Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Cinquième partie. Mentalités et vie culturelle

Nul n’est prophète en son pays ! Ou les tribulations de Merlin en Armorique

Jean-Christophe Cassard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Sur les antécédents mythiques et la postérité littéraire du Prophète des Bretons, voir en dernier (...)
  • 2 Notamment Mentalités médiévales II. Représentations collectives du xie au xve siècle, Paris, 2001.

1« Nul n’est prophète en son pays » énonce le dicton et, semble-t-il, les prophètes moins encore que le commun des mortels. Breton au pedigree indéterminé, Myrddin – tôt devenu Merlin pour cause de cacographie fâcheuse lors de la translation de son nom en roman – envahit l’espace historico-légendaire de l’île d’Angleterre dès la première moitié du xiie siècle : sa Vie comme ses Prophéties, imaginées ou, à tout le moins, arrangées par Geoffroy de Monmouth, obtiennent le succès que l’on sait tandis que son personnage, en déployant sa complexité, intègre la matière littéraire de la geste arthurienne jusque dans ses ultimes prolongements1. De façon curieuse, ce succès n’est pas rencontré en Bretagne armoricaine où il faut attendre le xive siècle pour voir Merlin signalé presque par hasard et non parmi ceux chez qui on l’aurait attendu en premier. C’est aux étapes de ce retour manqué du vaticinateur universel auprès des siens que seront dévolues ces pages dédiées à l’historien rennais des Mentalités médiévales2 qui voudra bien, en fin dialecticien, y deviner autre chose que vaine superfluité de convenance.

Quand Merlin paraissait tourné anglais

  • 3 Cassard Jean-Christophe, « Propagande partisane et miracles engagés dans la guerre de Succession d (...)
  • 4 Épisode rapporté par Gilles Berrichier, un témoin à son procès de canonisation, et traduit dans Ca (...)
  • 5 Faucon Jean-Claude, La Chanson de Bertrand du Guesclin de Cuvelier, Toulouse, t. I, 1990, laisse C (...)
  • 6 Boudet Jean-Patrice, Le Recueil des plus celebres astrologues de Simon de Phares, t. I, édition cr (...)

2Il est reconnu aujourd’hui qu’une guerre ne se gagne pas seulement par la chance des armes : de tout temps, la victoire implique, en effet, bien d’autres paramètres, les uns factuels – les capacités de mobilisation financière et humaine, la discipline et le sens tactique, l’art de contrôler un réseau de villes et de châteaux –, les autres plus subtils, à ressort psychologique, les seuls capables, en définitive, de renforcer les fidélités, de raviver les enthousiasmes lorsque les opérations s’éternisent. Mais ces derniers facteurs sont aussi les plus difficiles à appréhender pour l’historien puisque la documentation écrite médiévale ne rend compte que de façon très imparfaite de la profondeur vécue d’un conflit, de la motivation de ses acteurs ou de la substance de leurs pensées profondes. Dans la guerre de Succession de Bretagne (1341-1364), la compétition pour le patronage des saints est évidente, seule donnée tangible reflétant ouvertement un enjeu de propagande significatif3. Les chroniqueurs ou les témoins laissent toutefois transparaître autour de la personne de Charles de Blois d’autres vecteurs de cette guerre immatérielle – la révélation des méfaits d’une mendiante, espionne durant le siège de Quimper en 13444 ou un rêve prémonitoire avant Auray5 – mais il semble que ces interférences surnaturelles n’aient fait l’objet d’aucune publicité et donc leur efficacité en matière de propagande apparaît nulle, au moins sur le coup6. Une autre occurrence de la guerre psychologique, publique celle-ci, se repère dans le camp adverse et implique directement notre prophète.

  • 7 Dans l’inventaire dressé en 1388 des biens de sir Simon Burley, chevalier de la maison de Richard (...)
  • 8 Sur le Merlin des Anglais mobilisé au service des ambitions de leurs rois, Zumthor P., Merlin…, op (...)

3Au moins à trois reprises, des Anglais se tiennent pour informés de l’issue d’un combat grâce à l’interprétation qu’ils font des Livres de Merlin que leurs compatriotes aiment à posséder7 et utilisent couramment à cette époque8. De ces Livres, rien ne nous est dit qui permettrait de savoir s’il s’agit bien de l’opuscule de Geoffroy de Monmouth ou, pour le moins, de l’une de ses traductions-adaptations en français d’Angleterre, voire un autre texte mis au compte de l’ancien prophète des Bretons de l’île. Rien a fortiori ne permet de suggérer à quel passage précis des pronostications se rapportaient ces lecteurs intéressés à y découvrir le gage du devenir de leurs armes. Nul doute cependant que Merlin ne servit alors à conforter le moral d’au moins certains combattants d’outre-Manche englués dans l’interminable querelle bretonne : en cela il participe bien de la construction d’un imaginaire de guerre indépendant des considérations platement techniques de l’art militaire et qui ressort pleinement de l’histoire des mentalités.

4Lorsque la lande de la Mi-Voie devient le théâtre de l’affrontement, au pied de son chêne tutélaire, des deux équipes rivales de Bramborough et de Beaumanoir, le premier trouve dans les Livres de quoi fonder ses espoirs en cette journée du 26 mars 1351 : c’est du moins ce que le Poème consacré au combat des Trente nous proclame par la bouche de Croquart qui succède à son chef tué en pleine action :

  • 9 Brush Henry Raymond, « La Bataille de Trente Anglois et de Trente Bretons », Modern Philology, t. (...)

« Seigneurs, saichés de vroy, c’est fine vérités,/Failly nous a Brambroc qui cy nous a meinés ;/Tous les livres Merlin, que il a tant aymés,/Ne luy ont pas valu ung denier monnoyés ;/Il gist goule bayée, mort tout plat en ces prés9. »

5Effectivement, rapporte un peu avant notre source, le matin même Bramborough ne doutait pas de sa bonne fortune :

  • 10 Ibid., laisse XIX, vers 246-251, p. 97. L’annonce d’une victoire décisive en cette joute, prélude (...)

« Ensemble les ameine bellement par le pré/Et leur a dist à tous, c’est pure verité :/“J’ay fait lire mes livres. Merlin a destiné/Que nous aurons victoire sur Bretons au jour d’é ;/Et puis sera Bretaingne et France abandonné/Au bon roy Edouart, car je l’ay ordenné”10. »

6Le prophète a piteusement trahi les chimériques et démesurés espoirs placés dans ses mots.

7Une dizaine d’années plus tard, le châtelain anglais de Trogoff (en Plouégat-Moysan, Finistère) ne se fait, lui, aucune illusion à la lecture des mêmes Livres quant au destin de sa place assiégée par Bertrand du Guesclin.

  • 11 Les Livres de Merlin ornaient apparemment la bibliothèque castrale dès le temps de son légitime pr (...)
  • 12 Chronique anonyme de sire Bertrand du Guesclin, Buchon J.-A.-C. (éd.), Choix de chroniques et mémo (...)

« Au partir de Pestien [Pestivien, Côtes d’Armor], ala Bertrand assiegier le chastel de Turgof. Ce chastel tenoit ung escuyer anglois qui Thomelin avoit nom. Au tresor d’icelluy chastel estoyent de très long temps les livres des prophécies Merlin11, et souvent y faisoit lire icelluy Thomelin. Quand il se vit assiégié, si luy souvint que ès livres Merlin avoit leu : que à ce temps ystroit de la petite Bretaigne une aigle qui de la condicion d’un estornel [étourneau] seroit, et au temps qu’il regneroit seroit par toutes terres redoubté. – Bien puis dire, dit Thomelin, que Bertrand, qui l’aigle porte, est le droit estournel ; car tout ainsi comme, quand l’estournel qui devant tous ceux de sa volée s’assiet en ung champ, après lui les aultres se assient, et là où qu’il voyse ils vont, et aussi comme il descent en un colombier pour en faire vuidier les collons, et après luy viennent descendre tous les aultres estourneaulx ; ainsi est de Bertrand, qui de toutes gens est suy, ne devant forteresse ne peut arriver, que briefvement ne luy soit vuidée et descombrée de ses ennemis12. »

8En conséquence, la place capitule sans opposer d’inutile résistance.

9Enfin, la même Chronique anonyme de sire Bertrand impute aux propos sibyllins de Merlin la précaution que prend Jean de Montfort au matin d’Auray lorsqu’il fait paraître sur le front des troupes l’un de ses cousins revêtu de ses armes personnelles, les hermines pleines de Bretagne :

  • 13 Chronique anonyme…, op. cit., chap. XLI, p. 25.

« Et ce fit le conte, pour ce que ès propheties Merlin avoit trouvé que, entre deux seigneurs qui Bretaigne contendroient, seroit griefve bataille, en laquelle seroient les armes de Bretaigne desconfites13. »

  • 14 Faucon J.-C., La Chanson…, op. cit., laisse CCXLIII, vers 6788-6790, p. 137, et laisses CCXLVII à (...)
  • 15 Cassard J.-C, « Les hermines affrontées », dans Histoire et politique (Mélanges Edmond Monange), B (...)

10De fait, l’infortuné (et anonyme) leurre succombe en combat singulier, vaincu par le duc Charles en personne. Cuvelier mentionne bien l’épisode, en l’entourant même d’une pointe d’ironie mordante à l’encontre de Charles de Blois qui pense trop facilement avoir occis son adversaire en bataille singulière et s’étonne ensuite de le voir revivre14, mais le trouvère n’explicite pas les motivations merlinesques de cette ruse de guerre, classique au demeurant, qui conjure le mauvais sort pour le camp anglo-breton. Ici, en définitive, Merlin a eu raison puisque Charles, l’autre duc porteur des armes de Bretagne15, trouve la mort sur le champ de bataille.

11À titre de bilan d’étape arrêté au terme de la guerre de Succession, dégageons quelques traits saillants de ces recours allégués au prophète Merlin :

  • Leur faible nombre en réalité (trois), du moins à lire les chroniqueurs du temps16 ;
  • Leur réification sous la forme d’un livre consulté comme un simple répertoire des revers prévisibles ou des succès escomptés, interprété chaque fois par le lecteur, bien ou mal avisé, en l’absence de tout intermédiaire inspiré ;
  • Leur utilisation par le seul camp anglais (deux capitaines et le jeune Jean de Montfort, un prince éduqué outre-Manche par son tuteur le roi Édouard III), à l’exclusion du parti de Blois ou des Français présents en Bretagne ;
  • Leur inanité deux fois sur trois puisque la victoire annoncée se transforme en déroute, le siège en reddition, à la grande confusion des trop naïfs adhérents à cette lecture divinatoire qui y laissent soit la vie soit leurs biens ;
  • Leur report par des auteurs français pour lesquels ces déconvenues à répétition fournissent l’occasion de pointes satiriques contre leurs adversaires ou envers un personnage comme Charles, peu apprécié par Cuvelier17 ;
  • Enfin, la non interférence entre ce recours divinatoire aléatoire et la foi chrétienne, laquelle n’entre pas en jeu à ce niveau de la sphère laïque des pratiques combattantes.

Merlin l’apatride, passé au service de la France ?

  • 18 Vauchez André, « Jeanne d’Arc et le prophétisme féminin des xive et xve siècles », dans Les laïcs (...)
  • 19 Des prophéties reliant le salut de la France à l’apparition d’une Pucelle issue du Bois Chenu sont (...)
  • 20 Christine de Pisan, Ditié de Jehanne d’Arc, Kennedy A. et Varty K. (éd.), Oxford, 1977, p. 34, ver (...)
  • 21 Argument cité p. 297 de Vauchez A., « Les théologiens face aux prophéties à l’époque des papes d’A (...)
  • 22 Boudet J.-P., Le Recueil…, op. cit., p. 498-499, sixième âge V, n° 70 : « Thomelin de Turgof, Angl (...)
  • 23 Boudet J.-P., Le Recueil…, op. cit., p. 315-317, sixième âge I, n° 149 : « 474. Merlin, grant phil (...)

12Dans sa froideur énonciative, ce bilan doit bien sûr se voir nuancé en élargissant le champ de l’observation. Si le recours aux ouvrages de prophétie ne semble guère courant chez les gens d’armes pris dans les réalités contraignantes du terrain au xive siècle, il devient plus fréquent dans la littérature chevaleresque, et bientôt la France entière, de 1380 environ à 1435, se trouvera confrontée à une vague inédite de prophétisme populaire, dont Jeanne d’Arc représente le sommet18. Du souvenir de son épopée, Merlin n’est d’ailleurs pas absent19 : un auteur aussi autorisé que Christine de Pisan rappelle en 1429 dans son Ditié de Jehane d’Arc qu’avec la Sibylle et Bède le vénérable il prédit sa venue20, puis en 1456, lors de son procès en réhabilitation, entre autres arguments Jean Bréhal s’appuie dans sa Récapitulation sur quelques vers de Merlin, cautionnés par Sigebert de Gembloux et Vincent de Beauvais, afin de conforter l’authenticité de la mission prophétique de Jeanne21. À la fin du siècle encore, vers 1488, Simon de Phares l’accueille favorablement dans son panthéon des plus célèbres astrologues, seul prophète qualifié comme tel depuis la venue du Christ car son prestige, brutalement exhaussé par le sentiment national à travers les épisodes de Du Guesclin22 et, surtout, de Jeanne d’Arc, le dédouane de tout soupçon d’imposture inhérent au prophétisme mercantile, aux yeux de cet astrologue sourcilleux quant au crédit « scientifique » à appliquer à sa discipline23. Comme on le voit, la France officielle des savants proches de la monarchie ne dédaigne pas au xve siècle de se référer à l’occasion au plus illustre des vates bretons, authentifié par l’érudition médiévale comme par l’expérience pratique de ces décennies tragiques que le royaume vient de traverser.

13Mais cela ne se vérifie que durant la seconde phase de la guerre franco-anglaise, lorsque la figure de Merlin s’est assez imposée pour être utilisée à bon escient par les deux belligérants. Alors la récupération de l’apatride par le camp français semble acquise. Au début du conflit, la disproportion des propagandes apparaît au contraire très marquée, presque unilatérale.

  • 24 En conclusion du récit de la bataille navale de l’Écluse en 1340 : « Et bien le dist li rois Rober (...)
  • 25 Le roman de Perceforest est terminé à la cour de Guillaume de Hainaut à Valenciennes entre 1337 et (...)
  • 26 La dimension sexuelle de ce thème est évidente, qui aboutit à la castration de la victime.
  • 27 Beaune Colette, « Perceforêt et Merlin. Prophétie, littérature et rumeurs au début de la guerre de (...)

14Plus ou moins concertée, une puissante offensive prophétique anti-française, reprise par divers relais continentaux dont Froissart24, caractérise en effet la première moitié du xive siècle : à un Édouard III promis aux plus belles destinées, déjà unificateur des trois couronnes qui se partageaient l’île, refondateur de la Table ronde d’Arthur, s’opposent des lys en proie à la déchéance physique et morale, incapables d’imposer la paix et la prospérité dans leurs états. Le sanglier entrevu par Merlin dénonce désormais à mots couverts à travers la rumeur puis dans la littérature – telle celle du Roman de Perceforest25 – la perte programmée d’un nouveau roi méhaigné, blessé à la cuisse26 par la dent d’un porc énorme et merveilleux qui se vautrait dans la fange, frappé depuis de stérilité, d’incapacité… Les caprices du climat, les scandales domestiques de la maison capétienne, la succession rapide des « rois maudits » puis le trône mal assuré d’un Philippe VI s’acharnent à conforter l’audience continentale de la propagande anglaise sans que l’habituel messianisme royal français trouve encore matière à réplique efficace. Pointent ainsi la réalisation et la réformation du royaume bicéphale dans la personne d’Édouard III, héritier régulier des rois plantagenêts, mais aussi fils d’Isabelle de France, proche parent des empereurs, chevalier accompli… en bref, un Édouard transmué en nouvel Arthur, fin prêt pour accomplir le cycle de Merlin27.

  • 28 Cette veine mordante se poursuivra avec le poète de cour Eustache Deschamps dont le titre de certa (...)

15Dans ce contexte calamiteux, les trois allusions aux Livres de Merlin que nous avons repérées sur le théâtre breton représentent, me semble-t-il, comme un premier essai de tir de barrage, improvisé, encore en phase de réglage. Plutôt que de répondre par un argumentaire du même acabit, les auteurs pro-français – témoins et chantres soit d’un succès d’estime de leurs armes, soit d’un redressement indiscutable avec Bertrand – se contentent d’abord, pour le combat des Trente, de souligner sur un mode ironique l’inanité de la croyance anglaise, renvoyant le vaincu à sa mauvaise lecture fatale28. Dans un second temps, toujours dans l’urgence, mais une urgence détendue grâce à la geste du connétable, avec Cuvelier et l’anonyme de la Chronique de sire Bertrand du Guesclin, Merlin est déjà en passe d’intégrer l’imaginaire de guerre recevable par un public français : son irruption sur la scène d’Auray, si elle ne bouleverse pas l’ordre de l’histoire puisque l’issue de la bataille est connue de tous, le suspend un temps lorsque Charles se croit débarrassé de son rival… Une génération plus tard enfin, autour de Jeanne d’Arc, le prophète s’est assez imposé pour que les dernières préventions tombent et qu’il cautionne à son rang, modeste, l’épopée de la Pucelle.

  • 29 Chauou Amaury, L’idéologie Plantagenêt. Royauté arthurienne et monarchie politique dans l’espace p (...)
  • 30 Cassard J.-C, « Arthur n’est pas mort  ! Jalons pour une enquête sur le messianisme royal au Moyen (...)
  • 31 Comme le suggère Loth Joseph, « À propos du roi Arthur », Annales de Bretagne, t. IX, 1894, p. 632 (...)
  • 32 Archives historiques du Poitou, t. XVII, p. 84-86.
  • 33 À moins qu’elle n’ait été figée dans l’onomastique la plus banale : le nom de famille Marzin figur (...)

16Merlin n’a donc pas déserté complètement le royaume continental, et il y annonce au besoin le redressement des armes du roi ou du dauphin : son intrusion active en Bretagne, par contre, paraît bien avoir été le fait de l’étranger, de cet Anglais qui mieux que le peuple breton, pour d’évidentes raisons de captation d’héritage monarchique avérées depuis le xiie siècle des Plantagenêts, avait su honorer et faire prospérer la figure mythique d’un roi Arthur annonciateur de la grandeur renouvelée des souverains britanniques, tandis que figurait dans sa traîne le vaticinateur des sombres forêts calédoniennes29. Cette époque voit en corollaire l’effondrement de l’ultime sursaut de l’espérance bretonne avec le meurtre cruel d’Arthur de Bretagne, perpétré, selon de fortes vraisemblances, de la main même de son oncle Jean sans Terre à Rouen en 120330 : depuis lors les Armoricains guettent en vain le retour d’Arthur à leur tête, et chez leurs voisins cette attente, vite résignée, d’un improbable sauveur sonne si faux, passe pour un songe si creux qu’elle pourrait se rendre par notre moderne « attendre aux calendes grecques31 ». Il se pourrait même que le nom d’Arthur ait fini par devenir un sobriquet couvrant de son opprobre les malheureux péninsulaires contraints par la pauvreté à l’exil à travers les provinces de France : en octobre 1351 le roi gracie un certain Jean le Breton, de Lussac en Poitou, qui avait tué par accident Adam Morin lors d’un exercice de tir à l’arc. Jean était surnommé dans son entourage Arturus et qualifié de « pauper et miserabilis persona32 ». Un Breton, un Arthur, un bon à rien ! En comparaison de son roi, la figure de Merlin n’a sans doute pas eu à subir semblable déchéance faute d’une popularité aussi bien ancrée en Armorique33.

  • 34 L’examen linguistique des quelques gloses brittoniques contenues dans le manuscrit de la Prophetia (...)
  • 35 Fleuriot L., « La littérature prophétique », dans Balcou Jean et Le Gallo Yves (dir.), Histoire li (...)
  • 36 Walter Philippe (dir.), Le devin maudit : Merlin, Lailoken, Suibhne. Textes et études, Grenoble, 1 (...)
  • 37 Largilliere René (†) avec des notes d’ernault Émile, « Le Dialogue entre Arthur et Guinglaff », An (...)
  • 38 La première attestation certaine de Merlin dans la littérature armoricaine se repère dans un texte (...)
  • 39 Laurent Donatien, « La gwerz de Skolan et la légende de Merlin », Ethnologie française, t. I, fasc (...)

17Pourtant dans ses origines insignes Merlin – ou plus exactement Myrddin pour encore – était bon Breton, au service du plus grand roi de leurs légendes. Son autochtonie approximative ne souffre guère discussion34 et s’inscrit bien dans le goût qu’avaient les anciens Bretons pour les textes prophétiques et divinatoires35. Quel qu’ait été le mécanisme aboutissant à la concrétion dans sa figure emblématique de leur commune propension à se tourner vers des hérauts d’exception seuls susceptibles de révéler un avenir meilleur à un peuple en proie à des difficultés de toutes sortes, les Bretons n’ont pas manqué de prototypes à proposer aux clercs médiévaux afin d’asseoir leur Merlin dans ses diversités de rôles et de postures36. Mais cet initial Merlin brittonique était-il d’Armorique ? Si l’on reprend les plus anciens témoins, Geoffroy de Monmouth et Jean de Cornouailles, force est de reconnaître que la Bretagne continentale figure bien peu dans le galimatias que ces auteurs imputent au prophète inspiré. Une identique constatation s’impose quant aux lambeaux de la littérature perdue des Armoricains : à tout prendre, la figure de Guinglaff s’y révèle plus authentique37, plus vivante aussi que celle de Merlin38 dans son rôle d’homme sauvage lesté du don de double vue39… En fait, le devin acquiert ici un zeste de respectabilité tardive grâce à l’ombre portée de l’écrit et par en haut.

Merlin retourné Breton pour de bon ?

  • 40 La Borderie Arthur DE, Chronique de Bretagne de Jean de Saint-Paul, chambellan du duc François II, (...)

18En composant les fragments aujourd’hui conservés de sa Chronique sous le règne du duc François II, Jean de Saint-Paul reprend à sa manière l’essentiel du Poème des Trente avec l’inefficace annonce merlinesque telle qu’interprétée par le capitaine anglais40, puis il attribue explicitement aux sortz Merlin la sage précaution prise au début de la bataille d’Auray par un Montfort inquiet de certaine pronostication :

  • 41 Ibid., p. 19.

« Le conte feist vestir sa tunicque, couverte d’armes de Bretaigne, à ung chevallier qui son cousin estoict, pour ce que ès sortz Merlin avoict trouvé que entre deux seigneurs qui Bretaigne contendroient seroit greue la bataille, [en] laquelle seroient les armes de Bretaigne desconfites41. »

  • 42 Cassard J.-C, « Les chroniqueurs et historiens bretons face à la guerre de Succession », dans Tonn (...)

19Concernant la grande guerre nobiliaire du xive siècle, ces rappels par Jean de Saint-Paul de conduites passées quelque peu surannées n’auront pas de suite puisque les historiographes ultérieurs ne s’étendent guère sur un conflit douloureux entre tous, qui vient contredire leurs appels lancinants à l’unité des Bretons derrière leur duc42… Merlin sort avec eux de l’actualité brûlante et va de plus en plus se figer en une simple icône de papier lettré, héritée de Geoffroy de Monmouth. Il n’en était pourtant pas toujours allé de même dans les décennies précédentes.

  • 43 Le Duc Gwénaël et Sterckx Claude, Chronicon Briocense/Chronique de Saint-Brieuc, t. I (seul paru), (...)
  • 44 Ibid., chap. XXXV, p. 98.
  • 45 Ibid., chap. XXXVI à XXXVIII, p. 100-102, et XLI, p. 104.
  • 46 Ibid., chap. XXXIX et XL, p. 102.
  • 47 Ibid., chap. XLV, p. 118-120.

20À la jointure des xive et xve siècles, l’anonyme de la Chronique de Saint-Brieuc43 témoigne avoir lu et compilé les auteurs anglais qui s’étaient efforcés de décrypter l’histoire politique de leur île à travers les vers mystérieux attribués au prophète. Depuis l’annonce de la conquête de Guillaume le Bâtard, fils d’une Armoricaine rencontrée à Rouen par son père et restituteur partiel de l’île à ses anciens maîtres44, tout y passe dans un registre fort sombre : la dispute mortelle des deux fils du Conquérant, l’assassinat de saint Thomas Beckett, les querelles entre les « lionceaux » issus d’Henri II, la servitude des Anglais après que Jean sans Terre en vint à vassaliser son royaume auprès du Saint-Siège45… L’histoire armoricaine n’y trouve point son compte sauf à la marge avec l’annonce par Merlin du destin tragique d’Arthur de Bretagne, fils de Geoffroy Plantagenêt et de Constance, voué à une mort atroce par son oncle46. La dominante est très anti-anglaise sur le fond comme dans la forme, l’anonyme dénonçant avec violence les tentatives de falsification commises par des interprètes à la solde de la nation exécrée47. Cette virulence est à replacer dans le contexte particulier d’un duché qui peine vers 1400 à affirmer son identité propre entre les deux royaumes et où les combattants d’outre-Manche n’ont pas laissé que de bons souvenirs en dépit du soutien décisif qu’ils apportèrent à Jean IV en ses débuts : la personnalité nationale bretonne se construit d’abord contre les « Saxons, païens et traîtres, qu’on appelle maintenant Anglais », usurpateurs de l’île, et leurs descendants en un temps où la menace française n’apparaît guère crédible.

  • 48 Ibid., chap. XLIV, p. 108-118.
  • 49 Ibid., p. 108 : « Intellexi enim a quibusdam fide dignis qui aliquando habitabant inter Anglos » e (...)
  • 50 bid., chap. XLVI, p. 120, et XCIX-C, p. 214-216.
  • 51 La même argumentation anti-anglaise se retrouve d’ailleurs à la même époque et sur le même ton dan (...)
  • 52 La revendication de l’Honneur de Richmond, un important ensemble de seigneuries et de terres déten (...)

21Dans un interminable chapitre qui se veut d’éclaircissement48, l’anonyme ferraille bec et ongles contre la prétention anglaise à incarner la Bretagne authentique. Il réfute cette usurpation d’identité en s’appuyant sur les faits avérés de l’histoire déduits du meilleur texte disponible des Prophéties, qu’il s’est procuré auprès d’un seigneur breton ayant longtemps séjourné en Angleterre49. En dépit, sur la fin, de quelques protestations de prudence sur ces paroles obscures, son sentiment profond reste que l’espoir breton viendra à s’accomplir en son temps conformément aux dires de Merlin : alors les « étrangers » seront chassés de l’île par ses authentiques « citoyens », Cornouaillais, Gallois, Écossais d’Albanie et Bretons d’Armorique50. Contre le peuple félon promis à la déchéance terminale, le vocabulaire de l’anonyme exprime une xénophobie abrupte tant la race saxonne, assoiffée de sang humain, inique, lui paraît attentatoire à la grandeur passée de la Bretagne51, mais l’heure d’une juste revanche sonnera au moment assigné par Dieu et entrevu par Merlin ! Ce discours extrême, qui introduit un prophète partisan et jusqu’au-boutiste dans le débat national sous le règne de Charles VI, débouche à l’évidence sur une double impasse – l’une pratique au vu des rapports de force réels sur le terrain à cette époque, l’autre stratégique puisque le duché des Montforts sous Jean V et ses successeurs se garde bien de provoquer gratuitement son puissant voisin insulaire, encore plus de revendiquer un hypothétique héritage ancestral fondé sur l’antériorité des droits historiques sur l’autre rive de la Manche52

22Pour les folles rêveries irrédentistes qu’elles alimentent autour de 1394 dans la Chronique de Saint-Brieuc, les Prophéties de Merlin pourraient vite se révéler dangereuses et contre-productives : tout déchiffrement de ces textes obscurs poursuivi jusqu’à l’absurde se trouve donc banni au temps des Montforts. Autant dire qu’il ne demeure plus dès lors de Merlin qu’un lynx de papier, aseptisé, démonétisé, tiré tout embaumé de vieux grimoires hors d’âge, que les historiographes ducaux citent par acquis de conscience érudite sans plus lui accorder aucune prise sur leur monde.

23Dans son récit de la guerre de Succession, Pierre Le Baud, l’aumônier de la reine Anne, ne brille certes pas par son originalité. Des épisodes merlinesques mentionnés par des sources mieux contemporaines des faits, il ne garde que les tribulations du capitaine anglais lors du combat des Trente :

  • 53 Le Baud Pierre, Le libvre des croniques des roys, ducs et princes royaulx de Bretaigne armoricane (...)

« Car le dist sire de Beaumanoir admonestoit les siens qu’ilz eussent fiance en Dieu souverainnement et que pour saulver leurs vies, l’honneur de leurs lignaiges et de leur nation, ilz combateissent fermement. Et messire Richard d’aultre part encourageoit les Angloys, disant qu’il avoit fait lire les prophecies de Merlin, esquelles il trouvoit qu’ilz auroient celuy jour victoire des Bretons ». Aussi « Quant les Angloys paerceurent la mort de leur chieff, ilz furent moult espoventez et leur dist Croquart, ung Allemant, qu’ilz ne s’actendeissent plus aux prophecies Merlin53. »

  • 54 Ibid., chap. 51, f° 346 : « Et lors fut acomplie la divination de Merlin, lequel ainsi que les Ang (...)

24Ni la prise du château de Trogoff, ni l’annonce du trépas réversible d’un duc de Bretagne affronté à son double ne figurent en leurs lieux et places. Les Prophécies de Merlin reparaissent encore en 1505 sous la plume de Le Baud dans un contexte lié à la guerre de Cent Ans mais au xve siècle cette fois, en deux occurrences situées toutes deux hors de Bretagne, d’abord la prise d’Arthur de Richemont à Azincourt, puis la reddition de Cherbourg dans les mains du même Richemont54. Toujours donc au plus grand désavantage des Anglais ou à leur plus grande crainte car le roi

  • 55 Ibid., chap. 47, f° 303 v°.

« […] avoit ja oye la rumeur de luy et creoit, aussi font tous les Angloys, les prophecies de Merlin qui dient ainsi qu’ilz trouvent en leurs escriptz que ung prince nommé Artur, né de la Bretaigne armoricane, portant ung sangler sur son enseigne si comme faisoit ledit conte de Richemont, doibt conquerir Angleterre et apres ce qu’il en aura débouté la généracion des Angloys, il la repeuplera du lignaige breton55 ».

  • 56 Ce texte attend encore son éditeur. Il est conservé aux Arch. dép. Ille-et-Vilaine dans le fonds L (...)

25De l’itinéraire terrestre du prophète, Le Baud se borne à présenter un très bref résumé puisé aux sources classiques de l’érudition médiévale : Geoffroy de Monmouth bien sûr, mais aussi Vincent de Beauvais, auxquels vient s’adjoindre, à titre de confirmation provinciale, le Livre des faits d’Arthur56. Merlin donc, « que une monialle fille au roy de dénicie avoit conçu d’un incube », annonça au roi Voltiger

  • 57 Ibid., chap. 7, f° 42 v°.

« […] la victoire des angloys et l’extermination des bretons, la venue saint Sanson septiesme evesque en Bretaigne armoricane, et que Aurelie et Uter arriveroient le lendemain au port de Totonesie, qui le brulleroient en sa tour et subiugueroient la gent englesche puis seroient l’un après l’autre coronnez roys de l’isle, mais ilz finiroient par venin. Il dit aussi que Artur qu’il appelloit sangler leur succederoit57 ».

  • 58 Ibid., chap. 9, f° 51 v° : « en quoy fut accompli ce que Merlin avoit prophecié, que le pasteur d’ (...)

26Ces prédictions se réalisent tour à tour dans les chapitres dévolus au haut Moyen Âge fabuleux, sans toutefois que Merlin soit appelé à excéder trop son rôle en appliquant par la suite aux rois plantagenêts l’étendue de son savoir58.

27L’interprétation conjoncturelle de ses obscures prophéties n’intéresse pas en tant que telle un Pierre Le Baud qui entend seulement, en les mentionnant au passage, prouver par là le sérieux de sa démarche de compilateur. De façon plus originale, il arrime Merlin au camp de l’Église en faisant de lui une sorte de prophète autorisé par Dieu :

  • 59 Ibid., chap. 7, f° 43.

« Et de ce parle Vincent ou trantiesme chappitre du vingt unziesme livre, où il dit que merlin prophecia cestes choses et moult d’autres qui à paine peuvent estre entendues jusques à ce que elles commencent à apparoir car l’esperit de dieu parle et dist ses misteres par qui Il luy plaist et si comme par Sibile, Balaam et autres59. »

28Transmué ainsi en une référence autorisée du Seigneur, le prophète des anciens Bretons intègre le monde de silence des bibliothèques, définitivement relégué hors du temps incertain de l’actualité historique dont Dieu seul demeure maître à jamais.

  • 60 Auger Marie-Louise et Jeanneau Gustave, Alain Bouchart. Grandes Croniques de Bretaigne, t. I, Pari (...)
  • 61 Ibid., livre II, chap. XLVIII, p. 238-239, LIII-2, p. 241, LVI-2 et LVII-2, p. 243-244.
  • 62 Ibid., livre II, chap. CI-2, p. 276.
  • 63 Une seule exception, presque par inadvertance, au livre III, chap. 114-3, p. 457 : sous l’an 1227 (...)

29Avec Alain Bouchart, la figure de Merlin recule encore d’un cran en 1514. L’auteur des Grandes Croniques de Bretaigne reprend bien quelques éléments de la vie de cet enfant sans père qui annonce au roi Vortigervus sa fin prochaine et lui révèle l’existence de deux dragons, un rouge et un noir, endormis sous les instables fondations lacustres de la tour de son château60, puis Bouchart le mêle à l’aventure du roi Aurelius Ambro­sius et de son frère Uter61, le père du futur Arthur dont « en ensuivant les vaticines de Merlin, aucuns veullent dire que on ne sçait à certain s’il est vif ou mort62 ». Mais, devoir minimal accompli, il n’en est ensuite plus question dans sa longue compilation63 : Merlin délaisse ainsi sous la plume de Bouchart le champ de l’histoire bretonne insulaire, ignore l’Armorique, ne sert même pas à l’habituelle polémique anti-anglaise.

  • 64 Ibid., livre II, chap. XL, p. 231 (« Et ce que j’en ay cy devant escript, je l’ay trouvé es histoi (...)

30En fait le serviteur de la reine Anne ne semble pas avoir eu un accès direct au texte de Geoffroy de Monmouth, dont il s’inspire par l’entremise des encyclopédistes continentaux, Sigebert de Gembloux et, surtout, Vincent de Beauvais64. Plus inquiétant encore pour la bonne santé du mythe savant, Bouchart avoue sa fatigue devant toutes ces fables qu’il résume seulement par devoir :

  • 65 Ibid., livre II, chap. XL-2, p. 213.

« Merlin en cest endroit philosopha toute sa prophecie qui est chose tressinguliere à oyr. Mais pource que la matière est ung peu loing du propos que j’ay entreprins traicter et que, si je recitoie le surplus de la prophecie de Merlin, ce pourroit, espoir, estre ennuy et attediacion aux lecteurs et aux auditeurs, à ceste cause j’ay reprins l’histoire en l’endroit où je l’ay laissee, sans plus avant faire mencion des prophecies de Merlin65. »

  • 66 L’enquête pourrait peut-être se poursuivre à l’intérieur du corps social de la noblesse car, en Bo (...)
  • 67 Gregoire L., « Le testament de Monseigneur des Barres et la Prinse de Fougieres et la Prophecie de (...)

31Comment mieux exprimer la prise de recul d’un contemporain des premiers temps de l’humanisme français face à ce faisceau d’allégations surgies d’un passé douteux qui révulse l’historien sérieux ? D’ailleurs, juste avant lui, la vie de cour comme ses jeux d’apparat l’ignorent sous François II, comme si Merlin le prophète n’avait pas sa place dans l’imaginaire mondain66 déployé par le dernier des Montforts à travers ses fastes et ses frasques. L’illustre vaticinateur ne s’affirme pas plus de retour dans les diverses prophéties politiques qui annoncent aux Bretons le triomphe du roi à l’approche de la guerre française67, indice que le peuple ne se l’était pas mieux approprié.

  • 68 Calvez Marcel, « L’invention du Val Sans Retour. Genèse d’un paysage », dans Du folklore à l’ethno (...)

32Les références actuelles aux hôtes mystérieux de la forêt de Brocéliande n’ont ainsi, à mon sens, aucune valeur d’enracinement temporel puisque ce sont de simples avatars d’une plantation mythico-littéraire hasardée depuis la redécouverte de la littérature médiévale au xixe siècle68 suscitée par le romantisme, entretenue par un régionalisme en quête de faux exotisme à domicile. Le tourisme prit ensuite le relais pour cultiver l’idée reçue et faire prospérer le cliché dans la civilisation des loisirs. Mais l’arbre d’or ne doit pas cacher la lande rase : Merlin le prophète ne le fut point vraiment en Bretagne armorique. De fait, il n’a abordé cette terre que dans les fontes des chevaliers anglais qui s’y battaient pour la cause du jeune Montfort ; son acclimatation y demeura précaire, tel un greffon desséché brutalement transplanté d’un savoir livresque presque autre car, malgré les apparences premières, tout ce qui est breton n’est pas forcément d’ici. Éternelle culture d’une ambiguïté entre toutes les Bretagnes possibles !

Notes

1 Sur les antécédents mythiques et la postérité littéraire du Prophète des Bretons, voir en dernier lieu Walter Philippe, Merlin ou le savoir du monde, Paris, 2000, et l’étude classique de Zumthor Paul, Merlin le prophète. Un thème de la littérature polémique, de l’historiographie et des romans, Genève, 1943. Jarman A. O. H., « The Merlin Legend and the Welsh Tradition of Prophecy », dans Bromwich Rachel, Jarman A. O. H. et Roberts Brynley F. (éd.), Arthur of the Welsh. The Arthurian Legend in Medieval Welsh Literature, Cardiff, 1991, p. 117-145.

2 Notamment Mentalités médiévales II. Représentations collectives du xie au xve siècle, Paris, 2001.

3 Cassard Jean-Christophe, « Propagande partisane et miracles engagés dans la guerre de Succession de Bretagne », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 102/2, 1995, p. 7-24.

4 Épisode rapporté par Gilles Berrichier, un témoin à son procès de canonisation, et traduit dans Cassard J.-C,

L’Hermine ensanglantée, Skol Vreizh n° 47, Morlaix, 2000, p. 73.

5 Faucon Jean-Claude, La Chanson de Bertrand du Guesclin de Cuvelier, Toulouse, t. I, 1990, laisse CCXXXIII, vers 6492-6517, p. 132.

6 Boudet Jean-Patrice, Le Recueil des plus celebres astrologues de Simon de Phares, t. I, édition critique, Paris, 1997, sixième âge V, n° 86, p. 509-510 : « Maistre Michel de Saint Mesmyn, cirurgien moult estymé a Montpelier, vint au service de messire Charles de Blois et, comme prevoïant des choses advenir, desconseilla a son maistre de non soy combattre contre messire Jehan de Montfort, dont il ne fut pas creu. Pour ce, le jour saint Michel il se combatit et, pour ce, fut desconffit, lui et ses gens, devant le chastel d’Aulroy a IIII lieues de Vennes […] » (le personnage de Michel de Saint-Mesmin n’apparaît pas dans les actes de l’enquête de canonisation, Angers 1371, où le médecin attitré du duc est Georges de Lesnen, chanoine de Nantes).

7 Dans l’inventaire dressé en 1388 des biens de sir Simon Burley, chevalier de la maison de Richard II et un temps son gouverneur, figurent entre autres 9 livres en français, dont le Roman de Brut de maître Robert Wace et les Prophéties de Merlin : Fowler Kenneth, Le siècle des Plantagenêt et des Valois, la lutte pour la suprématie, 1328-1498, Paris, 1968, p. 193. Sur la popularité du Brut : Taylor John, « The French prose Brut : popular history in fourteenth-century England », Ormrodw. M. (dir.), England in the fourteenth century, Oxford, 1985, p. 247-254.

8 Sur le Merlin des Anglais mobilisé au service des ambitions de leurs rois, Zumthor P., Merlin…, op. cit., p. 66-73. Cet auteur cite aussi page 84 la remarque de Froissart au départ du Prince de Galles pour l’Aquitaine : « Il y a en ce pays ung livre qui s’appelle Brust et dient mout de gens que ce sont des sors Merlin ; mais selon le contenu de celluy livre le royaulme et la couronne d’Angleterre ne retournera pas au prince de Galles… Ces parolles vindrent de mon temps à effet. »

9 Brush Henry Raymond, « La Bataille de Trente Anglois et de Trente Bretons », Modern Philology, t. X, 1912-1913, p. 82-136, citation extraite du manuscrit Didot du Poème, laisse XXX, vers 392-396, p. 107 (le manuscrit Bigot, laisse XXX, vers 367-371, page précédente, ne présente que de très légères variantes orthographiques).

10 Ibid., laisse XIX, vers 246-251, p. 97. L’annonce d’une victoire décisive en cette joute, prélude à la prise de Paris par le roi anglais, se poursuit sur le même ton à la laisse suivante.

11 Les Livres de Merlin ornaient apparemment la bibliothèque castrale dès le temps de son légitime propriétaire breton, mais rien ne suggère qu’alors pour encore Merlin ait tenu dans l’esprit de son hôte un quelconque rôle actif par l’annonce des événements à venir. Il s’agit d’une simple curiosité, partagée par la culture nobiliaire universelle puisque plus de 200 exemplaires de l’Historia Regum Brittaniae de Geoffroy de Monmouth sont recensés : Guenée Bernard, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, 1980, p. 250.

12 Chronique anonyme de sire Bertrand du Guesclin, Buchon J.-A.-C. (éd.), Choix de chroniques et mémoires sur l’histoire de France, Paris, 1838, chap. XXIII, p. 15-16.

13 Chronique anonyme…, op. cit., chap. XLI, p. 25.

14 Faucon J.-C., La Chanson…, op. cit., laisse CCXLIII, vers 6788-6790, p. 137, et laisses CCXLVII à CCXLIX, p. 140-141.

15 Cassard J.-C, « Les hermines affrontées », dans Histoire et politique (Mélanges Edmond Monange), Brest, 1994, p. 11-21.

16 Merlin paraît explicitement deux fois seulement chez Cuvelier : en Castille, dans la bouche de Henri de Trastamare (ibid., laisse CCLXXIV, vers 7680-7684, p. 155) et dans celle du roi de Portugal, dans une apostrophe anti-anglaise (ibid., laisse CCCLXXXI, vers 11072, p. 220).

17 Ibid., laisse CCLV, p. 145 et laisse CCLXII, p. 148-149.

18 Vauchez André, « Jeanne d’Arc et le prophétisme féminin des xive et xve siècles », dans Les laïcs au Moyen Âge. Pratiques et expériences religieuses, Paris, 1987, p. 277-286 ; Fraioli D., « The litterary image of Joan of Arc : prior influences », Speculum, t. 56, 1981, p. 811-830 (surtout p. 818-819) ; Bouzy Olivier, « Prédiction ou récupération, les prophéties autour de Jeanne d’Arc dans les premiers mois de l’année 1429 », Bulletin de l’Association des amis du Centre Jeanne-d’Arc, n° 14, 1990, p. 39-47.

19 Des prophéties reliant le salut de la France à l’apparition d’une Pucelle issue du Bois Chenu sont connues de Jeanne (Les procès de Jeanne d’Arc, présentés par Duby Georges et Andrée, Paris, 1973, p. 42) ou de certains de ses proches interrogés en 1456 lors de l’enquête en réhabilitation (ibid., p. 194-195 et 227-228), mais le nom de Merlin n’est pas prononcé en ces occasions, quoique la manière merlinesque de ces dires soit évidente.

20 Christine de Pisan, Ditié de Jehanne d’Arc, Kennedy A. et Varty K. (éd.), Oxford, 1977, p. 34, vers 241-248 : « Car Merlin et Sebile et Bede, /Plus de Vc ans la virent /En esperit, et pour remede /En France en leurs escriptz la mirent, /Et leur(s) prophecies en firent, /Disans qu’el pourteroit baniere /Es guerres françoises, et dirent /De son fait toute la maniere. »

21 Argument cité p. 297 de Vauchez A., « Les théologiens face aux prophéties à l’époque des papes d’Avignon et du grand schisme », dans Les textes prophétiques et la prophétie en Occident (Xiie-xvie siècle), Rome, 1990, p. 287-298.

22 Boudet J.-P., Le Recueil…, op. cit., p. 498-499, sixième âge V, n° 70 : « Thomelin de Turgof, Anglois, capitaine en Bretagne, homme bien erudicq en plusieurs sciences, congnut par ladite science l’eslevacion de messire Bertrand Du Guesclin et que c’estoit celui duquel les livres de Merlin faisoient mencion, qui devoit apparoir en ce temps, qui portoit l’aigle a deux testes. A ceste cause ne tint gueres contre lui ains lui ceda la place de Turgof, disant qu’il estoit de la condicion a l’estournel, c’est que la ou il se asserroit, les autres tous se asserroient et faisoit tout vuider. » Autre prophétie d’ambiance merlinesque mais située en Castille en 1367 : sixième âge V, n° 84, p. 508-509.

23 Boudet J.-P., Le Recueil…, op. cit., p. 315-317, sixième âge I, n° 149 : « 474. Merlin, grant philozophe et astrologien et prophete fut en ce temps. Cestui dist plusieurs choses, qui encores cothidiennement adviennent. Par cestui fut introduit, comme aucuns dient, le tres bon et vaillant roy Artus de la Grant Bretaigne et monstre bien qu’il sçavoit de la science des estoilles, ou il dit, en la fin d’une sienne prophecie aprés qu’il a parlé de la Pucelle qui chassa les Anglois de France, l’an Mil IIIIc XXIX : […] quoy qu’il en soit, sa prophecie bien specullee, il fut de merveilleuse speculation es corps celestes. »

24 En conclusion du récit de la bataille navale de l’Écluse en 1340 : « Et bien le dist li rois Robers de Cecille, de Naples et de Jherusalem, que li senglers de Windesore ficeroit encores ses dens moult parfont ens es portes de Paris ; et chils Edouwars est le senglers de Windesore, ensi que dient les prophesies de Merlin selonch le livre de Bructus » (livre I, chap. CXIII, Diller George [éd.], Chroniques, Genève/Paris, 1972, p. 410).

25 Le roman de Perceforest est terminé à la cour de Guillaume de Hainaut à Valenciennes entre 1337 et 1344.

26 La dimension sexuelle de ce thème est évidente, qui aboutit à la castration de la victime.

27 Beaune Colette, « Perceforêt et Merlin. Prophétie, littérature et rumeurs au début de la guerre de Cent Ans », dans Fin du monde et signes des temps – visionnaires et prophètes en France méridionale (fin xiiie-début xve siècle), Cahiers de Fanjeaux n° 27, 1992, p. 237-255.

28 Cette veine mordante se poursuivra avec le poète de cour Eustache Deschamps dont le titre de certaines Ballades (citées par Zumthor P., Merlin…, op. cit., p. 68-69) ne laisse planer aucun doute sur les sentiments : Ballade contre l’Angleterre, Il est temps de faire paix, De la prophecie Merlin sur la destruction d’Angleterre qui doit brief advenir

29 Chauou Amaury, L’idéologie Plantagenêt. Royauté arthurienne et monarchie politique dans l’espace plantagenêt (xiie-xiiie siècles), Rennes, 2001.

30 Cassard J.-C, « Arthur n’est pas mort  ! Jalons pour une enquête sur le messianisme royal au Moyen Âge », Cahiers de Civilisation médiévale, t. XXXII/2, 1989, p. 135-146.

31 Comme le suggère Loth Joseph, « À propos du roi Arthur », Annales de Bretagne, t. IX, 1894, p. 632-633.

32 Archives historiques du Poitou, t. XVII, p. 84-86.

33 À moins qu’elle n’ait été figée dans l’onomastique la plus banale : le nom de famille Marzin figure parmi les plus répandus en Basse Bretagne.

34 L’examen linguistique des quelques gloses brittoniques contenues dans le manuscrit de la Prophetia Merlini de Jean de Cornwall montre qu’il a utilisé un manuscrit rédigé dans une langue antérieure à la différenciation entre breton et cornique, porteur d’un texte présentant des parallélismes avec le modèle probable de Geoffroy de Monmouth mais distinct de lui : Fleuriot Léon, « Les fragments du texte brittonique de la Prophetia Merlini », Études celtiques, t. XIV, 1974, p. 43-56.

35 Fleuriot L., « La littérature prophétique », dans Balcou Jean et Le Gallo Yves (dir.), Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne, Genève, 1987, t. I, p. 153-160. Un florilège de cette production figure dans Fleuriot L., Lozac’hmeur Jean-Claude et PRAT Louis, Récits et poèmes celtiques. Domaine brittonique VIe-XVe siècles, Paris, 1981, p. 73-79.

36 Walter Philippe (dir.), Le devin maudit : Merlin, Lailoken, Suibhne. Textes et études, Grenoble, 1999.

37 Largilliere René (†) avec des notes d’ernault Émile, « Le Dialogue entre Arthur et Guinglaff », Annales de Bretagne, t. XXXVIII/4, 1929, p. 627-674 ; Le Menn Gwennolé, « Du nouveau sur les prophéties de Gwenc’hlan : du texte moyen breton (XVe siècle) aux traditions populaires modernes », Bulletin de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, t. CXI, 1982, p. 45-71 ; Piriou Jean-Pierre, « Un texte arthurien en moyen breton : le Dialogue entre Arthur roi des Bretons et Guynglaff », Actes du 14e Congrès international arthurien, Rennes, 1984, p. 472-499.

38 La première attestation certaine de Merlin dans la littérature armoricaine se repère dans un texte théâtral assez tardif : Le Berre Yves, Tanguy Bernard et Castel Yves-Pascal, Buez santez Nonn/Mystère breton. Vie de sainte Nonne, Brest, 1999, vers 546-563, p. 139.

39 Laurent Donatien, « La gwerz de Skolan et la légende de Merlin », Ethnologie française, t. I, fasc. 3-4, 1971, p. 19-54, spécialement p. 38-40.

40 La Borderie Arthur DE, Chronique de Bretagne de Jean de Saint-Paul, chambellan du duc François II, Nantes, 1881, chap. 1, p. 6 : Bembro « leur dist à toutz auoir faict lire les liures et profeties Merlin, qui luy déclaroint qu’ilz auroint victoire sur les Bretons », et p. 8 : « Lorsque les Anglois virent que Bembro leur chef estoict mort, Cruchart, ung des Allemans, leur dist que les profeties Merlin, que tant il auoit amées, ne luy auoinct gueres valeu, et qu’il nestoit que de se tenir ensemble et de se deffendre à leur pouoir. »

41 Ibid., p. 19.

42 Cassard J.-C, « Les chroniqueurs et historiens bretons face à la guerre de Succession », dans Tonnerre Noël-Yves, Chroniqueurs et historiens de la Bretagne du Moyen Âge au milieu du XXe siècle, Rennes, 2001, p. 57-75.

43 Le Duc Gwénaël et Sterckx Claude, Chronicon Briocense/Chronique de Saint-Brieuc, t. I (seul paru), Rennes, 1972.

44 Ibid., chap. XXXV, p. 98.

45 Ibid., chap. XXXVI à XXXVIII, p. 100-102, et XLI, p. 104.

46 Ibid., chap. XXXIX et XL, p. 102.

47 Ibid., chap. XLV, p. 118-120.

48 Ibid., chap. XLIV, p. 108-118.

49 Ibid., p. 108 : « Intellexi enim a quibusdam fide dignis qui aliquando habitabant inter Anglos » et p. 116 : « Ego enim aliquando eram in societate cuiusdam domini, uiri fide digni, de Anglia […] Crotenus sciebat et referebat litteraliter… »

50 bid., chap. XLVI, p. 120, et XCIX-C, p. 214-216.

51 La même argumentation anti-anglaise se retrouve d’ailleurs à la même époque et sur le même ton dans des textes français comme celui, datable des environs de 1419, cité p. 195-196 de Bossuat André, « Les origines troyennes : leur rôle dans la littérature historique au xve siècle », Annales de Normandie, 1958, p. 187-197.

52 La revendication de l’Honneur de Richmond, un important ensemble de seigneuries et de terres détenu depuis les temps de la Conquête par le duc de Bretagne, parfois confisqué, souvent restitué par les rois anglais, les en dissuaderait de toute manière. Il ne semble pas que ces droits ancestraux aient jamais été rapprochés du souvenir d’Arthur ou de Merlin.

53 Le Baud Pierre, Le libvre des croniques des roys, ducs et princes royaulx de Bretaigne armoricane aultrement nommée la moindre Bretaigne, Londres, British Library, Harleian ms. 4371 et D’hozier Charles (éd.), Paris, 1638, chap. 38, p. 87 et 88.

54 Ibid., chap. 51, f° 346 : « Et lors fut acomplie la divination de Merlin, lequel ainsi que les Angloys dient le trouver en ses propheties, avoict predit que le liepard entreroit en Foulgeres, mais qu’il en seroit déjecté et seroit dégasté. Car le roi d’Angleterre qui est signifié par liepart perdit a l’occasion de la prinse de Foulgeres la duché de Normandie et tout ce qu’il tenoit par deça la mer. »

55 Ibid., chap. 47, f° 303 v°.

56 Ce texte attend encore son éditeur. Il est conservé aux Arch. dép. Ille-et-Vilaine dans le fonds La Borderie sous la cote IF 1003, f° 188-190, et provient d’un carnet de notes prises par ou pour Pierre Le Baud lors de ses enquêtes dans les anciennes archives bretonnes.

57 Ibid., chap. 7, f° 42 v°.

58 Ibid., chap. 9, f° 51 v° : « en quoy fut accompli ce que Merlin avoit prophecié, que le pasteur d’eboracense (saint Samson) septiesme devesques passeroit de la dicte isle en la bretaigne armoricane ». Chap. 22, après la conquête de l’Angleterre par Guillaume : « Et fut acomply ce que Merlin avoit prophécié desd. angloys disant en ceste manière A painne dit il obtiendra le dragon germanicque ses cavernes car la vengeance de sa trayson luy seurviendra. Il aura en fin ung peu de vigueur, mais la décimation de Neustrie lui nuyra car le peuple viendra en boys et en costes ferrees qui prendra vengeance de sa mauvaistié et restituera au premiers habitans leurs mansions. Sur quoy dit ung expositeur que par les premiers habitants d’angleterre sont à entendre les bretons qui lors y furent restituez. » Chap. 29, après la mort de Jean sans Terre : « Et fut lors accomplie la prophecie de Merlin qui avoit predit que Neustrie perdroit l’une et l’autre isle, c’est assavoir Hibernie et Angleterre. Semblablement dient aultres expositeurs que le dessus nommé Merlin avoit prophecié du duc Artur de Bretaigne et du roy Jehan d’Angleterre en ceste maniere. Doleur, dist il, à toi Neustrie car en toy sera espandu le cerveau de lyon, et ses membres dissipez sera exterminé de la terre de sa nativité. Et veult dire que par le lyon est entendu ledit Artur qui y fut occis car combien qu’il fust jeune de eaige, si estoit il courageux en maniere de lyon. Et dist ailleurs que les angloys porteroient le joug de perpetuelle servitude, ce que leur advint lors car comme le roy Philippe de France apres ce qu’il avoit conquis leurs terres deça la mer voulust assaillir Angleterre, le roy Jehan s’en alla a Romme et a ce que le pape rompeist l’emprinse dudit Philippe, il submist les angloys à poier ung chacun d’eulx par an ung esterlin au siege apostolique. Et ainsi furent faictz serffs soubz tribut, et pour pecune permist le pape regner l’homicide. »

59 Ibid., chap. 7, f° 43.

60 Auger Marie-Louise et Jeanneau Gustave, Alain Bouchart. Grandes Croniques de Bretaigne, t. I, Paris, 1986, livre II, chap. XXXVI à XLI, p. 228-232.

61 Ibid., livre II, chap. XLVIII, p. 238-239, LIII-2, p. 241, LVI-2 et LVII-2, p. 243-244.

62 Ibid., livre II, chap. CI-2, p. 276.

63 Une seule exception, presque par inadvertance, au livre III, chap. 114-3, p. 457 : sous l’an 1227 Bouchart rappelle la mort de Louis VIII de France, que Merlin aurait prédite par ce vers « In Monte Venti morietur Leo pacificus ».

64 Ibid., livre II, chap. XL, p. 231 (« Et ce que j’en ay cy devant escript, je l’ay trouvé es histoires et cronicques de Sigebert, de Martin et de Vincent »), XLVIII, p. 239 (« Voiez Sigebert en ses Cronicques et Vincent ou. xxie. livre, trente quatriesme chapitre de son Specule historial »), LVI, p. 243 (« Sigebert cronicqueur comme recite Vincent ou xxie. livre,. xlixe. chapitre de son Specule historial, dit que… »), CI, p. 276 (« Voiez Vincent ou. xxiie. livre, lxxiiiie. chapitre »).

65 Ibid., livre II, chap. XL-2, p. 213.

66 L’enquête pourrait peut-être se poursuivre à l’intérieur du corps social de la noblesse car, en Bourgogne par exemple, on repère quelques nobles prénommés Merlin. En va-t-il de même dans le duché ?

67 Gregoire L., « Le testament de Monseigneur des Barres et la Prinse de Fougieres et la Prophecie de Bretaigne », Revue des provinces de l’Ouest, Bretagne et Poitou, t. I, 1853-1854, p. 60-70.

68 Calvez Marcel, « L’invention du Val Sans Retour. Genèse d’un paysage », dans Du folklore à l’ethnologie en Bretagne, 1er colloque d’ethnologie bretonne, Brasparts, 1989, p. 39-48. De nos jours, l’implantation du Centre International d’Interprétation de l’Imaginaire Arthurien dans le château de Comper vient en quelque sorte boucler la boucle de cette réappropriation d’un lieu mythique créé de toutes pièces…

Auteur

Université de Bretagne occidentale (Brest)

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540