Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Troisième partie. « Des professionnels de la parole »

Le sermon de Guillaume Josseaume au concile de Bâle (5 mars 1432)

Bruno Roy

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Voir Harendt P., Die Predigten des Konstanzer Konzils ; Ein Beitrag zur Predigt- und Kirchengeschi (...)
  • 2 Schneyer J. B., « Baseler Konzilspredigten aus dem Jahre 1432 », Von Konstanz nach Trient. Beiträg (...)
  • 3 Haller J., Concilium Basiliense. Studien und Quellen zur Geschichte des Concils von Basel, t. II ( (...)
  • 4 Helmrath J., Das Basler Konzil 1431-1449. Forschungsstand und Probleme, (Kölner historische Abhand (...)
  • 5 Voir Longpré E., « Saint Bernardin et le Nom de Jésus », Archivum Franciscanum Historicum, 28 (193 (...)

1Bien que la prédication ait occupé une place importante dans le déroulement des conciles œcuméniques, la recherche et l’édition des sermons prononcés lors des audiences n’en est encore qu’à ses débuts. Si l’on s’en tient aux conciles du xve siècle, celui de Constance a fait l’objet d’études récentes1, mais celui de Bâle en est au stade de l’établissement de listes préliminaires2. Le sermon publié ci-après occupe une place éminente dans les archives homilétiques du concile, non seulement parce qu’il fut prononcé devant tous les Pères du concile à la cathédrale de Bâle lors d’une messe célébrée par l’archevêque de Genève en présence du duc-protecteur3, mais aussi parce qu’il valut à son auteur, le franciscain Guillaume Josseaume, une avalanche de punitions qui devait briser sa carrière. Un historien récent range cet épisode parmi les faits significatifs qui ont retenu l’attention du concile4, au même titre que l’examen des révélations de sainte Brigitte, des prophéties du hussite Nicolas von Buldesdorf et de la dévotion au Nom de Jésus propagée par Bernardin de Sienne5.

  • 6 L’approche bien connue de Valois N., La crise religieuse du XVe siècle. Le pape et le concile (141 (...)

2À plusieurs siècles de distance, on peut s’étonner que, des deux réformateurs du même ordre franciscain, Bernardin et Guillaume, le premier ait été canonisé alors que le second a été victime d’un oubli total. La clé du problème réside peut-être dans le tempérament de Josseaume. Mais en ce mercredi des Cendres 1432, quatre mois seulement après la bulle de proclamation du concile (décembre 1431), qui eût pu prévoir l’issue du bras de fer entre le pape et le concile6 ? Et comme le bouillant réformateur n’était pas de ceux qui temporisent et qui nuancent leurs propos, ce qui lui arriva était peut-être inévitable.

Josseaume à Bâle

  • 7 L’étude de base demeure toujours celle du Fr. Gratien, « Les débuts de la réforme des Cordeliers e (...)
  • 8 Sur son emprisonnement à Constance (4-08-1417), voir Guillaume Fillastre, Gesta Concilii Constanti (...)
  • 9 Emprisonnement de Josseaume à Sienne (17-01-1423) : MCG, I, p. 64 ; Bullarium franciscanum, Sbaral (...)

3Un rappel de ce qui est connu du passé de Josseaume permettra d’évaluer le contexte7. En 1432, sa carrière comme franciscain de l’Observance était déjà ponctuée de réformes importantes et de propos vigoureux. À Constance, en 1417, le ministre général des Franciscains l’avait fait emprisonner comme agitateur mais avait dû le relâcher suite aux pressions des délégués français, allemands et anglais8. À Sienne, en 1423, on l’avait encore emprisonné pour une métaphore conciliariste plutôt osée. Josseaume avait à ce moment comparé l’Église à la Vierge Marie qui a deux époux, le Saint-Esprit et saint Joseph : l’un à qui elle obéit (l’Esprit saint), et l’autre à qui elle commande, c’est-à-dire Joseph signifié par le pape. Les tenants du conciliarisme présents à Sienne obtinrent qu’on passât l’éponge sur cet audacieux exemplum9.

  • 10 Sur le séjour à Metz (du 12-08-1428 au 7-08-1429), voir Tribout De Morembert H., « Les frères Baud (...)
  • 11 Huguenin, p. 159a.
  • 12 Ayant demandé à être cité devant la plus haute autorité judiciaire de Metz, le conseil des Treize (...)
  • 13 Le populisme de Josseaume n’avait pas l’heur de plaire à tous, témoin ce jugement négatif d’un chr (...)
  • 14 Huguenin, p. 159a et 160a
  • 15 Voir le document édité par Tribout de Morembert H., op. cit., p. 510-11 : « Notre s. Pere em sa bu (...)
  • 16 Sur le chapitre général tenu en mai 1430, voir Huguenin, p. 170a.
  • 17 Sur sa nomination comme membre de la Députation pour la réforme (29-02-1432), voir CB II, 44 et 87 (...)

4Mais les griefs que ses ennemis avaient accumulés contre lui s’étaient avivés à l’occasion de son séjour d’un an à Metz10. Il s’était alors imposé comme un réformateur sans compromis et comme un tribun apprécié du peuple, luttant sur tous les fronts : réforme des ordres religieux, conciliarisme, communisme évangélique11 et même réforme sociale12. Son action récoltait évidemment les avis les plus partagés13. C’est ainsi que les Franciscains non réformés de Metz s’associèrent aux Dominicains pour lui reprocher un certain nombre de propos jugés hérétiques14 ; mais comme Josseaume ne daigna se justifier ni à Rome15 ni au chapitre général tenu entre-temps à Assise16, il se trouvait doublement fragilisé lorsqu’il se présenta à Bâle en 1432. Il y arrivait précédé à la fois de sa réputation sulfureuse et d’une inculpation en cour de Rome ; par contre, ses états de service lui valaient de faire partie d’une commission importante du concile, la Deputatio reformationis17.

  • 18 Sur son incarcération à Bâle (8.5.32), voir CB V, 20 (« quia predicauit in Francia et Burgundia pl (...)
  • 19 Josseaume se plaint des conditions de sa détention : 13-05-1432 : CB II, 111. Voir aussi sur cet e (...)
  • 20 Texte de la sentence du 27-06-1432 dans CB II, 150 et 161-162 (9-07-1432) ; Huguenin, p. 178b.
  • 21 Huguenin, p. 178b-179a : « En jullet, audit an, au lieu de Baisle, molrut l’inquisiteur de la foid (...)
  • 22 Sa rétractation (9.7.3142) : CB II, 161-2 ; Huguenin, p. 179a-180b ; Mansi XXX, p. 151-152. Son ab (...)
  • 23 Son appel contre la sentence (16-01-1433) : CB II, 316. Convocation de la commission des Douze (9- (...)

5Dès que Josseaume eut prononcé son sermon, la lourde machine répressive du concile se mit en marche. On l’emprisonna alors sous un double chef d’accusation : pour ce sermon et pour ceux prêchés à Metz18. Comme il protestait et se plaignait des conditions de sa détention, on confia l’étude de son cas à la Deputatio fidei19. La triple sentence portée contre lui fut très sévère : obligation de se rétracter, interdiction perpétuelle de prêcher et exil en Corse20. Heureusement pour lui, l’inquisiteur mourut en juillet à Bâle, non sans avoir institué une fondation pour que sa mort n’interrompe pas les procédures entamées21. Josseaume consentit d’abord à prononcer une rétractation, qui lui valut l’absolution22 ; mais il lui restait à laver son honneur. En janvier 1433 il interjeta appel, ce qui amena une convocation de l’instance suprême du concile, la commission des Douze. Celle-ci ne devait rendre sa décision qu’en mai 1436, soit trois ans plus tard ; Josseaume recouvra alors le droit de prêcher23. En somme, cet épisode avait duré plus de quatre ans.

Structure et contenu du sermon

6Le thème du sermon est celui de l’évangile du Mercredi des Cendres (Mt VI, 16-21), dans lequel Jésus recommande à ses disciples de jeûner avec discrétion et non pas avec l’ostentation des hypocrites. Suit le prothème puisé dans Genèse II, 1 : « Perfecti sunt celi et terra et omnis ornatus eorum ». La notion d’ornement, à première vue étrangère au thème, s’y rattache cependant dans la mesure où la prescription de Jésus concerne la toilette : « Pour toi, quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage » (Mt VI, 17). Les ornements du bon chrétien sont d’ordre intérieur : les bonnes actions, la charité, l’intention droite, la conformité au temps et la modération. Élargissant la notion au niveau cosmique, l’auteur détermine trois niveaux d’ornementation, selon qu’il s’agit de l’univers physique, de l’homme ou de la société. De même que le ciel est orné d’étoiles, la terre d’animaux et la mer de poissons, et que l’homme est orné de ses vertus, de même la société comporte des hiérarchies selon lesquelles les supérieurs sont « ornés » des personnes à qui ils commandent. Advenant un non-respect de ces ornements, la beauté devient laideur et monstruosité. Ainsi se trouve énoncé le véritable sujet du sermon, qui portera sur la restauration de l’« ornement » de l’Église par la réforme.

7Le développement du thème est double : une exposition littérale suivie d’une exégèse allégorique. Au sens littéral, la joie de celui qui jeûne se manifeste par une sorte d’ivresse spirituelle. Il existe, selon le prédicateur, une sainte ivresse chez les bons, opposée à la fausse joie et à l’ivresse grossière des mauvais. Ces deux attitudes commandent évidemment des destinées divergentes qui seront jugées au mérite à la fin de la vie. Lors du jugement dernier, quatre questions seront posées aux âmes des pasteurs ; elles porteront sur l’accès aux dignités ecclésiastiques, sur la vie vertueuse, sur le souci pastoral et sur la pauvreté volontaire.

8L’exposé allégorique du thème nous entraîne dans une typologie biblique de l’abstinence. L’auteur affirme que cette vertu a préséance sur toutes les autres puisqu’elle a été préfigurée dans l’Ancien et le Nouveau Testament. Ainsi, l’abstinence était en honneur dès le paradis terrestre quand Dieu ordonna à Adam de s’abstenir de l’Arbre du Bien et du Mal (Gn II, 17). Elle est aussi figurée dans plusieurs objets symboliques qui jalonnent l’histoire sainte : l’arche de Noé, le couteau de la circoncision confié à Abraham, la verge de Moïse, l’arche d’alliance et la cithare de David. Certains passages du Nouveau Testament se rapportent aussi à l’abstinence, en particulier la parole de Jésus à ses apôtres, « Je ferai de vous des pêcheurs d’hommes » (Mt IV, 19). Transposée à l’action pastorale, cette péricope signifie que la mer de la vie charnelleest pleine de poissons, alors que la nef du Seigneur est malheureusement vide de pêcheurs.

9En conclusion, la réforme de l’Église devra s’accomplir suivant trois axes : materia, modus et ordo. La matière, c’est l’abstinence ; le mode approprié consiste dans l’obéissance à la parole de Dieu ; enfin l’ordo, c’est la conformité au geste du Christ réformant ses apôtres. La réforme de l’Église doit commencer par la tête. Or l’Église est bicéphale : d’une part la curie romaine qui détient l’autorité, et d’autre part les ordres mendiants qui doivent donner l’exemple de la pauvreté volontaire. Il suffirait que la curie réforme les évêques et que les Mendiants se réforment eux-mêmes pour que les corps intermédiaires soient entraînés dans le mouvement.

  • 24 Voir Martin H., Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge (1350-1520), Paris, 1988, p. 235-26 (...)
  • 25 Gill J., Constance et Bâle-Florence (Histoire des conciles oecuméniques, t. 9), Paris, 1965, p. 96 (...)

10La structure du sermon est classique et l’érudition se compare avantageusement à celle déployée par les prédicateurs de l’époque24. On entrevoit la formation juridique de Josseaume à travers les renvois au Décret de Gratien, d’où proviennent aussi les citations des Pères de l’Église. Quant au contenu proprement réformateur du sermon, il n’a rien d’excessif si on le compare à certains sermons tenus précédemment au concile de Constance25. On constate que le prédicateur cherche surtout à aligner une série d’images-choc destinées à secouer l’auditoire. Ainsi, l’idée des deux ivresses antithétiques entraîne l’évocation d’images repoussantes suivies d’un vibrant passage où sont décrites les « splendeurs chérubiniques » et les « ardeurs brûlantes et séraphiques » des religieux réformés. L’évocation des poissons et du bateau (3.2.2.10) a quelque chose d’un rébus (« le poisson vit dans la mer et meurt dans le bateau, alors que l’homme vit dans le bateau et suffoque dès qu’il est plongé dans la mer ») ; enfin les nombreuses préfigurations bibliques de la vertu d’abstinence (3.2.2) culminent dans les images repoussantes de la graisse rance honnie par les fabricants de chandelles et de la chair pourrie rejetée par les bouchers.

  • 26 Voir Vicaire M.-H., Dominique et ses prêcheurs, Fribourg/Paris, 1977, p. 171-175.

11La solution proposée en conclusion peut sembler arrogante au plan des structures ecclésiales telles que nous les percevons maintenant. Josseaume place en effet sur un pied d’égalité les « domini episcopi » et le groupe auquel il appartient, les « domini mendicantes ». Si ces deux groupes constitutifs de l’Église voulaient se réformer, dit-il, les corps intermédiaires seraient logiquement entraînés dans le mouvement en vertu du principe que le milieu communique avec les extrêmes. Il faut se rappeler que la mise en équation des évêques et des ordres mendiants n’avait rien de prétentieux à l’époque puisque ces derniers s’étaient vus investir au xiiie siècle d’une mission jadis réservée aux évêques26. C’est sans doute cette évidence que Josseaume voulait rappeler aux sommités ecclésiastiques réunies en concile. Mais les Pères ne pouvaient pas sans nervosité se laisser comparer à des porcs se vautrant dans leur soue ou à des chiens retournant à leur vomissement, pendant que, depuis sa lointaine Rome, le pape Eugène IV cherchait à les faire rentrer de force dans le giron de la papauté.

Le texte

  • 27 Manuscrit Vaticano, Palat. lat., 596 : manuscrit de papier, 278 folios, 290 x 210 mm, xve s. Ce ma (...)
  • 28 Manuscrit Oxford, Balliol College, 164 : manuscrit de papier, IV + 780 pages, 280 x 210 mm, milieu (...)
  • 29 Le texte complet du sermon est disponible à l’adresse électronique suivante : royb02@hotmail.com.

12Le texte du sermon est conservé dans les manuscrits Vaticano, Palat. lat. 596 (sigle : A27) et Oxford, Balliol College 164 (sigle : B28). L’édition partielle qui suit est basée sur le manuscrit A corrigé par B aux endroits fautifs ; les corrections au texte de base sont notées en apparat positif en bas de page. L’édition qui suit est constituée desix extraits du texte complet ; les numéros entre crochets renvoient à notre plan d’ensemble29.

  • 30 morum… in melius B] om. A.

[1.1] Thema. « Tu autem, cum ieiunas, unge caput tuum et faciem tuam laua », (Mt VIo) [6 : 17-18], transumptiue in presenti ewangelio. Reuerendi in Christo Patres, ceterique uiri preclarissimi. Tria concurrunt que, ut presens sermo fiat, suadent de ieiunio et abstinentia, uidelicet tempus, quia quadragesime caput dierum ieiunii et afflictionis, secundum presens sacer cetus, quia sancta generalis sinodus, que est status ecclesiasticus et deuotionis, tertium opus scilicet huius sacri concilii, quod opus est reformationis morum et emendationis, unde nunc canit sancta uniuersalis ecclesia : « Emendemus in melius30 » [Répons de la Bénédiction des Cendres].

  • 31 in tantorum B] tantarum reuerentiarum A.
  • 32 Grégoire Le Grand, Moralia in Job, XXI, 2 (= Corpus christ. 143a, p. 1066) : « Nam quantalibet vir (...)
  • 33 docere B] om. A.

[1.2] Nunc ne prohemicando diucius habeam immorari occurrit illud II Machab. IIo [2 : 31-32] : « Stultum est ante historiam effluere, et post in ipsa historia succingi. » Verumptamen quia in tantorum31 conspectu et post tantos magistros qui presermocinauerunt, post quorum terga spicas colligere non sufficio, doctorum cathedram ascendere presumo, dure refellit presumptionem meam beatus Gregorius in suis Moralibus [XXI, 2], dicens32 : « Quantalibet, inquit, doctrina mens polleat », grauius est imperiti uelle docere33 meliores. Verba uim sue rectitudinis amittunt si auribus proferantur quibus non congruunt. […]

[2] <Prothema> De ornatu omnium rerum a principio facto per Dominum. « Tu autem, cum ieiunas, etc. » : hec fuerunt uerba pro themate nostro supra sumpta, pro cuius quidem thematis aliquali quidem deductione sciendum est quia a principio Creator noster optimus cuiuslibet creature substantiam certis et distinctis proprietatibus uelud quodam actu uenustissimo uoluit decorare, ut patet in celi, terre, marium ceterarumque creaturarum uariis ornatibus, iuxta illud Genesis II [2 : 1] : « Perfecti sunt celi et terra et omnis ornatus eorum ».

[2.1] Quomodo homo fuit primum ornatus a Domino et ad quid. Sic profecto voluit ut homo ad eius ymaginem et similitudinem factus, suum creatorem, licet a longe imitando, suas operationes certis et debitis circumstanciis studeret perornare, alioquin suo creatori non placerent, neque ipsi proficerent ad salutem, de quo operationis ornatu est illud Mathei XXVo [25 : 7] : « Surrexerunt uirgines et ornauerunt lampades sua », Glosa : « id est operationes suas ». Iste ornatus operum quintuplex esse debet. […]

  • 34 XXXo B] XXXVo A.
  • 35 Hymne des vêpres de la Pentecôte : Dreves G. (éd.), Analecta hymnica Medii aevi, Leipzig, 1892-192 (...)
  • 36 huiusmodi corr.] A et B ajoutent sanctis contemplationibus (cf. ligne inférieure).

[3.1.2] Est et alia leticia mirabilis et michi inexperto satis inenarrabilis, quam magis per auditum quam per gustum scio, uidelicet qua solent sancti uiri contemplacioni debite letari, que ab intelligentibus ebrietas spiritus uocatur, de qua in Psalmo XXXo34 [35 : 9] : « Inebriabuntur ab ubertate domus tue, etc. ». Hac fuerunt sancti apostoli ebrii in sancto die Pentecoste, de quibus dicitur [Hymne Beata nobis gaudia35] : « Musto madere deputant / Quos Spiritus repleuerat ». De hac dicitur Canctico Vo [5 : 1] : « Venite, commedite et bibite, amici mei, et inebriamini, carissimi ». Mira prorsus talis hospitis liberalitas, quasi diceret : qui profundo uino meo inebriatus fuerit, hic carissimus meus erit. […] Dicunt enim experti quod hec sancta ebrietas prouenit huiusmodi36 orationis, deuotionis et solitudinis amatoribus, quando sunt in suis sanctis contemplationibus, in abstinentia et pura cordis mundicia uiuentibus, et nescio quibusdam uelud nunciis precurrentibus divinis et mellifluis influxibus, quibus modo ad lacrimas pre gaudio, modo ad auditam leticiam et quemdam cordis iubilum mouentur, et exinde intrant et eleuantur in certis et admiratiuis cherubinicis splendoribus, in quibus, pre ammiratione de hiis que uident, ex pura intelligentia suspenduntur in extasi, et deinde certis flammigeris atque seraphicis ardoribus incredibiliter inflammantur. Et ex hiis omnibus pre nimia dulcedine spiritus taliter inebriatur quod ignorant ubi sunt et ea que circa se sunt, ymmo ad exteriora quasi insensibilesredduntur.

  • 37 sepultam B] sepultum A.
  • 38 inflammationem anime, que eleuatur et illuminatur super facultatem rationis naturalis, efficitur q (...)
  • 39 super B] om. A.
  • 40 delectabantur in… econtra B] om. A.

Quomodo dicuntur ebrietas contemplationis et mundi huius. Hec ebrietas habet aliquam similitudinem cum ebrietate corporali, quantum ad exteriora, circa ea que ignorat, sed ualde sunt dissimiles quantum ad interiora, quia propter rationem obfuscatam propter uapores ascendentes ad cerebrum et in uino sepultam37 efficitur quasi38 porcus immundus ; iste uero, propter eleuationem, illustrationem et inflammationem anime que eleuatur et illuminatur super facultatem rationis naturalis, efficitur quasi angelus. Ista sancta et celesti ebrietate et istis epulis angelicis inebriari et educari solebant sancti patres in primitiua ecclesia, prius carnalibus et mundanis delectationibus uelud super39 stercora propter Deum reiectis, sed quia eorum successores hiis diebus modernis, epulis patrum reiectis, conuersi sunt ad predicta stercora, uidelicet ad carnalia desideria, lamentatur et deplorat Ieremias in suis Lamentationibus, Trenis IVo [4 : 5] dicens : « Qui uescabantur uoluptuose interierunt in uiis, et qui nutriebantur in croceis amplexati sunt stercora », quasi aperte diceret : « Heu ! Patres delectabantur in delectacionibus et contemplacionibus spiritualibus ; successores uero eorum econtra40 delectantur modo in stercorinis et porcinis delectationibus et uoluptatibus carnalibus ! » […]

  • 41 moritur et B] om. A.
  • 42 noster B] non A.

[3.2.2.10] Item ipsa sancta nauis et piscatio dominica, de qua apostolus dicit, Math. IIII [4 : 19] : « Venite post me, faciam uos fieri piscatores hominum ». Quid enim aliud hoc huiusmodi, nisi a carnali uita ad sanctam abstinentiam conuersio ? Nonne uidetis, Patres reuerendissimi, quia piscis in mari uiuit et in naui moritur, et econtra homo in naui uiuit et in mari statim moritur et41 suffocatur ? Profecto sic est de carne et spiritu in homine : caro in uoluptate uiuit et statim ipse spiritus suffocatur ; spiritus uero in abstinentia uiuit et ibi caro mortificatur. Aut ergo spiritus noster42 suffocabitur cum carne in aqua deliciarum aut caro nostra mortificabitur in Domino in naui sancte abstinentie, que est nauis dominica, Ad Romanos VIIIo [8 : 13] : « Si secundum carnem uixeritis, morte moriemini ». Heu ! Heu ! Patres reuerendi, ubi nunc temporibus hiis nouissimis piscatio Domini ? Unde Petri et aliorum apostolorum ? Vidimus mare carnalis uite plenum paruis et magnis piscibus et nauem dominicam et apostolicam quasi euacuatam a piscibus. Nonne facti sumus per Christum homines ex piscibus, quo nunc dyabolus fecit nos pisces ex hominibus ? Quare non piscantur tanti pisces ? Profecto quia non sunt in naui dominica apostoli piscatores. Non potest alios piscari qui prius non fuerit piscatus Abacuk Io [1 : 14] : « Facies homines quasi pisces maris ».

  • 43 Audiamus B] Audiunt A.
  • 44 talium carnalium B] carnalium talium A.

Videmus ergo, reuerendissimi Patres, quia sub celo nichil sanctius, nichil Deo amabilius uel ad saluandas animas efficatius carne humana, si sub freno et mensura sancte abstinentie fuerit gubernata. Nichil econtra uilius, inutilius, nichil a Deo abhominabilius et ad dampnandas animas efficacius si, ruptis habenis sancte abstinentie, suis carnalibus desideriis fuerit incuruata et effrenata. Nonne pelles uulpium, lane ouium, adipes arietum, carnes uitulorum, etc., multis nobis seruiunt usibus ? Istud autem pecus horridum, nisi in sancto labore et abstinentia spiritu seruetur, in nullo nobis proficit ; sed in omnibus nobis afficit si portemus eius pellem pellipariis, reiciunt si adipes eius candelariis perhorrescant, si carnes carnificibus propter fetores nares obstruunt. Audiamus43 nunc finem talium carnalium44 : carnes dabuntur uermibus, anime demonibus et substantie uel opes, si que remanserint, stultis heredibus uel furibus, et sic erit eis male per omnia et in omnibus. […]

  • 45 Sur les relations du concile avec la ville de Bâle, voir Wackernagel R., Geschichte der Stadt Base (...)
  • 46 uerorum B] uirorum A.

[4 Conclusio] Habetis quartum uidelicet locum pro hac reformatione congruum, uidelicet hanc ciuitatem que est bene murata et secura, et habetis bonum protectorem, istum illustrissimum principem dominum ducem45. Ideo pro sua tutela eundo per uillam nullus indiget familiarum magno comitatu. Secundo hec ciuitas est ualde munda. Ideo pro suis uestimentis a luto seruandis non indigent eundo per uillam equitatu. Patet igitur quod omnia necessaria a Domino nobis ministrantur. Que omnia secundum suam uoluntatem facere nobis concedat, qui uerorum46 abstinentium ungit capita et facies lauat, in eternumque uiuit et regnat. Amen

Notes

1 Voir Harendt P., Die Predigten des Konstanzer Konzils ; Ein Beitrag zur Predigt- und Kirchengeschichte des ausgehenden Mittelalters, Freiburg-i.-Brisgau 1933 ; suppléments publiés par Schneyer J. B., « Konstanzer Konzilspredigten… », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 113 (1965), p. 361-388 ; 115 (1967), p. 117-166 ; 116 (1968), p. 127-164 ; 118 (1970), p. 99-155 ; 119 (1971), p. 175-231 ; 120 (1972), p. 125-214.

2 Schneyer J. B., « Baseler Konzilspredigten aus dem Jahre 1432 », Von Konstanz nach Trient. Beiträge zur Geschichts der Kirche von der Reformkonzilien bis zum Tridentinum. Festgabe für August Franzen, Munich, Paderborn et Vienne, 1972, p. 139-145. Cette liste nécessite plusieurs corrections ; établie à partir des Actes publiés et de quelques manuscrits de sermons, elle inclut à tort le discours du légat André Chrysobergès, qui n’a rien d’un sermon, et surtout elle ne fait aucune mention du sermon édité ci-après.

3 Haller J., Concilium Basiliense. Studien und Quellen zur Geschichte des Concils von Basel, t. II (1897), p. 49 [sigle : CB]. Sur les débuts du concile, voir Ourliac P., « Sociologie du concile de Bâle », dans ID., Études d’histoire du droit médiéval, Paris, 1976, p. 331-355.

4 Helmrath J., Das Basler Konzil 1431-1449. Forschungsstand und Probleme, (Kölner historische Abhandlungen), 32, Cologne et Vienne, 1987, p. 405 : « Wohl eher enfant terrible als Häretiker, pflegten ihm in seinem Volkspredigten öfters in so “revolutionärer” Richtung die Zügel durchzugehen, daß er bei den Obrigkeiten immer wieder Anstoß erregte. »

5 Voir Longpré E., « Saint Bernardin et le Nom de Jésus », Archivum Franciscanum Historicum, 28 (1935), p. 443- 476 ; 29 (1936), p. 142-168 et 443-477 ; 30 (1937), p. 170-192 ; « Bernardino predicatore nella società del suo tempo », Convegni di studi sulla spiritualità medievale, 16, Todi, 1976.

6 L’approche bien connue de Valois N., La crise religieuse du XVe siècle. Le pape et le concile (1418-1450), II, Paris, 1909, doit maintenant être nuancée par de nouvelles synthèses : Jedin H. (éd.), Handbook of Church History. IV : From the High Middle Ages to the Eve of Reformation, New York, 1970, p. 401-425, 448-487, 722-723, 729-733 ; Stieber J. W., « Pope Eugenius IV : The Council of Basle and the Secular and Ecclesiastical Authorities in the Empire. The Conflict over Supreme Authority and Power in the Church », Studies in the History of Christian Thought, 13, Leyde, 1978.

7 L’étude de base demeure toujours celle du Fr. Gratien, « Les débuts de la réforme des Cordeliers en France et Guillaume Jos seaume (1390-1436) », Études franciscaines, 3 (1914), p. 415-439.

8 Sur son emprisonnement à Constance (4-08-1417), voir Guillaume Fillastre, Gesta Concilii Constantiensis, dans Finke H., Acta concilii Constanciensis, II, Münster, 1923, p. 134 [sigle : ACC]. – Autres sigles employés ci-après : Mansi : Mansi J. D., Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, Florence, 1759 à 1798, 31 vol. ; MCG : Monumenta concilium generalium seculi decimi quinti, Vienne, 1857 et 1873, t. I, p. 64 ; CB (titre complet ci-dessus) ; Huguenin : Huguenin J. F., Les chroniques de la ville de Metz, Metz, 1838.

9 Emprisonnement de Josseaume à Sienne (17-01-1423) : MCG, I, p. 64 ; Bullarium franciscanum, Sbaralea-Eubel (éd.), 1904, t. VII, p. 602-603, n° 1591. Sa libération : MCG I, p. 37, 50, 64-65.

10 Sur le séjour à Metz (du 12-08-1428 au 7-08-1429), voir Tribout De Morembert H., « Les frères Baudes et le complot contre la cité de Metz (1425-1433) », Archivum franciscanum historicum, 55 (1962), p. 509-511.

11 Huguenin, p. 159a.

12 Ayant demandé à être cité devant la plus haute autorité judiciaire de Metz, le conseil des Treize (août 1429), Josseaume critiqua vertement les juges pour leur coutume de jouer aux dés les causes les plus graves. Huguenin, p. 161a-162a : « Premierement, vous usez d’une coustume, comme on dit, qui est fuers de loy et de droit. On dit que les Trese usent que “le moins gaingne le plus”, et quant on veult jugier ung homme a mort, que on le jue aux dez. » En réalité, cette pratique était plus nuancée, selon A. Prost. Celui des Treize qui obtenait le moins de points aux dés devait assumer la charge de toutes les décisions de la journée et les douze autres devaient s’y soumettre unanimement sous peine d’amende. Voir Prost A., Les institutions judiciaires dans la ville de Metz, Metz, 1874, p. 101- 103 et 106.

13 Le populisme de Josseaume n’avait pas l’heur de plaire à tous, témoin ce jugement négatif d’un chroniqueur de Metz (Huguenin, p. 154a) : « Ledit frere Guillamme se monstroit par dehors estre humble et simple et par ce acquist l’amour du peuple, en les blasmant et donnant a entendre ce qu’il volloit : parquoy il les esmeust a murmure contre les gens d’Eglise. »

14 Huguenin, p. 159a et 160a

15 Voir le document édité par Tribout de Morembert H., op. cit., p. 510-11 : « Notre s. Pere em sa bulle desclairet frere Guillaume contumace, rebelle a ces mandemens et a l’Esglixe, suppet d’eresie, sommeur de discorde, d’arreur et de fauce semence… »

16 Sur le chapitre général tenu en mai 1430, voir Huguenin, p. 170a.

17 Sur sa nomination comme membre de la Députation pour la réforme (29-02-1432), voir CB II, 44 et 87. Les deux autres députations étaient la deputatio fidei et la deputatio pacis. Sur l’organisation de ces commissions, voir Lazarus P., Das Basler Konzil. Seine Berufung und Leitung, seine Gliederung und seine Behördenorganisation, (Historische Studien, 100), Berlin, 1912, p. 120-131 ; liste des membres p. 171-177. Il est intéressant de noter que les Actes de Bâle omettent ou déforment presque systématiquement le nom de Josseaume, v. g. « Guillermus ord. min. » ou « frater Wilhelmus Goshelini (ou Gephelini) pictauiensis » (op. cit., p. 172 et 356).

18 Sur son incarcération à Bâle (8.5.32), voir CB V, 20 (« quia predicauit in Francia et Burgundia plurimos articulos hereticos ») ; Huguenin, p. 178b : « Ledit an, septiesme jour de may, maistre Guillamme, le frere de l’Observance qui avoit presché a Mets, estant au lieu de Baisle, fut prins et apprehendé par l’ordonnance du sainct concile qui estoit lors la assemblé pour la paix de l’Esglise et de la temporalité. Et la fut detenu pour plusieurs erreurs qu’il avoit preschees tant a Mets comme aultre part. »

19 Josseaume se plaint des conditions de sa détention : 13-05-1432 : CB II, 111. Voir aussi sur cet emprisonnement, CB II, 114 (15-05-1432) ; 116 et 118 (16/17-05-1432).

20 Texte de la sentence du 27-06-1432 dans CB II, 150 et 161-162 (9-07-1432) ; Huguenin, p. 178b.

21 Huguenin, p. 178b-179a : « En jullet, audit an, au lieu de Baisle, molrut l’inquisiteur de la foid : et fut au grand avantaige dudit maistre G., pourtant qu’il proceldoit tres durement contre luy, et aussy il en avoit desjay fait ardre plusieurs qui preschoient choses qui n’estoient mie a prescheir. Et print sur le peril de son ame qu’il avoit bien desservi le feu, et ordonna argent en son testament pour poursuire le proces contre ledit frere Guillamme, jusques au feu et fin du plait. »

22 Sa rétractation (9.7.3142) : CB II, 161-2 ; Huguenin, p. 179a-180b ; Mansi XXX, p. 151-152. Son absolution (10- 01-1433) : Huguenin, p. 181a-182a.

23 Son appel contre la sentence (16-01-1433) : CB II, 316. Convocation de la commission des Douze (9-05-1433 : CB II, 400-401 et 412. Josseaume recouvre le droit de prêcher (24-05-1436) : CB IV, 146 et 151 ; MCG II, p. 214- 215 et 358.

24 Voir Martin H., Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge (1350-1520), Paris, 1988, p. 235-268 ; Bériou N., L’Avènement des maîtres de la parole. La prédication à Paris au xiiie siècle, t. I, Paris, 1998, p. 133-214 ; Charland Th.- M., Artes Praedicandi. Contribution à l’histoire de la rhétorique au Moyen Âge, Ottawa et Paris, 1936.

25 Gill J., Constance et Bâle-Florence (Histoire des conciles oecuméniques, t. 9), Paris, 1965, p. 96-97. L’auteur renvoie aux sermons de ACC II, 428, 442 et 465. On pense aussi aux sermons du carme Thomas Cornette, qui fut probablement brûlé comme hérétique : Martin H., op. cit., p. 173-174.

26 Voir Vicaire M.-H., Dominique et ses prêcheurs, Fribourg/Paris, 1977, p. 171-175.

27 Manuscrit Vaticano, Palat. lat., 596 : manuscrit de papier, 278 folios, 290 x 210 mm, xve s. Ce manuscrit contient 46 sermons du concile de Bâle, selon la table du folio 1 r°. Notice de possesseur au folio I r° : « Hic liber pertinet magistro Iohanni Huczenbach qui eum emit post obitum doctoris de Bruxellis ab executoribus eius 1466 in profesto Geor…( ?) » Le sermon de Josseaume se présente en huitième place, f° 86 v°-92 r°. Ce manuscrit est le seul à donner des sous-titres, dans les marges, de la main du copiste ; nous les intégrons dans le texte.

28 Manuscrit Oxford, Balliol College, 164 : manuscrit de papier, IV + 780 pages, 280 x 210 mm, milieu du xve s. Ce manuscrit comporte 57 sermons prononcés à Bâle entre 1431 et 1436 (le sermon de Josseaume vient en trente-septième place, p. 496-512). Ce manuscrit forme paire avec Oxford, Balliol College, 165A, une collection de cent sermons de Bâle et douze de Constance.

29 Le texte complet du sermon est disponible à l’adresse électronique suivante : royb02@hotmail.com.

30 morum… in melius B] om. A.

31 in tantorum B] tantarum reuerentiarum A.

32 Grégoire Le Grand, Moralia in Job, XXI, 2 (= Corpus christ. 143a, p. 1066) : « Nam quantalibet virtute mens polleat, quantalibet gravitate vigeat, carnales interioris gravitatis pondere et quasi iuvenili quodam vigore refrenantur, ad fluxa quaeque et levia mentem enervem trahunt. »

33 docere B] om. A.

34 XXXo B] XXXVo A.

35 Hymne des vêpres de la Pentecôte : Dreves G. (éd.), Analecta hymnica Medii aevi, Leipzig, 1892-1922, t. II, p. 50.

36 huiusmodi corr.] A et B ajoutent sanctis contemplationibus (cf. ligne inférieure).

37 sepultam B] sepultum A.

38 inflammationem anime, que eleuatur et illuminatur super facultatem rationis naturalis, efficitur quasi B] omis par A (homeot.).

39 super B] om. A.

40 delectabantur in… econtra B] om. A.

41 moritur et B] om. A.

42 noster B] non A.

43 Audiamus B] Audiunt A.

44 talium carnalium B] carnalium talium A.

45 Sur les relations du concile avec la ville de Bâle, voir Wackernagel R., Geschichte der Stadt Basel, I, Bâle, 1907, p. 476-538.

46 uerorum B] uirorum A.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540