répression », Actes du 1 (...)
  • 3 Arch. dép. Loire-Atlantique, registres B14 à B49 (1503-1586). Nous utilisons principalement ici, o (...)

1Les pratiques culturelles orales et gestuelles au xvie siècle sont peu connues. Dès lors qu’elles étaient collectives, les occasions de leur mise en œuvre étaient procurées par les divers modes de sociabilité. Comme les rencontres suscitaient frictions, violences et crimes, certaines ont donné lieu à des lettres de rémission1.À la chancellerie de Bretagne, au xve siècle l’enregistrement de celles-ci était fait le plus souvent sous la forme d’un résumé très bref qui ne permet qu’une étude statistique ou une étude qualitative succincte2.À partir des premières années du xvie siècle, les registres fournissent des récits très détaillés qui, en campant le décor des crimes, fournissent des données précieuses à divers égards. Bien que le dépouillement n’en soit pas terminé3, nous donnons ici un premier aperçu sur les pratiques culturelles en fonction des modes de sociabilité.

  • 4 Provost Georges, La fête et le sacré. Pardons et pélerinages en Bretagne aux xviie et xviiie siècl (...)

2Sur trente-neuf lettres de rémission réunies pour le présent travail, 32 mentionnent une « assemblée ».Celle-ci pouvait être accoutumée à une date fixe : douze mentionnent un pardon, quatre une soule, deux des fêtes patronales, une assemblée de confrérie. L’assemblée pouvait être ponctuelle mais suscitée par une communauté, notamment pour la représentation d’un mystère (ici au nombre de sept).Une « assemblée » enfin pouvait n’avoir qu’une dimension familiale ou privée : trois lettres mentionnent une noce, une la première messe d’un prêtre, et deux une « assemblée » de travail. Les autres lettres ne mentionnent pas une assemblée mais des usages carnavalesques (trois), un mai, enfin des danses en diverses occasions. Les pardons constituent donc près du tiers du corpus, et la place prépondérante que le pardon4 occupait en Bretagne parmi les modes de sociabilité aux xviie-xviiie siècles semble donc avoir été réelle dès le premier tiers du xvie siècle.

Tableau 1.– Localisation des crimes remis en Bretagne

  • 5 Le Moal Laure, Les rapports sociaux en Bretagne au xvie siècle (1523-1525) d’après les lettres de (...)

3notes: 55

  • 6 Hannecart Hélène, Culture et société en Bretagne d’après les lettres de rémission, 1525-1530, mémo (...)

4notes: 66

  • 7 Naël Vincent, Violence, société et mentalités en Bretagne d’après les lettres de rémission, 1533-1 (...)

5notes: 77

  • 8 Janton Laurence, Culture et société en Bretagne d’après les lettres de rémission, 1534-1574, mémoi (...)

6notes: 88

  • 9 Dinan, Dol, Fougères, Guérande, Hédé, Lanrelas, Redon, Saint-Aubin-du-Cormier.

7notes: 99

  • 10 Brest, Carhaix, Châteaulin, Concarneau, Gourin, Hennebont, Lannion, Lesneven, Morlaix, Quimper, Qu (...)

8notes: 1010

  • 11 Provost G., op. cit., p. 142.

9Sur ces douze pardons, onze se situaient dans les évêchés de Quimper (4), Vannes (4), Tréguier (2) et Léon (1), c’est-à-dire en Bretagne bretonnante. Malgré la petitesse du corpus, cette prépondérance des localisations en Basse Bretagne paraît d’autant plus significative que des rémissions étaient accordées beaucoup moins fréquemment à des suppliants de Bretagne bretonnante qu’à des sujets de Haute Bretagne, qui demeuraient beaucoup plus près des deux sièges de la chancellerie, Nantes et Rennes (cf. tableau 1).Dans neuf lettres sur douze, le mot employé est « pardon » (ou « pardon et indulgence »).Dans les trois autres, c’est le mot « voyage » qui est employé (dans le cas d’une veuve de Saint-Pol allée à Notre-Dame du Folgoët, d’un pèlerinage près de Malestroit, et pour la « procession » à Notre-Dame de Bongarant en Doulon près de Nantes).L’usage du mot pardon se situait donc assez systématiquement dans la Bretagne bretonnante, comme l’a montré Georges Provost pour la période ultérieure11, mais sans en exclure le Vannetais (on parle du « pardon » de Mendon en 1510 et 1520).

  • 12 Dubois Mathieu, Culture et société en Bretagne d’après les lettres de rémission, 1520-1522, mémoir (...)
  • 13 Péru Fanch, « Le lever de perche, jeu de pardon trégorois », Ar Men, n° 6, 1986, p. 38-45.

10Depuis la fin du xive siècle, de nombreuses indulgences étaient attachées au versement d’une offrande pour la reconstruction d’une église ou d’une chapelle, comme à Mendon où, en 1520, on construisait un « somptueux ediffice, en laquelle chapelle y a grans pardons et indulgences concedez a touz ceulx et celles qui donnent […] de leurs biens pour ayder a ladite edifficacion […] de la dicte chapelle12 ».On allait « ouyr la messe » ou les vêpres « pour gaigner ledit pardon », et ce mot était donc encore utilisé dans son acception originelle. Les dates de ces pardons se situaient déjà à la belle saison, entre Pâques et septembre inclusivement. On s’y rendait souvent depuis les paroisses voisines, comme c’était le cas à Mendon. On y portait déjà des bannières, signes de la communauté paroissiale. Un suppliant précise qu’au soir du pardon de Mendon en 1520, pour s’ébattre il fit un jeu de force qui s’apparente au geste de lever de bannière, voire au lever de perche13 qui se pratique encore aujourd’hui : il « print un pié de baston de banniere bien long illec estant, et le drecza en sa main par ung des boutz et d’iceluy que luy sembloyt estre le plus groz, pour en jouer et lever de puissance de braz, le leva une ou deux foiz ou plus, et a une des foiz qu’il avoit levé a deux braz, tenans ses mains en croix… » ; en descendant le « pié de banniere […] de l’épaulle et d’illecques a terre », celui-ci tomba sur un passant que notre athlète n’avait pas vu et qu’il tua.

  • 14 Naël V., op. cit., t. 2, n° 40.
  • 15 En Redené près de Quimperlé (La Borderie Arthur de, « Les luttes bretonnes au xvie siècle », Revue (...)

11Après avoir fait ses dévotions on faisait « bonne chère ».Près d’une chapelle en Goudelin il n’y avait pas moins de « troys ou quatre tavernes où l’on exposoit vin en vente ».À Mur14 en 1533, lors d’un pardon un dimanche « envyron la mi karesme », un des buveurs dans la taverne n’était autre que le « curé » (le premier vicaire) de la paroisse. On s’ébattait en dansant (1520, 1531) et en faisant des luttes (150915, 1520).Ces traits sont conformes aux sensibilités religieuses antérieures à la Réforme catholique.

  • 16 Hannecart H., op. cit., p. 272-273. En 1476 dans la paroisse du Rheu il y avait une « frairie de s (...)

12L’hypertrophie du pardon ne doit pas faire oublier d’autres modes de sociabilité religieuse. Les fêtes paroissiales aussi pouvaient attirer les habitants des paroisses voisines en « voyage », et lorsqu’elles avaient lieu à la belle saison, on y dansait. Les confréries enfin, pour être rares dans les campagnes, n’en existaient pas moins. Au bourg de Caden, « le jour et feste de sainct Fabien et sainct Sebastien […] de tout temps y a assemblée et congregacion de peuple a une confrayrie qui illec et en icelluy jour a esté dotée et fondée en l’honneur et reverance de mgr sainct Sebastien » ; le suppliant d’une lettre, un gentilhomme, y alla en 1528 pour « estre agregé au nombre des confreres16 ».

  • 17 Le Braz Anatole, « Le théatre celtique », Magies de la Bretagne, Paris, Robert Laffont, coll. « Bo (...)
  • 18 Arch. mun. Nantes, CC92, GG673, CC112, CC271
  • 19 Lettre publiée par La Borderie A. de, Mélanges d’histoire et d’archéologie bretonnes, t. 1, p. 107 (...)
  • 20 Dubois M., op. cit., t. 2, n° 17.
  • 21 « Jehan Hercouët, de la paroisse de Penet-Jugon. […] Nous remonstrant oultre ledit suppliant que c (...)
  • 22 Lettre publiée dans « Représentations dramatiques en Bretagne aux xve et xvie siècles », Bulletin (...)
  • 23 Dufournaud N., Comportements et relations sociales en Bretagne vers 1530 d’après les lettres de gr (...)
  • 24 Peut-être en La Boussac, car le lieutenant du sénéchal de la cour de Landal y assiste (Naël, op. c (...)

13Essentiellement religieux aussi était le but des représentations de mystères. Celles-ci avaient été relativement fréquentes dans les grandes villes de Haute Bretagne dans la deuxième moitié du xve siècle : le mistere de la Passion avait été joué à Rennes17 dès 1430, à Nantes18 vers 1459, 1469 et 1492, ainsi, cette dernière année, qu’à Vitré à l’initiative du comte de Laval. Au cours du premier tiers du xvie siècle des représentations furent encore fréquentes : les lettres de rémission en mentionnent au moins sept, dont six entre 1498 et 1534.Deux furent données en ville : l’une à Guingamp en 1505 en l’honneur de la reine Anne, « du commandemant des bourgeoys, manans et habitans de la ville19 », l’autre à Ancenis20 en 1520.Les représentations à la campagne paraissent donc plus nombreuses. Sauf la dernière, toutes se situent en Haute Bretagne (Sévignac21 vers 1498, Domalain22 en 1509, Chanteloup23 en 1529, près de Dol24 en 1534).Le jeu d’un mystère était un acte de la communauté locale (une lettre précise qu’à Chante­loup un des joueurs habitait au bourg), mais attirait des spectateurs des paroisses voisines, comme un cordonnier de Vitré à Domalain, et un laboureur d’Oudon à Ancenis. Maintes communautés rurales déployèrent donc une remarquable activité de théâtre religieux.

  • 25 Journal d’un bourgeois de Paris, et Petit de Julleville L., Les Mystères, Paris, Hachette, 1880, t (...)
  • 26 Le mystère de sainte Barbe, Ernault E. (éd.), Nantes, 1885.
  • 27 Janton L., op. cit., t. 2, n° 109
  • 28 Lemenn Gwenolé, Histoire du théatre populaire breton, xve-xixe, Skol, Dastum, Institut culturel de (...)
  • 29 Parmi les prénoms attribués au milieu du XVe siècle dans la noblesse bretonne, la fréquence des pr (...)

14C’est un mistère de monseigneur sainct George qu’en 1534 une « grant assemblée de peuple » vint « veoirs et ouyr », ce qui est assez curieux car on ne connaît qu’une unique et lointaine représentation d’un mystère sur ce sujet en France, à Paris25 en 1422.En 1509 à Domalain on joua le mistère de madame saincte Barbe. Or celui-ci était joué assez fréquemment en France depuis 1448 (à Amiens) ; il l’avait été récemment à Angers en 1484, et à Laval en 1493.La représentation à Domalain semble antérieure à l’édition du texte, faite à Paris vers 1520.Peu après, en 1557, Sainte Barbe fut le sujet du second mystère imprimé en breton26, après la Passion en 1530.On sait que les œuvres écrites en breton au xvie siècle, par leurs sujets et leur composition, sont d’inspiration française, et il n’est pas étonnant que le mystère français ait été joué en Haute Bretagne avant d’être adapté en breton. Or le dernier mystère mentionné dans notre corpus se situe en 1562 à la chapelle de saint Herbaut près de Plouyé27, dans l’évêché de Quimper, et fut donc joué en breton, ce qui confirme le dynamisme du théâtre breton au milieu du xvie siècle. L’ensemble de ces données invite donc à relativiser et préciser la critique de Gwenolé Le Menn selon laquelle il faudrait « écarter l’hypothèse de Le Braz qui pense que de Rennes, le goût du théâtre s’est propagé de proche en proche par les villes, de l’est vers l’ouest, qu’il atteignit les campagnes, et se cantonna dans les régions limitrophes de la Haute Bretagne, c’est-à-dire le Trégor et le Vannetais28 ».C’est très tôt que les communautés rurales de Haute Bretagne ont organisé des représentations de mystères, et il n’y a pas de raison que la diffusion en Basse Bretagne se soit limitée à certains pays, mais un courant général d’influence d’est en ouest reste extrêmement probable car il est suggéré par la chronologie tant des représentations que des éditions : les représentations de mystères, fréquentes dans le domaine royal dès la première moitié du xve siècle, ont gagné les grandes villes de Haute Bretagne dans la deuxième moitié du xve, puis les campagnes de la même région au cours du premier tiers du xvie, avant d’être adaptées en langue bretonne à partir de 1530.Ce courant d’influence culturelle d’origine française n’était ni le seul ni le premier29.

  • 30 Le Braz A., op. cit., p. 882-883.

15Le parlement de Bretagne commença à interdire toute représentation théâtrale30 dès avant 1565, faisant suite à la célèbre interdiction des mystères à Paris en 1548.Les représentations de mystères sont devenues plus rares, même si nos deux dernières mentions (1534 et 1562) ne fournissent pas une chronologie précise de ce phénomène, car alors les lettres aussi deviennent moins nombreuses. Comme toujours, la répétition des interdictions (1570, 1577, 1598…) montre qu’elles n’étaient pas entièrement respectées.

  • 31 Hannecart H., op. cit., t. 2, p. 190. De même cf. Le Journal du sire de Gouberville à la date du 2 (...)
  • 32 Janton L., op. cit., t. 2, n° 141. Cf. Dubost Jean-François, La France italienne, xvie-xviie siècl (...)

16Quant aux farces, il arrivait qu’on en jouât une à l’occasion d’une noce, comme à Machecoul31 en 1528.En 1573 enfin nous apparaît une troupe jouant des « comedies », comprenant un « maître joueur d’histoire » et quelques compagnons « joueur de farce et saulteur », dont un jeune Napolitain, dit « le petit basteleur32 ».Depuis le milieu du siècle, des comédiens italiens commençaient à faire des tournées en France, proposaient des spectacles de rue et de foire et faisaient apprécier leur jeu comique et leur virtuosité. Ce n’est pas un hasard si cette troupe nous apparaît à Ancenis, sur la Loire, voie de communication majeure et axe des influences venues de France.

  • 33 Gougaud L., « La soule en Bretagne et les jeux similaires du Cornwall et du pays de Galles », Anna (...)
  • 34 À Trelles (sic) dans la sénéchaussée de Rennes (Dufournaud N., op. cit., t. 2, n° 90).
  • 35 C’est aussi le mot employé par Gouberville, qui participa cinq années consécutives à deux soules, (...)
  • 36 L. Gougaud cite des cas de soules qui opposèrent quatre paroisses en 1888, et même seize dans le p (...)
  • 37 Hannecart H., op. cit., t. 2, p. 210.
  • 38 Gougaud L., op. cit., p. 583-584.
  • 39 Dubois M., op. cit., t. 2, n° 2.
  • 40 Tigier Hervé, La Bretagne de bon aloi. Répertoire des arrêts sur remontrance du parlement de Breta (...)

17De la vie religieuse, les parties de soule n’étaient pas complètement disjointes : elles étaient jouées un jour traditionnel, le plus souvent entre Noël et l’Épiphanie, et, que ce fût un dimanche ou un jour de fête patronale, comme la saint Jean d’hiver à Crossac, plusieurs lettres précisent que la soule était jetée au bourg, après la messe. La soule était connue en France dès le xive siècle, et l’évêque de Tréguier tenta de l’interdire33 en 1440. » Une soulle […] est une grosse pelote de cuyr remplye de feing et bourre, apres et avecques laquelle se jouent et courent plusieurs jeunes gens de diverses paroisses pour esbat et joyeuseté a qui guaignera et emportera ladite pelote et soulle. Et que le premier jour de l’an derroin passé » [1531] « ladite soulle […] ne fut pour ledit jour guaignée de nully pour ce qu’elle fut, en jouant, crevée et rompue34. » Le « apres et avecques » suggère, avec une concision remarquable, le coup de pied à suivre du rugby, que devait permettre effectivement une balle bourrée de foin, et le geste d’emporter le ballon à la main. » Gecter une soulle » était un droit appartenant au seigneur (en fait elle était jetée par un de ses officiers, comme à Croissac en 1529), et une partie de soule était donc effectivement une mise en scène de l’autorité du seigneur et de sa juridiction, ce qui n’empêchait pas ce jeu d’être source d’ » esbat et joyeuseté ».Ce qu’on voudrait mieux connaître, c’est la façon dont étaient composés les « partis35 » en présence. On considère habituellement que les soules étaient jouées le plus souvent entre deux paroisses voisines ; mais dans le cas de 1531 ci-dessus, ce sont les « jeunes gens de diverses paroisses » qui jouent36.À Crossac en 1529, la soule fut jetée pour « donner passe temps […] et exercice aux assistant qui veullent souller », par un officier seigneurial, « pouvre gentilhomme », qui se mit « a souller […] en […] soustenant de parolles le party de ceulx avecq lesqueulx il estoit en icelle soulle et contre ceulx qui tenoint le party contraire. » Il revint chez lui avec plusieurs compagnons, dont deux oncles, et tous firent « grant chere par entreulx, ayans et tenant propos de lad. soulle en la maniere comme elle avoit esté jouée37. » La participation au jeu était donc volontaire ; les supporteurs étaient parmi les joueurs et cette soule n’opposa que deux « partis ».Voici enfin une soule jouée en 1520 en Guern dans le pays de Guéméné, celui où la pratique de ce jeu a activement perduré le plus tard38, jusqu’en 1912, en particulier dans cette commune. » Soulloint les personnes de ladite paroesse qui estoint et residoint du costé devers Seguelien et entre le chemin de Pontivy et Seguelien, contre touz les autres de la paroesse de l’autre part d’iceluy chemin et devers la paroesse de Mellerant. » « Laquelle soulle fut par ung des assistans portée jucques pres ung pont estant en ladite paroesse nommé le Ponthir, sur le chemin par lequel l’on va du bourg de Guern a Guéméné39 », c’est-à-dire à trois kilomètres du bourg vers la limite nord de la paroisse ; ce fut le lieu d’une scène de violence qui dura une demie heure et que fit cesser l’intervention de deux hommes qui devaient être des notables. Le territoire paroissial s’étirait sur près de quinze kilomètres d’est en ouest, et cette soule opposait deux moitiés paroissiales délimitées par un chemin, une moitié nord et une moitié sud. Or la paroisse de Guern incluait onze frairies, chacune ayant sa chapelle. Il y avait donc là trois niveaux de communautés locales, porteuses d’identité. La soule n’était pas seulement une mise en scène de l’autorité seigneuriale, mais elle était aussi (ou surtout) un moyen d’expression de sentiments d’appartenance communautaire, malheureusement trop mal connus. Le parlement de Bretagne entreprit de l’interdire à partir de 1615 au moins40.

  • 41 Hannecart H., op. cit., t. 2, p. 124
  • 42 Croix Alain, L’âge d’or de la Bretagne, Ouest-France, Rennes, 1993, p. 425.
  • 43 Du Fail Noël, Propos rustiques, balivernes, contes et discours d’Eutrapel, Paris, Charpentier, 185 (...)
  • 44 Du Fail Noël, Propos rustique, in Conteurs français du xvie siècle, Jourda Pierre (éd.), Paris, Ga (...)
  • 45 Le Moal L., op. cit., t. 1, p. 54. Le document ne précise pas où se trouvait cette métairie de La (...)

18Un dernier type d’occasions d’ » assemblées » était le rassemblement d’une force de travail nombreuse en vue de tâches particulières. Ce pouvait être le lever du « boys d’une maison » comme en 1526 à Montours41 au nord-ouest de Fougères, ce qui constitue un témoignage précieux d’une pratique rurale de construction en bois et torchis. Les voisins furent assemblés et on les régala d’un dîner, ce qui était bien une façon d’échanger un plaisir contre un travail42.Il en allait différemment des fileries, où des femmes et des filles se rassemblaient pour filer du lin. Noël Du fail en a laissé une description célèbre dans ses Contes et discours d’Eutrapel (chap. XI)43.Il y montre que le rassemblement des fileuses attirait les garçons, et que « beaucoup d’honnêtes familiarités » y étaient permises, ce qui préparait « de très bons et heureux mariages ».Cette page crée cependant une certaine confusion entre filerie et veillée : « C’est une vieille coutume en ce pays […] de se trouver et amasser chez quelqu’un du village au soir, pour tromper les longueurs des nuits, et principalement à l’hiver.[…] Il se faisait des fileries qu’ils appellent veillois… » Or dans les Propos rustiques (chap. VI), Noël Du Fail a décrit une veillée d’une autre sorte, réduite à la famille domestique, lors de laquelle le père et la mère, assis de chaque côté de la cheminée, chantaient « quelque chanson nouvelle », tandis que chacun était occupé à des tâches diverses44.La veillée, par définition, avait pour fonction d’occuper de façon distrayante les soirées d’hiver une fois la nuit tombée, alors que la fonction première des fileries était d’effectuer un important travail textile, comme le montre le début d’une lettre de rémission de 1522 découverte par Laure Le Moal45 :

« François, par la grace de Dieu roy de France et duc de Bretaigne, a touz presens et ad venir, nous avoir receu l’humble supplicacion et requeste des parens et amis consanguins de Jehan de Roche et François de Roche, chacun freres, exposans que vingt septiesme jour de novembre dernier, sur vespre dudit jour, lesdits Jehan et François de Roche se rendirent et trouverent a la maison de la methaerie de la Barre, apartenant a Gilles Gourier, auquel jour les mectayer et mectayiere dudit lieu avoint assigné une fillerie a laquelle se trouverent pluseurs filles et femmes et pluseurs personnes du voisine, jucques au numbre d’environ soixante personnes, et entre aultres ung nommé Jehan Thomas dict Escarbulart, homme de bas estat. Et eulx estans en ladite maison, apres que les femmes et filles eurent fillé certaint espace de temps, partie des assistans se misdrent a dancer au son d’un rebecq qui se y trouva, ainsi qu’est acoustumé ou quartier a faire a telles assemblées. Et apres que ledit Thomas eut dancé quelque peu de temps se retira de la dance, disant par telles parolles : “Dancez, filles ! Je m’en voiz me chauffez, j’é feroit. Et comme il alloit au feu estant en la chemynée de ladite mectaerie, passa pres dudit Jehan de Roche, quel estoit apuyé contre le manteau de ladite chemynée…” »

  • 46 « Les fileuses » (Luzel F.-M., Chants et chansons populaires de la Basse-Bretagne. Soniou, 1868-18 (...)
  • 47 Gouberville paie « a la veuve Marie Feullye, I s., pour la fillace, comme me dist Guillemette », s (...)

19Ce texte montre d’abord que la filerie eut lieu à l’appel d’un couple de métayers, exploitant une métairie, c’est-à-dire, dans l’Ouest, le plus gros type d’exploitation agricole. De nombreux détails montrent l’importance de cette « assemblée » et l’aisance de ceux qui l’ont convoquée. Cette filerie a rassemblé un grand nombre d’individus, une soixantaine, même si l’on ignore s’il s’agit là du nombre des travailleuses ou si ce nombre inclut les garçons venus flirter. Dans une sôn bretonne46 qui rapporte les propos jaloux échangés par deux filles lors d’une filerie, les fileuses sont au nombre de trente. En outre l’espace disponible pour accueillir des danseurs nombreux devait être très vaste, et cette pièce pourvue d’une cheminée n’est pas sans faire penser à la salle d’un manoir. Quant au travail, alors que « le boys d’une maison » est un objet très lourd dont le lever nécessitait l’association d’hommes assez nombreux pour mettre en œuvre une force suffisante pendant un moment assez bref, le filage ne requérait une main-d’œuvre nombreuse que dans la mesure où la quantité de lin à filer était considérable. C’est pourquoi c’étaient des métayers aisés qui avaient assigné la filerie. Il est probable que les fileuses ne travaillaient pas dans le cadre d’un acte de solidarité, méritant une gratification sous forme de dîner, mais qu’elles étaient salariées. Il est très significatif que dans cette lettre de rémission, et sans doute dans la supplique qui l’a précédée, il soit précisé que la filerie fut convoquée par le métayer et la métayère, ce qui présente celle-ci comme une co-entrepreneuse aux côtés de son mari. La filerie consistait en effet en un rassemblement de main-d’œuvre féminine, et celle-ci devait être supervisée par une femme, comme il en est aussi à la même époque au manoir de Gouberville47.Il faut donc distinguer d’une part la veillée familiale, élargie à quelque voisin, propice à la chanson et au conte, d’une part, et la filerie, « assemblée » plus ou moins nombreuse, suscitée par une activité économique, et propice à la danse.

  • 48 Hannecart H., op. cit., t. 2, p. 220.
  • 49 Ibid., t. 2, p. 146-151
  • 50 Dufournaud N., op. cit., t. 2, n° 95. De même des compagnons de Gouberville portent trois momons l (...)

20D’autres usages enfin n’avaient pas pour cadre une assemblée. Il en était ainsi des usages de carnaval, certes limités en Bretagne. On danse, un lundi du début de février, à Clisson dans une taverne au son d’une vielle. Le lundi gras 1530 au bourg de Pleurtuit48, après plusieurs messes et le sermon d’un jacobin, on se promène et on danse sous la halle, où passent plusieurs dames de la petite et moyenne noblesse locale. Récurrent était le geste d’aller, masqué, « porter un momon » : à Clisson le même lundi de 1527, de joyeux compagnons cherchent des joueurs de vielle pour porter des momons à des couples de leurs parentèles49.Mais ailleurs, un riche seigneur à qui des nobles ont porté « ung momon, en masque, de nuyct a heure indeue50 », s’en trouve outragé et en tire prétexte pour faire assassiner par son fils bâtard un des mauvais plaisants, mari de sa cousine germaine.

  • 51 Dès 1534, « les nouveaux mariés du bourg de Vallet doivent au seigneur du Pallet un mai d’un pied (...)

21Des usages de mai, on sait qu’ils étaient parfois pris en charge et encadrés par l’autorité seigneuriale51, comme il en était aussi en Poitou, mais ce ne semble pas toujours le cas, comme en témoigne l’épisode suivant, situé à Quimper en 1532.Dans la nuit du dernier jour d’avril, quelques jeunes gens allèrent au manoir d’un noble « requérir ung may pour planter » en ville, et comme ce noble dormait du sommeil du juste, ils allèrent, tout en dansant, couper un gros arbre dans une touche de bois. Réveillé, le noble personnage survint émettre de « noisifves parolles », une rixe éclata et il fut tué.

  • 52 En 1563 (Janton L., op. cit., t. 2, n° 120).
  • 53 Nommé Guyon Guerrant, en 1531 (Dufournaud N., op. cit., t. 2, n° 67).
  • 54 Paresys Isabelle, Aux marges du royaume : violence, justice et société en Picardie sous François I (...)
  • 55 Cf. la sablière de la chapelle Saint-Sébastien-du-Faouët (Croix A., La Bretagne aux 16e et 17e siè (...)
  • 56 En 1515 (lettres de 1517, Arch. dép. Loire-Atlantique, B23).

22Pendant tout le printemps on dansait, à la Pentecôte et les dimanches : à Saint-Brieuc « en la place publicque […] on a de coustume en la saeson des moys de may de dancer et s’ebatre en la compagnye d’aultres jeunes gens. Environ l’heures de huict heures de soir, fist illec sonner et commenczé a dancer en grande compaignye de bourgeoys et bourgeoises et aultres52 ».On dansait à l’occasion des noces, même au mois de janvier, comme à ce banquet de noce dans une métairie de Romaigné qui rassemblait « quatre-vingt ou cent personnes » et où, après dîner et souper, on fit dans la grange une danse « ou milieu de laquelle » était un joueur de rebec53 « et quelques autres de la compaignie qui tenoit la chandelle allumé et leur esclairoit ».Nous n’avons pas connaissance de crimes suscités par des frictions et des rivalités pour mener les danses. En Picardie en effet, pour affirmer une autorité sur l’espace communautaire, notamment par rapport aux hommes venus des villages voisins, certains tentaient de mener la danse, car les couples se déplaçaient en file54.En Bretagne on faisait des danses en chaîne (branle), comme on le voit sur certaines sablières sculptées55, et comme on fit un dimanche de juin « en la grant rue » d’Yffiniac, car la future victime « entra ou dedans de ladite dance entre ledit [un des suppliants] et certaine fille ou femme qui dançoit en sa main, et en y entrant les heurta rudement, disant qu’il danceroyt en son ranc comme les autres56 ».

  • 57 Lettre de 1530 publiée par Nassiet M., « Représentation funéraire et portrait au tournant des xve (...)
  • 58 En 1562 (Janton L., op. cit., t. 2, n° 103).
  • 59 Guillaume Ginguené Mérialays ; sur cette famille, cf. Nassietm., Noblesse et pauvreté. La petite n (...)

23Rappelons, pour finir, combien la mobilité géographique était grande. Nous avons noté au passage celle des pèlerins et des spectateurs des mystères, mais plus fréquente encore était celle des détenteurs d’un savoir-faire spécifique. Un « vitrier et paintre », demeurant à Ploumiliau, s’est trouvé à Lannion, Plestin et Trégastel, puis a travaillé au manoir de Kerjean, d’où il est descendu à Morlaix où il a ses habitudes57.Les musiciens devaient faire face à une insécurité permanente sur les chemins et dans les tavernes. Le jour du mystère à Plouyé, près d’un bois, un joueur de rebec de Huelgoat se plaint « d’avoir esté frappé d’ung coup de pierre ».Dans la taverne de Caden le jour de l’assemblée de confrérie, un « sonneur de fleutes » montre ses mains ensanglantées car il a été blessé par des inconnus. Un mardi de Pentecôte, deux « sonneurs, l’un de tabourin et l’autre de vielle » sont de passage dans une taverne au bourg de Noyal-sur-Vilaine. Le parrain d’un nouveau né et ses compagnons leur demandent, moyennant salaire, de « conduire la compaignie » jusqu’à la maison des parents. L’insistance du parrain à les retenir quand ils veulent s’en aller montre cependant que cette rencontre fortuite était une aubaine ; le sonneur de vielle y laissa la vie58.Un certain Julien Duverger n’a garde de se présenter comme sonneur, bien qu’il sonne de divers instruments, notamment d’une « doucine » ou « doulcyne », une sorte de hautbois. Il raconte qu’il est fils bâtard d’un homme de petite noblesse59, et a « aprins et s’estre adonné de luy mesmes a sonner de pluseurs et divers instrumentz, au moyen de quoy a esté recuilly, aymé et estimé entre les gens qui de luy ont congnoissance, hantant et frequentant les bonnes et honnestes maisons et compaignyes des et puix le temps de sa premiere congnoissance ».Demeurant à Langan, il va à Montfort le jour du marché et « ne cessa de sonner celuy jour » ; rentrant chez lui le lendemain, il s’arrête à Pleumeleuc dans une taverne où il est admis dans un écot et sonne à nouveau avant d’être mêlé à une querelle.

24Pour conclure, certaines lettres attestent au début du xvie siècle des faits connus. La sociabilité rurale avait un caractère essentiellement communautaire, et en Basse Bretagne, le pardon y occupait déjà une place prépondérante. La participation au pardon n’était pas le seul trait d’unanimisme socioculturel : des nobles jouaient à la soule, les dames se montraient au bourg à la veille du carême, et les bourgeois et bourgeoises dansaient dans les rues au mois de mai. En revanche, le vif intérêt des communautés rurales de Haute Bretagne pour les mystères est spécifique du premier tiers du xvie siècle, et constitue un jalon dans le processus de diffusion du théâtre d’est en ouest. Enfin les textes cités ici précisent utilement des modes de sociabilité limités en Bretagne ou peu connus, comme les usages carnavalesques, la filerie, ou la variété des instruments de musique (vielles, flûtes, hautbois, rebecs).

Notes

1 Il n’est pas nécessaire ici de présenter cette source. Citons seulement Muchembled Robert, La violence au village. Sociabilité et comportement populaires en Artois du xve au xviie siècle, Turnhout, Brepols, 1989. Davis Nathalie Zemon, Les cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistances au xvie siècle, Paris, Aubier, 1979. Vaultier Roger, Le folklore pendant la guerre de Cent Ans d’après les lettres de rémission du Trésor des Chartes, Paris, Guénégaud, 1965.

2 Leguay Jean-Pierre, « La criminalité en Bretagne au xve siècle, délits et répression », Actes du 170e Congrès national des Sociétés savantes, 1982, p. 53-79.

3 Arch. dép. Loire-Atlantique, registres B14 à B49 (1503-1586). Nous utilisons principalement ici, outre quelques lettres déjà publiées, les dépouillements des registres B25 à B44 (1520-1574) effectués par Mathieu Dubois, Laure Le Moal, Hélène Hannecart, Nicole Dufournaud, Vincent Naël et Laurence Janton (cf. notes 5 à 7, 12, 22).

4 Provost Georges, La fête et le sacré. Pardons et pélerinages en Bretagne aux xviie et xviiie siècles, Paris, Cerf, 1998.

5 Le Moal Laure, Les rapports sociaux en Bretagne au xvie siècle (1523-1525) d’après les lettres de rémission, maîtrise sous la dir. de Nassiet M., université de Nantes, 2000, t. 1, p. 38.

6 Hannecart Hélène, Culture et société en Bretagne d’après les lettres de rémission, 1525-1530, mémoire de maîtrise sous la dir. de Nassiet M., université de Nantes, 1999, t. 1, p. 77.

7 Naël Vincent, Violence, société et mentalités en Bretagne d’après les lettres de rémission, 1533-1534, mémoire de maîtrise sous la dir. de Nassiet M., université de Nantes, 2000, t. 1, p. 15.

8 Janton Laurence, Culture et société en Bretagne d’après les lettres de rémission, 1534-1574, mémoire de maîtrise sous la dir. de Nassiet M., université de Nantes, 1998, t. 1, p. 39.

9 Dinan, Dol, Fougères, Guérande, Hédé, Lanrelas, Redon, Saint-Aubin-du-Cormier.

10 Brest, Carhaix, Châteaulin, Concarneau, Gourin, Hennebont, Lannion, Lesneven, Morlaix, Quimper, Quimperlé,Rhuys.

11 Provost G., op. cit., p. 142.

12 Dubois Mathieu, Culture et société en Bretagne d’après les lettres de rémission, 1520-1522, mémoire de maîtrise sous la dir. de Nassiet M., université de Nantes, 2000, t. 2, n° 24.

13 Péru Fanch, « Le lever de perche, jeu de pardon trégorois », Ar Men, n° 6, 1986, p. 38-45.

14 Naël V., op. cit., t. 2, n° 40.

15 En Redené près de Quimperlé (La Borderie Arthur de, « Les luttes bretonnes au xvie siècle », Revue de Bretagne et de Vendée, 1888, t. IV, p. 468-472).

16 Hannecart H., op. cit., p. 272-273. En 1476 dans la paroisse du Rheu il y avait une « frairie de saint Julien martyr » et une « confrairie des prestres nommée la frairie blanche » (Freslon Paul de, Généalogie de la maison de Freslon, Saint-Brieuc, 1929, t. 1, p. 51).

17 Le Braz Anatole, « Le théatre celtique », Magies de la Bretagne, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1997, p. 749-750.

18 Arch. mun. Nantes, CC92, GG673, CC112, CC271

19 Lettre publiée par La Borderie A. de, Mélanges d’histoire et d’archéologie bretonnes, t. 1, p. 107-109, puis par Le Braz A., op. cit., p. 756-757.

20 Dubois M., op. cit., t. 2, n° 17.

21 « Jehan Hercouët, de la paroisse de Penet-Jugon. […] Nous remonstrant oultre ledit suppliant que comme puix vingt ans derroins il se feust trouvé au bourgc de Sevignac a ung jour de dimanche, auquel lieu l’on jouyoit des jeuz et mystères, desquelz jeuz ledit suppliant estoit l’un des joueurs. Et ampres que iceulx jeuz furent parachevez, se trouva ledit suppliant en la maison ou exposoit vin en vante. […] Et incontinent après arriva ung nommé […] lequel […] va donner ung soufflect a ung nommé Bertrand Robert qui estoit avecques ledit suppliant, et avoit ledit Robert une robe sainte sur l’une de ses espaulles, de quoy celuy jour il avoit joué » (lettre de rémission à Jehan Hercouët, décembre 1518 [Arch. dép. Loire-Atlantique, B24]).

22 Lettre publiée dans « Représentations dramatiques en Bretagne aux xve et xvie siècles », Bulletin de la Société des bibliophiles bretons, 1877-1878, p. 49-55 (p. 53)

23 Dufournaud N., Comportements et relations sociales en Bretagne vers 1530 d’après les lettres de grâce royale, mémoire de maîtrise sous la dir. de Nassiet M., université de Nantes, 1999, t. 2, n° 14.

24 Peut-être en La Boussac, car le lieutenant du sénéchal de la cour de Landal y assiste (Naël, op. cit., t. 2, n° 98).

25 Journal d’un bourgeois de Paris, et Petit de Julleville L., Les Mystères, Paris, Hachette, 1880, t. 2, p. 174.

26 Le mystère de sainte Barbe, Ernault E. (éd.), Nantes, 1885.

27 Janton L., op. cit., t. 2, n° 109

28 Lemenn Gwenolé, Histoire du théatre populaire breton, xve-xixe, Skol, Dastum, Institut culturel de Bretagne, Saint- Brieuc, 1983, p. 37. Cf. Le Braz A., op. cit., p. 757-758.

29 Parmi les prénoms attribués au milieu du XVe siècle dans la noblesse bretonne, la fréquence des prénoms arthuriens décroit d’est en ouest, ce qui suggère que la faveur des romans du cycle arthurien se soit diffusée dans le même sens (Nassiet M., « Dévotions et prénomination dans la noblesse bretonne aux xve et xvie siècles », Enquêtes et documents, n° 27, 2000, p. 115-132 [p. 121 et 130-132]).

30 Le Braz A., op. cit., p. 882-883.

31 Hannecart H., op. cit., t. 2, p. 190. De même cf. Le Journal du sire de Gouberville à la date du 24 septembre 1551.

32 Janton L., op. cit., t. 2, n° 141. Cf. Dubost Jean-François, La France italienne, xvie-xviie siècle, Paris, Aubier, 1997

33 Gougaud L., « La soule en Bretagne et les jeux similaires du Cornwall et du pays de Galles », Annales de Bretagne, 1911-1912, t. XXVII, p. 571-604 (p. 574-577).

34 À Trelles (sic) dans la sénéchaussée de Rennes (Dufournaud N., op. cit., t. 2, n° 90).

35 C’est aussi le mot employé par Gouberville, qui participa cinq années consécutives à deux soules, l’une à la saint Etienne et l’autre le 15 janvier. Cette dernière réunit cinq cents personnes en 1551, et opposa deux « partys » en 1553. Celui de Gouberville comprenait ses compagnons, deux de ses cousins et des soldats du fort ; parmi les adversaires il y avait des habitants de Cherbourg. Les deux « partis » n’étaient donc pas deux paroisses. Gouberville cessa d’y participer après avoir reçu un coup très violent le jour de Noël 1555 (Le journal du sire de Gouberville, Bricqueboscq, Les Éditions des Champs, 1993).

36 L. Gougaud cite des cas de soules qui opposèrent quatre paroisses en 1888, et même seize dans le pays d’Auray peu avant la Révolution (op. cit., p. 571-604).

37 Hannecart H., op. cit., t. 2, p. 210.

38 Gougaud L., op. cit., p. 583-584.

39 Dubois M., op. cit., t. 2, n° 2.

40 Tigier Hervé, La Bretagne de bon aloi. Répertoire des arrêts sur remontrance du parlement de Bretagne, 1554-1789, Rennes, 1987, n° 4191 (1615), n° 102 (1632), n° 105 (1686), n° 3078 (1710).

41 Hannecart H., op. cit., t. 2, p. 124

42 Croix Alain, L’âge d’or de la Bretagne, Ouest-France, Rennes, 1993, p. 425.

43 Du Fail Noël, Propos rustiques, balivernes, contes et discours d’Eutrapel, Paris, Charpentier, 1856, p. 196 sq.

44 Du Fail Noël, Propos rustique, in Conteurs français du xvie siècle, Jourda Pierre (éd.), Paris, Gallimard, 1956, p. 620.

45 Le Moal L., op. cit., t. 1, p. 54. Le document ne précise pas où se trouvait cette métairie de La Barre, mais nous avons pu la situer en Caro, au nord de Malestroit. En effet un protagoniste de l’incident Coaindelor, un fief pour lequel un aveu fut rendu au roi devant la cour de Ploërmel en 1502 par Jehan de La Boudonnaye seigneur de Coindelor (Arch. dép. Loire-Atlantique, B1988). Cet aveu cite un Raoul de Roche, homonyme des suppliants de la lettre. La Barre se situe à un kilomètre à l’est de Coindelor et figure sur la carte de Cassini.

46 « Les fileuses » (Luzel F.-M., Chants et chansons populaires de la Basse-Bretagne. Soniou, 1868-1890 [rééd. Paris, 1971, t. 2, p. 175]).

47 Gouberville paie « a la veuve Marie Feullye, I s., pour la fillace, comme me dist Guillemette », sa demi-soeur illégitime, laquelle supervise donc le travail féminin (27 juin 1556 ; Le journal du sire de Gouberville, t. 2 : 1553-1557, op. cit., p. 277).

48 Hannecart H., op. cit., t. 2, p. 220.

49 Ibid., t. 2, p. 146-151

50 Dufournaud N., op. cit., t. 2, n° 95. De même des compagnons de Gouberville portent trois momons le soir du mardi gras 1553

51 Dès 1534, « les nouveaux mariés du bourg de Vallet doivent au seigneur du Pallet un mai d’un pied de chesne, de soixante pieds de hauteur et de grosseur compétente, lequel doit estre par eux abattu, amené et planté audit bourg, au son de quatre parties de hautbois, au lieu accoustumé, et le doivent lever au premier essai, à peine d’amende » (Guillotin De Corson, « Usages et droits féodaux en Bretagne », Revue de Bretagne et de Vendée, 1901, p. 157- 172 [p. 157-158]).

52 En 1563 (Janton L., op. cit., t. 2, n° 120).

53 Nommé Guyon Guerrant, en 1531 (Dufournaud N., op. cit., t. 2, n° 67).

54 Paresys Isabelle, Aux marges du royaume : violence, justice et société en Picardie sous François Ier, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 75-77.

55 Cf. la sablière de la chapelle Saint-Sébastien-du-Faouët (Croix A., La Bretagne aux 16e et 17e siècles. La vie, la mort, la foi, Paris, Maloine, 1981, ill. n° 125, p. 1096).

56 En 1515 (lettres de 1517, Arch. dép. Loire-Atlantique, B23).

57 Lettre de 1530 publiée par Nassiet M., « Représentation funéraire et portrait au tournant des xve et xvie siècles », Bretagne, Art, création, société. En l’honneur de Denise Delouche, Presses universitaires de Rennes, 1997, p. 91-95.

58 En 1562 (Janton L., op. cit., t. 2, n° 103).

59 Guillaume Ginguené Mérialays ; sur cette famille, cf. Nassietm., Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne, xve-xviiie siècle, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, Rennes, 1993, p. 65-66 et p. 93. Homicide commis en 1533 (Naël V., op. cit., t. 2, n° 79).

Table des illustrations

Légende Tableau 1.– Localisation des crimes remis en Bretagne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19867/img-1.png
Fichier image/png, 46k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540