Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Cinquième partie. Mentalités et vie culturelle

Plus libris quam linguis. Giraud de Barri et l’écriture d’après la « Lettre au chapitre de Hereford » (vers 1221)

Jacques Verger

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 J’ai adopté cette appellation de préférence à celle, également usitée, de Géraud de Galles ou Géra (...)
  • 2 L’ouvrage de référence sur Giraud de Barri est actuellement celui de Bartlett R., Gerald of Wales, (...)
  • 3 Édité dans Giraldi Cambrensis opera, Brewer J. S. (éd.), vol. I, Londres, 1861, p. 21-122.
  • 4 Ibid., p. 409-419 ; dans la suite de cet article, toutes les citations, sauf indication contraire, (...)

1Par sa carrière, sa personnalité, son œuvre, Giraud de Barri1 (1146-1223) apparaît comme une des figures les plus originales de l’histoire littéraire de son temps2. À dire vrai, pratiquement tout ce que nous savons de lui vient de ses propres écrits où les notations autobiographiques ne manquent pas ; il a même rédigé entre 1208 et 1216 un De rebus a se gestis qui nous est parvenu malheureusement très mutilé3. C’est dire qu’en réalité ce que nous saisissons, plus que l’homme Giraud de Barri, acteur effectif mais sans doute subalterne de l’histoire de son temps, c’est la figure qu’il a dessinée de lui-même dans ses œuvres, avec un mélange depuis longtemps relevé de naïveté et d’assurance : Giraud de Barri est le produit de sa propre écriture. La plupart de ses affirmations échappent à toute vérification, mais en revanche nous le voyons assez bien à l’œuvre dans son métier d’écrivain, officium scribentis, comme il dit lui-même. Par chance en effet, malgré une tradition manuscrite souvent fragile, la majeure partie des écrits de Giraud semble avoir survécu jusqu’à nous, ce qui forme un ensemble assez considérable. Nombreux sont donc les passages où Giraud s’explique sur son rapport à l’écriture et ce que nous pourrions appeler sa « mentalité d’auteur ». Un texte cependant, à notre connaissance relativement peu étudié à ce jour, nous a paru spécialement éclairant à cet égard, c’est la longue lettre jadis publiée par J. S. Brewer dans le tome I de son édition des œuvres de Giraud sous le titre Giraldi Cambrensis epistola ad capitulum Herefordense de libris a se scriptis4. Je suis heureux d’en dédier l’analyse à Hervé Martin, en espérant qu’il reconnaîtra, dans cette étude menée à la convergence de l’histoire culturelle et de l’histoire des mentalités, quelques-uns des thèmes qui lui sont chers.

  • 5 J’adopte dans ce paragraphe la chronologie proposée par Bartlett R., Gerald of Wales (cité supra, (...)

2La lettre aux chanoines de Hereford a été écrite par Giraud, qui s’y qualifie lui-même, à plusieurs reprises, de senex, à la fin de sa vie ; elle coïncide à peu près, on va le voir, avec l’achèvement du Speculum ecclesiæ ; il faut donc la situer vers 1221 ou peu après ; de toute façon, Giraud, déjà âgé de soixante-quinze ans, disparaîtra bientôt, en 1223 semble-t-il. On ignore où il se trouvait lorsqu’il l’écrivit, mais on sait qu’il entretenait depuis longtemps des relations avec le chapitre de Hereford ; il y aurait même séjourné en 1194-1196 et le diocèse (anglais) de Hereford était limitrophe de son pays de Galles natal5.

3Les premières lignes de la lettre en indiquent l’objet immédiat : Giraud avait fait parvenir un an plus tôt aux chanoines de Hereford son Speculum ecclesiæ ; il leur demande de le restituer au porteur de sa lettre, car il souhaite, dit-il, y apporter quelques corrections et adjonctions ; en échange, il leur prête, reliées en un seul volume, deux autres de ses œuvres, la Topographia Hibernica et l’Historia expugnationis Hibernicæ, qu’ils lui retourneront lorsque lui-même leur renvera son Speculum « amélioré ». D’ici là, Giraud invite ses correspondants à lire en particulier le premier livre de la Topographia, sur les oiseaux, dont il semble spécialement satisfait ; être lu par des hommes instruits (eruditi) est pour lui, ajoute-t-il, le prix et comme la récompense de son travail.

4Ramenée à son contenu factuel, la lettre pourrait s’arrêter là. Elle se poursuit néanmoins pendant plusieurs pages, dans lesquelles Giraud oublie complètement son propos initial, sinon ses correspondants. La lettre devient peu à peu une sorte de méditation nostalgique où Giraud se penche, avec attendrissement mais non sans fierté, sur sa vie passée et son œuvre.

  • 6 De ses années d’étude et d’enseignement, ainsi que des autres épisodes autobiographiques mentionné (...)
  • 7 P. 410.
  • 8 P. 412.

5C’est l’évocation de la Topographia, pour laquelle il avait manifestement une tendresse particulière, qui suscite ce long retour sur soi. Il rappelle que c’est au sortir de longues années consacrées, à Paris, aux études et à l’enseignement des arts libéraux, du droit et de la théologie qu’il a entrepris la rédaction de ce traité6. De la « première édition » (prima editio) de son texte, il donna, il y a près de trente ans, une lecture publique à Oxford. Cette lecture publique, également rapportée dans son autobiographie, dura trois jours et eut un succès extraordinaire auprès des clercs d’Oxford. L’écho en parvint rapidement à quelques lettrés qui se délectèrent également à cette lecture : l’archevêque Baudouin de Canterbury, vir valde litteratus et in sacris scripturis affatim eruditus7, dont il fut un peu plus tard le socius lorsque celui-ci vint au Pays de Galles prêcher la croisade, son ami Gautier Map, archidiacre d’Oxford, maître Robert de Bellofoco, chanoine de Salisbury, tous deux litteratissimi. Les encouragements de ces lettrés l’incitèrent à dédaigner les critiques (contumelias et convicia pati satis tolerabile duxi)8 des jaloux (æmuli) et à poursuivre son œuvre.

  • 9 C’est précisément en tant que catalogue de l’œuvre de Giraud de Barri que la lettre au chapitre de (...)

6De celle-ci, il dresse alors le catalogue, énumérant dans un ordre grossièrement chronologique ses ouvrages historiques et géographiques sur l’Irlande et le pays de Galles (y compris la Mappa totius Kambriæ qu’il avait dessinée avec soin, aujourd’hui, hélas ! perdue), ses textes autobiographiques (outre le De rebus a se gestis, le Symbolum electorum, de De invectionibus, le Speculum duorum), ses traités politiques (De principis instructione) et ecclésiologiques (Gemma ecclesiastica, Speculum Ecclesiæ), ses nombreuses vies de saints anglais ou gallois enfin9.

7Ce catalogue raisonné est suivi par une ultime apostrophe de Giraud à ses ennemis (lividi nostri) : ils peuvent bien déchirer son œuvre à belles dents, Giraud est sûr de la valeur et de l’utilité de ce qu’il a produit ; il s’en remet à Dieu, dont il a reçu cette vocation, et à la postérité qui lui rendra justice.

  • 10 Cf. infra, n. 18.

8Certes, cette lettre et en particulier sa péroraison, où Giraud cite tour à tour Sénèque et Horace, Jérôme et Origène, sont un morceau de bravoure, au demeurant d’assez belle venue rhétorique car Giraud de Barri tenait fort honorablement son rang, à l’instar d’un Jean de Salisbury, parmi ces auctores linguæque Latinæ moderatores10 dont il invoquait à l’occasion le patronage.

  • 11 Je fais ici allusion à ses vaines tentatives pour devenir évêque de St. David’s et à son ralliemen (...)

9Certes aussi, il s’agit d’un texte écrit par Giraud au soir de son existence, en une heure où seule pouvait le consoler, après l’échec depuis longtemps avéré de ses ambitions ecclésiastiques et politiques11 et dans le pressentiment de sa mort prochaine, la confiance en sa gloire littéraire présente et à venir.

  • 12 En particulier dans une lettre, sans doute de 1210, adressée à Guillaume de Monte, maître de l’éco (...)
  • 13 Il faut évidemment, ici aussi, tenir compte de l’âge de Giraud en 1221 : en fait, les mentalités d (...)

10Cette idée, que l’on trouvait déjà dans quelques textes antérieurs12, devait le hanter depuis un certain temps, mais elle trouve ici une expression particulièrement ferme et développée qui me paraît assez caractéristique à la fois de la personnalité de Giraud de Barri et de certaines conceptions culturelles en honneur dans les milieux anglo-normands de son temps13.

  • 14 Par ex. celui dont il donne le texte dans son De rebus a se gestis (cité supra, n. 6), p. 46-47.
  • 15 P. 410.
  • 16 « Sane quoniam duplex esse constat doctrinæ genus, aliud enim linguæ labiorumque labore cathedrali (...)
  • 17 « […] Origenes et Jeronimus cæterique agiographi nostri et doctores ecclesiastici multum Christi s (...)
  • 18 « Nam patribus nostris ecclesiæque rectoribus atque doctoribus, nisi tanta studendi scribendique c (...)

11Bien qu’il ait été professeur pendant de longues années, aucune trace écrite des enseignements de Giraud de Barri n’est parvenue jusqu’à nous ; même s’il semble, en fait, en avoir rédigé avec soin quelques éléments, notamment les leçons introductives (principia) de certains cours14, ceux-ci n’ont pas été conservés et, de toute façon, pour Giraud, l’enseignement s’inscrivait clairement au registre de la seule oralité. À l’écriture ont été consacrées d’autres phases de son existence, celles où, n’enseignant plus, il aurait risqué de s’assoupir dans l’inactivité et la paresse (ne forte quiete torpescerem aut desidia)15. Mais l’écriture n’a pas été seulement pour lui un divertissement et une manière élégante de meubler les loisirs (otium) dont il jouissait désormais. Très vite, celle-ci lui est apparue comme une impérieuse vocation. Et d’autant plus impérieuse qu’elle était de beaucoup supérieure à la vocation professorale. Giraud développe avec force cette idée dans les derniers paragraphes de sa lettre. Il y a deux manières d’enseigner, explique-t-il : en chaire par la parole, mais aussi la plume à la main, par l’écriture studieuse ; et cette seconde forme d’enseignement (doctrina) est la plus utile, car c’est elle qui atteint la plus large diffusion et a les effets les plus durables : les paroles passent, les écrits, une fois produits, demeurent longtemps et parviennent à la postérité16. Les Pères ont bien montré qu’on servait mieux l’Église « par les livres que par la langue, par les lettres que par les lèvres17 ». S’ils n’avaient pris soin de consigner par écrit le trésor de sagesse longuement mûri dans leur cœur, comment célébrerait-on le culte ? Que répondrait-on aux schismatiques, aux hérétiques et aux ennemis de la croix du Christ ? Où les prédicateurs et les professeurs trouveraient-ils ces mots qui aujourd’hui s’envolent de leur bouche vers la foule des auditeurs ? Bref, que ferait-on sans les livres18 ?

  • 19 P. 418.
  • 20 « Gratiamque stili talem tibi collatam a Domino » (p. 411).
  • 21 Giraud prête à l’archevêque Baudouin cette injonction formelle : « tibique in fide consulimus, et (...)

12Cette vocation de l’écriture savante (tanta studendi scribendique cura)19, Giraud laisse entendre qu’elle n’était pas chose courante ; lui-même, dit-il, l’avait reçue en partage de l’Esprit Saint par l’action de la grâce divine20. Mais, ajoute-t-il prudemment, c’était l’archevêque Baudouin de Canterbury qui, au cours de leurs entretiens familiers, lui en avait fait prendre claire conscience21, cette caution incontestable le mettant à l’abri de toute accusation d’orgueil tout en fondant la légitimité de ce qui apparaissait dès lors comme un véritable ministère ecclésiastique. À cette mission impérieuse il avait été fidèle tout au long de sa vie, mû par le zèle de la charité chrétienne.

  • 22 Giraud définit par ex. son Liber de Invectionibus comme « ad præmissas injurias multas vice talion (...)
  • 23 P. 415.
  • 24 « Verum ne parvipendantur hæc opuscula minora, si interdum emergant inter majora » (p. 416).
  • 25 Ce thème de la diversité légitime des genres et des styles est longuement développé par Giraud aux (...)

13Certes, beaucoup de ces écrits avaient été, en un sens, des écrits de circonstance, liés soit à ses voyages, missions et tournées pastorales, soit aux attaques et injures de ses ennemis que son caractère vindicatif le poussait à ne jamais laisser sans réponse22. Mais, malgré cela, au soir de sa vie, Giraud pouvait considérer que ses livres, tous animés par un souci permanent de vérité et d’édification du prochain, constituaient un ensemble cohérent dans sa complexité même. Giraud indique bien les articulations internes d’une œuvre multiforme, bâtie mixtim et alternatim23, dans la diversité des styles et des genres. Pour bien la comprendre, il fallait savoir y distinguer minora (non inutilia) et majora24, œuvres de jeunesse, non dépourvues déjà de mérite (laude non indigna), et œuvres plus graves de la maturité, œuvres en prose et œuvres en vers, œuvres proprement religieuses, traitant des sacramenta ecclesiastica et de la vie des saints, et œuvres plus légères, consacrées à la description des pays et, plus largement, aux « histoires » et à leurs éventuelles interprétations allégoriques. De cette diversité et de cet intérêt pour les genres et les styles moins nobles, dont Sénèque s’était fait l’avocat et dont les évangélistes Luc et Jean eux-mêmes, les Pères ou, plus récemment, Bernard de Clairvaux avaient donné l’exemple, Giraud estimait n’avoir nullement à rougir, malgré les sarcasmes de certains rivaux25.

  • 26 « Librum inter labores grandes fere postremum, continuoque triennali studio laboriosius editum », (...)

14À tous ces textes d’ailleurs, il avait toujours porté une égale attention. Certes, « la grâce du style » lui était un don de Dieu, mais qu’il avait toujours entretenu par un travail acharné. Giraud insiste à plusieurs reprises sur le long, pénible et indispensable travail de l’écriture : celle-ci est le produit de durs efforts, d’études inlassables, de veilles prolongées26. Mais au bout du compte, l’ensemble de ses écrits représentait aux dires de Giraud de Barri une véritable œuvre d’art, qu’il ne cessait de compléter, d’enrichir, de remodeler.

  • 27 Il présente par ex. son De principis instructione comme un livre « multis auctoritatibus tam philo (...)
  • 28 P. 417.
  • 29 P. 411.

15Certes, comme tout auteur médiéval, Giraud reconnaissait volontiers sa dette vis-à-vis de ses prédécesseurs ; il était d’abord un compilateur27. Mais il ne s’y arrête guère, car il avait aussi vive conscience de son originalité, il était un novateur (scribens nova cudens)28 et l’affirmait sans ambage : opus ab alio non attemptatum ad tractandum aggressus fui29.

  • 30 Giraud décrit ainsi la composition, par ses propres soins, de ces morceaux choisis : « […] quatinu (...)
  • 31 L’envoi de manuscrits est précisément, on l’a vu, l’objet premier de la lettre analysée ici ; sur (...)
  • 32 P. 413.

16Cette œuvre qui était la sienne, il la manipulait donc à sa guise, la « rééditant », la réorganisant sans cesse, rassemblant lui-même en morceaux choisis, à la demande de certains admirateurs, quelques-uns de ses meilleurs textes extraits de divers ouvrages : prœmia, poèmes, discours, portraits de grands hommes30. Il prenait même en charge, au moins dans un premier temps, la diffusion de ses écrits ; lectures publiques et privées, envoi de manuscrits, etc.31. L’œuvre poursuivait ensuite, seule, sa carrière (per varia loca se diffudit)32 et répandait de proche en proche la réputation de son auteur, suscitant l’admiration des uns, la jalousie des autres.

  • 33 « Adeo quidem ut veluti modum in his atque modestiam omnem minus servantem non solum æmuli, verum (...)
  • 34 « Periculosum tamen est hodie, sicut et olim, et calumniosis æmulorum undique depravationibus expo (...)
  • 35 « Et cum præsentibus propter invidiam placere non valeam, saltem posteritatis favorem et gratiam, (...)
  • 36 « Habeat igitur in studiis librisque nostris […] præsens tempus quod laceret, et posteritas quod l (...)

17Il est possible que Giraud se soit fait quelques illusions sur l’ampleur de cette diffusion « spontanée », si on en juge par la minceur de la tradition manuscrite de ses écrits. Mais, à dire vrai, de son propre aveu, il savait bien que son œuvre, si elle suscitait l’admiration sans réserve de quelques lettrés, lui valait plus souvent l’incompréhension de ses adversaires, de ses envieux et même de certains amis déroutés par cette frénésie d’écriture33 : « Le métier d’écrivain est devenu aujourd’hui dangereux, surtout pour qui produit des nouveautés, car il expose aux calomnies et à la méchanceté des jaloux34 » Amer et hautain, Giraud se complaît volontiers dans cette mélancolique constatation et en appelle de l’ingratitude du présent à la reconnaissance de la postérité qui assurera sa gloire et la survie de son nom35 : là où le temps présent ne voit aujourd’hui que matière à critique, dérision et blâme, l’avenir, lui, lira, aimera et approuvera ce qu’a écrit Giraud de Barri36.

  • 37 P. 412.

18Mort et transfiguration – felix mutatio, dit-il lui-même – de l’écrivain. Il ne s’agissait pas en effet seulement pour Giraud de Barri de renoncer aux honneurs terrestres et mondains, mais d’affirmer qu’à la récompense de la gloire posthume qu’il espérait, s’ajouterait celle du salut éternel (spes retributionis æternæ)37. L’écriture – l’écriture édifiante et orthodoxe, s’entend – ouvre à l’écrivain les portes de la demeure d’en haut :

  • 38 « […] tam recte vivendo quam recte scribendo, nostri memoriam longis in ævum spatiis extendamus. E (...)

« Par une vie et une œuvre sans reproche, nous vivrons longtemps dans la mémoire des hommes ; mais, ce qui est plus durable, meilleur et plus salutaire encore, par ces bonnes œuvres […], nous passerons, par une heureuse mutation et par la faveur de la grâce divine, du deuil à la lumière, du pèlerinage terrestre à la patrie céleste, de la mort à une vie qui ne connaît ni douleur ni fin38. »

19Il faut apprécier à sa juste valeur le témoignage littéraire de la « lettre de Giraud de Barri au chapitre de Hereford ». Il serait de peu d’intérêt d’ironiser, après tant d’autres, sur l’« insupportable vanité » de son auteur. Mais il ne serait guère mieux venu de s’extasier sur sa « modernité » et de voir en lui un précurseur de la figure romantique du génie méconnu.

  • 39 Sur l’« individualisme » et le « stoïcisme » d’Abélard, voir en dernier lieu Bagge S., « The Autob (...)

20Pour une bonne part, les thèmes qu’y orchestre non sans habileté Giraud de Barri, sont des lieux communs repris de la sagesse antique, notamment des Stoïciens et de Sénèque. D’autres avant lui l’avaient d’ailleurs fait au xiie siècle, à commencer par Abélard dans l’Historia calamitatum39. La lettre au chapitre de Hereford peut être lue elle aussi, sans nul doute, comme un témoignage, tardif mais intéressant, de l’« individualisme du xiie siècle ».

  • 40 P. 412.
  • 41 P. 412.

21Mais, plus encore que l’affirmation quelque peu complaisante du moi et de la gloire personnelle de l’écrivain (litterati ingenui tui gloriam)40, ce qui fait, nous semble-t-il, l’intérêt historique de ce texte, c’est la conscience très vive qui s’y affirme de la « valeur de la littérature » (litteraturæ decus)41 : Giraud a largement labouré le champ littéraire, il en a mesuré l’étendue et la diversité ; il en a perçu l’autonomie, affirmant sans ambage la supériorité de l’écrit sur l’oral, du travail de l’écriture sur la diffusion éphémère de la parole.

  • 42 Sur ce thème de l’essor simultané de la parole enseignante et prédicante au début du xiiie siècle, (...)
  • 43 « Virilis igitur est animi, mentisque a natura bene dispositæ et industriæ claræ, ut quemadmodum a (...)

22On ne manquera évidemment pas de relever que, vieillissant et solitaire, il a, par là même, méconnu – voire tenté de nier – le triomphe concomitant de l’école et de la chaire dont Paris ou Oxford étaient au même moment le théâtre42. Mais on notera aussi que, tout en affirmant, peut-être à contretemps, la nouveauté de son entreprise, Giraud de Barri, tout à la fois auctor et compaginator, inscrivait celle-ci dans une longue continuité historique née avec les Pères de l’Église et illustrée à leur suite par tous les écrivains ecclésiastiques. Maillon d’une longue chaîne qui unissait les prédécesseurs (decessores nostri) aux contemporains (præsentes) et à la postérité (posteri), cet « individualiste » avait un sens aigu de l’histoire, ainsi que de la solidarité et de la complémentarité des générations : la mission que lui avait confiée Baudouin de Canterbury, était de transmettre, par la grâce de l’écriture, sous une forme embellie et rénovée, le trésor de l’antique sagesse chrétienne43. Par là aussi, il nous apparaît bien comme un des derniers et plus lucides témoins de la « Renaissance du xiie siècle ».

Notes

1 J’ai adopté cette appellation de préférence à celle, également usitée, de Géraud de Galles ou Géraud le Cambrien.

2 L’ouvrage de référence sur Giraud de Barri est actuellement celui de Bartlett R., Gerald of Wales, 1146-1223, Oxford, 1982 ; voir aussi les pages consacrées à cet auteur dans Ghellinck J. DE, L’essor de la littérature latine au xiie siècle, 2e éd., Bruxelles/Bruges/Paris, 1954, p. 135-145.

3 Édité dans Giraldi Cambrensis opera, Brewer J. S. (éd.), vol. I, Londres, 1861, p. 21-122.

4 Ibid., p. 409-419 ; dans la suite de cet article, toutes les citations, sauf indication contraire, renvoient à ce texte ; j’indiquerai donc seulement la page de l’édition Brewer. J’ai respecté la ponctuation de celle-ci, bien qu’elle soit souvent peu conforme aux usages des éditions françaises actuelles.

5 J’adopte dans ce paragraphe la chronologie proposée par Bartlett R., Gerald of Wales (cité supra, n. 2).

6 De ses années d’étude et d’enseignement, ainsi que des autres épisodes autobiographiques mentionnés dans cette lettre (la lecture publique de la Topographia à Oxford, la tournée de prédication avec Baudouin de Canterbury),Giraud avait déjà parlé plus en détail dans le De rebus a se gestis (cité supra, n. 3, p. 23, 45-48, 72-75, 93).

7 P. 410.

8 P. 412.

9 C’est précisément en tant que catalogue de l’œuvre de Giraud de Barri que la lettre au chapitre de Hereford a surtout été utilisée jusqu’à présent ; Giraud avait d’ailleurs dressé un premier catalogue de ses œuvres vers 1217 (édité dans Giraldi Cambrensis opera, t. I, p. 421-423) ; c’est précisément à partir de ces deux textes que R. Bartlett a pu proposer dans son livre cité supra (Gerald of Wales, p. 218-220) la liste actuellement la plus à jour des écrits, conservés ou non, de Giraud.

10 Cf. infra, n. 18.

11 Je fais ici allusion à ses vaines tentatives pour devenir évêque de St. David’s et à son ralliement malencontreux à Louis de France en 1216.

12 En particulier dans une lettre, sans doute de 1210, adressée à Guillaume de Monte, maître de l’école de Lincoln, retrouvée et publiée par Huygens R. B. C., « Une lettre de Giraud le Cambrien à propos de ses ouvrages historiques », Latomus, 24, 1965, p. 90-100. La lettre au chapitre de Hereford contient plusieurs emprunts littéraux à celle de 1210, qui est cependant beaucoup plus brève.

13 Il faut évidemment, ici aussi, tenir compte de l’âge de Giraud en 1221 : en fait, les mentalités dont témoigne sa lettre, sont plutôt celles des années 1190 que des années 1220 où les universités (monde bien étranger à Giraud) supplantent décidément les cours (laïques ou ecclésiastiques) comme foyers majeurs de vie culturelle.

14 Par ex. celui dont il donne le texte dans son De rebus a se gestis (cité supra, n. 6), p. 46-47.

15 P. 410.

16 « Sane quoniam duplex esse constat doctrinæ genus, aliud enim linguæ labiorumque labore cathedraliter emissum, auribus se applicat auditorum, aliud mentis manusque ministerio, studio videlicet stilique vicissim et calami officio, litterarum nexibus coagulatum, oculis se subjicit inspectorum. Ideoque postremum hoc […] quoniam istud utilius et diuturnius, quia communius et longævius, mihi doctrinæ genus elegi. Vox enim emittitur, et verba pertranseunt ; scriptum vero semel editum et approbatum tenaci longævitate transmittitur ad posteros » (p. 418).

17 « […] Origenes et Jeronimus cæterique agiographi nostri et doctores ecclesiastici multum Christi sponsam modis utrisque, longe plus tamen libris quam linguis, litterisque quam labiis, ipsam illustrarunt » (p. 418).

18 « Nam patribus nostris ecclesiæque rectoribus atque doctoribus, nisi tanta studendi scribendique cura fuisset, conceptumque corde thesaurum in scripta redactum posteris præsentandi, in quo nunc ecclesia vel metrice psalleret vel melice jubilaret ? In quo vel scismaticis resisteret, vel hæreticis aut etiam inimicis crucis Christi plene et perfecte responderet ? Item nisi auctores linguæque Latinæ moderatores tanta diligentia studiis scriptisque suis orbem universum illustrassent, professionis hodie litteratoriæ tam celebri frequentia vulgi per ora quid volitaret ? Aut etiam quid haberet quod legeret tereretque viritimpublicus usus ? » (p. 418-419).

19 P. 418.

20 « Gratiamque stili talem tibi collatam a Domino » (p. 411).

21 Giraud prête à l’archevêque Baudouin cette injonction formelle : « tibique in fide consulimus, et tanquam nostræ prælationis officio firmiter injungimus, quatinus litterati ingenii tui gloriam, gratiamque stili tam egregii desuper datam, in aliquo litterali studio, quod multis in posterum proficere queat, semper exerceas, et in caritatis opere tali vitalia complere tempora non desistas » (p. 411-412).

22 Giraud définit par ex. son Liber de Invectionibus comme « ad præmissas injurias multas vice talionis animo vindice nec immerito responsalis » (p. 414).

23 P. 415.

24 « Verum ne parvipendantur hæc opuscula minora, si interdum emergant inter majora » (p. 416).

25 Ce thème de la diversité légitime des genres et des styles est longuement développé par Giraud aux p. 416-417 de l’édition de sa lettre ; s’agissant de Luc et Jean, il distinguait leurs Évangiles proprement dits et, d’inspiration plus diverse, les Actes des Apôtres, les Épîtres et l’Apocalypse.

26 « Librum inter labores grandes fere postremum, continuoque triennali studio laboriosius editum », dit-il par ex. du Speculum ecclesiæ (p. 415) et, plus loin, il parle de libris nostris, multis absque dubio lucubrationibus ad posterorum utilitatem elaboratis (p. 419).

27 Il présente par ex. son De principis instructione comme un livre « multis auctoritatibus tam philosophicis quam theologicis per exempla pariter et præcepta studioso labore compaginatum » (p. 415).

28 P. 417.

29 P. 411.

30 Giraud décrit ainsi la composition, par ses propres soins, de ces morceaux choisis : « […] quatinus uno beneficio quanquam laborioso singulis petitionibus illis et omnibus plene et abunde satisfacerem, de dictis quatuor per totidem distinctas particulas artificiose consertas, sicut delectabile sic et opus non inutile compaginare curavi » (p. 413).

31 L’envoi de manuscrits est précisément, on l’a vu, l’objet premier de la lettre analysée ici ; sur les lectures données par Giraud lui-même de ses œuvres, soit en public à Oxford, soit à titre privé à Baudouin de Canterbury, voir p. 409-411.

32 P. 413.

33 « Adeo quidem ut veluti modum in his atque modestiam omnem minus servantem non solum æmuli, verum etiam amici nonnulli, tanquam me senem penitus infatuatum reputaverunt ac delirum » (p. 412).

34 « Periculosum tamen est hodie, sicut et olim, et calumniosis æmulorum undique depravationibus expositum, scribentis maximeque nova cudentis officium » (p. 417).

35 « Et cum præsentibus propter invidiam placere non valeam, saltem posteritatis favorem et gratiam, si litteraturæ decus quandoque resurgat, nisibus totis mihi perquiram » (p. 412).

36 « Habeat igitur in studiis librisque nostris […] præsens tempus quod laceret, et posteritas quod laudet. Habeat hoc quod lædat, illa quod legat. Habeat hoc quod damnet, illa quod amet. Habeat hoc quod reprobet, illa quod probet » (p. 419).

37 P. 412.

38 « […] tam recte vivendo quam recte scribendo, nostri memoriam longis in ævum spatiis extendamus. Et quod satius est longeque sanius et salubrius, plus per opera bona quam per opuscula vana […] de luctu in lucem, de via in patriam, de morte in vitam doloris ignaram et finis nesciam, felici mutatione gratiæque supernæ benigno favore transferamur » (p. 419).

39 Sur l’« individualisme » et le « stoïcisme » d’Abélard, voir en dernier lieu Bagge S., « The Autobiography of Abelard and Medieval Individualism », Journal of Medieval History, 19, 1993, p. 327-350.

40 P. 412.

41 P. 412.

42 Sur ce thème de l’essor simultané de la parole enseignante et prédicante au début du xiiie siècle, voir Morenzoni F., Des écoles aux paroisses. Thomas de Chobham et la promotion de la prédication au début du xiiie siècle (Coll. des Études augustiniennes. Série Moyen Âge et Temps modernes, 30), Paris, 1995.

43 « Virilis igitur est animi, mentisque a natura bene dispositæ et industriæ claræ, ut quemadmodum a patribus atque prioribus nostris affatim omnes accepimus, sic et nos tam decessorum nostrorum sicut et præsentium quam et posterorum quoque studiis aliquid adjiciamus » (p. 419).

Auteur

Université Paris IV

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540