Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Quatrième partie. Le peuple chrétien

Les concessions pontificales d’indulgences d’Honorius IV à Urbain V (1285-1370) : leur portée pastorale. Jalons pour une enquête

Charles M. de la Roncière

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Rapp Francis, « Jubilé et indulgences sous les papes d’Avignon », Annuaire de la Société des amis (...)

1Les indulgences accordées par les papes d’Avignon ont fait l’objet d’un article récent de Francis Rapp dont l’auteur examine principalement les indulgences de jubilé, mais commence par rappeler comment les indulgences se sont mises en place, en profitant de la diffusion de la confession auriculaire. À l’occasion de cette confession, le prêtre, une fois l’aveu entendu et l’absolution accordée, impose à son pénitent vraiment contrit une « satisfaction », une expiation destinée à effacer non plus le péché, il l’est, mais la « peine temporelle due au péché », peine qui autrement aurait le purgatoire pour cadre. Cette expiation peut (ou pouvait) entraîner, des années durant, des obligations pénibles (jeûnes, exclusion, costume). Or elle n’agit que complètement exécutée. Redoutable perspective. C’est là qu’intervinrent les indulgences, présentées par l’Église comme des remises soit totales (mais c’est rare) soit partielles de ces obligations contre une démarche beaucoup plus légère – une visite à l’église, une aumône, etc. – codifiée par elle. La pratique des indulgences commença à véritablement s’étendre au xiiie siècle quand le purgatoire prit une consistance plus ferme dans les consciences et dans les imaginations. Dante et bien des peintures le disaient et le montraient crûment à tous : c’est dur, le purgatoire. Les théologiens pour leur part, maître Albert, frère Thomas et frère Bonaventure et d’autres, firent la théorie de la pénitence. Ne concernant pas la coulpe (la faute), mais la peine, l’indulgence est le fruit de l’unité du Corps mystique ce qui la rend valable : les mérites des uns, et d’abord ceux du Christ, peuvent être dispensés aux autres. La gestion de ce trésor appartient de droit au pape, agissant au nom de Dieu. Dans certaines limites, les évêques peuvent eux aussi distribuer des indulgences. Mais restons en là sur ce thème général de l’indulgence et sur les dérives rapidement entraînées par son usage dès les papes d’Avignon, et bien décrites par B. Guillemain1.

2Mon propos sera ici ciblé sur un aspect à la fois large et particulier de la question, à savoir l’attitude quotidienne des papes eux-mêmes à l’égard de cette pratique, d’après les registres de leurs lettres. La lecture suivie de ces registres montre en effet que les pontifes distribuent régulièrement à des personnes, ou beaucoup plus fréquemment à des lieux de culte locaux, des indulgences modestes (de 40 jours à un an et 40 jours, très rarement plus), et l’on est tenté de les parcourir comme une routine. Mais leur nombre même et l’insistance parfois mise par les pontifes à les multiplier confèrent à leur ensemble une portée qui mérite qu’on s’interroge : chaque pape semble les intégrer dans une politique qui lui est propre, alors que dans le long terme on croit voir se dégager peu à peu dans leur usage, au fil des règnes, quoique non sans oscillations, des intentions à la fois pastorales, liturgiques et ecclésiales qu’on se dit consciemment voulues. Qu’en est-il ?

3Prendre en compte toutes les indulgences accordées par les pontifes pendant ces cent années serait l’objet d’un livre. J’appuierai donc mes observations sur de simples sondages tantôt rapides, mais tantôt aussi étoffés. Ils porteront sur les actes de Honorius IV (1285-1287), Nicolas IV (1288-1292), Boniface VIII (1295-1303), Jean XXII (1316-1334), Clément VI (1342-1352) et, pour finir en dégageant plus largement l’horizon, sur ceux d’Urbain V (1362-1370) si remarquablement édités par l’équipe Hayez. Il y aura encore beaucoup à faire, mais j’espère tracer quelques pistes.

  • 2 Registres d’Honorius IV, Proum. (éd.), Paris, 1886-1888, n° 376, 385, 386 (avril 1286), 591, 651. (...)

4De manière générale, avant l’exil avignonnais, les papes de Rome ont quelques destinataires privilégiés qui leur sont communs. Il s’agit principalement des monarques et de quelques princes. Les rois sollicitent des pontifes et ils obtiennent pour eux-mêmes tout un ensemble de privilèges (échapper, eux et leur cour, à l’interdit ; faire célébrer la messe avant le jour et sur un autel portatif ; pénétrer – pour les reines – en clôture de moniales, etc.) qui font de leur entourage proche un lieu préservé. Mais aussi un lieu béni, un lieu de grâce, et cela par le moyen des indulgences. À qui prie pour le roi de France, ou de Sicile, ou de Majorque, à qui assiste aux prédications qu’on leur adresse, à qui fréquente leur chapelles respectives, les papes successifs accordent gracieusement les indulgences demandées par les monarques (de 10 à 100 jours)2.

  • 3 Holmes G., Florence, Rome and the Origines of the Renaissance, Oxford, 1986. Franchi A., Nicholaus (...)
  • 4 Registres Nicolas IV, n° 632-635. Guillemain B., op. cit., p. 265-266.
  • 5 Ibid., n° 1432, 4712.
  • 6 Registres Boniface VIII, n° 3875 ; jubilé : Stickler A., Il Giubileo di Bonifacio VIII, Aspetti gi (...)

5On pourrait s’attendre de la part de ces pontifes romains à des faveurs particulières à l’intention des églises de l’Urbs ; ce n’est pas le cas pour tous. Nicolas IV se montre pour sa part très généreux. Son attention se porte sur dix églises et basiliques, et plus particulièrement sur les deux grandes basiliques de Saint-Jean-de-Latran et Sainte-Marie-Majeure. À Sainte-Marie-Majeure, qui lui doit tant d’aménagements et de mosaïques3, il ajoute aux privilèges accordés par cinq de ses prédécesseurs une indulgence supplémentaire de 3 ans et 3 quarantaines, valable depuis le jour de la dédicace jusqu’à l’octave de la Nativité de la Vierge, valable aussi pour six autres fêtes majeures (Nativité, Épiphanie, Résurrection plus octave, Purification et Annonciation de la Vierge, Saint-Matthieu) et pour les stations habituelles, etc. (août-septembre 1288)4. À Saint-Jean-de-Latran, qui lui doit des embellissements et une mosaïque, un privilège de septembre 1289 concède des indulgences appliquées aux anniversaires des dédicaces, octaves compris, des trois grandes basiliques (Latran, Vatican, Saint-Paul), ainsi qu’aux fêtes de la Vierge, des deux saints Jean, de saint Laurent et du Christ, avec ceci de particulier que leur montant varie de 3 ans et 3 quarantaines à 7 ans et 7 quarantaines selon l’origine des pèlerins (3 pour les Romains,5 pour les Italiens, 7 pour les transmontains). Ces mêmes privilèges sont étendus en mars 91 à d’autres fêtes de saints (Agnès, Pierre et Paul) ainsi qu’aux célébrations entourant les insignes reliques vénérées au Latran, les chefs de Pierre et de Paul capita sanctorum Petri et Pauli5. Saint Jean est manifestement le but privilégié de pèlerinages. Le pape les encourage, au bénéfice de l’Urbs, anticipant les indulgences du jubilé de 1300. Cette politique n’était pourtant annoncée en rien par Honorius IV, totalement indifférent en la matière à l’égard des églises romaines (pas une seule bulle d’indulgence en leur faveur), et Boniface VIII ne s’en inspira lui aussi que très peu, sauf un privilège pour Saint-Clément, et sauf, bien entendu, l’indulgence plénière pour le jubilé (22 février) mais comme malgré lui et poussé par l’afflux des pèlerins, afflux largement stimulé par les privilèges de Nicolas IV6.

  • 7 Registres Honorius IV, voir notes précèdentes, en outre 395 (indulgence plénière) 415, 790-791 (le (...)

6En réalité, les trois pontifes manifestent chacun une attention radicalement différente à l’égard des indulgences elles-mêmes. Elles comptent très peu pour Honorius IV. On en relève dix parmi ses 1512 actes, soit 0,66 %. La famille royale française en confisque la moitié. Trois autres s’éparpillent sur une poignée de monastères. Une autre encore, parmi d’autres privilèges, soutient en Allemagne l’action d’un légat. La dernière, la plus spectaculaire, accorde l’indulgence plénière (venia… que concedi transferantibus in Terre Sancte subsidium secundum Lateranensis statuta concilii consuevit) aux contribuables assujettis à une décime de croisade (Philippe III en Aragon) qui l’auront acquittée dans un certain délai (30 avril 1286)7.

  • 8 Registres Nicolas IV, n° 257, 289, 415, 451, 459, 1215, 1414 (1288-1289). 44456, 4590, 4663, 4666, (...)

7Passer d’Honorius IV à Nicolas IV révèle un changement stupéfiant. Dès son avènement, le nouveau pape se montre décidé à davantage utiliser ce qui apparaît constituer à ses yeux un outil pastoral. Il y a recours vingt et une fois en 9 mois (3,6 % de ses actes en mai-janvier 88-89). Puis la cadence augmente au fil des mois : deux ans plus tard, de février à avril 1291, 123 actes sur 300 (41 %) sont des indulgences. Leurs bénéficiaires en sont extrêmement variés : les monarques, les églises romaines, oui, mais bien davantage de multiples lieux de culte éparpillés en chrétienté, particulièrement dans le Royaume de France (le plus avantagé), les Royaumes de Naples et d’Italie, les États pontificaux et l’Empire germanique ; l’Angleterre et l’Espagne restent en retrait. Ces lieux de culte appartiennent à toutes les institutions qui font l’Église, monastères (surtout OSB) et couvents (notamment OFM), églises cathédrales et paroissiales, hôpitaux et léproseries, quelques chapelles aussi, tandis que, parmi eux tous, le pontife sélectionne discrètement les sanctuaires à reliques : huit exemples en 88-89, six en février-avril 12918. En choisissant tous ces lieux de culte, le pape cible naturellement à chaque fois l’indulgence sur une fête particulière, probablement désignée dans une supplique du bénéficiaire. Cette fête est quasi constamment celle du saint patron, et l’indulgence accordée est prolongée une fois sur deux pendant tout l’octave. Quand la Vierge se trouve être la patronne, l’indulgence est élargie à ses quatre principales fêtes (Nativité, Annonciation, Purification, Assomption). Mais en fin de règne, Nicolas IV tend à étendre cette dévotion – les quatre fêtes de Marie – à des églises où son patronage n’apparaît pas, et qui se trouvent indulgenciées à ce double titre, leur patron et Marie (une quarantaine de cas en février-avril 1291). Il arrive aussi, et plus fréquemment là encore en fin de règne, que le pontife désigne, à côté du patron, un autre saint dont la fête sera honorée comme celle du premier (cinquante cas pendant la même période). Pour saint Benoît, il s’agit de sainte Scholastique, pour sainte Claire, de saint François ; pour les autres, les bulles citent les saints sans donner les motifs de leur choix, mais on peut voir en eux soit les patrons secondaires, soit les titulaires d’un autel, d’une icône, d’une dévotion locale, etc. Les fêtes du Christ en revanche sont rarement évoquées, surtout associées entre elles. Une seule indulgence se propose de le faire et elle en regroupe quatre : Noël, Épiphanie, Ascension, Pentecôte. Notons enfin qu’on décèle une légère inflation dans l’importance des indulgences : en début de règne, elles étaient pour la plupart fixées à un an et une quarantaine, mais un bon tiers plafonnait à 100 jours, trois ans plus tard, toutes s’établissent à un an une quarantaine.

  • 9 Schneyer J. B., Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters für die Zeit von 1150- 1350(...)
  • 10 Peintures : cf. n. 10 et Le Peuple des saints. Croyances et dévotions en Provence et Comtat Venais (...)

8Étendant ainsi sa sollicitude à la chrétienté, le pape se plie probablement aux suppliques locales tendant à rehausser par une indulgence la solennité patronale. Mais son prédécesseur, face aux suppliques qu’il ne manquait pas de recevoir lui aussi, réagissait avec une circonspection sans commune mesure avec la largesse du pape Nicolas. Cette nouvelle attitude ne peut que correspondre de la part du pontife à une politique délibérée. Observons d’abord que la rosée de ses indulgences ne manquera pas d’attirer, au jour de la fête du saint, les fidèles à l’église, ou autres lieux de culte, ainsi qu’au sermon de sancto qui accompagnera éventuellement la cérémonie. Cela au bénéfice des aumônes, le pape le sait bien et tel est l’objectif des suppliques qu’on lui adresse. Il est également possible que chaque privilège ait donné lieu en contrepartie au prélèvement d’un droit au bénéfice de la curie. Mais n’oublions pas les responsabilités exercées par le pontife comme ministre général (Jérôme d’Ascoli) à la tête de l’ordre de Saint-François. Sa fibre franciscaine et sa responsabilité pontificale l’auront certainement amené à voir les choses de plus haut. En insistant sur les saints, sur la Vierge, le pontife va dans le sens des prédications où excellent désormais beaucoup de clercs, et tout particulièrement les Frères mendiants, et qui comportent une vaste panoplie de sermons de sanctis9. Cet apostolat de la parole n’est certainement pas indifférent à cet ancien responsable des Mineurs. Il aura aussi, et peut-être surtout, pris en compte, dans les indulgences, l’instruction plus globale des fidèles, la fréquentation dévotionnelle et/ou liturgique des lieux sacrés, et, dans cette fréquentation même, une meilleure promotion du culte envers les saints, culte populaire et soutenu par l’Église et qui prend du reste au même moment d’autres formes, par exemple dans la peintures (retables ou fresques) et dans l’onomastique10. Et puis on est également frappé par l’impulsion délibérée donnée par le pontife aux fêtes de la Vierge, dans les lieux de culte mis ou non sous son patronage. En privilégiant partout ces fêtes, en orientant ces jours-là vers les églises la dévotion mariale des fidèles, il aura voulu stimuler cette dévotion et mieux l’insérer dans les cadres ecclésiaux et dans l’année liturgique. En fin de règne, Nicolas IV ajoute parfois à sa liste les fêtes de saint Jean-Baptiste, des deux saints Jean, des saints Pierre et Paul, diffusant çà et là, dans et hors de l’Urbs, des dévotions à la fois ecclésiales et romaines. Car le pape, rappelons-le, n’oublie pas le rôle majeur de l’Urbs. Beaucoup d’églises y sont indulgenciées et les grandes basiliques reçoivent, outre les privilèges cités plus haut, la menue monnaie tentante d’avantages particuliers : indulgences tous les dimanches, tous les jours de carême, et même tous les jours, etc.

  • 11 Registres Boniface VIII, n° 2, 5, 6, 49, 49b, 54, 73, 81, 83, 133, 149, 196, 225, 275, 285, 288, 2 (...)

9La politique de Boniface VIII ne s’inspire que faiblement de celle de son prédécesseur. Dans ses 500 premiers actes de 1295, 35 encore (7 %) ont une indulgence pour objet, chiffre supérieur à ceux des premiers mois de Nicolas IV. Mais cette proportion s’abaisse à 4,2 % les mois qui suivent, puis à 1,2 % en 1299 et à 2,2 % en 1300. Elle s’écarte toujours plus des chiffres records du pape Nicolas. Une politique analogue inspire pourtant le pape Caetani dans ses choix – les saints patrons, les quatre fêtes de la Vierge – mais ses actes infiniment plus rares (17 concessions d’indulgences en deux ans – 1299-1300 –, contre 123 en trois mois seulement pour Nicolas IV en février-mai 1291) ne touchent que quelques monastères, quelques cathédrales et une poignée d’églises, notamment en fin de règne. Bravant les suppliques, il s’est détourné d’un horizon pastoral peut-être trop mendiant à ses yeux11.

10Puis les papes quittent Rome. Sans pouvoir suivre leur politique d’un bout à l’autre, nous en observerons deux moments, l’un sous Jean XXII, l’autre sous Urbain V.

  • 12 Jean XXII. Lettres communes, Mollat G. (éd.), 16 vol., Rome, 1904-1947. Clément V, cf. Guillemain (...)
  • 13 Remarques portant sur les 30 indulgences des années 1325-1326 et 1333.

11Les registres de Jean XXII ont gardé trace de 64421 lettres communes12. D’après les tables dressées par Mgr Mollat et collaborateurs, 594 ont trait aux indulgences et se répartissent elles-mêmes en trois grands groupes. Les unes bénéficient à tous les fidèles présents aux messes ou prédications célébrées devant les grands, princes ou rois, ou récompensent les prières privées récitées à leur intention (92 et 32) ; d’autres viennent stimuler les aumônes (manus adjutrices) destinées aux travaux d’érection ou de réparation des lieux de culte (134) ; les autres enfin sont accordées à qui visite les sanctuaires privilégiés ; on en compte 268. On voit que le pape Duèze est sensible comme ses prédécesseurs aux requêtes qui font des cours princières des lieux surprotégés, qu’il se soucie des constructions, souvent princières aussi. Qu’il pense aux lieux de culte. Mais l’ensemble de ses 594 indulgences, ne représente que 0,92 % de ses lettres et les églises en souffrent particulièrement, puisque les indulgences accordées à leurs visiteurs (visitantibus) ont chu à 0,41 % de l’ensemble – à 0,62 % en tenant compte des aumônes (manus adjutrices) indulgenciées. C’est que la marée des concessions bénéficiales absorbe désormais son temps et submerge sa correspondance. Dans ce transfert d’intérêt dont l’arrachent rarement les suppliques, le pape s’en tient aux répartitions de ses prédécesseurs entre monastères, cathédrales, chapelles, avec un léger accent, là encore, sur les sanctuaires à reliques ou à miracles. Il continue à insister sur les quatre fêtes de la Vierge et il y joint moins rarement les fêtes du Christ. Il est en revanche plus parcimonieux sur la durée des allégements de peine. Il s’en tient le plus souvent à 100 jours, parfois à 40. Les indulgences d’un an sont peu nombreuses et celles d’un an et 40 jours exceptionnelles13.

  • 14 Clément VI, Lettres secrètes et curiales se rapportant à la France, Déprez et al. (éd.), Rome, 191 (...)

12Une consultation des 4000 lettres secrètes et curiales du pape Clément VI (1342-1352) se rapportant à la France le montre, dans cette catégorie de lettres, très peu concerné par les indulgences accordées visitantibus ecclesiam. Les tables en enregistrent huit pour l’ensemble du règne, une à peine pour 500 lettres (0,2 %). Les circonstances, à savoir la peste, l’entrainent plutôt vers les indulgences in articulo mortis (96 soit 2,4 %). Mais il faudrait comparer aux informations des lettres communes qui ne sont pas publiées14.

13Sous le pape Urbain, la politique lancée isolément par le novateur Nicolas IV puis reprise très au ralenti, sur les plans pastoral et liturgique, par un pontife comme Jean XXII, atteint sa maturité après des péripéties à tirer au clair. Pour l’ensemble de son règne, Urbain V expédie environ 720 indulgences, soit 2,6 % des actes de sa chancellerie, performance globale très supérieure à celle de ses prédécesseurs. Elle prend son relief quand on observe la distribution de ces indulgences, lesquelles sont accordées précisément dans leur quasi totalité à des lieux de culte (2,5 %) et ceux-ci sont eux-mêmes très divers : autels, chapelles isolées ou logées dans une église ; églises cathédrales, paroissiales, collégiales, monastiques ou mendiantes, ou encore hospitalières.

  • 15 Urbain V. Lettres communes, Laurentm. H., Hayez M. et A. M., Matthieu J., Yvan M. F. et al. (éd.), (...)
  • 16 pars ligni sancte Crucis et reliquie s. Hedwigis virginis et nonnulorum sanctorum, chapelle du duc (...)

14Du premier 1er novembre 1363 au 1er mai 1364, pour prendre un exemple de six mois, Urbain V émet 420 actes, dont 60 sont des indulgences, soit 14 %, chiffre significatif de sa politique du moment – liée à la peste de 1363 ? –. Deux d’entre elles sont accordées à des princes, le duc de Silésie (pour sa chapelle) et Waldemar, roi de Danemark (pour quatre chapelles royales), et d’autres encore, hors de notre période, ont des destinataires princiers. La très haute aristocratie reste spirituellement privilégiée, dans ses lieux de culte (chapelles) et ses démarches de piété (prédications, dispense d’inderdit, etc.)15. Pour le commun des institutions et des fidèles, on retrouve la même dispersion des indulgences, déjà signalée chez Nicolas IV, entre églises monastiques ou régulières (douze, pour six ordres différents – bénédictins, prémontrés, augustins, mendiants), et églises paroissiales (une dizaine). Comme ses prédécesseurs enfin, Urbain V reste attentif à ces sanctuaires privilégiés (une dizaine) qu’illustrent soit des reliques, soit des miracles, soit de grandes fêtes coutumières. Il décrit ces reliques, insiste sur ces miracles et ces fêtes : Dieu parle dans le merveilleux16.

  • 17 N° 11183, 11202, 11305, 11316, 11346, 11425, 11496.

15Quelques légères modifications cependant sont à souligner dans sa politique générale par rapport aux papes antérieurs. Les habituelles chapelles ou altaria, qu’on repère parmi les bénéficiaires sont désormais en nombre croissant (117 – 16 %), et cela est plus nouveau : Urbain V prend acte des dévotions de groupes (confréries ou autres) ou de familles, dévotions elles-mêmes plus fréquentes, et ne refuse pas de les aider. D’autre part, les malheurs du temps, et notamment en France la guerre de Cent Ans, ont multiplié les ruines et l’on voit en 1363-1364 le pape stimuler souvent par des indulgences ceux qui ad reparationem… manus porrexerint adjutrices17 ainsi que les hôpitaux. Mais Jean XXII était déjà attentif à la chose. Enfin si, d’Avignon où il se trouve, le pape continue de répandre sur toute la chrétienté les bienfaits de ses indulgences, à l’époque qui nous occupe, il en réajuste la distribution au bénéfice de l’Angleterre, qui l’emporte avec 22 actes, la France d’oc ne suivant qu’en second avec 14 actes, suivie elle-même de la France d’oïl et de l’Italie – 10 actes pour chacune – et de la Germanie avec 3 actes, la Suisse, le Danemark, l’Espagne, l’lrlande et les Pays-Bas recueillant chacun une ou deux miettes (chiffres de 1363-1364).

16Le « bouquet » des indulgences à chaque fois concédées par lui attire cependant l’attention plus que leurs bénéficiaires. En 1363-1364 le pontife adopte désormais le plus souvent le modèle suivant à propos des visitantibus

« A tous ceux qui, vraiment pénitents et confessés, accéderont à l’église de x à Noël, la Circoncision, l’Epiphanie, la Résurrection, l’Ascension, la Fête-Dieu (corpus Christi), la Pentecôte ainsi qu’à la Nativité, l’Annonciation, la Purification et l’Assomption de Marie, ainsi également qu’à la Naissance de St Jean Baptiste et des bienheureux Pierre et Paul apôtres, à la dédicace de la dite église, et enfin aux octaves de ces fêtes… »

  • 18 Omnibus vere penitentibus et confessis qui eccl… in Nativitatis, Circumcisionis, Epiphanie, Resurr (...)

17indulgence d’un an et 40 jours. Cette formule est reprise trente-trois fois pendant ces six mois, et cela pour tous les types d’institutions : églises, monastères, chapelles, etc.18. Le pontife a désormais constitué un bloc de fêtes privilégiées (regroupement entrevu dès Jean XXII) qu’il propose de manière habituelle, soit de lui-même, soit en réponse à des suppliques plus ciblées, aux lieux de culte locaux. Aux indulgences coutumières attachées au patron, puis aux quatre fêtes mariales, sont associées les fêtes de trois saints parmi les plus grands, Jean-Baptiste, Pierre et Paul, et surtout, au premier rang, les sept fêtes du Christ, Fête-Dieu comprise. Cette profusion pontificale aura eu pour effet, en multipliant dans chaque lieu de culte les jours de visite indulgenciés, d’y multiplier en même temps les aumônes. Mais il serait injuste d’en rester là. Le rassemblement de ces fêtes couvre de manière quasi exhaustive les moments saillants de l’année liturgique, ceux qui correspondent notamment aux existences entrecroisées du Christ et de sa Mère, et le pape présente ces moments de manière toute spéciale à la dévotion des fidèles. Il n’exige pas de chacun de ceux-ci, pour obtenir l’indulgence, autant de visites qu’il a sélectionné de jours : une seule suffira. Mais il espère du moins, à ces moments forts du calendrier chrétien, orienter vers ces sanctuaires indulgenciés un flux supplémentaire de fidèles et renforcer chez ceux-ci, autour de ces petites cellules, le sens même de l’année liturgique. Y contribuera, dans chaque sanctuaire, la démarche même de la visite. Y contribueront aussi des prières de dévotion, les pratiques eucharistiques et communautaires de la liturgie (chapelles éventuellement et paroisses), ou encore les prédications. Le tout accompagné en chacun d’une reprise en mains personnelle, puisque l’indulgence est accordée omnibus vere penitentibus et confessis, mais à eux seulement, et cela hors de la confession obligatoire, réalisée de manière coutumière à Pâques. Un bémol cependant, qui n’est pas négligeable : tous ces avantages ne sont à chaque fois accordés par le pape, princes exceptés et quelques autres, que pour dix ans : presentibus post decennium minime valituris. Il faudra les faire renouveler, moyennant un droit probablement.

  • 19 J’estime trop brutale l’expression de Bernard Guillemain « sorte de népotisme spirituel » (op. cit (...)

18En conclusion… gardons nous de conclure trop hâtivement. Le sujet, ici abordé sous forme de sondage, mériterait d’être traité à fond sur le mode statistique, en l’insérant plus étroitement dans la conjoncture religieuse et politique du temps. L’histoire des indulgences ordinaires a son long terme, j’ai essayé d’en dégager l’allure, mais également ses péripéties. D’un pape à l’autre l’attitude peut varier du tout au tout, situation illustrée par Honorius IV et Nicolas IV, Clément VI ( ?) et Urbain V, et la politique de chaque pontife n’est pas forcément identique pendant tout son règne. Les paramètres sont nombreux : combien d’indulgences dans l’année ou dans le règne ? À destination de quelles régions, de quelles institutions ? À quelles occasions (constructions, fêtes, prédications, croisade, pèlerinages, etc.) ? De quel montant ? Pour quelle durée ? Avec quelles intentions et arrière-pensées, notamment fiscales ? Tout cela doit être pesé19. Des quelques sondages présentés ici, je dégagerai pour l’instant le schéma d’une évolution qui conduit en cent ans les pontifes, par étapes tantôt rapides, tantôt lentes et entrecoupées de sur-place, à tirer plus systématiquement parti des indulgences locales. Amorcée par Nicolas IV, cette évolution s’épanouit dans la politique de Urbain V Plusieurs enjeux simultanés semblent guider ce pontife. 1) Aider financièrement les institutions fragilisées ou ruinées par les aléas des guerres, ou dans la nécessité d’agrandir leurs bâtiments, ou simplement désireuses, guidées par l’intérêt ou stimulées par un souci pastoral, d’attirer fidèles et bienfaiteurs. 2) Faire participer la curie romaine à ces recettes – la gestion de l’Église est lourde – par la perception éventuelle de droits, désormais décennaux. 3) En dehors des croisades et des pèlerinages lointains, diffuser en chrétienté et fixer dans les lieux de culte locaux l’ensemble des dévotions adressées aux piliers de la foi (Christ, Vierge, grands saints du calendrier), de manière à y répandre à la fois l’attachement à l’Église universelle, le sens de l’année liturgique, la conscience de la communion des saints, et, au fond des cœurs, une piété plus personnelle animée par le sacrement de pénitence.

Notes

1 Rapp Francis, « Jubilé et indulgences sous les papes d’Avignon », Annuaire de la Société des amis du Palais des papes et des monuments d’Avignon, LVII, 2000, p. 85-97. Guillemain Bernard, « Papes d’A., Indulgences et pèlerinages », Cahiers Fanjeaux, 15 (1980), p. 257-268 ; « Indulgences », DTC, VII, 1923, col. 1609-1614.

2 Registres d’Honorius IV, Proum. (éd.), Paris, 1886-1888, n° 376, 385, 386 (avril 1286), 591, 651. Registres de Nicolas IV, Langlois E. (éd.), 2 vol., Paris, 1887-1893, n° 440, 934. Registres de Bonitace VIII, Digard G., Faucon M., Thomas A. et Fawtier R. (éd.), 4 vol., Paris, 1884-1939, n° 3548, 3552, 3753.

3 Holmes G., Florence, Rome and the Origines of the Renaissance, Oxford, 1986. Franchi A., Nicholaus papa iv (1288-1292), Ascoli Piceno, 1990 (biographie fondamentale) ; Roma, anno 1300, Rome, 1983.

4 Registres Nicolas IV, n° 632-635. Guillemain B., op. cit., p. 265-266.

5 Ibid., n° 1432, 4712.

6 Registres Boniface VIII, n° 3875 ; jubilé : Stickler A., Il Giubileo di Bonifacio VIII, Aspetti giuridico –pastorali (Quaderni… caetani), Rome, 1977.

7 Registres Honorius IV, voir notes précèdentes, en outre 395 (indulgence plénière) 415, 790-791 (le légat en Allemagne : ensemble de ses privilèpes) 681, 770-805, 914.

8 Registres Nicolas IV, n° 257, 289, 415, 451, 459, 1215, 1414 (1288-1289). 44456, 4590, 4663, 4666, 4676, 4712 (1291).

9 Schneyer J. B., Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters für die Zeit von 1150- 1350, Munster, vol. I-IX, 1969-1979. Rusconi Roberto, Predicazione e vita religiosa nella società italiana, Torino, 1981, p. 114-199. D’avray D. L., The Preaching of the Friars. Sermons diffused from Paris before 1300, Oxford/New York, 1985. Bériou Nicole, L’avènement des maîtres de la parole, Paris, 1998, p. 110-111 (prédication universitaire de sanctis à Paris dès 1230-1240) et passim. Pellegrini Letizia, I manoscritti dei predicatori. I domenicani dell’Italia mediana e i codici della loro predicazione (sec. XIII-XV), Rome, 1999, p. 271 sq. Analyse très poussée des mss conservés. Jérôme d’Ascoli est lui-même l’auteur de sermons de sanctis, Franchi, p. 28-30.

10 Peintures : cf. n. 10 et Le Peuple des saints. Croyances et dévotions en Provence et Comtat Venaissin. Des origines à la fin du Moyen Âge, Avignon, 1987, partie IV, Cour céleste et communion des saints, art. Aliquot et Russo. Onomastique : Cahiers de Fanjeaux, 17, 1982 (Biget) ; Comptes rendus Académie inscriptions et belles-lettres, janvier-mars 1983 (La Roncière) ; Venezie francescane, NS III, 1986 (Rippe) ; Peuple des saints, art. Coulet, Venturini, Chiffoleau.

11 Registres Boniface VIII, n° 2, 5, 6, 49, 49b, 54, 73, 81, 83, 133, 149, 196, 225, 275, 285, 288, 289, 290, 309, 310, 311, 324, 338, 367, 412 IV, 430, 431, 432, 445, 446 (février-septembre 1295) – n° 2969, 3013, 3100, 3203, 3204, 3211 (février- août 1299) – n° 3548 (1, 2, 3), 3552, 3555, 3556, 3736, 3753, 3780, 3836, 3875 (février-décembre 1300). Dupré Theseider E., Dizionario biografico d. Italiani, 12, 1970, p. 146-170.

12 Jean XXII. Lettres communes, Mollat G. (éd.), 16 vol., Rome, 1904-1947. Clément V, cf. Guillemain B., op. cit., p. 265.

13 Remarques portant sur les 30 indulgences des années 1325-1326 et 1333.

14 Clément VI, Lettres secrètes et curiales se rapportant à la France, Déprez et al. (éd.), Rome, 1910-1961.

15 Urbain V. Lettres communes, Laurentm. H., Hayez M. et A. M., Matthieu J., Yvan M. F. et al. (éd.), Rome, 1954-1986, n° 11170-11529 (7 novembre 1363-7 mai 1364). Duc de Silésie, 11170, roi de Danemark, 11397 (7 mars).

16 pars ligni sancte Crucis et reliquie s. Hedwigis virginis et nonnulorum sanctorum, chapelle du duc de Silésie, 11170 ; capellam albam nuncupatam Beatae Mariae Virginis London diocesis ad quam confluit populi multitudo, 11180 (nov.) ; ecclesias de Preyssaco et de castro episcopali invicem annexas Petragoricensis dioc. in quibus in honorem b. Joh. Bapt. Et Joh. Evang. multa miracula operantur, 11202 (nov.) ; quatre chapelles dans le diocèse de Roeskilde (Danemark) in quibus Waldemarus, rex Dacie collocare proponit certas particulas de B. Marie crinibus et vestitibus ac de ligno s. Crucis et de b. Johannis b., s. Georgii, et s. Vincentii et s. Nerei et Achilii sacris reliquiis, nuper ad se per papam traditas, 11397 (mars) ; église Sainte Marie de Cami, comm. de Luzeh (Lot) multa miracula ad honorem b. Marie V. Deus operatus est et cotidie operatur, 11425 (mars) ; paroisse de Brohrnet, dioc d’Utrecht multa miracula, 11431 (mars) ; chapelle de saint Yves dans l’église priorale des Augustins de Montpellier multa miracula, 11471 (avril) ; église Sainte-Marie de Fargis, dioc. d’Albi multa miracula 11529 (mai).

17 N° 11183, 11202, 11305, 11316, 11346, 11425, 11496.

18 Omnibus vere penitentibus et confessis qui eccl… in Nativitatis, Circumcisionis, Epiphanie, Resurrectionis, Ascensionis et Corporis Domini ac Penthecostes nec non Nativitatis, Annunciationis, Purificationis, Assumptionis b. Marie, ac Nativitatis b. Johannis Baptiste et b. Petri et Paoli apostolorum et dedicationis dicte ecclesie festivitatibus et Omnium Sanctorum celebritate et per octabas ipsarum Nat. Epiph. Resur. Ascent. Corpo. Dom. et Nativ. et Assump. b. Marie ac Nativitatis b. Johannis Baptiste et b. apost. Petri et Pauli festivitatum et per sex dies festivitatem Penthecostes sequentes annuatim visitaverint (manusque ad fabricam ejusdem eccl. porrexerint adjutrices : manque souvent) unus annus et quadraginta dies de injunctis eis penitentiis relexantur, presentibus post decennium minime valituris n° 11175 (10 nov. 1363).

19 J’estime trop brutale l’expression de Bernard Guillemain « sorte de népotisme spirituel » (op. cit., p. 265).

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540