Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Cinquième partie. Mentalités et vie culturelle

La culture juridique dans la littérature « chevaleresque » des xiie et xiiie siècles

Nicole Gonthier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Les héros de la littérature « chevaleresque » des xiie et xiiie siècles se consacrent d’abord aux valeureux combats et aux quêtes amoureuses ou spirituelles. Mais les intérêts de leur gloire, la défense de leur fief ou du seigneur dont ils sont les vassaux, le secours qu’ils doivent aux dames en détresse les conduisent aussi à paraître en qualité de plaignants ou de défenseurs devant des cours de justice. Les épisodes « judiciaires » qui s’insèrent ainsi dans la trame du récit, tout comme les scènes de guerre ou les descriptions de la vie courtoise participent à la fois du réalisme et de la fiction romanesque.

2À partir de tels documents, l’histoire de la procédure ne saurait toujours être reconstituée car l’auteur n’a pas l’ambition du greffier du tribunal, en revanche ce corpus dévoile la familiarité des écrivains et de leur public avec les formules, les déroulements de la justice. Les points sur lesquels ces textes littéraires mettent l’accent, ceux qu’ils négligent révèlent aussi l’opinion que les contemporains peuvent avoir de la justice ou les idéaux qu’ils poursuivent à son propos.

3Enfin la façon dont l’auteur utilise ces épisodes pour rythmer son récit indique quelle place il fait à la justice parmi l’ensemble des valeurs qui motivent ses héros.

Intrigues judiciaires

4Les biens auxquels les nobles chevaliers attachent de l’importance sont la terre de fief accordée par leur suzerain, l’honneur de leur nom et de leur lignage et celui de la dame dont ils sont épris. Car à ce milieu masculin et militaire se superpose le monde des femmes courtoises – reines, dames suivantes, demoiselles esseulées – qui semblent la cible des méchants et des intrigants et réclament le soutien des plus valeureux.

  • 1 Le Roman de Thèbes, trad. Mora-Lebrun F., Livre de poche, coll. « Lettres gothiques », Paris, 1995 (...)

5Les conflits dont la solution est portée devant une cour de justice concernent donc des contestations sur l’application du droit féodal ou du contrat vassalique, des accusations mettant en doute le courage et la fidélité des chevaliers ou la vertu des femmes. Ce sont des vassaux qui s’estiment lésés par un mauvais seigneur et qui réclament la condamnation judiciaire de celui-ci ou soutiennent devant la cour leur droit à la révolte. Plusieurs chansons de geste développent ce thème. Certains romans s’en inspirent également, tel le Roman de Thèbes qui ménage quelques pages de plaidoiries contradictoires sur ce sujet. Daire, le vassal du roi de Thèbes, Étéocle, a été frappé et blessé par son seigneur et s’est libéré de ses devoirs vassaliques, qu’il a reportés au service de Polynice, le frère ennemi d’Étéocle. Arrêté et incarcéré, il est jugé pour trahison devant le tribunal de ses pairs mais ceux-ci ne s’entendent pas sur le chef d’accusation. L’un des barons, Oton, estime qu’il n’y a pas trahison quand le roi a gravement outragé son vassal. Mais le vieux connétable Créon s’inscrit en faux contre cette interprétation du délit car elle néglige de mentionner les infractions nombreuses à la procédure féodale que Daire a commises. « Il aurait dû proposer une réparation et l’accepter, et puis attendre quarante jours. […] Si le roi ne lui avait pas rendu justice, avant de mal se conduire envers lui, il aurait pu faire une chose : quitter son service1. » À quoi Oton répond que la procédure énoncée vaut pour tous les dommages causés aux domaines et aux biens mobiliers mais qu’elle ne saurait s’appliquer dans un cas de violence physique.

6Les rapports entre les chevaliers ne sont pas toujours ceux de l’amitié et de l’émulation dans le compagnonnage d’armes ; il arrive qu’une concurrence haineuse s’établisse, que rancune et envie se mêlent pour déclencher une accusation infamante. Tel est le sort de Gauvain dans Le Conte du Graal de Chrétien de Troyes. Honoré comme le plus courtois et le meilleur des chevaliers d’Arthur, Gauvain subit, en pleine cour, l’insulte majeure de la part de Guinganbrésil. Ce dernier, en effet, l’accuse d’avoir traîtreusement tué son seigneur, sans respect pour les règles du combat. Le cœur du litige, on l’aura compris, n’est pas la disparition de ce baron tué par Gauvain, mais la fama du héros et celle de son lignage. C’est aussi bien sa position sociale qui est en jeu. Rapporter la mort de la victime à un vulgaire homicide, c’est confondre messire Gauvain avec un vilain, c’est flétrir ainsi toute sa parentèle. De peur que Gauvain, sous l’empire de la colère, n’extermine sur place son accusateur et ne s’abaisse au rang d’un meurtrier, son propre frère le retient et propose la voie judiciaire digne de son rang :

  • 2 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, éd. et trad. Méla Ch., dans Chrétien de Troyes, Romans, Liv (...)

« Pour l’amour de Dieu, cher seigneur, n’allez pas déshonorer votre lignage !
Du blâme, de l’écart criminel
dont ce chevalier vous charge,
je vous défendrai par les armes, vous avez ma promesse2. »

  • 3 Marie de France, Les lais de Marie de France, trad. Micha A., Flammarion, coll. « GF », 1994, p. 1 (...)

7C’est encore pour défendre son honneur de vassal et de chevalier que Lanval doit se présenter devant la cour d’Arthur3. Une accusation mensongère de la reine Guenièvre a convaincu le roi que Lanval, chevalier attaché à sa mesnie avait tenté de séduire la reine puis se voyant repoussé, l’avait insultée, en la prétendant moins belle que son amie. Le roi convoque Lanval, prononce l’accusation, vibrant de colère ; Lanval déclare alors se soumettre au jugement de la cour. Il doit se laver de l’accusation de trahison à l’égard du roi, car dans le contrat vassalique l’engagement de ne pas nuire à son seigneur suppose celui de ne ravir ni ses biens ni sa femme.

8Les affaires de trahison sont les plus fréquentes dans la littérature médiévale. Elles rappellent les réalités du xiie siècle, les difficultés des Capétiens à s’imposer aux comtes et ducs plus riches qu’eux en terres et en vassaux, leur souci de s’appuyer sur le droit féodal pour raviver les devoirs vassaliques des détenteurs de fiefs et de principautés. Elles font écho aussi aux complots, si dangereux pour la puissance monarchique Plantagenêt, qu’Aliénor et ses fils ont fomentés contre Henri II ; elles annoncent tout autant les révoltes baronniales du règne de Jean sans Terre. De ces intrigues politiques et courtisanes, le roman du Lancelot en prose, offre une illustration remarquable : la conspiration qui aboutit à l’établissement de la fausse Guenièvre sur le trône, aux côtés d’Arthur, ne trouve son épilogue que dans le procès de Guenièvre, et le recours à la procédure du duel judiciaire.

  • 4 Elle est en fait la traduction du Roman de Tristan de Thomas, oeuvre anglo-normande, datée de 1173 (...)

9La trahison domestique de la reine Iseult provoque tout autant le déploiement de l’arsenal judiciaire. Dans le Tristan de Béroul, la reine adultère est soumise à l’épreuve du serment purgatoire, qui devient une ordalie au fer rouge dans la saga norvégienne, transcrite en français par le frère Robert, en 12264.

  • 5 V. 5971.

10Un élément essentiel à la vie des aristocrates médiévaux, la possession de la terre, la dévolution des héritages, réelle source de la plupart des guerres « féodales », devient dans Le Chevalier au Lion, le motif central d’un procès porté devant le roi Arthur. Le contentieux concerne une part d’héritage qu’une demoiselle conteste à sa sœur. La déshéritée veut faire reconnaître et défendre « sa droiture5 ».

Les procédures

  • 6 Le Conte du Graal, op. cit., p. 1081, v. 4677-4688.

11Les procès que relatent ces pages des chansons de geste et des romans se déroulent selon la procédure en vigueur dans les cours laïques aux xiie et xiiie siècles, soit la procédure accusatoire. L’accusation ouvre le procès. C’est un temps fort et dramatique dans le récit : douze vers précèdent l’accusation de Guinganbrésil contre Gauvain, douze vers qui décrivent l’entrée théâtrale de celui qui prétendra assimiler le chevalier renommé à un vil meurtrier6. Il pénètre par la porte de la grande salle portant son écu armorié. Il va tout droit au roi et le salue mais s’adresse directement à Gauvain pour proclamer le blâme. L’accusation doit être publique, prononcée en personne par l’accusateur, ce que Guinganbrésil souligne bien en disant :

  • 7 V. 4693-4695. « Si t’en appel de traïson » : ce terme d’apel ne désigne pas ici une voie de recour (...)

« Je t’accuse publiquement de trahison
et que tous les grands vassaux sachent ici
que je n’en ai pas menti d’un mot7. »

  • 8 Chrétien de Troyes, Le Chevalier au Lion, éd. et trad. Hult D. F., dans Chrétien de Troyes, Romans(...)

12C’est également en pleine cour, devant tout le monde (en plaine court, et voiant tous) que la demoiselle Lunete est accusée de trahison par un sénéchal, jaloux de l’influence dont elle jouit auprès de la maîtresse de la seigneurie8.

13Un tel engagement de « partie formée » n’est pourtant pas nécessaire s’il y a flagrant délit. L’exemple de Tristan et d’Iseult, surpris dans la chambre royale et convaincus d’adultère grâce au stratagème de trois barons félons, illustre bien ce cas. Le roi Marc semble déjà rendre sa sentence lorsqu’il déclare :

  • 9 Béroul, Le Roman de Tristan, trad. Walter Ph., Livre de poche, coll. « Lettres gothiques », 1996, (...)

« Voici un indice irréfutable : votre culpabilité est prouvée […]
Votre tentative de justification n’aura aucun poids
Oui, Tristan, demain, votre mort est certaine, vous pouvez en être sûr9 ! »

  • 10 Ibid., p. 61.

14Pourtant, la remise au lendemain de la peine capitale laisse augurer que la voie du procès se substituera à la vengeance du mari trompé. C’est du moins ce que croit Tristan lorsqu’il se laisse lier comme un criminel qu’on conduit au cachot. Béroul explique cette docilité inhabituelle de son héros en précisant « qu’il était sûr et certain que s’il obtenait le duel judiciaire, personne n’oserait prendre ni brandir les armes contre lui. Il espérait bien pouvoir se défendre sur le champ clos10 ». Tristan suppose donc qu’un procès sera ouvert contre lui dès le lendemain, l’accusation d’adultère étant le produit du flagrant délit, et que, ainsi « apelé » de ce crime, il pourra s’en défendre selon l’usage. L’imputation du crime doit immédiatement donner lieu à un démenti de la part de l’accusé. Ce qui est une règle de procédure devient, en littérature, une preuve de l’excellence du héros.

  • 11 . Lanval, in Marie de France, Les lais de Marie de France, op. cit., p. 165.
  • 12 Ibid., p. 167.

15Accusés et accusateurs s’expriment devant une cour seigneuriale recrutée à cet effet. On voit le roi Arthur « convoquer tous ses hommes pour délibérer sur la conduite de Lanval ». Les barons, qui ont le devoir de conseil doivent se rendre à son commandement. Ils le font « bon gré, mal gré » – écrit Marie de France, ce devoir les soustrayant sans doute à la gestion ou la défense de leur propre seigneurie. L’affaire semble suffisamment grave pour qu’à la mesnie royale, cercle restreint des familiers, soient ajoutés les autres vassaux et qu’une cour « esforcie » juge Lanval11. Ce sont les barons qui « jugent et décident », qui instruisent le roi de la procédure, qui fixent le jour du jugement. Le jugement par ses pairs est un privilège aristocratique. Lanval est un chevalier, vassal d’un roi prestigieux, il est reconnu comme tel également par les membres du conseil royal. Pourtant le jugement par les pairs ne présente pas que des avantages. Il garantit sans doute une meilleure compréhension des juges pour les agissements ou les paroles de l’accusé qui partage leur culture et leurs ambitions ; il prévient aussi l’humiliation d’être jugé par une personne de statut et de condition inférieurs mais il comporte le risque de la partialité. Quelques auteurs, familiers des cours laïques et des intrigues qui s’y déploient, le notent finement dans leurs récits. Marie de France évoque les hésitations des barons à soustraire Lanval à la colère du roi car « plus d’un avait l’intention de le charger, pour plaire à leur seigneur12 ».

16L’auteur anonyme du Lancelot en prose développe ce thème d’une justice faussée par l’intérêt des barons composant la cour délibérative. Pour obtenir la condamnation de Guenièvre, accusée d’imposture et qualifiée de « fausse reine », le roi Arthur ne sollicite que les barons qui lui sont hostiles. Le sort de la reine est désormais scellé.

17Les divergences des barons dans une cour féodale sont illustrées aussi par Le Roman de Thèbes. Oton s’oppose à Créon sur une interprétation du droit féodal comme on l’a vu plus haut, mais en fait, ce sont deux conceptions politiques contraires qui s’expriment à la faveur de ce jugement. Un parti loyaliste, celui de Créon, défend l’obligation de fidélité absolue, même à un mauvais seigneur, tandis qu’Oton représente le parti des vassaux qui placent la solidarité au-dessus de l’obéissance au supérieur. On a là un exemple très précis des incidences politiques sur les jugements des cours seigneuriales ou royales dans cette procédure qui ne fait aucune part à l’instruction préliminaire.

18Devant des cours si divisées l’accusé doit faire valoir sa défense car c’est à lui d’apporter les preuves de son innocence. Il lui faut pour cela des garants et des délais.

19Dans une société où les statuts et les fonctions des hommes sont définis par les solidarités ou les hiérarchies dans lesquelles ils s’inscrivent, l’homme seul est démuni de toute identité et de toute protection. Celui qui est loin de ses parents et de ses terres se confond avec le pauper et le marginal. Qu’il soit noble, « fils de roi, de haute lignée » comme Lanval, n’a aucune incidence ; le fait qu’il ait quitté « son domaine héréditaire » le prive des secours coutumiers de sa parentèle devant la cour de justice car le système de défense anciennement en vigueur chez les Francs, celui du serment purgatoire par un certain nombre de co-jureurs, ne peut alors servir l’accusé.

  • 13 Ibid., p. 165.
  • 14 Beaumanoir Ph. DE, Coutumes de Beauvaisis, § 1346, publié par Salmon A., rééd. Picard, 1970, t. 2, (...)
  • 15 Lanval, op. cit., p. 165.
  • 16 Beaumanoir Ph. DE, Coutumes…, § 1347, op. cit., p. 186.

20Malgré l’envie qu’il a de se venger de lui immédiatement, Arthur applique scrupuleusement la procédure qui prévoit la liberté sous caution du prévenu noble si celui-ci a laissé des otages ou nommé des garants auprès du seigneur justicier. Les garants ou pleiges s’engagent sur leur vie et leurs biens à ce que l’intéressé se présente, au jour fixé, devant la cour, pour son procès. Les otages choisis sont en général des vassaux, voire des proches par le sang, les garants sont des parents ou des amis. Le Lai de Marie de France insiste sur la solitude de Lanval, « éperdu, sans parents ni amis ». Aussi la générosité de Gauvain se démontre-t-elle de nouveau lorsqu’il s’avance pour lui servir de caution, entraînant avec lui « tous ses compagnons ». Le roi précise la portée de cette action : « J’accepte, dit-il, que vous vous engagiez, chacun en votre nom, sur les terres et les fiefs que vous tenez de moi13. » Il s’agit là d’une caution procédurale de « venir à cour » qui garantit la reconnaissance par Lanval de la compétence du tribunal d’Arthur et l’exécution future de la sentence rendue par ce même tribunal. Pourtant, par cette phrase d’Arthur, Marie de France laisse supposer un engagement plus sérieux : la caution « d’être à droit » qui oblige le garant bien davantage que la caution « de venir à cour » puisqu’il est – comme le précise Philippe de Beaumanoir, « pleiges de toute la querele et de fere tenir ou paier ce qui sera jugié contre cil qui repleja pour la cause pour quoi il fu pleiges14 ». Ces pleiges deviennent également comptables de la vie de l’accusé ; ils doivent veiller à ce qu’il échappe à toute violence de la partie adverse et à ce que le tribunal seigneurial ne soit pas ainsi privé de son justiciable. C’est pourquoi les chevaliers accompagnent Lanval chez lui, puis « vont lui faire visite chaque jour pour voir s’il boit et mange ; ils redoutent de le voir tomber malade15 ». En fait, Marie de France exagère l’implication de Gauvain et de ses chevaliers, afin de faire valoir le personnage car s’il est obligatoire au pleige de remettre à la cour le prévenu « en tel estat comme il estoit quant il s’en parti », Beaumanoir énumère tous les cas où cette responsabilité devient nulle, « si comme se li replegies muert en dedens ; ou s’il a essoine de son cors qui soit apers sans fraude et sans barat ; ou s’il est pris et mis en prison pour guerre16… ».

  • 17 Lanval, op. cit., p. 169, v. 469-470.
  • 18 Ibid., p. 171, v. 4999-5002.
  • 19 Béroul, op. cit., p. 171, v. 3227.
  • 20 Le Roman de Thèbes, op. cit., p. 585-587, v. 9263-9264 et v. 9382.

21À partir de l’accusation ou de la désignation des garants, un délai de justice est mentionné par plusieurs textes littéraires. C’est le délai nécessaire à la cour pour se réunir sur semonce du seigneur. Pourtant les parties brûlent de réduire le temps de résolution du conflit. Arthur et Guenièvre pressent les barons de statuer sur le sort de Lanval : « le roi les presse avec insistance à cause de la reine qui attend leur verdict17 », ou encore, un peu plus loin : « le roi demande à ses barons leur réponse et leur jugement et se dit mécontent de leur interminable retard (De ceo que tant l’unt delaié)18 ». Dans le Roman de Tristan, Iseult, objet des dénonciations des trois barons félons, exige de Marc la réunion immédiate de la cour de justice, afin qu’elle puisse se disculper par le serment purgatoire et quand Marc fait remarquer que « c’est un bref délai », – « Encore trop long pourtant », répond Iseult19. Ceux qui désirent sauver Daire du bûcher auquel le voue sa traîtrise, cherchent à obtenir un délai du roi Étéocle, en vain ; le roi est pressé : « allez donc et rendez la justice, faites vite, ne me faites pas attendre » – commande-t-il à ses barons et il ne leur accorde que jusqu’à la nuit pour prononcer leur jugement20.

  • 21 Cf. Beaumanoir Ph. DE, op. cit., t. 2, p. 436, § 1852. « Li seigneur, s’il leur plest de leur auto (...)
  • 22 Ibid., § 1854.
  • 23 Lanval, op. cit., p. 170-171, v. 508.

22Les auteurs introduisent ainsi dans le récit un facteur temps apte à intensifier sa charge émotionnelle mais ils empruntent également à la réalité de l’organisation judiciaire et témoignent de leur connaissance de la coutume et de la pratique puisque plusieurs délais, exposés clairement par le juriste qu’est Beaumanoir, peuvent retarder, en effet, d’une centaine de jours l’élaboration d’un jugement21. Aux délais imposés par le seigneur justicier, lent à réunir ses vassaux, ou aux retards de ceux-ci après la semonce, s’ajoutent les « répits » demandés par les « jugeurs », parce qu’ils n’arrivent pas à déterminer les culpabilités ou qu’ils ne sont pas d’accord entre eux : trois répits de quinze jours chacun, un délai supplémentaire de quarante jours, puis deux répits de sept jours et sept nuits allongés de trois jours et trois nuits encore, tels sont les moyens qu’ont les barons pour reculer l’énoncé d’un verdict délicat22. Les juges de Lanval, devant l’obstination du chevalier à ne pas vouloir produire son amie comme preuve vivante de ses affirmations, « ne gardent aucun espoir ». Quand ils reprennent les débats, ils sont « tous indécis, dans un brouhaha de discussions (assez i ot noise e estrif 23) ».

  • 24 Le Chevalier au Lion, op. cit., p. 833, v. 3685-3687.

23Si des estimations de temps aussi précises que celles que Beaumanoir consigne dans son coutumier ne figurent pas dans les textes littéraires, en revanche une mention revient très souvent : celle des quarante jours qui doivent séparer « l’appel », c’est-à-dire la provocation de l’accusateur et la défense de l’appelé par le biais du duel judiciaire. Ce délai correspond au temps nécessaire à l’accusé pour chercher un champion capable de soutenir sa cause : tel est le cas des dames qui ne sauraient se défendre par les armes et procèdent par avoués. Lunete qui s’est engagée à « trouver un chevalier pour combattre contre trois dans un délai de quarante jours24 » a utilisé ce laps de temps pour visiter nombre de cours sans succès ; lorsque Yvain la rencontre enfin, par hasard, dans la chapelle où on la retient prisonnière, le délai est expiré et sa mise à mort sur le bûcher doit avoir lieu le lendemain. Le drame se resserre donc, en parfaite adéquation avec la réalité des procédures.

24Les deux sœurs qui ont porté devant Arthur leur querelle d’héritage en viennent à cette solution du duel judiciaire. Or, si l’aînée a circonscrit habilement Gauvain, la cadette a beaucoup de mal à trouver un champion. Voyant les quarante jours approcher de leur terme sans que la partie adverse ne comparaisse à la cour en compagnie de son défenseur, la sœur aînée veut précipiter le jugement, faire proclamer de suite son bon droit. Arthur, avec quelque agacement, se voit forcé de lui rappeler la coutume :

  • 25 Ibid., p. 869, v. 4794-4798.

« Ce que vous lui proposez ne respecte point les convenances,
[…] car il lui faut, pour voir si elle peut trouver mieux
pour se défendre, un plus long délai,
au moins quarante jours,
selon une règle observée dans toutes les cours25. »

  • 26 Le Conte du Graal, op. cit., p. 1082, v. 4718-4721.
  • 27 « Mout a de perius en plet qui est de gage de bataille » (Coutumes…, op. cit., t. 2, § 1828, p. 42 (...)
  • 28 Le Conte du Graal, op. cit., p. 1121, v. 6034-6054.

25Dans le cas du conflit de Gauvain avec Guinganbrésil la quarantaine ne servira pas à recruter des champions puisque chacun combat personnellement ; pourtant l’accusateur promet « qu’il convaincra [Gauvain] de laide et odieuse trahison, dans un délai de quarante jours devant le roi d’Escavalon26 ». Ayant pris date ainsi pour le duel, il est possible que le délai soit employé à chercher d’autres preuves, moins « périlleuses » – selon l’avis prudent de Beaumanoir27. On sait que s’engagent parfois dans cette période des tractations de paix entre les parties par le biais de leurs fidèles, intervenant comme arbitres et garants. Dans le roman de Chrétien de Troyes, le report du duel ouvre à Gauvain la perspective d’une épreuve plus longue, celle de la Quête du Graal28. Là encore, ce qui semble une habile transition de l’auteur pour introduire d’autres épisodes aventureux s’ancre parfaitement dans la réalité des procédures.

  • 29 Barthélemy D., La société dans le comté de Vendôme, de l’an Mil au xive siècle, Fayard, 1993, p. 6 (...)

26La preuve du duel est celle que privilégient les textes littéraires. Elle fait partie, avec l’ordalie, des preuves surnaturelles, des leges manifestae29. Elle suppose en effet, comme le rappelle Chrétien de Troyes dans Le Chevalier au Lion, que :

  • 30 Le Chevalier au Lion, op. cit., p. 857, v. 4438-4439.

« Dieu s’engage du côté de la justice
et Dieu et Justiceont partie liée30. »

  • 31 Lancelot du Lac, 2 tomes, trad. Mosès F., Livre de poche, coll. « Lettres gothiques », 1996, t. 2, (...)

27Dans le combat, la victoire de l’un des champions désignera aux yeux de tous l’innocent. Rien ne vient mettre en doute la fiabilité de cette preuve. Elle intervient pour laver une insulte à la fama, dans le cas de Gauvain ou de Tristan, pour innocenter Guenièvre et lui éviter le bûcher quand Lancelot combat et vainct à lui seul trois adversaires31.

  • 32 Le Chevalier au Lion, op. cit., p. 907-909, v. 5940-5986.

28Les références littéraires comme les sources de la pratique judiciaire ou les textes normatifs indiquent que le duel est tantôt la première solution adoptée, tantôt une alternative à des procédures moins violentes qui ont échoué. Ainsi Gauvain se résout à la preuve de bataille car les termes de Guinganbrésil sont insultants, mais il semble regretter qu’un accord plus pacifique n’ait pas été seulement envisagé par son adversaire. De la même façon, dans l’affaire des deux sœurs ennemies, la cadette qui est « avisée et courtoise » cherche à éviter le combat entre « deux hommes aussi vaillants » (Gauvain et Yvain) et requiert à plusieurs reprises sa sœur de composer avec elle, de reconnaître son droit à sa part de l’héritage paternel. C’est l’intransigeance butée de l’aînée qui conduit à l’exécution du duel judiciaire32.

  • 33 Lancelot du Lac, op. cit., t. 2, p. 659-669.

29Dans le Lancelot du Lac33, la proposition du duel n’intervient pas au début de la procédure mais après l’énoncé de la sentence. Les fidèles de Guenièvre, Gauvain, le sénéchal Keu, et Lancelot n’acceptent pas d’entendre condamner la reine à une mort infâme ; ils se déclarent prêts à « défendre [la] dame » et à « prouver la déloyauté de ceux qui ont participé à [pareille sentence] ». Ils entreprennent alors une manœuvre juridique connue sous le nom de « faussement de juge ».

  • 34 Beaumanoir Ph. DE, op. cit., t. 2, p. 388, § 1748.
  • 35 Le Chevalier au Lion, op. cit., p. 833, v. 3680-3683.

30Le combat inégal semble un artifice littéraire qui valorise à la fois le héros capable de sortir vainqueur d’un tel défi et la qualité surnaturelle de la preuve. En fait, il compte parmi les traits réalistes des récits poétiques ou romanesques. On retrouve, en effet, l’écho de cet exploit dans les précieuses Coutumes de Beauvaisis où Beaumanoir explique qu’il convient de bien réfléchir avant d’accepter le duel et de veiller aux formes de l’apel que l’on prononce. Si quelqu’un veut se plaindre de plusieurs personnes, il prendra garde de s’adjoindre des amis qui se chargeront d’une plainte chacun, « car s’il les apeloit tous en sa personne et il s’offroient tuit à defendre, il convenroit qu’il se combatist tous seus a tous ceus qu’il avroit apelés34 ». La partie adverse a loisir de profiter du maladroit énoncé de l’apel de bataille et d’obliger à un combat très inégal, comme Beaumanoir en donne un exemple tiré de la jurisprudence (§ 1749). Le sénéchal, calomniateur de Lunete, fait partie de ces plaideurs malhonnêtes qui profitent de l’ignorance de leurs adversaires et Lunete de constater amèrement qu’il « n’eut point du tout la courtoisie nécessaire pour daigner refuser la proposition, et il ne [lui] fut plus possible, quoi qu’il advînt, de la rétracter ou de l’enterrer35 ». Ainsi prise au mot, il lui fallut promettre de « trouver un chevalier pour combattre contre trois ».

  • 36 Cf. Beaumanoir Ph. DE, Coutumes de Beauvaisis, chap. LXIII et LXIV, et, plus tardif [1re moitié du (...)
  • 37 Beaumanoir Ph. DE, Coutumes…, op. cit., t. 2, p. 391, § 1755.
  • 38 Ibid., p. 376, § 1712.
  • 39 Ibid., p. 391, § 1756.

31Dans le récit du duel judiciaire, les auteurs déploient tout leur talent. Au même titre que les scènes de combats des chansons de geste, ces pages entrent parmi les tableaux les plus appréciés du public mais leur dimension dramatique ne s’obtient pas aux dépens de la véracité. En effet le formalisme de l’apel de bataille et du déroulement de celle-ci reçoit une reproduction très fidèle et la littérature n’entre nullement en contradiction avec les textes normatifs36. L’accusation et la provocation au duel une fois lancées, appelant et appelé remettent les gages de bataille devant le seigneur justicier. Le gage, – en général un gant – donne « bonne seurté de celi qui a apelé de poursuir son apel37 ». « Je lui tends mon gage, je suis prêt à me défendre, ici-même ou là où il lui plaira » proclame Gauvain devant la cour d’Arthur pour répondre à l’apel de Guinganbrésil, car « cil qui est apeles ne se doit départir de devant le juge devant qu’il a repondu a l’apel38 ». Une fois les gages reçus, les parties ne peuvent faire paix sans l’accord du seigneur justicier – précise encore Beaumanoir39.

  • 40 Lancelot du Lac, op. cit., t. 2, p. 373.
  • 41 Beaumanoir Ph. DE, Coutumes…, op. cit., t. 2, p. 377, § 1713.
  • 42 Lancelot du Lac, op. cit., t. 2, p. 377.

32L’épisode du Lancelot du Lac40 où Gauvain accepte d’être le champion d’un vavasseur trop âgé pour porter les armes (soit un chevalier de plus de 60 ans, si l’on se réfère encore à Beaumanoir41), reproduit assez fidèlement les phases légales du duel judiciaire. La première consiste à se présenter sous les armes correspondant au statut de son adversaire – soit à cheval et en armure pour affronter un noble, à pied, armé d’un bâton et d’un bouclier pour combattre un roturier. Gauvain « est tout en armes », muni de l’épée, de l’écu, et d’une lance. Il se rend à cheval au lieu fixé pour l’affrontement « sur une grande esplanade, récemment entourée de fossés pour consolider la défense du château42 ».

33Intervient ensuite la procédure des serments. L’appelant doit redire dans un serment le contenu de son accusation : le sénéchal contre lequel Gauvain doit se battre « jure qu’il savait bien que le vavasseur était coupable de trahison envers son seigneur ». Immédiatement le serment contradictoire de l’appelé doit le contester et le reprendre comme parjure ; le vavasseur, requis personnellement, « jure au nom de Dieu et de ses saints, que le sénéchal vient de prêter un faux serment ». Le champion cautionne cette contestation : « Aussi vrai que je demande à Dieu de m’aider, fait à son tour Gauvain, ce serment est faux, j’en suis persuadé et vous me l’avez dit. » Il proclame là publiquement le bon droit de son mandant et la confiance qu’il a en sa parole.

  • 43 Beaumanoir Ph. DE, Coutumes…, op. cit., t. 2, p. 421, § 1839.
  • 44 Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la Charrette, éd. et trad. Méla Ch., dans Chrétien de Troyes, (...)

34Les termes de ce premier serment reproduisent fidèlement les formules contenues dans les coutumiers. L’introduction fait appel à l’aide de Dieu : « se Dieus m’aït et tuit li saint et toutes les saintes43 ». Ces mots valent pour les affirmations de l’appelant comme pour celles de l’appelé. Ainsi Méléagant, accusant le sénéchal Keu d’avoir couché avec Guenièvre, se place d’emblée sous la protection divine : « ensi m’aist Dex et li sainz44 ».

35En revanche les textes littéraires omettent de mentionner le second serment, celui par lequel les deux adversaires promettent de ne recourir à aucun moyen déloyal – tromperie ou sorcellerie – l’un contre l’autre. Si les auteurs négligent cette étape, c’est sans doute qu’ils la jugent incompatible avec la nature de leurs personnages, dont l’éducation dans la morale chevaleresque et la fidélité à Dieu les rend incapables de pareilles déviances. Pourtant lorsque le héros rencontre un adversaire qui a déjà prouvé sa « méchanceté » profonde, il rappelle, comme Lancelot en face de Méléagant, l’utilité des serments. Au moment d’entreprendre, par bataille, la défense du sénéchal Keu, Lancelot se pose en juriste scrupuleux et exige que la procédure soit suivie à la lettre :

  • 45 Ibid., v. 4943-4947.

« Sire roi […]
Je m’y connais en matière de droit,
en procès t en jugements :
un combat sur un tel soupçon
ne peut aller sans un serment45. »

36C’est agenouillés tous deux devant les reliques que l’on a apportées que les champions doivent prêter ces serments, en étendant la main sur les res sacra. La majorité des récits de duels mentionnent cette phase importante qui impute au menteur le crime irrémissible du blasphème.

  • 46 Ibid. p. 643, v. 4973-4975.

« Que de celui qui a menti
Dieu prenne vengeance à son gré
et qu’il en donne un signe manifeste46 ! »

  • 47 Cf. Lancelot du Lac, op. cit., p. 380. « Si les met au dedanz par une porte, et puis la ferme l’an (...)
  • 48 Beaumanoir Ph. DE, Coutumes…, op. cit., t. 2, p. 433, § 1842.
  • 49 Lancelot du Lac, op. cit., p. 387-389.
  • 50 Cf. Le Chevalier au Lion, op. cit., v. 4408-4409 : « Ha ! … femme, créature avare pour ce qui est (...)

37Ayant rappelé chacun leur version de la vérité et pris Dieu à témoin de leurs paroles, les adversaires gagnent l’emplacement du combat. Celui-ci est clos47. L’affrontement reste public cependant puisqu’il faut que Dieu manifeste à tous son verdict. Mais dans l’enclos ne restent que les deux combattants car le seigneur justicier a fait crier les trois bans qui enjoignent aux membres du lignage de « vider le camp » et de ne pas intervenir, en actes ou en paroles, en faveur de leur parent ni à l’encontre de son adversaire, sous peine d’amende ou de prison et d’annulation de la bataille au profit de la partie adverse48. Au cours du duel de Gauvain contre l’accusateur du vavasseur, le silence ne règne pas comme il le devrait parmi l’assistance. L’auteur interrompt en effet le récit du combat pour introduire le personnage de Lionel, un jeune écuyer quelque peu étourdi et imprudent, dont l’altercation bruyante avec des spectateurs et les propos méprisants à l’égard des combattants détournent l’attention de Gauvain, et le font fléchir dangereusement. Aussi la jeune nièce du vavasseur, qui avait sollicité pour lui Gauvain comme champion, « ne pouvant plus se retenir, lui crie si fort que toute la foule l’entend : Gauvain, Gauvain, on vous tient pour le meilleur chevalier du monde, et vous laissez ainsi un seul chevalier l’emporter sur vous ! ». Les reproches de la jeune fille piquent au vif le héros qui désormais s’applique mieux à la lutte et finit par l’emporter49. La littérature s’écarte ici du formalisme de la procédure afin de ménager la tension narrative et de susciter l’ » interactivité » propre à soutenir l’intérêt du public. Nul doute que dans cette scène, le lecteur ou l’auditeur s’identifient à la demoiselle et partagent son indignation. On remarquera cependant que les contraventions au silence exigé par la loi ne proviennent que d’êtres « mineurs » : un jeune écervelé, dont l’éducation est encore incomplète et une jeune femme dont le sexe explique suffisamment de telles faiblesses (la littérature exprime fréquemment le mépris dans lequel le « Mâle Moyen Âge » tient la femme50).

  • 51 Le Chevalier au Lion, op. cit., p. 915, v. 6162-6165.
  • 52 Beaumanoir Ph. DE, Coutumes, op. cit., t. 2, p. 435, § 1849.
  • 53 Le Chevalier au Lion, op. cit., p. 917, v. 6227-6229.

38Le duel pourrait être interrompu si des pourpalers de paix, engagés pendant le combat, aboutissaient. Gauvain et Yvain entendent ainsi, pendant leur lutte effrénée, les avis qui courent dans le public « et ils comprennent bien qu’ils parlent de réconcilier les deux sœurs l’une avec l’autre51 ». Toutefois, l’obstination de l’aînée fait obstacle à cette solution et comme le précise Beaumanoir : « Quant aucuns se combat pour autrui comme avoués, se l’en parole de la pes, il ne puet fere pes sans celi pour qui il se combat52… » Le duel se poursuit donc, sans que l’on puisse découvrir un vainqueur et un vaincu, tant les deux chevaliers témoignent de la même valeur. La durée d’un tel affrontement est fixée par la pratique entre midi et le coucher du soleil. Chrétien de Troyes donne donc ce terme à la scène et Yvain conclut, en s’adressant à Gauvain : « Seigneur […], la nuit approche. Je ne pense pas que nous encourrons blâme ni reproche si la nuit nous sépare53. »

  • 54 Lancelot du lac, op. cit., p. 665-667.

39Lorsqu’à l’issue d’un duel une défaite détermine le vaincu, celui-ci, en dépit de la grâce qu’il a pu obtenir de son adversaire, doit être exécuté après le combat. Les textes littéraires suivent en général deux scénarios : l’un décrit le héros si plein de haine pour ses adversaires qu’il ne leur fait pas de quartier ; tel est bien Lancelot dans son combat pour sauver la reine Guenièvre du bûcher. Les trois chevaliers qu’il affronte victorieusement ont beau lui crier merci, il répond : « qu’il n’y a pas de merci pour les traîtres » et il égorge ou décapite le suppliant54.

  • 55 Op. cit., p. 393.

40Mais certains adversaires paraissent si valeureux que le héros, vainqueur, hésite à leur ôter la vie. Gauvain, face au sénéchal qui a calomnié le vavasseur reconnaît en lui un preux chevalier et « il ne voudrait pas le tuer. […] Cependant, il sait bien que son adversaire ne peut éviter la mort et, s’y résignant, il hausse l’épée et lui coupe la tête55 ».

41Il est une autre preuve fort utilisée dans la procédure accusatoire : c’est le serment purgatoire. Pour répondre à l’accusation, il suffit parfois de nier les faits en jurant sur l’Évangile ou sur des reliques. On a vu que la caution de nombreux co-jureurs augmente la valeur de ce serment auprès de la cour mais, en lui-même, il est une sorte d’ordalie puisqu’il fait participer Dieu à l’établissement de la vérité. Inscrite dans les lois « barbares », la purgation de l’accusation par un serment exige pourtant quelques conditions : il faut que le jureur produise onze autres personnes choisies parmi ses proches et il est nécessaire que l’accusateur admette ce moyen de défense sans quoi on a recours au duel judiciaire.

  • 56 Béroul, Le Roman de Tristan, op. cit., p. 171.
  • 57 Ibid., p. 173.

42Iseult, à qui les barons hostiles et son époux jaloux imposent ce serment pour qu’elle se disculpe de tout adultère avec Tristan, démontre à Marc combien la procédure est déloyale : « Dans ce pays, sire, je n’ai aucun parent qui, pour cautionner mes dires, pourrait provoquer une guerre ou une révolte56. » En conséquence, le serment auquel on la contraint ne videra pas les calomnies puisqu’aucun appel au duel judiciaire ne sera relevé si les accusateurs refusent encore d’accepter cette preuve. Pour que le serment ait quelque valeur, Iseult exige donc une assistance très nombreuse, qui puisse témoigner du contenu de sa défense et de la réalité de la prestation. Sous la menace, s’il le faut, Marc devra convoquer « pauvres et riches ». Quant aux parents qui lui manquent, la reine entend les remplacer par le souverain prestigieux qu’est Arthur et ses meilleurs barons : « son neveu, le très courtois Gauvain, avec Girflet et le sénéchal Keu, le roi a bien cent vassaux qui ne mentiront sur rien de ce qu’ils auront entendu mais qui se battront pour moi contre les calomnies57 ».

43Dans cet épisode encore, on constate combien l’auteur, soucieux de la vraisemblance de son récit, prend appui sur le formalisme de la procédure réelle.

  • 58 Barthélemy D., « Les ordalies dans la France féodale », colloque de l’AFHJ La justice en l’an Mil, (...)
  • 59 Cf. les pensées prêtées au roi Marc par l’auteur : « Comme il n’avait trouvé aucune preuve tangibl (...)
  • 60 Ibid., p. 577-578.

44Outre le serment et le duel, une troisième preuve, celle de l’ordalie, intervient dans les procès. Cette pratique, attestée dès le vie siècle, est devenue un rituel coutumier qui fait se succéder un serment et l’épreuve physique qui doit déterminer la vérité, sous caution de Dieu. Dominique Barthélemy présente l’ordalie comme la stratégie de la dernière chance : elle intervient quand le débat, la ratio, les testes n’ont pu convaincre, tantôt comme une menace d’une partie contre l’autre, tantôt comme un défi de celui qui se sent en position de force58. C’est bien ainsi qu’elle figure dans la saga de Tristan, puisque Iseult est accusée d’adultère par toute la cour, sans aucune preuve sinon la rumeur. La reine répond à la contrainte du jugement par le défi en acceptant l’épreuve du fer rouge. Loin d’être présentée comme un supplice, celle-ci prend plutôt l’aspect d’une faveur accordée par les juges à l’inculpée, l’occasion de vider la querelle définitivement59. L’aspect religieux du rituel est décrit scrupuleusement dans la saga : c’est un vieil évêque, membre du conseil royal qui signifie cette ordalie à la reine, et au jour fixé, ce sont encore des évêques qui consacrent le fer mis à rougir dans le feu, puis Iseult entend une messe, fait des aumônes. Elle a arboré l’habit du pénitent (ou du condamné) : « Elle s’avance pieds nus, dans un vêtement de laine60. » On voit là que le texte fait référence à une procédure antérieure au ive concile du Latran qui a définitivement interdit aux prêtres de bénir les instruments de l’ordalie.

45Si les principales étapes d’un procès reçoivent donc une transcription assez fidèle dans la littérature médiévale, certains récits évoquent les procédures de conciliation et de paix qui promettent d’éviter la poursuite judiciaire. Très fréquentes dans la pratique réelle des cours, aux xiie et xiiie siècles, les négociations de paix s’accompagnent des garanties et des dédommagements offerts pour éteindre le conflit, sans qu’aucune des parties ne soit humiliée et perdante. Il s’agit en effet de donner les moyens de renouveler les liens rompus en comptant moins sur l’application stricte d’une loi ou d’un droit que sur des échanges personnels. Le Merlin de Robert de Boron contient des pages très précises retraçant les phases d’une négociation de paix entre le roi Uter et la parentèle du duc de Tintagel, après que Uter eut fait le siège du château et tué le duc qui le défendait (Uter a pris, grâce à Merlin, l’apparence du duc pour coucher avec la duchesse Igerne dont il est éperdument amoureux. De cette union naîtra Arthur). Les fidèles et les parents du duc s’apprêtent à faire la guerre pour venger leur seigneur et à déclencher ainsi la faida. Afin d’éviter pareil déchaînement et dans le but de s’unir officiellement à Igerne, Uter écoute volontiers ses barons qui lui conseillent de faire la paix.

46Une première entrevue « avec la duchesse et ses gens » doit les persuader de l’impossibilité d’opposer une résistance au roi, tout en offrant un accord de paix. Loin de mépriser le duc vaincu, les émissaires du roi reconnaissent et regrettent sa valeur. L’honneur de la partie adverse reste sauf, en dépit des rapports de force. La délibération de la parentèle du duc porte d’abord sur l’acceptation de la proposition de paix, puis, ayant convaincu la veuve d’y souscrire, elle s’enquiert de « la réparation » à laquelle Uter s’engage pour la mort du duc. Il faut une quinzaine de jours pour que la réponse du roi intervienne. Mais pour indiquer au lecteur combien il est difficile d’imaginer un compromis qui satisfasse également les parties, Robert de Boron montre le roi qui en rejette la responsabilité sur ses barons, dont il réclame le conseil, et il décrit la navette des conseillers entre Igerne et Uter afin d’obtenir leur acceptation des termes de l’accord. Les longueurs du texte semblent voulues afin de rapprocher la fiction des réalités vécues en matière d’arbitrage.

47La solution envisagée pèse les dommages subis par la veuve et ses parents : les enfants à charge, la terre ravagée, l’injustice de la mort du duc. Elle prévoit donc une compensation équitable des pertes « afin de gagner leur amitié ». La compensation suggérée passe par le mariage d’Igerne avec Uter, mariage représenté comme un devoir « pour réparer le préjudice fait à la dame » et le tort causé aux gens du royaume. Il s’agit de restituer à la veuve et aux hommes de la châtellenie de Tintagel le seigneur, apte à les défendre dans le monde brutal que connaissent les héros du roman comme ses lecteurs du xiie siècle.

  • 61 Le Conte du Graal, op. cit., p. 1082, v. 4709-4714.

48Le texte de Robert de Boron reprend les termes des conciliateurs : « compenser », « réparer le préjudice », « se concilier la bienveillance des adversaires », « gagner leur amitié ». Ces mêmes termes se rencontrent dans le dialogue de Gauvain avec Guingan­brésil. Gauvain évoque, avec regret, la façon pacifique selon laquelle le conflit aurait pu être réglé entre eux : « Si j’avais en rien fait du tort à ce chevalier et que je l’apprisse, j’aurais à cœur de rechercher la paix, en lui offrant une composition ainsi faite que tous ses amis et les miens devraient la tenir pour équitable61. »

  • 62 Beaumanoir Ph. DE, Coutumes… op. cit., t. 2, p. 154, § 1263.
  • 63 Le Chevalier au Lion, op. cit., v. 6366.
  • 64 Ibid., v. 6382.
  • 65 Ibid., v. 6403-6404.

49Quant aux négociations de compromis qui sont tentées entre les deux sœurs, tandis que le duel entre Gauvain et Yvain fait rage, elles restent sans succès, on l’a dit. Inquiets de voir de si bons chevaliers en passe de mourir l’un par l’autre, les assistants demandent au roi Arthur d’intervenir et d’imposer lui-même la réconciliation. En l’absence de paix négociée entre les parties, Arthur est prié de manifester la supériorité royale. L’arbitrage privé bénéficie d’une réglementation juridique et l’une des conditions impérieuses de sa légitimité, d’après Beaumanoir, reste qu’il soit agréé des deux parties, celles-ci s’engageant à appliquer la solution proposée par l’arbitre62. Dans un premier temps, le roi n’ose pas contrevenir aux règles du droit privé et refuse d’arbitrer vu l’opposition de la sœur aînée. Quelques vers plus loin, toutefois, Arthur agit enfin en roi et impose son arbitrage souverain à l’aînée. « Je réparerai le tort qui a été commis63 » ; « on ne va plus négliger son droit64 » ; « c’est à moi qu’il incombe de rendre la décision […] vous ferez selon ma volonté65 », sont désormais des paroles de monarque et l’on songe à la politique réellement suivie par les rois de France et d’Angleterre entre le xiie et le xiiie siècle pour développer leur puissance d’intervention dans les justices des vassaux et des princes, laïcs et ecclésiastiques.

Expresssion des idéaux et des critiques

50Plus réaliste qu’on ne croirait en la parcourant sans le secours de l’analyse historique, la littérature médiévale développe également nombre d’idéaux à propos de la justice. Le premier d’entre eux concerne le châtiment des coupables. Tous les récits illustrent la victoire du Bien sur le Mal. Le châtiment proportionné au crime, l’innocence reconnue publiquement, la paix retrouvée, peuvent sembler des poncifs littéraires propres à conclure quelques épisodes ou à faire transition avec d’autres aventures. En fait ce sont bien les tâches que théologiens, prédicateurs, moralistes et théoriciens du droit assignent à la justice ; la littérature, une fois de plus, se fait l’écho de réalités avérées même si celles-ci, peu palpables, sont du domaine de la pensée et de l’éthique.

51On découvre notamment dans quelques-unes de ces pages la justification de l’institution judiciaire telle que la concevaient sans doute les auditeurs ou les lecteurs du xiie et du xiiie siècle. La justice s’oppose à la satisfaction immédiate de la vengeance, elle est un obstacle mis à l’expression désordonnée de la haine.

  • 66 Lancelot du Lac, op. cit., p. 671.

52Mais si la justice soumet les passions violentes, elle ne doit pas non plus se laisser corrompre par les sentiments. L’idéal d’une justice implacable, impersonnelle, appliquant à la lettre les pénalités prévues correspond à la pratique de la justice coutumière des xiie et xiiie siècles. Seule référence assez stricte et précise dans le monde troublé contemporain de ces deux siècles, la justice structure les sociétés et les états et ne fait qu’une place réduite à l’arbitraire du juge. Le roi Arthur en offre l’exemple qui, tout ému de pitié qu’il soit pour la fausse Guenièvre, n’ose intervenir pour lui épargner la peine du bûcher66.

  • 67 Le Chevalier au Lion, op. cit., v. 6373.
  • 68 « Garder de tort et de mesprendre » (ibid., v. 6390-6392).

53Pourtant les auteurs du xiie et du xiiie siècle font deviner la progression sensible du rôle du roi dans la délivrance de la justice. L’idéal que reproduisent déjà d’autres textes comme ceux du Policraticus de Jean de Salisbury et que reprendront les Miroirs du prince ou les Sommes de philosophie politique de la fin du Moyen Âge, figure dans certains récits. Lorsqu’Arthur entreprend de régler le différend sur l’héritage des deux sœurs, dans Le Chevalier au Lion, il promet de le faire « A bien et a foy67 », ce que l’on traduit par « avec équité et probité ». L’équité va bien au-delà de l’application de la coutume, elle réclame du roi une qualité d’âme et une capacité inventive qui lui permettent d’imaginer des solutions adaptées aux diverses causes. Les protagonistes eux-mêmes renvoient une image idéale des rapports entre le roi et la justice : « Vous êtes roi, et vous devez donc vous garder de l’injustice et de l’erreur68. »

  • 69 Lancelot, roman en prose du xiiie siècle, Micha A. (éd.), 9 vol., Paris/Genève, Droz, 1978-1983 ; (...)

54La justice idéale que Dieu place entre les mains d’un roi chevalier et que toute la chevalerie a le devoir de soutenir reçoit sa meilleure définition dans le Lancelot en prose, quand la Dame du lac enseigne au héros les vertus du « prud’homme », qu’il devra cultiver : il s’agit de « tuer les voleurs et les meurtriers, [de] rendre d’équitables jugements sans amour et sans haine, sans faiblesse de cœur pour avantager le tort en portant atteinte au droit, et sans haine pour ne pas nuire au droit en faisant triompher le tort69 ». Justicier n’épargnant jamais les méchants, mais habile à définir le bon droit, sans se laisser fléchir par des considérations passionnelles, tel est le juge idéal du xiie siècle et du début du xiiie siècle. On n’envisage pas encore la capacité qu’a le juge d’apprécier les nuances de la culpabilité, de modérer sa sentence, d’introduire sa miséricorde. La notion d’équité, seule, semble pouvoir ouvrir cette perspective et lorsque l’arbitraire du juge aura progressé, au cours du xiiie siècle, ces textes resteront porteurs d’une image modèle du roi et du chevalier dans leur fonction judiciaire.

  • 70 Duby G., Dames du xiie siècle, Paris, Gallimard, t. 1, 1995, p. 125-127.

55S’ils transcrivent aisément les idéaux en matière de justice, les auteurs ne se détournent pas pour autant d’une vision critique de la pratique judiciaire. L’épisode du serment purgatoire d’Iseult notamment illustre les failles d’une telle procédure. On voit en effet comment Iseult, prenant appui sur le formalisme du serment, parvient à se disculper de l’accusation d’adultère avec Tristan. En tournant très habilement son discours, elle réussit à travestir la réalité, à tromper tous les témoins, tout en jurant sur des reliques. Jamais la malignité d’Iseult ne se signale mieux que dans la façon dont elle sait exploiter à son profit une procédure accablante et échanger le rôle d’accusée contre celui d’une victime innocente. Sa manière de dévier la preuve du serment témoigne aussi d’une grande connaissance des arcanes de la justice. Plutôt que de se laisser imposer une formule préétablie, elle prétend qu’elle ne fera « d’autre serment de justification que celui [qu’elle aura choisi elle-même] ». Ceci lui permet de proclamer tout haut une vérité dont la signification exacte échappe aux assistants. Perverse, blasphématrice, insolemment contemptrice des usages judiciaires de son temps, la blonde Iseult ? Georges Duby opte pour cette interprétation du personnage. Parmi ces dames du xiie siècle qu’il ressuscite, Iseult est la « tricheresse », la « lècheresse », la « guivre ». Mais il souligne aussi combien le récit de Béroul devait provoquer les rires des auditeurs70. Dans cet épisode du serment, qui n’est en fait qu’une vaste escroquerie montée par les deux amants, Iseult ridiculise non seulement son époux, les courtisans et le roi Arthur, mais aussi le système judiciaire tout entier. On peut deviner que, selon le processus que nous avons relevé à plusieurs reprises, le prétexte littéraire fait écho à une réalité connue. L’usage excessif des serments purgatoires a sans doute discrédité cette procédure ; la disparition des co-jureurs des documents de la pratique, dans la première moitié du xiie siècle, semble attester ce déclin même si la littérature en prolonge plus longtemps la connaissance.

  • 71 Lancelot du Lac, op. cit., t. 1, p. 175.

56Outre ces aspects quelque peu satiriques, la littérature fait apparaître parfois les limites de la procédure accusatoire. Celle-ci ne permet pas toujours de punir les coupables, comme s’en plaint la veuve du roi Ban de Benoïc, la mère de Lancelot, qui n’espère plus rien du monde ni de la justice inopérante du roi Arthur. Le moine à qui elle se confie prend la défense d’Arthur : « Si une plainte portée devant sa cour n’a pas été écoutée, il s’avère un mauvais justicier, il ne mérite pas le titre de prudhomme – consent-il mais il se peut aussi que d’aventure il n’ait reçu aucune plainte à ce sujet et dans ce cas il ne mérite pas tellement d’être blâmé71. » La seconde hypothèse rend compte des incapacités du juge dans la procédure accusatoire : le roi ne saurait intervenir « d’office », il lui faut, pour engager un procès, entendre formuler devant la cour une accusation par la partie plaignante. Seul le flagrant délit, on l’a vu, échappe à cette règle absolue.

57Au terme de cette lecture sélective de quelques œuvres littéraires des xiie et xiiie siècles, on ne peut que souligner le degré de véracité que les auteurs apportent à toutes les scènes judiciaires incluses dans le récit. Tous les éléments de ces épisodes font référence à des usages familiers des cours de justice seigneuriales ou royales. Le rythme de l’intrigue, les phases du scénario imaginé par l’auteur se calquent sur celles de la procédure accusatoire, relatées avec une exactitude assez remarquable. Jamais les impératifs de la fiction n’altèrent le réalisme fondamental qui inscrit ces pages dans le contexte politico-social du xiie siècle ou du début du xiiie siècle. On constate la parfaite culture juridique dont témoignent ces auteurs et la connaissance non moins parfaite des procédures judiciaires qu’avait leur public.

  • 72 Subrenat J., « La justice dans le Roman de Renart », Varty K. (éd.), À la Recherche du Roman de Re (...)

58Celui-ci était avant tout aristocratique, aussi la littérature « chevaleresque » valorise-t-elle des idéaux qui appartiennent aux « bellatores », aux « prudhommes courtois », à la noblesse enfin. Comme les documents normatifs de la même époque, ces textes s’intéressent peu à la justice sur les humbles. S’il faut chercher dans les fabliaux des échos de la société roturière, encore ne développent-ils guère les scènes judiciaires. Quant au Roman de Renart qui contient bien des épisodes traitant du mode d’administration de la justice, c’est de la justice seigneuriale et féodale qu’il se moque, et comme l’a souligné Jean Subrenat, « la vie juridique à la cour du roi Noble se confine dans une société très limitée, la “très haute société”, si l’on ose dire72… ».

  • 73 Ordonnances de 1254 et 1258. En 1306, Philippe le Bel doit réautoriser le duel.

59Les preuves « irrationnelles » font partie des habitudes judiciaires de l’élite : elles continuent donc à tenir une place essentielle dans les œuvres de fiction car elles signalent les vertus profondes du héros. On pourrait voir dans cette permanence une rupture avec le réalisme puisque, dès le début du xiie siècle, la pratique du serment purgatoire devient désuète et dans la seconde moitié du xiiie siècle, Louis IX interdit le duel pour le remplacer par la preuve du témoignage73. Mais en affichant un goût toujours vif pour cette littérature, les aristocrates de la fin du Moyen Âge manifestent, culturellement, leur résistance à ces réformes et leur nostalgie d’un autre temps. Attachés à la procédure accusatoire comme à un gage de leur supériorité statutaire et sociale, ces lecteurs trouvent, dans les procès de fiction, l’expression très parfaite de leurs mœurs et de leurs aspirations politiques.

60La pérennité d’une telle littérature à la fin du Moyen Âge atteste de la survie de cet idéal, en dépit des changements déterminants qui ont eu lieu hors des cours seigneuriales : l’introduction de la procédure inquisitoire dans les tribunaux royaux et la progressive substitution de la souveraineté à la suzeraineté du monarque.

Notes

1 Le Roman de Thèbes, trad. Mora-Lebrun F., Livre de poche, coll. « Lettres gothiques », Paris, 1995, p. 633-635, v. 10127-10134.

2 Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, éd. et trad. Méla Ch., dans Chrétien de Troyes, Romans, Livre de poche, coll. « La Pochothèque », 1994, p. 937-1211, v. 4700-4704.

3 Marie de France, Les lais de Marie de France, trad. Micha A., Flammarion, coll. « GF », 1994, p. 145-147.

4 Elle est en fait la traduction du Roman de Tristan de Thomas, oeuvre anglo-normande, datée de 1173, dont il ne reste que des extraits. Cf. le texte dans la traduction de Lacroix D., dans Tristan et Iseut, les poèmes français, la saga norroise, Livre de poche, coll. « Lettres gothiques », 1996, p. 495-626.

5 V. 5971.

6 Le Conte du Graal, op. cit., p. 1081, v. 4677-4688.

7 V. 4693-4695. « Si t’en appel de traïson » : ce terme d’apel ne désigne pas ici une voie de recours contre un jugement, mais une provocation au duel judiciaire, l’offre, de la part de Guinganbrésil, de prouver le crime « de son corps contre le sien ». Cf. Hubrecht G., Coutumes de Beauvaisis de Philippe de Beaumanoir, t. 3 : Commentaire historique et juridique, Picard, 1974, p. 242-243.

8 Chrétien de Troyes, Le Chevalier au Lion, éd. et trad. Hult D. F., dans Chrétien de Troyes, Romans, op. cit., p. 832, v. 3670.

9 Béroul, Le Roman de Tristan, trad. Walter Ph., Livre de poche, coll. « Lettres gothiques », 1996, p. 59.

10 Ibid., p. 61.

11 . Lanval, in Marie de France, Les lais de Marie de France, op. cit., p. 165.

12 Ibid., p. 167.

13 Ibid., p. 165.

14 Beaumanoir Ph. DE, Coutumes de Beauvaisis, § 1346, publié par Salmon A., rééd. Picard, 1970, t. 2, p. 186.

15 Lanval, op. cit., p. 165.

16 Beaumanoir Ph. DE, Coutumes…, § 1347, op. cit., p. 186.

17 Lanval, op. cit., p. 169, v. 469-470.

18 Ibid., p. 171, v. 4999-5002.

19 Béroul, op. cit., p. 171, v. 3227.

20 Le Roman de Thèbes, op. cit., p. 585-587, v. 9263-9264 et v. 9382.

21 Cf. Beaumanoir Ph. DE, op. cit., t. 2, p. 436, § 1852. « Li seigneur, s’il leur plest de leur autorité pueent continuer les ples qui sont par devant aus par trois quinzaines en mesme estat. »

22 Ibid., § 1854.

23 Lanval, op. cit., p. 170-171, v. 508.

24 Le Chevalier au Lion, op. cit., p. 833, v. 3685-3687.

25 Ibid., p. 869, v. 4794-4798.

26 Le Conte du Graal, op. cit., p. 1082, v. 4718-4721.

27 « Mout a de perius en plet qui est de gage de bataille » (Coutumes…, op. cit., t. 2, § 1828, p. 427), « Bien se gart qui prend ceste prueve a fere, car de toutes manieres de prueves c’est la plus perilleuse » (§ 1448, p. 97).

28 Le Conte du Graal, op. cit., p. 1121, v. 6034-6054.

29 Barthélemy D., La société dans le comté de Vendôme, de l’an Mil au xive siècle, Fayard, 1993, p. 671-672.

30 Le Chevalier au Lion, op. cit., p. 857, v. 4438-4439.

31 Lancelot du Lac, 2 tomes, trad. Mosès F., Livre de poche, coll. « Lettres gothiques », 1996, t. 2, p. 659-667.

32 Le Chevalier au Lion, op. cit., p. 907-909, v. 5940-5986.

33 Lancelot du Lac, op. cit., t. 2, p. 659-669.

34 Beaumanoir Ph. DE, op. cit., t. 2, p. 388, § 1748.

35 Le Chevalier au Lion, op. cit., p. 833, v. 3680-3683.

36 Cf. Beaumanoir Ph. DE, Coutumes de Beauvaisis, chap. LXIII et LXIV, et, plus tardif [1re moitié du xive siècle] le Stilus Curiae Parlamenti de G. du Breuil.

37 Beaumanoir Ph. DE, Coutumes…, op. cit., t. 2, p. 391, § 1755.

38 Ibid., p. 376, § 1712.

39 Ibid., p. 391, § 1756.

40 Lancelot du Lac, op. cit., t. 2, p. 373.

41 Beaumanoir Ph. DE, Coutumes…, op. cit., t. 2, p. 377, § 1713.

42 Lancelot du Lac, op. cit., t. 2, p. 377.

43 Beaumanoir Ph. DE, Coutumes…, op. cit., t. 2, p. 421, § 1839.

44 Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la Charrette, éd. et trad. Méla Ch., dans Chrétien de Troyes, Romans, op. cit., p. 642, v. 4967.

45 Ibid., v. 4943-4947.

46 Ibid. p. 643, v. 4973-4975.

47 Cf. Lancelot du Lac, op. cit., p. 380. « Si les met au dedanz par une porte, et puis la ferme l’an mout bien de totes parz, quant ils sont dedanz. »

48 Beaumanoir Ph. DE, Coutumes…, op. cit., t. 2, p. 433, § 1842.

49 Lancelot du Lac, op. cit., p. 387-389.

50 Cf. Le Chevalier au Lion, op. cit., v. 4408-4409 : « Ha ! … femme, créature avare pour ce qui est de la vérité et généreuse en mensonges » ; ou Le Conte du Graal, v. 5781-5182 : « S’il arrive qu’une femme fasse le bien, ce n’est plus du tout une femme. »

51 Le Chevalier au Lion, op. cit., p. 915, v. 6162-6165.

52 Beaumanoir Ph. DE, Coutumes, op. cit., t. 2, p. 435, § 1849.

53 Le Chevalier au Lion, op. cit., p. 917, v. 6227-6229.

54 Lancelot du lac, op. cit., p. 665-667.

55 Op. cit., p. 393.

56 Béroul, Le Roman de Tristan, op. cit., p. 171.

57 Ibid., p. 173.

58 Barthélemy D., « Les ordalies dans la France féodale », colloque de l’AFHJ La justice en l’an Mil, Paris, Grand Chambre de la Cour de cassation, 12 mai 2000, Actes à paraître. Cf. aussi Arnoux M., article « Ordalie », dans Vauchez A. (dir.), Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, t. 2, p. 1109-1110.

59 Cf. les pensées prêtées au roi Marc par l’auteur : « Comme il n’avait trouvé aucune preuve tangible ni aucune charge indubitable contre elle, il devait lui accorder un jugement juste » (Saga de Tristan, dans Lacroix D., Tristan et Iseut…, op. cit., p. 576).

60 Ibid., p. 577-578.

61 Le Conte du Graal, op. cit., p. 1082, v. 4709-4714.

62 Beaumanoir Ph. DE, Coutumes… op. cit., t. 2, p. 154, § 1263.

63 Le Chevalier au Lion, op. cit., v. 6366.

64 Ibid., v. 6382.

65 Ibid., v. 6403-6404.

66 Lancelot du Lac, op. cit., p. 671.

67 Le Chevalier au Lion, op. cit., v. 6373.

68 « Garder de tort et de mesprendre » (ibid., v. 6390-6392).

69 Lancelot, roman en prose du xiiie siècle, Micha A. (éd.), 9 vol., Paris/Genève, Droz, 1978-1983 ; t. VII, chap. XXIa, p. 249-250.

70 Duby G., Dames du xiie siècle, Paris, Gallimard, t. 1, 1995, p. 125-127.

71 Lancelot du Lac, op. cit., t. 1, p. 175.

72 Subrenat J., « La justice dans le Roman de Renart », Varty K. (éd.), À la Recherche du Roman de Renart, Lochee Publications, 1991, Oak Villa, New Alyth Perthshire [G. B.], t. 2, p. 239-292.

73 Ordonnances de 1254 et 1258. En 1306, Philippe le Bel doit réautoriser le duel.

Auteur

Université Jean Moulin-Lyon III

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540