Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Cinquième partie. Mentalités et vie culturelle

Grégoire de Tours et l’Histoire des Francs. Deux systèmes de mentalité contradictoires

Hironori Miyamatsu

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Non potestis Deo et mammonae (ou divitiae) (Mt VI, 24).

  • 1 Ruinard Th., « Praefatio in novam editionem sancti Gregorii Episcopi Turonensis », Migne, PL, LXII (...)
  • 2 Kries C. G., De Gregorii Turonensis episcopi vita et scriptis, Breslau, 1859.
  • 3 Molinier A., Les sources de l’histoire de France des origines aux guerres d’Italie (1494), 6 vol., (...)
  • 4 Lecoy de la Marche A., De l’autorité de Grégoire de Tours. Étude critique sur le texte de l’Histoi (...)
  • 5 Chadwick O., « Gregory of Tours and Gregory the Great », Journal of Theological Studies, t. L, 194 (...)
  • 6 Wallace-Hadrill J.M., « The Work of Gregory of Tours in the Light of Modern Research », Transactio (...)

1Personne ne conteste que Grégoire de Tours soit l’auteur de l’Histoire des Francs. Mais qui peut affirmer que cet ouvrage soit entièrement de sa main ? Déjà, au xviie siècle, Ch. Lecointe a exprimé des soupçons, mais Th. Ruinard s’est employé à les dissiper au siècle suivant1. Au xixe siècle, C. G. Kries a lui aussi mis en doute l’authenticité de cette œuvre, y compris celle du dernier chapitre du livre X que nous nous proposons d’étudier2. A. Molinier jugeait toutefois trop faible cette argumentation pour résister aux critiques de W. Giesebrecht, G. Waitz et G. Monod3. Ce débat a aussi opposé A. Lecoy de la Marche et H. Bordier4. Plus récemment, O. Chadwick a tenté de démontrer que le premier chapitre du livre X était un ajout5. Je crois pourtant que ces soupçons sont infondés et reposent essentiellement sur des erreurs toponymiques, anthroponymiques et chronologiques ou résultent de l’inattention des scribes6. Cette controverse pourrait donc se poursuive indéfiniment, à moins que l’on ne découvre les textes originaux.

2Il faut donc trouver un nouvel angle d’attaque pour résoudre ce problème. Je propose donc d’aborder cette question sous l’angle des mentalités et de comparer, de ce point de vue, le dernier chapitre du livre X de l’Histoire des Francs avec l’ensemble de l’œuvre de Grégoire de Tours. Si l’on découvre entre la fin du livre X et le reste de l’ouvrage des éléments contradictoires, on en conclura qu’ils ne sont pas de la même main. Nous allons ainsi examiner l’attitude de Grégoire vis-à-vis de ceux qui détiennent des richesses.

  • 7 Salvien de Marseille, Œuvres, trad. Lagarigue G., 2 vol., Paris, 1971 (Sources chrétiennes, n° 176 (...)
  • 8 Versus Teudulfi episcopi contra iudices, MGH, Poetarum latinorum medii aevi, t. I, p. 493-517.
  • 9 Saint Jérôme, Lettres, trad. Labourt J., 8 vol., Paris, 1949-1963, t. I, p. 146 (Lettre n° XXII) ; (...)
  • 10 Voyez mon livre La naissance du Riche en préparation (édition japonaise).

3Les riches n’ont pas la faveur du Christ. Le Christ a condamné les riches et le terme latin dives (pl. divites) s’est trouvé marqué par cette condamnation. En se basant sur le Liber pontificalis et les sources hagiographiques, on peut considérer que la naissance, la sainteté, le courage, la science, le caractère, la prestance et la richesse sont les sept qualités principales attribuées à la classe noble. Bien que l’ordre de prestige de ces attributs ait pu changer selon l’époque, les nobles avaient horreur d’être appelés divites, au moins durant la première partie du Moyen Âge. La littérature hagiographique a inventé des expressions pour éviter d’appliquer aux saints ce terme péjoratif. Si l’on mentionne la richesse d’un bienheureux, c’est pour annoncer aussitôt qu’il avait renoncé à la richesse mondaine. Tout est fait pour mettre en relief les idées chrétiennes sur la possession des biens matériels. Salvien de Marseille utilise habilement le mot divites au lieu de nobiles pour faire pression sur des nobles devenus trop cupides7. Théodulfe, évêque de Lyon, se sert également de ce mot pour couvrir de honte les hauts personnages de la province dont il dénonce les injustices8. Le substantif divitia est lui aussi chargé d’opprobre car c’est le mot choisi par saint Jérôme et saint Augustin comme équivalent latin de mammona9. Finalement, comme on le sait, ces deux termes tabous ont disparu contrairement à leur antonyme pauper qui a survécu10.

La littérature hagiographique

  • 11 Sur la composition des miraculés en France aux xie et xiie siècles, cf. Sigal P.-A, L’homme et le (...)

4L’archevêque de Tours nous a laissé cinq groupes de miracles qui ont servi de modèle pour les ouvrages des générations suivantes. Grégoire ne mentionne titres et fonctions que lorsqu’il s’agit de miraculés de haut rang. Pour les autres, il distingue, en général, les citoyens des paysans, les hommes des femmes, les jeunes des vieux, mais ni le terme « riche » ni aucun semblable ne figure parmi les qualificatifs utilisés. Parmi les guérisons miraculeuses on trouve des pauvres, mais il ne semble pas que seuls les pauvres aient bénéficié de telles guérisons. Il est tout aussi difficile de classer les individus punis par des miracles11. Nous sommes donc obligés de renoncer à faire une étude statistique.

  • 12 MGH, Scrp. rer. merov., t. I-2, p. 127-128.

5Dans le Miracle de saint Julien Grégoire raconte l’histoire suivante. Un paysan travaillait avec ses compagnons non loin de la route dans des champs appartenant à un certain riche (dives). Étant possédé du démon, il commença à s’agiter et à parler comme s’il avait perdu le sens. Mais un voyageur, passant par là et portant des reliques, vint opportunément le sauver12. Qui pouvait être considéré comme un riche de la campagne (campanensis) à cette époque ? Ce devait être sans doute un seigneur rural, donc un noble. Mais pourquoi le mot nobilis n’est-il pas employé dans la narration ?

  • 13 Ibid., p. 332-333.
  • 14 Ibid., p. 76, 201, 330.
  • 15 Sidoine Apollinaire, Lettres, trad. Loyen A., 3 vol., Paris, 1970, Epist. VII, 9 (t. III, p. 60). (...)
  • 16 Cf. Sigal P.-A., « Un aspect du culte des saints : le châtiment divin aux xie et xiie siècles d’ap (...)
  • 17 Cf. Radding Ch.M., « Evolution of Medieval Mentalities : A Cognitive-Structural Approach », Americ (...)
  • 18 Historiarum libri X, MGH, SS. rer. merov., t. I-1, p. 386, 389, 409.

6Grégoire rapporte aussi qu’il y avait une petite chapelle près du tombeau de saint Trojan, évêque de Saintes, mort vers 533. Dans un coin de l’enceinte existait un sarcophage où était exposé, disait-on, un membre de la famille de saint Hilaire. Comme il empêchait pourtant le passage et la réfection des murs, l’évêque Palladius décida de le déplacer à l’aide de plus de trois cents hommes. Mais le déplacer se révéla impossible. Tout le monde étant épuisé, le travail fut remis au lendemain. Le lendemain, après s’être tracassé toute la nuit, l’évêque vit en entrant dans la chapelle que le sarcophage s’était déplacé miraculeusement à l’endroit voulu13. L’auteur note alors que cet évêque descend d’une très ancienne famille romaine, celle du « riche Palladius ». Grégoire cite quatre fois son contemporain Palladius14, mais il est insolite de trouver un tel qualificatif sous sa plume, lorsqu’il parle de prélats contemporains. Au ve siècle, Sidoine Apollinaire fait l’éloge du sénateur Simplicius, futur évêque de Bourges puis loue son épouse en soulignant qu’ » elle descend de la famille Palladius » qui a donné des hommes remarquables à l’Église et à ses écoles15. Mais ici, nulle trace de l’adjectif désobligeant « dives ». Pourquoi Grégoire a-t-il appliqué ce terme irrespectueux à ce prélat d’une famille célèbre ? La raison capitale réside dans l’action sacrilège de l’évêque. Les hagiographies de cette époque nous montrent que les violences faites aux reliques étaient regardées comme sacrilèges, sans égard pour l’intention des hommes16. De plus, on sait d’après les sources législatives que ce qui comptait, au premier Moyen Âge, était toujours les faits, et jamais l’intention17. Nous supposons qu’il existe d’autres raisons non moins importantes car Palladius est souvent présenté comme un traître dans l’Histoire des Francs18. Par exemple, lors de la désignation de l’évêque de Dax, le roi Gontran s’en prend à lui en ces termes :

  • 19 Ibid., p. 371.

« A toi aussi, ô évêque Palladius, n’aies pas trop de grâces à rendre, car trois fois tu as été parjure envers moi, […] en envoyant des libelles pleins de fourberie. Tu t’excusais auprès du roi dans des lettres et tu excusais mon frère germain dans d’autres écrits. Aussi Dieu a jugé ma cause, puisque j’ai toujours pris soin de vous traiter comme des pères d’Eglise tandis que vous avez toujours agi avec moi traîtreusement19. »

7Une autre fois ce même roi s’écrie en face de l’évêque :

  • 20 Ibid., p. 375.

« Cet homme, qui m’a toujours été infidèle et traître, va-t-il maintenant prêcher les paroles sacrées ? Je sortirai immédiatement de cette église pour ne pas entendre prêcher mon ennemi20. »

8Ainsi, il se peut que le qualificatif péjoratif dives ait été employé tout simplement parce qu’il était question d’un personnage déconsidéré, tenu pour traître et sacrilège.

9Passons aux rapports de la noblesse avec la richesse. Les cas présentés ci-dessous ou bien soulignent le contraste entre deux attitudes opposées, ou bien louent le renoncement à la richesse du siècle.

  • 21 MGH, SS. rer. merov., t. I-2, p. 382.
  • 22 Ibid., p. 382-383.

10En Macédoine, au ier ou au iie siècle, il y avait deux frères dans la ville de Phillippe. Ils possédaient une grosse fortune (facultas) parce qu’ils étaient nobles (nobiles). Pour accroître leur fortune, ils voulurent marier leurs enfants. À ce moment, l’apôtre André vint les persuader de renoncer à ce projet honteux21. Ici le mot dives n’est pas utilisé et la renonciation à la richesse n’est pas non plus mentionnée mais c’est un bon exemple qui montre qu’un noble était réellement riche. Vers la même époque à Thessalonique habitait un jeune homme noble et riche, nommé Exuos. À l’insu de ses parents il décida de renoncer à sa fortune et de suivre l’apôtre André. Une fois mis au courant, les parents d’Exuos tentèrent à maintes reprises de le détacher d’André. À la fin, accompagnés d’une troupe de soldats, ils mirent le feu à une maison où André et leur fils s’étaient cachés. Mais un miracle les sauva tous les deux. Cinquante jours plus tard, les parents d’Exuos moururent, le laissant à la tête de toute leur fortune. Exuos accompagnant toujours l’apôtre distribua tous ses profits aux pauvres et aux indigents22. Dans ce récit la cupidité et l’orgueil de la noblesse sont opposés à la miséricorde chrétienne.

  • 23 Ibid., p. 342.
  • 24 Ibid., p. 343.
  • 25 Ibid., p. 367-368.

11Sur saint Simplice, évêque d’Autun au milieu du ive siècle, il est dit : « Il descendait d’une famille noble, très riche en biens terrestres et épousa une femme très noble23. » Mais ce passage ne s’écarte pas de l’enseignement des Évangiles. Car on lit immédiatement après : « Quoique le monde cachât ce fait, leur vie très vertueuse était connue de Dieu, même si elle était inconnue aux hommes. Les deux furent justes et très attachés à l’aumône et à la veillée de prières24. » L’emploi du mot dives semble donc servir ici à mettre en valeur l’exercice de l’aumône. Enfin le contraste entre deux styles de vie est beaucoup plus marqué dans la vie de saint Paulin, évêque de Nola au début du ve siècle, dont l’histoire occupe le dernier chapitre du De la gloire des confesseurs. Il était issu d’une famille noble, se maria avec une femme du même rang et posséda une grosse fortune, comme le montre la phrase : « Il fut très riche (dives) et fortuné (locuples) en domaines et en biens mobiliers de maisons. » Mais la situation change tout d’un coup. Dès qu’il eut connaissance du récit de la rencontre de Jésus avec le « jeune homme riche » dans l’Évangile selon Mathieu, il vendit tous ses biens pour les distribuer aux pauvres et donna même son dernier morceau du pain. Et il partit tout de suite en pèlerinage avec sa femme, très pieuse elle aussi. Après qu’il fut élu évêque, il continua à pratiquer l’aumône aux miséreux. L’auteur avoue d’ailleurs son dessein d’insister sur l’esprit d’aumône et place à la fin du chapitre deux miracles où est critiquée la cupidité25.

  • 26 Ibid., p. 349.
  • 27 Ibid., p. 334.
  • 28 Ibid., p. 367.
  • 29 Ibid., p. 11.

12Pour exprimer la fortune ou la richesse, les mots res ou facultas sont aussi souvent employés que divitia. Cependant il n’est pas toujours facile de discerner le sens exact de ce dernier mot. On rencontre aussi bien l’expression « la richesse mondaine » que « la richesse céleste ». L’évêque de Tours écrit à propos de saint Eusicius qu’ » il a vivement rejeté l’or et les richesses de ce monde (divitias mundi), comme s’il s’agissait d’ordures et a mené une vie d’ermite26 ». Et au sujet de l’archidiacre de Lyon qui exorcisa une fille de l’empereur Léon, il dit qu’il fut un homme de grande spiritualité qui rejeta les richesses périssables (divitias caducas) comme étant sans valeur27. D’autre part, Grégoire emploie l’expression « la richesse céleste » dans une phrase concernant saint Paulin : « Ainsi, il crut qu’il s’enrichirait de la richesse du paradis, s’il renonçait à toute possession transitoire28. » Enfin à la phrase « quelle distance entre la richesse des martyrs et l’ostentation de ce monde ! », fait suite « Mais la distribution généreuse des richesses n’a pas nui au saint martyr29 ». Ainsi, dans les phrases qui contiennent le mot divitia l’éloge de la richesse céleste côtoie le dédain et l’abandon de la richesse mondaine.

L’Histoire des Francs

  • 30 J’emprunte la traduction à l’Histoire des Francs, trad. Latouche R., 2 vol., Paris, 1979.
  • 31 Tandis qu’il emploie dives 6 fois et divitia 8 fois, res est utilisé plus de 39 fois, thesaurus pl (...)
  • 32 Dans son ouvrage De la gloire des confesseurs (MGH, SS. rer. merov., t. I-2, p. 298) Grégoire avou (...)

13Dans l’Histoire des Francs30, mis à part le dernier chapitre du livre X qui pose problème, les deux mots dives et divitia sont employés trop rarement contrairement à leurs homologues31 qui eux n’ont aucune acception péjorative, comme le montre ce que nous avons constaté dans le Nouveau Testament. Dans ce livre la rareté d’emploi de ces deux mots, contrastant avec leur fréquente utilisation dans les Évangiles, ne donne-t-elle pas l’impression que l’auteur se serait rendu compte de leur inconvenance32 ?

  • 33 Historiarum libri X, VII, 37.
  • 34 Ibid., IV, 3.

14Le qualificatif nobilis apparaît presque toujours tout seul et la liaison avec le mot dives est exceptionnelle. Dans le cas de Chariulf qualifié de « très riche et très puissant (praepotens)33 », l’auteur semble éviter l’emploi du mot nobilis qui désigne un personnage très puissant. Mais le vocabulaire varie en fonction des personnages dont il est question. Clotaire Ier, roi des Francs, qui était, selon Grégoire, extrêmement débauché, avait plusieurs épouses. Quand sa deuxième femme, épousée de force, lui demanda de trouver « un mari bien doué et fortuné » (« utilem atque habentem virum ») pour sa sœur, il épousa alors sa belle-sœur, en déclarant cyniquement à sa femme qu’il n’avait pu trouver aucun homme aussi « riche et intelligent » (« virum devitem atque sapientem ») que lui-même34.

  • 35 Ibid., II, 2.
  • 36 Ibid., II, 9.
  • 37 Monod G., Études critiques sur les sources, p. 73-108.
  • 38 Historiarum libri X, II, 8.
  • 39 « Exuos nobilis ac valde dives juvenis in Thessalonica erat », Liber de miraculis beati Andreae Ap (...)

15Par ailleurs, on trouve l’épisode suivant dans le chapitre 2 du livre II : au début du ve siècle, le roi des Vandales Trasamond exerça une persécution contre les chrétiens et une jeune religieuse se trouva parmi les victimes. L’auteur dit qu’« elle avait de grandes richesses (praedives) et, en ce qui concerne les honneurs du siècle, jouissait de la noblesse (nobilitate) sénatoriale ; mais ce qui est plus noble, elle avait une foi catholique robuste et servait le Dieu tout puissant de manière irréprochable35 ». Cette juxtaposition indique-t-elle que dives et nobilis étaient deux concepts compatibles aux yeux de l’évêque de Tours ? Cet événement s’est produit dans un pays étranger et bien avant sa naissance. Il n’a pu en avoir connaissance que par la consultation des archives. La preuve en est que dans ce livre II l’auteur cite les œuvres des Pères de l’Église et aussi l’Histoire de Sulpice Alexandre36, révélant ainsi une partie des sources qu’il a consultées37. La possibilité qu’il n’ait pas écrit lui-même, mais fait une simple citation est corroborée par un passage où il est question d’Aetius, le chef militaire de l’empereur Valentinien, qui mit en fuite les troupes d’Attila. Grégoire dit : « Sa mère italienne était une femme noble et riche (locuples)38 », et reconnaît que cette phrase est tirée de l’Histoire de Renatus Frigeridus. Au xiie siècle, Ordericus Vitalis cite textuellement l’extrait suivant : « Il y avait le noble et très riche jeune homme Exuos dans Thessalonique » d’un autre ouvrage de l’évêque de Tours39. Par ailleurs, la fidélité des hommes médiévaux aux textes originaux apparaît clairement dans les éditions des Monumenta Germaniae Historica. Il conviendrait donc de mener des recherches terminologiques dans les documents contemporains des auteurs.

  • 40 Historiarum libri X, I, 13.
  • 41 Ibid.,VI, 36.
  • 42 Ibid.,VI, 46.
  • 43 Ibid., IX, 9.
  • 44 Ibid., X, 13.
  • 45 Ibid., III, 34.

16En ce qui concerne le mot divitia, nous trouvons « les richesses terrestres » (mundi divitia), qui sont une expression semblable à celle des Évangiles40. Mais nous croyons que Grégoire lui donne surtout le sens de biens mobiliers. Après avoir dit qu’Aetherius, évêque de Lisieux en exil, reçut tant de présents aussi bien en vêtements qu’en or des évêques dont il visita les cités, il écrit que « le voyage apporta à cet homme des richesses (divitia)41 ». Il y a d’autres exemples de ce genre : « Voici que notre fisc s’est appauvri, voici que nos richesses ont été transférées aux églises. Personne ne règne plus que les seuls évêques42 », « il était de mœurs légères, d’une cupidité démesurée, plein de convoitise pour les biens (facultates) d’autrui et très fier de ses propres richesses (divitia) au point qu’encore au moment de sa mort il déclarait qu’il était le fils de Clotaire. On découvrit aussi beaucoup d’or chez lui43 ». Nous trouvons encore le même sens dans une conversation de l’évêque avec un prêtre saducéen : « C’est par exemple, comme si tu disais : “Il ne songe plus à bâtir, à planter, à cultiver un champ ; il ne songe plus à amasser de l’or, de l’argent, ni d’autres richesses (divitia) de ce monde”44. » Enfin, lorsqu’il utilise le mot divites en parlant des citoyens de Verdun, qui étaient peut-être marchands d’esclaves45, l’emploi de cet adjectif semble dû à leurs biens mobiliers.

  • 46 Ibid., II, 3.
  • 47 Ibid.
  • 48 Ibid., VIII, 29.
  • 49 Ibid., I, 47.

17Il semble que Grégoire de Tours connaît également l’identité divitia-mammona. Plusieurs de ses phrases sont bâties sur un schéma opposant la richesse à Dieu, comme celles-ci par exemple : « Car la cupidité l’avait aveuglé et il prétendait narguer la vertu de Dieu tout puissant pour une somme d’argent46 » ou « Beaucoup de gens, qui s’écartèrent alors de la foi en acceptant des richesses divitia, se plongèrent dans bien des peines47 ». D’autre part, lorsque Frédégonde choisit deux clercs pour assassiner le roi Childebert, elle les exhorte en ces termes : « Armez vos âmes de virilité et considérez que ce sont le plus souvent les hommes forts qui succombent au combat ; c’est pourquoi leurs parents devenus nobles surpassent désormais tous les autres par leurs richesses immenses (opibus inmensis) et ont sur tous les autres la précellence48. » Ne serait-ce pas parce que le mot divitia porte la marque d’une condamnation que l’évêque aurait évité de l’employer ici ? Il fait enfin dire à une jeune religieuse : « Le monde n’est rien, les richesses (divitia) ne sont rien, la pompe de ce siècle n’est rien49. »

  • 50 Aeneis, III, 56-57, Virgile, trad. Fairclough H. R., Londres, 1986 (The Loeb Classical Library).
  • 51 Historiarum libri X, IV, 46 ; VI, 36 ; VIII, 22.
  • 52 Ibid., VII, 39.

18Grégoire s’en prend souvent à la cupidité. Il cite la célèbre phrase de Virgile : « À quoi n’entraînes-tu pas les cœurs mortels, Appétit maudit de l’or50 » dans les trois épisodes suivants : celui de la femme d’Ursus qui donne sa fille en mariage pour 16000 sous, celui de cette famille qui décida de faire racheter à un prix exagéré un clerc gardé en otage, et celui du roi Gontran qui, malgré sa promesse, nomma le laïc Didier comme successeur de Laban, évêque d’Eauze51. Contre les simoniaques, il emprunte les mots du roi Gontran : « Ce n’est pas la coutume de notre gouvernement de vendre l’épiscopat à prix d’argent, et ce n’est pas non plus la vôtre de l’acheter en faisant des cadeaux, et cela pour que nous ne soyons pas notés d’infamie en réalisant un gain honteux, ni vous comparés à Simon le Magicien52. »

  • 53 Ibid., IV, 36.
  • 54 Ibid., IV, 40.
  • 55 Ibid., III, 25.
  • 56 Ibid., VI, 20.
  • 57 Ibid., III, 34; V, 19; X, 1. Cf. Chronicarum quae dicuntur Fredegarii Scholastici libri IV, MGH, S (...)
  • 58 Cf. Miyamatsu H., « La Naissance du Riche (10) », Journal of the Society for Studies on Industrial (...)

19Comment Grégoire parle-t-il de la richesse des nobles ? Il le fait de façon indirecte, par exemple lorsqu’il relate des donations à l’Église ou des aumônes aux pauvres. Il va de soi que ces expressions s’accordent avec les enseignements des Évangiles, et bien sûr avec l’immense miséricorde du Christ. Il évoque la vie de saint Nizier, évêque de Lyon, qui châtiait les délinquants et pardonnait à ceux qui se repentaient, qui faisait l’aumône généreusement et travaillait avec ardeur53. Il évoque aussi la vie de Tibère, empereur de l’Orient qui était un homme juste, pratiquant l’aumône : « Et depuis lors c’est plus largement encore que Tibère fit ses distributions aux indigents avec généreuse allégresse54. » Grégoire admire encore le grand roi Théodebert qui « administrait son royaume avec justice, vénérant les évêques, dotant les églises, secourant les pauvres et rendant service à beaucoup avec piété et compassion55 ». Du duc Chrodin, homme de grande bonté et de grande piété, il dit qu’ » il était très généreux dans ses aumônes et restaurait les pauvres ; il enrichissait à profusion les églises et nourrissait les clercs56 ». Les mots largitio, largitus, erogatio sont fréquemment utilisés ici pour exprimer la richesse des nobles et au lieu du terme divitia aux connotations péjoratives57. Ainsi, et comme on le voit aussi dans ses autres œuvres58, la notion de richesse se déplace chez Grégoire de la conception romaine à la conception chrétienne ; autrement dit, la richesse réside dans la quantité de biens donnés pour amasser des trésors dans le ciel et non pas dans la quantité des biens accumulés sur terre.

  • 59 Cf. Miyamatsu H., « La Naissance du Riche (12) », Journal of the Society for Studies on Industrial (...)

20Par contre, non seulement nous ne retrouvons pas cette conception chrétienne de la propriété dans le dernier chapitre de cette Histoire mais la mentalité qui s’y exprime est très différente de celle du Liber pontificalis qu’il a pris pour modèle59. Ce chapitre se compose d’une conclusion générale, de petits portraits de chaque évêque et enfin d’une liste de ces évêques jusqu’au dix-neuvième, à savoir Grégoire lui-même.

  • 60 Historiarum libri X, X, 31 « ipse, aiunt, senatorio et propinquus decessoris sui, dives valde et p (...)
  • 61 Ibid., V, 45 : « homo valde elegans ac prudens, genere senatorio », cf. ibid., VI, 39 : X, 1.
  • 62 Ibid., I, 47 : « quidam de senatoribus Arvenis cum magnis opibus ».
  • 63 Ibid., X, 31 : « sanctus et valde dives ».
  • 64 Ibid., II, 26.

21Les portraits de quatre évêques (les sixième, septième, douzième et quatorzième) diffèrent notablement des autres. D’abord Perpétue, le sixième évêque, était issu d’une famille sénatoriale et proche parent de son prédécesseur ; il était fort riche et « avait des possessions dans de nombreuses cités60 ». Il était très riche et aussi sénateur comme les trois autres, mais dans le texte de Grégoire le mot dives n’est pas en principe appliqué aux sénateurs. Aglicola, évêque de Chalon, y est seulement décrit comme étant « un homme très distingué et avisé, de famille sénatoriale61 ». Ensuite, même si ces sénateurs sont riches, Grégoire n’utilise pas l’adjectif suspect dives mais recourt à d’autres formules comme par exemple « cum magnis opibus » dans la phrase suivante : « l’un des sénateurs de l’Auvergne qui avait de grandes richesses62 ». Troisièmement, comment expliquer que dans le cas des trois susdits évêques le mot dives vienne de leurs propriétés foncières, non pas de leurs biens mobiliers, alors que Grégoire l’associe surtout à ceux-ci dans le texte, comme nous l’avons vu plus haut ? Quatrièmement, du septième évêque Volusien soupçonné par les Goths de vouloir se soumettre à la domination des Francs et qui fut condamné à être exilé, l’auteur dit que c’était « un saint homme et fort riche63 ». Par contre tout ce que le texte dit de ce pontife est qu’il acheva sa vie en captivité, sans aucune allusion à sa sainteté64. Je voudrais faire remarquer ici que c’est seulement dans la seconde partie du Moyen Âge que la richesse devient le plus éminent des attributs de la noblesse et que l’on trouve des saints issus de familles riches. Les mots sanctus et dives ne sont jamais juxtaposés et on ne trouve pas de riches saints dans tout le Moyen Âge. On connaît la fameuse phrase : « Vous ne pouvez servir Dieu et l’argent » (Mt VI, 24). Il n’est donc pas étonnant que « saint » et « riche » soient des qualités incompatibles. Alors, comment est-il possible qu’un évêque cultivé ait pu commettre une telle erreur d’appréciation ?

  • 65 Historiarum libri X, V, 49. Sur la généalogie de Grégoire, cf. Pietri L., La ville de Tours du IVe (...)
  • 66 Liber vitae Patrum, VI, praef., MGH, Scriptores rer. merov., t. I-2, p. 230.

22Dans l’Europe chrétienne de la première partie du Moyen Âge, il n’était pas d’usage, comme nous l’avons vu, d’appeler divites les membres de la classe noble à laquelle appartenaient les saints. De plus, ces quatre prélats qui avaient entre eux des liens de parenté, proches ou lointains, étaient également tous liés à la famille de Grégoire. On sait qu’il y eut sur le siège de Tours d’autres évêques apparentés à notre auteur, comme lui-même le reconnaît d’ailleurs dans son livre65. Pourquoi ne leur a-t-il pas alors appliqué le mot dives ? Dans un autre ouvrage, Grégoire a su choisir son vocabulaire avec plus de soin pour parler de son oncle, saint Gall, évêque de Clermont66.

  • 67 Outre les points déjà soulevés, il y en existe d’autres susceptibles également de jeter le doute s (...)

23Cette étude sous l’angle des mentalités montre donc que le dernier chapitre du livre X se distingue du reste de l’ouvrage de l’évêque de Tours67. S’il n’est pas possible d’identifier le rédacteur du dernier chapitre, il n’est pas exclu que cette partie ait été écrite par un religieux moins cultivé de l’entourage de Grégoire, étant donné que les évêques de Tours sans liens de parenté avec celui-ci ne sont pas traités dignement. En tout cas, nous pensons que notre étude permet de mettre fin aux controverses et de trancher le débat. Peut-on, en effet, imaginer un auteur pourvu de deux mentalités, de deux systèmes de pensée complètement différents ?

Notes

1 Ruinard Th., « Praefatio in novam editionem sancti Gregorii Episcopi Turonensis », Migne, PL, LXII, col. 13-114, surtout le chapitre III.

2 Kries C. G., De Gregorii Turonensis episcopi vita et scriptis, Breslau, 1859.

3 Molinier A., Les sources de l’histoire de France des origines aux guerres d’Italie (1494), 6 vol., Paris, 1901, t. 1, p. 58 ; Monod G., Études critiques sur les sources de l’histoire mérovingienne, Paris, 1872, p. 39-72 (Bibliothèque de l’École des hautes études, VIII).

4 Lecoy de la Marche A., De l’autorité de Grégoire de Tours. Étude critique sur le texte de l’Histoire des Francs, Paris, 1861; Bordier H., « De l’autorité de Grégoire de Tours », La correspondance littéraire, 5e année, n° 24, 1861, p. 534-537, 553-557.

5 Chadwick O., « Gregory of Tours and Gregory the Great », Journal of Theological Studies, t. L, 1949, p. 38-49.

6 Wallace-Hadrill J.M., « The Work of Gregory of Tours in the Light of Modern Research », Transactions of the Royal Historical Society, 5th series, t. I, p. 25-45; Goffartw., Narrators of Barbarian History (A. D. 550-800).Jordanes, Gregory of Tours, Bede and Paul the Deacon, Princeton, 1995, surtout le chapitre III ; ID., From Historiae to Historia Franco -rum and Back Again : Aspects of the textual History of Gregory of Tours ; Religion, Culture, and Society in the Early Middle Ages : Studies in Honor of Richard E. Sullivan, Noble Th. et Contreni F. X. (éd.), Kalamazoo, 1987, p. 55-76.

7 Salvien de Marseille, Œuvres, trad. Lagarigue G., 2 vol., Paris, 1971 (Sources chrétiennes, n° 176 et 220), III, 53. Cf. ibid., IV, 18.

8 Versus Teudulfi episcopi contra iudices, MGH, Poetarum latinorum medii aevi, t. I, p. 493-517.

9 Saint Jérôme, Lettres, trad. Labourt J., 8 vol., Paris, 1949-1963, t. I, p. 146 (Lettre n° XXII) ; S. Aurelii Augustini Hipponensis episcopi Sermones ad populum, Serm. n° 113, chap. 2, Migne, PL, t. 38, col. 648.

10 Voyez mon livre La naissance du Riche en préparation (édition japonaise).

11 Sur la composition des miraculés en France aux xie et xiie siècles, cf. Sigal P.-A, L’homme et le miracle dans la France médiévale (xie-xiie siècle), Paris, 1985, p. 288-310.

12 MGH, Scrp. rer. merov., t. I-2, p. 127-128.

13 Ibid., p. 332-333.

14 Ibid., p. 76, 201, 330.

15 Sidoine Apollinaire, Lettres, trad. Loyen A., 3 vol., Paris, 1970, Epist. VII, 9 (t. III, p. 60). Cette famille est encore citée dans un récit rédigé en France du XIIe siècle, mais ce récit met l’accent sur l’excellence et la noblesse de cette famille, et non pas sur ses richesses. Cf. Richard J., « Aux origines d’un grand lignage : des Palladii à Renaud de Châtillon », Media in FranciaRecueil de mélanges offert à Karl Ferdinand Werner, Paris, 1989, p. 411.

16 Cf. Sigal P.-A., « Un aspect du culte des saints : le châtiment divin aux xie et xiie siècles d’après la littérature hagiographique du Midi de la France », Cahiers de Fanjeaux, n° 11, Toulouse, 1976, p. 43.

17 Cf. Radding Ch.M., « Evolution of Medieval Mentalities : A Cognitive-Structural Approach », American Historical Review, vol. 83, 1978, p. 577-597.

18 Historiarum libri X, MGH, SS. rer. merov., t. I-1, p. 386, 389, 409.

19 Ibid., p. 371.

20 Ibid., p. 375.

21 MGH, SS. rer. merov., t. I-2, p. 382.

22 Ibid., p. 382-383.

23 Ibid., p. 342.

24 Ibid., p. 343.

25 Ibid., p. 367-368.

26 Ibid., p. 349.

27 Ibid., p. 334.

28 Ibid., p. 367.

29 Ibid., p. 11.

30 J’emprunte la traduction à l’Histoire des Francs, trad. Latouche R., 2 vol., Paris, 1979.

31 Tandis qu’il emploie dives 6 fois et divitia 8 fois, res est utilisé plus de 39 fois, thesaurus plus de 29 fois et facultas plus de 14 fois.

32 Dans son ouvrage De la gloire des confesseurs (MGH, SS. rer. merov., t. I-2, p. 298) Grégoire avoue qu’il a confondu les noms masculins avec les féminins, les féminins avec les masculins et les neutres avec les masculins. Mais on aurait tort de prendre au pied de la lettre des aveux de ce genre, comme le dit G. Monod (Études critiques, p. 111-112).

33 Historiarum libri X, VII, 37.

34 Ibid., IV, 3.

35 Ibid., II, 2.

36 Ibid., II, 9.

37 Monod G., Études critiques sur les sources, p. 73-108.

38 Historiarum libri X, II, 8.

39 « Exuos nobilis ac valde dives juvenis in Thessalonica erat », Liber de miraculis beati Andreae Apostoli, chap. XII, MGH, SS. rer. merov., t. I-2, p. 382; Orderici Vitalis, Ecclesiasticae historiae libri XIII, Le Prevost A. (éd.), 5 vol., Paris, 1838, t. I, p. 274 (livre II, chap. 4).

40 Historiarum libri X, I, 13.

41 Ibid.,VI, 36.

42 Ibid.,VI, 46.

43 Ibid., IX, 9.

44 Ibid., X, 13.

45 Ibid., III, 34.

46 Ibid., II, 3.

47 Ibid.

48 Ibid., VIII, 29.

49 Ibid., I, 47.

50 Aeneis, III, 56-57, Virgile, trad. Fairclough H. R., Londres, 1986 (The Loeb Classical Library).

51 Historiarum libri X, IV, 46 ; VI, 36 ; VIII, 22.

52 Ibid., VII, 39.

53 Ibid., IV, 36.

54 Ibid., IV, 40.

55 Ibid., III, 25.

56 Ibid., VI, 20.

57 Ibid., III, 34; V, 19; X, 1. Cf. Chronicarum quae dicuntur Fredegarii Scholastici libri IV, MGH, SS. rer. merov., t. II, p. 117 (livre III, chap. 88).

58 Cf. Miyamatsu H., « La Naissance du Riche (10) », Journal of the Society for Studies on Industrial Economies (université de Kurume), vol. 41/1, 2000, p. 132-144.

59 Cf. Miyamatsu H., « La Naissance du Riche (12) », Journal of the Society for Studies on Industrial Economies, vol. 42/2, 2001, p. 121-123.

60 Historiarum libri X, X, 31 « ipse, aiunt, senatorio et propinquus decessoris sui, dives valde et per multas civitates habens possessiones ».

61 Ibid., V, 45 : « homo valde elegans ac prudens, genere senatorio », cf. ibid., VI, 39 : X, 1.

62 Ibid., I, 47 : « quidam de senatoribus Arvenis cum magnis opibus ».

63 Ibid., X, 31 : « sanctus et valde dives ».

64 Ibid., II, 26.

65 Historiarum libri X, V, 49. Sur la généalogie de Grégoire, cf. Pietri L., La ville de Tours du IVe au VIe siècle. Naissance d’une cité chrétienne, Paris/Torino, 1983, p. 249 sq. ; Mathisen R.W., « The Family of Georgius Florentius Gregorius and the Bishops of Tours », Medievalia et Humanistica, n° 12, 1984, p. 83-95.

66 Liber vitae Patrum, VI, praef., MGH, Scriptores rer. merov., t. I-2, p. 230.

67 Outre les points déjà soulevés, il y en existe d’autres susceptibles également de jeter le doute sur l’authenticité de l’épilogue. C’est le cas, par exemple, de la présence dans ce livre de la liste complète des oeuvres de Grégoire. Comme on le voit dans la Vie d’Alcuin (Migne, PL, C, col. 103), il n’est pas rare qu’un biographe fasse la liste des œuvres de celui dont il écrit la biographie. Mais que dire d’un auteur qui insère lui-même la liste de ses propres œuvres dans l’un de ses ouvrages ? Peut-on trouver un cas de ce genre précédant Rathier de Vérone (xe s. : Corpus christianorum. Continuatio medievalis, XLVIA, p. 202-205) ou Otloh, abbé de Saint-Emmeram (xie s. : Migne, PL, CXLVI, col.55b-56a) ?

Auteur

Université de Kurume (Fukuoka)

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540