Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Cinquième partie. Mentalités et vie culturelle

« Nobles gens » dans une affaire criminelle : le meurtre d’Hector Rousseau, procureur du roien la sénéchaussée de Guyenne (dimanche 14 mai 1458)

Jean-Luc Sarrazin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Martin Hervé, Mentalités médiévales II. Représentations collectives du xie au xve siècle, Paris, 2 (...)

1Inscrit dans un milieu social, les hiérarchies qui le sous-tendent, les solidarités qui s’y exercent, les tensions qui le parcourent, tout fait divers, en particulier lorsqu’il s’agit d’un meurtre, se présente comme l’un des meilleurs révélateurs des comportements et des représentations collectives propres à une époque. Explorant récemment les voies de recherche mises en œuvre par l’histoire des mentalités médiévales, Hervé Martin le rappelle avec pertinence en soulignant que, ressortissant au judiciaire, un crime « met en cause les équilibres profonds de la société » et que « la façon de le définir, de l’établir et de le réprimer porte la marque des valeurs ambiantes1 ». Pour jeter quelques lueurs sur les agissements, les paroles et les gestes de quelques « nobles gens » de la Gâtine poitevine impliqués dans le meurtre d’un officier du roi de France, l’affaire criminelle, matière de cette contribution en hommage à notre collègue de Rennes, est, parmi de nombreux autres exemples, une bonne illustration de ces remarques.

  • 2 Arch. nationales, JJ 188, nos 87, 88, 89, 90, f° 41-44 v°, nos 93, 94, f° 46 v°-47 v°, nos 118, 11 (...)
  • 3 AN, JJ198, n° 314, f° 276, publié par Guérin P., Recueil…, n° MCCCLIII, p. 311-318.
  • 4 AN, X2a 28, 17 juillet-20 août 1459, 4 août, 18 novembre 1460, 5 mai 1461 (plaidoiries). X2a 29, f (...)
  • 5 Le meurtre de Rousseau, s’il a suscité un vif écho, n’a eu aucune conséquence politique sauf, éven (...)

2Révélé par une belle série de huit lettres de rémission2 et d’une lettre d’abolition3 ainsi que par des plaidoiries et des arrêts contenus dans les registres du Parlement criminel4, l’événement, d’un exceptionnel retentissement en Poitou5, est facile à reconstituer dans ses grandes lignes. Le dimanche 14 mai 1458, au bourg du Breuil-Barret, à quelque cinq ou six lieues au nord de Fontenay-le-Comte, vers les onze heures du soir, maître Hector Rousseau, procureur du roi en la sénéchaussée de Guyenne, monté sur le toit de son hôtel en flammes, est abattu d’un trait d’arbalète tiré par l’un des membres d’une troupe d’une vingtaine de personnes qui cernait sa demeure. Ce qu’il faut bien appeler une exécution marque ainsi l’épilogue d’une sorte de siège, commencé peu après midi par une escouade de quelques nobles seigneurs du pays accompagnés de plusieurs de leurs hommes.

  • 6 Guérin P., op. cit., p. XVIII-XLIII. Ces pages portent la marque de la critique positiviste alors (...)
  • 7 Trois avocats interviennent au cours de la procédure, Popaincourt au nom de la veuve et d’Albert R (...)
  • 8 Favreau Robert, La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge. Une capitale régionale, Poitiers, 1978
  • 9 Gauvard Claude, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Par (...)
  • 10 Guérin P., op. cit., p. IX. D’après mon comptage, sur les 92 lettres délivrées entre 1456 et 1464, (...)
  • 11 À titre de comparaison, cf. la présentation des sources relatives à la noblesse bourguignonne par (...)

3Par sa gravité, par l’importance des traces qu’elle a laissées, l’affaire a, voilà près d’un siècle, attiré l’attention de Paul Guérin, l’un des plus remarquables historiens du Poitou au Moyen Âge. Dans la copieuse introduction au tome X de son Recueil des documents concernant le Poitou contenus dans les registres de la Chancellerie de France, l’éminent chartiste a donné une description particulièrement minutieuse de la très longue procédure judiciaire qu’elle a suscitée6. Sa présentation, d’une impeccable érudition, est cependant loin d’épuiser la richesse d’une histoire aux origines anciennes et aux répercussions sociales fort complexes. Une analyse de tous les tenants et aboutissants et des multiples implications de l’affaire nécessiterait une bonne centaine de pages, sans qu’il soit possible, au demeurant, de dissiper de larges zones d’ombre. Le propos de la présente contribution est plus limité. Après avoir sommairement présenté, à travers le prisme des lettres de rémissions et des plaidoiries contradictoires des avocats de chaque partie7, le déroulement des événements, il tentera de cerner le contexte social du meurtre, puis d’éclairer l’état d’esprit et les comportements d’un petit groupe de nobles poitevins aux années 1450, dans une conjoncture encore profondément marquée par le souvenir des guerres8. Certes, on le sait, les nobles ne sont pas absents dans l’impressionnant corpus des lettres de rémission ; bien au contraire. Par le coût élevé de la grâce royale, par le jeu des solidarités et des relations permettant d’intercéder auprès des maîtres des requêtes, par le poids éventuel de la faveur, ils y représentent une part supérieure à leur place dans la population9. Cette part s’élève même à 30 % pour le Poitou entre 1456 et 146410. Il n’empêche que les récits des lettres de rémission et que les plaidoiries des avocats forment une source d’autant plus précieuse sur la sociabilité et la mentalité nobiliaires que la petite et moyenne noblesse n’est le plus souvent connue que par le biais des aveux et dénombrements ou des titres de transactions foncières, éventuellement par quelques « monstres d’armes » ou quelques registres de comptes, autant de documents impersonnels qui n’éclairent guère que les généalogies, les structures féodo-seigneuriales et les successions11. Même s’il lui faut composer avec un vocabulaire de chancellerie conventionnel et stéréotypé, l’historien ne doit pas négliger les tranches de vie, parfois très circonstanciées, que lui offrent les sources judiciaires et qui fournissent la matière d’intéressantes études de cas sur les comportements sociaux.

Les événements du 14 mai 1458 et leurs suites judiciaires

  • 12 Références n. 4.
  • 13 La plaidoirie de Poignant commence le 2 août 1459, X2a 28, à la date.
  • 14 Par exemple celle du 17 juillet 1459, X2a 28, à la date.

4À suivre les récits plus ou moins concordants des huit lettres de rémission délivrées en mai et juin 1459 mais non entérinées et celui de la lettre d’abolition du 20 janvier 146212, à prêter quelque crédit aux propos de Poignant13, l’avocat des accusés, la mort d’Hector Rousseau, au soir du 14 mai 1458, ne serait que la fâcheuse conséquence d’une tentative d’arrestation qui aurait mal tourné. Les plaidoiries de Popaincourt14, défenseur de la veuve et d’un frère de la victime, présentent, on s’en doute, une version bien différente des faits.

5Telle qu’elle peut être, tant bien que mal, reconstituée, l’affaire serait partie, à la suite d’un débat tenu aux assises royales de Fontenay-le-Comte au mois d’avril 1458, d’un mandement de Jean de Beaumont, sénéchal de Poitou, adressé à Mathurin Marot, substitut au siège de Fontenay-le-Comte du procureur du roi en Poitou. Informé des méfaits commis par Hector Rousseau, le sénéchal de Poitou y donnait l’ordre au substitut de « prendre au corps » ledit Rousseau. Comme ce dernier était réputé « homme malicieux », « acoustumé de user de rébellions et désobéissances », Marot sollicita l’aide de plusieurs « nobles et autres gens du païs » afin de procéder à l’exécution de sa commission. Le 12 mai, il fit, ainsi, porter une lettre à Jacques Jousseaume, écuyer, seigneur de Loge-Fougereuse et de la Geffardière, qui la reçut le lendemain au soleil couchant. Pressé d’obéir, Jousseaume s’arma de « brigandines, salade, épée et dague », fit équiper valets et serviteurs « au nombre de huit ou neuf arbalestes ». La petite troupe ainsi constituée prit aussitôt la route du Breuil-Barret distant de trois grosses lieues. En effectuant un détour par le bourg de Saint-Pierre du Chemin, elle s’adjoignit les services d’un dénommé Colas Martin, « praticien en cour laye » et vieux compagnon d’armes de Jousseaume dans les guerres du roi. Elle passa la nuit du samedi au dimanche au « village » du Tail, à un quart de lieue du Breuil-Barret, chez Jean de Puyguyon, écuyer, seigneur de l’endroit. Le dimanche matin 14 mai, Jousseaume, Puyguyon et leurs gens attendirent jusque vers midi le substitut du procureur du roi qui ne vint pas. Ils décidèrent alors de se transporter jusqu’au bourg du Breuil-Barret afin d’exécuter l’ordre d’arrestation.

  • 15 Il était accompagné de sa femme, Louise Rabateau, de Marguerite, fille qu’il avait eue de Mathurin (...)

6Rousseau, quant à lui, savait pertinemment que quelque chose se tramait à son encontre. Rentré la veille de Poitiers où il avait, peut-être, tenté de briser l’opération judiciaire qui le visait, il avait assisté en famille15 à la messe. Prévenu de l’imminence de son arrestation, il n’a pas voulu ou n’a pas pu s’enfuir.

  • 16 « Pendant icelui temps, presque tout le peuple d’iceluy bourg ou vilaige du Breuil Barret et des v (...)
  • 17 X2a 32, 23 février 1464.
  • 18 Faute de place, ce résumé passe sous silence de nombreux détails pourtant fort intéressants

7D’emblée, le siège de la maison s’est effectué dans un climat d’extrême tension et de violence ouverte. Insultes et traits d’arbalètes sont échangés. Rousseau refuse de se rendre. Sa femme sort pour implorer la pitié mais ne reçoit qu’insultes et outrages. Jousseaume, qui dirige l’opération, envoie chercher Mathurin d’Appelvoisin, l’un des plus importants seigneurs du secteur. Arrivé vers les trois heures, d’Appelvoisin tente de jouer, non sans une certaine duplicité, le rôle de conciliateur. Il réussit à entrer dans la maison et à parlementer avec Rousseau. Il conduit sa femme chez Guillaume de la Coussaye, un notable du bourg, pour qu’elle puisse écrire au sénéchal du Poitou. Au jour déclinant, le substitut finit par arriver. Décision est alors prise d’entasser du bois pris dans la réserve de Rousseau contre la porte de l’hôtel. En compagnie de sa fille et de sa belle-fille, Louise Rabateau part se réfugier à l’église et y prier pour son mari. Le feu éclate peu après. Contraint de monter sur le toit de sa maison, Rousseau, adossé à la cheminée, est abattu d’un trait d’arbalète, tiré en toute hypothèse par Bérault, l’archer du substitut. La scène s’est déroulée devant environ deux cents personnes, des paysans du lieu pour la plupart16. Descendu du toit sur ordre de Jousseaume, le cadavre reste pendant deux jours dans la rue, avant qu’Albert Rousseau, l’autre frère de la victime, ne s’occupe, à son retour, de l’enterrement en l’église du Breuil-Barret17. Telles sont, résumées à très grands traits, les péripéties du 14 mai 145818.

  • 19 C’est, semble-t-il, le frère religieux d’Hector, Charles qui a saisi le Parlement, X2a 32, 23 févr (...)
  • 20 Le lendemain, 27 mai, Louise Rabateau obtient des lettres du Parlement, X2a 29, f° 165 r°.
  • 21 X2a 28, 17, 20 juillet, 17, 18, 20 août 1459.
  • 22 Sans l’intervention de gens du pays, Mathurin d’Appelvoisin aurait tué Albert Rousseau rencontré f (...)
  • 23 X2a 29, f° 248.

8La procédure judiciaire à l’encontre des meurtriers et de leurs complices est très vite engagée19. Dès le 26 mai, le Parlement ordonne une information sur les lieux et l’emprisonnement des coupables20. Marot et Jousseaume sont effectivement arrêtés, à Poitiers, par le premier huissier de la cour mais peu après remis en liberté par le lieutenant du sénéchal et par le procureur du roi. Mathurin d’Appelvoisin, ayant menacé de sa dague ledit huissier venu à Saint-Pierre-du-Chemin pour le mettre en état d’arrestation, est simplement ajourné à comparaître. Dès lors, les inculpés vont multiplier les manœuvres, les incidents, les fausses accusations afin d’entraver le cours de la justice. Au printemps 1459, on les retrouve à Paris en train de faire intervenir leurs protecteurs et amis influents pour obtenir de la Chancellerie royale des lettres de rémission. Munis de ces lettres obtenues en mai et en juin, ils se présentent devant la cour afin d’en requérir l’entérinement. Il est cependant facile à Popaincourt, l’avocat de la veuve et d’Albert Rousseau et à Champront, l’avocat de Charles Rousseau et des deux serviteurs du défunt, suivis par le procureur du roi, de montrer que les lettres étaient subreptices, obreptices et inciviles et qu’elles n’auraient pas été octroyées si les inculpés avaient fait état de la haine qu’ils portaient à Rousseau, de l’infraction à la sauvegarde royale dont bénéficiait ce dernier et de leur évidente culpabilité dans le crime d’incendie21. Remis en liberté après une courte incarcération à la Conciergerie et de retour en Poitou, d’Appelvoisin, Jousseaume, Martin et leurs complices font alors régner un climat d’intimidation à l’égard des témoins du meurtre du 14 mai et surtout à l’encontre d’Albert Rousseau, le frère de la victime22. Ce dernier est menacé de mort et emprisonné à deux reprises dans le but de lui interdire de procéder à l’enquête qu’il devait présenter au Parlement23.

  • 24 Sur les requêtes présentées au roi et les problèmes qu’elles posaient, Guenée B. et Lehoux Fr., Le (...)
  • 25 Guérin P., op. cit., n° MCCCLIII. Une seule de ces lettres a été copiée dans le registre.
  • 26 X2a 30, f° 195 v°-200 v°.
  • 27 Ces dissensions ont donné lieu à un autre procès, X2a, 32, 29 novembre 1463, 13, 16, 23 février, 2 (...)
  • 28 X2a 29, f° 165 r°-169 v°.

9La mort de Charles VII et l’avènement de Louis XI ont opportunément servi les desseins des inculpés. Informés de la prochaine, « première » et joyeuse entrée du roi à Marans, non loin de La Rochelle, sept d’entre eux trouvent le moyen de s’y faire emprisonner, suivant une combine habituelle aux gens influents, afin de pouvoir recueillir la grâce plénière du souverain24. Le 20 janvier 1462, des lettres d’abolition leur sont délivrées25. Dès lors, il n’était plus possible au procureur de s’opposer à l’entérinement, requis le 25 mars par Jacques de Puyguyon et le 6 mai par les autres. Le procès instruit au Parlement était pour ainsi dire réduit à néant : la procédure criminelle était abandonnée ; ne restait que la réparation civile. L’arrêt que rend la cour le 10 septembre 146326 porte, dans son dispositif, que les lettres d’abolition seront entérinées et que Appelvoisin, Jousseaume, Puyguyon, Beufmont, Martin, Chauvin ne sont condamnés qu’à une indemnisation civile : remise en état à leurs frais de l’hôtel incendié, paiement solidaire d’une somme de 100 livres employée en messes pour le salut de l’âme du défunt, versement au profit de la veuve, du frère et des filles de la victime de 1200 livres chacun par Appelvoisin et Jousseaume, de 200 livres chacun par Puyguyon et Martin, de 60 livres chacun par Beufmont et Chauvin. Comme habituellement en pareil cas, les membres de la famille du défunt étaient exemptés de la foi, de l’hommage et des devoirs seigneuriaux auxquels ils pouvaient être tenus envers les condamnés. En définitive, non seulement les « nobles gens » et notables impliqués dans cette affaire s’en tiraient plutôt bien mais ils ont, par la suite, profité des dissensions entre la veuve et le frère de la victime27 pour différer autant qu’il était possible le versement des réparations. Seuls deux comparses, Mathurin Hélyot et Jean Lermenier, ont été condamnés comme contumaces à être étranglés et pendus ou, à défaut d’être appréhendés, au bannissement perpétuel et à la confiscation de leurs biens, par un arrêt du 10 septembre 146028.

Un meurtre dans une société

10On l’aura compris : le meurtre du procureur du roi en la sénéchaussée de Guyenne n’est pas un accident, l’un de ces nombreux homicides commis dans un geste de « chaude cole » lors d’une rixe et que rapportent si souvent les rémissions. C’est un meurtre prémédité, annoncé et préparé, résultant de sourdes rivalités et de haines inexpiables au sein d’un milieu social clairement identifié, la petite et moyenne noblesse de la Gâtine poitevine. Les protagonistes majeurs de l’affaire appartenaient tous, en effet, à ce milieu ou tentaient de s’y agréger.

  • 29 Il est significatif que, dans le procès qui l’a ensuite opposée à son beau-frère, sa veuve ait dem (...)
  • 30 X2a 28, 6 août 1459.
  • 31 X2a 28, 17 juillet 1459.
  • 32 Cette précision a été donnée lors du procès de l’affaire de 1452, X2a 26, f° 270.
  • 33 Le dossier judiciaire ne comporte aucune indication relative à l’université fréquentée par Roussea (...)
  • 34 L’assertion de Beauchet-Filleau, à l’article Appelvoisin, le présentant comme un « homme de guerre (...)
  • 35 Autrand Françoise, Naissance d’un grand corps de l’État. Les gens du Parlement de Paris, 1345-1454(...)

11Agé d’environ 35 ans, Hector Rousseau, se considérait et était considéré comme noble29. L’était-il vraiment ? À plusieurs reprises, il avait tenté de se faire passer pour un écuyer, plus particulièrement lors de ses séjours parisiens30. Il ne l’était pas. Si tel avait été le cas, l’avocat de sa veuve et de son frère n’aurait pas manqué d’en faire état. Il le présente simplement comme « en son vivant notable homme bien né et hérité pour sa suffisance31 ». L’homme était gradué d’une université. Régulièrement qualifié de « maistre », il était effectivement maître ès arts et bachelier en lois32. Après une scolarité dans une faculté des arts, il avait donc effectué des études de droit civil. Juriste, il était entré au service du roi à l’occasion de la conquête de la Guyenne. 33Cependant, vues du Poitou, ses activités en tant que procureur du roi en la sénéchaussée nouvellement conquise demeurent entourées d’une épaisse pénombre. Était-il aussi un homme de guerre ? Les accusations portées contre lui le laissent entendre, mais les documents font défaut pour apporter une réponse assurée à cette question34. Son second mariage l’apparentait à l’une des grandes familles du personnel parlementaire, les Rabateau. Louise Rabateau, présente et active le 14 mai, était vraisemblablement une nièce de Jean Rabateau, président du parlement de Poitiers à partir de 143635. Cette alliance matrimoniale explique peut-être la rapidité d’intervention du parlement, douze jours seulement après les faits.

  • 36 X2a 28, 2 août 1459
  • 37 Beauchet-Filleau H., op. cit., t. V, p. 354-355.
  • 38 Ibid., t. I, p. 84.
  • 39 Guérin P., op. cit., n° MCCCXI et n. 1.
  • 40 Ibid., n° MCCCLIII.
  • 41 Ibid., n° MCCCXIV

12Les principaux adversaires de Rousseau étaient tous des seigneurs de la Gâtine et de ses confins. Les lettres de rémission délivrées en mai 1459 les qualifient de « nobles, nez et extraitz de noble et ancienne lignée et de grant honneur et estat ». Poignant, leur avocat, parle de « nobles gens bien renommés, issus de nobles lignés et bien alignagés36 ». Le véritable meneur de l’opération, Jacques Jousseaume, était écuyer et détenteur de petites seigneuries, Loge-Fougereuse, la Geffardière mais aussi Antigny et Vairé37. Gentilhomme campagnard et homme de guerre, il résidait à l’époque des faits à la Geffardière. Selon les dires mêmes de Mathurin d’Appelvoisin à Rousseau, il « estoit prouche parent de plusieurs gens nobles du païs et de grant maison et mesme de la femme de nostredit seneschal de Poitou ». L’autre grand personnage de la soirée du 14 mai, Mathurin d’Appelvoisin, appartenait à un lignage plus élevé dans la hiérarchie nobiliaire38. Chef de la branche aînée de la famille, les Thiors, il était chevalier et seigneur d’Appelvoisin et du Bois-Chapeleau. Il était allié aux Jousseaume par sa grand-mère maternelle Marquise Jousseaume et par le mariage de l’une de ses filles, Jeanne, avec François Jousseaume. Jean de Puyguyon, écuyer, était seigneur du Tail et du Puy-Bretonneau39. Son fils, Jacques, également écuyer, avait un statut de clerc40. Quant à Jean Beufmont, c’était également un noble écuyer mais de rang inférieur : il habitait la Geffardière et parlait de Jousseaume comme de son « maistre41 ».

  • 42 Achat effectué dix ans avant son mariage, X2a 32, 23 février 1464
  • 43 Arrêt du Parlement en date du 28 avril 1453, X2a 26, f° 270. Cet arrêt, outre les réparations infl (...)
  • 44 X2a 28, 17 juillet 1459
  • 45 Dans ses plaidoiries, Poignant s’efforce de dissimuler cette haine ; il affirme même que Rousseau, (...)

13Dans sa préparation, sa réalisation et ses conséquences judiciaires, le meurtre du 14 mai 1458 dévoile l’existence d’un réseau influent et multiforme de solidarités nobiliaires. Il apparaît, dans une certaine mesure, comme un règlement de comptes perpétré par des membres de ce réseau. La haine féroce que nourrissaient de nobles seigneurs de la Gâtine à l’encontre du procureur du roi en Guyenne n’était pas nouvelle. Depuis l’achat par Rousseau de son hôtel au Breuil-Barret aux années 144042, plusieurs incidents avaient témoigné d’un climat de vives tensions. Le plus grave s’était produit en 1452. Un jour de cette année-là, Jean de Beaumanoir, seigneur de la Héardière, et son fils Jean, accompagnés de plusieurs hommes, avaient pénétré de force chez Rousseau, l’avaient battu, lui avaient perforé le bras d’une dague, l’avaient conduit attaché et bâillonné dans une forêt proche et lui avaient fait « trente deux grandes plaies dans plusieurs parties de son corps43 ». Or, même s’il le niait, Jousseaume, le meneur de l’opération, était un parent de Beaumanoir. Lui-même, à deux reprises, avait tentéde tuer Rousseau, d’après la plaidoirie de Popaincourt44. Ni les rémissions ni les plaidoiries ne donnent d’éclaircissements probants sur les fondements de cette sourdehostilité45.

  • 46 X2a 28, 6 août 1459
  • 47 X2a 28, 17 juillet 1459. Un procès était en cours entre Appelvoisin et Rousseau.
  • 48 Le vieux coustumier de Poictou, Filhol R. (éd.), Poitiers, 1956, art. 682.

14Sous l’un de ses aspects, le contentieux entre les Appelvoisin et Rousseau était plus clair : il portait sur le creusement par Rousseau de deux étangs près de son hôtel. Importunée, la tante de Mathurin d’Appelvoisin46 avait alerté son neveu, lequel avait fait rompre les levées et battre les terrassiers qui y travaillaient47. Avec les bois, garennes, colombiers et pêcheries, les étangs étaient des éléments symboliques du caractère noble d’un hébergement48. Rousseau a-t-il voulu doter sa demeure d’un tel attribut, ce qui aurait provoqué la réaction de la famille Appelvoisin ? On ne peut l’exclure.

15« Ledit maistre Hector Rousseau estoit continuelement acompaigné de gens de guerre et avoit tousjours procédé et procédoit par force, violence et voye de fait » prétend la rémission d’Appelvoisin. Tout se passe comme si l’implantation de Rousseau au pays s’était effectuée de manière quelque peu agressive sinon brutale et avait suscité une réaction violente de rejet de la part d’un clan nobiliaire. Certes l’homme entretenait des relations courtoises avec certains nobles ou se disant tels, comme les Jarrouceau, seigneurs de La Vau, mais son comportement et ses prétentions à tenir un rang plus élevé que celui qui était effectivement le sien lui a, peut-être, valu l’inimitié d’une partie de l’aristocratie du secteur. Telle est l’hypothèse que l’on peut, avec la plus extrême prudence, avancer.

  • 49 Albert Rousseau y était encore emprisonné le 18 septembre 1460, X2a 29, f° 248.
  • 50 Les mentions hors de la teneur des huit lettres de rémission sont homogènes : « par le roy en son (...)

16Il est beaucoup plus facile de mettre en évidence le jeu des solidarités lignagères et des complicités qui s’est exercé au cours de la procédure. De toute évidence, le réseau remontait jusqu’à Louis de Beaumont, seigneur de la Forêt-sur-Sèvre et sénéchal de Poitou de 1451 à 1460. C’est lui qui a délivré au substitut du procureur du roi des lettres de commission pour « prendre au corps » Rousseau ou qui aurait, a posteriori, fait rédiger lesdites lettres pour couvrir l’opération du 14 mai. C’est son lieutenant, Hugues de Conzay, qui a fait remettre Jousseaume et Marot en liberté après leur arrestation à Poitiers par le premier huissier du parlement. C’est encore lui qui a donné l’ordre à un sergent royal de conduire le frère de la victime, Albert Rousseau, en prison à Bourges à la suite d’une accusation portée contre ce dernier par Jousseaume d’avoir fait usage d’un sceau royal falsifié. C’est en son château de la Forêt-sur-Sèvre que le même Albert Rousseau a été mis aux fers après avoir été frappé et blessé avec effusion de sang49. Bref, le sénéchal, allié de famille de Jousseaume, a multiplié les interventions destinées à entraver l’action de Louise Rabateau et d’Albert Rousseau devant le parlement et à protéger les inculpés. À la cour du roi, les appuis n’ont pas manqué qui ont permis d’obtenir des lettres de rémission en mai 1459. Plusieurs circonstances aggravantes, l’incendie manifestement allumé par les assaillants, le meurtre commis et à la nuit tombée sur un homme placé sous la sauvegarde royale, sans oublier la préméditation, l’ » aguet apensé » rendaient pourtant le cas irrémissible. Les huit lettres alors délivrées procèdent visiblement d’une entreprise concertée. Répondant naturellement aux exigences de la grâce royale, l’image particulièrement noircie de la victime et davantage encore la légitime défense invoquée apparaissent éloignées de la vraisemblance. Le cap des maîtres des requêtes et celui du conseil royal50 ont pourtant été franchis. Ils ne l’auraient pas été sans de puissantes connivences.

  • 51 X2a 29, f° 196-197.

17Au pays, les solidarités nobiliaires en cause impliquaient aussi les dames. Aucune n’est, évidemment, partie prenante à la sinistre opération du 14 mai. On ne saurait cependant passer sous silence le rôle déterminant joué par certaines d’entre elles dans l’hostilité nourrie à l’égard de Rousseau et dans les entraves mises à l’exécution des arrêts du Parlement. Les plus actives ont été, de toute évidence, les dames du lignage Appelvoisin. La tante de Mathurin, on l’a vu, est à l’origine du différend portant sur la construction de deux étangs. Quant à la mère, elle s’est opposée avec une belle énergie à la saisie des biens de la famille51.

Actes, paroles et gestes : la guerre et l’honneur

18Par-delà le caractère profondément biaisé de la présentation des faits, l’un des intérêts majeurs des lettres de rémission et des plaidoiries au Parlement est d’éclairer, à travers les catégories d’un vocabulaire conventionnel et largement stéréotypé, les comportements et l’état d’esprit des nobles gens impliqués dans l’affaire.

  • 52 Une quarantaine de lettres d’abolition sont délivrées, entre le mois d’août 1445 et le mois d’août (...)
  • 53 Contamine Philippe, La noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII, Paris, 1997, (...)
  • 54 Guérin P., op. cit., n° MCCCVIII.
  • 55 Il figure parmi les nobles de la châtellenie de Pouzauges qui se sont soustraits, sans excuse, en (...)

19L’ambiance générale que suggèrent les récits est celle d’une violence à la fois contenue et ouverte. De cette violence, la guerre est la première composante. Il n’y a là rien de surprenant. L’insécurité était toujours à l’arrière-plan de la vie des populations de la Gâtine, même si les mesures de pacification et d’amnistie prises aux années 1440 avaient quelque peu calmé les choses52. N’oublions pas surtout que le métier des armes était, par définition, la vocation des nobles53. Il était donc normal que Jousseaume, Appelvoisin et consorts ayant à se disculper ou du moins à faire valoir des circonstances atténuantes aient mis en avant leur devoir militaire. Appelés par des lettres de commission à « prendre au corps » un personnage dangereux, armé, chef de bande, ils se devaient de mettre leur métier des armes au service de la justice royale. C’est toute une représentation et une idéologie de la guerre que développent pour les besoins de la cause les récits des lettres de rémission. Rappel est fait que tel suppliant, Jousseaume et Martin en l’espèce, « a esté par plusieurs foiz en nostre service ou fait de noz guerres54 ». L’opération lancée contre Rousseau est décrite sous les apparences d’une véritable expédition militaire. L’encerclement de l’hôtel de Rousseau, dans l’après-midi du dimanche, prend l’allure d’un siège : « Rousseau et autres ses complices estoient enfermez et garniz de harnoiz et artillerie, comme de arbalestes, couleuvrines et autres habillemens de guerre. » Parmi tous les nobles personnages en cause, les rémissions ainsi que les plaidoiries de Poignant et de Popaincourt font néanmoins apparaître de sensibles différences dans la propension à se battre. Le plus belliqueux était à l’évidence Jousseaume. Le sieur de la Geffardière fait figure d’authentique homme de guerre tout comme son écuyer Jean Beufmont et son vieux compagnon d’armes, Colas Martin. Accompagné d’un seul « varlet », Mathurin d’Appelvoisin se présente certes « garny d’un harnois de brigandines » et « d’une salade sur la teste » mais il ne paraît pas en mesure de présenter un état de services comparable. Quant aux Puyguyon, ils font figure de suivistes ; dans le passé, le père, Jean, n’avait pas manifesté une grande ardeur à participer aux guerres du roi55. En Gâtine comme ailleurs dans le royaume de France, si la guerre formait l’horizon mental habituel des nobles, tous ne l’avaient pas vécu de près. Une sorte de distinction s’était insinuée entre ceux qui, plus ou moins longtemps, s’étaient trouvé à guerroyer pour le roi et ceux qui étaient restés chez eux.

  • 56 Il figure parmi les nobles de la châtellenie de Pouzauges qui se sont soustraits, sans excuse, en (...)
  • 57 Guérin P., op. cit., n° MCCCIX.
  • 58 X2a 28, 20 août 1459.
  • 59 Il admet qu’en l’hôtel de Rousseau « y avoit une couleuvrine qui esté à Mouraud premier mari de la (...)

20La guerre avait aussi engendré la formation de bandes. C’est bien ce phénomène, à la fois dans la réalité et dans les esprits, que révèle l’affaire et qui en est, peut-être, la clé de compréhension. Au fil des récits, deux groupes armés apparaissent nettement, l’un autour de Jousseaume, l’autre autour de Rousseau. Au soir du 13 mai, Jousseaume est capable d’armer, sans coup férir, en son hôtel de la Geffardière, un écuyer, deux ou trois valets d’armes et huit ou dix arbalétriers. Le personnage était violent et avait déjà commis un homicide sur la personne d’un petit seigneur, Jacques Coulon, accusé de sorcellerie56. Hector (ce prénom ne manque pas d’intérêt) Rousseau, de son côté, ne se déplaçait pas sans être armé et vivait, d’après ses ennemis, entouré d’ » aliez et complices », de « gens de guerre ». Pour faire bonne mesure, la lettre de rémission de Colas Martin livre même les noms de ces personnages57. Mais comment faire le départ entre la rhétorique porteuse d’accusations convenues et la réalité lorsque les textes évoquent les « pilleries, roberies, abuz, force et violence, ravissemens de femmes et voyes de fait, port d’armes, rebellions, désobéissances et autres crimes, excès et delitz en moult grant nombre » commis par ces gens ? Il paraît assuré que la bande avait, dans le passé, incendié la maison de Marot. Rousseau lui-même avait été inquiété pour une affaire de viol mais avait été blanchi58. L’hôtel du Breuil-Barret était « garny » d’armes, y compris d’une ou de plusieurs couleuvrines, dont l’avocat Popaincourt, après l’avoir niée, finit plus ou moins ouvertement par reconnaître l’existence59. Tout cela est indéniable et rend bien compte de l’atmosphère qui régnait en ce milieu, au sein duquel existait une authentique sociabilité de compagnonnage.

  • 60 Gauvard Cl., op. cit., p. 705.

21Pour circonstancielle qu’elle apparaisse, la violence qui a éclaté durant l’après-midi et la soirée du 14 mai est donc l’expression de haines accumulées de longue date. Elle a pris la forme d’injures et d’outrages avant de culminer dans l’exécution de Rousseau et l’incendie de sa maison. Jusqu’à la nuit tombée, les insultes verbales se sont conjuguées aux insultes gestuelles. Toutes étaient, bien entendu, attentatoires à l’honneur des personnes visées. Sans être l’apanage de la noblesse60, l’honneur constituait une valeur fondamentale pour tous les gentilshommes. Les vilains mots que rapportent les textes ne sont pas, faut-il le rappeler, ceux qui ont été effectivement échangés par les acteurs. Non seulement ils peuvent relever d’une calomnie destinée à accabler la partie adverse, mais surtout ils obéissent à un style défini par les manuels de chancellerie. Il est ainsi fort peu vraisemblable que Rousseau ait qualifié en une seule fois ses adversaires de « vilains, traitres, ribaulx, ladres ». Le filtrage opéré par les notaires de la Chancellerie et par les greffiers du Parlement déforme, on le sait, la « vive voix ».

22Sans surprise, le terme majoritaire, qui revient continuellement, est celui de « ribaud ». Son utilisation est réciproque et généralisée. Rousseau traite globalement ainsi ses adversaires et plus particulièrement Jousseaume. Dans l’autre camp, tous les protagonistes l’utilisent à la fois dans les conversations entre eux et dans les insultes adressées à Rousseau. Galvaudé, le mot résume, sans nul doute, l’ensemble des qualificatifs injurieux échangés par les acteurs. Les blasphèmes rapportés par les textes ont également toutes les apparences de l’accusation conventionnelle délibérément portée à la partie adverse afin de lui nuire. Mais gageons que les paroles injurieuses lancées à Dieu n’ont pas dû manquer dans les interpellations des uns aux autres. Les insultes de bâtardise qui ont fusé sont plus précises et ont toutes les chances d’avoir été proférées en des termes assez proches de ceux que rapportent les textes. Elles visaient en particulier Jousseaume. « Faictes cesser ce traictre, ribault, meseau Jousseaume, filz de putain, engendré d’un ribault cordelier à la basinette », « Tu n’es pas des Jousseaumes, si non de bastardise, tu es filz du cordelier de la basinette » aurait déclaré à plusieurs reprises Rousseau. Parmi les autres agressions verbales perpétrées, l’une des plus significatives est celle de ladre lancée par Rousseau. « Ladre, pren tes cliquettes et t’en va à la ladrerie » aurait-il lancé à l’adresse de Jousseaume. Au cœur du xve siècle, la lèpre, maladie « honteuse », pouvait donc être évoquée dans un milieu nobiliaire pour désigner un homme que son adversaire considérait comme un rebut social.

  • 61 Même référence.

23Les plus graves outrages, dont fait état l’avocat Popaincourt dans ses plaidoiries61 et qui semblent corroborés par divers indices, ont été commis sur la femme de Rousseau. Alors qu’elle sortait de sa maison dans le but d’implorer la pitié, Louise Rabateau a été agressée une première fois par Jousseaume qui lui arracha son chaperon, la déchevela et la traita de putain alors qu’elle s’était agenouillée devant lui. Plus tard dans l’après-midi, elle fut de nouveau agressée cette fois par le fidèle compagnon de Jousseaume, Colas Martin. Martin la frappa d’un vouge et la poussa dans un buisson en l’injuriant : quelques jours plus tard, Louise a accouché d’un enfant mort-né. Il s’agissait là de gestes d’une particulière gravité sur lesquels l’avocat a eu beau jeu d’insister. Assimilé à un viol, toucher au chaperon d’une femme c’était, ici comme ailleurs, commettre la pire des offenses. Aux yeux des témoins sans doute déjà nombreux, Louise se trouvait déshonorée, d’autant plus qu’elle était aussi déchevelée. Enceinte, elle était réputée intouchable ; or elle l’avait été et de vilaine manière. En même temps, un autre crime était perpétré sur le bébé qu’elle portait.

24Au milieu de toute cette violence, il y eut pourtant quelques gestes de paix, empreints d’une forte symbolique religieuse. Après l’arrivée d’Appelvoisin, Louise est sortie porter du pain et du vin à Jousseaume qui les refusa en s’écriant qu’il ne boirait pas le vin de ce « vilain sorcier clerjaut ». Plus tard dans la soirée, avant vêpres, d’Appelvoisin « désarmé de sesdites brigandines et salade, et vestu d’une robe blanche qui estoit au compaignon du prieur dudit lieu du Breuil-Barret, de l’ordre de saint Augustin, de l’abbaye de Saint Ru » a tenté une ultime médiation. D’autres actes relevaient plus simplement de la manifestation d’une certaine bonne volonté. Lorsqu’elle se trouvait en l’hôtel de la Coussaye, Louise Rabateau a soigné en compagnie d’Appelvoisin un serviteur de Jousseaume qui avait reçu un raillon dans le bras. Tous ces gestes, sans oublier les prières de Louise et de ses filles en l’église du bourg, n’ont pas arrêté le cours du drame.

  • 62 L’amende honorable, classique, que demande Popaincourt était à la hauteur de la gravité des faits  (...)

25Le meurtre dont le petit bourg poitevin du Breuil-Barret a été le théâtre au soir du dimanche précédant la Pentecôte 1458 est un meurtre ordinaire62 mais aussi, à plus d’un titre, un meurtre extraordinaire. Le plus important n’est pas qu’il ait été perpétré sur la personne d’un officier du roi de France placé sous la sauvegarde royale depuis une précédente et troublante affaire. D’autres officiers du roi ont été assassinés sous les règnes de Charles VI et de Charles VII. En ces temps de désordres, nul n’était à l’abri d’un acte de vengeance ou d’un geste de colère. Que les auteurs du forfait, par l’intermédiaire d’un arbalétrier qui a tiré sur ordre, aient été de nobles personnages est encore moins surprenant. Leur fonction guerrière et désormais parfois militaire conduisait plus facilement les gentilshommes au crime ; elle leur valait tout aussi facilement la grâce du roi. Parmi les nobles gens mêlés à l’affaire, certains visiblement dégainaient à la première occasion et maniaient avec dextérité l’épée et la dague. Les mêmes avaient également le verbe haut et l’injure en permanence à la bouche. À travers les termes conventionnels des notaires de la Chancellerie ou des greffiers du Parlement, il est facile d’imaginer les « grosses paroles » vociférées autour de la maison de Rousseau durant l’après-midi et la soirée du 14 mai. Replacé dans la société nobiliaire des années 1450, le meurtre n’a, en fait, rien d’inexplicable. Il est le révélateur de tensions anciennes, d’un climat marqué par les guerres et leur souvenir. Il est l’expression d’un état d’esprit forgé, au sein du milieu aristocratique, par une sociabilité de compagnons d’armes. L’une des clés de l’affaire est l’existence autour de nobles personnages (Jousseaume) et de moins nobles (la victime, Rousseau) de petites bandes ou clientèles armées, prêtes à l’exercice de la force. Dans cette société, la violence, contenue l’essentiel du temps, pouvait éclater à tout moment et prendre des formes plus ou moins graves. Par-delà une question de personnalités (le caractère irascible de Jousseaume et de Rousseau), cette violence exprimait une rudesse des mœurs générale à l’ensemble du corps social. Elle se traduisait par des comportements qui, pour une part, n’étaient pas spécifiques à la noblesse. Les écuyers et le chevalier qui encerclaient la maison de Rousseau ne juraient pas ou n’insultaient pas différemment de leurs paysans. Tels qu’ils nous sont rapportés, les événements du 14 mai rappellent néanmoins, s’il en était besoin, l’existence d’une distinction fondamentale : les villageois rassemblés étaient au mieux « embastonnez » ; seuls étaient armés les nobles et leurs hommes. D’après les rémissions, non seulement la violence exercée par Jousseaume et consorts était légitime parce que mise au service de la justice mais elle était noble. En Gâtine, comme ailleurs, les gentilshommes voyaient dans l’usage des armes un privilège de leur état, quitte à en abuser.

26Préparé de sang-froid, exécuté avec détermination, type même du « vilain fait », l’assassinat de Rousseau s’est, malgré tout, déroulé dans des conditions exceptionnelles. Il fut pleinement un spectacle, dans lequel chacun a joué son rôle, témoins compris. Ni le pain et le vin offerts en signe de paix, ni la robe blanche enfilée par Mathurin d’Appelvoisin, encore moins les prières de Louise Rabateau et de ses filles n’ont pu arrêter le cours des choses. « S’il avoit cent vies, n’en rechaperoit point et […] mouroit le jour d’huy » aurait dit Appelvoisin. Peu importe que certains villageois aient crié « Noël » ou ne l’aient pas crié au soir du 14 mai. L’important est de noter que les « nobles gens » impliqués ont manifesté ostensiblement leur satisfaction d’avoir accompli ce qu’ils considéraient comme légitime et conforme à leur état. Le meurtre d’Hector Rousseau fut aussi une mise en scène délibérée, sous les yeux de la population villageoise, de la haine assouvie et de la violence nobiliaire.

Notes

1 Martin Hervé, Mentalités médiévales II. Représentations collectives du xie au xve siècle, Paris, 2001, p. 255.

2 Arch. nationales, JJ 188, nos 87, 88, 89, 90, f° 41-44 v°, nos 93, 94, f° 46 v°-47 v°, nos 118, 119, f° 57, publiées par Guérin P., Recueil des documents concernant le Poitou contenus dans les registres de la Chancellerie de France, t. X (1456- 1464), Archives historiques du Poitou, t. XXXV, Poitiers, 1906, nos MCCCVII à MCCCXIV, p. 125-165

3 AN, JJ198, n° 314, f° 276, publié par Guérin P., Recueil…, n° MCCCLIII, p. 311-318.

4 AN, X2a 28, 17 juillet-20 août 1459, 4 août, 18 novembre 1460, 5 mai 1461 (plaidoiries). X2a 29, f° 48, 66, 89 v°, 102, 165 r°-169 v°, 196, 197, 217, 220 v°, 222, 248 (arrêts). X2a 30, f° 195 v°-200 v° (arrêt du 10 septembre 1463). X2a 32, 20 janvier 1462 (n. st.), 25 mai, 13 décembre 1462, 19 juillet 1463, 13, 16, 23 février, 29 août 1464(plaidoiries).

5 Le meurtre de Rousseau, s’il a suscité un vif écho, n’a eu aucune conséquence politique sauf, éventuellement, le limogeage de Louis de Beaumont, le sénéchal de Poitou en 1460. De ce point de vue, il est très éloigné du meurtre de Louis d’Orléans en 1407, Guenée Bernard, Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans, 23 novembre 1407, Paris, 1992.

6 Guérin P., op. cit., p. XVIII-XLIII. Ces pages portent la marque de la critique positiviste alors à son apogée dans la recherche historique.

7 Trois avocats interviennent au cours de la procédure, Popaincourt au nom de la veuve et d’Albert Rousseau, Champront, défenseur de Charles Rousseau et des deux serviteurs d’Hector Rousseau et Poignant pour les inculpés.

8 Favreau Robert, La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge. Une capitale régionale, Poitiers, 1978.

9 Gauvard Claude, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1991, p. 74.

10 Guérin P., op. cit., p. IX. D’après mon comptage, sur les 92 lettres délivrées entre 1456 et 1464, 28 l’ont été à des nobles. Cette proportion est très supérieure au chiffre de 5,7 % établi sur des bases statistiques beaucoup plus larges par Claude Gauvard pour le royaume de France sous le règne de Charles VI.

11 À titre de comparaison, cf. la présentation des sources relatives à la noblesse bourguignonne par Caron Marie- Thérèse, La noblesse dans le duché de Bourgogne, 1315-1477, Lille, 1987, p. I-III.

12 Références n. 4.

13 La plaidoirie de Poignant commence le 2 août 1459, X2a 28, à la date.

14 Par exemple celle du 17 juillet 1459, X2a 28, à la date.

15 Il était accompagné de sa femme, Louise Rabateau, de Marguerite, fille qu’il avait eue de Mathurine de Liniers et de Jeanne, la fille qu’il avait de Louise.

16 « Pendant icelui temps, presque tout le peuple d’iceluy bourg ou vilaige du Breuil Barret et des vilaiges et païs d’environ, qui savoient que l’en vouloit prandre ledit Rousseau et sesdiz complices, […] se rendit jusques au nombre de deux cens personnes ou environ, les aucuns embastonnez et les autres non » (Guérin P,. op. cit., n° MCCCIX).

17 X2a 32, 23 février 1464.

18 Faute de place, ce résumé passe sous silence de nombreux détails pourtant fort intéressants

19 C’est, semble-t-il, le frère religieux d’Hector, Charles qui a saisi le Parlement, X2a 32, 23 février 1464.

20 Le lendemain, 27 mai, Louise Rabateau obtient des lettres du Parlement, X2a 29, f° 165 r°.

21 X2a 28, 17, 20 juillet, 17, 18, 20 août 1459.

22 Sans l’intervention de gens du pays, Mathurin d’Appelvoisin aurait tué Albert Rousseau rencontré fortuitement au « village » du Busseau. Colas Martin blesse grièvement un serviteur du même Albert Rousseau, tente de suborner des témoins, etc. Commission à l’enquêteur de la sénéchaussée de diligenter une information secrète sur ces faits, X2a, f° 220 v°.

23 X2a 29, f° 248.

24 Sur les requêtes présentées au roi et les problèmes qu’elles posaient, Guenée B. et Lehoux Fr., Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, 1968, p. 24, 184-185

25 Guérin P., op. cit., n° MCCCLIII. Une seule de ces lettres a été copiée dans le registre.

26 X2a 30, f° 195 v°-200 v°.

27 Ces dissensions ont donné lieu à un autre procès, X2a, 32, 29 novembre 1463, 13, 16, 23 février, 29 août 1464.

28 X2a 29, f° 165 r°-169 v°.

29 Il est significatif que, dans le procès qui l’a ensuite opposée à son beau-frère, sa veuve ait demandé une répartition des indemnités en s’appuyant sur un article de la coutume de Poitou relative aux partages entre nobles.

30 X2a 28, 6 août 1459.

31 X2a 28, 17 juillet 1459.

32 Cette précision a été donnée lors du procès de l’affaire de 1452, X2a 26, f° 270.

33 Le dossier judiciaire ne comporte aucune indication relative à l’université fréquentée par Rousseau.

34 L’assertion de Beauchet-Filleau, à l’article Appelvoisin, le présentant comme un « homme de guerre qui commettait des excès en Poitou » ne paraît fondée que sur le texte des rémissions, Beauchet-Filleau H. et Cherge Charles De, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, Poitiers, 1891-1976, t. I, p. 84.

35 Autrand Françoise, Naissance d’un grand corps de l’État. Les gens du Parlement de Paris, 1345-1454, Paris, 1981, p. 113.

36 X2a 28, 2 août 1459

37 Beauchet-Filleau H., op. cit., t. V, p. 354-355.

38 Ibid., t. I, p. 84.

39 Guérin P., op. cit., n° MCCCXI et n. 1.

40 Ibid., n° MCCCLIII.

41 Ibid., n° MCCCXIV

42 Achat effectué dix ans avant son mariage, X2a 32, 23 février 1464

43 Arrêt du Parlement en date du 28 avril 1453, X2a 26, f° 270. Cet arrêt, outre les réparations infligées aux coupables, portait que Rousseau était placé sous la sauvegarde royale.

44 X2a 28, 17 juillet 1459

45 Dans ses plaidoiries, Poignant s’efforce de dissimuler cette haine ; il affirme même que Rousseau, dont la maison était sise en la seigneurie de Jousseaume avait, par deux fois, prêté hommage à ce dernier.

46 X2a 28, 6 août 1459

47 X2a 28, 17 juillet 1459. Un procès était en cours entre Appelvoisin et Rousseau.

48 Le vieux coustumier de Poictou, Filhol R. (éd.), Poitiers, 1956, art. 682.

49 Albert Rousseau y était encore emprisonné le 18 septembre 1460, X2a 29, f° 248.

50 Les mentions hors de la teneur des huit lettres de rémission sont homogènes : « par le roy en son conseil. Rolant.– Contentor.Chaligaut ».

51 X2a 29, f° 196-197.

52 Une quarantaine de lettres d’abolition sont délivrées, entre le mois d’août 1445 et le mois d’août 1448, à des gentilshommes et à des gens d’armes poitevins sans doute trop compromis pour être couverts par les dispositions de l’amnistie générale consécutive à l’ordonnance de 1445 sur les compagnies d’ordonnance, Guérin P., op. cit., t. VIII et IX.

53 Contamine Philippe, La noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII, Paris, 1997, p. 198-207 ; Aurell Martin, La noblesse en Occident (ve-xve siècle), Paris, 1996, p. 146-161.

54 Guérin P., op. cit., n° MCCCVIII.

55 Il figure parmi les nobles de la châtellenie de Pouzauges qui se sont soustraits, sans excuse, en 1439, au service du roi dans ses armées et qui sont redevables d’une amende de quatre livres dix sous (BN, ms. fr. 24160, f° 37 v°) et Guérin P., op. cit., p. 151, n. 1.

56 Il figure parmi les nobles de la châtellenie de Pouzauges qui se sont soustraits, sans excuse, en 1439, au service du roi dans ses armées et qui sont redevables d’une amende de quatre livres dix sous (BN, ms. fr. 24160, f° 37 v°) et Guérin P., op. cit., p. 151, n. 1.

57 Guérin P., op. cit., n° MCCCIX.

58 X2a 28, 20 août 1459.

59 Il admet qu’en l’hôtel de Rousseau « y avoit une couleuvrine qui esté à Mouraud premier mari de la veuve mais n’en fut oncques tué aussy n’y avoit pierre pour ce faire mais quand le feu y fut bouté il trouva la couleuvrine chargiiée et tramponnée et peut être qu’elle se lachat » (X2a 28, 20 juillet 1459).

60 Gauvard Cl., op. cit., p. 705.

61 Même référence.

62 L’amende honorable, classique, que demande Popaincourt était à la hauteur de la gravité des faits : « requiert estre tenu par serment à faire amende honorable, à faire trois tableaux, l’un sur la porte de l’hostel d’Appelvoisin, l’autre sur la porte de Jousseaume et l’autre sur la porte de l’hostel du trepassé concernans ledit cas, aussi à faire ériger sur la place du Breuil Barret une croix de pierre et en faire attacher un epitaphe semblable aux dessusdits, à faire aussi un corps représentant la personne du trepassé, à le baiser à la bouche, à le porter à l’église, à faire chanter trois hautes messes et cent basses, à y assister, à ramener les parens du trepassé, ayans chacun en sa main, une torche de cire ardente, à porter le deuil, à faire une aumosne de deux blans à ung chacun pauvre, à fonder une chapelle de cent livres de rente, de diz livres pour le clerc, garnie de calices et austres ornemens » (X2a 28, 17 juillet 1459).

Auteur

Université de Nantes

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540