Version classiqueVersion mobile

Le cinéma, et après ?

 | 
Maxime Scheinfeigel

5. Des images aux écrans

« Incrustations » vidéo et figuration de l’affect : les dispositifs d’écrans internes et leur rapport à l’espace filmique contemporain

Antoine Gaudin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Il y a connivence de base entre l’imaginaire et l’optique. »
Max Milner

Dans le vaste champ théorique qui se déploie autour des relations entre cinéma et vidéo, la question posée par cet article pourrait se formuler ainsi : comment le cinéma a-t-il pu trouver dans la vidéo les conditions de son renouvellement, de son dépassement, de son propre prolongement ? Plus précisément, il sera ici question des dispositifs d’écrans internes (lorsqu’on a une image vidéo à l’intérieur d’une image de cinéma), considérés en rapport avec un problème esthétique d’ordre général : celui de la figuration de l’affect dans la forme cinématographique.

Il ne s’agit donc pas de s’inscrire dans un discours « prophétique », ou de rupture, selon lequel la vidéo constituerait elle-même un « après » du cinéma. Ce discours aurait aujourd’hui, de toute façon, au moins une vingtaine d’années de retard, même si l’on remarque qu’il est périodiquement réactivé chaque fois qu’apparaît et se diffuse une nouvelle techniqu...

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search