Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Troisième partie. « Des professionnels de la parole »

Sexe, sermons et exempla. Jacques de la Marche (1394-1476) contre les sodomites

Jacques Berlioz

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

  • 1 Bracci S. (éd.), San Giacomo della Marca nell’Europa del ‘400. Atti del convegno internazionale di (...)

1Jacques de la Marche naquit à peu près sûrement en 1394 à Monteprandone (à une centaine de kilomètres au sud d’Ancône). Après des études à Ascoli et à Pérouse, il fit profession religieuse chez les Franciscains en août 1416 à Assise. Il prêcha jusqu’en 1475 à travers l’Italie, l’Europe centrale et orientale, et dans ses dernières années particulièrement à Naples et aux environs. Fervent partisan d’une réforme nécessaire à son ordre et à l’Église, à la manière d’un Bernardin de Sienne (mort en 1444) et d’un Jean de Capistrano (mort en 1456), il s’attacha avec vigueur dans ses sermons à celle des mœurs. Il favorisa les efforts de pacification dans les cités italiennes et contribua à organiser les œuvres de charité par les monts de piété. Il mourut à Naples en 14761.

  • 2 Sur la richesse des sermons comme source en matière de l’histoire des représentations, cf. en dern (...)
  • 3 Iacobus de Marchia S., Sermones dominicales, Lioi R. et Falconara M. (éd.), Biblioteca francescana(...)
  • 4 Goodich M., The Unmentionable Vice : Homosexuality in the Later Medieval Period, Santa Barbara, Ca (...)
  • 5 Martin H., Mentalités médiévales…, op. cit., p. 430.

2Si les quelque quatre-vingt-dix-neuf sermons du dimanche et du carême qu’il a laissés (en latin) n’offrent pas l’expression d’une pensée originale, ils apportent une foule de renseignements à l’historien : les exempla notamment, issus pour l’essentiel de son expérience pastorale, sont employés d’extrême abondance2. Profusion qui montre qu’à la fin du Moyen Âge en Occident, et particulièrement en Italie, la matière exemplaire originale ne se tarit aucunement. Pour l’illustrer, voici la traduction partielle (faute de place) du vingt-neuvième sermon (2e dimanche de carême), dirigé contre le péché de sodomie3. L’on sait qu’après une relative indulgence à l’égard de l’homosexualité – même si ce dernier terme ne recouvre qu’une partie de ce que le franciscain place sous le mot de sodomie –, l’intolérance l’emporta de nouveau, à partir du xiiie siècle, dans un contexte de répression de toutes les formes de déviance, qui frappa aussi les juifs et les hérétiques, voire les femmes et les pauvres. Vers 1400, la chasse aux homosexuels s’intensifie4. Comme l’écrit Hervé Martin : « À la fin du Moyen Âge, le caractère dramatique du dépeuplement a contribué à renforcer, en dehors des effets rhétoriques, la condamnation de l’homosexualité. » Et il ajoute, attirant ainsi à juste titre l’attention sur le rôle des sermons dans la lutte contre les homosexuels : « Les prédicateurs se sont chargés du réquisitoire, surtout en Italie, avec le soutien empressé des autorités communales5. »

  • 6 Lioi R., « Tecnica e contenuto dei Sermoni di S. Giacomo della Marca », Picenum Seraphicum, 10, 19 (...)

3L’incipit scripturaire est suivi d’un court prologue où l’auteur annonce d’emblée le sujet qu’il va traiter. Jacques de la Marche divise sa matière en quatre sections. Les sous-parties sont nombreuses. Il les énumère au début, pour les reprendre et les commenter une à une6. Il cite d’abondance l’Écriture et précise soigneusement ses sources canoniques. Des nombreux exempla, il ne donne qu’un résumé, parfois si succinct et allusif que leur sens tend à nous échapper. Il les tient de personnes qui lui sont proches, les tire de sa propre expérience, ou les emprunte à des sources écrites (Thomas de Cantimpré notamment).

Deuxième dimanche de carême : de la sodomie

  • 7 Sur la confusion entre les termes désignant l’hermaphrodisme et l’homosexualité, cf. Boswell J., C (...)

« Et voici quelle est la volonté de Dieu : c’est notre sanctification ; c’est que vous vous absteniez d’impudicité », 1 Thessaloniciens [4, 3]. Nous tiendrons aujourd’hui un sermon sur cet innommable vice, et des plus abominables, de l’hermaphrodite7, qui plus que les autres vices provoque la colère de Dieu.

4Jacques de la Marche annonce ensuite le plan de son sermon. Il se divisera suivant quatre abominations : les diverses sortes de sodomie ; ses causes générales ; sa punition ; ses conséquences ruineuses.

  • Première abomination : quant à ses division
  • 8 Pour les identifications de citation, le lecteur consultera l’édition citée. L’identification des (...)
  • 9 L’éditeur donne : Alter faciebat adversus filiam, ut ipse cognosceret illum. J’ai lu en toute hypo (...)

Je dirai selon ce qui est écrit dans la Summa Astensis, livre 2, titre 46, art. 78 et selon Thomas[d’Aquin], 2a, 2e, quest. 144, art. 2, qu’il y a quatre degrés dans ce vice digne des bêtes : 1. la masturbation ; 2. les relations contre nature ; 3. la bestialité ; 4. la sodomie.
Tout d’abord la masturbation qui intervient quand quelqu’un a l’esprit si corrompu, si éloigné de la raison et de Dieu, qu’il se corrompt lui-même de ses mains incestueuses […].
Deuxièmement, les relations contre nature (immodalitas) quand l’honnêteté due dans le mariage n’est pas respectée. Que de puanteurs et d’abominations surviennent dans ce mariage des plus honteux ! Quelle perversion (deformitas) quand la femme prend le rôle de l’homme et inversement. […] Si un tel vice est insupportable et abominable chez la prostituée, o combien plus le sera l’incontinence conjugale ! Et vous êtes pires que les prostituées ! D’où il est dit, 32, quest. 7, « De l’adultère » : « Celui qui agit contre nature le fait assurément de manière exécrable envers une prostituée, et de manière plus exécrable encore envers son épouse. »
Troisièmement, la bestialité. [Citation des Décrétales]. Car quand quelqu’un se marie, tous les parents de sa femme deviennent ses propres parents et inversement. O extraordinaire folie, o cécité diabolique que l’union entre la créature humaine et la bête ! Celui-ci avec un âne ou une ânesse ; un autre avec un chien ; un autre avec un porc et un bœuf. Célébrez donc, vous qui êtes apparentés aux animaux, vos noces et invitez toute la parentèle de vos épouses les bêtes. D’où Lévitique 30 [20, 15] : « L’homme qui donne sa couche à une bête : il devra mourir et vous tuerez la bête. » Ce crime déplait tant à Dieu notre Seigneur qu’il veut qu’une créature innocente meure et disparaisse de la terre. Ainsi le Prophète [Ps 31, 9] : « Ne sois pas comme le cheval, le mulet privés de sens. » Ainsi Jérôme dans le Passage de la mort dit que « la luxure met l’homme au rang de la bête », et en fait pour ainsi dire une bête encore bien pire. [citation de Virgile, Én. 6, 24-26]. Lévitique 18 [23] : « Une femme ne s’offrira pas à un animal pour s’accoupler à lui. Ce serait un crime. » Et c’est ainsi qu’il est dit que Joseph, Genèse 37 [2], « accusa ses frères du pire crime, et avec les bêtes ». Selon Thomas [d’Aquin], 2e, 2e, quest. 155, art. 2, à la fin. Exemplum : un de mes compagnons m’a dit qu’il avait vu [quelqu’un] moitié porc, moitié homme, né d’une truie, qui pendait dans la région de Salerne. Item, à Visso, la tête d’un mouton, le reste d’un homme. Item, en Sclavonie, [quelqu’un né] d’une vache, moitié homme et moitié bœuf. Item, quelqu’un m’a dit avoir vu à Camerino, dans le comté d’Ancône, un nouveau-né ayant la gueule et les dents d’un chien, le reste d’un homme, et les oreilles tout comme celles d’un âne, [et qui était] montré sur un chariot en place publique, devant le peuple tout entier. Item, un autre m’a dit qu’il avait vu à Naples qu’une femme avait enfanté un enfant comme un chat. Et comme le mari était au lit, le chat s’approcha croyant que la femme voulait comme d’habitude s’accoupler avec lui. Et c’est ainsi que l’homme apprit le péché de son épouse. Que vous en semble-t-il, o âmes des plus scélérates ?
Quatrièmement, la sodomie. Demande à ta fille qui elle fréquente, et toi interroge ton fils, et vous découvrirez leur abominable turpitude. […] Un de mes amis m’a dit qu’il avait rencontré un jeune homme qui avait gagné huit cents ducats à faire cet acte honteux, et un autre mille. Cet argent diabolique, ils sont tenus de le donner pour l’amour du Christ. Item, un ribaud faisait d’un jeune homme son épouse et ce dernier s’unissait charnellement avec lui. Un autre le faisait envers son fils pour que lui-même le connût9.

  • Deuxième abomination : quant à ses causes générales

Deuxième partie : d’où provient-il ? Je dis que cet abominable péché provient de cinq sources puantes, suivant Ézéchiel [16, 49] : « Voici quel fut le crime de Sodome ta sœur : orgueil, voracité, abondance et oisiveté ; telles furent les fautes de Sodome et de ses filles ; elles n’ont pas secouru le pauvre et le malheureux. »
La première, l’orgueil, hommes et femmes vains et raffinés. La deuxième, la voracité, à savoir du pain d’autrui, comme les usuriers, les régisseurs et les joueurs ; 1 Corinthiens 6 [13] : « Les aliments sont pour le ventre et le ventre pour les aliments, et Dieu détruira ceux-ci comme celui-là. » La troisième, l’abondance. O vous qui habitez dans les maisons des richesses, prenez garde à ne pas vous briser les épaules ! [Ps 143, 12-15]. La quatrième, l’oisiveté, à la manière de ces jeunes gens sans métier, oisifs et traînant tous les jours sur les places ; tout comme les jeunes filles. La cinquième, l’avarice, à la manière des usuriers.

  • Troisième abomination : quant à sa punition

Nous en venons à la troisième partie qui traite de sa punition. Ce forfait est puni sévèrement par six lois : 1°, par la loi divine ; 2°, par la loi de la nature ; 3°, par la loi de l’Écriture ; 4°, par la loi civile ; 5°, par la loi canonique ; 6°, par la loi apostolique.

  • 10 Purg. 26, 79-83, 133-135. Jacques de la Marche avait à sa disposition dans sa bibliothèque deux ex (...)

5Cette troisième partie ne comporte pas d’exempla mais des citations bibliques et patristiques ainsi que de nombreux renvois à des sources juridiques. On notera qu’à propos de la loi divine Jacques de la Marche cite neuf vers de La Divine Comédie de Dante, extraits du 26e livre du Purgatoire10.

  • Quatrième abomination : quant aux conséquences ruineuses
  • 11 En fait Thomas de Cantimpré (mort vers 1270), Bonum universale de apibus, II, 30, 3 (éd. Douai, 16 (...)
  • 12 Jacques de la Marche fait sans doute allusion au récit suivant. Un vieillard cheminait dans son er (...)
  • 13 Ce récit (avec des variantes) a connu un grand succès : l’emploient notamment Eudes de Cheriton (P (...)
  • 14 Thomas de Cantimpré, Bonum universale…, op. cit., II, 30, 12 (éd. citée, p. 325). Thomas évoque le (...)
  • 15 Geste obscène fait en tendant le medius, les autres doigts de la main restant repliés. Ce geste pe (...)
  • 16 Gregoire de Tours, Liber de miraculis b. Andreae apostoli, 28 (MGH, SS rer. merov., I/2, 1885, p. (...)

Pour cette quatrième partie, qui a trait à sa conséquence ruineuse, je dis que ce détestable crime entraîne dix conséquences abominables.
La première est l’extermination du genre humain […].
La deuxième est le viol de la société divine et humaine […]
La troisième est l’infection de l’air. C’est ainsi qu’en Italie la peste s’installe souvent à cause de ce vice. […] Il est terrifiant que là où cet acte affreux est commis, comme on le dit, et le jour même, la terre ne germe pas et la rosée ne descend pas du ciel. Bien plus, ce péché est si atroce qu’il y a même des démons qui le détestent et le fuient, comme il est dit dans le deuxième livre du Compendium theologie, au chapitre 27, « sur la malignité du diable ». Et Jean de Cambrai, frère prêcheur de la Province de France, dit même dans son livre « Des oiseaux » qu’il y a quelques démons nobles qui détestent ce vice. Une petite vieille lui dit en confession que la nuit le démon se tenait au pied du lit de ceux qui commettaient un tel péché, en disant : « Puanteur ! » Et, ajoutait-elle, après il subira le tourment11. Il répugne au ciel car le Christ renonça presque à s’incarner. Il répugne aux anges : note dans les Vies des Pères ce qui est dit du sodomite et des deux anges qui fuyaient12. Il répugne à la créature humaine, comme à la femme de Loth. Il répugne au diable, comme il est dit plus haut. Il répugne à l’air car il ne pleut pas. Il répugne à la terre car elle ne germe pas ce jour-là, si l’on excepte la grosse mouche et le cafard sodomite. Note ce qui est dit à propos de celui qui avait pour tâche de nettoyer les égouts de Venise ; il faillit mourir alors qu’il passait là où l’on vendait des épices13.
La quatrième est l’endurcissement du cœur. Selon ce que dit le maître susdit dans le même livre14, le pécheur qui aura pratiqué ce vice pendant trente ans ne s’en séparera jamais car sa volonté est si opprimée dans ce crime que jamais il ne tend vers Dieu. Exemplum : alors que je prêchais en Nursie, je dis tout à coup : « O [pécheur] invétéré,fais-moi la figue15 sous ton manteau si tu veux t’abstenir à l’avenir de ce péché. » Ce qu’il fit. Et après quarante jours il retomba dans sa faute. Et c’est en pleurant qu’il avoua son péché dont il n’avait pu s’abstenir. Item, alors que je prêchais à Ascoli. Quelqu’un avait épousé un enfant avec un anneau devant l’autel. Je le fis limer car la chair du doigt avait grandi. Et je le projetai en l’air, devant la multitude du peuple, en me lamentant de l’outrage fait à Dieu. Personne ne le vit tomber à terre : le diable l’avait-il sans doute attrapé dans l’air. Cet homme se montra converti avec des flagellants. Mais de retour dans la ville susdite après un grand nombre d’années, je le rencontrai et vis que jamais il
n’avait été pire. Item, note dans la Légende de saint André ce qui est dit du vieillard Nicolas qui resta soixante ans dans le péché de luxure, et note comment saint André priait pour lui16.

6Jacques de la Marche évoque ensuite : 5. la fin du monde ; 6. l’appel à la vengeance de Dieu ; 7. la corruption de la jeunesse ; 8. l’abrègement du temps.

  • 17 Dans un autre manuscrit, Jacques de la Marche situe l’action en Hongrie (Suppl., n. 45, p. 43).
  • 18 L’éditeur donne : Et de matre ligante puerum usque ad cingulum infirmo ( ?). Je propose la correct (...)

La neuvième, la haine du mariage. […] Car ils sont comme les porcs haïssant les roses et les violettes et [recherchant] les excréments des vaches et des enfants. Comme dit le Prophète [Ps 68, 31] : « Menace la bête des roseaux, la bande de taureaux avec les veaux des peuples. » Note à propos de l’enfant allemand ce qu’il disait de maître Albert, médecin italien : « Il a corrompu ma virginité17 ». Et à propos de la mère liant l’enfant jusqu’à la ceinture dans le fumier18 […].
La dixième est la fin de l’existence dans les excréments. Tels sont les taons qui vivent sous la queue des bœufs. Joël 1, 17 : « Les bêtes de somme se sont décomposées dans leurs excréments. » Grégoire [le Grand] : « Les bêtes de somme qui se décomposent dans l’excrément, ce sont les hommes qui finissent leur vie dans l’excrément de la luxure. » Que de cette odeur nous libère la majesté suprême dont [voici] la volonté [1 Thess. 4, 4] : « Que chacun de nous sache user du corps (vas) qui nous est donné avec sainteté et respect. » Lui qui est béni dans les siècles des siècles. Amen.

Notas

1 Bracci S. (éd.), San Giacomo della Marca nell’Europa del ‘400. Atti del convegno internazionale di studi : Monte - prandone, 7-10 settembre 1994, Padoue, Centro Studi antoniani, 1997 (Centro studi antoniani, 28) ; Casa - Grande C., « Giacomo della Marca », Dizionario biografico degli Italiani, Rome, 2000, p. 214-220.

2 Sur la richesse des sermons comme source en matière de l’histoire des représentations, cf. en dernier lieu. Martin Hervé, Mentalités médiévales II. Représentations collectives du xie au xve siècle, Paris, 2001, p. 219-226.

3 Iacobus de Marchia S., Sermones dominicales, Lioi R. et Falconara M. (éd.), Biblioteca francescana, 1, 1978, p. 449-469. On trouvera des exempla sur le même sujet tirés d’autres manuscrits dans le Supplemento, Falconaram., 1982, p. 41-48.

4 Goodich M., The Unmentionable Vice : Homosexuality in the Later Medieval Period, Santa Barbara, Calif., 1979 ; Boswell John, Christianity, Social Tolerance and Homosexuality. Gay People in Western Europe from the Beginning of the Christian Era to the Fourteenth Century, Chicago, Londres, 1980 [trad. fr., Christianisme, tolérance sociale et homosexualité : les homosexuels en Europe occidentale des débuts de l’ère chrétienne au xive siècle, traduit de l’anglais et du latin par Alain Tachet, Paris, 1985] ; Martin H., Mentalités médiévales, xie-xve siècle, Paris, 1996, p. 229-330 ; Keiser E. B., Courtly Desire and Medieval Homophobia. The Legitimation of Sexual Pleasure in Cleanness and its Contexts, New Haven, Londres, 1997 ; Blackmore J. et Hutcheson Gr. S. (éd.), Queer Iberia : Sexualities, Cultures, and Crossings from the Middle Ages to the Renaissance, Durham, NC, 1999 ; Stuart Sturges R., Chaucer’s Pardoner and Gender Theory : Bodies of Discourse, New York, 2000 ; Burger G. et Kruger S. F. (éd.), Queering the Middle Ages, Minneapolis, 2001.

5 Martin H., Mentalités médiévales…, op. cit., p. 430.

6 Lioi R., « Tecnica e contenuto dei Sermoni di S. Giacomo della Marca », Picenum Seraphicum, 10, 1973, p. 99-138.

7 Sur la confusion entre les termes désignant l’hermaphrodisme et l’homosexualité, cf. Boswell J., Christianity…, op. cit., n. 50, p. 375-376. Chez Dante, le péché « hermaphrodite » (nostro peccato fu ermafrodito, Purg. 26, 82) s’oppose à l’homosexualité, en ce sens qu’il est commis entre personnes de sexe différent.

8 Pour les identifications de citation, le lecteur consultera l’édition citée. L’identification des citations bibliques est donnée entre crochets carrés.

9 L’éditeur donne : Alter faciebat adversus filiam, ut ipse cognosceret illum. J’ai lu en toute hypothèse filium au lieu de filiam. On lit dans un autre manuscrit, cette note : « Un médecin m’a dit qu’il avait, une nuit, sodomisé (devastaverit) son fils » (Suppl., n. 45, p. 42). Du même ordre : « Item, dans la ville d’Ascoli, un fils capturé par des sodomites criait : O père, aide-moi ! Et le père de répondre : Fils, fais-toi des amis pendant que tu es jeune » (id., n. 44, p. 42).

10 Purg. 26, 79-83, 133-135. Jacques de la Marche avait à sa disposition dans sa bibliothèque deux exemplaires de la Commedia. Dante eut en effet beaucoup de succès auprès des Franciscains et des prédicateurs en général. Cf. Lioi R., « S. Giacomo studioso di Dante », Studi francescani, 61, 1964, p. 26-69.

11 En fait Thomas de Cantimpré (mort vers 1270), Bonum universale de apibus, II, 30, 3 (éd. Douai, 1627, p. 321). Ce recueil d’exempla est fondé sur les propriétés des abeilles, et non des oiseaux – il y a ici confusion entre De apibus et De avibus. Sur ce recueil, cf. Thomas de Cantimpré, Les exemples du « Livre des abeilles ». Une vision médiévale. Présentation, traduction et commentaire par Platelle H., Turnhout, 1997 (recension critique par Berlioz J., Collomb P. et Polo de Beaulieu M. A., « La face cachée de Thomas de Cantimpré. Compléments à une traduction française récente du Bonum universale de apibus », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 68, 2001, p. 73-94) ; Pollini N., « Les propriétés des abeilles dans le Bonum universale de apibus de Thomas de Cantimpré (1200-1270) », Micrologus. Nature, Sciences and Medieval Societies, 8/1, 2000, p. 261-296. Thomas de Cantimpré consacre un long chapitre, intitulé « la fuite du péché contre nature », et comportant vingt-cinq anecdotes (II, 30 ; éd. citée, p. 320-360 ; trad. partielle [huit récits] par Platelle H., op. cit., p. 167-174).

12 Jacques de la Marche fait sans doute allusion au récit suivant. Un vieillard cheminait dans son ermitage accompagné de deux anges. Ils trouvèrent un cadavre. L’ermite se boucha les narines imité par les anges. Il s’étonna. Les anges répondirent qu’ils ne sentaient pas la puanteur de ce monde mais l’odeur nauséabonde des péchés. Il n’est pas question dans le texte premier des Vies des Pères en latin (PL 73, 1014 B-C) du péché de sodomie.

13 Ce récit (avec des variantes) a connu un grand succès : l’emploient notamment Eudes de Cheriton (Parabolae, 47 ; Hervieux P. (éd.), Les Fabulistes latins…, Paris, 4, 1896, p. 283), Jacques de Vitry (Greven J. [éd.], Die Exempla aus den Sermones feriales et communes des Jakob von Vitry, Heidelberg, 1914, n° 97, p. 57), Étienne de Bourbon Tractatus de diversis materiis predicabilibus (ms. Paris, BNF, lat. 15970, f° 194a). Cf. Tubach Fr. C., Index exemplorum. A Handbook of medieval religious tales, Helsinki, 1969 (Fellow Folklore Communications, 204), n° 3645.

14 Thomas de Cantimpré, Bonum universale…, op. cit., II, 30, 12 (éd. citée, p. 325). Thomas évoque le chiffre de trente-trois ans (durée de la vie du Christ).

15 Geste obscène fait en tendant le medius, les autres doigts de la main restant repliés. Ce geste peut être interprété comme une substitution symbolique à la sodomie, le medius prenant la place du pénis, pour être dirigé vers le prédicateur, source de l’interdiction de l’acte.

16 Gregoire de Tours, Liber de miraculis b. Andreae apostoli, 28 (MGH, SS rer. merov., I/2, 1885, p. 842-843) ; Jean Demailly, Abbreviatio in gestis et miraculis sanctorum (Paris, Bibl. Maz., 1731, f° 9 v° ; trad. fr. Dondaine A., Paris, 1947, p. 29-30) ; cf. Tubach Fr. C., Index exemplorum…, op. cit., n° 212.

17 Dans un autre manuscrit, Jacques de la Marche situe l’action en Hongrie (Suppl., n. 45, p. 43).

18 L’éditeur donne : Et de matre ligante puerum usque ad cingulum infirmo ( ?). Je propose la correction d’infirmo en in fimo.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540