Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Cinquième partie. Mentalités et vie culturelle

Calendriers universitaires et particularismes « nationaux » ? L’exemple de l’université médiévale d’Orléans

Charles Vulliez

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Paris, Les Belles Lettres, 1937.

1Les calendriers des cartulaires universitaires, cartulaires généraux, de facultés ou de nations, n’ont pas fait l’objet de nombreuses études, surtout en ce qui concerne les aspects autres que purement académiques (c’est-à-dire relatifs au déroulement de l’année scolaire). En 1937, paraissait certes, sous la plume de Paul Perdrizet, une intéressante analyse du Calendrier de la nation d’Allemagne de l’ancienne université de Paris1, mais cette étude relativement pionnière ne paraît pas avoir eu la postérité que l’on eût pu attendre.

  • 2 Ibid., p. 1.

2S’appuyant sur un inventaire minutieux des saints présents sur ce calendrier et spécialement de ceux qu’il considérait comme introduits par les magistri de ladite nation, Paul Perdrizet n’hésitait pas à écrire que ce dernier permettait « d’assister à l’éveil en Europe du sentiment des nationalités2 ».

3Sans aller jusqu’à reprendre à notre compte cette assertion, peut-être inspirée à l’auteur de ce petit ouvrage par le contexte contemporain de sa rédaction – celui des dernières années de l’ » entre-deux-guerres » – et que, nous semble-t-il, il conviendrait au moins de nuancer quant à l’expression qu’on peut juger anachronique pour le xve siècle de « nationalités », on peut se demander cependant si les calendriers des cartulaires des nations universitaires ne sont pas susceptibles de nous apporter sur ces réalités, disons ethno-géographiques ou provinciales plutôt, bien plus souvent que « nationales », qu’étaient ces dernières, un éclairage intéressant quant aux particularismes, voire à ce qu’on pourrait appeler les réflexes identitaires ou les manifestations d’identité des membres de ces sous-ensembles des universités médiévales.

4Plus peut-être que l’alma mater parisienne, dont certaines des nations, celle de France notamment, participaient d’un cosmopolitisme accentué, l’université d’Orléans avec, jusqu’en 1538 du moins – à cette date, l’alignement se fit dans ce domaine sur Paris –, dix nations au contenu provincial ou ethnique relativement bien ciblé, nous paraît offrir sur ce sujet, un champ d’investigation pertinent.

5Avant d’aborder l’étude de ce calendrier universitaire orléanais du point de vue qui nous occupe ici – nous ne nous attacherons pas en tant que tels à ses aspects purement scolaires –, rappelons quelques réalités du phénomène « national » universitaire dans cette ville.

  • 3 Il est très difficile de préciser pour Orléans l’importance numérique relative des différentes nat (...)

6Les nations universitaires y étaient au nombre de dix, à savoir selon l’ordre de préséance énoncé dans plusieurs « livres » de ces dernières par l’ » anneau » ad hoc qui les énumère, celles de France, Lorraine, Allemagne, Bourgogne, Champagne, Normandie, Picardie, Touraine, Écosse et Aquitaine – on notera l’absence à Orléans de nation anglaise. Cet ordre de préséance, parfois objet de contestations dans le détail, ne paraît pas vraiment dicté par des questions de prestige – la nation germanique, traditionnellement la première de ce point de vue, n’occupe ici que le troisième rang –, encore moins, sauf en ce qui concerne la France, des raisons d’importance numérique3.

  • 4 Fournier M., Les statuts et privilèges des universités françaises depuis leur fondation jusqu’en 1 (...)
  • 5 Statuts, t. 1, n° 36.
  • 6 Ibid., n° 109, 119 et 121 respectivement.

7Les nations ne sont pas mentionnées dans les 4 bulles constitutives du pape Clément V du 27 janvier 1306 – simple reprise en fait, à l’usage d’Orléans, de la vénérable bulle parisienne « Parens scientiarum » du 13 avril 1231 –, mais elles apparaissent dès l’année suivante dans le long et complexe statut édicté sous le patronage du recteur Guillaume de Dausemen en date du 30 juin 13074. Philippe le Bel en rappelle l’existence dans ses lettres du 17 juillet 1312 pour en interdire les assemblées5. Elles sont citées à plusieurs reprises dans la longue série des statuts dont commence à se doter, à partir de 1321, la jeune – officiellement parlant, du moins – université, mais il faut attendre le règlement du scolasticus d’Orléans du 13 mai 1336 et les statuts des 16 septembre 1336 et 24 mars 13386 pour les trouver énumérées nommément – le texte de 1338 (relatif au port des armes et aux différends entre les écoliers) est le premier qui nous en donne la liste complète, en même temps que les noms des dix procureurs afférents, présents à l’assemblée de l’université pour cette affaire.

  • 7 Ibid., n° 182, p. 131.
  • 8 Ibid., n° 189.
  • 9 Une deuxième vague de législation statutaire pour les nations semble avoir suivi la « reprise » co (...)

8Si cette date de 1338 constitue donc le terme à partir duquel on peut affirmer à coup sûr l’existence de dix nations constituées dans l’université d’Orléans – les lettres du roi Charles V du 23 avril 1372, relatives à l’exemption fiscale des suppôts de l’université confirment leur réalité institutionnelle « et comme en ycelle université ayt dix nacions et pour chacune nacion un bedel7 » –, l’ » émergence statutaire » de ces dernières est plus tardive, puisqu’il faut attendre le 24 octobre 1378 pour trouver le premier texte législatif émané d’une nation, en l’occurrence celle d’Allemagne8, nation pour laquelle nous disposons du meilleur corpus statutaire conservé : une « première vague » de règlements internes de celle-ci se situe dans les années 1378-1382, complétée en 1406-1407. Pour les nations de Touraine (ensemble très fragmentaire) et
d’Écosse, les plus anciens statuts de ce type conservés remontent à l’année 1386, avec des compléments en 1397, puis entre 1407 et 1412 ; pour celle de Champagne, il faut descendre aux années 1396, puis 1410 et 1417 ; pour celle de France, la réglementation, très incomplète – dans l’état actuel de la conservation documentaire du moins –, s’étage entre les années 1395 et 1426, pour cette « première vague » législative9.

  • 10 « Cartulaires universitaires français », dans Les cartulaires. Actes de la Table ronde… (Paris, 5- (...)

9La première mise par écrit d’un corpus statutaire pour les nations de l’université d’Orléans semble donc à situer dans les décennies charnières de la fin du xive siècle et du début du xve. Cette période est contemporaine de la mise en route des premiers cartulaires de nations conservés. Comme nous l’avons jadis montré dans l’étude que nous consacrions en 1991, en collaboration avec Jacques Verger, aux cartulaires universitaires10, le dernier quart du xive siècle correspond en effet à Orléans à un temps fort de l’ » incartulation » dans ce domaine. À l’exception peut-être de celui de Picardie – cas un peu particulier –, la plupart des « livres » des nations orléanaises qui sont parvenus jusqu’à nous, ceux d’Allemagne, de Champagne, d’Écosse, de Touraine et deux sur les trois conservés pour la nation de France – ceux d’Aquitaine, de Bourgogne, de Lorraine et de Normandie n’ont pas été retrouvés – semblent en effet remonter pour leur fonds commun de base à cette époque : l’écriture, une gothique ou une bâtarde datables de la fin xive-début xve, et le contenu le confirment. Ils présentent d’ailleurs entre eux une relative similitude quant à leur économie générale, ordonnée selon un schéma dual : un important corpus de statuts et de textes réglementaires intéressant toute l’université et allant des bulles constitutives du pape Clément V du 27 janvier 1306 au règlement de l’évêque d’Orléans Hugues Faidit du 4 octobre 1367, véritable « tronc commun » présent et identique dans tous les cartulaires, et d’autre part un corpus de textes spécifiques de chacune des nations, le tout étant précédé de quelques items plus ou moins inévitables, évangiles, serments des officiarii, « anneau » des nations voire des évêchés de celles-ci, et bien sûr le calendrier, ces derniers éléments se rattachant par l’écriture au fonds commun premier de nos cartulaires, c’est-à-dire contemporain de cette période précitée qui a vu leur mise par écrit.

  • 11 Statuts, t. 1, p. 16-20. Nous avons eu recours soit directement aux originaux, soit aux microfilms (...)

10C’est donc à ces décennies charnières des xive et xve siècles qu’il faut rattacher apparemment le fonds premier de nos calendriers « nationaux » orléanais, fonds premier et au demeurant aussi largement commun à l’ensemble de ces derniers. Il est complété cependant de manière plus ou moins développée selon les nations, d’additions postérieures, pouvant aller jusqu’au xvie siècle, et qu’il convient de ne pas négliger, bien plus de bien distinguer du reste, ce que ne permettait pas de faire l’édition globale et indifférenciée, par ailleurs incomplète, qu’en a donnée Marcel Fournier11.

11L’ensemble calendaire commun que l’on pourrait appeler « primitif », pour reprendre la terminologie de Paul Perdrizet, apparaît déjà, du moins dans l’état dans lequel notre documentation nous le fait connaître, comme composite. Peut-on, à l’instar de cet auteur qui distinguait dans le spécimen de la nation anglo-allemande de Paris un calendrier dit « parisien » et un calendrier universitaire proprement dit, faire la part, dans le cas qui nous occupe, entre ce qui peut être considéré comme l’héritage du calendrier orléanais de base et ce qui serait une strate plus spécifique de notre studium ?

  • 12 Répertoire des documents nécrologiques français, t. 2, Paris, 1980, p. 535.
  • 13 Édité dans Cartulaire du chapitre Saint-Avit d’Orléans (éd. Vignat G.), Orléans, 1886, p. 1-32, à (...)

12Comme témoins de ce calendrier local, nous avons eu recours à deux spécimens du xiiie siècle, celui conservé dans le manuscrit Paris, BN latin 1020, f° 1-6, un bréviaire à l’usage de l’église d’Orléans daté des années 1230 par Jean-Loup Lemaître12, et celui qui sert de base au nécrologe-obituaire de l’église Saint-Avit d’Orléans rédigé (exception faite d’un tout petit nombre d’additions postérieures) entre 1258 et 127113, la situation chronologique de ces calendriers par rapport à la naissance du studium juridique orléanais nous garantissant l’absence de toute contamination éventuelle de ces derniers par des éléments du calendrier universitaire. Dans ces deux items du calendrier général orléanais, l’essentiel est constitué par les grandes fêtes du calendrier liturgique ordinaire (Circoncision, Épiphanie, Toussaint, Noël), du culte marial (Purification de la Vierge, Annonciation, Nativité, Conception) et du culte des saints principaux du martyrologe romain (apôtres, martyrs, confesseurs), voire de quelques saints personnages postérieurs, tels saint Guillaume, archevêque de Bourges (†1209) au 10 janvier, saint Louis, roi de France (†1270) au 25 août, ou saint Thomas Becket (†1170) au 29 décembre, mais à cela s’ajoute un fonds local assez fourni, avec des personnalités comme saint Aignan, saint Avit, saint Euverte, saint Liphard, saint Mamert, saint Mesmin ou saint Vrain, avec aussi un certain nombre de fêtes liées au culte de la Sainte-Croix, à laquelle était dédiée l’église cathédrale d’Orléans.

  • 14 BHL 4931, éd. Mabillon J., ASOB, t. 7, Paris, 1668, p. 154-157.

13De ce calendrier liturgique orléanais, non seulement les grandes fêtes de l’ordinaire, mais aussi celles des cultes locaux se retrouvent dans nos cartulaires universitaires : dix à douze fêtes concernent ceux-là dans le calendrier dit primitif commun à ces derniers. Certains saints y sont particulièrement à l’honneur, tels les deux grands évêques de l’Antiquité tardive, Euverte (fin ive siècle) et Aignan (†453), le défenseur d’Orléans face aux Huns : tous deux ont droit à la célébration de leur dies natalis, respectivement au 7 septembre et au 17 novembre, mais aussi à une seconde fête, correspondant pour Aignan à la nouvelle dédicace de l’église où reposaient ses reliques, en présence du roi Robert le Pieux, le 14 juin 1029, pour Euverte à une dédicace mal déterminée (au 12 juin), qui ne semble pas attestée par ailleurs. Saint Mamert, évêque de Vienne (†477), mais dont les restes avaient été transférés dans la cathédrale d’Orléans, où il était en grande vénération, avait aussi deux fêtes dans nos calendriers universitaires (11 mai et 13 octobre). Saint Liphard, abbé de Meung, que sa Vita sans doute d’époque carolingienne place au vie siècle14, a bénéficié, peut-être en raison de la qualité de juriste que lui prête cette dernière, d’une mention spéciale pour sa fête, au 3 juin : « Liphardus confessor, legista fuit et advocatus in hac civitate, postea monachus » (mention présente dans les trois livres d’Allemagne, d’Écosse et de Touraine). Une conclusion s’impose à partir de ces quelques exemples ; malgré leur origine majoritairement étrangère au diocèse, les universitaires orléanais ont fait une place dans leurs calendriers aux principaux saints locaux, dont ils ont fait leur les grandes fêtes : on peut parler de ce point de vue d’une sorte d’acculturation hagiographique et liturgique.

14Est-il possible par ailleurs de mettre en évidence dans notre calendrier dit « primitif », une strate proprement universitaire, voire « nationale » (au sens académique du terme) ? En fait, dans ce dernier, les éléments extérieurs à cet ensemble hagiographique partagé avec les calendriers locaux et que nous venons d’analyser, se résument à assez peu de choses : en dehors de saint Yves, une demi-douzaine de noms de frères illustres des ordres mendiants et des références aux fêtes et aux saints patrons des nations.

  • 15 Sur le séjour du saint à Orléans et sa datation, voir Duval-Arnould L., « Note chronologique sur s (...)

15Comme à Paris, saint Yves (†1303) occupe une place spéciale, fondée à la fois sur le plan disciplinaire – c’est un juriste – et sur le plan local. C’est un ancien élève des écoles d’Orléans15 et plusieurs de nos cartulaires (ceux d’Allemagne, d’Écosse et de Touraine), ne se font pas faute de le rappeler, à son dies natalis, le 19 mai, « Yvonis officialis et advocati qui fuit hujus universitatis quondam filius, nunc pater et assiduus intercessor », faisant de lui, en quelque sorte un protecteur attitré du studium des bords de la Loire.

  • 16 Selon les calendriers, figure à la date du 19 août soit une fête de l’ »Apparitio sancte Crucis », (...)

16La présence de quelques grands noms des ordres mendiants, essentiellement du xiiie siècle – Thomas d’Aquin (†1274) au 7 mars, saint Pierre Martyr, alias de Vérone (†1252) au 29 avril, saint Dominique (†1221) au 5 août pour les Frères prêcheurs, Saint Antoine de Padoue (†1231) au 13 juin, Louis de Toulouse, fils de Charles II d’Anjou (†1297) au 19 août16 et saint François d’Assise (†1226) au 4 octobre, pour les Frères mineurs – est peut-être à mettre en relation avec la place tenue par ces ordres dans le développement du studium universitaire orléanais, dont ils hébergeaient en tout ou partie les étudiants jusqu’au premier quart du xive siècle, mais la mention aussi de quatre de ces personnalités, voire des six (pour la nation picarde) dans les calendriers homologues parisiens peut faire hésiter à établir une relation de cause à effet dans le cas orléanais.

  • 17 Comme autre indice de cette solidarité corporative de l’université de cette conscience communautai (...)

17Deux autres saints personnages, absents de nos calendriers locaux non universitaires, apparaissent encore dans le calendrier primitif que nous étudions, Firmin au 13 janvier et Nicaise au 14 décembre. Or ce sont là précisément deux des patrons de nations de l’université d’Orléans, respectivement de celles de Picardie et de Champagne. Bien plus, et le fait mérite d’être relevé, sur chacun de nos calendriers « nationaux » est mentionné non pas seulement le seul nom du patron de la nation correspondante, mais la totalité des noms des saints patrons des dix nations de l’université – que l’on peut connaître ainsi, d’ailleurs, malgré la disparition de quatre de nos « livres nationaux » –, mention agrémentée, quelquefois en addition postérieure, mais le plus souvent dans le texte en principe primitif –, de la référence à la fête de la nation concernée. Tout se passe ainsi comme s’il existait, en cette fin xive-début xve siècle, par-delà les aspects spécifiques propres à chacune de ces dernières, une sorte de solidarité « internationale » au sens étymologique du terme, serions-nous tentés de dire, une solidarité communautaire de la corporation universitaire primant les particularismes « nationaux17 ».

18Il n’est pas sans intérêt, nous semble-t-il, de présenter succinctement ces saints patrons de nos nations orléanaises et leurs fêtes, dont il conviendra au demeurant de remarquer la relative concentration à l’intérieur de l’année universitaire : à l’exception de deux cas, un peu particuliers, ces fêtes se regroupent dans deux courts intervalles de celle-ci, du 6 janvier au 3 février d’une part, du 11 novembre au 14 décembre de l’autre, sans que la raison en apparaisse clairement.

  • 18 C’est pour la fête de saint Firmin, célébrée solennellement chaque année au 13 janvier, en l’églis (...)
  • 19 Op. cit., p. 31 sq.

19Pour trois sur quatre des nations orléanaises qui correspondent à celles de l’université de Paris, celles de France, de Normandie et de Picardie, il y a identité des fêtes patronales entre les deux cités, à savoir respectivement la Saint-Guillaume – Guillaume Berruyer, archevêque de Bourges, mort en 1209 – au 10 janvier, la fête de la Conception de Notre-Dame, fête venue d’Orient importée par les Normands au xie siècle, le 8 décembre, et pour les Picards, la Saint-Firmin, évêque d’Amiens du ive siècle ( ?) que la nation fêtait au 13 janvier (mais aussi au 25 septembre, son dies natalis18). Pour la nation germanique par contre, elle avait choisi à Orléans l’Épiphanie (6 janvier) comme fête patronale, la Saint-Charlemagne (28 janvier) qui, d’après Paul Perdrizet19, avait supplanté au xve siècle, dans son homologue anglo-germanique parisienne, les fêtes de saint Edmond et des saints Cosme et Damien, ne paraît pas avoir eu le même succès sur les bords de la Loire.

  • 20 Dans le calendrier de l’université d’Angers, apparaît à cette date, après le nom de saint Julien, (...)

20Pour les trois autres nations orléanaises dont nous possédons le cartulaire, celles de Touraine, Champagne et Écosse, les raisons du choix du saint patronal sont assez apparentes. Pour la première d’entre elles, c’est sans surprise le natalice de saint Martin, l’illustre évêque de Tours du ive siècle (fête le 11 novembre) qui avait été retenu, mais il faut noter aussi, attestée par certains de nos « livres », la mention d’une seconde fête de la nation au 27 janvier, pour la Saint-Julien – l’importance numérique des ressortissants du studium originaires du diocèse du Mans, explique peut-être le choix de ce saint évêque manceau20. Pour la nation de Champagne, c’est là encore un grand prélat que l’on honorait comme patron, en l’occurrence, au 14 décembre, saint Nicaise, l’un des premiers évêques de la métropole rémoise au ve siècle. Quant à l’Écosse, elle avait choisi pour fête la Saint-André (30 novembre), dont le crédit était exceptionnel en Grande-Bretagne.

  • 21 Notons aussi la mention « Nationis Aquitanie », accolée au nom de saint Blaise, évêque et martyr d (...)
  • 22 La mention de cette seconde fête patronale lorraine ne figure cependant que dans le calendrier de (...)

21Pour les trois nations restantes, dont nous ne possédons d’ailleurs pas de « livre », à savoir celles d’Aquitaine, de Bourgogne et de Lorraine, le choix des saints patrons n’est pas toujours facile à expliquer. La première honorait saint Blaise, évêque de Sébaste et martyr au début du ive siècle (fête le 3 février), qui semble en particulier avoir eu la faveur des universitaires parisiens – les calendriers des nations de France et d’Angleterre à Paris plaçaient à cette date une messe de l’université –, mais dont l’origine du lien avec la province d’Aquitaine ne nous est pas connue21. Les Bourguignons fêtaient eux saint Antoine, le grand anachorète égyptien des iiie-ive siècles, au 17 janvier. Quant à la nation de Lorraine, elle s’était vouée à saint Nicolas (fête le 6 décembre), évêque de Myre en Lycie (†vers 350), un des saints les plus populaires du Moyen Âge, patron des enfants et, avec sainte Catherine, des étudiants – tel de nos cartulaires le qualifie d’ailleurs de « patronus totius cleri ». Mais il semble que les Lorrains aient eu un second patron en la personne de saint Gengoul, populaire en particulier à Toul, où une grande église lui était dédiée22.

  • 23 Statuts, t. 1, n° 335.
  • 24 Ibid., n° 349.
  • 25 Ibid., n° 316.
  • 26 Ibid., n° 354  : « fuit institutum festum solenne beatissimi Nichasii, Campanie patroni, in qua in (...)

22Ces fêtes des nations font l’objet aussi de quelques textes réglementaires dans les cartulaires de ces dernières, mais ils y sont en petit nombre et généralement assez tardifs. C’est ainsi qu’il faut attendre l’année 1482 pour trouver le premier « statut » de la nation d’Allemagne relatif à la fête de l’Épiphanie23 – encore ne s’agit-il là que d’une incitation à éviter les abus et excès lors des fêtes « nationales ». Ce n’est qu’au 14 février 1490 (n. st.) que remonte le premier texte (conservé) de la nation de France réglementant les droits exigibles des suppôts pour la fête de la Saint-Guillaume24. De la nation de Champagne enfin, nous possédons certes un statut de 1462 relatif à la fête patronale25, mais c’est pour menacer d’amende les suppôts qui n’assisteraient pas à la messe de saint Nicaise – doit-on en conclure que la fête avait du mal à s’imposer ? – et ce n’est qu’à la date de 1497 que celle-ci semble vraiment passée dans les faits26.

  • 27 Rappelons que, selon le livre de la nation de France (ms. Wolfenbüttel, 788 f°, f° 2 v°b), les fêt (...)

23Dans ce calendrier dit primitif, les manifestations de ce que l’on pourrait être tenté de qualifier de « patriotisme national » – ce dernier mot toujours, bien sûr, au sens académique du terme –, apparaissent somme toute assez ténues, exception faite peut-être du culte des saints patrons des nations, dont nous avons pu constater toutefois qu’il était déjà, en cette fin xive-début xve siècle, relativement intégré dans la mémoire collective de la communauté universitaire orléanaise27. L’étude des annotations postérieures ajoutées à ce calendrier primitif est-elle susceptible d’apporter des indices d’une volonté « identitaire » plus affirmée chez certaines nations ? Nous tenterons de répondre à cette question en étudiant succinctement le cas de deux d’entre elles, celles de Picardie et d’Allemagne, pour lesquelles ces additions sont les plus fournies.

  • 28 Voir la notice consacrée à saint Sébastien dans la Vie des saints et des bienheureux des RR. PP. b (...)
  • 29 Notice de sainte Isbergue, ibid., t. 5, Mai, Paris, 1947, p. 419.

24Du côté de la nation picarde, celles-ci mettent surtout en évidence un certain nombre de saints personnages, particulièrement de saints abbés ou évêques honorés dans la province et tout spécialement de ceux dont les reliques étaient présentes dans les villes ou établissements religieux de cette dernière. Énumérons-en quelques-uns, à titre d’exemple : au 20 janvier ainsi, à l’occasion de la fête des saints Fabien et Sébastien, l’annotateur a ajouté, « cujus corpus Suessioni quiescit » en effet, des reliques de ce dernier saint avaient été, selon le témoignage d’Eginhard, données au monastère saint Médard de Soissons28. Au 20 février, c’est la mention de Eleutherii (évêque de Tournai, mort en 531) « cujus corpus Tornaci quiescit ». Au mois de mai, on trouve des additions relatives à saint Quentin martyr, saint Montain confesseur, sainte Ystiberge, respectivement au 2, 17 et 21 du mois – cette dernière, qualifiée de « virg[o], Pepini regis fili[a], Karoli magni soror […] », est sans doute la même que sainte Isbergue, patronne de l’Artois, que l’on a parfois identifiée à Gisèle, sœur de Charlemagne et abbesse de Sainte-Marie de Soissons29. Au total, on trouve entre 20 et 25 notations de ce type, souvent difficile à déchiffrer car très effacées, dans le calendrier de notre « livre » de Picardie, et les lieux de conservations de reliques ou de vénération de ces saints personnages qui reviennent le plus souvent sont ceux des grandes villes de la province, Laon et Soissons au premier chef, Cambrai, Noyon, Tournai, Saint-Omer, Péronne accessoirement. Il y a eu là visiblement la volonté d’insérer dans le calendrier universitaire de la nation les noms des principaux saints vénérés dans les cités où se recrutaient surtout les étudiants picards venus à Orléans, ce que confirme d’ailleurs la mention supplémentaire de faits cultuels comme « festum ecclesie Suessionensis » au 20 juin ou « processio Tornacensis ecclesie », à l’occasion de la fête de l’Exaltation de la Sainte-Croix au 14 septembre – expression, en quelque sorte d’un patriotisme religieux de clocher, dicté peut-être par le désir de ces étudiants picards de compenser le déracinement provoqué par leur peregrinatio academica en transportant dans leur lieu d’étude orléanais les cultes locaux auxquels ils étaient attachés, ceux de leur « petite patrie » d’origine.

  • 30 Selon une tradition, des reliques des trois rois mages avaient été d’abord conservées dans une égl (...)
  • 31 Statuts, t. 1, n° 189 (liste annexée au statut de la nation du 24 octobre 1378).
  • 32 On relève en particulier au bas des pages correspondant aux mois de septembre et octobre du calend (...)

25Le même phénomène se retrouve-t-il chez les suppôts de la nation germanique dans notre cité ? En fait, au vu du calendrier de cette dernière, il ne semble pas se manifester exactement selon les mêmes modalités. Les références à des saints locaux y apparaissent moins fréquentes, plus rares encore celles faites à leurs reliques : seuls un petit nombre de ceux-là y ont droit, tels saint Servais, évêque de Langres (†384), « cujus corpus requiescit in Trajecto, in diocesi Leodiensi » (au 13 mai), ou encore saint Agilolf, évêque de Cologne (†751), « cujus corpus requiescit Colonie in ecclesia Beate Marie ad gradus » (au 9 juillet). Plus nombreuses sont par contre les mentions de fêtes ou commémorations de dédicaces d’églises du monde de l’Empire, ainsi celles de Berne (22 janvier), de Constance et de Cologne (respectivement aux 9 et 27 septembre), de l’église de la Bienheureuse Vierge Marie à Aix au 17 juillet. On notera aussi, comme l’avait observé Paul Perdrizet pour le calendrier parisien homologue, la « mémoire » faite de grands personnages du monde germanique ou liés de près ou de loin à l’idée d’Empire, tels l’empereur Constantin et l’impératrice Hélène (fêtes respectivement au 21 mai et au 18 août), Charlemagne, dont le natalice apparaît au 28 janvier et la translatio au 27 juillet, l’impératrice Richarde, femme de Charles le Gros, devenue ensuite moniale (au 18 septembre) ou l’empereur Henri (Henri II le Bon, †1024) au 13 juillet – toutes personnalités dont le culte, parfois discuté d’ailleurs, semble revêtir une dimension davantage politique ou idéologique, qui était absente du calendrier picard. On relèvera enfin, dans celui de la nation germanique, la place toute spéciale faite à l’église de Cologne : cinq items recensés par nous – l’anniversaire d’une « translatio trium regum » (les Rois mages)30 au 23 juillet, la commémoration du martyre des « onze mille vierges » au 21 octobre et la fête de l’évêque Séverin (†vers 403) au 23 du même mois, s’ajoutant aux deux références précédemment faites. La raison en est sans doute à chercher là dans la place tenue par les ressortissants de la grande cité allemande dans le studium orléanais – elle était la deuxième pour l’importance numérique des étudiants (après Utrecht) dans la liste de ceux de la nation germanique conservée pour l’année 137831 – et peut-être au rôle particulier de certains des natifs de cette ville dans la rédaction du calendrier et/ou de ses additions32.

  • 33 Il ne reste, intéressant la nation picarde, qu’un seul livre des procureurs des xvie-xviie siècles (...)

26Ces additions au calendrier primitif dans les cartulaires d’Allemagne et de Picardie – et il n’est pas indifférent que celles-ci soient surtout développées dans les livres des nations qui semblent avoir été les plus dynamiques à Orléans, les seules d’ailleurs, précisons-le, dont nous ont été conservés un33 ou des livres de procureurs – permettent de compléter les conclusions que l’on pouvait esquisser à l’examen du calendrier de base. On voit apparaître, à travers les différents spécimens qui nous le font connaître, en même temps que des phénomènes d’acculturation locale (par l’intégration dans ceux-ci d’un certain nombre des cultes locaux de la cité d’accueil), les indices d’une certaine conscience que l’on peut effectivement qualifier de « nationale » – le terme nation étant pris ici au sens académique –, la volonté d’exprimer, soit par le canal du religieux – le fait est patent pour la nation picarde –, soit à travers un élargissement peut-être au domaine du politique – c’est le cas, nous a-t-il semblé, pour la nation d’Allemagne, la seule il est vrai correspondant alors, sinon à un État au sens moderne du terme, du moins à une entité politique constituée – des particularismes spécifiques, ces derniers n’effaçant pas cependant le sentiment d’appartenance à une communauté corporative et solidaire.

Notes

1 Paris, Les Belles Lettres, 1937.

2 Ibid., p. 1.

3 Il est très difficile de préciser pour Orléans l’importance numérique relative des différentes nations de l’université. À la différence du cas parisien, les grands rotuli de suppliques bénéficiales de la période du Grand Schisme n’y sont pas établis par nations, mais seulement en fonction du grade académique des suppliants, et seules deux nations, celles de France et de Picardie, nous présentent dans leurs cartulaires, un « anneau » des évêchés qui les composent, nous permettant ainsi de préciser leur champ de recrutement. Grosso modo cependant, on peut estimer qu’en dessous de la nation de France, de loin la plus importante – entre 80 et 130 étudiants en 1378 (elle fut d’ailleurs divisée en décembre 1400 en 5 provinces) –, les plus grosses entités « nationales » devaient être celles d’Allemagne, d’Aquitaine, de Picardie, de Touraine, et peut-être de Normandie.

4 Fournier M., Les statuts et privilèges des universités françaises depuis leur fondation jusqu’en 1789 (en abrégé, par la suite, Statuts), t. 1, Paris, 1890, n° 23.

5 Statuts, t. 1, n° 36.

6 Ibid., n° 109, 119 et 121 respectivement.

7 Ibid., n° 182, p. 131.

8 Ibid., n° 189.

9 Une deuxième vague de législation statutaire pour les nations semble avoir suivi la « reprise » consécutive à la crise liée au siège de 1428-1429.

10 « Cartulaires universitaires français », dans Les cartulaires. Actes de la Table ronde… (Paris, 5-7 décembre 1991) et Annexe I  : Économie des cartulaires universitaires orléanais. Voir aussi l’analyse donnée de ces cartulaires par Marie- Henriette Jullien de Pommerol dans son répertoire des Sources de l’Histoire des universités françaises au Moyen Âge. Université d’Orléans, Paris, 1978, p. 126 sq.

11 Statuts, t. 1, p. 16-20. Nous avons eu recours soit directement aux originaux, soit aux microfilms conservés à l’Institut de recherche et d’histoire des textes – nous tenons à ce propos à remercier tout spécialement Mmes Anne-Marie Legras, Caroline Bourlet et Annie Dufour, de la Section de Diplomatique de cet Institut, qui nous en ont grandement facilité l’étude. Les références de ces calendriers s’établissent comme suit  : Allemagne, Arch. dép. Loiret, D4, f° 1-3 v° ; Écosse, Bibl. vat., Leg. lat. 405, f° 6-8 v° ; Picardie, Paris, BNF, nouv. acq. lat. 1610, p. 6-11 ; Touraine, idem, lat. 4354 D, f° D-E v° ; France, id., lat. 4223 A, f° 1-3 v° ; Arch dép. Loiret, D6, f° 3-4 v° ; Wolfenbüttel, Herz-August. Bibl., 78, 8, Aug., f° 1-2 v°.

12 Répertoire des documents nécrologiques français, t. 2, Paris, 1980, p. 535.

13 Édité dans Cartulaire du chapitre Saint-Avit d’Orléans (éd. Vignat G.), Orléans, 1886, p. 1-32, à partir du ms. Paris, BNF, lat. 12886 (incomplet des 16 premiers jours de l’année).

14 BHL 4931, éd. Mabillon J., ASOB, t. 7, Paris, 1668, p. 154-157.

15 Sur le séjour du saint à Orléans et sa datation, voir Duval-Arnould L., « Note chronologique sur saint Yves de Tréguier », Analecta Bollandiana, t. 92, 1974, p. 409-424.

16 Selon les calendriers, figure à la date du 19 août soit une fête de l’ »Apparitio sancte Crucis », soit Louis de Toulouse, sous le nom de « Ludovicus minor » ou de « Ludovicus Marsillie », du nom de la ville de Marseille, où il fut inhumé dans l’église des Cordeliers.

17 Comme autre indice de cette solidarité corporative de l’université de cette conscience communautaire des universitaires, on pourrait évoquer l’affectation, dans deux livres « nationaux », ceux de Picardie et de Champagne, d’une journée, le 3 novembre, consacrée à la « commemoracio omnium defunctorum quondam Aurelianis studencium ».

18 C’est pour la fête de saint Firmin, célébrée solennellement chaque année au 13 janvier, en l’église Saint-Pierre le Puellier d’Orléans, que devait être offerte au procureur de la nation picarde par les habitants de Beaugency une « maille » d’or recognitive. Selon une vieille tradition, d’origine mal établie, mais défendue jalousement par les étudiants de cette nation (voir entre autres, sur cette tradition, Bimbenet J.-E., « De la nation de Picardie et de Champagne à l’université d’Orléans », Mémoires de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, t. 20, 1885, p. 327-472, spécialement p. 418 sq.).

19 Op. cit., p. 31 sq.

20 Dans le calendrier de l’université d’Angers, apparaît à cette date, après le nom de saint Julien, la notation « Festum nationis Canomanie » (Statuts, t. 1., p. 282).

21 Notons aussi la mention « Nationis Aquitanie », accolée au nom de saint Blaise, évêque et martyr dans ce même calendrier de l’université d’Angers (ibid., p. 282).

22 La mention de cette seconde fête patronale lorraine ne figure cependant que dans le calendrier de la nation de Champagne, au 12 mai – la fête de saint Gengoul se place normalement au 11 de ce mois. La disparition du « livre » de la nation de Lorraine nous ôte la possibilité de trouver une confirmation de l’existence de ce second culte patronal.

23 Statuts, t. 1, n° 335.

24 Ibid., n° 349.

25 Ibid., n° 316.

26 Ibid., n° 354  : « fuit institutum festum solenne beatissimi Nichasii, Campanie patroni, in qua interfuerunt omnes domini doctores […] et magna multitudo scolasticum [sic] ».

27 Rappelons que, selon le livre de la nation de France (ms. Wolfenbüttel, 788 f°, f° 2 v°b), les fêtes des nations figurent avec celles de l’Ascension, du Corps du Christ, les fêtes générales et la Saint-Nicolas, parmi celles qui donnent lieu à des « crastines » (lendemains fériés) d’obligation. Certains autres cartulaires introduisent cependant la réserve « si nacio fecit festum… ».

28 Voir la notice consacrée à saint Sébastien dans la Vie des saints et des bienheureux des RR. PP. bénédictins de Paris, t. 1, Janvier, Paris, 1935, p. 395-400.

29 Notice de sainte Isbergue, ibid., t. 5, Mai, Paris, 1947, p. 419.

30 Selon une tradition, des reliques des trois rois mages avaient été d’abord conservées dans une église de Milan, puis transférées à Cologne sous l’empereur Frédéric Barberousse  : une châsse les abritait dans la cathédrale et leur culte y devint vite populaire (Notice de l’Épiphanie du Seigneur, ibid., t. 1, Janvier, Paris, 1935, p. 107 sq., spécialement p. 121-122).

31 Statuts, t. 1, n° 189 (liste annexée au statut de la nation du 24 octobre 1378).

32 On relève en particulier au bas des pages correspondant aux mois de septembre et octobre du calendrier, quelques notations académiques, suivies de deux mentions de scripteurs, l’une dans l’écriture du calendrier primitif, « scriptum per me Henricus de Odendorp de Colonia » ce nom figure par ailleurs sur la liste de 1378 –, l’autre d’une main plus tardive, « scriptum per me Adolphum Eichholz de Colonia », 1517.

33 Il ne reste, intéressant la nation picarde, qu’un seul livre des procureurs des xvie-xviie siècles, postérieur à son union avec la nation de Champagne (Arch. dép. Loiret, D265).

Auteur

Université de Reims

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540