Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Cinquième partie. Mentalités et vie culturelle

Deviner dans la lumière. Note sur les conjurations pyromantiques dans un manuscrit anglais du xve siècle1

Jean-Patrice Boudet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier tout particulièrement Catherine Vincent, qui a eu la gentillesse d’examiner l (...)
  • 2 Kieckhefer Richard, Forbidden Rites. A Necromancer’s Manual of the Fifteenth Century, Stroud, Sutt (...)
  • 3 Klaassen Frank, « English Manuscripts of Magic, 1300-1500 : a preliminary Survey », Fanger C. (éd. (...)
  • 4 Paris, BNF, ms. ital. 1524, f° 65-122 v° (Necromantia) et f° 179-235 (Clavicula Salomone). Ce volu (...)

1La publication, en 1997, par les soins de Richard Kieckhefer, d’un manuel de nécromancie du milieu du xve siècle d’origine allemande, constitue un pas important dans l’histoire de la magie rituelle occidentale2. C’est la première fois, en effet, qu’est dévoilé au public un manuscrit ayant appartenu à ce que les contemporains désignaient habituellement sous le vocable de nigromanticus, ou d’invocator demonum. Qui plus est, ce volume semble avoir été composé et conservé en dehors de tout contexte répressif. Il permet donc d’observer les rituels et les experimenta magiques et divinatoires en eux-mêmes, et non plus sous l’angle de la norme théologico-juridique ou d’après le regard déformant de témoins plus ou moins bien intentionnés et informés, soumis de surcroît à la pression des juges et de la fama publica. Or ce manuel de Munich, même s’il constitue un rescapé des bûchers d’une qualité et d’un intérêt exceptionnels, n’est pas seul en son genre : dans une étude consacrée aux manuscrits de magie anglais des xive et xve siècles, étude préliminaire à l’enquête globale qu’il mène actuellement sur l’ensemble des codices magiques conservés en Europe, Frank Klaassen décrit un volume du même genre, conservé à la bibliothèque Bodléienne d’Oxford, sous la cote Rawlinson D. 2523 ; et j’ai moi-même découvert, en 1999, à la Bibliothèque nationale de France, un codex copié à Milan, en 1446, où une Necromantia composée surtout de recettes de magie amoureuse est suivie notamment par une traduction italienne de la Clavicula Salomonis, qui est le plus ancien témoin manuscrit de ce best-seller de la magie rituelle européenne4.

  • 5 Kieckhefer R., Magic in the Middle Ages, nouv. éd., Cambridge, 2000 [1re éd. 1989], chap. 7, p. 15 (...)

2Copié par une main anonyme du xve siècle d’une écriture assez soignée, le ms. Rawlinson D. 252 est un volume en parchemin de 162 folios, de petit format (134 x 95 mm). Il s’agit d’un recueil d’experimenta où de nombreuses techniques et conjurations sont préconisées en vue de satisfaire ce qui semble correspondre aux intérêts essentiellement matériels d’un membre de l’aristocratie anglaise ou de la gentry, avec l’aide d’un membre de « l’inframonde clérical » cher à Richard Kieckhefer5. La majorité des textes de ce recueil est donc en latin, mais d’importants passages ont été rédigés en moyen anglais, à destination soit d’un lecteur laïc adulte, soit – c’est le cas dont on trouve un exemple à la fin du deuxième extrait édité ci-dessous – parce que le passage en question correspond aux paroles que doit prononcer un jeune enfant utilisé comme médium pour invoquer un esprit in lingua materna.

  • 6 Paris, BNF, ms. lat. 7337, p. 131a-138a (filigrane Briquet 5220 : Pistoia, 1414 ; Fabriano, 1412). (...)

3L’un des intérêts majeurs de ce manuscrit anglais est de nous mettre en présence d’une tradition magique souterraine, dont les ramifications s’étendaient probablement un peu partout en Europe. Cinq recettes consignées dans ce codex, dont la première est relative à l’obtention d’un démon privé, trouvent par exemple leur source dans les Annulorum experimenta du Pseudo-Pierre d’Abano, dont le texte complet est conservé dans un manuscrit du xve siècle d’origine italienne6. On est également ravi de retrouver ici, transcrite sur le f° 130 de notre volume, une conjuration adressée à Baron, le principal interlocuteur démoniaque de Francesco Prelati, le magicien florentin que Gilles de Rais attira à son service, en 1439 :

« Conjuro te, Baron, cum omnibus ministris tuis et per Patrem et Filium et Spiritum Sanctum, et per ista nomina sacra Dei : Agla, Monhon, Tetragramaton, Ely, Deus, Ocleyste, Anephenethon, Anethy, Eriona, Ivestre, Saday, Ya, Yana, et per penas Domini Nostri Jhesu Chrsti, et per passionem ejus et resurrectionem ejus et ascentionem ejus, et per potestatem divinam, ut veniatis ante me in pulcra forma humaniter vel in qua vobis preceptum fuerit, et faciatis omnia que voluero et michi non noceatis et veraciter faciatis et auferatis et omnia que voluero perimpleatis. Venite ! Venite ! Fiat ! Amen. »

  • 7 Bataille Georges, Le procès de Gilles de Rais, nouv. éd., Paris, Pauvert, 10/18, 1997 [1re éd. 196 (...)
  • 8 Alias Azael, « celui que Dieu renforce », l’un des principaux anges déchus mentionnés dans le Test (...)

4Baron est ici un démon anthropomorphe de belle prestance, ce qui correspond d’ailleurs au signalement qu’en donne Prelati lors de sa déposition au procès de Gilles de Rais7. Ailleurs, le compilateur de notre manuscrit a consigné une invocation aux mauvais esprits (f° 24-29) ; à Azoel, spiritus thesaurorum8 (f° 68-69) ; à un cheval volant susceptible d’aller d’Angleterre à Rome et de Jérusalem ou d’Alexandrie en Angleterre en moins d’une heure (f° 73-75) ; à un vieillard barbu capable de répondre à toutes questions (f° 99-100) ; à quatre démons régnant, autour de Satan, sur les points cardinaux (f° 103 v°-104) ; mais il a transcrit également une oratio ad proprium angelum, une prière à son ange gardien, considéré comme un bon ange (f° 135 v°-139). Les interlocuteurs potentiels du possesseur de ce codex sont donc beaucoup plus variés que ceux de Prelati.

  • 9 Experimentum cristalli pro puero (f° 6-8 v°) ; Pro quatuor reges in cristallo vel speculo (f° 15-2 (...)
  • 10 Conjuration de Bileth avec emploi d’un enfant médium (f° 132 v°-134 v°).

5On remarquera en outre que la conjuration de Baron, qui mobilise significativement ses « ministres », puis la Trinité et une série de « noms sacrés de Dieu », puis la passion, la résurrection et l’ascension du Christ, reste très générale dans ses finalités, et qu’aucun médium ni moyen divinatoire n’y apparaît. Tel n’est pas le cas dans une demi-douzaine d’experimenta du manuscrit d’Oxford, où une assez large palette de techniques visant à l’extralucidité est préconisée : divination par le cristal ou le miroir, i. e. cristallomancie ou catoptromancie9 ; divination dans un récipient d’eau claire, i. e. hydromancie10 ; et enfin, comme nous allons le voir maintenant de plus près, divination par la flamme et la lumière d’une chandelle, i. e. pyromancie ou lychnomancie.

  • 11 Delatte A., op. cit., p. 55.
  • 12 Etymologie, VIII, 9, 13, p. 714 de l’éd. bilingue latino-espagnole, San Isidoro de Sevilla, Etimol (...)

6Dans l’Antiquité classique, la pyromancie, ou divination par le feu, est « un art d’interpréter les signes que peuvent donner la flamme et la fumée d’un foyer ou d’une lampe. À cette méthode ominale, la magie gréco-égyptienne en a substitué une autre qui est du type hallucinatoire, la lychnomancie. Elle consiste à procurer au consultant ou à un enfant qui sert de médium des apparitions d’êtres surnaturels dans la flamme d’une lampe ou d’une torche11. » Mentionnée en passant par Isidore de Séville dans ses Étymologies puis par Jean de Salisbury dans son Policraticus, qui reprennent la classification due à Varron des modes de divination correspondant aux quatre éléments12, la pyromancie est moins connue et semble avoir été moins pratiquée que la catoptromancie dans l’Occident des derniers siècles du Moyen Âge. On conserve néanmoins, à Erfurt, deux opuscules qui se réclament explicitement de la pyromancie et proviennent de la bibliothèque réunie, au début du xve siècle, par le collectionneur Amplonius Rating de Berka, dont celui-ci :

  • 13 Erfurt, Stadt- und Regionalbibliothek, ms. Amplon. 12°17, f° 38 v° (texte copié de la main de Jean (...)

« Hec est Parva pyromantia probata :In ingressu domus, dicas ista nomina : Pantasseron, Gabryel, Uriel, Raphael, et cetera. Scribe in candela : Onely ; et dicas in aure pueri dextra : Syre, Uzero et Alcon, Sardin et Onchar, Limar, Gulie, Gulyas. Cum dixeris ter, conjura sic : Conjuro vos, per Dominum omnipotentem et per beatam Virginem Mariam et per sanctam Katerinam et per sanctam Agnetem et per sanctam Suffuream virginem, et in nomine Drangareas, Tetragramaton, Chay, Hamey, Amiola, Assymodeus. Quatenus modo cito et sine mora veniat unus vestrum in flamma istius candele, corde puro isto, ita quod videat, et cum venitur, jube ipsum ut cito revocatur et querat socios suos, et venient quam citius poterint omnes tres cum tribus cathedris aureis et sedeant omnes tres, dicant que et ostendant prius veritatem de omni re de qua interrogati fuerint. Et hec de parva pyromantia dicta sufficiant. Deo gratias. Amen13. »

7On appréciera la distribution des rôles entre l’officiant et l’enfant médium, le syncrétisme créatif des noms évoqués (archanges, noms de Dieu, de démons et de saintes réputées lumineuses – y compris « la sainte vierge Soufre » ! –, nomina barbara en partie remotivés, comme Gulie, Gulyas), la parodie de la Trinité constituée par les esprits invités à prendre place sur des trônes en or, et la brièveté calculée de la conjuration, copiée sur une page de format modeste, à l’instar de celle qui est adressée à Baron dans le manuscrit de la Bodléienne.

  • 14 On remarquera toutefois que même si ces conjurations d’un esprit dans la flamme d’une chandelle so (...)
  • 15 Klaassen F., art. cit., p. 29, n. 35 : on relève en effet, dans l’ancien ms. York, Austin Friars A (...)

8Les trois conjurations éditées infra présentent plusieurs points communs avec la Parva pyromantia d’Erfurt : le procédé divinatoire, la pyromancie ou lychnomancie14 ; la présence d’un médium enfantin, au moins dans le texte II ; le caractère syncrétique des invocations, dans lesquelles sont prononcés tour à tour des noms de Dieu, d’anges, d’esprits et de saint(e)s ; la trinité d’esprits convoqués par l’officiant dans le texte III ; la finalité globale de ces opérations, qui visent à obtenir la vérité sur toutes les questions que l’officiant est susceptible de poser, en particulier au sujet d’un vol (texte III). Mais les deux premières conjurations du manuscrit d’Oxford privilégient un spiritus bien particulier, appelé Sibylle et doué, comme son nom l’indique, d’un don de prophétie. Beaucoup plus développées, ces conjurations sont complémentaires, renvoient l’une à l’autre, et je les soupçonne d’être tirées d’un Tractatus de spiritu Sibille en bonne et due forme, perdu mais dont on trouve la trace en Angleterre à la fin du xive siècle, dans un catalogue de la bibliothèque du couvent des frères Augustins de York15.

9Le texte I comprend une double conjuration complète et explicite de cet esprit sibyllin de la part de l’officiant (I, 1 et 3), ainsi qu’une prière à un archange peu orthodoxe nommé Jozephiel, susceptible de contribuer à l’apparition de Sibylle sous la forme autorisée par la prescience divine (I, 2). Le rituel et la personnalité de cet esprit hors norme se révèlent dans toute leur complexité dans le texte II. Après la récitation de psaumes et une oraison dont le scribe n’a copié que l’incipit et quelques mots-repères (II, 1), puis une prière implicitement adressée à Sibylle, où celle-ci est désignée à la fois comme une reine du ciel, confondue avec la Vierge Marie, et comme une impératrice de l’enfer (II, 2), le magicien conjure le vent et l’air (II, 3), la lumière (II, 4), la chandelle (II, 5), puis Sibylle elle-même. À ce stade, l’esprit prophétique est susceptible d’être vu en majesté par l’enfant médium et par l’officiant, sous l’aspect d’une belle femme portant une couronne de reine, placée sur un trône d’or, d’où elle peut donner sa consultation divinatoire (II, 6). Après la conjuration latine de l’officiant, l’enfant, s’il voit l’esprit féminin, lui adresse une prière en anglais (II, 7). On renvoie ensuite l’esprit, après consultation, par une formule de congé (conjuratio licentialis), copiée dans le dernier paragraphe du texte I.

  • 16 Voir notamment Sackur Ernst, Sibyllinische Texte und Forschungen, Halle, 1898 ; Haffen Josiane, Co (...)
  • 17 Antoine De La Sale, Le paradis de la reine Sibylle, Desonay F. (éd.), Paris, 1930 ; trad. et postf (...)

10On a là, bien évidemment, de quoi nourrir notre réflexion sur l’ambivalence du discours et des pratiques magiques à la fin du Moyen Âge. La Sibylle, dûment christianisée depuis la fin de l’Antiquité16, puis assimilée à une reine et située par Antoine de La Sale, après son voyage en Italie en 1420, dans un paradis terrestre déjà fort sulfureux17, est identifiée ici à un esprit régnant à la fois sur le ciel et sur l’enfer, à une sorte de synthèse entre la Vierge Marie et Proserpine. Elle apparaît ainsi comme une version sublimée des anges neutres qui pullulent dans la magie rituelle.

11Les pièces de ce dossier permettent aussi d’apprécier la relative cohérence de cette culture syncrétique, par-delà la variété de provenance des noms divins et angéliques, et la diversité de nature de leurs propriétaires. L’une des obsessions de nos trois textes est, en effet, la pureté virginale, nécessaire à la transmission et à la réception de la lumière divine : virginité de Marie, des autres saints et saintes, de l’esprit sibyllin et de l’enfant médium supposé capter le message de cet esprit ; virginité de la cire de la chandelle (début du texte III) qui se substitue ici à la virginité du parchemin, plus couramment mentionnée dans les rituels magiques. On retrouve l’idéal ascétique commun à la théurgie judéo-chrétienne médiévale et à la magie gréco-égyptienne antique, un idéal utilisé cependant, comme souvent, à des fins toutes prosaïques.

  • 18 Catherine Vincent a largement inspiré la rédaction de ce paragraphe. C’est lors de sa soutenance d (...)
  • 19 Notamment Henri Suso, dans son Horologium sapientie, II, 7, qui préconise d’accompagner tel temps (...)

12Sans parler d’un témoignage confirmant l’existence, à la fin du Moyen Âge, d’un éventuel « système de la lumière18 », il est de fait que cette dernière est bien ici un signe théophanique et d’élection divine, qui révèle une adhésion profonde à la croyance en un Dieu lumière du monde, célébré non seulement dans la Genèse (cf. le rappel du Fiat lux, texte II, 4), mais aussi dans le prologue de l’Évangile de Jean, copié tel quel sur les f° 35 v°-36 de notre manuscrit. Le luminaire, omniprésent dans les cérémonies liturgiques des xive et xve siècles, est ainsi logiquement considéré ici, à l’instar de chez certains auteurs spirituels de renom19, comme un support normal de la prière privée, indispensable à la communication avec la sphère divine.

  • 20 Voir notamment le § 59 du libelle de Jean d’Estivet dans Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, é (...)
  • 21 Ibid., t. II, p. 135, interrogatoire du 15 mars 1431 : Jeanne reconnaît avoir offert des cierges « (...)

13Ces conjurations pyromantiques, même si elles peuvent paraître à première vue exotiques, voire fantaisistes et plus pittoresques qu’instructives, sont donc en phase étroite avec leur temps en ce qu’elles posent la question, cruciale, de la piété des clercs, de celle des laïcs et de leurs dérives. Rappelons à ce propos que Jeanne d’Arc fut à plusieurs reprises, au cours de son procès, accusée de pratiquer la divination avec des enfants et des chandelles de cire20, et qu’elle fut soupçonnée d’avoir succombé à une illusion diabolique en offrant des cierges à ses interlocutrices favorites, sainte Catherine et sainte Marguerite, mentionnées toutes deux dans nos textes21. L’on peut donc se demander si certains de ses juges et de ses ennemis anglais n’avaient pas en tête des conjurations analogues à celles que nous publions.

Pièces justificatives

I
Ad habendum Sibillam in candela
(Oxford, Bodleian Library, ms. Rawlinson D. 252, f° 13-14 v°.)

  • 22 Au-dessous, note du possesseur du ms. au xviie s. : « Vide folio 92 ».

« Ad habendum Sibillam in candela22

[1] Conjuro te, spiritum Sibillam, per Patrem et Filium et Spiritum Sanctum, per Deum verum et per Deum sanctum, per Deum qui omnia ex nichilo condidit et creavit, per virginitatem beate Marie et per virginitatem beate Johannis Evangeliste et per virginitatem beate Mergarete, et per omnes virtutes celorum, et per omnia divina que sunt in celo et in terra, et per omnia nomina Dei quem hoc libro continentur, et per ista nomina Dei : Agla, Thau, Tetragramaton, Adonay, Unigenitus, Via Sapiencia, Virtus, quod tu, Sibilla, virtute predictorum verborum mihi appareas hic in candela ista et te mihi ostendas in pulcra et pulcherima forma et de qualibus re de qua te interrogavero veritatem mihi dicas, ita quod ego vocem tuam vel demonstrationem, audiam et intelligam, et ita venias et voluntatem meam facias, et cum te licenciavero a me recedas nec in aliquo me molestes per eum qui venturus est judicare vivos et mortuos et seculum per ignem.

[suivent 15 caractères magiques sur deux lignes et le mot “neon”]

/fol. 13v/ [2] Rogo te, Jozephiel archanngele, qui es regni celestis princeps et plusquam Sol et Luna resplendens, quo te ex parte Dei omnipotentis qui te et omnem creaturam ad laudem et gloriam suam sanctissimum nominis suis, et per corpora et animas omnium sanctorum et sanctarum Dei ipsius, ut ad nos ducas spiritum Sibille prophetisse in forma et effigie ipsius quicquid predixit, adventum dicent excelsus quietus adveniat preclara futurus sine carne presentem indicat orbem qui nobis similiter verum responsum prebeat de omnibus rebus de quibus eum vel vos requiremus, ut Deus in fine mundi cantite [sic] immensa pietate sua quietem et gloriam per infinita seculorum secula, amen.

[3] Adhuc conjuro te, Sibillam, per Deum vivum, per Deum verum, per Deum sanctum, per Deum qui cuncta creavit ex nichillo, per sanctam Mariam, matrem Domini Nostri Jhesu Christi, et per sanctum Michaelem, Gabrielem, Raphaelem et Ragnelem, et per omnes angelos, archangelos, tronos, dominationes et potestates et omnes virtutes celorum, /fol. 14/ per celum et terram, per Solem et Lunam, stellas celi, et undas majores, per sanctum Johannem qui Christum baptizavit in flumine Jordanis et per quatuor evangelistas, scilicet Marcus, Matheus, Lucas et Johannes, per mortem Domini, per passionem, resurrexionem et ascentionem Domini, per Sanctum Spritum, per aculeum et per tremendum diem judicii, et per partum beate Marie Virginis, et per omnes sacerdotes Dei qui coram Deo coronati sunt et coram eo exorati, et per alpha et omega, primum et novissimum, initium et finem, et per illud nomen vivificabile, scilicet Tetragramaton, et per alia sancta nomina Dei, scilicet Agla, Thau, Avenizapta, Anepheneton, Stimilamiton, Adonay, Sabaoth, Emanuel, et per omnia nomina sancta que dicta sunt vel dici possunt de Deo vel nominari quod ubicumque finio huc accedas sine mora et molestia, te viriliter conjuro et exorcizo per planetam modo regnantem, ut in ista candela modo visibiliter mihi appareas et de omnibus a te interrogandum veraciter respondeas mihi sine aliquo /fol. 14v/ dolo, fallacia vel deceptione aliqua, per eum qui venturus est judicare vivos et mortuos et seculum per ignem, amen.

  • 23 À la suite, note du même : « Ista invocatio pertinet ad Sibil, fol. 94 ».

[4] Conjuratio licentialis23

Ego conjuro te, Sibillam, per Patrem et Filium et Spiritum Sanctum, et per hec quinque nomina Dei : Agla, Thau, Joth, Tetragramaton, Adonay, vade ad locum tuum a Deo predestinatum et honeste modo recedas et nulli creature noceas nec molestes, et quacunque et ubicunque te invocavero, sis mihi paratus et statim convenienter venias et obedias, in nomine Patris et Filii et Spiritus Sancti, amen. Pro bonis angelis, dic istud : Raphael, Gabriel, Michael, Cherubyn, Ceraphyn, Arriel, Pantaseron, Mucraton, Sandalon, et vos, angeli gloriosi, mee questiones quam volo etc., ut pre antea initium libri. » [figure : une étoile à cinq branches inscrite dans un cercle, avec le mot « Agla » au centre et les mots « Messias », « Sother », « Emanuel », « Sabaoth » et « Adonay » dans les cinq branches de l’étoile, séparées par cinq croix grecques.]

II
Sequitur de Sibilla ut antea
(Oxford, Bodleian Library, ms. Rawlinson D. 252, f° 92-94 v°.)

  • 24 Dans la marge, note du même : « Vide fol. 13 ».

« Sequitur de Sibilla ut antea24

  • 25 phalmos ms.

[1] In primo habeas candelam accensam et dic istos psalmos25 : Deus in nomine tuo, Deus miseretur, De profundis, Kyryeleyson, Christeleyson, Kyryeleyson, Pater Noster, Ave Maria et Credo, et Ne vos, etc., sed libera nos, salvos fac servos tuos, Domine Deus meus sperantes in te, Ostende nobis Domine manum tuam et salutare, Domine exaudi orationem meam et clamor meus.

Oratio : Rogo te, Agyos, in primo libri, etc., Deus propicius, esto mihi peccatori, etc.

[2] Tunc dic istam orationem in omni opere : O, virgo prudentissima, flos florum, celi regina et mundi domina atque imperatrix reginaque inferni, ad meam questionem te adoro adjuvare non cesses pro amore Domini Nostri Salvatoris Christi Jhesu, quem vero genuisti et in presepe posuisti per eundem Christum, Dominum Nostrum ; O virgo pudica, pia, miseris miserere nobis sancta Maria super Virginem, Deus qui misisti Spiritum Sanctum, ut in primo libri, etc. /fol. 92v/

  • 26 me ms.

[3] Conjuro te, ventum et aerem, per ipsum Jhesum Christum qui te sua virtute et benedictione taliter condensavit ut quod supra mare ambulavit, quam dat beato sibi universe et per adjutorium quo ipse adjuvabat, quod tu quiescas et clarescas ad judicium meum ita quod non sim impeditus per te26, aerem quin possim leviter audire spiritus in ista nocte, apparens mihi demonstrare per benedictionem Dei Patris omnipotentis, Patris et Filii et Spiritus Sancti veritas et gratia descendat et mandat semper super me, famulum Dei N. pax Domini, salus Domini et vultus Domini virtusque clementia Domini, corpus et sanguinis Domini Nostri Jhesu Christi sint mihi adjutorium ad subjeciendum mihi spiritus vel spiritum in ista nocte cum sociis ad respondendum mihi veritatem per eum qui venturus est judicare vivos et mortuos et seculum per ignem. /fol. 93/

  • 27 camera corr. de gemma cristalli, barré.

[4] Conjuro te, lucem, per Deum qui dixit : « fiat lux, et facta est lux », qui Solem, Lunam et stellas, ignem et omnia que Deus formavit in celo lucentes, lucem claram, lucem sanctam, lucem beatam, et sanctam Mariam, matrem Domini Nostri Jhesu Christi, qui nobis dedit lucem, per qua liberati sumus et salvati sumus, quod tu crescas ad visionem meum proprium et ad visum istius primum, ita quod non sumus impeditus per te, lucem, quin possimus spiritus N. cum sociis suis in isto lapide et quod ipse apparens in ista camera27 voluit demonstrare veritatem de omnibus rebus de quibus eum interrogavero per Christum, Dominum Nostrum, amen.

[5] Conjuro te, candelam, lumine ardente per virtutem et dignitatem Patris et Filii et Spiritus Sancti qui est trinus et unus, alpha et omega, principium et finis ; conjuro te, etiam candela lumen ardente, per virginitatem beate Marie Virginis, et per virginitatem /fol. 93 v°/ sancti Johannis Evangeliste, et per virtutem omnium sanctorum, quod habeas potestatem suscipiendi et custodiendi Sibillam spiritus invocando per virtutem Domini nostri Jhesu Christi qui vivit et regnat Deus per omnia secula seculorum, amen.

[6] Tunc puer respiciat in candela et conjura spiritum communi conjuratione, ut pre antea usque ad preceptum. Tunc dic : Quatinus formam tuam in forma pulcherime muliere visibiliter visui istius pueri N. et mihi et quod tu sedeas coram nobis velud regina sedens in cathedra aurea coronata ad demonstrandum veritatem sine aliqua mora et falsitate remota et de omnibus rebus de quibus ab ea virgine interrogavero per omnia jam dicta et per omnia nomina Christi qui judicabit in illo judicio omnis creaturas in justicia et equitate ; /fol. 94/ quatinus ut non sis mihi rebelle nec ullo modo contrarius sed humiliter obedias preceptis meis et demonstres ad istum puerum N. et mihi visibiliter sine mendacio vel aliqua falsitate de omnibus rebus de quibus interrogavero.

[7] Et si puer viderit eam, puer dicit post te in lingua materna :

  • 28 Traduction possible, inspirée par Aude Mairey : « O Sibylle, que Dieu te bénisse si c’est sa volon (...)

O Sybyll, God blesse the yf it be his wyll, I pray the and I charge the by the vertu of all the words that my mayster hath saide of God thy former and mynd, and also I conjure by the vertu and virginite of ower Lady seynt Marye and I bynde the by all thes words rehersyd before, that thow shewe to me and my mayster : Nominandum rem, etc., and post thow shell me and my mayster the of N. and the namys N. in wrytyng so post my mayster may rede /fol. 94v/ it, whithowt eny fayllyng lyke as God is hede of trewyth, he confonnde the yf thow lye in any poynt of mynn askyng28.

  • 29 À la suite, note du xviie s. : « fol. 14 ».

Tunc quere quod vis et postea licentiabis eos vel eam29. »

III
Experimentum in candela probatum pro furto
(Oxford, Bodleian Library, ms. Rawlinson D. 252, f° 126 v°.)

« Experimentum in candela probatum pro furto

Accipe candelam cere virginee et scribe in ea hec nomina : † On † Ely †. Et postea unge candelam cum oleo laurino et super dic nomina ista : Operon, Eyre, Castir, Dalion, Calphyn, Cardyn, Vuchar, Ymar, Golyon, Golia. Semper reiterando nomina quousque unus spiritus appareat in candela, tunc dic : Conjuro te, spiritum, per hec nomina inputata spiritum et per Elmon de Angaria, Tenosse, Noy, Ay, Aye, El, Ely, Eloy, et per virginitatem beate Marie Virginis, et per caput sancti Johannis Baptiste, et per virginitatem sancti Johannis Evangeliste, et per virginitatem sancte Katerine et per caput principis vestri, ut cito eas pro socios tuos et cito redeas et veraciter ad omnia interrogata respondeas, et tunc cito post parvam horam apparebit ille spiritus in candela cum duobus sociis suis et tunc conjura eos per dictum prius et per nomina predicta, ut veraciter respondeant ad omnia interrogata. »

Notes

1 Je tiens à remercier tout particulièrement Catherine Vincent, qui a eu la gentillesse d’examiner les documents édités ci-dessous, de me faire part de ses remarques et suggestions et de me confier un exemplaire de son mémoire d’habilitation, encore inédit. Jean-Philippe Genet, Aude Mairey et Denis Muzerelle m’ont également aidé à déchiffrer la partie en moyen anglais du texte II, § 7.

2 Kieckhefer Richard, Forbidden Rites. A Necromancer’s Manual of the Fifteenth Century, Stroud, Sutton Publ., 1997.

3 Klaassen Frank, « English Manuscripts of Magic, 1300-1500 : a preliminary Survey », Fanger C. (éd.), Conjuring Spirits. Texts and Traditions of Medieval Ritual Magic, Stroud, Sutton Publ., 1998, p. 3-31, aux p. 21-24. Ce ms. A déjà été signalé et partiellement étudié par Delatte Armand, La catoptromancie grecque et ses dérivés, Liège/Paris 1932, p. 102-104, mais Delatte le datait du xvie siècle, alors que la main unique qui a copié l’essentiel du volume remonte clairement au siècle précédent.

4 Paris, BNF, ms. ital. 1524, f° 65-122 v° (Necromantia) et f° 179-235 (Clavicula Salomone). Ce volume, transcrit et étudié par Florence Gal dans le cadre d’un mémoire de DEA de l’université Paris X-Nanterre, doit faire l’objet d’une prochaine publication, sous l’égide du Centre de recherches d’histoire culturelle et sociale de l’Occident (xiiie-xviiie siècle), dirigé par Henri Bresc.

5 Kieckhefer R., Magic in the Middle Ages, nouv. éd., Cambridge, 2000 [1re éd. 1989], chap. 7, p. 151-175 : « Necromancy in the Clerical Underworld ».

6 Paris, BNF, ms. lat. 7337, p. 131a-138a (filigrane Briquet 5220 : Pistoia, 1414 ; Fabriano, 1412). Les extraits des f° 96-97 et 110 du ms. Rawlinson ont les titres suivants : Ut demonem privatum qui tibi doceat vel respondeat verissime de quesitis ; Ad furtum inveniendum cum oculo ; Ut denarius quos expenderis ad te revertantur ; Ut thesaurus absconditus ; Ad cognoscendum de furto. Je compte publier ces Annulorum experimenta en appendice d’un article sur la magie et l’illusionnisme, à paraître dans la Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance.

7 Bataille Georges, Le procès de Gilles de Rais, nouv. éd., Paris, Pauvert, 10/18, 1997 [1re éd. 1965], p. 309 : « Auxquelles évocations souvent et jusqu’à dix à douze fois, le diable nommé Barron lui apparut, sous la forme d’un beau jeune homme d’environ vingt-cinq ans. »

8 Alias Azael, « celui que Dieu renforce », l’un des principaux anges déchus mentionnés dans le Testament de Salomon, le Zohar et le Sefer Raziel : voir notamment Schwab Moïse, Vocabulaire de l’angélologie, d’après les manuscrits hébreux de la Bibliothèque nationale, Paris, 1897, réimpr. Milan, Arché, 1989, p. 211 ; et Davidson Gustav, A Dictionary of Angels, including the fallen angels, New York, 1967, p. 63.

9 Experimentum cristalli pro puero (f° 6-8 v°) ; Pro quatuor reges in cristallo vel speculo (f° 15-23 v°) ; Experimentum pro re ablata (f° 119-120 : invocation d’un esprit nommé Andromalchus dans du cristal). Les deux premiers experimenta ont été décrits par Delatte A., op. cit., p. 102-104.

10 Conjuration de Bileth avec emploi d’un enfant médium (f° 132 v°-134 v°).

11 Delatte A., op. cit., p. 55.

12 Etymologie, VIII, 9, 13, p. 714 de l’éd. bilingue latino-espagnole, San Isidoro de Sevilla, Etimologías, éd. et trad. De Oroz Reta J., Madrid, 1982 ; Johannes Saresberiensis Policraticus I-IV, Keats-Rohan K. S. B. (éd.), Turnhout, 1993 (Corpus christianorum, Continuatio Mediaevalis, CXVIII), I, 11, p. 57.

13 Erfurt, Stadt- und Regionalbibliothek, ms. Amplon. 12°17, f° 38 v° (texte copié de la main de Jean de Wasia, durant la deuxième moitié du xive siècle). L’autre opuscule de la même collection est le In arte pyromantie de maître Albert de Bâle (ms. Amplon. 4°373, f° 37 v°a-38 v°a, du début du xve siècle). Sur Amplonius de Berka, sa superbe bibliothèque de 633 volumes et le collège de la Porta celi qu’il a fondé à Erfurt, en 1412, voir Schum Wilhelm, Beschreibendes verzeichniss des Amplonianischen Handschriften-Sammlung zu Erfurt, Berlin, 1887 ; Die Bibliotheca Amploniana. Ihre Bedeutung im Sapannungsfeld von Aristotelismus, Nominalismus und Humanismus, Speer A. (dir), Walter de Gruyter, Berlin/New York, 1995.

14 On remarquera toutefois que même si ces conjurations d’un esprit dans la flamme d’une chandelle sont du ressort de la pyromancie, le second texte a conservé, comme le remarquait déjà Delatte A., op. cit., p. 104 et n. 2, des traces de l’utilisation du même rituel en vue de provoquer l’apparition de cet esprit dans une gemme en cristal : c’est donc que le texte primitif de l’experimentum relevait de la cristallomancie. Cf. infra, note 26, et le § II, 4 : dans la conjuration de la lumière, les mots gemma cristalli ont été biffés et remplacés par camera, mais le copiste a omis de corriger juste avant les mots in isto lapide. En outre, au f° 144 de notre ms., les esprits Bileth, Andromalcus, Egippia, Oberion et Sibylle sont jugés susceptibles d’apparaître dans un miroir ou du cristal, mais pas dans la flamme d’une chandelle.

15 Klaassen F., art. cit., p. 29, n. 35 : on relève en effet, dans l’ancien ms. York, Austin Friars A8, 362, et au milieu d’une série de textes magiques, un Tractatus de spiritu Cibile. On remarquera, dans nos textes, les mentions ut antea initium libri (I, 4) et in primo libri (II, 1 et 2), qui font peut-être allusion aux différents livres de ce Tractatus.

16 Voir notamment Sackur Ernst, Sibyllinische Texte und Forschungen, Halle, 1898 ; Haffen Josiane, Contribution à l’étude de la sibylle médiévale, Paris, Les Belles Lettres, 1984 ; Baroin Jeanne et Haffen J., La prophétie de la Sibylle Tiburtine, Paris, Les Belles Lettres, 1987.

17 Antoine De La Sale, Le paradis de la reine Sibylle, Desonay F. (éd.), Paris, 1930 ; trad. et postface de Moralebrun F., Paris, Stock, coll. « Moyen Âge », 1983. « Étonnante trouvaille d’Antoine de La Sale que ce paradis peuplé de créatures infernales, ce monde ambigu où se côtoient et s’entremêlent la lumière de la courtoisie et les ténèbres du Mal ! », commente F. Mora-Lebrun, p. 137 de sa postface.

18 Catherine Vincent a largement inspiré la rédaction de ce paragraphe. C’est lors de sa soutenance d’habilitation sur Un monde enluminé. Lumière et luminaires dans la vie religieuse en Occident du xiie siècle au début du xvie siècle, université Paris I, 27 novembre 1999, que Jacques Chiffoleau a posé la question de savoir s’il existait ou non « un système de la lumière » dans la société chrétienne des xiiie-xve siècles. La question mérite en effet d’être creusée et les rituels magiques pourraient constituer un champ important d’investigation en la matière, surtout si l’on pense à la place qui revient au luminaire dans les différentes versions de l’Almandal, un traité de magie angélique condamné au xiiie siècle par Guillaume d’Auvergne et le Speculum astronomie, et conservé dans quatre mss latins et deux mss allemands du xve siècle. L’un de ces volumes, copié vers 1496 par le marchand d’Augsbourg Claus Spaun et conservé sous la cote Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Cgm 407, est en cours de publication par les soins de Jan R. Veenstra.

19 Notamment Henri Suso, dans son Horologium sapientie, II, 7, qui préconise d’accompagner tel temps de dévotion plus fervent de la « lumière corporelle » issue d’un cierge allumé « en l’honneur de Dieu qui est la lumière éternelle ». Voir Heinrich Seuses Horologium sapientiae, Künzle P. et Planzer P. (éd.), Fribourg, 1977, p. 600-601, et Vincent C., op. cit., vol. I, p. 243 et vol. II, p. 431.

20 Voir notamment le § 59 du libelle de Jean d’Estivet dans Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, éd., trad. et notes par Tisset P. et Lanhers Y., Paris, Société de l’Histoire de France, 1970, t. II, p. 228.

21 Ibid., t. II, p. 135, interrogatoire du 15 mars 1431 : Jeanne reconnaît avoir offert des cierges « à l’offrande à la messe, dans la main du prêtre, en l’honneur de sainte Catherine » mais pas à sainte Marguerite.

22 Au-dessous, note du possesseur du ms. au xviie s. : « Vide folio 92 ».

23 À la suite, note du même : « Ista invocatio pertinet ad Sibil, fol. 94 ».

24 Dans la marge, note du même : « Vide fol. 13 ».

25 phalmos ms.

26 me ms.

27 camera corr. de gemma cristalli, barré.

28 Traduction possible, inspirée par Aude Mairey : « O Sibylle, que Dieu te bénisse si c’est sa volonté ; je te prie et je te charge, par la vertu de tous les mots que mon maître a prononcés à propos de Dieu ton créateur et ton esprit ; je te conjure aussi par la vertu et la virginité de Notre Dame Sainte Marie, et je te lie par tous ces mots qui ont été prononcés auparavant : montre toi à moi et à mon maître : Nominandum rem, etc. Et après cela, dévoile-nous ( ?), à moi et à mon maître, N. et le nom de N. tel qu’il s’écrit, afin qu’ensuite mon maître puisse le lire, et fais cela sans aucune défaillance, car Dieu est le chef de la vérité et il te confondra si tu mens sur un point quelconque de ma demande. »

29 À la suite, note du xviie s. : « fol. 14 ».

Auteur

Université Paris X – Nanterre

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540