Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Troisième partie. « Des professionnels de la parole »

La prédication des indulgences et les quêtes itinérantes dans le royaume de Castille aux derniers siècles du Moyen Âge

Daniel Baloup

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Les travaux de ces deux auteurs sont cités dans la suite de l’article. Il faut mentionner l’intérê (...)
  • 2 Pour la Couronne de Castille, voir les publications de Ladero Quesada Miguel Angel : La Hacienda R (...)

1La prédication des indulgences et les quêtes itinérantes dans le royaume de Castille, à la fin du Moyen Âge, occupent peu de place dans la production historiographique récente. Depuis les années 1950 et les travaux de José Goñi Gaztambide ou de Justo Fernández Alonso1, le thème n’a plus été abordé que dans sa dimension économique à l’occasion de travaux consacrés au financement des campagnes contre les musulmans ou au développement de la fiscalité royale2.

  • 3 Goñi Gaztambide José, Historia de la Bula de la Cruzada en España, Vitoria, 1958.
  • 4 Maier Christoph T., Preaching the Crusades. Mendicant Friars and the Cross in the Thirteenth Centu (...)

2Il serait pourtant erroné de penser que tout a été écrit sur la question. La grande synthèse de J. Goñi Gaztambide sur la bulle de croisade, pour prendre cet exemple, n’a pas épuisé le sujet3 : l’ouvrage publié par Christoph T. Maier sur ce même thème, en 1994, confirme, s’il était besoin, la nécessité de rouvrir le dossier étudié par le chanoine navarrais4. La diffusion des indulgences de croisade dans le royaume de Castille constitue, en soi, un phénomène bien assez important pour mériter une nouvelle lecture ; mais il ne doit pas être isolé : son étude gagnera à être envisagée dans le cadre d’une analyse plus globale, élargie à l’ensemble des quêtes et des collectes pratiquées dans les églises castillanes, aux derniers siècles du Moyen Âge. L’intérêt d’une telle entreprise est multiple : l’aumône compte au nombre des œuvres les plus familières aux fidèles et les plus représentatives de leur expérience religieuse ; la logique qui sous-tend la pratique des indulgences ne peut manquer d’avoir contribué à modeler les représentations collectives de la pénitence et du salut ; enfin, dans une région qui ne connaît pas de grandes campagnes de prédication avant la fin du xive, voire le début du xve siècle, l’influence de l’exhortation prononcée par les quêteurs sur les croyances et le corps de doctrine assimilé par le commun des laïcs ne doit pas être négligée.

  • 5 Magnin E., « Indulgences », Dictionnaire de Théologie Catholique, vol. VII-2, Paris, 1927, c. 1594 (...)
  • 6 Colección de los canones y de todos los concilios de la Iglesia española, éd. de Francisco Antonio (...)

3L’objet de cet article apparaîtra d’autant plus modeste que le champ de recherche se révèle immense. Il s’agit ici d’étudier les mesures prises par l’épiscopat castillan, du xiiie au xve siècle, pour contrôler l’activité des quêteurs itinérants. Ces mesures font suite aux recommandations du IVe concile du Latran et du concile de Vienne qui, en 1215 et en 1312, dénoncent les abus dont certains collecteurs se rendraient coupables5. Si, à l’exception du concile de Tolède de 1323 et de celui d’Alcalá de 13476, la documentation conciliaire castillane ne se fait guère l’écho de pratiques illicites, les constitutions synodales témoignent de la préoccupation des évêques. Nous verrons comment la lutte contre les abus, qui masque bien souvent des conflits d’autorité et d’intérêt, permet finalement l’intrusion du pouvoir royal et, à la fin du xve siècle, la prise en main de la circulation des indulgences par les autorités civiles.

  • 7 Cette étude porte sur les diocèses de Astorga, Avila, Badajoz, Burgos, Coria, Ciudad Rodrigo, Léon (...)
  • 8 Synod. Hisp., vol. 3, p. 237.
  • 9 Ibid., p. 451-452.
  • 10 Synod. Hisp., vol. 7, p. 299.
  • 11 Il faudrait, dans un cadre moins resserré que celui de cet article, prendre le temps de réfléchir (...)

4Dans les textes synodaux7, les interventions de l’autorité épiscopale sont justifiées par le nombre jugé excessif des quêteurs et par les abus dont ils se rendraient coupables. La question du nombre est évoquée dès les années 1260 : confronté à la multiplication des quêtes, Martín Fernández ordonne au clergé du diocèse de Léon d’interdire toutes les collectes le jour où les commissaires de la fabrique de la cathédrale se présentent dans la paroisse8. En 1411, Guillaume de Vermont est interpellé par les fidèles de son diocèse qui, incapables de satisfaire les demandes sans cesse plus nombreuses dont ils sont assaillis, s’interrogent sur la manière de bien dispenser leurs aumônes ; l’évêque d’Oviedo conseille de donner la préférence à la quête de Saint-Lazare et aux Franciscains9. Un siècle plus tard, dans le diocèse de Burgos, Pascual de Ampudia constate, à l’occasion d’une de ses visites pastorales, que le nombre des collecteurs dépasse parfois celui des fidèles réunis pour l’office et qu’il s’ensuit un désordre inacceptable ; il décide d’interdire l’accès des églises à tous les collecteurs, à l’exception de ceux de la cathédrale, de la paroisse, des Âmes du Purgatoire et des enfants abandonnés qui sont admis à pénétrer dans les lieux de culte10. À la lumière de ces témoignages, la volonté de bien œuvrer qui anime la communauté des fidèles et son intérêt pour les indulgences ne peuvent pas être mis en doute11 : il faut que les gains soient importants, suffisants en tout cas, pour que les institutions qui diligentent les quêteurs acceptent d’engager les frais de déplacement et de solde suscités par la collecte. Cette popularité des indulgences induit aussi une conséquence dont il importe de tenir compte : l’activité des collecteurs se déroule dans un climat de très vive compétition. La plupart des abus dénoncés devant les assemblées synodales trouvent leur origine dans ce contexte singulier, qui laisse s’exprimer l’appât du gain et crée le besoin de l’emporter sur ses concurrents.

  • 12 Léon, 1303 (Syn. Hisp., vol. 3, p. 269) et 1306 (ibid., p. 285) ; Palencia, 1445 (Syn. Hisp., vol. (...)
  • 13 Palencia, 1445 (Syn. Hisp., vol. 7, p. 489).
  • 14 Burgos, 1500 (Syn. Hisp., vol. 7, p. 262).
  • 15 Salamanque, 1451 (Syn. Hisp., vol. 4, p. 327-329).
  • 16 Léon, 1318 (Syn. Hisp., vol. 3, p. 289-290) ; Burgos, 1427 (Syn. Hisp., vol. 7, p. 171-172) ; Ovie (...)
  • 17 Léon, 1318 (Syn. Hisp., vol. 3, p. 289-290) ; Avila, 1481 (Syn. Hisp., vol. 6, p. 192-194).
  • 18 Léon, 1318 (Syn. Hisp., vol. 3, p. 289-290) ; Compostelle, 1320 (Syn. Hisp., vol. 1, p. 298-299) ; (...)
  • 19 Syn. Hisp., vol. 3, p. 269 ; vol. 1, p. 298-299 ; vol. 4, p. 39-40 ; vol. 3, p. 404 ; vol. 7, p. 1 (...)

5Il existe au moins deux types d’abus répertoriés. Sur la forme, les quêteurs sont accusés de retenir longuement les fidèles12, jusqu’à obtenir gain de cause, d’allonger à tel point le sermon qu’une partie de l’assistance quitte l’église avant la fin de l’office13 et de recourir à la menace de sanctions spirituelles ou ecclésiastiques pour faire céder les récalcitrants14. Sur le fond, les quêteurs n’hésiteraient pas à utiliser des bulles d’indulgence fausses, caduques ou frappées de suspension15 et à exagérer les bénéfices que les fidèles pourraient retirer de leurs aumônes, jusqu’à promettre de très larges remises de pénitence16, l’absolution des péchés réservés à l’évêque ou au pape17, voire la libération des défunts retenus au Purgatoire18. Afin de contrôler l’activité des quêteurs, les évêques ordonnent que ne soient admis à solliciter les fidèles que ceux qui peuvent produire une licence spéciale, émise par la chancellerie épiscopale. Il s’agit, officiellement, de vérifier la validité des bulles d’indulgence et d’en circonscrire clairement le contenu afin que les collecteurs ne puissent pas profiter de la simplicité du clergé paroissial. Cette pratique est mentionnée à Léon en 1303, à Compostelle en 1320, à Salamanque vers 1350, à Oviedo en 1377, à Burgos en 1427, à Palencia en 1445, à Orense en 1454, à Avila en 1481, à Tuy en 1482 et à Badajoz en 150119. Il ne faut sans doute pas prêter trop d’importance à ces dates. Dans le cas de Badajoz, par exemple, Alonso Manrique de Lara ne fait que rappeler une obligation déjà en vigueur dans son diocèse depuis une époque indéterminée. Dans certains évêchés, la licence donne pouvoir aux quêteurs de s’adresser librement aux fidèles. Il peut aussi arriver que l’exhortation soit limitée à la lecture du document épiscopal, par le quêteur lui-même ou par le prêtre de la paroisse.

  • 20 Syn. Hisp., vol. 3, p. 289.
  • 21 Voir la lettre pastorale de Guillaume de Vermont, évêque d’Oviedo (Syn. Hisp., vol. 3, p. 451-452)
  • 22 La situation est décrite avec beaucoup de précisions dans deux articles de Fernández Alonso Justo  (...)
  • 23 Fernández Alonso Justo, « Los enviados pontificios… », op. cit., p. 78.

6Il est difficile de faire la part, dans la liste des accusations recueillies par les constitutions synodales, entre la transposition des textes conciliaires et le constat d’une situation vécue. En 1318, l’évêque de Léon, García de Ayerve, s’appuie sur la décrétale Abusionibus du pape Clément V pour condamner les agissements de certains quêteurs20. Ailleurs, il est fait allusion à des plaintes émanant des fidèles ou du clergé diocésain et les mesures approuvées par le synode prétendent rétablir le droit et ramener le calme dans les paroisses21. Les abus dénoncés ne doivent donc pas tous être mis sur le même plan sans qu’il soit possible à partir de la seule documentation synodale d’opérer le travail de décantation qui permettrait de dégager une image convaincante de la situation en Castille. La notion d’abus, elle-même, pose un certain nombre de problèmes : si la présence d’escrocs dans les églises castillanes, qui utilisent de faux documents pour tromper les fidèles, ne fait guère de doute, il est difficile de ne pas penser que certains quêteurs condamnés et pourchassés par les autorités ecclésiastiques agissent en toute bonne foi. À la fin du Moyen Âge, les nombreuses quêtes se chevauchent, se concurrencent, s’annulent ; la collecte est confiée à des commissaires dont les compétences et la durée de la mission ne sont pas toujours très clairement limitées22. Ainsi, les litiges liés à l’autorité des commissaires apostoliques, qui donnent lieu à de graves accusations lancées par le Saint-Siège, apparaissent souvent comme de simples conflits de compétence. Parmi d’autres cas, il faudrait enquêter sur celui du chanoine léonais Fernando Basante, investi du titre de Nonce en 1463, chargé de régler plusieurs questions disciplinaires en Galice, qui se voit mis en accusation par les services pontificaux, en 1471, pour avoir recueilli les aumônes des fidèles asturiens et galiciens23.

  • 24 Voir Goñi Gaztambide J., « Las primeras indulgencias de difuntos (1456-1474) », Anthologica Annua, (...)
  • 25 Lucas de Tuy, De Altera Vita, P. Mariana (éd.), Ingolstadt, 1612, p. 2-3. Le chanoine revient sur (...)
  • 26 Sur les intentions de Lucas de Tuy, voir Martínez Casado Angel : « Cátaros en León. Testimonio de (...)
  • 27 Martín José Luis et Linage Conde Antonio, Religión y sociedad medieval. El catecismo de Pedro de C (...)
  • 28 Il n’existe pas d’édition de cet important ouvrage. La question de l’application des indulgences a (...)

7Les mésententes ou les désaccords entre les collecteurs et les autorités ecclésiastiques peuvent aussi naître d’une interprétation divergente du corps de doctrine qui supporte la pratique des indulgences. La question de l’application des grâces épiscopales ou pontificales aux défunts offre un parfait exemple des conflits qui surgissent parfois. En 1456, le pape Calixte III promulgue une indulgence dont le bénéfice est étendu aux âmes pénitentes éprouvées dans les flammes du Purgatoire24. Avant cette date, les défunts ne sont pas admis à gagner une remise de pénitence au prétexte que la juridiction pontificale ne s’étend pas au-delà des limites de la communauté des fidèles vivants. Mais la position de principe défendue par l’autorité apostolique n’est pas acceptée par tous. Dès les années 1230, le chanoine léonais Lucas de Tuy défend l’application des indulgences aux défunts dans un traité consacré au devenir des âmes après la mort25. Il ne s’agit sans doute pas d’un point de vue marginal : l’ouvrage, destiné à combattre l’influence de l’aristotélisme dans les écoles du nord-ouest de la péninsule Ibérique, est marqué au sceau du plus parfait conservatisme doctrinal26. Environ un siècle plus tard, en 1325, dans le premier catéchisme rédigé en castillan, l’évêque Pedro de Cuéllar adopte une attitude absolument identique sur la question. Il demande au clergé du diocèse de Ségovie d’encourager les fidèles à ne pas faire usage des indulgences acquises pour se libérer de la pénitence imposée par le confesseur mais plutôt de conserver le bénéfice de leurs aumônes pour écourter le temps passé au Purgatoire27. Dans le vaste corpus de la littérature destinée aux prêtres castillans, il ne se trouve guère que le manuel de confession rédigé par Martín Pérez, vers 1316, pour relayer les positions approuvées par le concile de Vienne28. Dans ce contexte, il n’est pas difficile d’imaginer la perplexité des curés castillans et de leurs ouailles face aux textes conciliaires et synodaux qui condamnent comme un abus l’élargissement du bénéfice des indulgences aux âmes du Purgatoire. La sincérité des quêteurs, qui participent du même univers de croyances que leur auditoire, n’est sans doute pas toujours feinte.

  • 29 Palencia, 1445 (Syn. Hisp., vol. 7, p. 489).

8Il n’est pas besoin d’insister sur l’imperfection des images qui se reflètent dans les documents normatifs ; la difficulté de leur exploitation, clairement illustrée par l’exemple des abus imputés aux collecteurs, a été souvent soulignée. Néanmoins, la réglementation diocésaine est suffisamment révélatrice pour faire apparaître les enjeux qui sous-tendent l’attitude adoptée par les évêques face à la question des quêtes. En élargissant le bénéfice des bulles, en ignorant les mesures suspensives prononcées à l’occasion de la promulgation d’une indulgence de croisade ou de jubilé, en prolongeant la prédication d’une indulgence parvenue à expiration, les quêteurs mettent en cause l’autorité épiscopale ou pontificale et le contrôle que la hiérarchie ecclésiastique prétend exercer sur les pratiques de commutation ou de remise de pénitence. En promettant l’absolution aux homicides ou aux adultères, les collecteurs d’aumônes empiètent sur un territoire que les prélats croient pouvoir se réserver. Enfin la confusion entretenue par l’activité des quêteurs entre la faute et la peine, la minoration du rôle accordé à la confession et l’application du bénéfice des indulgences aux défunts, dénoncées dans de nombreux synodes, ne peuvent apparaître aux yeux de l’épiscopat que comme une grave atteinte à la doctrine pénitentielle approuvée par l’Église. Au total, les évêques reprochent aux prédicateurs d’indulgences de porter atteinte à leur autorité temporelle et doctrinale. Ils entendent faire valoir leur droit à se réserver le pouvoir de lier et de délier les pécheurs ; ils tentent de faire passer pour dissidente ou pour erronée une logique pénitentielle qui n’a d’autre tort que de ne pas coïncider avec la position défendue par l’institution ecclésiastique. De façon très significative, l’évêque Pedro de Castilla, qui gouverne le diocèse de Palencia au milieu du xve siècle, accuse les mauvais quêteurs de distraire les fidèles du devoir d’obéissance auquel ils sont tenus à l’égard de leurs prélats29. Insidieusement, les prédicateurs d’indulgences entament les bases symboliques sur lesquelles l’épiscopat prétend appuyer son autorité.

  • 30 Burgos, [1382-1394] (Syn. Hisp., vol. 7, p. 64-65).
  • 31 Tuy, 1482 (Syn. Hisp., vol. 1, p. 360) ; Badajoz, 1501 (Syn. Hisp., vol. 5, p. 96).
  • 32 Oviedo, 1377 (Syn. Hisp., vol. 3, p. 404) ; Salamanque, 1396 (Syn. Hisp., vol. 4, p. 39-40) ; Comp (...)
  • 33 Léon, 1303 (Syn. Hisp., vol. 3, p. 269).
  • 34 Syn. Hisp., vol. 1, p. 370.

9En outre, les quêteurs s’attaquent aux fondements matériels de cette autorité. Au travers des dispositions synodales, l’importance des enjeux économiques apparaît clairement. Les évêques s’emploient à défendre leurs intérêts et ceux du chapitre. À cette fin, ils exigent que la priorité soit donnée aux quêteurs des œuvres diocésaines. Ils demandent aux prêtres de bien conseiller leurs ouailles à l’heure de distribuer les aumônes et de privilégier les dévotions qui contribuent à accroître les revenus de la cathédrale. Ainsi, à la fin du xive siècle, Gonzalo de Mena reproche au clergé du diocèse de Burgos d’avoir laissé disparaître un pèlerinage qui permettait aux fidèles de gagner de grandes indulgences en visitant la cathédrale, chaque année, pour les fêtes mariales du mois d’août ; il n’hésite pas à menacer d’une lourde amende au bénéfice de son église les prêtres qui n’encourageraient pas leurs paroissiens à renouer avec cette pratique30. À la charnière du xve et du xvie siècle, dans les évêchés de Tuy et de Badajoz, la collecte d’aumônes au bénéfice de la fabrique de la cathédrale devient systématique dans toutes les paroisses : un bassin circule dans l’assistance, chaque dimanche et jour de fête, à moins qu’un tronc ne soit installé à demeure31. La pratique des quêtes induit également des revenus indirects dont le montant peut s’avérer considérable puisque la cathédrale est en droit de réclamer le quart de toutes les aumônes recueillies dans le diocèse. L’examen de la documentation par les services de l’évêque, qui conduit à la délivrance de la licence épiscopale, donne l’occasion de rappeler aux collecteurs leurs obligations en la matière. À Oviedo, à Salamanque, à Compostelle, à Tuy et à Badajoz, les quêteurs ne sont pas admis à solliciter les fidèles s’ils ne peuvent produire une lettre du majordome du chapitre attestant qu’un accord a été conclu sur le partage des gains32. Dans ce contexte, le clergé paroissial subit une pression énorme. Il arrive sans doute que le prêtre se laisse abuser par ignorance mais ce n’est pas sans raison que Gonzalo Osorio interdit aux clercs du diocèse de Léon de percevoir un droit sur les aumônes collectées dans leurs églises33. Pour éviter que les prêtres ne ferment les yeux, par intérêt, sur les abus des collecteurs et pour faire respecter les droits de la cathédrale, les autorités épiscopales usent généralement de menaces. Les clercs négligents ou complices sont mis à l’amende, privés des revenus de leur bénéfice ou destitués. Plus habile, Diego de Muros, évêque de Tuy en 1482, propose de récompenser en monnaie sonnante la contribution apportée par le clergé paroissial à la bonne santé économique des œuvres diocésaines : le curé garde le tiers de la somme prélevée pour la cathédrale sur le produit des quêtes34.

10À n’en pas douter, les incertitudes réglementaires et doctrinales qui entourent la pratique des indulgences et le climat de concurrence dans lequel se déroulent les quêtes poussent certains collecteurs à dépasser les limites du droit. Mais les dispositions prises par l’épiscopat ne peuvent être soustraites à ce contexte. Au prétexte de défendre la loi, les évêques cherchent à affirmer et à conserver une position dominante. Sans préjuger des résultats obtenus à court terme, l’échec de cette stratégie est patent : par le recours à un procédé identique, c’est-à-dire par l’imposition de normes, le pouvoir royal finit par avoir le dernier mot.

11La question économique est au cœur des tensions suscitées par la pratique des quêtes. De façon assez attendue, le pouvoir royal, toujours à la recherche de nouvelles sources de revenus, ne manque pas d’intervenir comme arbitre et comme acteur dans la circulation des indulgences.

  • 35 Voir Goñi Gaztambide J., Historia de la Bula de la Cruzada en España, Vitoria, 1958.
  • 36 Les calculs réalisés par Miguel Angel Ladero Quesada, à partir d’une documentation incomplète, sem (...)
  • 37 Voir Goñi Gaztambide J., « La Santa Sede y la Reconquista del Reino de Granada (1479-1492) », Hisp (...)

12Dans le courant du xiiie siècle, plus particulièrement après 1220, les rois de Castille prennent l’habitude de solliciter auprès du pape la concession de l’indulgence de croisade au bénéfice des fidèles qui voudraient soutenir l’effort de guerre contre les musulmans d’al-Andalus35. À cette époque, il ne s’agit pas d’attirer des contingents de chevaliers francos sur la frontière ibérique mais plutôt de rassembler des fonds : les aumônes versées pour gagner l’indulgence vont alimenter les caisses du roi et doivent servir à financer les campagnes contre les infidèles. La promulgation de la bulle de croisade entraîne la suspension de toutes les indulgences en circulation dans le royaume. Cette situation de monopole et l’ampleur des privilèges concédés aux donateurs assurent le succès de l’opération. Le chroniqueur Diego de Valera estime le bénéfice de la campagne de prédication qui se déroule entre 1457 et 1460 à plus de cent millions de maravedis36. Le montant des sommes collectées et le désir exprimé par le pouvoir pontifical de détourner une partie des aumônes pour financer la défense des États latins d’Orient puis pour contenir l’avancée des Turcs suscitent de vives tensions entre le Saint-Siège et les rois de Castille. La rénovation de la bulle de croisade devient sans cesse plus discutée, dans le courant du xve siècle, et les tractations plus difficiles37.

  • 38 Goñi Gaztambide J., Historia de la Bula…, op. cit., p. 263-264.
  • 39 Cortes de los Antiguos Reinos de León y de Castilla, vol. 1, Madrid, 1884, p. 606.
  • 40 Ibid., p. 10.
  • 41 Ibid., p. 308
  • 42 Díaz Martín Luis Vicente, Colección documental de Pedro I° de Castilla. 1350-1369, vol. 3, Salaman (...)

13En revanche, une fois la concession acquise, le roi organise à peu près librement l’exploitation du privilège pontifical. Ainsi, en 1303, le grand maître de l’ordre de Santiago, Juan Osórez, semble trouver très naturel de s’adresser à Ferdinand IV pour solliciter le droit de faire prêcher la croisade dans l’archevêché de Tolède et dans les diocèses de Cuenca, de Cordoue et de Jaén. En réponse à sa requête, la chancellerie royale expédie une ordonnance adressée aux autorités civiles et religieuses des régions concernées qui doivent rassembler les populations à l’arrivée des collecteurs et leur faire présenter les testaments afin qu’ils puissent recueillir les legs éventuels38. Quelques décennies plus tard, l’intromission du pouvoir royal dans les activités des quêteurs progresse sensiblement grâce aux plaintes formulées par les représentants des États. En 1348, lors des Cortés d’Alcalá, les procureurs demandent au roi de faire cesser les abus des collecteurs qui imposent au peuple de se réunir pour écouter leurs sermons, ralentissant la vie économique de la région pendant une période pouvant aller jusqu’à trois semaines39. En 1351, à Valladolid40, puis en 1380, à Soria41, les quêteurs sont à nouveaux mis en accusation. La démarche des plaignants se justifie à la lumière du rôle joué par l’autorité royale dans la prédication de l’indulgence de croisade. Mais, dès 1348, la requête concerne l’ensemble des collectes qui se déroulent dans le royaume. Les dispositions prises par le roi ne supportent aucune exception : les licences de quête sont annulées, il est interdit d’autoriser les collecteurs à retenir les fidèles contre leur volonté et l’épiscopat se voit contraint à respecter la volonté royale. En 1359, Pierre Ier peut accorder comme un privilège le droit de prêcher une indulgence dans les églises de son royaume : dans une provision datée de Séville, il rappelle comment les quêtes sont interdites, sur son ordre, depuis qu’une nouvelle bulle de croisade, dont le produit doit servir à financer le repeuplement d’Algéciras, a été mise en circulation. Il fait état des plaintes formulées par le prieur de Santa María de Guadalupe, Toribio Ferrández, qui n’a plus la possibilité de recueillir les aumônes nécessaires à l’entretien de son église. Le roi, sensible au devenir de l’établissement et de la communauté placés sous son patronage, ordonne à ses agents de laisser les quêteurs de Guadalupe solliciter les fidèles, en l’absence des collecteurs de la croisade42.

  • 43 Fita Fidel, « El Concilio Nacional de Sevilla (1478) », Boletín de la Real Academia de la Historia(...)
  • 44 D’après J. Goñi Gaztambide dans « Los cuestores en España y la regalia de indulgencias », Hispania (...)
  • 45 Ibid., p. 6.
  • 46 Le texte de la bulle est reproduit in extenso par José Goñi Gaztambide (ibid., p. 7-8).
  • 47 Muro Orejón Antonio, Los Capítulos de Corregidores de 1500. Edición facsímil del incunable de la B (...)

14Le renforcement de l’autorité royale et l’élargissement de son domaine d’intervention se confirment sous les Rois catholiques. Dès le début de leur règne, Isabelle et Ferdinand s’emploient à formaliser le contrôle exercé par les services de la Couronne sur la prédication des indulgences. En 1478, lors du concile national de Séville, les souverains se plaignent auprès de leur clergé des pratiques malhonnêtes dont se rendent coupables les quêteurs et du discrédit qui frappe, en conséquence, les privilèges accordés aux fidèles par les évêques et par le pape. Ils regrettent également les grandes quantités de métaux précieux qui sont prélevées dans leurs royaumes, sous la forme d’aumônes, pour être ensuite envoyées hors des frontières. Les Rois catholiques proposent de demander au pape la limitation du nombre des indulgences et la substitution des aumônes habituellement réclamées aux fidèles par des œuvres pieuses qui n’auraient pas de caractère vénal43. Leur suggestion est adoptée par l’assemblée mais la requête ne prospère pas44. En 1483, Isabelle et Ferdinand engagent leur ambassadeur auprès d’Alexandre VI, Diego López de Haro, à réclamer des mesures bien plus radicales : il doit obtenir du pape la suspension de toutes les indulgences en circulation dans les Couronnes de Castille et d’Aragon et la mise en œuvre d’une expertise systématique de tous les documents utilisés par les collecteurs pour justifier la récolte de fonds. Les Rois catholiques suggèrent que l’examen des bulles soit confié à leur Conseil ou à leur Chapelain ou encore à un prélat résidant à la cour, nommé par leurs soins45. Alexandre VI diffère sa réponse ; il faut attendre 1493 et la bulle Inter Curas pour que les souverains de Castille et d’Aragon obtiennent satisfaction46. Le pape finit par céder sans renoncer à sauver les apparences : il exige que l’évêque du diocèse concerné et le nonce apostolique soient associés à l’expertise de la documentation produite par les quêteurs. La bulle est publiée dans les royaumes d’Isabelle et de Ferdinand en 1497. En 1500, les Rois catholiques investissent leurs représentants auprès des institutions urbaines de tous les pouvoirs nécessaires pour exercer un contrôle étroit sur la circulation des indulgences : les corregidores peuvent ordonner l’interruption d’une collecte et l’examen des documents qui témoignent de la légalité de l’entreprise ; la reprise des opérations de quête est soumise à leur approbation47. En prétendant servir les intérêts de l’Église, en reprenant ses arguments et ses méthodes, le pouvoir royal s’est rendu maître du jeu.

15La promulgation d’une réglementation, souvent justifiée au nom du droit et de la justice, n’est jamais innocente : l’instance qui légifère manifeste son autorité et renforce ou défend son pouvoir. Les mesures prises par les assemblées synodales à l’encontre des quêteurs accusés d’abus ne font pas exception à cette règle. Si le sombre tableau que trace la hiérarchie ecclésiastique reflète sans doute une partie de la réalité, dans un contexte où la confusion des pratiques et la concurrence entre les collectes favorisent les écarts, l’inconduite de quelques-uns a surtout le mérite de fournir un prétexte à l’épiscopat pour préserver et asseoir sa position dominante. Dans le cas du royaume de Castille, la situation est compliquée par l’attitude de la royauté. La place symbolique et matérielle occupée par le roi à la tête des expéditions de la Reconquête, la docilité traditionnelle de l’épiscopat à l’égard de l’autorité souveraine et le poids acquis par les Églises ibériques dans l’entourage du pape, depuis la fin du xive siècle, rendent possible une participation active de la Couronne au commerce des grâces. Ainsi, la prédication des indulgences échappe à la dimension économique et pastorale où elle semblait devoir se cantonner : source de conflits d’autorité, de compétence et d’intérêt, elle devient, dans les derniers siècles du Moyen Âge, un véritable enjeu de pouvoir.

Notes

1 Les travaux de ces deux auteurs sont cités dans la suite de l’article. Il faut mentionner l’intérêt manifesté pour la question de la prédication des indulgences par Atanasio López Fernández, dans les années 1910, mais sa contribution à notre connaissance du sujet se limite à l’édition de quelques documents. Voir, de cet auteur : « Cruzada contra los Sarracenos en el Reino de Castilla predicada por Fr. Juan Martínez, obispo de Cádiz (1275) », La Cruz, 1911, n° 2, p. 250-257 et « Cruzada contra los Sarracenos en el Reino de Castilla predicada por los Franciscanos de la Provincia de Santiago », Archivo Ibero Americano, 1918, n° 9, p. 321-327.

2 Pour la Couronne de Castille, voir les publications de Ladero Quesada Miguel Angel : La Hacienda Real castellana entre 1480 y 1492, Valladolid, 1967 ; La Hacienda Real de Castilla en el siglo XV, La Laguna, 1973 ; Fiscalidad y poder real en Castilla (1252-1369), Madrid, 1993 ; et Castilla y la conquista del reino de Granada, Grenade, 1993 (2e éd.).

3 Goñi Gaztambide José, Historia de la Bula de la Cruzada en España, Vitoria, 1958.

4 Maier Christoph T., Preaching the Crusades. Mendicant Friars and the Cross in the Thirteenth Century, Cambridge, 1994.

5 Magnin E., « Indulgences », Dictionnaire de Théologie Catholique, vol. VII-2, Paris, 1927, c. 1594-1636.

6 Colección de los canones y de todos los concilios de la Iglesia española, éd. de Francisco Antonio González, trad. et notes de Juan Tejada y Ramiro, vol. 3, Madrid, 1851, p. 518 et 593.

7 Cette étude porte sur les diocèses de Astorga, Avila, Badajoz, Burgos, Coria, Ciudad Rodrigo, Léon, Lugo, Mondoñedo, Oviedo, Palencia, Plasencia, Saint-Jacques de Compostelle, Salamanque, Ségovie, Tuy et Zamora. Les constitutions des synodes analysés ont été rassemblées et éditées sous la direction d’Antonio García Y García dans le Synodicon Hispanum, vol. 1, 3, 4, 5, 6 et 7, Salamanque, 1981-1997.

8 Synod. Hisp., vol. 3, p. 237.

9 Ibid., p. 451-452.

10 Synod. Hisp., vol. 7, p. 299.

11 Il faudrait, dans un cadre moins resserré que celui de cet article, prendre le temps de réfléchir à la réception des indulgences et de leur prédication par les fidèles castillans. Les signes d’une grande popularité des indulgences ne manquent pas mais il existe aussi des témoignages tendant à démontrer la méfiance des laïcs, méfiance entretenuepar les condamnations ecclésiastiques, face à une pratique dont la dimension économique alimente un certain malaise. Pour autant, les deux attitudes ne sont pas contradictoires.

12 Léon, 1303 (Syn. Hisp., vol. 3, p. 269) et 1306 (ibid., p. 285) ; Palencia, 1445 (Syn. Hisp., vol. 7, p. 489).

13 Palencia, 1445 (Syn. Hisp., vol. 7, p. 489).

14 Burgos, 1500 (Syn. Hisp., vol. 7, p. 262).

15 Salamanque, 1451 (Syn. Hisp., vol. 4, p. 327-329).

16 Léon, 1318 (Syn. Hisp., vol. 3, p. 289-290) ; Burgos, 1427 (Syn. Hisp., vol. 7, p. 171-172) ; Oviedo, 1450 (Syn. Hisp., vol. 3, p. 453) ; Salamanque, 1451 (Syn. Hisp., vol. 4, p. 327-329) et 1497 (ibid., p. 376-377) ; Avila, 1481 (Syn. Hisp., vol. 6, p. 192-194) ; Tuy, 1482 (Syn. Hisp., vol. 1, p. 376) ; Burgos, 1500 (Syn. Hisp., vol. 7, p. 262).

17 Léon, 1318 (Syn. Hisp., vol. 3, p. 289-290) ; Avila, 1481 (Syn. Hisp., vol. 6, p. 192-194).

18 Léon, 1318 (Syn. Hisp., vol. 3, p. 289-290) ; Compostelle, 1320 (Syn. Hisp., vol. 1, p. 298-299) ; Palencia, 1445 (Syn. Hisp., vol. 7, p. 489) ; Avila, 1481 (Syn. Hisp., vol. 6, p. 192-194) ; Burgos, 1500 (Syn. Hisp., vol. 7, p. 262).

19 Syn. Hisp., vol. 3, p. 269 ; vol. 1, p. 298-299 ; vol. 4, p. 39-40 ; vol. 3, p. 404 ; vol. 7, p. 171-172 ; vol. 7, p. 48 ; vol. 1, p. 112 ; vol. 6, p. 192-194 ; vol. 1, p. 376 ; et vol. 5, p. 97-98.

20 Syn. Hisp., vol. 3, p. 289.

21 Voir la lettre pastorale de Guillaume de Vermont, évêque d’Oviedo (Syn. Hisp., vol. 3, p. 451-452).

22 La situation est décrite avec beaucoup de précisions dans deux articles de Fernández Alonso Justo : « Los enviados pontificios y la Colectoria en España de 1466 a 1475 », Anthologica Annua, 1954, n° 2, p. 51-122 et « Nuncios, colectores y legados pontificios en España de 1474 a 1492 », Hispania Sacra, 1957, n° 10, p. 33-90.

23 Fernández Alonso Justo, « Los enviados pontificios… », op. cit., p. 78.

24 Voir Goñi Gaztambide J., « Las primeras indulgencias de difuntos (1456-1474) », Anthologica Annua, 1954, n° 2, p. 377-391.

25 Lucas de Tuy, De Altera Vita, P. Mariana (éd.), Ingolstadt, 1612, p. 2-3. Le chanoine revient sur la question de l’application des indulgences aux défunts dans le Liber Miraculis sancti Isidori (chap. 39). Il n’existe que deux manuscrits de ce dernier ouvrage conservés à la bibliothèque de la Collégiale San Isidoro de Léon (cod. LXI et LXII).

26 Sur les intentions de Lucas de Tuy, voir Martínez Casado Angel : « Cátaros en León. Testimonio de Lucas de Tuy », Archivos leoneses, 1983, n° 74, p. 263-311 et « Aristotelismo hispano en la primera mitad del siglo XIII », Estudios filosóficos, 1984, n° 92, p. 59-84.

27 Martín José Luis et Linage Conde Antonio, Religión y sociedad medieval. El catecismo de Pedro de Cuéllar (1325), Salamanque, 1985, p. 204.

28 Il n’existe pas d’édition de cet important ouvrage. La question de l’application des indulgences aux défunts est évoquée au f° 170 v° du manuscrit conservé à la bibliothèque de la Fondation Lazaro Galdiano (Madrid) sous la cote 713.

29 Palencia, 1445 (Syn. Hisp., vol. 7, p. 489).

30 Burgos, [1382-1394] (Syn. Hisp., vol. 7, p. 64-65).

31 Tuy, 1482 (Syn. Hisp., vol. 1, p. 360) ; Badajoz, 1501 (Syn. Hisp., vol. 5, p. 96).

32 Oviedo, 1377 (Syn. Hisp., vol. 3, p. 404) ; Salamanque, 1396 (Syn. Hisp., vol. 4, p. 39-40) ; Compostelle, 1431 (Syn. Hisp., vol. 1, p. 322) ; Tuy, 1482 (Les quêtes pour la fabrique, l’hôpital et les pauvres de la paroisse ne sont pas soumises au prélèvement du quart. Syn. Hisp., vol. 1, p. 360) ; Badajoz, 1501 (Syn. Hisp., vol. 5, p. 97-98).

33 Léon, 1303 (Syn. Hisp., vol. 3, p. 269).

34 Syn. Hisp., vol. 1, p. 370.

35 Voir Goñi Gaztambide J., Historia de la Bula de la Cruzada en España, Vitoria, 1958.

36 Les calculs réalisés par Miguel Angel Ladero Quesada, à partir d’une documentation incomplète, semblent confirmer cette estimation. Voir son ouvrage : La Hacienda Real de Castilla en el siglo XV, La Laguna, 1973, p. 228.

37 Voir Goñi Gaztambide J., « La Santa Sede y la Reconquista del Reino de Granada (1479-1492) », Hispania Sacra, 1951, n° IV-7, p. 43-80.

38 Goñi Gaztambide J., Historia de la Bula…, op. cit., p. 263-264.

39 Cortes de los Antiguos Reinos de León y de Castilla, vol. 1, Madrid, 1884, p. 606.

40 Ibid., p. 10.

41 Ibid., p. 308

42 Díaz Martín Luis Vicente, Colección documental de Pedro I° de Castilla. 1350-1369, vol. 3, Salamanque, 1999, n° 1080, p. 382-384.

43 Fita Fidel, « El Concilio Nacional de Sevilla (1478) », Boletín de la Real Academia de la Historia, 1893, n° 22, p. 218- 219.

44 D’après J. Goñi Gaztambide dans « Los cuestores en España y la regalia de indulgencias », Hispania Sacra, 1949, n° II-3, p. 5.

45 Ibid., p. 6.

46 Le texte de la bulle est reproduit in extenso par José Goñi Gaztambide (ibid., p. 7-8).

47 Muro Orejón Antonio, Los Capítulos de Corregidores de 1500. Edición facsímil del incunable de la Biblioteca Colombina de Sevilla. Estudio y notas, Séville, 1963, f° 6 r°.

Auteur

Université de Toulouse-Le Mirail

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540