Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Troisième partie. « Des professionnels de la parole »

Où et quand prêcher ? Deux listes de sermons dominicains et franciscains du xive siècle à Douai

Bernard Delmaire

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Martin Hervé, Le métier de prédicateur en France septentrionale à la fin du Moyen Âge (1350-1520), (...)

1La majeure partie des travaux consacrés à l’histoire de la prédication porte sur son contenu, sur l’accueil que les fidèles lui ont réservé et sur les prédicateurs eux-mêmes, mais ne s’étend guère sur des points secondaires, comme les lieux, les dates où l’on prêchait. Hervé Martin a montré que les temps principaux de la prédication aux xive-xve siècles étaient le Carême et l’Avent (temps de pénitence), quelques grandes fêtes (Rameaux, Saint Sacrement, Rogations, Nativité de la Vierge, les saints patrons), les processions et missions diverses, et qu’elle se faisait en des lieux variés : les églises paroissiales et les cathédrales, puis les couvents, enfin les places et autres lieux de plein air, même si la place des couvents de Mendiants est peut-être sous-estimée par les documents1.

2Ce volume de Mélanges me donne le plaisir d’ajouter quelques touches à sa grande fresque, grâce à deux documents peu communs et peu connus provenant de la Flandre wallonne ; ils jettent quelques lueurs sur les aspects temporel et spatial de la prédication des Mendiants au milieu du xive siècle.

  • 2 Sans doute après 1323 : la fête du Saint Sacrement (I, 7) est adoptée par à cette date par l’ordre (...)
  • 3 Et non 1357 comme je l’ai écrit étourdiment dans ma thèse dans les pages consacrées à la prédicati (...)

3Le premier texte est un tableau (tabula) sans date des sermons faits ordinairement par les Dominicains de Douai dans leur ville ; il est antérieur, sans doute de peu d’années2, au deuxième texte, une charte du 19 janvier 13583 par laquelle le gardien du couvent franciscain de Douai modifie, en accord avec ses confrères dominicains, le calendrier des sermons dans la ville : ceux des Franciscains seuls et ceux qu’ils faisaient en alternance. Ces documents ne sont comparables que pour les Dominicains, puisqu’ils donnent leur charge de prédication avant 1358 et la même charge après, dans la mesure ou elle est partagée avec les Franciscains, sans préciser la part de sermons qu’ils gardent seuls.

  • 4 Arch. dép. Nord, 86H (Franciscains) et 126H (Dominicains).
  • 5 Delmaire B., op. cit., p. 240 ; Houssoy S., Le couvent des Franciscains de Douai, mémoire de maîtr (...)
  • 6 Simonsw., « Bedelordekloosters… », op. cit., p. 82-86.
  • 7 BM Douai, ms. 895, p. 199-200.

4Un mot sur ces couvents fort mal connus, car leurs archives sont très maigres4, et le mérite de Petit et de Lepreux est d’avoir copié ou analysé le texte de documents disparus. Le couvent franciscain a été fondé avant 1241 en dehors des remparts, mais il fut englobé dans la ville par la nouvelle enceinte du xive siècle5 ; le couvent des Dominicains remonte à 1268-1269, grâce à l’appui de la comtesse de Flandres qui lui permit de trouver un terrain en pleine ville6. Un acte de 1338 nous apprend qu’à cette date treize frères prêcheurs et seize frères mineurs se trouvaient présents à leur couvent, chiffres modestes7.

5Dans le cadre limité de cet article, j’attirerai seulement l’attention sur quatre points : les dates, les lieux, les heures, les raisons possibles des changements de 1358.

6En dépit de quelques incertitudes, on peut dresser ce tableau des sermons assurés avant 1358 par les Dominicains, et après cette date par les Franciscains :

Nota : les sermons en italiques se font en alternance entre les deux couvents.

  • 8 Fêtes de saint François (4 octobre), des Stigmates (17 septembre), de sainte Claire, de saint Anto (...)

7Notes 88.

  • 9 Le premier dimanche de l’Avent, premier jour de l’année liturgique, peut tomber entre le 27 novemb (...)

8Notes 99

  • 10 Trois seulement sont attestées alors : Notre-Dame, Saint-Maur, les clercs parisiens (Delmaire B., (...)

9Notes 1010

  • 11 119 + 14.
  • 12 + 72 + 40,5

10Avant 1358, les Dominicains offraient donc aux fidèles au moins 133 sermons par an11, plus d’un jour sur trois, sans compter les sermons de paroisses en nombre inconnu ; après 1358, les Franciscains proposent au moins 112 sermons12, plus les prédications éventuelles dans les paroisses et hôpitaux. En supposant avec quelque vraisemblance que chaque couvent assurait la même charge de sermons, les deux auraient offert aux Douaisiens environ 266 sermons avant 1358 et 224 après, sans compter un nombre indéterminé de sermons assurés dans les paroisses : le nombre des sermons aurait donc diminué d’environ un sixième.

11Pour ce qui est des lieux, l’acte de 1358 marque un regroupement assez net. Jusqu’à cette date, les Dominicains prêchaient 119 jours dans leur couvent (85 % des sermons datés), une vingtaine de jours à Saint-Pierre et Saint-Amé (les deux collégiales, et aussi paroisses, de Douai), à l’hôpital des Cartriers, au béguinage des Wetz, à la chapelle Sainte-Catherine (tout près de leur couvent), au couvent des Trinitaires, à l’abbaye des Prés, enfin un nombre indéterminé de jours dans les cinq autres paroisses ; cela fait quinze lieux en tout, auxquels il faut ajouter l’espace de la ville lors de la processions du Saint Sacrement, de la ville et des éventuelles processions générales. Après 1358, le nombre des sermons au couvent des Franciscains est fixé à 72 environ et l’essentiel des sermons en alternance se replie sur l’église Saint-Pierre pour 76 jours et un peu au béguinage de Champfleury (paroisse Sainte-Élisabeth des béguines). On a l’impression que la prédication de semaine en Carême et en Avent est sacrifiée, que la prédication mendiante du dimanche est regroupée dans les couvents et à Saint-Pierre ; la prédication dans les six hôpitaux et surtout les paroisses, déjà évoquée de façon peu précise dans le premier texte (I, 20), est désormais envisagée en dernier, à la demande :

« Quand on nous demandera de prêcher dans les hôpitaux, dans la ville et en dehors, en Carême et dans l’Avent, nous n’y prêcherons que le jour où nous y devons faire une “station”, mais nous ne prêcherons pas à Douai dans les autres lieux et aux autres moments, sauf peut-être le dimanche en Carême et dans l’Avent dans quelques paroisses à l’heure de la messe » (II, 9).

  • 13 Selon le P. Petit, il s’agit du chapitre, la réunion journalière des chanoines de Saint-Amé.
  • 14 Delmaire B., op. cit., p. 257.
  • 15 Strubbe E. et Voet L., De chronologie van de middeleeuwen en de moderne tijden in de Nederlande (...)

12Le premier texte donne une précision très rare pour la plupart des sermons : l’heure. Cette heure est parfois assez vague, « à l’ancienne » : après matines (I, 6), l’heure du conseil13, elle est le plus souvent précise : 7 heures (I, 2, 3, 5, 10, 12), 8 heures (I, 4), 12 heures (I, 1, 5, 14) ou midi (I, 2, 4), et enfin 3 heures « après le lavage des autels » le jeudi saint (I, 2). Pour résumer, les sermons de semaine, de l’Avent et du Carême et les sermons à l’extérieur sont à 7 ou 8 heures, ceux du dimanche sont à midi. Mais s’agit-il des heures romaines (le jour par opposition à la nuit) ou nos heures à partir de minuit ? J’ai jadis écrit à tort qu’il s’agit des heures romaines14, ce qui signifierait que les sermons se placeraient surtout au début ou en fin d’après-midi. Il faut admettre l’usage moderne des heures égales, lié à la diffusion de l’horloge : 12 heures avant midi et 12 heures après, car cela est bien attesté dans les Pays-Bas dès le xive siècle15 :

  • tôt le matin, on place les sermons de l’Avent et de Carême au couvent et tous les sermons en ville, même les jours de fête ; il y a peu d’exceptions (Noël, Circoncision, Saint-Dominique en semaine) ;
  • à midi au couvent les dimanches et fêtes, même en temps de pénitence ;
  • le sermon du jeudi saint à 3 heures « après le lavage des autels » se place à trois heures de l’après-midi ; les livres liturgiques du Nord confirment que la liturgie du jeudi saint avait bien lieu l’après-midi ou le soir16.
  • 17 Bériou Nicole, L’avènement des maîtres de la Parole. La prédication à Paris au xiiie siècle, Paris (...)

13Dernière incertitude : il est question de l’heure des sermons, exprimée par un chiffre rond, mais pourquoi est-il indiqué deux fois que ces sermons ont lieu « à l’heure de la messe » (I, 7, 9) ? Est-ce à dire que la majorité des sermons seraient faits avant ou après la messe, à une heure précise ? N. Bériou a bien montré que les sermons parisiens du xiiie siècle se plaçaient en partie l’après-midi, en dehors de la liturgie17. La question n’est donc pas oiseuse, mais nous ne pouvons y répondre pour l’instant.

  • 18 La première le 3 juin 1349, l’autre à partir de septembre (Dhérent C., Abondance et crises : Douai (...)
  • 19 Ibid., p. 364 (après septembre 1349) ; de façon un peu paradoxale, C. Dhérent conclut, d’après ses (...)

14Selon le P. Petit, ce fut la peste qui obligea les Franciscains de Douai à couper dans leurs sermons annuels, mais il ne cite aucune source à l’appui de ses dires. Cette explication est plausible, car la peste a frappé la ville en 1349-1350. Catherine Dhérent a repéré dans les comptes de Saint-Amé deux processions « pour le mortoire18 » ; mieux encore, on sait par les comptes de la ville que les échevins demandèrent à l’évêque d’Arras « une lettre de grace d’enfouir les gens qui trespassoient tant de jour comme de nuit, sans presenter a l’eglise19 ». On n’a pas étudié à Douai les retours d’épidémie qui sont connus ailleurs en Flandre entre 1358 et 1360. Admettons sous bénéfice d’études ultérieures que la population de Douai, donc celle des Mendiants, a pu souffrir d’une, voire deux offensives de la peste, ce qui expliquerait la diminution du nombre de sermons, faute de prédicateurs et d’auditeurs, et leur regroupement, temporaire ou non, dans un petit nombre d’églises.

  • 20 Un violent conflit opposa les Mendiants au clergé de la ville et à l’évêque dans les années 1280 ((...)

15Les deux textes édités (qui n’ont pas été exploités en détail) montrent une prédication locale qui s’écarte un peu du tableau général tracé par H. Martin. Avant 1358, la prédication est plus importante dans les couvents de Douai que dans les paroisses, qui semblent servies en dernier, sans calendrier précis. La réforme de 1358, due peut-être aux mortalités, abaissa d’un sixième environ le nombre des sermons, supprima peut-être en grande partie ceux de Carême et de l’Avent et Dominicains et Franciscains se partagèrent une forte prédication à Saint-Pierre les dimanches et fêtes. Ce qui ne change guère, et cela rejoint les conclusions d’H. Martin et de N. Bériou, c’est la présence massive des Mendiants dans la prédication, même si cela se fit plus tard qu’à Paris20.

Édition

Note sur l’établissement des deux textes

16Les deux documents sont connus par quatre copies :

  • par le père Philippe Petit dans son histoire du couvent dominicain de Douai publié en 165321 ;
  • deux autres par le père Emmanuel Lepreux, O. F. M., dans deux histoires de son couvent restées inédites (1722-1733)22 : le Chronicon Duaceno-Minoriticum…, écrit entre 1722 et 1733 et le Chronicon conventus Franciscani in urbe Duacena…, dont le texte est en partie le même, mais qui porte largement sur le couvent récollet après 1628 ; les deux œuvres se trouvent à la Bibliothèque nationale de France, manuscrit latin 9931, copié avant 1742 ;
  • la copie du manuscrit latin 9931 faite en 1870 par A. Estabel, bibliothécaire de la ville de Douai : je n’ai pas relevé les variantes d’Estabel qui sont des erreurs de copie.

17Le P. Petit a copié sans doute les originaux, comme il le déclare : « Ceste table est escripte il y at plus de trois cents ans et est reservée dans la bibliothèque commune » ; le P. Lepreux le suit peut-être : « Prima quidem tabula Dominicanorum est quam a 300 et amplius annis institutam reverendus Pater Petit anno 1652 scribens asseruit. » Cela n’empêche pas les obscurités :

  • la rubrique peut se lire de deux façons : « Table des sermons que le couvent de l’ordre des frères prêcheurs de Douai eut coutume de faire à ses débuts », comme je l’avais compris dans ma thèse, sans doute à tort, en suivant Petit23 ; il vaut mieux prendre in primis comme un sous-titre introduisant les paragraphes 1 à 5.
  • I, 3, ce sermon du jeudi de la semaine de Pâques ne concerne pas la fête du Saint Sacrement (notée en I, 7), mais celle du Saint Sacrement du Miracle, instituée en souvenir du miracle eucharistique survenu à Saint-Amé à Pâques (12 avril) 1254.
  • I, 4, le texte est rédigé de telle façon que Noël (25 décembre) et la Circoncision (1er janvier) semblent être placés dans le temps de l’Avent qui se termine la vigile de Noël.
  • I, 6, les mots « et Passionem » à la fin du paragraphe semblent n’avoir aucun rapport grammatical avec ce qui précède ; si les copies sont bonnes, je comprends : « en année paire, les premier, troisième et cinquième dimanches de Carême et de l’Avent, les (frères) mineurs les deuxième et quatrième dimanches, et ainsi en alternant, à la fin de matines, à Saint-Pierre, et (nous prêchons) la Passion », donc le vendredi saint ; à noter qu’il n’existe pas de cinquième dimanche de l’Avent !
  • I, 9, « à la fête de saint Thomas, apôtre [21 décembre], nous prêchons toujours à la dédicace de l’église qui est le dimanche dans l’octave du Sacrement [deuxième dimanche après la Pentecôte] chez les sœurs, en alternance » ; comme l’hôpital de Saint-Thomas n’est fondé qu’en 1378 et que les dates sont contradictoires, j’ai ponctué en conséquence, en supposant qu’il s’agit de deux sermons à l’abbaye des Prés à Douai (cisterciennes).
  • I, 13, le P. Petit lit : « item dans les procession générales qui arrivent, quand les seigneurs chanoines de Saint-Amé officient, il n’y a pas de sermon au couvent » ; en ponctuant autrement comme le P. Lepreux, je vois dans « vacat conventus a sermone », un sous-titre couvrant les paragraphes 14 à 17.

18Petit rend tous les nombres en chiffres arabes, qui n’étaient sûrement pas dans l’original, Lepreux mêle les chiffres romains et arabes ; tous deux rétablissent les diphtongues classiques ae et oe au lieu de e du latin médiéval (mais Petit écrit bien « dominicê » en I, 18). J’ai rétabli les chiffres romains et les e pour ae et oe.

19Pour plus de commodité, les deux textes ont été divisés en paragraphes numérotés.

[1323-1358]
Tableau des sermons assurés par les Dominicains de Douai dans cette ville

20A. Original perdu.

21B. BNF, ms. 9931, 1re partie, p. 187-190, d’après A ?

22C. Ibid., 2e partie, p. 101-103, d’après B.

23D. Douai, BM, ms. 895, p. 186-187, d’après B et C.

24a. Ph. Petit O. P., Fondations du convent de la Sainte-Croix, du collège de S. Thomas d’Aquin, du monastère de S. Catherine de Sienne, tous trois de lordre des FF. Prescheurs en la Ville et Vniversité de Douay, Douai, 1653, première partie, Fondation du convent dict de la S. Croix de l’ordre des FF. Prescheurs, p. 43-44, d’après A ? J’ai utilisé l’exemplaire conservé à la Bibliothèque municipale de Lille, qui contient plusieurs feuillets d’additions manuscrites du xviie siècle sur l’histoire du couvent.

Tabula sermonum quos conventus Duacensis ordinis fratrum Predicatorum solitus est facere.

In primis24 in conventu

  • 24 in primis, fin de la rubrique, a ; sous-titre, BC.

[1] Omni dominica hora duodecima, paucis demptis prout subscribitur.

[2] Per totam Quadragesimam ferialibus diebus hora septima ; festivis vero hora
meridiana, demptis diebus Cene Domini, quia tunc hora tertia post ablutionem altarium,
et sabbatho sancto in Sancto Amato hora consilii.

[3] Insuper feria quinta infra octavas Pasche in Sancto Amato hora septima, de
Sacramento.

[4] In conventu pariter in omnibus diebus per Adventum hora octava, nisi in
festo Sanctificationis (8-XII), quia tunc hora meridiana fit, et in festo Nativitatis Domini
, demptis festis Nativitatis (25-XII) et Circumcisionis (1-I), quibus hora VIIIa.

[5] Item festa Epiphanie (6-I), Ascensionis, Penthecostes, Nativitatis beate
Virginis (8-IX), Purificationis (2-II), Assumptionis (15-VIII), Omnium sanctorum (1-XI)
hora XIIa, et in festo beati Dominici patris nostri (5-VIII) hora VIIa, nisi in dominica
evenerit.

In diversis locis hujus oppidi

[6] Anno pari, dominica Ia, IIIa, Va Quadragesime et Adventus, Minores vero
dominica IIa, IVa, et sic alternando, finitis matutinis, in Sancto Petro, et Passionem.

[7] Item in festis Sacramenti et processionis civitatis (5-V) predicamus.

[8] Anno pari Passionem in conventu facimus.

[9] In festo sancti Thomae apostoli (21-XII) semper predicamus, in dedicatione
ecclesie que est dominica infra octavas Sacramenti apud sorores alternatim.

[10] Apud infirmos in festo Sanctificationis et Annuntiationis (25-III) beate
Virginis hora VIIa.

[11] Item in hospitali de Wez in festo XI millium Virginum (21-X) simul et
officium celebramus.

[12] In festo sancte Catharine virginis et martiris (25-XI), in capella ejusdem
hora septima.

[13] Item in processionibus generalibus contingentibus, quando domini canonici
Sancti Amati officiant.

Vacat conventus a sermone25

  • 25 vacat conventus a sermone, fin du n° 13, a.

[14] Die sanctissime Trinitatis, sed tunc predicamus in ecclesia ejusdem hora
XIIa.

[15] Dominica IIIa julii propter dedicationem ecclesie Minorum.

[16] Item in dominica precedenti vel concurrente festo beati Francisci.

[17] Dominica post festum beati Matthei propter dedicationem ecclesie Trinitatis in qua predicant Minores.

Sermones latini

[18] In conventu pro festis Nativitatis et Annuntiationis Dominice.

De processionum sermonibus

[19] Et si in aliquo dierum in quo solet fieri predicatio in conventu processio generalis acciderit, non sermocinamur nec in conventu nec extra ex debito.

[20] Insuper predicamus per parochias, sive in festis patronorum sive in diebus Rogationum sive in confraternitatibus.

II
Douai, 19 janvier 1358

25Jacques, gardien du couvent des Franciscains de Douai, réduit le nombre des sermons que son couvent assurera désormais dans cette ville, soit seul, soit en alternance avec les Dominicains.

26A. Original perdu.

27B. BNF, ms. 9931, 1re partie, p. 191-195, d’après A.

28C. Ibid., 2e partie, p. 104-106, d’après B.

29D. BM Douai, ms. 895, p. 188-189 (d’après B et C).

30a. Ph. Petit, Fondations…, 1re partie, p. 48-50, d’après A ?

Tabula concionum in urbe Duacena a Franciscanis habendarum26

  • 26 Cette rubrique n’était sûrement pas dans l’original
  • 27 pretiosus, C.
  • 28 praeambula, BCa

[1] Universis presentes litteras inspecturis, frater Jacobus, fratrum ordinis
Minorum in conventu Duacensi guardianus indignus totiusque ejusdem loci conventus,
salutem in eo qui est vera salus. Quoniam alimenta que minus sufficiunt avidius
sumuntur et quod rarum est pretiosius27 judicatur, nos, multitudinem sermonum nimiam
cupientes ob certas causas resecare, de concordi concilio et assensu venerabilium patrum
in Christo dilectorum prioris et aliorum fratrum ordinis Predicatorum conventus
Duacensis, matura deliberatione prehabita28, ordinationem facimus quod de cetero
predicabimus in Duaco locis et temporibus infrascriptis.

[2] Omnibus dominicis per anni circulum predicabimus in platea nostra, nisi in
festis Circumcisionis, Innocentium (28-XII) et tempore nundinarum, quando in
dominica evenerint supradicta.

[3] Item in festo principali beati Dominici et dedicationis fratrum Predicatorum,
quando in dominica evenerint, non predicabimus in platea, sed tantum erit sermo in porta
Fratrum Predicatorum.

  • 29 plantea, C.

[4] Item predicabimus in platea29 nostra in festivitatibus que sequuntur :
Epiphanie, Purificationis beate Virginis, Annuntiationis ejusdem, feria IIa et IIIa post
diem Pasche, Ascencionis, feria IIa et IIIa post diem Pentecostes, beati Joannis Baptiste
(24-VI), apostolorum Petri et Pauli (29-VI), Assumptionis beate Virginis, Omnium
sanctorum, Omnium fidelium defunctorum (2-XI), Nativitatis Domini, sancti Stephani
(26-XII), sancti Joannis evangeliste (27-XII).

  • 30 Innocentum, Ba

[5] Quantum ad sermones in Sancto Petro, ibidem predicabimus, fratres
Predicatores et nos, alternatim omnibus dominicis diebus totius anni, exceptis diebus
Pasche et Pentecostes, et festis, quando in dominica evenerint, Omnium sanctorum,
Nativitatis Domini, Innocentium30 et Circum­cisionis.

[6] Item ibidem predicabimus alternatim, fratres Predictores et nos, in festivitatibus que sequuntur :
in januario, Epiphanie, Conversionis santi Pauli (26-I) ;
in februario, Purificationis beate Virginis, Cathedre Petri (22-II) ;
in martio, Annuntiationis beate Virginis, quando extra Quadragesimam evenerit, nam
nolumus generaliter per totum Adventum et Quadragesimam quod sit sermo in Sancto
Petro ex parte nostra, quando aliqua statio alibi fuit assignata ;
in aprili, feria IIa et IIIa in hebdomada Pasche ;
in maio, Philippi et Jacobi (1-V), Inventionis sancte Crucis (3-V), feria IIa et IIIa in
hebdomada Pentecostes ;
in junio, beati Joannis Baptiste, apostolorum Petri et Pauli ;
in julio, Marie Magdalene (22-VII), Jacobi apostoli (25-VII) ;
in augusto, sancti Petri ad vincula (1-VIII), Assumptionis Virginis gloriose,
Decollationis beati Joannis Baptiste (29-VIII) ;
in septembri, Nativitatis beate Virginis, Matthei apostoli et evangeliste (21-IX) ;
in octobri, Luce (18-X), Simonis et Jude (28-X) ;
in novembri, Omnium fidelium defunctorum, sancti Martini (11-XI), sancti Andree
apostoli (30-XI), quando extra Adventum evenerit ;
in decembri, Stephani et Joannis evangeliste.

  • 31 plantea, C.

[7] Item predicabimus in festis patronorum nostrorum in platea31 nostra hora
misse conventualis.

[8] Item in Campo florido alternatim, fratres Predicatores et nos, in una feria
infra octavas Nativitatis Domini, Pasche atque Pentecostes et in utroque festo beate
Elisabeth (19-XI) et dedicationis ecclesie ipsius, dum tamen inde rogati fuerimus sicut
decet.

[9] Item quando rogati fuerimus predicare in domibus infirmorum infra villam
et extra in Quadragesima et Adventu, nos ibidem non predicabimus nisi in feria in qua
statio nobis debebitur illa die, in aliis autem locis et temporibus non predicabimus in
Duaco, nisi forsan in dominicis infra Quadragesimam et Adventum in aliquibus
parochiis hora misse.

  • 32 . sedulam, C.

[10] Promittimus et bona fide presentem cedulam32, quantum ad omnes sui
partes, servare. In quorum omnium affirmationem sigilla nostra presentibus sunt
appensa. Acta fuerunt hec Duaci anno Domini 1357 in crastino sancte Prisce virginis.

Notes

1 Martin Hervé, Le métier de prédicateur en France septentrionale à la fin du Moyen Âge (1350-1520), Paris, 1988, p. 550-555.

2 Sans doute après 1323 : la fête du Saint Sacrement (I, 7) est adoptée par à cette date par l’ordre dominicain (Leroquais V., Les bréviaires manuscrits des bibliothèques publiques de France, t. I, Paris, 1934, p. XC).

3 Et non 1357 comme je l’ai écrit étourdiment dans ma thèse dans les pages consacrées à la prédication des Mendiants (Delmaire Bernard, Le diocèse d’Arras de 1093 au milieu du xive siècle, Arras, 1994, p. 255-257).

4 Arch. dép. Nord, 86H (Franciscains) et 126H (Dominicains).

5 Delmaire B., op. cit., p. 240 ; Houssoy S., Le couvent des Franciscains de Douai, mémoire de maîtrise inédit, université Lille III, 1996 ; notice dans Simons w., « Bedelordekloosters in het graafschap Vlaanderen. Chronologie en topografie van de bedelordenverspreiding voor 1350 », Sacris Erudiri, XXX, 1987-1988, p. 57-58, avec la date : avant 1246 ; sur les Mendiants en Flandre, voir Simons w., Stad en apostolaat. De vestiging van de bedelorden in het graafschap Vlaanderen (ca. 1225-ca. 1350), Bruxelles, 1987 : ce sont les deux parties de la thèse de W. Simons.

6 Simonsw., « Bedelordekloosters… », op. cit., p. 82-86.

7 BM Douai, ms. 895, p. 199-200.

8 Fêtes de saint François (4 octobre), des Stigmates (17 septembre), de sainte Claire, de saint Antoine de Padoue et peut-être quelques autres, cf. Leroquais V., op. cit., p. CVII-CVIII.

9 Le premier dimanche de l’Avent, premier jour de l’année liturgique, peut tomber entre le 27 novembre et le 3 décembre ; j’enlève la fête de la Sanctificatio ou Conception de la Vierge le 8 décembre (I, 4).

10 Trois seulement sont attestées alors : Notre-Dame, Saint-Maur, les clercs parisiens (Delmaire B., op. cit., p. 382).

11 119 + 14.

12 + 72 + 40,5

13 Selon le P. Petit, il s’agit du chapitre, la réunion journalière des chanoines de Saint-Amé.

14 Delmaire B., op. cit., p. 257.

15 Strubbe E. et Voet L., De chronologie van de middeleeuwen en de moderne tijden in de Nederlanden, Anvers- Amsterdam, 1960, p. 18-20.

16 L’ordinaire de Saint-Pierre de Lille du xiiie siècle note que le lavage des autels à l’eau et au vin se place après la Cène, « après dîner » (post prandium), Hautcoeur E. (éd.), Documents liturgiques et nécrologiques de l’église collégiale de Saint-Pierre de Lille, Lille, 1895, p. 45-46 ; à Amiens à la fin du xiiie siècle, l’ordre est : none, messe, vêpres, lavage des autels, repas, sermon de l’évêque pendant le « mandé » (donc, hors de la messe), complies (Durand G., L’ordinaire de l’église Notre-Dame, Cathédrale d’Amiens, par Raoul de Rouvroy [1291], Amiens, 1934, p. 224-226) ; à Maastricht au milieu du xive siècle, après none et après le repas, avant l’heure de vêpres (Tagage J., De ordinarius van de collegiale Onze Lieve Vrouwekerk te Maastricht, Assen, 1984, p. 61-64).

17 Bériou Nicole, L’avènement des maîtres de la Parole. La prédication à Paris au xiiie siècle, Paris, 1998, I, p. 216-227, II, p. 704-713.

18 La première le 3 juin 1349, l’autre à partir de septembre (Dhérent C., Abondance et crises : Douai, ville frontière, 1200-1375, thèse, université Paris I, 1992, t. I, p. 364, n. 22 et 23).

19 Ibid., p. 364 (après septembre 1349) ; de façon un peu paradoxale, C. Dhérent conclut, d’après ses études prosopographiques, que la peste fut plutôt bénigne à Douai.

20 Un violent conflit opposa les Mendiants au clergé de la ville et à l’évêque dans les années 1280 (Delmaire B., op. cit., p. 247-249) ; à Paris, les Mendiants l’emportent dès le xiiie siècle (Bériou N., op. cit., I, p. 115).

21 Duthilloeul R., Galerie douaisienne ou vie des hommes remarquables de la ville de Douai, Douai, 1844, p. 507- 508.

22 Dancoisne abbé, « Notice sur les travaux historiques du P. Lepreux, récollet du couvent de Douai », Mémoires de la société d’agriculture, sciences et arts de Douai, 1876-1878, p. 321-326.

23 Delmaire B., op. cit., p. 255.

24 in primis, fin de la rubrique, a ; sous-titre, BC.

25 vacat conventus a sermone, fin du n° 13, a.

26 Cette rubrique n’était sûrement pas dans l’original

27 pretiosus, C.

28 praeambula, BCa

29 plantea, C.

30 Innocentum, Ba

31 plantea, C.

32 . sedulam, C.

Table des illustrations

Légende Nota : les sermons en italiques se font en alternance entre les deux couvents.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19820/img-1.png
Fichier image/png, 191k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19820/img-2.png
Fichier image/png, 1,7M

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540