Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Quatrième partie. Le peuple chrétien

Note sur quelques traces de religion souterraine dans la Chronique d’Arthur de Richemont (xve siècle)

Amaury Chauou

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Leguay J.-P. et Martin H., Fastes et malheurs de la Bretagne ducale, 1213-1532, Rennes, 1982, p. 1 (...)

1En 1982, Hervé Martin livrait devant l’irritante question de la possible existence d’une contre-religion dans la Bretagne ducale le sentiment suivant : « […] dans l’attente d’études plus poussées, on peut constater que les diableries sont relativement rares dans notre province […]. L’étendue, tout comme les manipulations, de la sorcellerie du bocage, échappent à l’historien pour ces siècles reculés1 ».

2Par la suite, par le biais de la prédication comme par celui des mentalités médiévales, Hervé Martin a souvent été confronté dans ses travaux au délicat problème du traitement des sources se rapportant à la religion souterraine bas-médiévale sous toutes ses formes : hérésie, magie, sorcellerie. Scrutant les progrès de la christianisation en profondeur des masses par la « machine prédicante », il ne pouvait rester insensible aux aspects de résistance, voire de rejet de cette entreprise, indices paradoxalement révélateurs du degré de bonne assimilation de la religion officielle. L’exemple d’une chronique issue des campagnes de l’Ouest au xve siècle permet d’ajouter quelques éléments supplémentaires à un dossier toujours d’actualité.

  • 2 Chronique, in OEuvres, Kervyn De Lettenhove (éd.) 8 vol., Bruxelles, 1863-1866.
  • 3 Vie du Prince Noir, Popem. K. et Lodge E. C. (éd.), Oxford, 1910 [trad. anglaise Barber R., The Li (...)
  • 4 Voir les cartes n° 1 et n° 2 dans Kerhervé J., L’État breton aux xive et xve siècles. Les ducs, l’ (...)
  • 5 Guillaume Gruel, Chronique d’Arthur de Richemont, Le Vavasseur A. (éd.), Paris, Société de l’Histo (...)

3La Chronique d’Arthur de Richemont de Guillaume Gruel n’a pas la même réputation que celle de Georges Chastellain2 pour Philippe le Bon ou que la Vie du Prince noir du héraut Chandos3. Pourtant, tout à la fois littérateur et historiographe, Guillaume Gruel n’est pas un auteur à négliger. Issu de la petite noblesse du pays de Montauban (baillie de Ploërmel, évêché de Saint-Malo4), né dans les dix premières années du xve siècle, il fut sans doute élevé au contact des seigneurs de Montauban, dont sa famille était vassale. Son frère aîné, Raoul, étant entré en 1420 comme écuyer tranchant au service d’Arthur de Richemont prisonnier du roi d’Angleterre après le désastre d’Azincourt, Guillaume le suivit dans cette voie en 1425, Richemont étant entre-temps devenu connétable de France. À ce poste, sans jamais pouvoir imiter son frère, armé chevalier en 1439, Guillaume accompagna le prince de la dynastie des Montforts dans la plupart de ses expéditions militaires au service de Charles VII. On le retrouve aux côtés de son maître en 1450 pendant la campagne de Normandie jusqu’à Formigny. Mais durant le gouvernement du connétable dans la province après sa reconquête (1451-1455), Guillaume Gruel passa le plus clair de son temps à Parthenay, sur les terres de son protecteur. En 1457, après l’accession du deuxième fils de Jean V au trône ducal, le fidèle écuyer obtint la charge de capitaine de la place de Dol. Puis sa trace se perd en 1474. Guillaume Gruel est probablement mort entre 1474 et 1482, soit bien après Arthur de Richemont devenu duc de Bretagne (1457-1458). Il termine le texte avant 1466 selon toute vraisemblance5.

  • 6 Guillaume Gruel, Chronique…, op. cit., Introduction, p. LXXI-XL. Voir aussi Favier J., La guerre d (...)
  • 7 Kerhervé J., L’État breton…, op. cit., vol. 1 et 2, Paris, 1987. Voir aussi Histoire de la Bretagn (...)

4L’objet même de la chronique est bien plus connu que son auteur : Arthur de Richemont (1393-1458) est en effet un personnage incontournable de l’histoire de France du premier xve siècle6. Né au château ducal de Suscinio, deuxième fils du duc de Bretagne Jean IV (1364-1399) et de la duchesse Jeanne de Navarre, sa troisième épouse, il perdit son père très tôt (6 ans). Après le remariage de Jeanne de Navarre avec le roi d’Angleterre Henri IV (1403), le jeune Arthur fut élevé à distance de la Bretagne avec son frère aîné, devenu le duc Jean V, et un frère cadet, Gilles de Bretagne. En effet, sur décision des États de Bretagne, de Jeanne de Navarre et de la cour de France, le duc de Bourgogne Philippe le Hardi se vit confier la tutelle des trois enfants. Attaché dans sa jeunesse à la personne de Philippe le Hardi puis de Jean sans Peur, Arthur louvoya par la suite au gré des événements : après une alliance avec le parti orléanais, suivie de revirements en faveur des Bourguignons, il alla tendre la main aux Anglais, puis entra au service de Charles VI et du dauphin Charles. Présent sur le champ de bataille d’Azincourt, où il fut fait prisonnier, il fut envoyé, tout comme Charles d’Orléans, en captivité en Angleterre. Il en rentra cependant bien plus vite moyennant quelque argent et grâce à l’entregent de sa mère ainsi qu’à la promesse de promouvoir une politique pro-anglaise à la cour de Bretagne. Après le triomphe de l’alliance anglo-bourguignonne et la mort de Charles VI, la cour du dauphin Charles devenu Charles VII offrait cependant des perspectives de carrière non-négligeables : l’épée de connétable de France était en effet à la portée de Richemont. Il se rapprocha donc de la France de Bourges, pour ne plus quitter le parti delphinal. Connétable en 1425, il joua un rôle important (mais pas toujours de premier plan) dans les étapes militaires de la reconquête du royaume de Charles VII. N’ayant de cesse de réconcilier le duc de Bourgogne et le roi de France, il ne s’attira cependant que difficilement et tardivement la confiance de son maître : responsable de l’entrée à la cour de La Trémoille, il connut même la disgrâce à cause de ce dernier (1427). Il fut de la plupart des succès mais aussi des échecs de la France de Bourges contre le parti anglo-bourguignon, côtoyant les principaux chefs de guerre de Charles VII : La Trémoïlle, Poton de Xaintrailles, La Hire, Alençon, Dunois, et bien sûr la Pucelle d’Orléans. Son heure de gloire vint avec la signature du traité d’Arras (1435) et l’ouverture de la voie à la reconquête de Paris (1436). Protecteur de la capitale, jouissant d’une aura désormais incontestable, Arthur de Richemont participa à la reconstruction de la France de Charles VII au moment de la mise sur pied des compagnies d’ordonnance (réforme militaire de 1445) et de la reconquête de la Normandie (bataille de Formigny aux côtés de Jean de Bourbon, comte de Clermont). Sur la fin de sa vie, il ajouta à son panache le titre de duc de Bretagne après le décès de son neveu Pierre II (1457), mais de façon éphémère puisque la maladie l’emporta presque aussitôt (1458)7. Il fut inhumé dans l’église des Chartreux de Nantes.

  • 8 Guillaume Gruel, Chronique…, op. cit., Introduction, p. XLII-LXI.
  • 9 Ibid., p. 1.
  • 10 Ibid., Introduction, p. LXXI-XC. Voir aussi Le Vavasseur A., « Valeur historique de la Chronique d (...)

5Dans sa chronique, que nous possédons encore dans quatre manuscrits différents8, le propos de l’auteur est d’emblée clairement établi. Il s’agit de narrer dans des couleurs fortes la geste d’Arthur III comme de celui « qui regna trop petit en Bretaigne, car il ne fut duc que quinze moys9 ». Pour ce faire, Guillaume Gruel fait flèche de tout bois. Une première partie, consacrée aux années de formation et de jeunesse du personnage, nous entraîne jusqu’en 1425. Elle est dominée par les sources orales, responsables d’une certaine sécheresse du texte. Un second volet couvre la période 1425-1458, dont Gruel a été le témoin oculaire. Des archives ont également été mises à contribution. La chronique se teinte alors de pittoresque dans la recension des fastes et malheurs de son sujet. Peu à peu, elle brosse le portrait d’un personnage hors du commun, avec un art consommé de l’omission ou de la déformation qui trahit le parti pris de l’auteur. Cette façon de faire enferme inévitablement la valeur historique du texte dans des limites soulignées par l’éditeur du xixe siècle, le chartiste A. Le Vavasseur10.

  • 11 Enguerrand De Monstrelet, Chronique, Douët D’arcq L. (éd.), 6 vol., Paris, Société de l’Histoire d (...)
  • 12 Matthieu D’escouchy, Chronique, Du Fresne De Beaucourt (éd.) 3 vol., Paris, Société de l’Histoire (...)

6Cependant, il n’y a pas que dans le domaine de l’histoire militaire du xve siècle que la vie du connétable de Richemont attire encore l’attention. Certes, sous cet éclairage, elle a une valeur au même titre que les chroniques de Montsrelet11 ou de Mathieu d’Escouchy12. Mais l’historien des mentalités peut également faire son miel de toutes les mentions qui traduisent l’outillage mental de l’auteur et, parfois, de son modèle. Et de ce point de vue, plus peut-être que pour les détails d’histoire politique qui ont pu heurter le positivisme d’A. Le Vavasseur, la moisson est riche. En effet, ce qui intéresse prioritairement Guillaume Gruel chez Arthur de Richemont, c’est sa valeur exemplaire, à la fois comme bon chevalier et comme bon chrétien. C’est autour de cette double trame que va se tisser la représentation d’un noble chef de guerre à la fois valeureux au combat, justicier, loyal et fidèle à Dieu, telle que l’ont forgée des décennies de littérature chevaleresque fictionnelle et de littérature sermonnaire mendiante. Quelques passages emblématiques permettent de mesurer la progression dans l’édification du modèle.

7La valeur n’attendant pas le nombre des années, Richemont encore enfant conduit seul Philippe le Hardi à sa dernière demeure en vertu des derniers devoirs qui incombent à tout bon chrétien en matière d’encadrement de la mort :

  • 13 Guillaume GRUEL, Chronique…, op. cit., p. 6-7.

« Et gueres ne vesquit monseigneur de Bourgoingne après, et mourut à Notre Dame de Hal en Brebant, et fut apporté son corps es Chartreux de Dijon ; et n’y avoit aucun de ses parens à conduire le corps que monseigneur de Richemont qui portoit manteau et le noir ainsi qu’il devoit ; et estoit si petit qu’il le falloit mener par la bride, et le conduisit jusques à Dijon. Et puis ne fut point recueilli du duc Jehan de Bourgoingne, ains s’en revint à Paris13. »

8L’affabulation ici est bien sûr totale, puisqu’il est avéré que Jean sans Peur a bien accompagné la dépouille mortelle de son père de Halle à Dijon. Mais, élevé dès ses premières années dans la fidélité à Dieu, Richemont sait porter le deuil : déjà enfant, nous dit Guillaume Gruel, il est capable de faire respecter les impératifs de la religion. Bon sang ne saurait donc mentir.

9Un autre aspect de sa nature de bon chrétien est fourni par la démonstration de sa pitié et de sa miséricorde pour les faibles. Lors du siège de Tartas, que Charles VII entreprit pour empêcher cette importante place-forte de Guyenne de tomber aux mains des Anglais (1442), Guillaume Gruel nous décrit le connétable de France d’une extrême prévention pour les populations civiles :

  • 14 Ibid., p. 175-176.

« Et disoit monseigneur le Daulphin que les Bretons avoient tiré les mains aux gens du Roy ou qu’ilz ne fussent ja entrez. Et y eut esté fait de grans maulx, plus qu’il ne fut, si n’eut esté monseigneur le connestable ; car par lui furent gardées maintes femmes d’estre forcées. Et pour ce qu’il ouyt crier “la force”, il courut lui et monseigneur de la Marche soubdainement de nuyt et deurent estre tuez de meschans gens qui point ne les cognoissoient, si Dieu ne les eut preservez. Et là mesmes mon dit seigneur fist nourrir plus de cent enfans que les meres avoient laissez, les unes prinses et les autres fuyes, et fist admener des chievres pour les alecter, et ne veistes jamais telle pitié14. »

  • 15 Gauvard Cl., « De grace especial » : Crime, Etat et Société en France à la fin du Moyen Âge, vol. (...)

10L’attitude de Richemont contraste ici fortement avec celle des compagnies de routiers et d’Écorcheurs, et prend même leur contre-pied. Il faut dire que Charles VII, n’ayant pas les moyens de se passer de ces compagnies et de leurs capitaines, ferma les yeux sur bon nombre de leurs exactions, alors qu’en théorie le meurtre, le viol et le sacrilège étaient des crimes très difficilement rémissibles15. En défendant l’honneur des femmes de bonnes mœurs et en protégeant les orphelins, Arthur III préserve la structure sociale là où aurait pu s’instituer l’anarchie : il est ainsi l’un des meilleurs soutiens de l’ordre monarchique voulu par Dieu.

11Présenté comme un modèle de piété dès sa jeunesse, protecteur d’autrui, chevalier par le métier comme par la noblesse d’âme, Arthur de Richemont devient également sous la plume de son biographe un protégé de Dieu. C’est dans l’évocation de la bataille d’Azincourt, dont l’issue a valeur de jugement de Dieu, que cela transparaît le mieux :

  • 16 Guillaume Gruel, Chronique op. cit., p. 18.

« Et incontinent assemblerent les batailles et y eut fait de grandes armes et bien combatues ; et fut le duc de Clerance, frere du Roy d’Angleterre, abatu de coup de hache, et le Roy son frere vint mettre le pié par sur lui de paour qu’il fust tué, et eut ung tel coup sur sa coronne qu’il fut abatu sur le genoul ; et deux autres qui estoient habillez comme le Roy proprement furent tuez, et l’oncle du Roy, le duc d’Esextre, fut tué et moult d’autres. Toutesfoiz assés tost après en peu d’heure, ainsi comme Dieu qui est maistre des batailles voult, furent noz gens desconfitz, et mors, et prins, et en fuyte, lesquelz estoient bien dix mille hommes d’armes, et le Roy d’Angleterre avoit bien de XI à XII mille combatans. Et là furent prins monseigneur d’Orleans, monseigneur de Bourbon, monseigneur de Richemont, qui fut tiré de desoubs les mors et ung peu blecié, et fut congneu à sa cote d’armes, et si estoit elle toute sanglante, et furent tuez deux ou troys sur luy16. »

12Comme il sied à un combattant gardant foi en Dieu, la Providence est à ses côtés. Même si pour un temps l’adversité triomphe, le connétable marche dans la voie de Dieu, bien visible à certains signes.

13Parmi ceux-ci, la proximité avec le surnaturel prend une place très importante. Non pas que le connétable possède aux yeux du chroniqueur des pouvoirs d’origine miraculeuse : à aucun moment, par exemple, la victoire militaire ne lui est attribuée pour des raisons insondables. Mais en tant que bon chrétien, l’itinéraire d’Arthur de Riche­mont le met en contact avec des envoyés de Dieu ou du diable, qui déterminent bien évidem­ment sa conduite dans un sens exemplaire. En quelque sorte, le noble breton se meut dans un environnement qui est fréquemment marqué par la présence du divin. Guil­laume Gruel le dit tout net à propos d’une des opérations d’approche lors du siège de Paris :

  • 17 Ibid., p. 115

« […] ainsi comme Dieu le vouloit, qui tousjours conduist les faitz du bon Artur plus miraculeusement que autrement, les Angloys vindrent charger sur noz gens, et les firent monter à cheval bien à hate17… »

14Une autre occurrence significative intervient sous la forme de la prophétie d’un père chartreux lors du siège de Meaux (1439). Bloqué dans cet épisode crucial de la libération de l’Île-de-France, et sur le point de résigner son commandement militaire en raison des exactions au sein du camp royal vécues comme autant d’insultes à son esprit de justice, Richemont est détourné de son projet et exhorté à aller de l’avant par l’intervention d’un religieux :

  • 18 Ibid., p. 148-149.

« Et lors il [le prieur des Chartreux de Paris] commencza à luy dire : “Monseigneur, vous tenistes hier Conseil, et deliberastes de vous descharger du gouvernement et charge que avés par decza”. Et lors monseigneur s’eschauffa et lui dist : “Comment le scavés vous ; qui le vous a dit ?”. Et cuida monseigneur que aucun du Conseil le luy eut dit. Et lors le prieur lui dist : “Monseigneur, je ne le scey point par homme de votre Conseil ; je le scey par homme certain ; et ne vous donnés point de malaise qui me l’a dit ; car ce a esté ung de mes Freres”. Et lui dist : “Monseigneur, ne le faictes point ; car Dieu vous aidera et ne vous soussiés”. Et monseigneur lui dist : “Ha, beau Pere, comment se pourroit-il faire ? Le Roy ne me veult aider ne bailler gens ne argent ; et les gens d’armes me héent, pour ce que j’en fais justice, et ne me veullent obeir”. Et lors le prieur luy dist : “Monseigneur, ilz feront ce que vous vouldrés ; et le Roy vous mandera que allez mettre le siege à Meaux, et vous envoyera gens et argent”. Et mon dit seigneur luy dist : “Ha, beau pere, Meaux est si forte ; comment se pourroit-il faire ? Le Roy d’Angleterre y fut IX moys devant”. Et le prieur luy dist : “Monseigneur, ne vous soussiés, vous n’y serés pas tant ; ayés toujours bonne esperance en Dieu, et il vous aidera ; soyés tousjours humble, et ne vous orgueillisés point ; vous le prendrés bientost ; voz gens s’enorguilliront, puis auront ung peu à souffrir ; mais vous en viendrés à votre honneur”18. »

15Après ce dialogue très révélateur de l’ingéniosité narratrice de l’auteur, la prophétie se réalise, et le jour même les défenseurs de l’Île du Marché de Meaux se rendent. La mission de l’envoyé de Dieu ressortit de la mise à l’épreuve initiatique du noble chevalier, convaincu de retourner au combat par fidélité à son devoir mais aussi par humilité et constance dans l’espérance en Dieu.

16En contrepoint, deux épisodes teintés de satanisme permettent à Guillaume Gruel de souligner la valeur de bon justicier et de bon chrétien du connétable. Le premier apparaît avec la « liquidation » d’un des conseillers de Charles VII, Pierre de Giac :

  • 19 Ibid., p. 49

« Puis après tira mon dit seigneur le connestable à Bourges et monseigneur de la Trimouille avecques lui. Et incontinent mon dit seigneur fist faire le procès du dit Gyac par son baillif de Dun le Ray, et autres gens de justice. Et confessa tant de maulx que ce fut merveilles ; entre lesquelz la mort de sa femme toute grosse et le fruit dedans elle ; et oultre confessa qu’il avoit donné au deable l’une de ses mains affin de le faire venir à ses intentions. Et quant il fut jugié, il requeroit pour Dieu qu’on luy coupast la dicte main avant le faire mourir, et offroit à monseigneur le connestable, s’il luy plaisoit lui sauver la vie, de lui bailler content cent mille escuz […] et mon dit seigneur […] envoya un bourreau de Bourges pour l’executer19. »

  • 20 Bataille G. Le procès de Gilles de Rais, Paris, rééd. 1997.
  • 21 Chiffoleau J., « La religion flamboyante », Le Goff J. et Rémond R. (dir.), Histoire de la France (...)

17Un tel épisode dans la France de Charles VII n’a rien d’exceptionnel. Survenant assez tôt dans le déroulement du règne, au moment du remplacement des conseillers traditionnels Armagnacs par le « parti angevin », il rend bien compte de l’atmosphère délétère de désordre et de complot qui primait à la cour de Charles VII, et entre dans le cadre des procès politiques déguisés, tels que la cour de France en avait déjà connu dès le début du xive siècle (procès des Templiers, procès de l’évêque de Troyes Guichard), et tels qu’elle en connaîtra d’autres par la suite (affaire Gilles de Rais20). L’intérêt du passage réside dans l’utilisation du stéréotype du sorcier sous la plume du chroniqueur : Giac est accusé de s’être livré à la magie rituelle, c’est-à-dire au pacte avec le démon sous forme méphistophélique ou à la possession d’un démon privé pour l’accroissement de sa puissance, au point d’avoir enfreint aux lois humaines et divines symbolisées ici par le meurtre de sa femme enceinte, crime irrémissible par excellence en théorie. Bien que natif d’une contrée où ce genre d’affaires ne se rencontre pas autant qu’ailleurs au xve siècle, Guillaume Gruel n’en possède pas moins l’outillage mental des inquisiteurs ecclésiastiques et des juges laïcs de son temps, responsables de la grande chasse aux sorcières contemporaine de la rédaction de la chronique. C’est ce qui lui permet de camper le connétable de France en bras séculier de l’Église, dans le cadre d’une assimilation de la sorcellerie à une hérésie d’État21.

18Le second indice de satanisme livré par la chronique vise plus particulièrement les campagnes de l’Ouest à l’occasion de la recension d’une halte d’Arthur III à Nantes :

  • 22 Guillaume Gruel, Chronique…, op. cit., p. 202-203.

« L’an que desus mil CCCC XLIX, monseigneur le connestable environ la Chandeleur se partit de Partenay pour venir devers le duc, et pour tirer en Normandie vint à Nantes, et furent les eaues si grandes que ce fut merveilles, et sejourna huyt ou dix jours. Et la cause estoit pour ce que maistre Roland Le Coisic lui dist qu’il y avoit ung sorcier, et sur touts choses desiroit à faire justice de tous sorciers et erreurs contre la foi ; et dès l’eure l’eut fait brûler si n’eut esté l’evesque Guillaume de Malestroit ; et lors y eut grant question entr’eulx desus ce sorcier22. »

  • 23 Dom Morice, Preuves…, Paris, 1742-1746, t. II, col. 1243-1249 et t. III, col. 148-150
  • 24 Guillaume Gruel, Chonique, op. cit., p. 227-228 : « Et bientost après, eut question encontre l’eve (...)

19De quoi s’agit-il exactement ? Guillaume Gruel ne nous en dit pas davantage. Mais il semblerait que pour retenir l’attention du connétable aussi longtemps, et déclencher des palabres aussi nombreux avec l’évêque, l’individu suspecté ne fût pas un simplet. Peut-être se rapproche-t-il des anonymes dénoncés par une autre source, les statuts synodaux, que les vicaires généraux de l’évêque de Tréguier accusent en 1431 de renier leur Créateur et de se donner au Diable ? Ou de ceux contre lesquels des statuts synodaux du même diocèse fulminent en 1469 parce qu’ils se laissent inspirer par l’esprit du Malin23 ? L’évêque Guillaume de Malestroit, auquel un autre passage de la chronique fait référence de façon très défavorable24, est bien connu comme neveu de l’évêque Jean de Malestroit, chancelier du duché de Bretagne, mais pas comme pour pourfendeur des hérétiques et des sorciers. Il semble surtout jouer ici le rôle de faire-valoir de Richemont, qu’il empêche d’appliquer une justice rapide. Quoi qu’il en soit, l’épisode complète le précédent et entre dans une optique méliorative du connétable qui se trouve condensée dans l’éloge funèbre sur lequel se referme la chronique :

  • 25 Ibid., p. 229.

« Oncques homme en son temps n’ayma plus justice, ne ne mist peine de la faire à son povoir, qu’il faisoit. Oncques homme ne hayt plus hereses et sorciers et sorcieres qu’il heoit, et bien y parut ; car il en fist plus bruler en France, en Poictou et en Bretaigne que nul autre en son temps. Et povoient bien dire les sorciers et sorcieres et hereses, quant il mourut, que leur ennemy mortel estoit mort25. »

20Le ton employé ici relève assurément de la convention pour le passage de vie à trépas d’un grand de ce monde. Mais les sorciers et sorcières évoqués « en France, en Poictou et en Bretaigne » ne relèvent-ils que de l’art rhétorique de Guillaume Gruel ?

Notes

1 Leguay J.-P. et Martin H., Fastes et malheurs de la Bretagne ducale, 1213-1532, Rennes, 1982, p. 136.

2 Chronique, in OEuvres, Kervyn De Lettenhove (éd.) 8 vol., Bruxelles, 1863-1866.

3 Vie du Prince Noir, Popem. K. et Lodge E. C. (éd.), Oxford, 1910 [trad. anglaise Barber R., The Life and Campaigns of the Black Prince, Londres, 1979].

4 Voir les cartes n° 1 et n° 2 dans Kerhervé J., L’État breton aux xive et xve siècles. Les ducs, l’argent, les hommes, vol. 1, Paris, 1987, p. 24 et p. 30, ainsi que le tableau des seigneuries laïques avant 1420, p. 32-33.

5 Guillaume Gruel, Chronique d’Arthur de Richemont, Le Vavasseur A. (éd.), Paris, Société de l’Histoire de France, 1889, Introduction, p. XVIII-XXV. Voir aussi Stiry Cl., « Un Arthur du xve siècle en Bretagne : Richemont, Connétable, Duc et Chevalier », Actes du xive Congrès international arthurien, vol. II, Rennes, 1984, p. 600-626.

6 Guillaume Gruel, Chronique…, op. cit., Introduction, p. LXXI-XL. Voir aussi Favier J., La guerre de Cent Ans, Paris, 1980 ; Contamine P., La guerre de Cent Ans, Paris, rééd. 1984 ; Demurger A., Temps de crises, temps d’espoirs, xive-xve siècles, Nouvelle Histoire de la France médiévale, t. 5, Paris, 1990 ; Vale M. G. A., Charles VII, Berkeley, 1974.

7 Kerhervé J., L’État breton…, op. cit., vol. 1 et 2, Paris, 1987. Voir aussi Histoire de la Bretagne et des pays celtiques, t. 2 : L’État breton (1341-1532), Morlaix, Skol Vreizh, 1987.

8 Guillaume Gruel, Chronique…, op. cit., Introduction, p. XLII-LXI.

9 Ibid., p. 1.

10 Ibid., Introduction, p. LXXI-XC. Voir aussi Le Vavasseur A., « Valeur historique de la Chronique d’Arthur de Richemont, connétable de France, duc de Bretagne (1393-1458) par Guillaume Gruel », Bulletin de l’École des Chartes, XLVII, 1886, p. 525-565, et XLVIII, 1887, p. 248-285.

11 Enguerrand De Monstrelet, Chronique, Douët D’arcq L. (éd.), 6 vol., Paris, Société de l’Histoire de France, 1857-1862.

12 Matthieu D’escouchy, Chronique, Du Fresne De Beaucourt (éd.) 3 vol., Paris, Société de l’Histoire de France, 1863-1864.

13 Guillaume GRUEL, Chronique…, op. cit., p. 6-7.

14 Ibid., p. 175-176.

15 Gauvard Cl., « De grace especial » : Crime, Etat et Société en France à la fin du Moyen Âge, vol. II, Paris, 1991, p. 789- 816.

16 Guillaume Gruel, Chronique op. cit., p. 18.

17 Ibid., p. 115

18 Ibid., p. 148-149.

19 Ibid., p. 49

20 Bataille G. Le procès de Gilles de Rais, Paris, rééd. 1997.

21 Chiffoleau J., « La religion flamboyante », Le Goff J. et Rémond R. (dir.), Histoire de la France religieuse, t. II : Du christianisme flamboyant à l’aube des Lumières, Paris, 1988, p. 59.

22 Guillaume Gruel, Chronique…, op. cit., p. 202-203.

23 Dom Morice, Preuves…, Paris, 1742-1746, t. II, col. 1243-1249 et t. III, col. 148-150

24 Guillaume Gruel, Chonique, op. cit., p. 227-228 : « Et bientost après, eut question encontre l’evesque de Nantes nommé Guillaume de Malestroit ; lequel lui fist du pis qu’il peut, et faisoit comme mauveis et desloyal homme ; car le duc l’avoit fait evesque, et son oncle le chancelier s’estoit demis en luy à la requeste du duc. Et le dit chancelier dist au duc : “Je feroye pour vous plus que pour homme qui vive ; mais par le corps Notre Dame vous en repentirés ; car c’est le plus mauveis ribauld traître que vous veistes oncques, et si vous le congnoissoies comme moy, vous n’en parleroyes jamais”. »

25 Ibid., p. 229.

Auteur

Université Rennes 2 – Haute Bretagne

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540