Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Troisième partie. « Des professionnels de la parole »

De la prédication mendiante à la prédication protestante d’après une chronique du xvie siècle, celle d’Estienne Médicis, bourgeois du Puy

Danielle Courtemanche

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Entendons par ce terme, les chroniques rédigées par des bourgeois, identifiés comme tels, qui sign (...)
  • 2 Par rapport à la production des chroniques urbaines des villes allemandes (analysées entre autres (...)

1Parmi les sources révélatrices de certaines formes de culture urbaine au tournant du xvie siècle, les trop rares chroniques de villes1 pour la France2 offrent la possibilité d’une analyse de la pénétration dans le tissu urbain de différentes composantes de la pratique prédicatrice. Dans son récit sur le Puy-en-Velay, Étienne Médicis ne manque pas, justement, de mettre en évidence l’implantation ponote des ordres mendiants, leur rôle constant dans une ville bien connue pour sa ferveur religieuse et ses illustres visites – royales et princières – en raison de son sanctuaire de Notre-Dame, haut lieu de pèlerinage pendant tout le Moyen Âge. Symboles de la ville, tout autant que sa cathédrale, les couvents mendiants se sont érigés comme partout ailleurs, avec la même rapidité et le même succès. Le clergé séculier, du fait de la prééminence de son évêque, ancien seigneur de la ville et dépositaire des généreuses donations lors des pèlerinages, ne joue pas pour autant un rôle de second plan. Ainsi, la cohabitation se fait-elle sans trop de heurts. À la lecture de la chronique, la ville nous est présentée comme un lieu qui n’aurait jamais souffert de foyers hérétiques, qui aurait su, par sa vocation même, refouler loin d’elle, si tant est que cela ait pu être possible, toute ingérence mettant en péril sa destinée.

  • 3 « Jusque vers 1560, presque tous les condamnés pour motif religieux, en France et dans les Pays-Ba (...)

2Aux premières manifestations luthériennes3 dans la région et dans la ville même, vers les années 1521, l’attention qu’Étienne portera à ce phénomène se déroulera en deux temps. D’abord, il est impossible que la ville puisse accueillir en son sein « ses ennemy de la religion chrestienne ». Non seulement il minimise ainsi le phénomène, voire il le passe sous silence. Puis, c’est à partir des années 1561, lorsque le protestantisme acquiert une réalité au cœur même de la population, que l’auteur « encaisse » le coup et qu’il se décide enfin à en faire l’historique, non sans peine et douleur. C’est dans cette partie de son récit qu’il explicite entre autre le rôle joué par les prédicateurs pour enrayer ce mal insidieux. Pour Étienne, l’effondrement de la chrétienté est plus grave que la présence turque aux frontières depuis plusieurs années !

  • 4 Rivet B., Le Puy-en-Velay : une ville au xvie siècle, Le Puy-en-Velay, 1988, p.130.
  • 5 Complétée par les Mémoires de Jean Burel.Journal d’un bourgeois du Puy à l’époque des guerres de R (...)
  • 6 La bibliographie sur le Puy pour les xve-xvie siècles est, avouons-le, plutôt mince.Outre l’ouvrag (...)
  • 7 Sur cet aspect de la mémoire urbaine, voir Courtemanche D.et Pagottto-Chopin M., « Mémoire urbaine (...)

3Ce qui nous retiendra dans cet exposé, c’est moins l’effervescente parole des prédicateurs de cette « ville marquée par des siècles de pèlerinage4 » que la pénétration de la prédication urbaine décrite par un chroniqueur très attaché aux racines d’un christianisme conquérant. L’analyse s’appuiera donc sur cette seule source5, parce qu’elle constitue un témoignage singulier sur le patriotisme historique et culturel d’une ville. Parce qu’elle permet, surtout, de cerner les processus d’implantation de la prédication, mendiante et protestante, dans la culture et l’espace urbains. Il convient de préciser que si les structures de la prédication mendiante nous sont mieux connues, celles de la prédication protestante le sont beaucoup moins, surtout pour le Puy6. Problèmes d’historiographie et problèmes de sources n’y sont pas étrangers. Car si la documentation inquisitoriale est précieuse, en revanche, elle nous limite à une analyse de la répression. De même que la documentation théologique autorise difficilement une étude sur l’adhésion aux idées nouvelles. L’atout majeur de cette chronique tient donc par son caractère narratif, une histoire de ville et de sa population. La trame du récit repose, certes, sur ce principe adopté par Médicis : démontrer l’ancienneté de sa ville, d’en jalonner son historicité par tous les événements susceptibles d’en établir la grandeur7. L’arrivée de la prédication protestante bouleversera cette démarche et l’auteur s’attachera à en condamner les méfaits. Là se trouvent des données essentielles, qui rendent possible une analyse de l’adhésion d’une communauté à de nouvelles formes prédicatrices. Comment se sont-elles manifestées ? Qui en furent les protagonistes et qui en furent les fidèles ? Quels furent les réseaux culturels et humains empruntés par cette prédication ?

  • 8 Cf.Étienne Mège dit Médicis, drapier et chroniqueur au Puy-en-Velay (vers 1475-vers 1565).Catalogu (...)
  • 9 Chronique I, 1er prologue

4Avant d’aborder l’analyse proprement dite, il convient de situer le personnage. Étienne Médicis est né au Puy vers 1475, il y meurt vers la fin de 15658. Il se présente comme un marchand drapier ayant acquis une fortune immobilière importante ce qui témoigne de son engagement au sein de sa ville. Il est élu en 1516 à l’audition des comptes de l’administration du Puy, de même il sera 4e puis 2e consul en 1530 et 1536. Assurément, ses données biographiques permettent de comprendre les raisons qui l’ont incité à entreprendre la rédaction de l’histoire de sa ville. En effet si, en 1456, le Consulat avait émis le souhait que le registre de consignations des consuls en exercice (l’Official) devienne un registre où seraient conservées notamment les solennités publiques, Étienne fera sienne l’entreprise en se donnant pour tâche, comme il l’indique dans son prologue, de construire la mémoire de sa cité et d’affirmer la nécessité d’écrire des « ouvraiges fructueux & principalement servans au bien publicque […] ung miroir par lequel on peult speculer clerement les choses passées comme présentes9 » qu’il dédiera « aux Seigneurs de la ville du Puy, Consuls, Citoiens & commun populaire ». Étienne entame ainsi sa rédaction en 1500 qu’il poursuivra jusqu’à sa mort en 1565. Un neveu tentera de s’en faire le continuateur, sans grand succès, et la chronique s’arrête en 1567. Le plan de la chronique adopté par l’auteur repose sur deux parties : l’une « De l’eglise Nostre Dame et de l’evesché », la seconde « Cronique de la ville du Puy ». Celle-ci est beaucoup plus longue que celle-là, elle débute avec les origines de la ville et se poursuit avec régularité jusqu’en 1565. La première partie débute également aux origines et s’arrête en 1525, mais entre les deux termes, le rythme est beaucoup moins soutenu. Dans les deux cas, deux mythes fondateurs différents nourrissent le propos en circonscrivant, au fur et à mesure un même espace, si bien que la cathédrale, l’évêché et la ville ne feront plus qu’un dans le récit historique.

  • 10 Cet inventaire n’est pas inclus dans la chronique, mais il fait partie du second tome constitué de (...)
  • 11 Chronique II, p.258.

5La place qu’occupent, à partir du xiiie siècle, les différents ordres mendiants dans la ville n’apparaît pas d’emblée comme une donnée isolée. Dans son état « Des habitans dedans ladicte ville du Puy », l’inventaire10 englobe sur un même plan tous les gens d’Église, séculiers et réguliers à partir desquels sont distingués : « maistres en theologie, canonistes, legistes, maistres ès arts, docteurs, licenciés, bachiliers & aultres de mediocre sçavoir & estat parmy les eglises de ladicte ville, environ le nombre de quatre à cinq cens11 ». En revanche, lorsqu’il brosse l’inventaire, cette fois-ci, « De l’hôpital, des couvents, du clos Saint-Sébastien et de l’ermitage du Collet », Étienne dresse l’historique du couvent des Frères prêcheurs, celui des Cordeliers et celui des Carmes.

  • 12 « […] voyant la reigle & religion du bon pere sainct Dominique pilluler & s’avancer à produire ses (...)
  • 13 Chronique II, p.190.
  • 14 Reliques récupérées à Cologne par Guillaume de Moleta.
  • 15 Chronique II, p.192.
  • 16 Ibid.
  • 17 Chronique II, p.194

6Ainsi, nous est-il précisé que c’est en octobre 1221 que l’évêque du Puy, Étienne de Chalancon, accorda aux prêcheurs le couvent dit de Saint-Laurent12. Succès immédiat, « l’on acouroit vers eulx de tous costés », si bien que des « simples habitans du Puy » jusqu’à la « très-laudable maison de la Viscomté de Polignac y eslirent leur sepulture ; semblablement plusieurs autres seigneurs et bourgeois » y allèrent de leur générosité par leurs nombreux legs13. En outre, selon Étienne, le couvent aurait récupéré en 1334, « des reliques des Onze mille Vierges14 ». Parmi les autres faits marquants retenus, Étienne note le décès, en 1367, de frère Augustin, premier évêque de l’ordre des Prêcheurs et évêque dans le royaume de Naples et en Andalousie15 ; de même qu’il mentionne l’existence d’un maître fameux, Jean Granet, docteur parisien, « egregieux predicateur, & que en son temps compila moult de bons livres & volumes » et qui décéda en 140916. Enfin, son historique se termine par l’enterrement de « frere Pierre Rochini, professeur en la saincte pagine ; lequel fut provincial de la province de Provence & General Maistre de la religion totalle de l’Ordre des Prescheurs17 ». Au total, insiste Étienne, il n’y aurait eu au Puy que de grands dominicains, des intellectuels qui, de surcroît, auraient occupé des fonctions importantes au sein de leur Ordre. Le patriotisme urbain dont fait preuve Étienne passe aussi par l’éclat et le prestige de ses mendiants.

  • 18 Chronique II, p.196-197, n.2.

7Il en sera de même pour les Franciscains, dont le couvent est fondé par le même évêque en 1223, et dont l’église se verra doter de plusieurs chapelles, édifiées soit par des dons de bourgeois de la ville, soit à la charge d’évêques désirant s’y faire enterrer. Le même prestige resplendira sur cette fondation : « [elle] compta au nombre de ses premiers gardiens saint Antoine de Padoue et l’église renferma le tombeau de Bernard de Quinteval, premier compagnon de saint François d’Assise18 ». Cependant, l’histoire de ce couvent connaîtra des bouleversements en octobre 1512 au moment où, écrit Étienne,

  • 19 Chronique II, p.197.Le couvent connaîtra une seconde tentative de réforme en 1529 : « arriva au co (...)

« […] fut excequtée la commission de la reformacion des Cordeliers du Puy, où furent rompues & cassées leurs portes, & furent mys dedans des Observantins alienigenes que conduisoit ung nommé frere Morlin, lesquels n’y demourarent que bien peu ; & retourna ladite religion en son premier estat. Ledit desordre fut granment dommaigeable & de populatif de ladite religion & religieux19 ».

8Étienne précise qu’en 1558, le couvent ne comptait plus qu’une cinquantaine de frères, sans que l’on sache, toutefois, le nombre exact de ces derniers avant ces événements.

  • 20 Invoquant le fait que les Carmes s’attribuaient les titres de frères de Notre-Dame et de disciples (...)
  • 21 Chronique II, p.198, n.1.

9Enfin, l’installation des Carmes ne se fit pas sans mal. On sait, en effet, qu’ils se sont établis au Puy entre 1284 et 1289 avec l’assentiment de l’évêque d’alors Frédol de Saint-Bonnet. Étienne fait remarquer ensuite qu’en 1286, les Carmes ont dû troquer leurs manteaux à bandes noires et blanches contre le blanc seulement. Leurs ennuis débutent réellement après 1289 à la mort du prélat. Les autres Mendiants, qui jusqu’alors n’avaient pas manifesté publiquement leur désapprobation, portèrent plainte devant l’Official20 dont ils obtinrent, semble-t-il, une sentence ordonnant la démolition de l’église des Carmes dite de la Chaise-Dieu. Ces derniers en appelèrent au pape « mais Clément V ayant, le 22 février 1310, remis l’examen et la décision du litige au Prévôt, au Préchantre et à l’Official de Mende, ces commissaires maintinrent les carmes au Puy ; toutefois, il leur fut défendu de porter un autre nom, d’accorder des sépultures dans leur église et d’y avoir plus d’une cloche21 ». Le litige réglé, le couvent put accueillir les Chapitres général de l’ordre (1375) et provincial (1438 et 1554) tous deux donnant lieu à la nomination de Général ou de Provincial des Carmes du Puy (Bernard Olier et Nicolas Coq). Étienne profite de l’occasion qui lui est donnée pour préciser le nombre croissant de docteurs en théologie parmi les membres de l’ordre : ainsi, Nicolas Coq est présenté comme

  • 22 Chronique II, p.200.

« […] fils des Carmes du Puy, docteur de Paris, prieur provincial de Nerbonne, lequel, après ce qu’il eust faict sus les Livres de Sentences tres-elegante exposicion, il compila une tres-noble postille sus le Livre de Genese. Aussi pareillement en a esté fils maistre Jehan Philippes, de l’université de Tholoze, tres-profond docteur en theologie, & penitencier apostolicque en la tres-sacrée eglise Nostre Dame du Puy, entre autres secundissime predicateur22 ».

  • 23 Chronique I, p.246-249.

10La fondation d’un monastère féminin intervient seulement en 1430 après que Glaude de Rossillon, vicomtesse de Polignac a obtenu l’assentiment du pape, du roi et de l’évêque du Puy. Selon Étienne, elle avait depuis longtemps émis le souhait de « funder & construire, dans la cité, ung monastere ou religion, soubs la reigle du benoist sainct Francois, des religieuses & honorables Dames de l’observance de saincte Clere ». La fondation ne se fit pas sans mal. Il fallait en effet acheter une maison et celle qui avait été retenue portait préjudice à la ville dans la mesure où « lesdites maisons qui souloient estre alibrées & servoient à poier les tailles royalles & comunes, & que, en ce faisant, se amortissoient ; pourquoy proces en fut sur ce meu & demené. Si disoient lesdits Consuls debvoir estre la ville recompensée de la perte desdites maisons & jardins, qui leur estoit incommodité perpetuelle23 ». De longs débats alimentèrent cette affaire et un arbitrage fut nécessaire pour trouver une solution. Le projet semblait alors grandement compromis, mais les autorités consulaires décidèrent finalement d’octroyer, moyennant rachat de rentes, une maison appartenant au Consulat.

  • 24 Chronique I, p.229 : « en la ville Nostre Dame du Puy, fut ung homme natif & originaire d’ic² pare (...)
  • 25 Chronique I, p.229-230 : « Or ce frere Jehan de Ruppe Scisa, apres ce & aultre laps de temps qu’il (...)
  • 26 À maintes reprises, Étienne précise dans quelles bibliothèques il a consulté tel document ou tel o (...)

11On retiendra ici de ce tableau des fondations mendiantes que leur popularité immédiate s’explique bien sûr par le soutien qu’elles ont reçu des autorités, aussi bien épiscopale que consulaire, favorables à leur implantation voyant là un instrument supplémentaire non seulement pour contrer toute propagation suspecte, mais aussi pour satisfaire leurs illustres pèlerins princiers attachés aux nouvelles formes mendiantes. Leur popularité s’explique également par l’engouement d’une population bourgeoise et seigneuriale, prompte à répondre, par ses largesses, à toute incitation religieuse, surtout si celles-ci leur permettent de jouir d’un capital symbolique important en se faisant ensevelir au sein même de ces institutions. Cependant, cette description de l’implantation mendiante par notre chroniqueur ne doit pas faire illusion. D’une part, Étienne se laisse souvent transporter par le prestige de certains de ses frères, si bien qu’il a tendance à faire de sa ville le lieu d’origine de célèbres mendiants. Étienne écrit des biographies erronées, par exemple celle de Jean de Roquetaillade cordelier, dont il affirme qu’il serait natif du Puy24 alors qu’il est né à Marcolès près d’Aurillac. Il affirme encore qu’après un long séjour en Terre sainte, Jean de Roquetaillade se serait de nouveau installé au Puy pour y écrire l’ensemble de son œuvre25. D’autre part, il retient uniquement les seuls effets culturels qu’ont générés ses couvents. Ces derniers, nous apprend-il ainsi, étaient dotés de riches bibliothèques, dont il a fait lui-même bon usage pour la rédaction de sa chronique26.

  • 27 Chronique I, p.305-334
  • 28 Chronique I, p.338-368.
  • 29 Cf.Martin H., « Les prédications déviantes, du début du xve siècle au début du xvie siècle, dans l (...)

12Quelle est, par ailleurs, la place qu’occupent les Mendiants dans l’espace urbain et dans ses manifestations symboliques ? Qu’en est-il, par exemple, lors des processions ? À la lecture de la chronique, on constate en effet l’importance accordée par Étienne à décrire dans ses moindres détails l’ordonnancement des très nombreuses processions qui se sont déroulées dans la ville. Ce n’est qu’à une seule occasion que les Mendiants sont mentionnés comme faisant partie d’un cortège : il s’agit des deux processions organisées en 1530 pour célébrer le mariage du roi27. Encore, ne seront-ils sollicités que pour la seconde, la moins importante ! Selon la description d’Étienne, les trois ordres mendiants intègrent le cortège au tout début, après le défilé des jeunes enfants portant des étendards officiant l’ouverture de la procession, et précédant le clergé séculier et les autorités consulaires. Au regard de toutes les autres processions au cours desquelles le pouvoir épiscopal – symboliquement représenté par la place occupée dans le cérémonial – rivalise avec celui des consuls, il apparaît que le rang occupé par les Mendiants ne montre en rien une quelconque prééminence. En outre, le fait que la présence des Mendiants n’ait pas été sollicitée lors de l’entrée royale de trois jours de François Ier en juillet 153328 – qui donna l’occasion à des manifestations publiques de grande ampleur, où participèrent tous les corps de la ville – semble en revanche représentative d’un paradoxe courant entre clergé séculier et clergé mendiant : il révèle en substance que le pouvoir religieux ne peut être personnifié et affirmé que par celui qui le détient réellement et ancestralement29.

  • 30 Date confirmée par Mouillard J.-M., Vie de saint Vincent Ferrier, Vannes, 1857, p.19.
  • 31 Chronique I, p.233-234.« Et entra ledit jour […] et avoit avec luy de quatre vingts à cent religie (...)
  • 32 Chronique I, p.244 : « & disoit que mondit seigneur le Daulphin auroit victoire, en ladite année, (...)
  • 33 Chronique I, p.263-264 : « grant prescheur & tres-auctorisé docteur ».

13Enfin, quant à l’espace public occupé par la parole prédicatrice, celui-ci est circonscrit en fonction de la présence de prédicateurs occasionnels et de celle des prédicateurs ponots. Dans le premier cas de figure, les prédicateurs de passage prêchent de façon générale à l’extérieur. Ainsi, lors de la venue de Vincent Ferrier en octobre 141630, c’est sur une scène érigée dans un pré, compte tenu de l’immense réputation du prédicateur, qu’eut lieu son sermon, offrant par conséquent tout loisir à l’organisation d’une fastueuse mise en scène31. Dans un autre registre, le 26 juillet 1420, « preschoit parmy le royaulme de France une cordelier nommé frere Thomas, du pais de Bretaigne, lequel prescha au Puy32 », et c’est en arpentant les rues qu’il enseignoit. En revanche, c’est à l’intérieur de l’église Saint-Laurent des Dominicains qu’en 1492 « prescha ung nommé frere Geoffroy Quentin, du marquisat de Saluces33 ».

  • 34 Chronique I, p.373.
  • 35 Chronique I, p.386-388 : « lequel prescha […] tant pour publier certaines indulgences & pardons to (...)
  • 36 On en revient encore au concept d’« évangélisme », évoqué au début de cet article.À ce propos : «  (...)
  • 37 Chronique I, p.304 et 337.
  • 38 Voir à ce sujet, même pour une période un peu antérieure, Martin H.« Les prédications déviantes », (...)
  • 39 Chronique I, p.417-433, Second arrest sur les abus de l’Eglise en plusieurs & diverses qualités & (...)
  • 40 Le Consulat est rétabli en 1343 au détriment de l’évêque et l’élection des dix premiers consuls eu (...)

14Dans le second cas de figure, la prédication proprement ponote ne fait pas l’objet de notations particulières dans la mesure où, bien sûr, leurs églises constituaient le lieu privilégié de la parole diffusée. Cependant, une note datée de février 1536 fait état d’une réglementation promulguée par l’administration consulaire, dont Étienne fait partie à l’époque. Par cette ordonnance adressée aux trois ordres mendiants de la ville, ils leur « seroient tenus dire, par renc, chacun dimenche & aultres bonnes festes, ung sermon, apres diner, en l’eglise conventuale de Sainct Pierre le Monastier… item, que iceulx couvents & religieux seroient aussi tenus de pourveoir la ville de prescheur, chacun pour son renc, pour prescher les Advents & Caresmes34 ». Cette intervention, à ce moment de la chronique, ne manque pas d’intérêt. En effet, même si Étienne n’ose pas encore aborder, selon l’ordre chronologique de son récit, les premières manifestations luthériennes, il connaît pourtant les progrès de la prédication protestante. Il sera bien obligé, en 1538, donc deux ans plus tard, de revenir sur un épisode antérieur qu’il situe en 1530-1531, lorsqu’un maître nommé Antoine d’Archis, prêtre séculier venant de Picardie, aurait prêché quelques propositions luthériennes35 : mais l’étaient-elles réellement36 ? Retenons en tout cas que ce sera la toute première mention d’Étienne sur l’apparition du protestantisme, exception faite de très courtes notations d’août 1529 et de mai 1531 où la référence à la propagation religieuse n’apparaît pas clairement37. Le prédicateur fautif fut fait prisonnier et amené devant le parlement de Toulouse, de même que plusieurs membres du Consulat, dont Étienne, et de l’épiscopat. « Plusieurs aultres religieux seculiers, docteurs, licenciés & gradués » furent également convoqués à comparaître devant la cour pour prouver leur innocence. Non seulement ont-ils tous entendu les sermons d’Antoine d’Archis, mais plusieurs l’ont logé à leur domicile. On comprend mieux ainsi l’ordonnance consulaire de 1536, établie comme une obligation de contrôler à l’avenir la parole prédicatrice si d’aventure elle s’introduisait à nouveau à leur insu : les consuls n’ont-ils pas été leurrés par les autorités religieuses qui avaient jugé d’Archis homme de grand savoir ? N’ont-ils pas été les victimes de la négligence des autorités religieuses ? Heureusement « se trouva ladicte ville, tant en commun que particulierement, estre entiere, fidele & catholicque ». Cette décision consulaire révèle, même si Étienne ose difficilement s’avancer sur ce terrain, que le clergé du Puy ne fut pas à l’abri d’acerbes reproches38, que ne manqueront pas de mettre en évidence les Grands Jours du parlement de Toulouse qui eurent lieu au Puy quelques années plus tard en 154839. Étant donné les nombreux anciens différends opposant les deux pouvoirs concurrents de la ville40, c’est une façon pour le Consulat de rappeler à l’ordre les autorités épiscopales et de laisser désormais le soin de la prédication aux Mendiants.

  • 41 P.Monnet précise à ce sujet que : « les lamentations sur la cité meurtrie contribuent, comme à l’i (...)
  • 42 Rivet B., op.cit., p.137
  • 43 Chronique I, p.434.
  • 44 Chronique I, p.437
  • 45 Étienne relate ici le premier événement majeur, à ses yeux, d’une profanation de crucifix qui eut (...)
  • 46 Histoire du christianisme : des origines à nos jours, Mayeur J.-M.et al.(dir.), t.7 : De la Réform (...)
  • 47 Cf.Gascon R., Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle.Lyon et ses marchands, Paris-La Haye, 1 (...)
  • 48 De la Réforme à la Réformation, op.cit., p.743 ; Histoire de l’édition française, Martin H.-J.et C (...)
  • 49 Dans son état des Habitants du Puy (Chronique II, p.262), Étienne répertorie quatre boutiques de l (...)
  • 50 Mention décrivant l’exécution de protestants : « au devant desquels ung maistre des aultes oeuvres (...)
  • 51 Rivet B., op.cit., p.133.Cf.également « La carte des réfugiés à Genève entre 1549 et 1560 » dans L (...)

15Cette introduction des premières manifestations du protestantisme nous amène à analyser la pénétration d’une nouvelle prédication. Sous la plume du chroniqueur, cette période est marquée d’une profonde transformation, qui allait mettre assurément en péril la cohésion sociale et menacer l’équilibre que la ville avait continuellement su bâtir. L’attachement à la vraie foi, comme l’exprime l’auteur, a toujours servi, du moins en partie, à l’élaboration d’une identité communautaire où les nombreuses processions ont constamment permis d’affirmer l’unité urbaine : Consulat, Église et citoyens. Que la parole transmette un autre message en s’adressant aux mêmes auditeurs, le danger n’en est que plus grand et les effets dommageables. Parce qu’il devient dorénavant le témoin oculaire de tous les événements liés au protestantisme qui iront en s’amplifiant à partir de 1549, Étienne se voit forcé d’aborder le phénomène41, surtout que seront de plus en plus impliqués des concitoyens. Son « indifférence » envers les débuts du protestantisme au Puy s’expliquerait-elle alors par le fait qu’il s’agissait uniquement d’étrangers ? C’est l’opinion que prête B. Rivet à Étienne dans son étude sur le Puy42. L’argument se défend-il ? Certes, Étienne demeure persuadé, du moins l’écrit-il, que l’ensemble des « habitans d’icelle ville du Puy sont vrays, entiers & fideles chrestiens, fundés & bien enracinés en la saincte foy catholicque43 » et, par conséquent, ne « sont adherans aux oppinions detestables, entreprinses & maleureuses sectes de ceste meschante crapaudine canaille, abrevés de ceste mortifere poison & dampnable heresie lutherienne44 ». Que des profanations, par exemple, surviennent en des lieux de culte et touchant des objets de culte45, ne peut être le fait d’habitants du Puy. Cependant, Étienne ne peut pas ignorer que la prédication protestante opère dans la région depuis une vingtaine d’années en empruntant des voies qu’il ne peut, à titre de marchand-drapier, là encore ignorer. D’abord, la proximité avec des villes comme Toulouse et Lyon touchées dès avant 153046 n’ont pas épargné, on le sait, le Velay. Ensuite, pour des raisons économiques, le Puy constitue depuis longtemps un lieu de passage entre ces villes47, enfin, pour des raisons juridiques le Consulat relève, comme on l’a vu, du parlement de Toulouse. Ainsi, la circulation des biens et des personnes est beaucoup trop importante pour qu’elle n’ait pas permis la transmission d’idées réformatrices. L’exemple de la circulation des biens culturels est ici éclairant. En effet, des études récentes ont permis d’établir les circuits qu’ont empruntés les ouvrages imprimés, sortis des presses genevoises, bâloises et lyonnaises48, de même que leurs points de vente. Le Puy comptant un certain nombre de libraires qui se sont assurément alimentés, sans doute dès les années 151049, auprès d’imprimeurs lyonnais principalement, on peut sans se tromper affirmer que les Ponots avaient, avec plus ou moins de facilité, particulièrement durant les années d’implantation, accès aux ouvrages réformistes. Une mention de 1555 viendra confirmer ces réseaux lyonnais ou genevois50. L’exemple de la circulation des personnes est tout aussi éclairant. On sait que des Ponots se sont réfugiés à Genève, pour preuve « le Livre des habitants de Genève pour la période 1549-1560 [qui] mentionne un certain nombre de réfugiés originaires, soit du Puy même, soit du Velay, soit des contrées très proches51 ». Une immigration qui a sans doute débuté bien avant cette période.

  • 52 Chronique I, p.443.
  • 53 « […] furent par la justice des seigneurs du Chappitre Nostre Dame excequtés à la porte Gautheiro (...)
  • 54 « […] les plus pernicieux & sceleratissimes hereticques qu’on sçauroit dire, soustenans excecrable (...)
  • 55 Le temps des confessions, op.cit., p.406.
  • 56 Ibid., p.406-407.
  • 57 Ibid., p.408.

16C’est donc vers les années 1549 qu’Étienne commence à être de plus en plus explicite sur la présence de luthériens au sein de la communauté ponote et qu’il ose même préciser leurs origines sociales : « Item, ledict an [1549], sur le xxie decembre, en la ville du Puy, se trouvarent quelques gens mecaniques mal sentans de la foy, tenans termes lutheriens, que furent apprehendés par justice52. » Cependant, l’ampleur du phénomène d’implantation en Velay n’est encore que sommairement décrite. Le chroniqueur survole les années. Il fait certes allusion, à quelques reprises, à un climat de suspicion, mais les affaires civiques de la ville accaparent souvent le consul qu’il demeure. Quelques mentions d’exécutions viennent sans doute conforter Étienne sur le sort réservé aux protestants ponots : en juin 1553 et septembre 1554, deux descriptions de bûchers mettent en scène la répression judiciaire. Dans le premier cas, les condamnations sont prononcées par la justice épiscopale parce que les méfaits ont été commis dans des églises53 ; dans le second cas, ce sont les autorités judiciaires urbaines qui jugent les prisonniers, accusés d’avoir prêché les idées luthériennes54. Une fois encore, on rappelle que le contrôle de la parole prédicatrice relève du Consulat. Toutefois, il ne faut pas oublier que, depuis les années 1521, date du premier arrêt du parlement de Paris contre les ouvrages de Luther55, c’est maintenant à la justice royale qu’on en réfère : « Les autres juridictions, ecclésiastiques notamment, ne peuvent rien sans l’aval des tribunaux du roi. La répression de l’hérésie, en France, dépend donc essentiellement du pouvoir royal56 ». Un édit de 1540 confirmera cette politique en remettant « le crime d’hérésie aux juges royaux, au détriment des tribunaux ecclésiastiques57 », une justice qui est relayée ensuite par les parlements régionaux, dont Toulouse, et finalement appliquée par les autorités urbaines.

17Quelles formes revêt alors la prédication protestante ? La parole joue certes un rôle important, mais c’est une parole qui se cantonne le plus souvent, selon la chronique, dans des lieux clos, au sein de Ponots simplement attirés par un « évangélisme » nouveau ou de groupes de convertis. La crainte de la répression en est bien sûr la raison. Cependant, si nous avons mentionné précédemment la circulation des biens culturels en prenant l’exemple des imprimés, c’est aussi que tout converge pour souligner le rôle joué par l’imprimerie dans la prédication protestante. Qu’il s’agisse, tirées de la chronique, des mentions d’autodafés de livres ou encore celles concernant la multiplication sur les murs de la ville de placards :

  • 58 Chronique I, p.479.La circulation de nouvelles, surtout critiques vis-à-vis des pouvoirs quels qu’ (...)

« […] furent trouvés en divers endroicts, carrés & rancontres de la ville du Puy, voire par les rues & devant plusieurs maisons, ung grand nombre de placats en impression, sentans libels diffamatoires, couchés en rime assez de bonne taille, de coupplets en vers huictains ayans reffrain branlant, disant ainsi : Dieu punit ceulx en qui peché domine, contenant en ce une exortation faicte à ung nommé maistre Maurice Dasquemye, narrative des faicts & gestes de luy, assez approchans à la verité, ainsi qu’on disoit. Toutesfois, du nom de l’auctheur je m’en trouve ignare58 ».

  • 59 En octobre 1553, « fut renvoyé de Tholose au Puy ung prisonnier natif de Sainct Badel [Sembadel], (...)
  • 60 Étienne évoque à quelques reprises les Princes de France et l’attitude qu’ils peinent à adopter.En (...)
  • 61 « Le parlement de Toulouse passe pour avoir été le plus sanguinaire : en fait, sur 1074 personnes (...)
  • 62 Chronique I, p.544.Étienne propose qu’un registre devrait être constitué, dans lequel apparaîtrait (...)

18Les autodafés tendraient à démontrer que le livre, comme vecteur de propagation d’idées nouvelles, serait parfois plus « sujet » à répression que ceux et celles qui ont pu en faire usage. Ainsi est-il fait état d’un prisonnier amené de Toulouse au Puy, où il doit subir sa peine – une amende honorable –, pour être condamné en réalité à cinq ans seulement aux galères royales. En revanche, ses livres seront publiquement brûlés59. Ce rapport aux imprimés de toute nature, qui prolifèrent depuis plusieurs années, tend à suggérer que si la justice s’est donnée de strictes règles d’orthodoxie60 en multipliant les arrêts et les édits surtout à partir du règne d’Henri II, les condamnations d’hérétiques à des peines de mort ne sont pas nécessairement les plus appliquées. M. Venard cite à cet effet le cas des parlements de Toulouse (réputé sanguinaire) et Bordeaux (réputé modéré). Dans les deux cas, les peines capitales ne constituent pas le châtiment le plus pratiqué61. Au Puy même, si l’on se fie à Étienne, trois condamnations au bûcher seulement sont prononcées pour la période allant de 1521 à 1560. Il convient ainsi de faire remarquer que si les idées nouvelles ont pu toucher, dans un premier temps, ceux qui avaient bénéficié d’une éducation relativement poussée, dans un deuxième temps, toutes les catégories sociales ont pu adopter à leur tour certaines idées du mouvement. Livres, placards, correspondances (entre Ponots ayant fui à Genève et ceux restés au Puy) et prédications ont contribué à la diffusion d’un christianisme différent. C’est la raison pour laquelle Médicis ne parvient pas à prendre la mesure du phénomène, il constate simplement que « gens sçavans » sont aussi atteints que « gens mecaniques », pour lesquels une condamnation devrait être prononcée. À défaut de les mener au bûcher, ils devraient tous être destitués de leur statut de citoyen parce que « traistres à leur ville & commune62 ».

  • 63 Chronique I, p.513-522.
  • 64 Chronique I, p.522-527
  • 65 Chronique I, p.557.
  • 66 Par exemple le même jour à la même heure alors qu’un dominicain prononce un sermon « s’essoient as (...)
  • 67 Chronique I, p.552-553.
  • 68 L’historiographie est très partagée sur la question de la sociologie du protestantisme, d’autant q (...)
  • 69 Cf.rivet B., op.cit., p.137
  • 70 Comme l’analyse M.Venard : avoir été influencé soit par les idées de Lefèvre d’Étaples et d’Érasme (...)

19Au cours des années 1561 et jusqu’à la mort du chroniqueur en 1565, la pénétration d’idées protestantes s’accélère, et on assiste au Puy à une prédication de moins en moins secrète. Étienne signale63 les rassemblements dans les prés, et les jardins « tant dehors que dedans la ville ». Il dépeint des protestants organisés de manière structurée avec « predicans ou ministres, instituant tresoriers & recepveurs des deniers par eulx-mesmes tauxés », si bien qu’ils seraient près de 400, un nombre qui serait sans cesse en augmentation (« la ville de trois parties, les deux que sont les Huguenaux ! »). Ce faisant, l’auteur se désole de l’incapacité de l’évêque et des consuls à réagir « en doubte d’estre assaillis & tormentés ». C’est au moment de l’assaut des troupes huguenotes sur la ville, le 5 août 1562, et du siège qui s’ensuivit, que les autorités urbaines sauront réagir et disperser les forces huguenotes64. Cependant, cette victoire reste symbolique. L’accalmie laisse de nouveau place à la tolérance, et les autorités ne condamnent plus personne malgré les ordres réitérés par « Messieurs de Justice & seigneurs Consuls leur avoient faicts suyvant les edicts du Roy65 ». Le chroniqueur insiste à quelques reprises sur ce qu’il nomme « les sequelles », c’est-à-dire le retour de Ponots réformés dans la ville, qui affichent leur nouvelle religion66. Plus précis encore, Étienne dresse la liste des hommes d’église ayant renoncé à leur état, ces « forvoiés heretiques Lutheristes huguenars, transgresseurs des limites de vraye foy chrestienne ». Cette liste compte huit chanoines de l’église cathédrale, cinq clercs, sept bénédictins et cinq mendiants dont certains font partie des grandes familles ponotes67. Ainsi, l’implantation protestante ne serait plus une affaire de clivages sociaux – si elle le fut jamais68 – au moment où la chronique d’Étienne se termine. Les mémoires de Jehan Burel autorisent la même conclusion69. Par conséquent, peu importe en réalité que les données chiffrées fournies par Médicis et par Jean Burel ensuite, soient sujettes à caution : on sait maintenant qu’une partie des Ponots a pu tout simplement être attirée par les idées réformatrices sans pour autant adhérer au protestantisme70. Peu importe également que la « solidarité urbaine », selon Médicis, ait eu gain de cause sur les troupes huguenotes, puisque leur présence demeura de toute façon effective dans la ville.

  • 71 Une première fois en 1526 (cf.Rivet B., op.cit., p.142), une seconde fois en 1548 (cf.n.39).
  • 72 Martin H., « Les prédications déviantes », op.cit., p.254 et 256.

20La prédication mendiante avait permis aux fidèles ponots d’adhérer à une nouvelle façon de vivre leur spiritualité. Ancrés rapidement dans le tissu urbain, pour bon nombre d’entre eux du fait de leurs origines ponotes, les Mendiants avaient su offrir à la communauté des structures salutaires quelque peu délaissées par le clergé local. Par ailleurs, la double condamnation de l’épiscopat du Puy par le parlement de Toulouse71 avait certainement entraîné des réactions mitigées de la part de la population. L’indiscipline du clergé local était effectivement notoire : absentéisme aux offices, indécence et mœurs dissolues firent partie des chefs d’accusation. Ainsi, pendant toutes ces années qui ont précédé la Réforme (une période qualifiée de « grande fermentation intellectuelle » par Hervé Martin), certains mendiants ont pu faire preuve de leurs « vertus contestataires72 » et entraîner le débat sur un terrain de moins en moins favorable au clergé séculier. Dans quelle mesure l’auditoire a-t-il été réceptif ? Difficile de le dire pour le Puy. Cependant, des courants diffus, proposant un nouvel évangélisme, ont assurément trouvé des fidèles réceptifs à cette prédication. Certaines manifestations publiques, par exemple la dégradation de crucifix, ont certes provoqué un scandale. Mais il faut sans doute y voir des actes de vandalisme plutôt que de la propagande religieuse. Et si le chroniqueur insiste sur le consensus urbain pour mettre en cause des concitoyens sans foi, cela s’apparente à une conviction personnelle plutôt qu’à un sentiment général. Du reste, la majorité des noms de prédicateurs, que nous livrent Médicis et Burel, prouve qu’ils ne sont pas des étrangers mais des ponots d’origine, bien implantés dans le tissu social.

  • 73 Cf.le tableau qu’en brosse M.Venard dans sa partie sur l’évangélisme : ibid., p.409-414.
  • 74 C’est le cas chez Mours S.Le protestantisme en Vivarais, op.cit.et chez Louis De Vinols J.-B., His (...)

21En somme, l’analyse qui se dégage ici montre que la prédication protestante au Puy ne fut pas aussi spectaculaire qu’on l’a souvent cru. Elle montre également que cette prédication s’inscrit dans la longue durée en suivant un cheminement relativement en « douceur ». Ainsi, tous les Ponots ne condamnent pas la Réforme, et s’ils le font ce n’est ni de la même manière, ni pour les mêmes raisons. Par conséquent, on constate que si les phénomènes religieux ont souvent suscité au sein de la communauté de vives réactions, en aucune manière elle n’a entraîné un clivage profond. Mettre en lumière ce phénomène, supposait aller au-delà du stupéfiant récit de notre chroniqueur, horrifié et scandalisé par l’ampleur de la diffusion d’idées réformatrices. À ce sujet, l’historiographie récente a nettement minimisé les scénarios catastrophes élaborés par une historiographie confessionnelle73 qui avait une propension à accorder aux récits de l’époque une réalité brute74.

Notes

1 Entendons par ce terme, les chroniques rédigées par des bourgeois, identifiés comme tels, qui signent leur texte et qui narrent avec force détails tous les aspects de l’histoire de leur ville.Nous retenons ici la chronique d’Étienne Mège dit Médicis : Le livre de Podio ou chroniques de Estienne Médicis, bourgeois du Puy, Chassaing Aug.(éd.), Le Puy, 2 vol., 1859, reprint 1975 (à l’avenir Chronique suivie du tome).Un autre exemple de chronique de ville plus connue est celui de Philippe de Vigneulles pour la ville de Metz, étudié par Chopinm., Histoire d’une ville – Récit d’une vie.Une étude de la Chronique de Philippe de Vigneulles (1471-1528), thèse non publiée, université Lumière Lyon 2, 1992.

2 Par rapport à la production des chroniques urbaines des villes allemandes (analysées entre autres par P.Monnet notamment dans son article « Particularismes urbains et patriotisme local dans une ville allemande de la fin du Moyen Âge : Francfort et ses chroniques », Identité régionale et conscience nationale en France et en Allemagne du Moyen Âge à l’époque moderne, Babel R.et Moeglin J.-M.[dir.], Sigmaringen, 1997, p.389-400) et par rapport à la production italienne abondamment étudiée.

3 « Jusque vers 1560, presque tous les condamnés pour motif religieux, en France et dans les Pays-Bas, sont qualifiés de “luthériens”.En réalité, cette étiquette paresseuse couvre des positions très diverses » (Histoire du christianisme : des origines à nos jours, Mayeur J.-M.et al.[dir.], t.8 : Le temps des confessions : 1530-1620-30, Venard M.[dir.], Paris, 1992, p.409).Ainsi, la meilleure expression à utiliser pour décrire le mouvement diffus des idées nouvelles serait « l’évangélisme » (ibid.) sur lequel nous reviendrons ultérieurement.

4 Rivet B., Le Puy-en-Velay : une ville au xvie siècle, Le Puy-en-Velay, 1988, p.130.

5 Complétée par les Mémoires de Jean Burel.Journal d’un bourgeois du Puy à l’époque des guerres de Religion publiées et annotées par Augustin Chassaing, nouv.éd.par Rivet B.et P., Saint-Vidal, 1983.

6 La bibliographie sur le Puy pour les xve-xvie siècles est, avouons-le, plutôt mince.Outre l’ouvrage de Rivet B.cité précédemment, mentionnons celui, vieilli, de Mours S., Le protestantisme en Vivarais et en Velay, Valence, 1949 ; tout aussi vieilli celui de Louis De Vinols J.-B., Histoire des guerres de Religion dans le Velay pendant les règnes de Charles IX, Henri III et Henri IV, Le Puy, 1862.Demeure d’actualité l’étude de Delcambre E., Le consulat du Puyen- Velay, des origines au xvie siècle, Le Puy-en-Velay, 1933.

7 Sur cet aspect de la mémoire urbaine, voir Courtemanche D.et Pagottto-Chopin M., « Mémoire urbaine et biographie dans deux chroniques urbaines du xvie siècle », Revue de médiévistique, « Bien dire et bien apprendre », 20, 2002, p.39-41.Cf.également l’article de Monnet P., « Ville réelle et ville idéale à la fin du Moyen Âge : une géographie au prisme des témoignages autobiographiques allemands », Annales HSS, 3 (2001), p.591-621.

8 Cf.Étienne Mège dit Médicis, drapier et chroniqueur au Puy-en-Velay (vers 1475-vers 1565).Catalogue de l’exposition à la Bibliothèque municipale du Puy-en-Velay, du 9 septembre au 23 octobre 1999, Le Puy-en-Velay, 1999.

9 Chronique I, 1er prologue

10 Cet inventaire n’est pas inclus dans la chronique, mais il fait partie du second tome constitué des sources auxquelles a eu recours l’auteur

11 Chronique II, p.258.

12 « […] voyant la reigle & religion du bon pere sainct Dominique pilluler & s’avancer à produire ses fructueux bourgeons & estendre ses rameaux sus la terre tant delectables & consolatifz aux cueurs chrestiens, donna » (Chronique II, p.188).

13 Chronique II, p.190.

14 Reliques récupérées à Cologne par Guillaume de Moleta.

15 Chronique II, p.192.

16 Ibid.

17 Chronique II, p.194

18 Chronique II, p.196-197, n.2.

19 Chronique II, p.197.Le couvent connaîtra une seconde tentative de réforme en 1529 : « arriva au couvent des Carmes du Puy leur General nommé frere Nicolas Andet, homme, ainsi qu’on disoit, de grande faculté, accompaigné de trois grans docteurs de ladite religion, lequel voloit refformer ledit couvent, & y demoura sept jours ; mais, à la requeste des seigneurs Consuls, il les laissa en leur estat » (Chronique I, p.304).

20 Invoquant le fait que les Carmes s’attribuaient les titres de frères de Notre-Dame et de disciples du prophète Élie.

21 Chronique II, p.198, n.1.

22 Chronique II, p.200.

23 Chronique I, p.246-249.

24 Chronique I, p.229 : « en la ville Nostre Dame du Puy, fut ung homme natif & originaire d’ic² parens, demourant en la rue en latin appellée Ruppe Scisa, vulgo en icelle Rochetaillade ».

25 Chronique I, p.229-230 : « Or ce frere Jehan de Ruppe Scisa, apres ce & aultre laps de temps qu’il demoura en Jherusalem, avoir devotement suyvi & visité les Saincts Lieux & Terre Saincte, & se desirant repatrier au Puy en sa maison […] & là estant en repos, vacca à composer de livres en medecine. » Cf.sa biographie dans Dictionnaire des lettres françaises, Le Moyen Âge, Hasenohr G.et Zinc M.(dir.), 2e éd., Paris, 1992, p.843-845.

26 À maintes reprises, Étienne précise dans quelles bibliothèques il a consulté tel document ou tel ouvrage, par exemple : « Anno domini MCCCLIII, & die sexta mensis aprilis, jacuit in ecclesia conventus Carmelitarum Podii corpus bone memorie domini Clementis pape sexti, comitantibus illud quinque Cardinalibus & tribus Archiepiscopis & pluribus aliis prelatis.Cecy ay-je trouvé en un livre dans la librairie des Carmes » (Chronique II, p.198-199).Les couvents mendiants ponots ne sont pas les seuls à disposer d’une bibliothèque, l’épiscopat était également doté de la sienne, Étienne put aussi y avoir accès grâce à l’indulgence de son bibliothécaire.Car si les autorités consulaires avaient souhaité une compilation des gestes et faits de la ville, Étienne en détourna le projet initial en souhaitant aller bien audelà de cette simple compilation.Aussi, toutes les autorités du Puy (consulaire, épiscopale et seigneuriale) voulant s’opposer à son entreprise lui interdirent l’accès à leurs archives.Il le fait ainsi remarquer : « il ne lui a pas esté à moy permis de veoir les antiquités & faicts vertueux dignes d’estre veus, que sont enclos & en seure custode registrés dans les archiz » (Chronique I, 2e prologue, p.4).

27 Chronique I, p.305-334

28 Chronique I, p.338-368.

29 Cf.Martin H., « Les prédications déviantes, du début du xve siècle au début du xvie siècle, dans les provinces septentrionales de la France », Les Réformes : enracinement socioculturel, xxve colloque international d’études humanistes, Tours 1982, Chevalier B.et Sauzet R.(dir.), Paris, 1985, p.251-266, surtout p.251-256.

30 Date confirmée par Mouillard J.-M., Vie de saint Vincent Ferrier, Vannes, 1857, p.19.

31 Chronique I, p.233-234.« Et entra ledit jour […] et avoit avec luy de quatre vingts à cent religieux, qui tousjours le suyvoient pour ouyr & apprendre sa saincte doctrine, & alloient ensemble, de deux en deux, comme en manière de procession.Et avoient une baniere devant, que portoit l’ung d’eulx, en laquelle avoit un devot Crucifix […] [et sur] un bel eschaffault au pré du Breulh il y avoit un autier pour dire messe et un petit parquet pour les chantres.Et la ainsi arrivé, disoit ledit frere Vincent sa messe et se mectoit à prescher […] et le suyvoit le peuple en si grande quantité, qu’on ne scauroit le nombre dire & venoient de dix lieues, quinze lieues, vingt lieues. » Sur cet aspect cf.Martin H., Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge, Paris, 1988, p.549 sqq. ; ID., « La mission de saint Vincent Ferrier en Bretagne (1418-1419) : un exercice mesuré de la violence prophétique », Association bretonne, 106 (1997), p.127-141.

32 Chronique I, p.244 : « & disoit que mondit seigneur le Daulphin auroit victoire, en ladite année, du Roy d’Angliterre & autres ses adversaires, & domineroit sur tous autres princes. » Je ne suis pas parvenue à identifier avec exactitude ce Thomas.

33 Chronique I, p.263-264 : « grant prescheur & tres-auctorisé docteur ».

34 Chronique I, p.373.

35 Chronique I, p.386-388 : « lequel prescha […] tant pour publier certaines indulgences & pardons touchant la fabrique de l’eglise Sainct Sebastien de Rome, que aultres plusieurs predicacions & sermons qu’il fist tant ordinaires que extraordinaires […].Toutesfois, fut-il noté & reprins d’avoir dict & presché, en quelquns de ses sermons ou ailleurs en lieu particulier, quelques propositions lutheriannes, pour laquelle cause fut cité en la Court spirituelle de monseigneur l’Evesque du Puy. »

36 On en revient encore au concept d’« évangélisme », évoqué au début de cet article.À ce propos : « on ne saurait compter tous les prédicateurs, religieux principalement mais aussi prêtres séculiers, qui ont fait passer dans leurs sermons telle ou telle idée novatrice » (Le temps des confessions, op.cit., p.412).

37 Chronique I, p.304 et 337.

38 Voir à ce sujet, même pour une période un peu antérieure, Martin H.« Les prédications déviantes », op.cit., particulièrement p.258-259.

39 Chronique I, p.417-433, Second arrest sur les abus de l’Eglise en plusieurs & diverses qualités & endroicts (p.426-429), où les autorités épiscopales sont accusées d’« abus, desordres & insolences & male versations des gens d’Eglise, on leur reproche également le grant & excessif nombre des prebstres indifferenment receus […] igrorance et maulvaise vie d’iceulx, surviennent journelement plusieurs escandales, heresies & aultres inconveniens » (p.426-427).

40 Le Consulat est rétabli en 1343 au détriment de l’évêque et l’élection des dix premiers consuls eut lieu au couvent des Cordeliers en l’absence momentanée de la maison consulaire (Chronique I, p.220-226).Cf.également Delcambre E., op.cit.

41 P.Monnet précise à ce sujet que : « les lamentations sur la cité meurtrie contribuent, comme à l’inverse son éloge, à dégager un peu mieux la personnalité du chroniqueur dont l’identification avec les malheurs de sa cité le conduit parfois à s’impliquer de plus en plus dans son texte » (Monnet P., op.cit., p.611).

42 Rivet B., op.cit., p.137

43 Chronique I, p.434.

44 Chronique I, p.437

45 Étienne relate ici le premier événement majeur, à ses yeux, d’une profanation de crucifix qui eut lieu dans la nuit du 15 au 16 avril 1549 et dont les coupables sont sans aucun doute possible les « ennemy hereditaire de nostre saincte foy, [les] interdicts & anathematisés, faulx heretiques modernes Lutheriens » (Chronique I, p.433).

46 Histoire du christianisme : des origines à nos jours, Mayeur J.-M.et al.(dir.), t.7 : De la Réforme à la Réformation : 1450-1530, Venard M.(dir.), Paris, 1994, p.743-746, surtout p.745.

47 Cf.Gascon R., Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle.Lyon et ses marchands, Paris-La Haye, 1971, p.144 et 207.

48 De la Réforme à la Réformation, op.cit., p.743 ; Histoire de l’édition française, Martin H.-J.et Chartier R.(dir.), t.1 : Le livre conquérant du Moyen Âge au milieu du xviie siècle, Paris, 1983, particulièrement p.163-193.De façon plus précise, cf.Coq D., « Les débuts de l’édition en langue vulgaire en France : Publics et politiques éditoriales », Gutenberg-Jahrbuch, 1987, p.59-72 : « Car si Lyon ne peut se targuer du titre de capitale stricto sensu du livre français […] elle en est le berceau.On peut estimer, en effet, que la moitié de ce qui s’imprime à Lyon entre 1473 et 1485 environ est en langue vulgaire.Même si cette proportion est ramenée aux alentours de 40  % à la fin du siècle (à une époque où la production imprimée lyonnaise, devenue la troisième en Europe, s’est considérablement diversifiée et concerne alors à peu près toutes les catégories de textes, et donc de lecteurs, lettrés et non doctes), elle reste sensiblement au-dessus du pourcentage national (30  % aux alentours de 1500) » (p.61).

49 Dans son état des Habitants du Puy (Chronique II, p.262), Étienne répertorie quatre boutiques de libraires appartenant à : Jehan Allard dit Vandosme, Anthoine Amouroux, Julien Amouroux et Rogier Fabre.Selon Augustin Chassaing, Anthoine Amouroux a sûrement été, dès les années 1510, le premier à exercer ce métier au Puy.

50 Mention décrivant l’exécution de protestants : « au devant desquels ung maistre des aultes oeuvres pourtoit certain nombre de livres hereticques imprimés en la maleureuse & interdicte escole de Genesve, & là, avec leurs livres remplis de pestifferes doctrines, furent bruslés tous vifs » (Chronique I, p.463).

51 Rivet B., op.cit., p.133.Cf.également « La carte des réfugiés à Genève entre 1549 et 1560 » dans Le temps des confessions, op.cit., p.424.

52 Chronique I, p.443.

53 « […] furent par la justice des seigneurs du Chappitre Nostre Dame excequtés à la porte Gautheiro deux malfaicteurs lutheriens, archymyeurs [alchimistes] & industrieux larrons, qui, dans la sacrée eglise avoient desrobé ung calice, &, par saintes clefs dont trop bien se sçavoient aider, avoient pourchassé faire plusieurs larrecins en beaucop d’eglises.Plusieurs larcins furent faicts par quelques maleureux complices, en diverses eglises de l’Evesché du Puy, environ ce temps, des custodes, croix, calices & aultres joyaulx, dont plusieurs ont esté excequtés par griesve justice, & aultres en sont esté fuytifs, & eulx & leurs poures parents cheus en desolacion » (Chronique I, p.457).

54 « […] les plus pernicieux & sceleratissimes hereticques qu’on sçauroit dire, soustenans excecrables erreurs que ne viennent a estre escriptes, dont l’un estoit de Bort, appellé Pierre Barbat, l’aultre de Bessas [Besse], appellé Jehan Fieure, aultrement dict Eglise-neufve, se furent par leurs demerites ainsi excequtés : c’est asçavoir que, au sortir de la Court Commune où ils estoient detenus, on leur couppa la langue, & après furent conduicts en la place Martoret. » Cette exécution publique donna lieu à une procession des officiers de la cour et des consuls (Chronique I, p.463).

55 Le temps des confessions, op.cit., p.406.

56 Ibid., p.406-407.

57 Ibid., p.408.

58 Chronique I, p.479.La circulation de nouvelles, surtout critiques vis-à-vis des pouvoirs quels qu’ils soient, sous forme versifiée, rimée, etc., est une pratique attestée et connue depuis la seconde moitié du xve siècle, comme le montre une proclamation royale de Louis XI, voulant l’interdire, analysée par Samaran Ch., « Chanteurs ambulants et propagande politique sous Louis XI », Bibliothèque de l’École des Chartes, 100, (1939), p.233-234.Je remercie Darwin Smith pour cette information.

59 En octobre 1553, « fut renvoyé de Tholose au Puy ung prisonnier natif de Sainct Badel [Sembadel], lutherien, mandant aux Officiers de la Court […] estre faicte procession generale […] estre mys ung petit chaffault a genoulx, au conspect du peuple, durant un sermon qui là seroit dict, & illec publiquement estre burlés certains livres hereticques qu’il portoit, & lui apres demander pardon a Dieu, au Roy & a justice […] & apres ce, conduict en galere au service du Roy pour cinq ans » (Chronique I, p.478-479).

60 Étienne évoque à quelques reprises les Princes de France et l’attitude qu’ils peinent à adopter.En revanche, il ne mentionne pas les nombreux édits qui ont été promulgués.Le chroniqueur préfère à ce sujet transcrire les 26 résolutions émises par la faculté de théologie de l’université de Paris en 1542 (Chronique I, p.504-507).

61 « Le parlement de Toulouse passe pour avoir été le plus sanguinaire : en fait, sur 1074 personnes jugées entre 1500 et 1560, 62 seulement ont été brûlées ; tandis que le parlement de Bordeaux, considéré comme modéré, juge 477 suspects entre 1541 et 1559, dont 18 sont condamnés à mort » (Le temps des confessions, op.cit., p.408).

62 Chronique I, p.544.Étienne propose qu’un registre devrait être constitué, dans lequel apparaîtrait le nom des Ponots identifiés comme traîtres de même que « leurs enfans qu’en seront notés jusques à la tierce & quarte generation, comme descendus de parens heretiques » (Chronique I, p.511).

63 Chronique I, p.513-522.

64 Chronique I, p.522-527

65 Chronique I, p.557.

66 Par exemple le même jour à la même heure alors qu’un dominicain prononce un sermon « s’essoient assemblés les Huguenaulx ou Lutheriens de ladicte ville, que pour lors estoyent en grand nombre en la maison de Catherine Blanche […] pour illec faire leurs prieres a leur mode superstitieus » (Chronique I, p.557).

67 Chronique I, p.552-553.

68 L’historiographie est très partagée sur la question de la sociologie du protestantisme, d’autant que le problème se complique soit par les prises de position sur les causes de la Réforme, soit par la documentation qui décrit trop souvent la répression au lieu de l’adhésion.Cf.Le temps des confessions, op.cit., p.423.

69 Cf.rivet B., op.cit., p.137

70 Comme l’analyse M.Venard : avoir été influencé soit par les idées de Lefèvre d’Étaples et d’Érasme soit par celles de Luther ne conduisait pas obligatoirement à engager « une rupture avec l’Église établie [soit] par attachement à l’unité chrétienne, pour certains, [soit] parce qu’à leurs yeux l’authentique religion est intérieure, dépouillée et personnelle » (Le temps des confessions, op.cit., p.409).

71 Une première fois en 1526 (cf.Rivet B., op.cit., p.142), une seconde fois en 1548 (cf.n.39).

72 Martin H., « Les prédications déviantes », op.cit., p.254 et 256.

73 Cf.le tableau qu’en brosse M.Venard dans sa partie sur l’évangélisme : ibid., p.409-414.

74 C’est le cas chez Mours S.Le protestantisme en Vivarais, op.cit.et chez Louis De Vinols J.-B., Histoire des guerres de Religion dans le Velay, op.cit.

Auteur

Université du Littoral-Côte d’Opale

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540