Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Cinquième partie. Mentalités et vie culturelle

La réception du Pèlerinage de Vie humaine de Guillaume de Digulleville dans le milieu angevin d’après les sources et les manuscrits conservés

Anne-Marie Legaré

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Voir l’article « Guillaume de Digulleville » dans le Dictionnaire des Lettres françaises du Moyen (...)

1L’activité littéraire de Guillaume de Digulleville1 commence en 1330-1331 avec le Pèlerinage de vie humaine, un long poème allégorique de 13 500 vers qui relate le cheminement du chrétien vers la Jérusalem céleste. Il ne semble pas inutile de résumer brièvement l’action de cette œuvre telle qu’elle est donnée par la première rédaction qui connut un immense succès en Europe du xive au xvie siècle.

2Armé de la besace de Foi et du bourdon d’Espérance, Guillaume entreprend un pèlerinage vers la Jérusalem céleste qu’il a vue en rêve dans un miroir. Il s’engage sur un chemin qui bientôt se divise en deux voies opposées, celle d’Oiseuse et celle d’Occupation. Séduit par les propos de la fille de Paresse, il décide de la suivre et s’expose alors à des épreuves de toutes sortes : sept vieilles monstrueuses représentant les sept péchés capitaux tenteront sans relâche de lui ravir son bourdon afin de l’empêcher de se rendre à la Cité céleste. Avec l’aide de Grâce de Dieu et de Mémoire, le pèlerin résiste non sans mal et atteint finalement la nef de Religion que gouvernent les vertus monastiques. Le songe prend fin au moment où Mort vient faucher son âme.

  • 2 Pour tout ce qui concerne le Pèlerinage de Vie humaine en vers, je me suis appuyée sur l’étude fon (...)
  • 3 L’inventaire de la bibliothèque de Charles V, dressé en 1378 par Gilles Malet, mentionne à lui seu (...)
  • 4 Trois articles de l’inventaire de la bibliothèque du duc, établi par Robinet d’Estampes, mentionne (...)
  • 5 Philippe le Hardi, duc de Bourgogne à partir de 1363 jusqu’à sa mort en 1404, possédait deux exemp (...)
  • 6 Sur le mécénat bibliophilique de Jeanne de Laval, nous nous permettons de renvoyer à nos études «  (...)

3On conserve aujourd’hui près d’une centaine de manuscrits du poème dont au moins 75 contiennent la première rédaction et douze la seconde, datée de 1355. Les exemplaires connus, souvent accompagnés des deux autres pèlerinages qui en sont la suite – celui de l’Âme et celui de Jésus-Christ – attestent que l’œuvre, créée en milieu clérical, s’est très vite répandue auprès des lecteurs profanes2. En effet, le Pèlerinage de Vie humaine apparaît fréquemment dans les bibliothèques royales et princières françaises, et ce très tôt après sa composition. Il a alimenté les lectures de Louis Ier d’Anjou, sur qui nous allons bientôt nous arrêter, et celles de ses frères : le roi Charles V dont les cinq exemplaires contenant les Pèlerinages ne semblent pas avoir été enluminés3; le duc Jean de Berry, avec ses trois copies richement illustrées4 et enfin Philippe le Hardi, possesseur lui aussi de trois manuscrits5. Mais c’est dans le milieu angevin que, semble-t-il, s’est manifesté plus qu’ailleurs un intérêt soutenu pour Guillaume de Digulleville et plus particulièrement pour son Pèlerinage de Vie humaine. Rappelons que nous devons à Jeanne de Laval, la seconde épouse du roi René d’Anjou, d’avoir donné un nouveau souffle à ce texte en demandant sa mise en prose à un clerc anonyme d’Angers en 1465 (n. st.)6. Cette initiative fut vite appréciée par d’autres personnes de son entourage, ainsi qu’en font foi les sources d’archives et les manuscrits connus dont les armoiries pointent vers des possesseurs – et surtout des femmes – alliés à la famille d’Anjou.

Avant 1465

  • 7 Il a fait l’objet d’une étude et d’un fac-similé partiel par Bergmann Rosemarie, Die Pilgerfahrt z (...)
  • 8 Au f° 1 apparaissent les armes de Louis Ier (d’azur à fleurs de lys) et de Marie de Blois (armes d (...)
  • 9 Bergman R., Die Pilgerfahrt zum himlischen Jerusalem, op. cit., p. 34.

4Le plus ancien exemplaire conservé du Pèlerinage de Vie humaine qui ait appartenu à la maison d’Anjou date des années 1370, soit une trentaine d’années seulement après la composition de l’œuvre. Il est conservé à Heidelberg, sous la cote Pal. Lat. 19697. C’est le grand-père du roi René d’Anjou, Louis Ier d’Anjou (1339-1384) et son épouse Marie de Blois qui en furent les premiers possesseurs, comme l’atteste la présence de leurs armoiries en plusieurs endroits du manuscrit8. Il s’agit d’un superbe manuscrit doté de 127 miniatures, un cycle unique exécuté à Toulouse après 1360, date du mariage des propriétaires. Ces derniers résidaient alors en Languedoc, où le duc agissait comme lieutenant pour Charles V depuis 1365, charge qu’il conserva jusqu’en 1378. Par la suite, le manuscrit passa vraisemblablement entre les mains de Marguerite de Savoie, qui avait d’abord épousé en 1431 Louis III d’Anjou (1403-1434), petit-fils du duc et fils de Yolande d’Aragon, puis en secondes noces, l’électeur palatin Louis IV. C’est ce qui expliquerait sa présence aujourd’hui dans la bibliothèque allemande9. Nous avons là le premier témoignage de l’intérêt que les épouses et les filles des ducs d’Anjou n’ont cessé de porter aux œuvres de Guillaume de Digulleville.

  • 10 Reine de Sicile qui avait épousé en 1400 Louis II d’Anjou, le fils de Louis Ier.
  • 11 Cambridge, Musée Fitzwilliam, ms. 62. Voir la description de Jamesm. R., A Descriptive Catalogue o (...)
  • 12 Harthan John, The Book of Hours, Londres, Thames and Hudson, 1977, p. 116-117.
  • 13 Sur cette hypothèse voir Toynbee Margaret R., « The Portraiture of Isabella Stuart, Duchess of Bri (...)

5Peut-être Marguerite de Savoie acquit-elle le manuscrit de Marie de Blois par l’intermédiaire de sa belle-mère Yolande d’Aragon10. Cette dernière, en effet, manifesta un attachement certain pour l’œuvre du moine de Chaalis, à en juger par l’illustration de ses Heures qui comprennent un cycle complet des trois Pèlerinages parmi les 528 petites miniatures apparaissant dans les marges de la plupart de ses folios11 (pl. iii, fig. 3). La duchesse commanda le manuscrit vers 1415 au Maître de Rohan et à son atelier angevin, et l’offrit vraisemblablement à sa fille Yolande au moment de son mariage avec François Ier de Bretagne en 1431. Après la mort de Yolande d’Anjou en juillet 1440, à l’âge de vingt-huit ans, le manuscrit inachevé passa directement à Isabelle Stuart que François épousait en secondes noces en 1442. Les armoiries de la duchesse de Bretagne, ajoutées ultérieurement, sont visibles sur plusieurs de ses folios12 (pl. iii, fig. 3). L’illustration fut complétée après 1450, peut-être à l’occasion du mariage de Marguerite de Bretagne, la fille aînée d’Isabelle, avec François II de Bretagne en 145513.

  • 14 Aix-en-Provence, Bibl. mun., ms. 110.Ce manuscrit a été signalé par Camille M., op. cit., p. 277-2 (...)
  • 15 Ibid., p. 279, qui renvoie à M. L’Abbé, L’État de Provence dans sa noblesse, III, p. 24.

6Au tournant du xve siècle, Le Pèlerinage de Vie humaine était populaire non seulement chez les ducs et les duchesses mais aussi auprès des aristocrates de la cour d’Anjou, comme en témoigne un exemplaire d’origine provençale aux armes de la famille de Sade14. Ce manuscrit daté de 1386 pourrait avoir appartenu à Laure Paul de Sade, un membre très influent de la haute noblesse provençale qui, avant de devenir évêque de Marseille en 1406, fut secrétaire d’État de Yolande d’Aragon. Le testament de sa mère, veuve d’Auges de Sade, en date du 9 janvier 1399, décrit un lot de trente livres dont faisait peut-être partie ce Pèlerinage15.

  • 16 Cette information provient du colophon (f° 204).
  • 17 Philadelphie, Rosenbach Museum and Library, ms. 241/2. Voir la notice de Camille M. dans Leaves of (...)
  • 18 Par exemple, le manuscrit 1130 de la bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris ou encore le manuscrit (...)

7Enfin, un autre membre important de la cour d’Anjou, Louis Martel, seigneur d’Angierville, conseiller et chambellan du roi René16 reçut en cadeau un exemplaire des trois Pèlerinages sur parchemin, manuscrit exceptionnel par l’abondance de ses illustrations. René d’Anjou en commanda lui-même la copie en 1437 à Fromentin, son calligraphe en titre qui visiblement attacha un soin particulier à l’écriture du manuscrit (pl. iv, fig. 4). Trois artistes angevins se sont partagé l’exécution des 284 dessins aquarellés sertis dans de fins cadres dorés17. Ce cycle iconographique très abondant semble reposer sur un modèle parisien antérieur, comprenant les trois Pèlerinages18.

Entre l’Anjou et l’Angleterre

  • 19 Paris, AN, KK55, f° 136: Comptes de l’Argenterie de la Reine, édités par Gottlieb T., Ueber mittel (...)
  • 20 Hatfield House, Cecil Ms. 270. Cette traduction en prose du Pèlerinage de l’Âme avait été faite à (...)
  • 21 Quelques années plus tôt, vers 1400, un anonyme anglais avait traduit et transposé de vers en pros (...)
  • 22 Mise en prose faite à partir d’une première mise en prose que Gallopes fit vers 1426 pour le duc d (...)
  • 23 Voir infra, p. 549.

8Marguerite d’Anjou, la fille du roi René semble avoir, elle aussi, apprécié l’œuvre de Guillaume de Digulleville. Tenait-elle ce goût de Marie d’Anjou (1404-1463) sa tante qui fut propriétaire, entre autres manuscrits, d’un Pèlerinage de Vie humaine en vers19? C’est peut-être Marguerite qui apporta les poèmes du Pèlerinage de Vie humaine et du Pèlerinage de l’Âme à la cour anglaise après son mariage avec Henri VI d’Angleterre en 1444. Cette hypothèse avancée par M. Camille, s’appuie sur un superbe manuscrit de la traduction en prose du Pèlerinage de l’Âme montrant des parallèles avec certains manuscrits français du même texte en vers. L’exemplaire contient une inscription laissant penser qu’Henri VI en fut le propriétaire20. Si l’on admet un rôle ou, à tout le moins, un intérêt chez Marguerite d’Anjou pour l’œuvre de Guillaume de Digulleville, on peut, dans la même ligne de pensée, suggérer qu’ayant pris connaissance des entreprises de traductions en prose sur le sol anglais21, ce soit elle qui ait fait germer chez sa belle-mère Jeanne de Laval l’idée de commander la mise en prose du Pèlerinage de vie humaine. Marguerite pourrait en outre avoir contribué à faire connaître dans le milieu angevin le travail de mise en prose en français du Pèlerinage de l’Âme que Jean Galloppes, l’ancien chapelain de son beau-père Henri V, fit pour Jean, duc de Bedford, régent de France entre 1422 et 143122. Cela pourrait expliquer que sur les quatre témoins conservés de cette mise en prose, deux aient appartenu à des proches de la famille d’Anjou, Bertrand de Beauvau et sa fille Guyonne23.

Du vers à la prose

  • 24 Le Pelerin de Vie humaine, Mathieu Husz, Lyon, 1485, 1486, 1488, 1499 (sans titre) ; Le Pelerin de (...)
  • 25 Voir Winn Mary Beth, Anthoine Vérard, Parisian Publisher, 1485-1512. Prologues, Poems and Presenta (...)
  • 26 Nous renvoyons à notre article « Les Rapports du Maître d’Antoine Rolin avec l’imprimé. L’exemple (...)

9La mise en prose du Pèlerinage de Vie humaine faite par le clerc anonyme d’Angers en 1465, à la demande de la seconde épouse du roi René, ne connut pas le même succès que son modèle en vers, ainsi que l’atteste le nombre assez réduit des copies manuscrites qui sont parvenues jusqu’à nous. De cette production, n’ont survécu que dix témoins de qualité variable, allant de la simple copie sur papier sans illustration au luxueux exemplaire doté de plus de cent cinquante miniatures. Cependant, à partir de 1485, six éditions verront le jour dont cinq à Lyon par Mathieu Husz et Claude Nourry et une à Paris par Anthoine Vérard24. L’œuvre fut donc amplement diffusée par l’imprimé hors du milieu qui nous occupe. Deux exemples suffiront à le démontrer : l’exemplaire personnel du roi Henri VII, imprimé en 1499 par Anthoine Vérard et dont les bois ont été recouverts de miniatures par le Maître de Jacques de Besançon25 et le splendide manuscrit plus tardif, élaboré à partir de la structure textuelle de l’imprimé, dont la centaine de miniatures a été élaborée par le Maître d’Antoine Rolin, actif à Valenciennes, à partir d’une interprétation libre des bois de l’édition de Mathieu Husz26.

La reine Charlotte de Savoie

  • 27 Legaré Anne-Marie, « Charlotte de Savoie’s Library and Illuminators », actes du colloque internati (...)
  • 28 Ibid., inventaire n° 66.
  • 29 Ibid., inventaire n° 77, p. 76.
  • 30 Nous nous appuyons ici sur l’analyse textuelle menée par Françoise Bourgeois en vue de l’édition c (...)

10La très riche bibliothèque de Charlotte de Savoie comprenait au moins trois manuscrits du Pèlerinage de Vie humaine dont deux de la version remaniée. Son inventaire après décès mentionne en effet « ung livre de Pellerinaige de vie humaine, en parchemyn couvert de noir27 », sans préciser s’il s’agit de la version en vers ou en prose, un exemplaire du Livre du Pellerinaige en prose, et en pappier couvert de roge28 et enfin « ung livre couvert de veloux violet, ferment a deux fremouers d’argent aux armes de la royne, faisant mencion du Pellerinaige de Vie humaine remis en ung estuy de blanc et de roge29 » qui correspond sans l’ombre d’un doute à un magnifique exemplaire conservé aujourd’hui dans une collection privée. Il s’agit du témoin le plus ancien et le plus proche du texte originel de la mise en prose réalisée par le clerc d’Angers. L’antériorité de cet exemplaire repose sur l’analyse textuelle de tous les manuscrits disponibles. La confrontation des témoins montre que le texte du manuscrit de la Reine est le meilleur par sa structuration, son exactitude et sa fraîcheur qui font défaut aux autres témoins, déclassés par de nombreuses fautes de copie30. Il s’agit, en outre, du seul manuscrit copié et enluminé vers 1470 en Anjou, alors que la majorité des autres exemplaires est d’origine parisienne. Le style des 76 miniatures – 81 à l’origine – pointe vers un atelier angevin ou tourangeau influencé par Barthélemy d’Eyck, l’enlumineur préféré du roi René, provenance confortée par le vocabulaire ornemental typiquement tourangeau de l’unique bordure du manuscrit apparaissant sur le premier folio (pl. iv, fig. 5). Celle-ci, en forme de crochet, réunit élégamment la miniature représentant l’auteur à sa table de travail et la dédicace relatant les circonstances de la mise en prose de l’œuvre :

  • 31 1465 (n. st.).

« A l’onneur et gloire de Dieu tout puissant et pour obeir a la requeste de tres haulte et exellante princesse et ma tres redoubtee dame Jehanne de Laval, par la grace de Dieu Royne de Jherusalem et de Sicile, duchesse d’Anjou et de Bar et comtesse de Prouvence, etc. Je tres humble clerc, serviteur et subgiet d’icelle dame, demourant a Angiers, indigne de moy nommer pour evader gloire vaine, reputant la dicte requeste pour espicial commandement, me suis mis a convertir de rime en prose françoise le livre du Pellerinage de Vie humaine et y commencay ou moys de fevrier l’an que on disoit mil quatre cens soixante et quatre31, soubz la noble correction et benigne interpretacion de la dicte dame et de tous aultres qui mieulx le scauront, s’il leur plaist disposer et amender, en poursuivant a mon povoir, principalement la sentence et l’entendement de l’acteur dudit livre qui fut notable clerc et religieux nomme frere Guillaume de Guilleville, en l’abbaye de Chalit pres la cité de Senlis. »

  • 32 Sur les circonstances de la dispersion de la bibliothèque de Charlotte de Savoie, nous renvoyons à (...)
  • 33 Paris, BNF, fr. 823. Voir Camille M., op. cit., p. 318-321, n° 20.
  • 34 Paris, BNF, fr. 376. Voir récemment Ursula Baurmeister et Marie-Pierre Laffitte, Des Livres et des (...)

11La miniature n’a pas l’envergure de celle qui, au verso, surmonte majestueusement le début de l’œuvre. On y voit la Jérusalem céleste, étincelante d’or et de couleurs, que Guillaume a vue en rêve. Dans la marge inférieure, l’écu couronné, parti de France et de Savoie, soutenu par deux anges agenouillés est bien celui de la reine Charlotte. À la mort de la reine, le manuscrit ne passa ni à sa fille Anne de Beaujeu, première héritière de sa collection32, ni à son fils Charles VIII à qui on destina plutôt un exemplaire plus ancien comprenant les trois Pèlerinages en vers, daté du 29 avril 1393 et orné de 137 miniatures dues à l’enlumineur parisien Remiet33. Ce volume avait d’abord appartenu à Jean Bourré, précepteur du jeune dauphin, à qui il préféra donner à lire les œuvres de Guillaume de Digulleville dans leur forme originale en lui offrant son exemplaire personnel, avant qu’une copie bretonne plus moderne, des années 1450, abondamment illustrée, ne soit réalisée pour l’usage du roi34.

Bertrand de Beauvau et Louise d’Anjou

  • 35 Dictionnaire de Biographie française, Paris, Librairie Letouzey et Ané, 1951, t. V, p. 1201.
  • 36 Pour une description détaillée de ces armoiries brisées d’une étoile d’azur, voir Scévole et Louys (...)
  • 37 Pour la seule partie contenant le Pèlerinage de Vie humaine, il manque une grande miniature sur qu (...)

12Tout en se trouvant isolé des autres manuscrits par sa grande fidélité au texte originel, le Pèlerinage de Vie humaine de la reine montre de nombreuses affinités structurelles et iconographiques avec une famille d’exemplaires qui, dans trois cas sur quatre, sont de provenance parisienne et présentent des similitudes non seulement au plan de la rédaction mais encore au niveau de l’illustration. Les images apparaissent sous la forme de cycles similaires et soumis à une répartition à peu près identique au fil du texte. On ne sera pas étonné, dans ce contexte de grande proximité codicologique, littéraire et iconographique, que ces trois manuscrits aient eu pour possesseurs des personnalités gravitant autour de la cour d’Anjou. Ainsi, le plus ancien de ce groupe, contemporain du manuscrit de la Reine, a-t-il appartenu à Bertrand de Beauvau (v. 1400-1474), seigneur de Précigny, capitaine du château d’Angers, nommé sénéchal d’Anjou en 1462 et lié au roi René par son mariage en 1467 avec Blanche d’Anjou la fille naturelle du roi. Celle-ci fut sa quatrième et dernière épouse. En 1471, elle décédait sans jamais avoir « servi, aimé et honoré comme bonne femme doit faire à son mari35 ». Le manuscrit, aujourd’hui conservé à Soissons (Bibl. mun., ms. 208) porte les armes de Beauvau brisées d’une étoile d’azur en cœur de l’écu qui appartient à Bertrand36 (pl. v, fig. 6). Il contient le Pèlerinage de l’Âme en prose de Jean Gallopes, à la suite du Pèlerinage de Vie humaine. Ce bel exemplaire, auquel il manque quelques folios37, est illustré d’un ample cycle de miniatures réalisées dans un style parisien proche de Maître François.

Guyonne de Beauvau et René Ier de Laval

  • 38 Fille de Bertrand de Beauvau et de sa troisième épouse Ide du Chastelet, elle avait épousé en prem (...)
  • 39 René Ier de Laval (v. 1445-v. 1515), fils de Thibaut II de Laval et d’Anne de Maimbier, était seig (...)
  • 40 Elles apparaissent aux fos 1, 55, 99 v°, 128 et 153. À quel membre de la famille Laval faut-il rat (...)
  • 41 L’exemplaire a fait partie de la bibliothèque de M. d’Aguesseau avant de passer dans celle du Prin (...)
  • 42 The Aldenham Library Catalogue of the Famous Library, 1re partie, p. 50-51, lot 123, trois illustr (...)
  • 43 Sturzinger J. J., Le Pèlerinage de vie humaine de Guillaume de Deguileville, Londres, Nichols and (...)
  • 44 Les deux manuscrits sont de dimensions comparables (265 x 195 mm pour celui de Bertrand de Beauvau (...)

13Bertrand ne fut pas le seul Beauvau à apprécier les mises en prose de l’œuvre de Digulleville. Son exemplaire a dû rester dans la famille après sa mort survenue en 1474, comme le suggère un manuscrit presque jumeau qui fut exécuté quelques années plus tard et qui appartint à sa fille Guyonne38 et à son deuxième époux René Ier de Laval39. Les armes pleines de Laval ou parties du couple Laval-Beauvau apparaissent dans les encadrements floraux qui entourent les grandes miniatures placées au début de chacun des quatre livres du Pèlerinage de Vie humaine ainsi qu’au début du Pèlerinage de l’Âme40 (pl. v, fig. 7). Il est tentant de penser que l’occasion du second mariage de Guyonne en 1478 fut à l’origine de la fabrication du manuscrit, une pratique fréquente dans ces milieux aristocratiques. En tout cas, le style plus tardif des miniatures s’accorde bien avec cette date. L’ouvrage, dont on ignore la localisation actuelle, ne nous est connu que par le biais de deux catalogues de vente qui fournissent une description sommaire ainsi que quelques reproductions en noir et blanc41. Sa dernière apparition sur le marché remonte à 1937 lorsque la maison Sotheby organisa la vente de la bibliothèque d’Henry Gibbs, premier Lord Aldenham (1819-1907), conservée et augmentée par son fils, second Lord Aldenham42. Bibliophile réputé, celui-ci fut durant de longues années membre puis président du Roxburghe Club. Ce fait n’est pas sans importance car, outre les quelques photographies publiées dans le catalogue Sotheby, on trouve déjà dans la très rare édition du Pèlerinage de vie humaine en vers que le Roxburghe Club a publiée en 189343 quelques reproductions en couleur, sous la forme de chromolithographies qui, bien qu’elles rendent difficile toute appréciation stylistique, permettent cependant d’établir que le manuscrit fut copié sur celui de Bertrand de Beauvau, à moins que les deux exemplaires aient eu un modèle commun disparu depuis44 (pl. v, fig. 6 et 7).

Aymar de Poitiers

  • 45 Il s’agit du ms. fr. 1818 (ancien Colbert 4693) de la BNF, dont la reliure est aux armes peintes d (...)
  • 46 Nous remercions M. François Avril de nous avoir communiqué son avis sur l’origine et la datation é (...)
  • 47 D’azur à six besants d’argent posés 3, 2 et 1 au chef d’or.
  • 48 Sur Aymar de Poitiers voir en dernier lieu Kendall Paul Murray, Louis XI, Paris, 1974, p. 56.

14Il y a tout lieu de croire que Diane de Poitiers hérita de son grand-père Aymar de Poitiers (†1510) sa copie du Pèlerinage de Vie humaine en vers réalisée à Paris avant 1348 et richement illustrée45. En tout cas, le célèbre bibliophile enrichit sa collection d’un magnifique exemplaire du Pèlerinage en prose dont le texte et le cycle d’images appartiennent à la même famille que les manuscrits de la Reine, de Bertrand et de Guyonne de Beauvau. C’est le seul du groupe qui nous soit parvenu intact avec son cycle complet de 81 miniatures dues à un artiste isolé travaillant autour de 1480 mais encore très difficile à localiser. Il montre, en effet, des affinités stylistiques à la fois avec l’enluminure parisienne et avec les grands peintres de Bourges comme Jean Bourdichon46. Les armes visibles dans l’encadrement à feuillage stylisé du premier folio47 sont bien celles du comte de Saint-Vallier, qui avait épousé en 1467 Marie, la fille naturelle de Louis XI48 (pl. vi, fig. 8). De 1484 à 1493, cet ami de René d’Anjou tint l’office de sénéchal de Provence. Le manuscrit semble cependant antérieur à cette période par son style.

Jacques d’Armagnac

  • 49 Voir Mandrot Bernard DE, « Jacques d’Armagnac, duc de Nemours 1433-1477 », Revue historique, 43 (1 (...)
  • 50 Voir Blackman Susan, The Manuscripts and Patronage of Jacques d’Armagnac, duke of Nemours (1433-14 (...)
  • 51 Baltimore, Walters Art Gallery, ms. 141. La signature grattée du duc de Nemours apparaît sur le de (...)

15Le texte du Pèlerinage en prose a circulé très tôt en Provence, comme l’atteste le manuscrit français 1137 de la Bibliothèque nationale de France. Jeanne de Laval s’est installée à Aix-en-Provence en 1472 et a pu en commander l’exécution dans la région pour ensuite l’offrir à Jacques d’Armagnac (1433-1477)49 dont la signature grattée se laisse déchiffrer à la fin du volume (f° 112 v°)50. Ce dernier avait déjà dans sa bibliothèque un exemplaire plus ancien du Pèlerinage en vers, datant des années 1370 et illustré de 84 dessins à la plume51.

  • 52 Elle était la fille de Charles d’Anjou, comte du Maine, et de Isabeau de Luxembourg. On ne connaît (...)

16Le duc de Nemours était lié à la famille d’Anjou par son mariage en 1462 avec Louise d’Anjou, la nièce de René d’Anjou52. Le manuscrit fr. 1137, écrit sur parchemin, aurait dû comporter quatre miniatures au début de chaque livre de l’œuvre. Elles n’ont jamais été exécutées, pas plus que les quatre encadrements qui devaient les accompagner. Les éléments du décor qui subsistent – ramages stylisés, agrémentés çà et là de divers animaux, de fruits rouges et de fleurettes roses et mauves – ne rendent qu’un faible reflet de la qualité esthétique recherchée à l’origine.

Jeanne de Laval

  • 53 Sur l’analyse de ces documents angevins et aixois, voir nos articles « Reassessing Women’s Librari (...)

17Paradoxalement, aucune trace ne subsiste, ni dans les manuscrits retrouvés ni dans les sources documentaires, qui puisse indiquer que la seconde épouse du roi René ait possédé un exemplaire de la mise en prose qu’elle-même avait requise en 1465. Il faut dire que les documents d’archives disponibles sur Jeanne de Laval ne portent que sur les années 1455-1459 à Angers et 1479-1480 à Aix-en-Provence. Ceux-ci recensent près d’une vingtaine de titres d’ouvrages mais ils sont malheureusement sans rapport avec Guillaume de Digulleville53.

  • 54 Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 2319. Ce manuscrit, datable autour de 1470, est illustré de (...)
  • 55 Hypothèse séduisante, mais invérifiable, avancée par Robin Françoise dans son étude fondamentale L (...)
  • 56 On trouve au f° 152 v°, la mention de propriété suivante: « Ce present livre appertient a Pierre D (...)

18On a voulu voir dans une copie du Pèlerinage de Vie humaine en prose, aujourd’hui conservé à l’Arsenal54 un exemplaire personnel de Jeanne, sur la foi d’une miniature frontispice où, trônant et portant couronne et sceptre, une reine reçoit l’œuvre des mains du clerc d’Angers agenouillé55 (pl. vi, fig. 9). Rien cependant, ni dans l’image ni dans le manuscrit, dépourvu d’armoiries, ne permet de conclure à un portrait réaliste de Jeanne de Laval. Au contraire, le caractère anonyme de cette figure est renforcé par sa réapparition quelques folios plus loin, dotée des mêmes attributs et de la même robe, pour représenter cette fois Grâce de Dieu discutant avec dame Nature (pl. vii, fig. 10). Une mention du xvie siècle atteste par ailleurs que ce manuscrit a vite circulé dans le milieu de la petite bourgeoisie marchande parisienne56. Ce type de représentation impersonnelle ne saurait donc servir d’indice de propriété, comme le confirme l’exemplaire aux armes d’Aymar de Poitiers où l’on voit aussi apparaître en frontispice une miniature semblable (pl. vi, fig. 8).

19Ainsi, la cour angevine, immédiatement sensible à l’œuvre de Guillaume de Digulleville, puis à l’initiative littéraire de Jeanne de Laval, constitua-t-elle le milieu privilégié de sa réception. Après 1480 cependant, on perd la trace d’un cercle précis d’amateurs mais les manuscrits et les nombreuses éditions en français, en néerlandais et en espagnol, attestent d’une diffusion large et continue jusque vers 1518.

Notes

1 Voir l’article « Guillaume de Digulleville » dans le Dictionnaire des Lettres françaises du Moyen Âge, Zink Michel et Hasenohr Geneviève (éd.), Paris, 1992, p. 614-617. Sur le texte du Pèlerinage de Vie humaine, on consultera Faral Edmond, « Guillaume de Digulleville, moine de Chaalis », Histoire littéraire de la France, 39 (1952), p. 1-11. Voir aussi l’étude récente de Pomel Fabienne, Les Voies de l’Au-delà et l’essor de l’allégorie au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 2001, passim.

2 Pour tout ce qui concerne le Pèlerinage de Vie humaine en vers, je me suis appuyée sur l’étude fondamentale de Camille Michael, The Illustrated Manuscripts of Guillaume de Deguileville’s « Pèlerinages », 330-1426, thèse de doctorat inédite, Cambridge, Cambridge University Press, 1985. L’auteur a fait une investigation approfondie de trentesept manuscrits enluminés du poème, sans toutefois aborder sa mise en prose.

3 L’inventaire de la bibliothèque de Charles V, dressé en 1378 par Gilles Malet, mentionne à lui seul cinq articles concernant les oeuvres du moine de Chaalis. Il a été étudié et publié par Delisle Léopold, Recherches sur la Librairie de Charles V, vol. 2, Paris, 1907, p. 189. Trois d’entre eux se rapportent au Pèlerinage de Vie humaine que l’inventaire cite ainsi: 1) « Le Pelerinage du Munde, de l’Ame et de Jesus Crist, couvert de soie vert a queue, que donna au Roy le conte de Harcourt » (Delisle, n° 1155) et en échange duquel le conte reçut un Roman de Meliadus (n° 1139) ; 2) « Le Pelerinage du Monde, de l’Ame et de Jhesu Christ, en deux volumes, couvers de cuir blanc, escripz de lettre courant, en deux coulombes » (n° 1156) que M. Camille a identifié comme un exemplaire de la seconde rédaction, à partir du relevé des premiers mots du second folio ; 3) un ensemble de trois manuscrits contenant le Pèlerinage de Vie humaine (n° 1157), celui de l’Âme (n° 1158) et celui de Jésus-Christ (n° 1159) dont seul le second, « couvert et fermant comme dessus, escript de lettre de note a deux coulombe » est parvenu jusqu’à nous sous la cote Paris, BNF, fr. 1648. Voir l’analyse de ces articles dans Camille M., op. cit., p. 67-68. Il convient de rattacher au milieu intellectuel de Charles V un superbe exemplaire (Paris, BNF, fr. 12465) réunissant les trois Pèlerinages, copié vers 1390 par l’un des scribes du roi, Raoulet d’Orléans. Camille M., The Illustrated Manuscripts of Guillaume de Deguileville’s « Pèlerinages », 1330-1426, op. cit., p. 117-119 et p. 347-352, n° 30.

4 Trois articles de l’inventaire de la bibliothèque du duc, établi par Robinet d’Estampes, mentionnent un « Romant de l’humain voyage de vie humaine […] tres bien historié […] » (Delisle L., op. cit., n° 278) ; un « Livre du Pelerinage de vie humayne […] historié en pluseurs lieux de blanc et de noir […] » (n° 279) et enfin, un « livre du Pelerinage du corps et de l’ame appellé Le Pelerin […] historié au commencement et en plusieurs lieux » (n° 280), ce dernier correspondant au manuscrit français 829 de la BNF, riche de 205 « histoires » d’origine parisienne. Voir à ce sujet Camillem., op. cit., p. 70, et catalogue, n° 23, p. 328-331. On sait en outre qu’une traduction en latin des trois Pèlerinages, très richement enluminée, lui avait été dédiée par Hubert Hautschild, abbé de la maison augustinienne de Saint-Barthélemy de Bruges. Cette source a été publiée par Weale W. H. J., « Notice sur la fondation de l’abbaye de l’Eeckhout », La Flandre: Revue des Monuments d’histoire et d’antiquités, 1869-1870, p. 281. Camille M., ibid., p. 70-71.

5 Philippe le Hardi, duc de Bourgogne à partir de 1363 jusqu’à sa mort en 1404, possédait deux exemplaires non illustrés du Pèlerinage de Vie humaine, qui n’ont pas été conservés, et un recueil des trois Pèlerinages avec neuf miniatures, exécuté probablement à Paris vers 1375. Ce manuscrit est resté dans la bibliothèque de Bourgogne jusqu’à ce que les Français l’emportent en 1794 ; il fut restitué en 1815 à la Bibliothèque royale de Belgique qui le conserve en deux volumes sous la cote 10197-98. Voir Gaspar C. et Lyna F., Les principaux manuscrits à peintures de la Bibliothèque royale de Belgique, (Bulletin de la Société française de reproduction de manuscrits à peintures), Ire partie, Bruxelles, 1984, n° 164 ; et Camille M., op. cit., p. 71-78, à propos du frontispice. Plus récemment, voir la notice de Dominique Vanwijnsberghe dans La Librairie des ducs de Bourgogne. Manuscrits conservés à la Bibliothèque royale de Belgique, vol. I, Textes liturgiques, ascétiques, théologiques, philosophiques et moraux, Bousmanne Bernard et Van Hoorebeeck Céline (éd.), Turnhout, Brepols, 2000, p. 205-207.

6 Sur le mécénat bibliophilique de Jeanne de Laval, nous nous permettons de renvoyer à nos études « Reassessing

Women’s Libraries in late Medieval France. The Case of Jeanne de Laval », Renaissance Studies, 10, n° 2, Women Patrons of Renaissance Art (1996), p. 209-236 et « Livres et lectures de la reine Jeanne de Laval », Andrieux Jean- Yves et Grivel Marianne (éd.), Bretagne, art, création, société. Mélanges en l’honneur de Denise Delouche, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1997, p. 220-234.

7 Il a fait l’objet d’une étude et d’un fac-similé partiel par Bergmann Rosemarie, Die Pilgerfahrt zum himlischen Jerusalem: Ein allegorisches Gedicht des Spätmittelalters aus der Heidelberger Bilderhanschrift Cod. Pal. Lat. 1969, « Pèlerinage de vie humaine » des Guillaume de Déguilleville, Wiesbaden, L. Reichert, 1983.

8 Au f° 1 apparaissent les armes de Louis Ier (d’azur à fleurs de lys) et de Marie de Blois (armes de Bretagne à l’hermine). Elles reparaissent au début et à la fin de chaque cahier du manuscrit.

9 Bergman R., Die Pilgerfahrt zum himlischen Jerusalem, op. cit., p. 34.

10 Reine de Sicile qui avait épousé en 1400 Louis II d’Anjou, le fils de Louis Ier.

11 Cambridge, Musée Fitzwilliam, ms. 62. Voir la description de Jamesm. R., A Descriptive Catalogue of the Manuscripts in the Fitzwilliam Museum, Cambridge, Cambridge, 1895, n° 62, p. 306-307 ;Wormald Francis et Giles PhyllisM., Illuminated Manuscripts in the Fitzwilliam Museum, Cambridge, Fitzwilliam Museum, 1966, p. 30, n° 68.1. Pour une analyse détaillée du cycle iconographique, voir Camillem., op. cit., p. 227-246. M. Camille confirme (op. cit., p. 228), sur la base d’indices liturgiques, en particulier la présence soutenue du culte à sainte Radegonde, l’appartenance du manuscrit à Yolande d’Aragon.

12 Harthan John, The Book of Hours, Londres, Thames and Hudson, 1977, p. 116-117.

13 Sur cette hypothèse voir Toynbee Margaret R., « The Portraiture of Isabella Stuart, Duchess of Brittany », Burlington Magazine, LXXXVIII (1946), p. 300-306, en particulier, p. 303: « […] the absence of the lion of Scotland on the prie-dieu suggests to me the possibility that she is Isabella’s elder daughter, Margaret, wife of Francis II of Brittany, to whom her mother may have given the book ».

14 Aix-en-Provence, Bibl. mun., ms. 110.Ce manuscrit a été signalé par Camille M., op. cit., p. 277-279, n° 1.

15 Ibid., p. 279, qui renvoie à M. L’Abbé, L’État de Provence dans sa noblesse, III, p. 24.

16 Cette information provient du colophon (f° 204).

17 Philadelphie, Rosenbach Museum and Library, ms. 241/2. Voir la notice de Camille M. dans Leaves of Gold, Manuscript Illumination from Philadelphia Collections, Tanis James R. et Thompson Jennifer A. (éd.), Philadelphie, Philadelphia Museum of Art, 2001, p. 205-207, n° 71, 2 fig. dont une en couleur.

18 Par exemple, le manuscrit 1130 de la bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris ou encore le manuscrit 2 de la bibliothèque John Rylands de Manchester. Ibid.

19 Paris, AN, KK55, f° 136: Comptes de l’Argenterie de la Reine, édités par Gottlieb T., Ueber mittelalterliche Bibliotheken, Leipzig, 1890, n° 975.

20 Hatfield House, Cecil Ms. 270. Cette traduction en prose du Pèlerinage de l’Âme avait été faite à l’intention d’une « lady » en 1413 par un anonyme anglais, sous le titre de « Pilgrimage of the Sowle ». Les manuscrits suivants ont été regroupés par M. Camille: Victoria State Library, ms. 096/G 94 ; Cambridge, Caius College, ms. 124 ; Cambridge, University Library, ms. Kk.1.7 ; Hatfield House, Cecil ms. 270 ; Londres, British Library, ms. Egerton 615 ; Londres, British Library, ms. Add. 34193 ; New York, Public Library, ms. Spencer 19 ; Oxford, Corpus Christi College, ms. 237 et Oxford, University College, ms. 181. Voir Camille M., op. cit., p. 98, n. 49 ; p. 370-371.

21 Quelques années plus tôt, vers 1400, un anonyme anglais avait traduit et transposé de vers en prose, le Pèlerinage de Vie humaine, sous le titre « Pilgrimage of de Lyf of de Manhode ». Il est conservé aujourd’hui en six exemplaires dans des bibliothèques anglaises. Ils ont été signalés par Camille M., op. cit., p. 370: Victoria State Library, ms. 096/G 94 ; Oxford, Bodleian Library, Ms. Laud. Misc. 740 ; Cambridge, University Library, ms. Ff.5.30 ; Cambridge, St. John’s College, ms. 189 ; Glasgow, Hunterian Library, ms. 239 ; London, Sion College, ms. A15.

22 Mise en prose faite à partir d’une première mise en prose que Gallopes fit vers 1426 pour le duc de Bedford. Sur Jean Galloppes, voir FARAL Edmond, « Guillaume de Digulleville, Jean Galloppes et Pierre Virgin », Mélanges Mario Roques, Paris, 1946, p. 89-102. Voir aussi DLF, 1992, p. 777.

23 Voir infra, p. 549.

24 Le Pelerin de Vie humaine, Mathieu Husz, Lyon, 1485, 1486, 1488, 1499 (sans titre) ; Le Pelerin de Vie humaine, suivi du Pelerinage de l’Ame, Anthoine Vérard, 1499 ; Le Pelerin de Vie humaine tres utile et prouffitable pour congnoistre soy mesmes, Claude Nourry, Lyon, 1504. Deux éditions portant le titre de Roman des trois Pelerinages contiennent un remaniement en vers des trois Pèlerinages par un clerc anonyme de Clairvaux, imprimé par Rembolt et Jean Petit à Paris, entre 1507 et 1518, et entre temps par Anthoine Vérard en 1511.

25 Voir Winn Mary Beth, Anthoine Vérard, Parisian Publisher, 1485-1512. Prologues, Poems and Presentations, Genève, Droz, 1997, p. 139-145, ill. 49.

26 Nous renvoyons à notre article « Les Rapports du Maître d’Antoine Rolin avec l’imprimé. L’exemple du Pèlerinage de vie humaine en prose » (Genève, Bibliothèque publique et universitaire, ms. fr. 182), Richesses médiévales du Nord et du Hainaut, études réunies par Herbin Jean-Charles, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2002, p. 65-123.

27 Legaré Anne-Marie, « Charlotte de Savoie’s Library and Illuminators », actes du colloque international sur La Femme et le Livre en Europe du Moyen Âge tardif à la Renaissance: Modes de lecture, Collection, Fabrication, organisé par le Prof. Cynthia J. Brown, University of California, Santa Barbara (USA), du 25 au 28 juin 2000 au château de la Bretesche à Missillac, Journal of the Early Book Society, Driver Martha (éd.), vol. 4, 2001, inventaire n° 14.

28 Ibid., inventaire n° 66.

29 Ibid., inventaire n° 77, p. 76.

30 Nous nous appuyons ici sur l’analyse textuelle menée par Françoise Bourgeois en vue de l’édition critique de la mise en prose, dans le cadre d’une thèse de doctorat préparée sous la direction de Geneviève Hasenohr à l’université Paris IV.

31 1465 (n. st.).

32 Sur les circonstances de la dispersion de la bibliothèque de Charlotte de Savoie, nous renvoyons à notre article « Charlotte de Savoie… », p. 34-35.

33 Paris, BNF, fr. 823. Voir Camille M., op. cit., p. 318-321, n° 20.

34 Paris, BNF, fr. 376. Voir récemment Ursula Baurmeister et Marie-Pierre Laffitte, Des Livres et des rois. La bibliothèque royale de Blois, Paris, 1992, p. 92-95, n° 16, avec trois reproductions en couleur. Sur l’origine bretonne – et éventuellement rennaise – des illustrations, voir König Eberhard, Französische Buchmalerei um 1450, Berlin, 1982, p. 76-80, 101-104, 255-256.

35 Dictionnaire de Biographie française, Paris, Librairie Letouzey et Ané, 1951, t. V, p. 1201.

36 Pour une description détaillée de ces armoiries brisées d’une étoile d’azur, voir Scévole et Louys de Saincte-Marthe, frères, Histoire généalogique de la maison de Beauvau, justifiée par titres, histoires et autres bonnes preuves ; avec la figure des armes et leur blason, Paris, J. Laquehay, 1626.

37 Pour la seule partie contenant le Pèlerinage de Vie humaine, il manque une grande miniature sur quatre à l’origine et douze petites miniatures sur soixante-neuf.

38 Fille de Bertrand de Beauvau et de sa troisième épouse Ide du Chastelet, elle avait épousé en premières noces Jean II, « Juvénal » des Ursins, le neveu de Jean Juvénal des Ursins, archevêque de Reims.

39 René Ier de Laval (v. 1445-v. 1515), fils de Thibaut II de Laval et d’Anne de Maimbier, était seigneur de Saint-Aubin-des-Coudrais, Boisdauphin. Cf. Broussillon Bertrand de A., La Maison de Laval, 1020-1605, étude historique, accompagnée du cartulaire de Laval et de Vitré, illustrée de nombreux sceaux et monuments funéraires par Paul de Farcy, vol. 5, Paris, Picard, p. 231.

40 Elles apparaissent aux fos 1, 55, 99 v°, 128 et 153. À quel membre de la famille Laval faut-il rattacher l’exemplaire du Pèlerinage de Vie humaine en vers, portant sur le dernier folio de garde la signature « A Laval » (New York, bibliothèque Pierpont Morgan, M. 1038) ? Il s’agit en tout cas d’un témoin supplémentaire attestant de la présence de l’œuvre du moine de Chaalis dans les collections de cette illustre famille.

41 L’exemplaire a fait partie de la bibliothèque de M. d’Aguesseau avant de passer dans celle du Prince Galitzine, l’une des plus belles d’Europe, qui fut vendue à Paris chez P. Dufart, libraire, le 3 mars en 1825. La notice du Catalogue d’un choix précieux de manuscrits et de livres, la plupart sur vélin… (p. 31, lot 109) donne par erreur le nom de Jean Galopes comme auteur de l’oeuvre et la date de 1460 (au lieu de 1465) pour sa composition. L’ouvrage fut ensuite acquis par Henry Perkins dont la bibliothèque fut dispersée en Angleterre le 3 juin 1873. Voir The Perkins Library. A Catalogue of the very Valuable and Important Library formed by the late Henry Perkins, esq., Gadsden, Ellis & Co., in the Great Library at Hanworth Park, 1873, p. 92, lot 814.

42 The Aldenham Library Catalogue of the Famous Library, 1re partie, p. 50-51, lot 123, trois illustrations.

43 Sturzinger J. J., Le Pèlerinage de vie humaine de Guillaume de Deguileville, Londres, Nichols and Sons, pour le Roxburghe Club, 1893.

44 Les deux manuscrits sont de dimensions comparables (265 x 195 mm pour celui de Bertrand de Beauvau, ontre 264 x 190 pour celui de Laval-Beauvau) ; en revanche, la mise en page est différente d’un exemplaire à l’autre: 29 longues lignes par folio, contre 31 dans celui de Laval-Beauvau.

45 Il s’agit du ms. fr. 1818 (ancien Colbert 4693) de la BNF, dont la reliure est aux armes peintes de la duchesse de Valentinois sur semé de fers trois-points d’or. Voir Porcher Jean, « Les Livres de Diane de Poitiers », Trésors des bibliothèques de France, XXVI, 1942-1946, p. 80 et Avril François, « Un Chef-d’œuvre de l’enluminure sous le règne de Jean le Bon: la Bible moralisée, manuscrit français 167 de la Bibliothèque nationale », Fondation Eugène Picot. Monuments et Mémoires publiés par l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 58, 1972, p. 108. Le manuscrit est décrit par Camille M., op. cit., p. 339-341, n° 27, pl. 13 et 14.

46 Nous remercions M. François Avril de nous avoir communiqué son avis sur l’origine et la datation éventuelles de ce manuscrit qui ne semble pas provenir d’un « atelier rhodanien », comme le propose Gagnebin Bernard dans son catalogue d’exposition L’Enluminure de Charlemagne à François Ier. Manuscrits de la Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Musée Rath/Genève, 17 juin-30 septembre 1976, Genève, 1976, p. 133-134, n° 56.

47 D’azur à six besants d’argent posés 3, 2 et 1 au chef d’or.

48 Sur Aymar de Poitiers voir en dernier lieu Kendall Paul Murray, Louis XI, Paris, 1974, p. 56.

49 Voir Mandrot Bernard DE, « Jacques d’Armagnac, duc de Nemours 1433-1477 », Revue historique, 43 (1890), p. 291-292.

50 Voir Blackman Susan, The Manuscripts and Patronage of Jacques d’Armagnac, duke of Nemours (1433-1477), thèse inédite, université de Pittsburgh, 1993, p. 384-385.

51 Baltimore, Walters Art Gallery, ms. 141. La signature grattée du duc de Nemours apparaît sur le dernier folio de l’œuvre.

52 Elle était la fille de Charles d’Anjou, comte du Maine, et de Isabeau de Luxembourg. On ne connaît pas sa date de naissance mais elle mourut en 1476 au château de Bridoré en mettant au monde Charlotte, le troisième de ses six enfants.

53 Sur l’analyse de ces documents angevins et aixois, voir nos articles « Reassessing Women’s Libraries in late Medieval France. The Case of Jeanne de Laval », p. 217-222 avec l’édition des sources, p. 223-227 et « Livres et lectures de la reine Jeanne de Laval », p. 226-229.

54 Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 2319. Ce manuscrit, datable autour de 1470, est illustré de cinq miniatures d’origine parisienne.

55 Hypothèse séduisante, mais invérifiable, avancée par Robin Françoise dans son étude fondamentale La Cour d’Anjou-Provence. La vie artistique sous le règne de René, Paris, 1985, p. 182.

56 On trouve au f° 152 v°, la mention de propriété suivante: « Ce present livre appertient a Pierre Demarestz, maistre vinaigrier et bourgeois [de] Paris, demourant a Paris au coin de la rue Michel Le Conte, pres de la rue Gairnier sainct Ladre ou est pour enseigne au coin de la rue l’image saincte Anne. Quy le trouvera sy le raporte et on luy donnera un bon vin qu’il s’en tiendra pour content temoing mon saingne manuel cy mis, faict le troisiesme jour de fevurier, l’an mil cinq cens cinquante trois [signé] Demarestz. » Deux autres exemplaires modestes du Pèlerinage en prose, copiés sur papier sans doute à Paris et datant du troisième quart du xve siècle, comportent chacun des mentions manuscrites qui permettent de préciser le milieu de la petite noblesse dans lequel ils ont aussi circulé. Le manuscrit français 1646 de la Bibliothèque nationale de France a été fait « a la requeste de noble damoiselle Jehanne Maillart, dame de Savegnies, demourant a Paris » (f° 165) tandis que celui de la bibliothèque Sainte-Geneviève (ms. 294) a sans doute appartenu à un certain « Jehan » dont le nom a été copié à deux reprises dans une écriture semblable à celle de l’ex-libris biffé sur lequel on peut déchiffrer les mots « Paris » et 1476. Le manuscrit est ensuite devenu la propriété d’un certain « Robert Caqueton, huissier, sergent royal au chatellet a Paris » puis à « Maitre Robert Cailletel, receveur des aides et tailles a Paris » (f° 219 v°). Il est regrettable que le seul folio qui comportait un encadrement orné ait été presque complètement arraché du manuscrit. Quant à Jeanne Maillart, elle avait été plus ambitieuse en faisant ménager trente-cinq réserves pour des miniatures qui n’ont malheureusement jamais té-réalisées. Enfin, un dernier manuscrit (Paris, BNF, fr. 12461), orné de sept miniatures de style parisien des années 1470, ne comporte pour toute indication de propriétaire qu’une mention ancienne sur le premier folio de garde attestant de sa présence au catalogue du couvent des Augustins déchaussés de Paris.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540