Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Quatrième partie. Le peuple chrétien

Du curé Martin et d’autres prêtres scandaleux à l’époque de Louis XV

Jean Quéniart

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C203.

1La mise au pas du clergé séculier, la volonté de promouvoir énergiquement dans la France post-tridentine de nouveaux modèles de vie sacerdotale sont des faits bien connus. Pourtant, même si l’objectif a été en général atteint, il n’y a pas lieu de s’étonner que demeurent quelques individualités rebelles au moule. Les manquements momentanés, voire les divergences théologiques et pastorales valent en général au coupable d’être relégué pour quelques mois dans un séminaire. Cette forme de punition ne peut cependant outrepasser, sous peine d’appel comme d’abus, les pouvoirs proprement religieux de l’évêque. Au-delà, le bras séculier devient nécessaire : « Le séminaire, écrit en 1774 le subdélégué de Montauban à propos du recteur de Lanrelas, ne suffit pas pour punir un tel homme ni pour punir des fautes si graves ; il n’obéirait d’ailleurs pas à l’autorité épiscopale qui lui ordonnerait de s’y rendre. Il faut donc que l’autorité souveraine se déploie1. » Mais la justice ne peut sanctionner que ce que la loi punit ; seul le roi peut intervenir à titre préventif, par lettre de cachet. Cette procédure, considérée par les révolutionnaires comme le symbole de l’arbitraire monarchique, est dans l’immense majorité des cas mise en route par les proches ou les responsables d’une personne au comportement jugé dangereux ou déshonorant. Les demandeurs sont le plus souvent des parents, qui veulent éloigner un enfant ou un conjoint violent, libertin ou dépensier. Mais l’intervention est aussi parfois souhaitée par des corps et communautés, ou par des supérieurs : c’est le cas des membres du clergé qui font l’objet de cette étude.

2L’échantillon est menu : 23 dossiers échelonnés entre 1734 et 1774, et des informations ponctuelles tirées des recensements lacunaires effectués de loin en loin, jusqu’en 1789, dans différents lieux de séjour. Les dossiers sont très inégalement fournis. Les plus complets permettent de reconstituer l’ensemble d’une procédure qui n’est nullement arbitraire. L’initiative vient en général, des supérieurs d’un régulier – au niveau du provincial pour les ordres constitués selon cette structure – ou de l’évêque pour un séculier. La demande, adressée à Versailles, est de fait traitée par le ministre de la maison du Roi, qui ordonne à l’intendant une enquête sur la personne, et sur les faits allégués. L’intendant la transmet au subdélégué territorialement concerné, ou parfois à un subdélégué proche : en 1771 celui de Gourin, jugé comme n’ayant pas la « circonspection » et la « dextérité » que l’affaire exige est ainsi dessaisi au profit de celui de Carhaix. Le rôle du subdélégué est de fait essentiel : ses informations, ses arguments, sa proposition, qu’elle aille ou non dans le sens de la demande, est en général reprise mot pour mot par l’intendant, et détermine la décision finale.

  • 2 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C201.
  • 3 En 1768, le nombre des maisons et des moines (entre parenthèses) en Bretagne est le suivant : cist (...)

3Sur une soixantaine de noms, une poignée de réguliers, ici limités aux ordres masculins : un grand carme, deux prémontrés, un cistercien, un trinitaire, cinq capucins et cordeliers. La lettre de cachet les assigne en général dans un couvent de leur ordre : en 1739, un capucin de Morlaix est enfermé à Nantes ; un autre, caché à Nantes, est conduit en 1742 sous escorte à celui d’Angers ; les Cordeliers de Guingamp gardent ainsi en 1745 deux moines de l’ordre étrangers à ce couvent. À la fin de l’Ancien Régime, l’hôpital de Saint-Meen, dans un faubourg de Rennes, semble devenu le principal centre d’enfermement, et en tout cas celui des déments. On y attend, parfois, qu’une chambre se libère : ainsi en 1772, lorsque l’intendant ordonne de donner la première place vacante à un prêtre violent de Messac2. Un état de 1778 y recense 41 prisonniers, dont 13 ecclésiastiques, parmi lesquels un grand carme ; ils sont 12, encore, en 1789, dont un trinitaire et un prémontré. Cette concentration est aussi liée, pour certains ordres, à leurs faibles possibilités d’accueil : en 1768, on ne dénombre en Bretagne qu’une seule maison de prémontrés, et quatre de trinitaires, qui n’abritent que 11 moines3.

  • 4 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C171.

4Les dossiers fournis, quoique très peu nombreux, présentent néanmoins un éventail restreint de situations. L’indiscipline au sein de l’ordre est illustrée en 1745 par le P. Jean Morocq, cordelier rennais détenu au couvent de Notre-Dame des Grâces de Guingamp en raison de sa révolte contre l’élection canonique du vicaire provincial, dont il conteste la régularité : ses supérieurs font état de sa désobéissance et des libelles diffamatoires et écrits déclarés injurieux et calomnieux contre le provincial et un autre de ses supérieurs, répandus dans plusieurs couvents, jusqu’au général même de l’ordre4. Les explications de l’intéressé, qui évoque une élection arrangée par avance en 1741, contraire « aux règles prescrites par le concile de Trente et par toutes les constitutions de l’ordre » révèlent, très probablement, une ambition justement ou injustement déçue. Elles dessinent, aussi, la gradation des peines et du régime appliqué aux individus : exilé en novembre 1741 à Guingamp, le P. Morocq se promène en ville ; en février 1742, la lettre de cachet lui interdit de sortir du couvent.

  • 5 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C197.
  • 6 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C169.

5Dans d’autres cas, il s’agit de violences pures et simples, éventuellement accompagnées d’autres accusations, imputées à des individus jugés incorrigibles, tel le carme Paul de Sainte Marie-Rose, du couvent de Boudon près de Vannes, dont le provincial écrit en 1771 qu’il « n’a cessé depuis 35 ans d’être la croix de ses supérieurs, le fardeau de ses confrères et le scandale du public5 » ; « dépravé dans ses mœurs au point de ne pas approcher des sacrements même à Pâques […], il a été plusieurs fois sentencié et même emprisonné notamment à Loudun en 1754 pour avoir frappé avec violence son prieur » ; il avait alors déjà fait l’objet d’une lettre de cachet l’envoyant au couvent de Poitiers. Il est cette fois enfermé chez les Frères des Écoles chrétiennes d’Angers. Une telle persévérance jette un doute sérieux sur la vocation de départ : il en va de même du frère Alexis, capucin originaire de Soissons, qui, ayant apostasié, est découvert en 1742 sous un faux nom à Nantes6, où il fait depuis au moins six ou sept ans fonction de médecin et chirurgien. Ce dossier illustre le sérieux de l’enquête préliminaire qui, dans le cas présent, dégonfle les accusations des « plus infâmes débauches » au départ lancées contre le moine défroqué, tout simplement « au fait des maux vénériens qu’il guérissait parfaitement ». Conduit au couvent d’Angers, son escorte peut assurer : « il a été reçu au mieux et qu’après la prison près qu’il ne saurait éviter jusqu’à ce que son apostasie soit expiée, et qu’il soit réconcilié suivant les constitutions de l’ordre, il y sera traité avec toute la douceur qu’on peut désirer », selon, d’ailleurs, les instructions du ministre.

  • 7 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C166.
  • 8 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C193.

6L’hypothèse de vocations forcées ou fortement sollicitées apparaît aussi dans quelques cas de séculiers qui n’ont pas atteint la prêtrise. En 1739, c’est un diacre d’Allineuc, dans le diocèse de Saint-Brieuc, dont la violence fait peur à ses confrères. On en souhaite l’éloignement, mais le père, qui, selon le recteur, « s’est épuisé pour son avancement et est chargé d’autres enfants et d’une femme malade et avancée en âge », ne peut payer la pension… pas plus, écrit-il, que la paroisse7. Trente ans plus tard, un sous-diacre de Paimpont a, aussi, semble-t-il renoncé au sacerdoce pour se livrer au commerce ; les accusations résultent selon le subdélégué d’une cabale « des principaux marchands de Paimpont qui tous souffrent dans leur commerce de l’étendue du sien8 ». Et il ajoute : « S’il manque d’assister aux grands messes, s’il ne porte pas habituellement l’habit d’un ecclésiastique, s’il s’approche peu des sacrements et si le commerce est opposé à son état suivant les saints canons, l’évêque pouvait et devait peut-être le punir suivant le droit et l’usage ecclésiastique et non pas […] solliciter un emprisonnement. » En 1768, un jeune homme évadé d’un séminaire parisien, arrêté sous un faux nom, va même jusqu’à déclarer « que sa famille voulant le forcer à embrasser l’état ecclésiastique pour lequel il n’a nul goût, il s’était rendu à Lorient dans l’espérance d’obtenir par ses protections une lieutenance […] pour passer à l’Ile de France ».

  • 9 Il s’agit des chanoines Fanois (1745, d. de Saint-Brieuc), Delanoë-Porée (1755, d. de Dol), à la d (...)

7Si on excepte trois chanoines et un chapelain, dont deux mis à l’écart pour inconduite9, cet échantillon comprend 14 recteurs et 26 prêtres séculiers. Ces 40 cas, rapportés aux quelque 1400 paroisses bretonnes, ne sont pas négligeables, si on admet que de tels « scandales » – il est vrai étalés sur une quarantaine d’années – sont aussi connus des paroisses voisines. Malgré leur faible nombre, la cartographie de ces « incidents », qui illustre bien plus la vigilance ou les exigences de la hiérarchie et de l’entourage que la qualité intrinsèque du clergé local, n’est pas sans intérêt. Les diocèses de Nantes (3 cas), de Vannes (1 cas, dans une paroisse côtière), la Haute-Cornouaille et la partie méridionale des diocèses de Saint-Pol et de Tréguier (0 cas) y apparaissent en creux. Au contraire, les incidents sont un peu plus nombreux en Basse-Cornouaille, en Léon, dans les diocèses de Saint-Brieuc (6 cas) et de Saint-Malo ; un peu plus du quart des prêtres poursuivis appartient au seul diocèse de Rennes ; 7 concernent des paroisses proches des frontières orientales (régions de Vitré et de La Guerche) et septentrionales.

8Les motifs de plainte peuvent se classer en quelques catégories. Passons, rapidement, sur quelques prêtres considérés comme déments, qu’on enferme à partir des années 1760 le plus souvent à Saint-Meen, à la demande des parents ou de l’évêque. On frappe, à l’opposé, des prêtres et des religieux dont la liberté de ton inquiète. Selon son provincial, le carme Paul de Sainte Marie-Rose, déjà cité, répète en 1771 à qui veut l’entendre que ses supérieurs « ne cessent de déclamer contre le Parlement et disent qu’il faudrait tous les pendre ».

« Il est facile, ajoute-t-il, d’apercevoir les motifs de cette imputation, elle est relative à des circonstances critiques capables de faire impression sur des esprits prévenus. Toute discussion sur cet objet serait dangereuse pour des religieux qui fidèles et soumis sujets du roi, ne cessent de demander à Dieu dans leurs prières qu’il réunisse les esprits dans l’obéissance à celui qui nous le représente sur la terre. »

  • 10 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C198.

9On dénonce, la même année, les propos injurieux de deux religieux de l’abbaye cistercienne de Langonnet, dans le diocèse de Quimper, contre roi, ministres et généraux, respectivement qualifiés de « Néron », de « Caligula », et de « F. voleurs10 ». Le dénonciateur déclare s’être résolu à cette démarche, parce que

« […] ces propos injurieux ont quelque analogie avec les affaires de la province et que dits publiquement avec autant de hardiesse que le font ces deux religieux qui sont dans le cas de voir journellement beaucoup de monde [ils] peuvent plus facilement faire sensation parmi le public qui est toujours aveugle et prêt à asseoir son jugement et se déterminer sur l’avis des personnes qu’il croit devoir respecter surtout s’ils sont membres de la religion ».

10Ces propos injurieux sont sanctionnés par un transfert à l’abbaye de Bégard. Au cours de cette seule année 1771, cinq séculiers et trois religieux sont frappés par des lettres de cachet : si la motivation des demandes n’est pas toujours aussi claire sous la plume des évêques, l’accusation de « trouble » ou « menace de trouble » plusieurs fois alléguée sans autre précision cache probablement des attitudes identiques : la localisation de ces incidents, cantonnés aux diocèses de Saint-Pol, Tréguier et Saint-Brieuc, régions de forte présence nobiliaire, renforce l’hypothèse. Leur fréquence confirme en tout cas le fort raidissement des pouvoirs contre toute contestation des réformes de Maupéou.

11La grande majorité des sanctions est liée à des insuffisances du recteur ou du prêtre dans ses fonctions, ou par rapport à son état. L’ivrognerie est souvent signalée comme la source ou le signe de tous les maux :

  • 11 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C166.

« Il est constant, écrit en 1739 le subdélégué de Redon à l’intendant, que Mr Guehennec, recteur de la paroisse de Glénac, aime à boire et passe pour ivrogne ; il est impossible que prévenu de cette passion il n’ait pas commis beaucoup de fautes contre les devoirs de son état, mais elles n’ont pas à ma connaissance été à un état absolument flétrissant à l’ordre ecclésiastique. On l’accuse entre autres choses de s’être présenté épris de vin pour célébrer la sainte messe dont on l’empêcha, d’avoir en même temps administré les saints sacrements de baptême mais de tout cela nulle preuve certaine. […] On dit que ce bon ecclésiastique n’est point ennemi de Vénus ni de ses faveurs, qu’il a même eu la satisfaction d’avoir des preuves parlantes de sa puissance, mais c’est un on-dit, quoique je ne sois point fort éloigné de croire le fait possible11. »

12Le cas est à plus d’un titre exemplaire : l’enquête joue sur des on-dit, de probables dénonciations, peut-être sur des inimitiés au sein de la paroisse ; mais, par crainte de représailles ou des conséquences que de simples rumeurs peuvent avoir pour leur pasteur, les témoins se dérobent. « Mgr de Vannes, poursuit le subdélégué, a fait agir contre lui son officialité, on a fait entendre nombre de témoins, il m’est venu qu’il ne s’était pas trouvé de preuves suffisantes pour lui faire son procès. » Et de préciser dans une seconde lettre :

« Toutes mes recherches ont été inutiles, personne ne m’ayant voulu assurer la vérité d’aucun des faits avancés contre la conduite de ce prêtre ; beaucoup de paroissiens le chargent des fautes les plus grossières, mais aucun n’en dépose de visu. J’entrevois qu’il leur suffit de savoir que leur recteur est adonné au vin pour le croire capable de tous les excès. »

13Les griefs sont ainsi ramenés à une plus juste proportion ; mais, propose le subdélégué « comme ce recteur est une occasion de scandale à ses paroissiens, [on] ne peut que bien faire en le faisant enfermer en quelque communauté où il n’ait pas en sa disposition la clef de la cave ».

  • 12 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C158.

14La fonction d’une lettre de cachet n’est pas de rendre la justice, mais de réduire les dysfonctionnements sociaux, appréciés selon les critères de l’époque… six ans plus tard, un état de 1745 signale que le recteur de Glénac est à cette date toujours éloigné de sa paroisse12.

  • 13 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C176.

15L’affaire de Vincent Martin, prieur-curé de Saint-Etienne de Corcoué, paroisse du diocèse de Luçon, située à la frontière de la province, est plus ambiguë encore13. Elle est déclenchée en septembre 1752 par les plaintes écrites de « fabriquants et notables » de la paroisse. Un autre notable voisin confirme que les paroissiens veulent être délivrés « d’un homme qui ne pense qu’à leur faire tout le mal qui dépend de lui tant du côté de la conscience que de l’intérêt temporel. J’en ai ouï dire, ajoute-t-il, par plusieurs personnes de considération et dignes de foi tant de mauvaises choses que j’ose avancer que c’est un pasteur indigne d’avoir le gouvernement d’un troupeau ». Le subdélégué de Machecoul, ici, confirme le fondement des accusations ; le 27 octobre, l’intendant parle de 32 témoins pour qui « le sieur Martin est absolument hors d’état par ses ivrogneries, par les mauvais exemples qu’il donne et par son irréligion de remplir les fonctions de son ministère » et ajoute « qu’il est à souhaiter pour les paroissiens d’être délivrés d’un homme qui les prive de tous les secours spirituels même à l’article de la mort ». Le 13 novembre, il déclare que la cure rapporte 2000 livres année commune, et qu’on peut donc y prélever la pension du dit curé. Les ordres du roi sont donnés le 30 novembre ; le 28 décembre, le curé Martin arrive chez les frères de la Charité de Pontorson, où a été fixée sa résidence. Pourtant, l’affaire rebondit en mai 1753 : le marquis de Juigné, co-seigneur de la paroisse, affirme que l’information a été menée par un « ennemi » du curé et « que tous les déposants sont gens de la paroisse avec lesquels il a eu des différends ». Il souligne, évoquant des « altercations » et une « émeute » où les paroissiens se sont mis dans un cas très fâcheux : « Je crains fort que l’on ne vous ait trompé, Monsieur, dans les plaintes que l’on vous aura portées contre lui, et je vous crois trop juste pour ne pas me faire le plaisir de vous joindre à moi pour lui procurer son élargissement. » La réplique vient le 14 juin, sous forme d’une lettre de 21 paroissiens, appartenant, si on en juge par des signatures qui vont du dessin très malhabile au paraphe du notable, à des milieux sociaux très divers. Ceux-ci réitèrent leurs griefs : « excès de vin », « jurements », « paroles obscènes », « menaces », « injures », « mauvais traitements », « imprudences tant dans l’administration des sacrements et le refus qu’il en a fait ». Mais l’évêque, entre temps, a pris l’affaire en mains, en visitant le 23 mai la paroisse, et en sommant les paroissiens d’énoncer leurs sujets de plaintes contre leur curé.

« Le prélat, poursuit la lettre… ne pouvant en imposer aux esprits contre la vérité trop connue […] eut pour toute ressource de dire que ceux qui paraissaient étaient ivres, mutins et entêtés, qu’ils ne se conduisaient que par esprit de cabale […], les prêtres de sa suite ne furent pas plus modérés dans leurs expressions et fidèles à l’exemple ils en traitèrent plusieurs de fripons. »

16Le prélat confie alors une nouvelle enquête à l’officialité, dont les témoins, convoqués en un lieu neutre à une lieue de la paroisse, sont systématiquement contestés par les signataires. « Le peu de fondement de cette dernière information, concluent-ils, paraît évidemment par la proposition que le seigneur évêque a fait faire à la paroisse de reconnaître le Sr Martin pour honnête homme, offrant par ce moyen de laisser la paroisse tranquille. »

  • 14 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C159.

17La suite de la procédure n’est pas connue : mais en 1757, la liste des détenus de la Charité de Pontorson comprend Vincent Martin, curé de Saint-Étienne de Corcoué, révoqué14. En tout état de cause, le scandale d’une paroisse ouvertement divisée jusque dans l’église ne pouvait durer.

  • 15 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C180.
  • 16 Les paroisses de Quimper n’ont pas au xviiie siècle d’édifice propre, et sont desservies sur des a (...)
  • 17 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C187.

18L’ouverture d’une information, jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, dépend finalement moins du comportement d’un prêtre que de ses relations avec les paroissiens, et surtout avec les plus notables d’entre eux. Cette corrélation est tout aussi évidente dans l’affaire qui conduit en 1760 le recteur de Saint-Ronan de Quimper chez les Récollets de l’île Verte15. Accusé de graves négligences dans la liturgie, la décoration de l’autel paroissial, sis dans la cathédrale16, le jour de Pâques, il évoque dans un long mémoire les témoignages qu’il aurait fallu prendre « et non pas celui d’un organiste inconnu et d’un chasse gueux ou dernier bedeau de l’église cathédrale, gens à gages du chapitre ». Ses différends avec ce dernier semblent une des sources de ses ennuis, même s’il se défend maladroitement de beuveries chez lui avec des soldats, dont il se déclare le confesseur, et de relations douteuses avec une servante dont il nie payer le loyer, voire avec des personnes suspectes qu’on voit sortir de jour et de nuit de sa chambre… qui, déclare-t-il, viennent le chercher pour secourir des malades ! Dans ces « cabales », évidemment invoquées par l’accusé pour sa défense, les gentilshommes locaux jouent leur rôle, soit à décharge, soit plus souvent à charge : les griefs portent sur le refus des « prières nominales » dues au fondateur de l’église, mais aussi sur des motifs plus matériels, comme des querelles autour de dîmes contestées. Quant aux paroissiens ordinaires, ils se plaignent, dans le cas du prieur de Brignac, des exactions – legs extorqués, sacrements taxés – qu’ils présentent comme des manières ordinaires de leur pasteur17.

  • 18 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C181.

19Il n’est guère utile d’insister longuement sur des cas plus classiques, tel celui du Sr de Kersauzon recteur de Ploaré et de Douarnenez, dont le subdélégué de Pont-Croix écrit en 1757 qu’il « entretient depuis environ cinq ans un commerce extrêmement scandaleux avec la demoiselle La Mothe, fille d’un marchand de sardines de Douarnenez » accouchée deux mois plus tôt au presbytère18. L’exemple, pourtant, illustre à la fois la formation progressive d’une opinion locale, et la gamme des sanctions.

« Ce commerce, poursuit le subdélégué, a été plus clandestin, plus ménagé dans les premiers moments, il est devenu insensiblement public et notoire, entretenu cependant sous le voile de la religion [car] dans les commencements de sa liaison, il la confessait tous les jours soir et matin pendant plusieurs heures […] tout en observant les devoirs extérieurs à son état. »

20De la rumeur au soupçon, du soupçon aux indices, le scandale devient peu à peu public, et conduit l’autorité à intervenir.

21La gradation des sanctions correspond à la dimension que prend progressivement le scandale. Envers ce recteur, ses supérieurs ont d’abord usé de « remontrances », puis de « corrections » qui « n’ont servi qu’à le roidir et à le rendre plus indocile ». L’évêque, « après avoir épuisé sans succès les égards dus au caractère et à la naissance de Mr de Kersauzon » l’a obligé à se retirer pendant trois mois au séminaire puis, cette correction ayant été infructueuse, l’a fait condamner par l’officialité à « quelques mois d’interdiction », jugement infirmé en appel pour des raisons de forme, ce qui « a enhardi le recteur ». L’intendant évoque donc une nouvelle procédure où les juges royaux concourront infailliblement : « Il ne peut intervenir dans cette affaire, précise-t-il, qu’un jugement flétrissant, vu surtout qu’on assure que quelques témoins ont déposé que le recteur et cette fille ont voulu pour dérober au public la naissance de l’enfant pratiquer des voies très répréhensibles. » La lettre de cachet est donc jugée nécessaire « pour l’honneur de la famille et pour faire cesser le scandale ; je préjuge même, ajoute-t-il, que M. l’évêque de Quimper n’ait agi auprès du ministre que par condescendance et pour prévenir l’éclat, l’appareil et l’enflure d’une procédure criminelle ». Pour certains, comme Martin, la procédure va jusqu’à la révocation.

  • 19 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C158.
  • 20 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C180.
  • 21 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C158.

22Le sort ultérieur des individus frappés par les « ordres du roi » est lui-même très variable, tant en dureté qu’en durée. Le versement de la pension, de 500 livres à la Charité de Pontorson et de 800 dans celle de Charenton, en est un des éléments : mais on envisage parfois de libérer un prisonnier devenu avec les années impécunieux, tel, en 1788, le recteur de Lanrelas, depuis 14 ans chez les frères de Saint-Yon de Rouen, dont le nouvel évêque de Saint-Malo refuse depuis quelques années de payer la pension, mais qu’on décide, parce que sa tête est dérangée, de maintenir en détention… en mars 1789. Les couvents, plusieurs cas y font allusion, appliquent probablement à leurs hôtes des régimes différents en fonction des ordres du roi et des décisions des supérieurs. Considéré autant comme une maison de santé qu’un lieu de détention, Saint-Meen ne compte pas parmi les plus durs, bien que son directeur Champion convienne en 1789 avoir écrit en 1786 à la municipalité de Rennes que les chambres y étaient petites, mal aérées et par conséquent malsaines19. À l’autre extrémité d’une gamme qui passe entre bien d’autres lieux par les maisons de la Charité et celles des frères de Saint-Yon d’Angers ou de Rouen, on se plaint, à plusieurs reprises, des Récollets de l’île Verte : en 1760 le recteur de Saint-Ronan de Quimper et trois autres prêtres, assujettis par le gardien à la règle « séraphique », demandent que les « pensionnaires d’Etat ne puissent être assujettis qu’aux jeûnes ordinaires de l’Église et reçoivent un entretien honnête20 » ; en 1782, un sous-diacre de Tréguier enfermé depuis 7 mois dans le même couvent, dit avoir « beaucoup souffert, d’autant qu’il est […] réduit à s’alimenter d’une eau de citerne stagnante et corrompue dont les vapeurs méphitiques ont beaucoup altéré sa santé21 ». La durée de la détention est elle aussi très variable : malgré leur imprécision et leur discontinuité, les états de 1745, 1757, 1778 et 1789 comprennent des individus emprisonnés quelques années plus tôt, mais libérés. En revanche, les détentions d’au moins cinq ans semblent très fréquentes : quelques-uns sont, à la date d’un état, frappés depuis dix, douze ans, voire davantage. Pourtant, les dossiers de certains d’entre eux sont, comme nous avons essayé de le montrer, moins clairs qu’il n’y paraît : les enjeux de pouvoir, d’intérêt qu’on y devine mériteraient d’autres investigations. L’arbitraire de la lettre de cachet est moins dans sa forme que dans la pression, l’intimidation et la normalisation sociales qu’elle laisse entrevoir ; le notable qu’est devenu le prêtre à la fin de l’Ancien Régime y échappe moins que tout autre.

Notes

1 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C203.

2 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C201.

3 En 1768, le nombre des maisons et des moines (entre parenthèses) en Bretagne est le suivant : cisterciens : 14 (109) ; prémontrés : 1 (25) ; grands carmes : 7 (60) ; trinitaires : 4 (11) capucins ou cordeliers : 20 (187) : d’après Minois G., « Les couvents masculins bretons à la fin de l’Ancien Régime », Croix A. (dir.), Les Bretons et Dieu. Atlas d’histoire religieuse (1300-1800).

4 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C171.

5 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C197.

6 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C169.

7 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C166.

8 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C193.

9 Il s’agit des chanoines Fanois (1745, d. de Saint-Brieuc), Delanoë-Porée (1755, d. de Dol), à la demande de sa famille pour inconduite et violence, et Milard (1774, d. de Saint-Brieuc), auquel on donne le choix, en raison de son inconduite, entre la démission et la lettre de cachet (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C158, 159 et 205).

10 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C198.

11 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C166.

12 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C158.

13 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C176.

14 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C159.

15 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C180.

16 Les paroisses de Quimper n’ont pas au xviiie siècle d’édifice propre, et sont desservies sur des autels situés dans la cathédrale.

17 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C187.

18 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C181.

19 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C158.

20 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C180.

21 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C158.

Auteur

Université Rennes 2

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540