Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Cinquième partie. Mentalités et vie culturelle

Du malheur d’avoir du talent. Les mésaventures d’un peintre dans l’Angleterre des Lancastre

Sophie Cassagnes-Brouquet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Rares sont les sources qui nous permettent d’approcher l’existence des artistes installés dans les petites villes de province à la fin du Moyen Âge. Il suffit pourtant de se pencher sur les archives bourguignonnes ou anglaises des xive et xve siècles pour s’apercevoir qu’ils sont nombreux, ces peintres ou ces sculpteurs à œuvrer pour la clientèle des bourgs et des villages. Si leur vie pacifique et sans histoire n’a guère laissé de traces dans les mémoires, ils subsistent grâce aux multiples peintures murales, sculptures de pierre ou de bois qui peuplent encore les églises de l’Europe du Nord-Ouest.

  • 1 Un pléonasme !
  • 2 Sans doute de nos jours le bourg de Stony Stratford, à 25 km de Northampton.

2Il arrive parfois que quelques démêlés avec la justice nous révèlent les aléas d’une existence peu commune. C’est ainsi que deux documents anglais du xve siècle font renaître la figure singulière de John Peyntour, un peintre1, demeurant dans la bourgade de Penny Stratford sous les règnes d’Henry V et de son fils Henry VI2. Ces deux lettres patentes, délivrées par l’autorité royale, ont l’avantage de lever un coin du voile qui nous dissimule la condition des praticiens de l’art à la fin du Moyen Âge. Ainsi, à travers le récit de la destinée aventureuse de John Peyntour et des faits gravissimes qui lui sont reprochés par la justice royale, il nous a paru tentant d’esquisser une approche des formes de la criminalité et des modalités de sa répression sous les Lancastre, mais aussi d’examiner la participation d’un artiste aux tourmentes politiques de son temps. En un mot, d’évoquer les malheurs d’un peintre talentueux.

  • 3 Calendar of Patent Rolls, Henry V, Londres, 1911, p. 328.
  • 4 Calendar of Patent Rolls, Henry VI, Londres, 1901, p. 134.

3Le 1er mai 1421, Henry V diligente une commission d’enquête, placée sous la houlette du sheriff du comté de Northampton, afin de se saisir d’un certain nombre de malfaiteurs ayant semé le trouble dans le Northamptonshire et le Buckinghamshire3. Parmi eux, se trouve un certain John Peyntour, peintre de Penny Stratford. Ces suspects doivent être interpellés, incarcérés et leurs biens confisqués au profit du roi. John Peyntour est bien arrêté, mais il s’enfuit en compagnie d’autres prisonniers de la prison royale de King’s Bench, installée dans le faubourg de Southwark, à Londres4. Des années plus tard, en 1436, il réapparaît et sollicite le pardon royal qui lui est accordé par le jeune Henry VI, le 2 mai 1436, mais pour trois ans seulement. Il semble qu’il soit encore installé à Penny Stratford ; il disparaît ensuite des archives.

  • 5 En dehors de John Peyntour, la lettre patente évoque Thomas Goldsmyth de Stratford-upon-Avon dans (...)

4John Peyntour et ses complices, évoqués dans cette dernière lettre patente, sont originaires des comtés de Northampton et de Warwick, dans les Midlands, mais il semble que les instigateurs du complot appartiennent surtout à la marche du pays de Galles, les comtés frontaliers de Salop et de Chester, assez mal contrôlés par le pouvoir royal des Lancastre5. Quels sont les faits qui sont reprochés à ces malfaiteurs ? Ils sont révélés par la lettre de pardon accordée par le roi Henry VI à John Peyntour le 2 mai 1436. Il a confessé ses crimes et s’est d’abord accusé d’avoir été complice dans une opération de fabrication de fausse monnaie, un délit assez courant, semble-t-il, dans l’Angleterre des Lancastre. Mais il a aussi pris part à un complot politique d’une tout autre envergure.

  • 6 Jacob E. F., The fifteenth century, 1399-1485, Oxford, 1969.

5Ce sont ses talents d’artiste qui l’ont conduit à la délinquance. John Peyntour a confessé aux juges du roi qu’il a été abordé au printemps 1421 par ses futurs complices qui se sont enquis de ses qualités de peintre. Ils lui ont demandé s’il savait peindre les bannières, les penons et les cottes d’armes des Lords. Il a répondu sans aucune hésitation qu’il y était tout à fait apte. Aussitôt, ses interlocuteurs se sont enhardis et lui ont demandé s’il était capable de garder un secret et, comme il acquiesçait, ils lui ont donné un cheval hongre et la somme de cinq marcs d’argent, des gages considérables afin de l’impliquer dans leur entreprise criminelle. Les conjurés lui dévoilent rapidement leur plan. Ils ont prévu d’espionner le roi Henry V à son retour en Angleterre, d’apprendre quand il se rendrait en pèlerinage pour se saisir de lui, grâce à une compagnie de quatre-vingts hommes armés, et, si nécessaire de le tuer. En effet, le roi Henry V est revenu dans son royaume au début du mois de février 1421 et au printemps, il a entrepris une tournée dans son pays, en passant par Bristol, Shrewsbury, Coventry, Leicester, York, Lincoln, Lynn et Norwich. Il s’est aussi rendu en pèlerinage à Notre-Dame de Walsingham, comme les conjurés l’ont imaginé6. Leur projet hardi implique de nombreux préparatifs. John Peyntour leur jure de garder le secret et accepte de les accompagner à Londres afin de s’y procurer le matériel nécessaire à la tâche qui lui est demandée. Il revient ensuite dans le Nord et attend leurs ordres.

6Quelque temps plus tard, il entre en contact avec un orfèvre de Stratford-upon-Avon, John Goldsmyth et lui demande de lui faire parvenir ainsi qu’à d’autres conjurés dix livres sterling en fausse monnaie qu’ils font circuler dans la région. Cette entreprise de faux monnayage prend des proportions plus importantes lorsque John Peyntour rencontre à Birmingham un mercier Henry Waryn et un cordonnier William Wodecote et leur demande de lui fournir des rognures de bonne monnaie pour un poids de quarante shillings, rognures qu’ils ont élaborées depuis deux semaines, afin de les donner au faussaire John Goldsmyth.

  • 7 Calendar of Patent Rolls, Henry VI, p. 134.

7Les charges reprochées à John Peyntour, le complot contre le roi et le faux monnayage, appartiennent toutes deux aux crimes les plus importants, qualifiés de félonie dans l’Angleterre des Lancastre. Le premier, qui semble le plus abouti, est celui d’une entreprise de faux monnayage, sans doute destinée à financer la conjuration. De fausses pièces ont bel et bien circulé dans cette région des Midlands. Le principal responsable de cette œuvre est sans surprise un orfèvre, John Goldsmyth, habitué à manier les métaux précieux. Si John Peyntour y est gravement compromis, il n’agit ici que comme intermédiaire. L’autre affaire, beaucoup plus grave, mais qui semble avoir avorté bien avant d’être mise à exécution, prévoit la capture et l’assassinat du roi, un véritable complot de nature politique et c’est ici que le talent du peintre intervient en tant que tel. Lorsque les conjurés abordent John Peyntour, ils lui demandent avant tout s’il sait peindre des bannières. La décoration des penons et des cottes d’armes portées par les livrées des seigneurs est en effet l’une des principales activités des peintres de l’Angleterre médiévale. Sans qu’il soit besoin d’insister, il est clair que les comploteurs souhaitent déguiser leur troupe de quatre-vingts hommes en la livrée d’un puissant seigneur dont le roi Henry V ne se méfierait pas afin de le capturer sans difficulté. Ils accompagnent John à Londres afin qu’il puisse s’y fournir en « tartaryn », le tissu décoré que portent les membres des livrées. Deux graves tentatives de déstabilisation du pouvoir royal se combinent ici. Cependant, les conjurés n’ont guère le temps d’agir. Le complot, initié autour de Pâques 1421, est rapidement démasqué et John Peyntour est emprisonné dès le mois de mai suivant (8 mai 1421). Il n’y reste guère. Une lettre patente du 14 juillet 1423 nous apprend qu’il s’est évadé de la prison de King’s Bench, à Southwark, le 18 mars précédent7.

8Il convient désormais de se pencher sur la personnalité des accusés qui ont trempé dans ces deux entreprises criminelles. Dans sa confession au roi, John Peyntour décline leur identité et leur condition. Ils appartiennent à deux groupes bien distincts de la société anglaise de la fin du Moyen Âge. Le premier est issu de la classe des artisans urbains, ils sont particulièrement impliqués dans la production de fausse monnaie. Ils demeurent tous dans des modestes villes des Midlands, Stratford-upon-Avon pour l’orfèvre Thomas Goldsmyth, Shrewsbury pour le cordonnier William Caughley et le boucher John Bocher, encore apprenti. Il faut y ajouter un autre cordonnier William Wodecote de Cawres et un mercier Henry Waryn de Worthyn. Installés dans de petites cités, ils y pratiquent leur profession dans le cadre traditionnel des métiers urbains. Ils appartiennent tous à des professions de l’artisanat et du commerce au statut relativement élevé. Les merciers, les orfèvres et les bouchers tiennent souvent le haut du pavé dans les villes médiévales. Ce n’est donc pas la pauvreté ni un statut dévalorisé qui les a menés à la délinquance.

  • 8 Allmand C., Henry V, Yale University Press, 1997, p. 304.

9Les autres membres du complot offrent un profil bien différent. Ils en sont vraisemblablement les instigateurs, en particulier John Gramme, qualifié de gentilhomme par John Peyntour. Ce personnage s’entoure de toute une troupe de « yeomen », de riches agriculteurs, implantés dans des villages des Marches du pays de Galles. Ils font sans doute partie de sa livrée ? Deux mondes normalement étrangers l’un à l’autre se rencontrent ici à l’occasion de ce complot. Qu’ont-ils donc en commun : la haine des Lancastre, l’attachement à l’ancienne dynastie des Plantagenêts, très sensible dans cette région de marche ou bien encore une adhésion commune à l’hérésie des Lollards, sévèrement réprimée par le roi Henry V depuis l’échec de la tentative du coup de main lollard de sir John Oldcastle en 14148 ? Ces deux hypothèses ne s’excluent nullement. Bien entendu, le pardon accordé par Henry VI quinze ans plus tard ne nous en dit rien. Il nous reste donc à esquisser timidement quelques tentatives d’explication.

  • 9 Powell E., « The restoration of law and order », Harriss G. L., Henry V, The pratice of kingship, (...)
  • 10 Allmand C., op. cit., p. 321.
  • 11 bid., p. 320.

10Les deux crimes évoqués ici sont tout à fait représentatifs des désordres qui règnent dans l’Angleterre des Lancastre. Le pays connaît alors une véritable épidémie de fausse monnaie à la fin du règne d’Henry V. En dépit des victoires du roi sur le continent, les dépenses engendrées par la guerre ruinent les finances et les autorités ont le plus grand mal à maintenir le bon aloi de la monnaie. Les faux monnayeurs profitent du manque d’espèces pour multiplier leurs entreprises9. En dépit des statuts royaux qui octroient de nouveaux pouvoirs aux juges de paix et aux commissions d’assises contre les faussaires, le problème demeure entier. En 1419, le roi autorise l’arrestation immédiate des suspects10. L’année suivante, des actions dynamiques sont entreprises contre ceux qui falsifient les poids et la monnaie. Ce crime est donc pris très au sérieux par la monarchie, mais les effets de la répression demeurent très limités11.

  • 12 Powell E., op. cit., p. 73.
  • 13 Allmand C., op. cit., p. 316.

11Les complots contre la personne royale sont également très fréquents sous les règnes d’Henry IV et d’Henry V, en particulier dans le Nord du pays et sur les Marches du pays de Galles. De nombreuses pétitions sont adressées par les Communes entre 1415 et 1422 pour dénoncer les agissements de bandes criminelles, composées de rebelles et de lollards, qui maintiennent un climat d’insécurité dans ces comtés12. De véritables groupes armés, dirigés par les nobles et leur livrée, maintiennent un climat de violence dans les Midlands de l’Ouest dont sont originaires nos conjurés. Certains mettent en avant leur fidélité à la dynastie des Plantagenêts, en prétendant que le roi Richard II n’est pas mort et qu’il reviendra pour chasser les usurpateurs Lancastre, d’autres sont attirés par l’hérésie lollarde13.

  • 14 Bellamy J., Crime and public order in England in the later Middle Ages, Londres/Toronto, 1973, p. (...)
  • 15 Calendar of Patent Rolls, Henry V, p. 328. Bellamy J., 1973, p. 99.
  • 16 Powell E., op. cit., p. 57.
  • 17 Allmand C., op. cit., p. 325.
  • 18 Bellamy J., op. cit., p. 3.

12Nos criminels sont donc bien représentatifs des délinquants de leur région et de leur temps. Face à ces méfaits, la réponse de la justice royale présente un visage contrasté. Henry V est parfaitement conscient de la nécessité d’une remise en ordre de la paix civile dans son royaume et entreprend dès son avènement en 1413 de réprimer efficacement les désordres dénoncés avec insistance par le Parlement14. Afin d’assurer son autorité, le roi multiplie les commissions d’enquête composées de personnalités locales comme le sheriff mais aussi de juristes, proches du souverain, issus des tribunaux londoniens de King’s Bench et de Marshalsea, de nobles et de serviteurs royaux afin d’enquêter sur les crimes commis dans les comtés15. Elles peuvent suivre des circuits d’inspection deux fois par an pour entendre les cas civils et criminels16. La présence de juristes proches du roi, souvent étrangers à la région dans laquelle ils sont envoyés, permet d’assurer une plus grande efficacité à ces commissions, en leur épargnant la principale plaie du système judiciaire anglais, la corruption17. Cependant, en dépit de tous les efforts entrepris par Henry V, l’Angleterre demeure, à la fin du Moyen Âge, réputée dans tout l’Occident pour son haut niveau de criminalité18. L’absence prolongée du monarque et ses séjours sur le continent autorisent les groupes criminels à reprendre de la vigueur et les désordres reprennent à la fin du règne d’Henry V. Les aventures de John Peyntour le démontrent amplement.

  • 19 Ibid., p. 169.
  • 20 Ibid., p. 177.

13Il convient d’ajouter à ces difficultés la fragilité du système carcéral. John Peyntour parvient à s’évader de l’une des principales prisons du roi à peine deux ans après avoir été arrêté. Il y attendait sans doute son procès. En effet, les suspects de félonie sont arrêtés et emprisonnés avant et après le jugement, de façon assez arbitraire. La prison de King’s Bench où est enfermé notre peintre reçoit les prisonniers en attente de jugement19. Cependant, tous les documents du temps l’attestent, il n’est guère difficile de s’en évader. Le système de surveillance des prisons est peu efficace et les évasions sont fréquentes et collectives. Les prisonniers creusent des tunnels ou des trous dans les murs et regagnent facilement la liberté20. L’autorité royale ne dispose alors d’aucun moyen d’intervention pour les retrouver. C’est ainsi que John Peyntour coule treize ans de tranquillité et de liberté dans sa petite ville de Penny Stratford avant de demander son pardon au roi.

  • 21 En l’occurrence, il s’agit d’un pardon individuel accordé par Henry VI à John Peyntour. Calendar o (...)
  • 22 Calendar of Patent Rolls, Henry VI, p. 134.
  • 23 Bellamy J., op. cit., p. 194-197.

14Les Lancastre, en particulier Henry VI, multiplient l’octroi de pardons envers les suspects et les condamnés. Le pardon est une prérogative royale, accordée par lettre patente, individuelle ou collective21. Dans le cas d’un pardon collectif, le roi annonce solennellement l’ouverture d’une période limitée pendant laquelle chacun pourra lui acheter son pardon contre une somme relativement modique de 16 shillings et 4 pence. Les pardons comportent souvent des clauses limitatives dans la durée et la gravité des charges reprochées. Ainsi, John Peyntour n’obtient qu’une grâce limitée à trois ans, afin de mettre sa fidélité à l’épreuve22. La vente de pardons par Henry VI correspond à deux volontés bien distinctes : elle a d’abord une fonction financière, c’est un moyen commode de remplir les caisses du roi, mais elle correspond aussi à une aspiration sincère de ce roi dévot à rétablir l’harmonie dans son pays et à pardonner les offenses en bon chrétien. D’après les nombreuses pétitions des Communes qui s’inquiètent de cette attitude, Henry VI semble avoir accordé sa grâce avec un peu trop de facilité. Entre 1436 et 1460, les pardons généraux du roi n’auraient pas concerné moins de douze mille personnes23.

15Les aventures de John Peyntour et la relative impunité dont il jouit tout au long de son existence sont donc représentatives de son temps. C’est bien là l’une des richesses de ces lettres patentes que de nous faire pénétrer au cœur du système judiciaire des Lancastre. Cependant, elles offrent bien d’autres aperçus intéressants sur la vie d’un artiste anglais à la fin du Moyen Âge.

  • 24 Cet aspect des rapports entre les peintres et leurs fournisseurs a été abordé dans Cassagnes-Brouq (...)

16Elles présentent d’abord le peintre John Peyntour dans son milieu social et culturel, celui des métiers de l’artisanat et du commerce qui domine les petites villes anglaises. Les complices qu’il fréquente ont suivi le même parcours que lui, celui de l’apprentissage et de l’installation dans un atelier urbain. Cet artiste est immergé au cœur d’une société urbaine où les professions artistiques ne sont pas encore exclusives les unes des autres. Les liens ne sont pourtant pas seulement professionnels, ils sont aussi teintés d’amitié et de complicité en l’occurrence. Il n’est guère étonnant de voir avec quelle facilité John Peyntour entre en contact avec l’orfèvre John Goldsmyth. En Angleterre, comme sur le continent, les orfèvres comptent alors parmi les principaux fournisseurs des peintres auxquels ils vendent les feuilles d’or et d’argent ainsi que quelques pigments à base de pierres semi-précieuses qu’ils emploient dans leurs œuvres24. C’est sans doute au cours de ces échanges que des liens d’amitié se nouent entre les membres de ces deux professions.

  • 25 Pitmanw. H., The worshipful company of Painters, Londres, 1906.
  • 26 Woolgar C. M., Households accounts from medieval England, V. 1 et 2, New York, 1992-1993, t. 1, p. (...)
  • 27 La somme est importante 468 marcs 3 shillings 4 pence. Les paiements s’échelonnent de 1423 à 1425. (...)

17Le sort de John Peyntour dépend aussi de ses talents d’artiste et c’est en tant que tel qu’il a été engagé dans le complot. Les termes de la lettre patente du roi Henry VI nous éclairent ainsi sur les attributions d’un peintre dans l’Angleterre des Lancastre. Elles ne correspondent pas forcément à ce que l’on attendrait dans le système classique des Beaux-Arts. Ce sont avant tout des talents de décorateur que les comploteurs attendent de leur complice : savoir peindre les armes et les livrées des Grands. Jadis attachée à Londres à la corporation des selliers25, la profession de peintre n’a pas encore perdu dans l’Angleterre de la fin du Moyen Âge son caractère artisanal. Les peintres reçoivent des nobles des commandes souvent modestes. Vivre noblement, c’est encore à la fin du Moyen Âge, afficher des valeurs guerrières. La noblesse conserve sa vocation chevaleresque. Les nécessités militaires et le souci de l’ostentation font bon ménage et animent un petit marché de l’art. Ainsi, le plus souvent, les peintres sont-ils attachés à de simples travaux de décoration à Londres comme dans les villes de province. En 1418-1421, Robert Tenderden, peintre d’Henry V, apparaît dans les comptes de Thomas de Lancastre sous le nom de Roberto Peyntour. Il est payé 9 shillings et 6 pence pour les peintures du char du duc26. Thomas Wryght, un autre peintre de Londres, travaille en 1423 avec d’autres artisans, des selliers et des brodeurs, à réaliser un ensemble de harnais de joutes que son commanditaire William, lord Botreaux, chevalier, a bien des difficultés à leur payer27. Ces activités qui peuvent paraître assez éloignées de notre conception de la vocation de l’artiste n’en constituent pas moins le quotidien des peintres en Angleterre comme sur le Continent.

  • 28 Calendar of Patent Rolls, 1413-1413, Londres, 1911, p. 64.
  • 29 Ibid., p. 175.
  • 30 Harvey J., Gothic England, A survey of national culture, Londres, 1947, p. 84.

18Les Comptes de la Garde Robe royale détaillent à l’envi les nombreuses taches confiées aux peintres héraldistes à l’occasion des cérémonies de couronnement, des tournois et des joutes qui rythment la vie de la capitale anglaise. Les ateliers de la Garde Robe sont installés non loin de la cathédrale Saint-Paul, au cœur de la Cité. Ils sont dirigés par les artistes de la cour qui font souvent appel à d’autres peintres pour les aider à remplir des taches très variées. En 1399, Thomas Gloucestre, peintre d’Henry IV, crée des décors pour son couronnement à Westminster. Il réalise aussi des bannières, des penons et des étendards pour le tournoi donné à Eltham en l’honneur de l’empereur de Byzance28. Robert Tenderden fait la polychromie de harnais de joutes en 1413 pour le roi29. En 1415, William Stone peint le grand bateau du roi Henry V avec sa devise « une sanz pluis », il est payé 7 livres 6 shillings 8 pence30. Peindre des armoiries, orner les cottes d’armes des devises des familles nobles ne sont pas considérées comme des tâches secondaires dans l’Angleterre des Lancastre. La pratique criminelle de John Peyntour ne fait donc que reproduire la principale fonction des peintres de son temps.

  • 31 Les Percies, une grande famille du Nord du royaume, d’abord alliée à Henry IV, se sont révoltés co (...)

19Reste une dernière interrogation à adresser à cet épisode peu connu de l’histoire anglaise, celle du complot. Quelles sont les motivations de ces conspirateurs ? Il convient d’avancer ici prudemment, cependant quelques éléments du pardon royal nous permettent de formuler des hypothèses. Cette conspiration de 1421 n’est pas la première fomentée contre la personne d’Henry V. Deux célèbres complots, visant à s’emparer du roi, ont alors déjà été déjoués. Le premier fut celui du lollard sir John Oldcastle en janvier 1414, le second fut initié par un proche de la famille des Percies31, Henry, lord Scrope. Il fut découvert le 2 août 1415 à Southampton alors que le roi s’apprêtait à passer sur le continent. Tous deux envisageaient l’assassinat du roi, ils ont lamentablement échoué. Cependant, leur déconfiture ne semble pas avoir découragé les comploteurs de 1421.

  • 32 Jacob E. F., op. cit., 1969, p. 146.
  • 33 Powell E., op. cit., p. 73.
  • 34 Sous l’expression de « bastard feudalism ». Bellamy J., op. cit., p. 20.

20La dynastie des Lancastre est encore mal assurée et les nostalgiques de Richard II évoquent toujours sa mémoire, maintenant l’assurance de son retour dans le but de chasser les usurpateurs32. Les régions de l’ouest des Midlands, dont sont originaires les employeurs de John Peyntour, sont particulièrement sensibles à cette propagande anti-Lancastre. Les désordres sont fréquents sous le règne d’Henry IV dans le Herefordshire, le Staffordshire et le Shropshire. Les pétitions adressées au Parlement dénoncent régulièrement l’existence de groupes armés qui y font régner un climat d’insécurité. Si Henry V rétablit l’ordre au début de son règne, ses absences répétées permettent la renaissance de ces bandes criminelles à partir de 1417. Les plaintes enregistrées par le Parlement les décrivent comme des groupes, composés de rebelles et de lollards33. Elles sont souvent dirigées par un chef issu de la gentry, ici le gentleman John Gramme ; les autres membres, plus modestes, appartiennent à sa livrée. Le système des livrées est fréquemment dénoncé par les historiens de l’Angleterre médiévale comme le principal facteur de désordre dans le pays34. Si elles ne sont pas dénuées d’un certain degré d’organisation interne, ces bandes armées engendrent un climat de désordre, marqué par l’omniprésence des guerres privées ; elles assurent aussi l’impunité à leurs membres face aux hommes de loi, terrifiés ou débordés. Elles fleurissent dans les régions de marche, à la frontière de l’Écosse ou du pays de Galles, éloignées du pouvoir central. Des zones incontrôlées où viennent trouver aussi refuge les suspects d’hérésie.

  • 35 Dans un ouvrage récent, Paul Strohm démontre comment les chroniqueurs favorables à Henry V ont dém (...)
  • 36 Allmand C., op. cit., p. 304.
  • 37 Aston M. E., « Lollardy and sedition, 1381-1431 », Past and Present, n° 17, 1960, p. 1-44, p. 5.
  • 38 Ibid., p. 15.

21Si l’on s’interroge sur les motivations de nos comploteurs, le sentiment d’une haine politique pèse assez peu face à d’autres aspirations de nature religieuse. Le premier complot lollard, celui de sir John Oldcastle nous ramène en effet dans cette région des marches galloises dont l’investigateur était originaire. Après son échec en janvier 1414, sir John Oldcastle parvient à s’enfuir, il se réfugie au pays de Galles où il n’est découvert et arrêté qu’en novembre 1417. Il est condamné et aussitôt pendu le 14 décembre suivant35. Son arrestation marque la fin de la menace lollarde contre les Lancastre. Néanmoins, les lollards ne disparaissent pas encore et des signes évidents de leur activité sont encore perceptibles dans les Midlands en 142136. Les lollards sont particulièrement hostiles au jeune roi. Alors qu’il n’était encore que prince de Galles, Henry avait montré sa détermination à pourchasser l’hérésie en assistant le 5 mars 1410 en personne à Smithfield au bûcher de l’artisan John Badby, originaire du Worcestershire. Déjà, les marches du pays de Galles et les Midlands de l’ouest sont dénoncés au Parlement comme les repaires des lollards ou des suspects qui tentent de s’y faire oublier. Depuis la révolte des Travailleurs en 1381, cette hérésie est perçue par les autorités civiles comme une source potentielle de rébellion, une opinion qui se maintient jusqu’à son extinction vers 143137. La chasse aux lollards se traduit par une augmentation de l’activité judiciaire et la multiplication des commissions d’enquête dans les centres urbains suspects d’hérésie : Coventry, Northampton, Leicester ou Bristol38. À l’origine universitaire, le lollardisme s’est répandu dans d’autres groupes comme la gentry et l’artisanat urbain. Si rien ne nous prouve que John Peyntour et ses complices adhèrent à cette hérésie, l’hypothèse n’apparaît pas tout à fait absurde en raison de leurs origines sociales et géographiques et de la détermination de leur propos, l’assassinat d’un roi, considéré par tous comme le grand pourfendeur des lollards.

  • 39 Sayles G. O., Select cases in the Court of King’s Bench, t. VII, Selden Society, Londres, 1971, p. (...)
  • 40 Public record Office, Geol delivery rolls, Just. 3/195/50.
  • 41 Strohm P., op. cit., p. 129.
  • 42 British Library, Cotton ms. Claudius A ii, le traité est associé dans le manuscrit à un ouvrage de (...)

22Curieusement, le crime de faux monnayage est souvent associé à l’hérésie lollarde. En 1419, William Carsewell est arrêté pour contrefaçon. Il avoue que deux ans auparavant, il a été contacté par le prieur et le cellerier de l’abbaye de Wenlock qui lui ont proposé de faire de la fausse monnaie « ad similitudinem monete dominis regis Anglie de grotis ». Le prieur l’a ensuite mis en contact avec sir John Oldcastle, alors en fuite, qui lui a demandé de lui prêter serment de fidélité et de faire de la fausse monnaie39. Robert Rose, un chapelain de Hetershorn dans le Derbyshire est lui aussi arrêté pour ces deux charges en 1415-141640. Si l’on en croit Paul Strohm, ces aveux sont sans doute de pures inventions de la part des suspects afin de faire porter le poids de leur faute sur la personne de sir John Oldcastle. Ils n’en révèlent pas moins le souci des autorités et la méfiance qui subsiste envers ces zones de marches, toujours mal contrôlées41. Dans l’esprit des contemporains d’Henry V, le crime de faux monnayage et l’hérésie sont souvent liés par un goût commun pour le mensonge, la falsification. Un traité anglais du xve siècle, consacré à l’excommunication, les associe sous la même rubrique intitulée : « alle eretekkes that done wyttyngly aveynis the lawe of Crist » and those who « falsen the Kyngis money or chyppith it42«. Ces quelques exemples tendent sans doute à confirmer l’hypothèse d’un complot de nature plus religieuse que politique. Cependant, le mystère doit rester entier. John Peyntour n’a rien révélé de ses motivations. L’historien en reste réduit aux hypothèses. Cependant, en dépit de cette énigme, ces deux lettres patentes offrent des éclairages intéressants sur la condition et les aspirations d’un peintre de province dans l’Angleterre des Lancastre.

Notes

1 Un pléonasme !

2 Sans doute de nos jours le bourg de Stony Stratford, à 25 km de Northampton.

3 Calendar of Patent Rolls, Henry V, Londres, 1911, p. 328.

4 Calendar of Patent Rolls, Henry VI, Londres, 1901, p. 134.

5 En dehors de John Peyntour, la lettre patente évoque Thomas Goldsmyth de Stratford-upon-Avon dans le Warwick - shire, William Caughley de Shrewsbury dans le comté de Salop, Henry Waryn de Worthyn et William Wodecote de Wawres dans le même comté, John Forest de Pole et Richard Hamme dans le comté du même nom et Thomas Clerk d’Evesham dans le comté de Worcester.

6 Jacob E. F., The fifteenth century, 1399-1485, Oxford, 1969.

7 Calendar of Patent Rolls, Henry VI, p. 134.

8 Allmand C., Henry V, Yale University Press, 1997, p. 304.

9 Powell E., « The restoration of law and order », Harriss G. L., Henry V, The pratice of kingship, Oxford, 1985, p. 73.

10 Allmand C., op. cit., p. 321.

11 bid., p. 320.

12 Powell E., op. cit., p. 73.

13 Allmand C., op. cit., p. 316.

14 Bellamy J., Crime and public order in England in the later Middle Ages, Londres/Toronto, 1973, p. 8.

15 Calendar of Patent Rolls, Henry V, p. 328. Bellamy J., 1973, p. 99.

16 Powell E., op. cit., p. 57.

17 Allmand C., op. cit., p. 325.

18 Bellamy J., op. cit., p. 3.

19 Ibid., p. 169.

20 Ibid., p. 177.

21 En l’occurrence, il s’agit d’un pardon individuel accordé par Henry VI à John Peyntour. Calendar of Patent Rolls, Henry VI, p. 134. Bellamy J., op. cit., p. 192-193.

22 Calendar of Patent Rolls, Henry VI, p. 134.

23 Bellamy J., op. cit., p. 194-197.

24 Cet aspect des rapports entre les peintres et leurs fournisseurs a été abordé dans Cassagnes-Brouquet S., « La couleur et l’éclat, commerce et échange des matières premières destinées aux peintres et aux verriers dans la Bourgogne des ducs Valois », Mémoires de la Société pour l’histoire du droit et des Institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, t. 55, 1998, p. 77.

25 Pitmanw. H., The worshipful company of Painters, Londres, 1906.

26 Woolgar C. M., Households accounts from medieval England, V. 1 et 2, New York, 1992-1993, t. 1, p. 652.

27 La somme est importante 468 marcs 3 shillings 4 pence. Les paiements s’échelonnent de 1423 à 1425. Calendar of Close Rolls, 1421-1429, Londres, 1932, p. 228.

28 Calendar of Patent Rolls, 1413-1413, Londres, 1911, p. 64.

29 Ibid., p. 175.

30 Harvey J., Gothic England, A survey of national culture, Londres, 1947, p. 84.

31 Les Percies, une grande famille du Nord du royaume, d’abord alliée à Henry IV, se sont révoltés contre le roi et ont été battus à Shrewsbury le 21 juillet 1409 par le prince de Galles, futur Henry V. L’un de nos comploteurs est lui-même originaire de Shrewsbury.

32 Jacob E. F., op. cit., 1969, p. 146.

33 Powell E., op. cit., p. 73.

34 Sous l’expression de « bastard feudalism ». Bellamy J., op. cit., p. 20.

35 Dans un ouvrage récent, Paul Strohm démontre comment les chroniqueurs favorables à Henry V ont démesurément exagéré l’ampleur de ce complot. Ils avancent le chiffre de 20000 lollards massés à St. Giles’s Field, alors qu’ils n’étaient en réalité pas plus d’une centaine. Strohm P., England’s empty throne. Usurpation and the langage of legitimation, 1399-1422, New Haven/Londres, 1998, p. 66.

36 Allmand C., op. cit., p. 304.

37 Aston M. E., « Lollardy and sedition, 1381-1431 », Past and Present, n° 17, 1960, p. 1-44, p. 5.

38 Ibid., p. 15.

39 Sayles G. O., Select cases in the Court of King’s Bench, t. VII, Selden Society, Londres, 1971, p. 244-246.

40 Public record Office, Geol delivery rolls, Just. 3/195/50.

41 Strohm P., op. cit., p. 129.

42 British Library, Cotton ms. Claudius A ii, le traité est associé dans le manuscrit à un ouvrage de John Myrc, Festial, il a été publié dans Instructions for parish priests, Peacok Edward (éd.), Londres, 1902, p. 65.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540