Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Quatrième partie. Le peuple chrétien

Croix rurales et sacralisation de l’espace : un temps mort au xviiie siècle ?

Georges Provost

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Archives des sciences sociales des religions, t. 43/1, janvier-mars 1977, p. 23-38. Voir aussi « L (...)
  • 2 Pour une mise en perspective historiographique, Pourchet I., La perception des croix et des calvai (...)
  • 3 Cf. l’itinéraire proposé par Hervé Martin à travers le diocèse de Léon : « Dans les pas des pèleri (...)

1En 1977 paraissait sous la signature d’Hervé et Louis Martin un article indéniablement marquant, intitulé « Croix rurales et sacralisation de l’espace. Le cas de la Bretagne au Moyen Âge1 » Avec le recul, l’impression première d’un renouvellement dans la méthode d’analyse des croix bretonnes2 est amplement confirmée. Afin de dépasser les approches antérieures, strictement archéologiques et volontiers enfermées dans des querelles de datation, Hervé Martin choisissait de tirer parti des textes. Il procédait à une rigoureuse collecte de mentions des croix bretonnes dans la documentation la plus large, des cartulaires médiévaux aux complaintes (gwerzioù) collectées par les folkloristes du xixe siècle. L’objet-croix n’en était pas oublié pour autant, car la méthode préconisée était celle d’un « dialogue du document et du monument3 ». Et elle s’annonçait d’emblée féconde : les croix y révélaient une complexité insoupçonnée de significations, de la simple signalétique routière à la théologie du Crucifié en passant par la fonction commémorative et les résurgences du « refoulé magique ».

  • 4 Castel Y.-P., Atlas des croix et calvaires du Finistère, Quimper, Société archéologique du Finistè (...)
  • 5 Ibid., p. 19.

2C’est cette même démarche de confrontation que l’on souhaiterait mener ici pour une période plus tardive, le xviiie siècle. Par rapport aux pionniers médiévistes de 1977, un tel parti peut sembler celui de la facilité en 2003 : s’agissant des monuments, nous disposons depuis 1980 de l’irremplaçable somme de l’abbé Castel qui inventorie la quasi-totalité des croix et calvaires du Finistère4 ; quant aux documents, les temps modernes sont présumés en fournir plus abondamment que les périodes plus anciennes. Mais les évidences sont trompeuses, surtout si l’on s’intéresse à un xviiie siècle qui passe pour un temps mort de l’érection crucifère, en tout cas à la pointe occidentale de la Bretagne. C’est cette « pauvreté déconcertante5 » que la présente étude tentera d’analyser, et peut-être de nuancer, par un va-et-vient entre objets et textes, analyse sérielle et étude de cas.

La leçon des monuments

  • 6 Cf. Castel Y.-P. et Provost G., « Un indicateur privilégié d’histoire religieuse : les érections d (...)

3Dans la scansion séculaire que permet l’inventaire de l’abbé Castel – à partir du moment où des indices stylistiques nets ou des dates ne laissent plus de place à l’incertitude – le xviiie siècle s’inscrit fortement en creux : le Finistère actuel ne lui devrait que 68 érections nouvelles auxquelles s’ajouteraient 18 restaurations, soit moins de 3 % des monuments recensés en 1980. La comparaison est sans appel avec les périodes antérieure et postérieure : d’une part, la floraison du bas Moyen Âge et surtout du xvie siècle, riche de près de 900 chantiers ; d’autre part, la seconde vague des xixe et xxe siècles, qui ne voit pas moins de 600 constructions ou restaurations entre 1860 et 1960. Entre les deux, le xviiie siècle marque une sorte d’étiage, dans une phase déprimée plus large qui irait de 1660 à 18606 : sauf exception, l’apport de chaque décennie peut se compter sur les doigts d’une seule main… soit un niveau comparable aux années 1970 !

  • 7 Sont retenues ici les datations au siècle, s’appuyant sur des critères stylistiques ou des dates i (...)

Fig. 1. – Chronologie des croix et calvaires datables7 du Finistère (xiiie-xxe siècles) d’après l’inventaire d’Y.-P. Castel.

  • 8 À l’exemple de celles de 1762 à Plouider et Trézilidé.

4Cette faiblesse quantitative se double d’une incontestable pauvreté d’inspiration : le temps des grands calvaires est clos depuis Saint-Thégonnec (1610), où pointe déjà un certain épuisement du genre ; le souffle créateur s’est sans doute prolongé dans les croix et calvaires plus modestes mais ceux-ci sont aussi guettés, vers 1700, par la simplification et la standardisation. Une simple croix chanfreinée ornée d’un Christ et, au revers, d’une Vierge, tel est le profil sommaire qu’offre l’immense majorité des croix jusqu’aux années 1850. Dans ces conditions, comment ne pas conclure au désintérêt d’un xviiie siècle qui multiplie pourtant les routes nouvelles, mais sait au mieux les jalonner de bornes de corvée8 ?

  • 9 Plus de 80 % des cas. Cf. également Castel Y.-P., « Essai d’iconographie appliquée. Dates et inscr (...)
  • 10 À l’exemple de la croix de mission dressée par les Capucins sur le quai de Tréguier à Morlaix en 1 (...)

5Encore vaut-il la peine d’analyser de plus près cet effondrement de la production. La fréquence des inscriptions (date, commanditaire) sur les croix du xviiie siècle9 permet d’avancer que tous les types de croix paraissent également affectés : les croix d’origine « institutionnelle » (trésorier, recteur) que sont les croix d’enclos d’église ou de chapelle sont beaucoup moins nombreuses qu’avant, même si elles voient leur part relative augmenter ; quant aux croix de chemin, leurs commanditaires offrent tous les types attestés dès le siècle précédent mais chacun n’est plus représenté que par quelques individus : ce sont deux prêtres (Leuhan 1716, Saint-Jean-du-Doigt 1757), des couples (Plogoff 1774, Quéménéven 1780), des hommes mentionnés isolément (Argol 1716, Edern 1756, Esquibien 1776, Landrévarzec 1731, Ouessant 1702, Plouarzel 1769, Plougasnou 1772, Plougastel-Daoulas 1706, Plouguerneau 1709, Saint-Pol-de-Léon 1773), quelques femmes sans mention de conjoint (Plogoff 1776, Plouguerneau 1731), deux probables frères (Plouescat 1733), un groupe de voisins (Plogoff 1718). De rares motifs d’érection se laissent deviner comme cet ex-voto d’un marin réchappé du naufrage (Plogoff, 1737) ou la possible commémoration d’un décès (Plabennec 1776). La baisse globale ne procède donc pas de l’effacement d’un type particulier de commande mais d’un affaissement général. Et celui-ci est aggravé par un défaut de renouvellement : aucune croix de mission du xviiie siècle n’est recensée sur le territoire de l’actuel Finistère, même s’il faut faire la part de possibles disparitions10.

  • 11 Sur leur succès, particulièrement en Vannetais, Lemoine N., Le culte des reliques en Bretagne entr (...)
  • 12 Martin P., Les chemins du sacré. Paroisses, processions, pèlerinages en Lorraine du xvie au xixe s (...)

6Les causes d’une telle situation ne se laissent pas aisément identifier. La conjoncture économique déprimée que connaissent le Léon et la Cornouaille à partir de 1670 constitue à coup sûr un contexte défavorable, mais elle ne peut tout expliquer. Les causes plus proprement religieuses sont, à l’évidence, complexes. Écartons d’emblée toute « déchristianisation » que tant d’indices contredisent en Bretagne rurale ; écartons aussi l’hypothèse d’un recul de la dévotion à la Croix, à l’heure où les paroisses sollicitent, en grand nombre, des reliques de la Vraie-Croix11. Faut-il mettre en cause la Réforme catholique et sa centralisation bien connue autour de l’église paroissiale, le reste de l’espace rural étant vidé de ses sacralités plus ou moins suspectes ? D’autres régions incitent à ne pas aller trop vite en besogne : la Lorraine, par exemple, connaît une intense floraison de croix rurales après 1750, et Philippe Martin y voit justement une forme de compensation de la disparition de chapelles champêtres12 ; en Bretagne même, il n’est pas sûr du tout que la faiblesse du xviiie siècle se retrouve dans des secteurs plus orientaux, notamment en Vannetais et dans le pays de Loudéac. La question est donc délicate ; elle justifie que l’on interroge non seulement les monuments parvenus jusqu’à nous mais aussi les archives du temps.

L’enseignement des documents : le cas de Spézet en 1774-1781

  • 13 Castel Y.-P., En Bretagne, croix et calvaires/Kroaziou ha kalvariou hor bro, Tréflévénez, Minihy L (...)

7D’autres l’ont dit bien avant nous : la recherche sur les croix et calvaires se heurte, même aux époques les plus récentes, au « silence désespérant des sources archivistiques13 ». Rien dans la construction, le financement, l’entretien, la modification voire la destruction de ces croix n’exige d’acte écrit : tout dépend de l’initiative d’un individu, au plus d’un petit groupe de voisins, dont la seule trace sera une éventuelle inscription sur le monument. D’un point de vue juridique, la construction d’une croix ne provoque pas de mutation de propriété repérable : soit l’emplacement sur lequel elle est érigée est déjà d’usage commun (ainsi du centre d’un carrefour), soit il le devient dans la pratique, sans qu’il y ait officialisation par un document notarié. L’entretien du monument relève lui aussi entièrement de l’informel, c’est-à-dire de la bonne volonté d’un voisin. Les archives des fabriques n’ont donc aucune raison de garder trace des croix, en dehors de celle qui orne l’enclos et qui peut faire l’objet de dépenses figurant dans les comptes. Le clergé lui-même ne s’en soucie guère : la bénédiction d’une croix peut faire l’objet d’un procès-verbal dans les registres de baptêmes, mariages et sépultures mais cela n’est nullement systématique. Quant aux évêques d’Ancien Régime, ils n’en disent mot dans les statuts synodaux ou visites pastorales : les croix rurales sont sans doute l’un des rares domaines que l’autorité cléricale, si volontiers légiférante à partir de la Réforme catholique, semble avoir laissé à l’initiative laïque. En conséquence, leur émergence archivistique sera soumise à l’aléatoire d’un aveu, d’un plan de seigneurie ou d’une déposition judiciaire.

  • 14 Arch. dép. Finistère, 268G2. Les deuxième et troisième registres sont respectivement cotés 100 J 2 (...)
  • 15 Ce document a fait l’objet de publications partielles : Diverrès H., « Notice sur la commune de Sp (...)

8Un tel contexte ne donne que plus de prix à la liste que le recteur de Spézet, en Cornouaille, dresse en 1774-1781 de toutes les croix situées sur le territoire de sa paroisse. Ce document n’est pas isolé : il prend place dans le premier de trois épais registres14 où Robert-Fleury-Vincent Causer a consigné, à l’intention de ses successeurs, un état de la paroisse d’une extraordinaire précision vers 1770-1780. Le même recteur a soigneusement relié depuis la fin du xviie siècle l’ensemble des registres paroissiaux, comptes de fabrique (église, sept chapelles, une confrérie), délibérations du général, actes de fondation et rôles fiscaux : œuvre remarquable mais qui correspond, au fond, à ce que l’administration épiscopale attend alors d’un recteur consciencieux. M. Causer est plus que cela. Il inventorie, avec un zèle qui frôle la manie, tout ce qui constitue l’équipement paroissial : objets liturgiques, cimetières, troncs, cloches, statues de saints, reliques, livres de sa bibliothèque… Et de là, il passe aux usages paroissiaux (processions, pardons, voire pratiques populaires) puis aux documents du temporel (tarifs du casuel, modes de perception de la dîme, quittances de décimes…) en passant par la liste des 112 villages de la paroisse15. Et c’est ainsi, tout naturellement, qu’il en vient à nous proposer « l’énumération des croix de Spézet ».

  • 16 Ces procès-verbaux étaient initialement joints à la liste mais ont malheureusement disparu.
  • 17 Martin H. et L., art. cit., p. 30.

9Cette liste est d’autant plus exceptionnelle que le recteur l’a actualisée entre 1774 et 1781. Depuis 1769, le bourg de Spézet s’orne d’une croix de mission en bois, venue compléter deux croix de pierre dont celle du cimetière ; quant au très vaste territoire paroissial, le recteur y énumère en 1774 six croix de pierre, « la tradition » entretenant le souvenir de huit autres dont une en bois. En 1781, le paysage s’est considérablement densifié : cinq nouvelles croix de bois ont été érigées et bénites, comme en attestent autant de procès-verbaux16. Quant aux croix de pierre, elles sont désormais au nombre de treize, soit sept de plus qu’en 1774 : sans doute s’agit-il de simples réparations car on n’a pas procédé, dans ce cas, à une bénédiction ; peut-être aussi le recteur en avait-il omis certaines dans sa première liste, dressée alors qu’il n’était pas encore très familier d’une paroisse qu’il ne gouvernait que depuis deux ans. En ajoutant la croix de mission et celle du cimetière, absentes de cette seconde liste, on parvient donc très exactement au total de vingt croix. Leur répartition géographique n’est pas sans intérêt (fig. 2), dans un territoire paroissial très divers qui tient à la fois de la vallée de l’Aulne et des montagnes Noires, dont l’altitude modeste (maximum 318 m) n’empêche pas qu’elles soient réellement perçues comme telles : pratiquement vides de peuplement comme de croix, exception faite de celle du village du Boiscren. Se confirme ainsi de façon éclatante le constat d’Hervé Martin pour le Moyen Âge : l’insertion des croix « s’opère presque toujours dans un paysage aménagé par l’homme et non dans un espace sauvage17 ». En l’occurrence, la « montagne » de Spézet paraît bien laissée aux influences négatives, celles de la mort en particulier, dont la communauté se protège par un glacis de trois chapelles : l’une d’entre elles, dédiée à saint Denis, est fréquentée pour le salut des âmes des défunts ; plus loin se dresse le « Roc’h an Ankou » (rocher de la Mort), qui ne sera doublé d’un « Roc’h ar Werc’hez » (rocher de la Vierge) qu’à partir de l’érection de la statue de Notre-Dame des montagnes Noires en 1909.

  • 18 Il s’agit : 1. de la croix du Cran (néanmoins très remaniée en 1908 en réutilisant un calvaire sit (...)
  • 19 Consulté à la mairie de Spézet.
  • 20 Du reste, les croix de Poullancerf et Keroues, dont des vestiges subsistaient respectivement en 19 (...)
  • 21 Citons l’assassinat de l’adjoint de la commune le 28 prairial an IV et celui d’un militaire du dét (...)
  • 22 Arch. dép. Finistère, 10L118, lettre du commissaire du directoire exécutif près le canton de Saint (...)
  • 23 À l’exemple de ce qui se passe dans le « pays de Bignan » (Frelaut B., « Le vandalisme révolutionn (...)
  • 24 Très rares sont les procès-verbaux attestant de la mise bas des croix ou des statues : pour le pay (...)
  • 25 Ouest-France, édition de Carhaix, 3 février 1994. De fait, une croix de pierre est mentionnée à Ke (...)
  • 26 Je dois cette opportune suggestion à Mme Arlaux.

10Pourtant, l’inventaire du recteur Causer vaut surtout par la densité qu’il révèle : le chiffre de vingt croix est une moyenne honorable, sans plus, étant donnée la grande superficie de la paroisse mais il prend une valeur singulière quand on le compare avec la situation actuelle. Spézet ne compte aujourd’hui que quatre croix, dont seules trois sont héritées de l’Ancien Régime18 puisque la croix du cimetière actuel ne date que de 1885. Quel cataclysme a pu ainsi emporter dix-sept croix et vider ainsi presque complètement le territoire paroissial ? L’enquête locale ne dégage aucune certitude : le cadastre de 182019 ne mentionne déjà que la croix du cimetière et les trois qui subsistent aujourd’hui, même s’il est probable que les géomètres se sont contentés des croix qui servaient de repères commodes20. L’hypothèse de destructions révolutionnaires n’est pas sans quelque crédit : la commune de Spézet fut très troublée entre l’an IV et l’an IX21, les passages répétés de Chouans venus du Morbihan ayant provoqué le stationnement prolongé de troupes républicaines. On sait que les premiers abattirent l’arbre de la Liberté en nivôse an VIII22 et il est tout à fait plausible que les seconds se soient pris aux croix de chemin23, même si aucun document ne le prouve : la destruction d’un calvaire ne nécessite, faut-il le préciser, pas plus d’archives que sa construction, même quand elle s’opère dans un cadre de déchristianisation légale24. Constatons, en tout cas, que du riche patrimoine des croix de la fin du xviiie siècle nul ne semble plus parler à Spézet au xixe siècle. Aucun regret, aucune velléité de restauration ne nous apparaissent. À plusieurs reprises, des prêtres de la paroisse recopient sans mot dire les données du recteur Causer, sans penser le moins du monde à signaler que la liste des calvaires ne correspond plus, et de loin, à la réalité. À la différence des nombreuses chapelles – dont la ruine survenue entre 1913 et 1936 a marqué les mémoires – les croix se sont effacées du décor sans laisser de trace. Une exception, toutefois, atteste d’une forme souterraine de souvenir : en février 1994, des habitants du village de Kerzellec, intrigués par le nom d’une parcelle (« Park ar Groaz », soit le champ de la croix), ont mis au jour les vestiges importants d’une croix de pierre. Les restes brisés de la croix et de deux statues de belle qualité (dont un Ecce homo) pourraient corroborer l’hypothèse du vandalisme25. Indépendamment des circonstances révolutionnaires, on peut estimer que la tentation fut grande de réutiliser des éléments de croix, dans un pays de schiste où la bonne pierre est rare26.

Fig. 2. – L’espace sacré de la paroisse de Spézet (Cornouaille) en 1774-1781.

  • 27 Y.-P. Castel l’avait déjà soupçonnée, à partir des toponymes (En Bretagne…, op. cit., p. 55).

11L’impossibilité à conclure sur la chronologie et la responsabilité des destructions est sans doute frustrante mais elle demeure secondaire par rapport au constat essentiel : voici une paroisse que l’on imagine très pauvrement pourvue en croix rurales, et ce d’autant plus facilement que cette pauvreté paraît plausible dans le Poher, secteur globalement peu pourvu en la matière et bien connu par ailleurs pour sa tiédeur religieuse à l’époque contemporaine. Et voilà qu’une fortune documentaire conduit à renverser complètement la situation en secouant des évidences trop spontanées pour ne pas être paresseuses. Sans prétendre lui donner valeur générale et même représentative, l’exemple de Spézet révèle avec éclat quel fossé peut séparer la situation présente de celle du passé. En 1980, l’Atlas d’Y.-P. Castel recensait, de façon non systématique (mais comment pourrait-il en être autrement ?) 117 croix disparues dans le Finistère. L’exemple de Spézet en ajoute officiellement dix-sept… mais en laisse présumer bien davantage. On aura remarqué, à ce sujet, le nombre significatif des croix de bois, qui n’est sans doute pas étranger à la proportion élevée des disparitions (80 %). Là aussi, le cas de Spézet nous fait toucher du doigt une fréquence volontiers oubliée dans un Finistère qui ne s’orne plus guère aujourd’hui que de croix de pierre27.

Quel regard sur les croix ?

  • 28 Soit respectivement des fabriques de la confrérie du Rosaire et de l’église paroissiale.
  • 29 L’argument ne vaudrait que pour une seule d’entre elles, la croix d’argent datée de 1534.
  • 30 Deux appellations renvoient sans doute au constructeur : « la croix de Bodennec au bourg » et « la (...)

12Au-delà d’une lecture simplement factuelle, le document spézétois a aussi l’intérêt de nous montrer comment ces croix peuvent être perçues par un recteur vers 1780. Que ce dernier en ait tenu une liste actualisée ne témoigne pas seulement d’une manie d’inventaire : les croix sont pour lui un legs dont il importe de dresser une liste complète, à destination des successeurs appelés à sa conservation. « Il sera fort à propos de réparer au moins tous les vingt ans toutes ces croix, comme on l’a fait en 1781 », note-t-il à leur intention. Plusieurs notations témoignent que la « fonction polyvalente » des croix reste une réalité vers 1780. Pour M. Causer, les croix anciennes peuvent attester de droits détenus par la paroisse, au même titre que les actes qu’il a, par ailleurs, patiemment collationnés : « Remarquez que la croix de Pont-cley près K[er]venou est contigue à Parc an Harbon appartenant à Notre-Dame du Rosaire, et que la croix de Poullancerf est contigue à des pièces de terre sujettes à la dixme à la seizième gerbe de la fabrique de Saint-Pierre28. » N’accusons cependant pas le prêtre de réduire les croix à de simples arguments de possession juridique : tout démontre par ailleurs qu’il y voit, plus que jamais à l’heure de la Réforme catholique, des signes de foi et de pédagogie religieuse. Rien de plus instructif, à cet égard, que l’ordre de son énumération. De manière incongrue pour nos regards patrimoniaux actuels, il cite en premier les croix d’orfèvrerie conservées à l’église paroissiale (trois de cuivre, une d’argent) avant d’élargir son regard aux croix du bourg puis de la campagne : comme si ces dernières n’étaient que les éclats réfractés des croix les plus précieuses, par leur matériau et leur histoire peut-être29 mais surtout parce qu’elles sont conservées à l’église où elles sont utilisées en permanence dans la liturgie. Nul doute que si la paroisse avait détenu une relique de la Vraie-Croix, Robert Causer lui eût accordé la première place. C’est dire que la logique typologique, ou à plus forte raison archéologique, n’est pas le propos de son inventaire qui mélange allégrement mobilier et architecture, orfèvrerie et sculpture, et jamais ne se soucie de relever des indices d’ancienneté. À vrai dire, si notre recteur distingue croix de bois et croix de pierre, désigne l’une ou l’autre par leur nom usuel30 et fournit la date de quelques érections ou restaurations, c’est surtout pour faciliter les identifications, témoigner de l’apport constructif de son rectorat, souligner la nécessité d’un entretien futur.

  • 31 Sur ce pardon clandestin, décrit à peu près dans les mêmes termes un siècle plus tard par Anatole (...)
  • 32 Croix de mission exceptée : le recteur précise que le bois et le Christ furent offerts par M. Mago (...)
  • 33 Les comptes de fabrique et les délibérations du général postérieures au regroupement effectué par (...)

13Car M. Causer s’est personnellement engagé dans la dévotion à la Croix : il évoque un « pardon de la Croix », célébré le second dimanche de septembre autour de la croix de mission, et l’un des très rares cantiques qu’il fait chanter à ses paroissiens est un « cantique de la Croix ». Surtout, il a procédé au rétablissement d’une dizaine de croix rurales, dans le but de « rappeler sans cesse aux riverains le monument de leur rédemption ». Dans un cas précis, l’intention dépasse la simple pédagogie, quand M. Causer érige une croix près de la fontaine Saint-Gouesnou, dans un endroit qui n’en avait, de mémoire d’homme, jamais porté : le lieu est le théâtre, chaque jeudi de l’Ascension, d’un véritable pardon sauvage en marge du clergé « sans office ni procession31 ». Plusieurs fois, M. Causer a été tenté de l’officialiser en construisant une chapelle : les « jeux et les danses » du pardon l’en ont dissuadé. Mais il y dresse une croix de bois qui lui permet d’intégrer symboliquement les « pèlerins » de saint Gouesnou dans son quadrillage de l’espace paroissial… tant il est vrai que les cases bien rangées de son inventaire sont aussi, bien sûr, une forme de contrôle. Se dessine ici une certaine « politique des croix », dont les conditions concrètes de réalisation nous échappent toutefois largement. Si le recteur est motivé, qu’en fut-il des paroissiens qui oublièrent si vite ces croix ensuite ? Qui assura leur financement, sur lequel notre informateur reste totalement muet32 ? Ici à nouveau, l’archive se dérobe33, mais elle nous a furtivement laissé entrevoir l’essentiel : à coup sûr, le xviiie siècle n’a pas été, à Spézet, un temps mort de la sacralisation de l’espace.

  • 34 Deux croix à Cléden-Cap-Sizun, quatre à Esquibien, cinq à Plogoff, une à l’île de Sein : sur les d (...)

14Entre la série monumentale – avec sa statistique sécurisante mais peut-être illusoire – et l’étude archivistique – éclairante mais qui peut bien ne révéler qu’un cas particulier – la double méthode mise ici en œuvre ne conduit pas à des certitudes assurées. Nous pensons néanmoins que le décalage qu’elle révèle permet d’avancer dans la compréhension d’une réalité complexe. Sans doute le xviiie siècle construisit-il peu de croix rurales, en « Finistère » tout du moins : la faiblesse est trop caractérisée et trop générale pour qu’on puisse la réduire au simple effet de destructions ultérieures. Mais si la pulsion crucifère est globalement affaiblie, il est clair qu’elle a pu rester localement forte, à la faveur d’un recteur dynamique ou encore de telle tradition locale de « pays » : l’inventaire d’Y.-P. Castel permet, à ce sujet, de repérer semblable phénomène dans le cap Sizun, où le xviiie siècle, et particulièrement les années 1770, voient de nombreuses érections et restaurations où l’on devine une véritable émulation collective34. La vigoureuse reprise d’après 1860 ne se comprendrait pas sans cette permanence discrète.

15Reste enfin un vaste domaine, où Hervé Martin voyait en 1977 la vraie originalité des croix bretonnes : les pratiques qui les accompagnent et, plus encore peut-être, leur maintien tardif ; de façon conséquente, la perception d’étrangeté qu’elles suscitent. Spézet ne nous aura, sur ce point, pas appris grand-chose. Mais il n’est pas interdit, à quelques toises du Morbihan, de relever un témoignage presque contemporain, concernant deux paroisses vannetaises. En 1753, un avocat rennais transmet en cour de Rome une demande d’indulgences formulée par les recteurs de Baud et de Camors à l’intention de ceux qui prieront devant les croix de leurs paroisses. Et il croit bon de l’enrichir des précisions suivantes :

  • 35 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 10 J4, registre de l’expéditionnaire Alexandre Arot, expédition n° 893 (...)

« Il y a en Basse-Bretagne des dévotions particulières à des calvaires qui sont de magnifiques croix élevées & très parées dans les places des villes dans des lieux éminents dans les campagnes, ce qui y attire une dévotion édifiante des peuples. J’y fis voiage l’an dernier et je fus etonné et [ ?] de la piété des fidèles à ces calvaires où il y a, à tous les pas, des personnes en prière35. »

  • 36 Je n’ai relevé qu’une mention antérieure aux croix et calvaires, mais elle a trait à l’objet et no (...)

16Propos de circonstance sans doute, destinés à renforcer l’argumentaire des correspondants romains qui iront solliciter la faveur en Curie ; mais aussi ouverture précieuse sur des pratiques dévotes que le xviiie siècle a sans nul doute encouragées ; ouverture enfin sur une perception « exotique » des croix bas-bretonnes, exprimée peut-être ici pour la première fois36. Si tel était le cas, ce ne serait pas le moindre apport du xviiie siècle.

Notes

1 Archives des sciences sociales des religions, t. 43/1, janvier-mars 1977, p. 23-38. Voir aussi « La fonction polyvalente des croix à la fin du Moyen Âge », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 90, 1983, p. 295-310.

2 Pour une mise en perspective historiographique, Pourchet I., La perception des croix et des calvaires en Bretagne aux xixe et xxe siècles, mémoire de maîtrise, université Rennes 2, 1991.

3 Cf. l’itinéraire proposé par Hervé Martin à travers le diocèse de Léon : « Dans les pas des pèlerins du Léon », L’Histoire, n° 25, 1980, p. 62-63.

4 Castel Y.-P., Atlas des croix et calvaires du Finistère, Quimper, Société archéologique du Finistère, 1980. Aux 3 135 notices alors parues, l’auteur estime qu’il faudrait aujourd’hui ajouter 500.

5 Ibid., p. 19.

6 Cf. Castel Y.-P. et Provost G., « Un indicateur privilégié d’histoire religieuse : les érections de croix et calvaires dans le Finistère (xvie-xxe siècles) », Provost G. (dir.), Bretagne et religion. Travaux de la section Religion de l’Institut culturel de Bretagne, t. 3, Vannes, 2002, p. 93-114.

7 Sont retenues ici les datations au siècle, s’appuyant sur des critères stylistiques ou des dates inscrites.

8 À l’exemple de celles de 1762 à Plouider et Trézilidé.

9 Plus de 80 % des cas. Cf. également Castel Y.-P., « Essai d’iconographie appliquée. Dates et inscriptions sur les croix et calvaires du Finistère du xve au xviiie siècle », Charpiana, Rennes, 1991, p. 139-149.

10 À l’exemple de la croix de mission dressée par les Capucins sur le quai de Tréguier à Morlaix en 1785 (signalée par Castel Y.-P., op. cit., p. 175).

11 Sur leur succès, particulièrement en Vannetais, Lemoine N., Le culte des reliques en Bretagne entre 1680 et 1790, mémoire de maîtrise, Rennes, 2001.

12 Martin P., Les chemins du sacré. Paroisses, processions, pèlerinages en Lorraine du xvie au xixe siècle, Metz, Serpenoise, 1995.

13 Castel Y.-P., En Bretagne, croix et calvaires/Kroaziou ha kalvariou hor bro, Tréflévénez, Minihy Levenez, 1997, p. 117.

14 Arch. dép. Finistère, 268G2. Les deuxième et troisième registres sont respectivement cotés 100 J 257 et 268G15.

15 Ce document a fait l’objet de publications partielles : Diverrès H., « Notice sur la commune de Spézet », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1888, p. 274-282 ; la liste des pardons est reproduite par Roudaut F. dans Le Gallo Y. (dir.), Le Finistère de la Préhistoire à nos jours, Bordessoules, Saint-Jean-d’Angély, 1991, p. 272-273. Le contenu est également abondamment utilisé par Arlaux C., À la découverte de Spézet, une commune du Centre-Finistère, Spézet, Coop Breizh, 1986 et par l’important travail réalisé dans le cadre du CRBC par Lollier M., Spézet 1720-1780 : organisation civile et religieuse (aimablement communiqué par l’auteur que je remercie vivement).

16 Ces procès-verbaux étaient initialement joints à la liste mais ont malheureusement disparu.

17 Martin H. et L., art. cit., p. 30.

18 Il s’agit : 1. de la croix du Cran (néanmoins très remaniée en 1908 en réutilisant un calvaire situé au village de Poullancerf, mentionné par le recteur Causer) ; 2. de la croix dite aujourd’hui de Pen-ar-C’hoat (qui doit être celle que le recteur disait « de Goascadien ») ; 3. de la croix de la chapelle Sainte-Thérèse, construite au carrefour de Kerlaviou en 1936-37 : d’après un article de presse intégré au registre paroissial conservé au presbytère de Spézet, elle remplace une croix ancienne datée de 1726 et disparue vers 1925, qui doit être celle que le recteur Causer qualifie de « croix de K[er]haliou huelaf » ; mais la croix implantée en 1936 est elle-même une croix ancienne, datée de 1647, et qui était jusqu’alors au village de Keroues (et mentionnée à cet endroit par le recteur). Pour toutes ces informations de terrain, je suis très redevable à Mme Claire Arlaux, de Landeleau, qui a collecté pour moi des renseignements auprès de M. Jean Lollier, ainsi qu’au P. Mahé et à M. Emile Cras qui m’ont permis de consulter les archives du presbytère.

19 Consulté à la mairie de Spézet.

20 Du reste, les croix de Poullancerf et Keroues, dont des vestiges subsistaient respectivement en 1908 et 1936, ne sont pas mentionnées.

21 Citons l’assassinat de l’adjoint de la commune le 28 prairial an IV et celui d’un militaire du détachement de Landeleau le 23 ventôse an VII… après quoi la commune fut mise en état de siège (Arch. dép. Finistère, 10L118).

22 Arch. dép. Finistère, 10L118, lettre du commissaire du directoire exécutif près le canton de Saint-Hernin au commissaire du directoire exécutif près le département du Finistère, 15 nivôse an VIII.

23 À l’exemple de ce qui se passe dans le « pays de Bignan » (Frelaut B., « Le vandalisme révolutionnaire en

Morbihan », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. 73, 1995, p. 213-231).

24 Très rares sont les procès-verbaux attestant de la mise bas des croix ou des statues : pour le pays de Lannion, quelques uns sont conservés aux Archives départementales des Côtes-d’Armor, 1Q173.

25 Ouest-France, édition de Carhaix, 3 février 1994. De fait, une croix de pierre est mentionnée à Kerzellec à la fin du xviiie siècle.

26 Je dois cette opportune suggestion à Mme Arlaux.

27 Y.-P. Castel l’avait déjà soupçonnée, à partir des toponymes (En Bretagne…, op. cit., p. 55).

28 Soit respectivement des fabriques de la confrérie du Rosaire et de l’église paroissiale.

29 L’argument ne vaudrait que pour une seule d’entre elles, la croix d’argent datée de 1534.

30 Deux appellations renvoient sans doute au constructeur : « la croix de Bodennec au bourg » et « la croix de bois de Vincent Cam à Saint-Adrien » ; une troisième appellation est bien mystérieuse : « la croix agres près Bodizel », où l’on se résout difficilement à voir une indication géologique, même si le grès est fréquemment utilisé par les calvaires du bassin de Châteaulin.

31 Sur ce pardon clandestin, décrit à peu près dans les mêmes termes un siècle plus tard par Anatole Le Braz, Provost G., La fête et le sacré. Pardons et pèlerinages en Bretagne aux xviie et xviiie siècles, Paris, Le Cerf, 1998, p. 387.

32 Croix de mission exceptée : le recteur précise que le bois et le Christ furent offerts par M. Magon, seigneur du Boisgarin.

33 Les comptes de fabrique et les délibérations du général postérieures au regroupement effectué par M. Causer en 1774 ont complètement disparu.

34 Deux croix à Cléden-Cap-Sizun, quatre à Esquibien, cinq à Plogoff, une à l’île de Sein : sur les douze, dix dans les années 1770 !

35 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 10 J4, registre de l’expéditionnaire Alexandre Arot, expédition n° 893, 27 avril 1753.

36 Je n’ai relevé qu’une mention antérieure aux croix et calvaires, mais elle a trait à l’objet et non à la pratique : un voyageur charentais en Cornouaille relève en 1672 que les chapelles sont accompagnées « de croix qui ne sont souvent que d’une seule pierre bien qu’il y ait plusieurs figures qui représentent ordinairement un Dieu de pitié », soit une Pietà (Jouvin de Rochefort, Le voyageur d’Europe, où sont les voyages de France d’Italie et de Malthe…, Paris, 1672, p. 217). À ces exceptions près, croix et calvaires n’intéressent guère les voyageurs avant les années 1830.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Chronologie des croix et calvaires datables7 du Finistère (xiiie-xxe siècles) d’après l’inventaire d’Y.-P. Castel.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19849/img-1.png
Fichier image/png, 932k
Légende Fig. 2. – L’espace sacré de la paroisse de Spézet (Cornouaille) en 1774-1781.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19849/img-2.png
Fichier image/png, 2,7M

Auteur

Université Rennes 2 – Haute-Bretagne

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540