Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Troisième partie. « Des professionnels de la parole »

Une exposition « humaniste » du Pater en langue d’oïl du xiiie siècle

Geneviève Hasenohr

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Un exemple parmi d’autres : du temps où il était curé de Vermanton, Étienne de Cudot (neveu de la (...)
  • 2 Troisième morceau du manuel dans sa version vernaculaire, après le sermon synodal et la traduction (...)
  • 3 Bériou Nicole, L’avènement des maîtres de la parole. La prédication à Paris au xiiie siècle, Paris (...)
  • 4 L’apparente abondance des textes répertoriés par Edith Brayer dans le GRLMA VI/2, Heidelberg, 1970 (...)
  • 5 Telles la Paternostre en françois en un millier de vers dédiée à la comtesse Ide de Boulogne par m (...)
  • 6 En l’occurrence, le commentaire d’Adam d’Exeter inséré dans La vie de gent de religion (Dean – Bou (...)

1Le Pater est la seule prière qui ait été directement révélée par le Christ à ses disciples et qui ait été intégrée à la liturgie eucharistique. Elle devrait donc occuper – et, de fait, elle a occupé – une place privilégiée dans la dévotion des chrétiens. Toutefois, si tout fidèle était censé en connaître les mots, si une offensive pastorale importante en ce sens est attestée au xiiie1relayée aux siècles suivants, à mesure de l’intériorisation de la lecture, par la multiplication des livrets de prières et des livres d’heures, force est de constater que l’oraison dominicale a laissé peu de traces dans la prédication aux « simples gens » du xiiie siècle : hormis le commentaire élaboré de Maurice de Sully2, antérieur dans sa version latine, mais largement diffusé au xiiie siècle sous ses deux formes, ce sont de simples allusions qu’a relevées Nicole Bériou dans son corpus parisien3. Aussi pouvait-il être intéressant d’ajouter au dossier un second témoin vernaculaire (le seul que je connaisse à ce jour), et de suggérer quelques éléments de comparaison non seulement avec le modèle de l’évêque de Paris, mais aussi avec l’une ou l’autre des rares expositions en langue d’oïl4 conçues les unes pour la récitation littéraire5, les autres pour la lecture privée.6

  • 7 Il a échappé à la sagacité de Michel Zink, La prédication en langue romane avant 1300, Paris, 1983
  • 8 Notices et extraits de quelques manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. 3, Paris, 1891, p. 310 (...)
  • 9 Les sermons latins de Maurice de Sully… Contribution à l’histoire de la tradition manuscrite, Dord (...)
  • 10 Auquel, curieusement, les précédentes notices n’ont pas prêté attention.
  • 11 Je parle ici sous le contrôle savant et toujours secourable de Marie-Thérèse Gousset.
  • 12 Voir la note 82.
  • 13 Cf. Roques Gilles, « Quelques mots régionaux dans le poème de la Vie de saint Silvestre et de l’In (...)
  • 14 Seconde moitié du xiie siècle. Foerster Wendelin (éd.), Revue des langues romanes, t. 16, 1879, p. (...)
  • 15 On sait que ce phénomène de réduction de -ts à -t est aussi une des caractéristiques du parler lim (...)

2Le sermon auquel je pense est conservé aux f° 123 v°-126 d’un recueil factice du xiiie siècle mieux connu des historiens de la prédication latine que des romanistes7, le ms. lat. 14925 de la BNF. Le contenu en a soigneusement été analysé au siècle dernier par B. Hauréau8, puis récemment par Jean Longère9. On se reportera avec profit à ces deux descriptions, qui se complètent l’une l’autre, la première étant plus attentive que la seconde aux textes notés en français. Pour l’essentiel : la première unité codicologique (f° 1-56) est entièrement consacrée à l’Ars predicandi d’Alain de Lille ; la seconde (f° 57-227) contient successivement la collection latine de Maurice de Sully (f° 57-104) ; une série de sermons anonymes (f° 104-151), dont cinq, entre les f° 120 et 128 v°, sont totalement ou majoritairement en langue d’oïl ; la collection du Pseudo – Maurice de Sully (f° 153-173 v°) ; le recueil de Gebouin de Troyes (f° 173 v°-208 v°), que suit un ensemble de sermons et de sentences cisterciens, presque tous empruntés à saint Bernard (f° 208 v°-219) ; cinq sermons de Pierre Comestor. L’hétéréogénité de facture du décor (lettrines filigranées) d’une unité codicologique à l’autre confirme et aide à préciser l’ampleur du décalage chronologique qu’accuse l’écriture10 : si la première partie du volume remonte au début du xiiie siècle, la seconde – et donc la mise au net des morceaux vernaculaires – peut difficilement être antérieure aux années 127011. Les textes eux-mêmes semblent avoir été composés dans la première moitié du siècle12. Les caractéristiques du français écrit par le scribe sont assez cohérentes pour autoriser des hypothèses sur son origine provinciale – ou/et celle de son modèle (l’original ?), car il sera toujours impossible de faire le départ. On me saura gré, je suppose, d’aller droit aux conclusions, sans me perdre ici dans les méandres d’une analyse philologique assez longue et complexe : le vocabulaire des sermons présente, outre des mots rares et des hapax intéressants pour l’histoire des comportements (acesmerie, aplomarz, castrimargie, lafron, noblerie, pachome/pascome, pifart, pifardie, plateiresse), deux ou trois régionalismes caractérisés, tels aochier « étouffer », gregier « accabler13 », segunt « selon », se tantoillier « se vautrer, se rouler dans la boue », peut-être chufle « raillerie », qui tous sont des mots de l’Ouest (de la Normandie à la Saintonge) ; et c’est aussi vers l’ouest qu’oriente l’allure générale de la scripta. Une fois la Normandie exclue pour des raisons phonétiques (traitement du /a/ accentué libre sous influence palatale, notamment), de même que le Sud-Ouest sans doute davantage pour des raisons de translittération que de forme phonétique, toutefois (foisonnement des notations du /e/ ouvert : ei, ai, ae, oi, oe, eie, aie, oie, e, entre autres), l’appartenance du ms. lat. 14925 au groupe linguistique occidental (Bretagne romane, Maine, Anjou, Touraine) ne fait aucun doute. Plus précisément, au-delà des affinités évidentes avec ce fond commun, ce sont les coïncidences de détail avec les particularités spécifiques de la scripta tourangelle (y compris la remontée, ou la persistance, connue de phénomènes méridionaux) qui sont révélatrices. Ainsi, l’éviction des formes ame, arme au profit de erme, ou encore la récurrence embarrassante de 5e personnes en -et (vus chetisset, sachet, puet) ont leur répondant dans l’épître farcie de la Saint Étienne du ms. de Tours14 – où aucune grammaire d’oïl ne s’est jamais avisée de les relever, il est vrai15.

  • 16 Linguistiquement parlant, le nom d’Eudes de Châteauroux ne peut pas ne pas être évoqué.

3Voici donc comment un prédicateur était invité à commenter le Pater au début du règne de Philippe III, à l’instigation d’un clerc originaire du Val de Loire16 :

  • 17 Afin de rendre la lecture plus aisée, j’ai normalisé quelques graphies qui, en bonne philologie, a (...)
  • 18 Initialement devez, corr. par le copiste.

« Pater noster etc17. Seignors et dames, ceste oreison devent18 saver tuit crestien et totes crestiennes, quar Jesu Crist nostre sauveires la fist e la dist, e nos por essample de lui la devon et saveir et dire, et por ce que c’est la plus profetable oreison que nos poissum dire e cele qui plus a grant efficace, quar, ja set ice que ele seit asez brés, si contient ele quanque convient a home et a femme a s’ame sauver. Ore entendez dumques, bones genz, que vos requerez a Deu quant vos dites ceste oreson.

  • 19 Ms. : soie
  • 20 « car vous savez bien, pour certains d’entre vous, que… ».
  • 21 Initialement chettivetes, corr. en interligne à relecture.
  • 22 Initialement arme, corr. par le copiste
  • 23 cheet = cheü.
  • 24 pis = pieus.
  • 25 Ms. : irent.
  • 26 Ms : angrens
  • 27 o = eu, en le b.

Vos dites au comencement Pater noster qui es in celis, “Pere qui es en ceos”.– Pere : Ores gart bien chascuns de vos endreit soi19 se il est vostre pere e si vos estes si fil. Nostre peres est il a toz et a totes en une maniere, quar il nos fist toz e forma. Mes en ce n’avon nos nul privilege ne nule dignité avant le[s] Sarrazins ne les Juex ne les autres creatures ques qu’eles seient, quar aussi cum il nos cria, autresi cria il totes les autres choses. Mes une autre paternité i a, qui mout est plus haute e plus digne que n’est ceste, quar vos savez bien, tes i a de vos20, que Nostre Sire forma Adam e Eve, de qui nos somes tuit descendu, en si grant nobleté, en si grant gloire, en si grant perfeccion que, se il eüsent obei a son commandement, ja ne sentissont ne mal ne dolor ne fem ne seif ne nule des chettivetez21 ne des dolors que nos senton en cest secle, ne ja ne morusent, ne ja ne pechassent. Mes quant il trespasserent le commandement Nostre Seignor, tantost morut e perit en eous la grant nobilité en quei il avoe[n]t esté crié, e il morirent en erme22 [f° 124 a] – quar lores est l’erme morte quant ele est en pechié mortel –, e cheïrent en necessité de morir en cors por cest peché. Et por ceste mort descendeie[n]t en enfer, encés que Nostre Sire venist en terre, totes les ermes qui trespasoent, autresi de boens come de maus. Et por nos geter de ceste mort ou nos estiom tuit cheet23 par le peché de nostre premerien pere, vint Jesu Crist, li pis24, li doz, en terre, qui par sa passion et par le sacrament de baptesme et par le sacrament de seinte confession nos revisa e nos regarda, qui estiom mort et engendré chascun jor. Mout est ceste paternité haute e digne e noble, et mout a grant dignité e grant hautece cil cui peres il est en ceste manere et qui en ceste manere est sis fiz. En ceste manere est sis fiz chascuns et chascune, seit grant seit petit, tantost cum il a receü le sacrament de baptesme, quar par cel sacrament est esmondé e del peché dou premier pere et de toz les autres, se il en avoit nul fet ; et s’il moreit lores en cele hore, toudreit s’en ireit25 l’arme en la compaignie des angres26. En ceste maneire est chascuns qui est bateiez, fiz, tant cum il li garde les covenanz que il li ot o27 baptesme. Mes tantost cum il en trepasse un, ne il n’est fiz Deu – einz est fiz au deable –, ne Dex n’est sis peres en ceste manere.

  • 28 « s’il a menti à Dieu en quoi que ce soit qu’il lui ait promis quand… ».
  • 29 Ms : est (« ait »).

Ore gart bien chascun de vos s’il a de rien menti a Deu que28 il li eüst en covenant quant il fu bapteiez. Vos li eüstes convenant que vos reneiez au deable e a totes ses ovres et a toz ses bobanz, quant li prestres demande : Abrenuntias Sathane et omnibus operibus ejus et omnibus pompis ejus ? et vos dites, ou le parren por vos : Abrenuntio. Les ovres au deable sunt tuit peché mortel, si come homicide, luxure, envie, avarice, usure, haine de son presme et tot ce qui est contra les comandemenz de la lei. Li boban au deable sunt les superfluitez des robes por vaigne gloere, les granz cues as dames – et maxime as povres femmes –, les vanteries, les nobleeries, les acesmeries des robes et des autres choses qui [f° 124b] ne sunt fetes por nule utilité. Dumques li eüstes vos convenant ne que vos ne feriez peché mortel ne que vos ne feriez ceste[s] superfluitez, cestes bobances que je vos ae nomees. A i ore nus de vos qui bien li et29 tenu cest covenanz ? Certes, nus n’en i a qui aucune fez ne l’et trespassé e enfret. Et tantost cum chascuns de vos le trepasse, ne il n’est fiz Deu ne Deu n’est sis peres, ne veraiment ne puet dire : “Beaus pere qui es en ceos”.

  • 30 Ms : puet
  • 31 Ms : porrent
  • 32 « En effet ».
  • 33 « mais il faut auparavant qu’il soit homme pour qu’on puisse ancrer en lui… ».
  • 34 Blanc dans le manuscrit.
  • 35 « il aime » (subj.).
  • 36 Ms : meienz (= maints).
  • 37 « et même les routiers de notre époque/présents [ont cette loyauté] ».
  • 38 « peu » (= poi, pou).
  • 39 Ind. pr.1 d’apeler
  • 40 Cf. Ez XXII, 27 ; Mt VII, 15.
  • 41 Cf. 2 Petr II, 18.

Et que cil qui cez covenanz enfreint ne seit pas fiz Deu en ceste manere, ce poez30 vos legerement voer, quar nus n’est sis fiz s’il n’est tot avant crestiens. Mes des que il trepasse les convenanz que il ot quant il reçut crestienté, n’est il mes crestiens ; dumques n’est il pas fiz Deu. Mes vos me direz : “Coment, sire ? Segunt ce que vos dites ne troveriez vos nul crestien !” Certes, bien vos otrei que mout en puet l’en poe trover : quar comment porreit31 l’en trover plenté de crestiens, quant l’en ne puet si a penne non trover aucuns qui eit fundement de crestienté ? Par Deu, a ce que aucuns de vos seit crestiens, el covient tot avant que il eit le fondement de crestien[té]. Et savez vos que est le fondement de crestienté ? Humanitez. Quar32 de un porc ne d’un lou ne puet l’en pas feire crestien, encés covient tot avant que il seit hom a ce que l’en i poisse planter si grant dignité33, si grant suatume, si grant […]34, si grant nobilité cum il a en religion de crestien. Et savez vos que il covient a ce que il set hom ? El covient que il eit en sei une naturel pité, une naturel misericorde, par quei il eint35 sun presme e eit pité et dolor de s’aversité, et joie de sa prosperité. Et covient que il eit naturel lëauté, que il seit creables et voerdisanz e aamplisseires de ce que il avra en covenant de son poër, quar itele misericorde e tel lëauté ount e Sarrazin et Juef, si come l’en trove escrit de meinz36, e neis cil router37. A ! A ! Dex, qui est mes cil qui cestes dous choses a en sei [f° 124 v°a] ? Certes, poie38 en i a ! Nes li plus haut qui le munde governe[n]t ne les ont mie, quar li uns n’a mes pité de l’autre, enceis a joie de sum mal ; e cil n’est pas hom, enceis est ors ou leons, qui n’a en sé ne pité ne misericorde. Ne li uns ne garde lëauté a l’autre, einz li ment e le deceit a sum poër ; e cil ne rest pas hom, enceis est lous, qui tozjorz se peigne d’engigner e decevoer. E ne vos merveillez pas si ge les apeauch39 isi, quar isi les apele l’Escriture, qui dit que li un sunt lou, si come cil qui vivent de toute, de rapine, de larrecin40 ; li autre sunt porch, qui se voutre[n]t e se tantoillent en luxure, en castrimargie, es delez del secle41.

  • 42 Initialement : set, corr.en interligne à relecture.
  • 43 « C’est pour notre malheur qu’il nous a tendu la lèchefrite celui qui nous ravit notre qualité de (...)
  • 44 Inspiré d’Eph V, 5.
  • 45 Ms. : comes
  • 46 Version féminine du sodomite, si on en juge par le contexte, la plateiresse devrait être la lesbie (...)
  • 47 Ms. : mait
  • 48 Pacôme au xiiie siècle, Tartuffe au xviie, cela semble tout un (le mot n’est pas autrement attesté (...)
  • 49 Mot difficile à déchiffrer : nosterat ? Le sens requerrait une forme du verbe voloir.
  • 50 Ms. : sun
  • 51 Ms. : seraie.
  • 52 Ms. : estroperoie
  • 53 Ms. : avez.
  • 54 1 Thes V, 19.
  • 55 Cf. Mt VII, 15.

Et c’est un vices qui parpoi tot le monde met a genolz que castrimargie, quar mout en i a poie qui trop ne seent42 curieos entor les ventres et qui trop grant sollicitude ne metent en conreer e en asavorer lor viande, quel qu’ele seit. Mau nos a baillié la lechefrite, qui nostre crestienté nos tost por un cheistif morsel de quei li delez ne dure fors tant que l’en l’a torneié dos torz ou troes par mé ce palez qui n’a mie plus de troe deie de lé43 ! E sachez vos bien que qui bien crereit, il ne seret mie en grant peigne. Unde Jeronimus : Qui fidem habet et illo sacratissimo pane utitur, non magnopere curat unde stercora conficiantur, “Qui a creance et use de celui seint pein – c’est del cors Nostre Seignor– quant il en a mestier, etc.”. Mes sachez vos bien, cil qui isi sunt curieos, il font de lor ventre lor Dieu. Don l’autoritez dit : Quot vitia habes, tot ydola colis44. Li autre sunt peisson, si come cil qui sunt curieos environ les choses del secle, ausi come45 li peisons qui ja ne finera d’aler cer-[f° 124 v°b]-chant par mé les guez. Li autre sont oiseaus, qui ont les pennes d’orguil e de sorguiderie et quide[n]t sormonter toz les autres. E nus qui tel seit n’est crestiens ; ne tant cum il sera tex n’i pora estre asise religion de crestien. E encores en i a de tex a qui il ne sofist mie que il ne sunt crestien, enceis se poinent de lor poër de mortrir e de esteindre crestienté en son voesin ou en un autre. Se il le voet bien e honestement e religiousement contenir, e dira senpres : “C’est pifardie, papelardie, ypocrisie !” ; se il ne vet as meschines, que il est sodomites ; si la femme n’a son ami, que ele est plateiresse46. Se li proz hom ou la prode femme repeire o celui ou o cele qui ele set que sunt de bone vie e de qui ele ne poet prend[r]e essample si de bien non, sempres diront : “Que repeire[n]t ore cestes genz tant ensemble ? Mais47 ceste priveté ne fut onques por neient : il sunt ypocrite”, ou “il sunt pifart” ou “pachome48”. E tant en parleront que cil qui avoet proposé le bien a feire, por ce que il ne […]49avoer infame de sodomiterie, vet as meschines et pert tote se chasteé ; e autresi des femmes. Cil font50 autresi come je feraie51 ja, se ci avoet un bel enfant qui fust seins e haitez e bien profetast e ben creüst e ben amendast, e je venisse avant e li estoperoeie52 la boche qu’il ne porret halener, e l’esteindroie e le aochereie. Quar cil qui se comence a retraire de folie e come[n]ce le bien a feire, il a le Seint Esperit dedenz soe, par cui il fuit cele e celui qui l’en reprennent e l’en dethraient, esteignent en lui le Seint Esperit e metent a noënt tot le bien qu’il avet53 commencé [f° 125a]. Contra tales dicit auctoritas : “Nolite spiritum extinguere54”. Quar por ce se il en i a aucun qui seit de bele contenance e de honeste par defors e seit ou popelicanz ou ypocrites, por ce ne deit mie cil qui a talant de bien feire avoeir fole contenance, quar por ce se li lous afuble la peau de l’egneau ne devent pas li egneau lesser lor peaus. E por ce si vos avez veü aucun lou afublé de la peau de l’egneau55, ne devez vos mie, tantost comme vos verreiz une beste qui avra peau d’egneau, escrier ausi come si ce fust lou ; encés devez atendre tant que li lous se face apareistre, quar il se demonsterra tost si il i est, e lores sereiz tot a tens a lui escrier. Autresi, quant vos voëz le beau semblant en l’ome ou en la femme, ne devez pas dire : “Cist ypocrites” ne “pascomes”, jusques vos en sacheiz la verité ; enceis devez dire : “Cist se contient honestement. C’est signe de crestien, c’est signe de prodome.” Et quant vos i verrez le mau, tot a tens sereiz au dire. E por ce se cil qui sunt de bele contenance e de honeste reperent ensemble, ne devez vos pas mesdire, quar c’est la costume. Unde auctoritas : Morum similitudo dileccionem parit et cognata studia facile conectuntur. E cil qui isi le font, ce sachiez, ne il ne sunt fil de Deu, ne Deu n’est lor pere, ne il ne poee[n]t veraement dire : Pere qui es en ceos.

  • 56 Poere = paire « catégories ».
  • 57 Ms. : qui.
  • 58 Jn XIV, 23.

E por quei dites vos : qui es en ceos ? N’est Damledex par tot ? Ce dit l’autoritez : Deus est ubique. Vos devez saveir que il i a tres poere56 de ceos : celum aereum, o li oisel volent ; ethereum, ou les esteiles se tenent ; empireum, ou sunt les compeignies des angres, e la gloriose Virge sor totes les compagnies, e la gloriose char Jhesu Crist que il prist en la Virge por nos ; e iloc est segom ce que il est hom. Neporquant il est par tot segom ce que il est Dex, quar il sunt [f° 125b] uns Dex e une poostez. E nos ne dison pas Pere qui es en ceos por ce qu’il ne seit aussi bien en terre comme en ceos, que57 por ce que plus appeirt sa poosteez e sa gloere en ceos que aillors. Ou : li ceol sont les seintes ermes des martirs, des confessors qui ja sunt en paradis, e des boens homes e des bones femmes qui sunt en terre, qui sunt li ceol en cui Dex habite, qui sunt sis seges e ses thrones, dum Jhesu Crist dist : Si quis mandata mea custodierit, ego et Pater ad eum veniemus et mansionem apud eum faciemus58.

Pere qui es en ceos est quasi brevis captatio benivolentie, autresi come quant nos volom aucune chose requerre d’un riche hom, e nos disom : “Sire, sou pleist !” Aprés venent set peticions.

  • 59 « nous succombons si facilement au péché que… ».
  • 60 Ms. : sil.

La premiere est Sanctificetur nomen tuum : Tis nons seit seintefiez en nos ; c’est a dire : tis nons seit fermez en nos et nos sëom fermé en ton nom, que nos sëom fermement ti fil e tu seies fermement nostre pere, quar seint c’est ferm, seintefier c’est fermer. Unde sanctificetur, id est sanciatur. Cest[e] peticion poet estre comencee en cest secle, mes ja n’i sera achevee, quar tant come nos somes en ceste fragilité, en ceste misere ou nos somes, si de legier somes esmeü a pechier59 que ne poon pas estre fermement si fil ici – mes totevoes somes si60 fil tant come nos ne somes en peché mortel ; en l’autre secle sera achevee, quant nos ne porrom pecher.

  • 61 1 Cor II, 9.
  • 62 « arrhes »
  • 63 « n’échangeraient pas l’univers entier contre les arrhes et le plaisir… ».

La secunde si est Adveniat regnum tuum : Vienge tis regnes. Ques est cil regnes ? C’est li regnes de paradis, ou cil qui i serunt avront tel joie e tel delet quod oculus non vidit etc61. Ceste ne puet estre achevee, mes le comencement e les erres62 en poom avoer par ferme [f° 125 v°a] creance e par bone esperance. Dom cil religios home qui fermement croeie[n]t e qui pensent en cele grant joie ne prendroent pas tot le monde des erres63 et del delit que il unt de la grant joie que il sentent e que il atendent a avoer.

  • 64 Ms. : ne p.voleier si ce nos.

La terce si est Fiat voluntas tua etc. : Ta volenté si seit fete en la terre autresi comme el ciel. C’est li sens : ta volenté seit acomplie en nos qui sumes terrien e fraille e pechëor, autresi come est acomplie en ceos, la ou sunt les compegnies des angres, ou nus ne puet voleir si ce non64 que tu veous. Ou : en ceos, c’est es seintes ermes des apostres, des martirs, qui sont cil ceol en qui tu habites, qui ne puent voleir si ce non que tu veos. Ceste ne repuet ci estre acomplie, quar ne poom estre en cest sicle que nos ne veilon mentes choses que Dex ne voudreit pas ; mes totesvoies ci la devom commencier de nostre poër, quar de nostre poër nos devom garder de feire chose qui a Dex despleise.

  • 65 Ps XLI, 4.
  • 66 Mt IV, 4.
  • 67 Initialement gaperet, surchargé par le copiste.
  • 68 « Voilà Monsieur Un Tel qui joue au clerc ! »

Les quatre qui venent aprés pue[n]t estre achevé ens en cest secle. La premiere si est Panem nostrum cotidianum da nobis hodie : Done nos hui nostre pein de chascun jor. Ques est cil peins ? C’est li seinz cors Jhesu Crist que il dona a ses apostres en la Cene e qui est chascun jor sor l’autel quant li prestres chante la messe. Por Deu, ce creez enterinement e fermement que par la force des seintes paroles que li prestres dist, est mué ce qui esteit avant peins el cors Nostre Segnor que il prist en la Virge, e li vins el sanc. E qui ce ne croet n’est pas crestiens ne ja saus ne sera. Cestui pein devez mangier chascun jor esperitaument – e totes hores cil le manjue esperitaument qui fermement le croet ; Unde Augustinus : Ut quid paras dentem et ventrem ? Crede et manducasti – e aucune feiz le devez manger [f° 125b] sacramentelment, si come le jor de Pasques e quant vos estes malades. Mes o grant devocion e o grant plors e o grant lermes i devez aprimier, quar seinte Marie l’Egiptienne, qui si longuement avoet esté el desert e totens ploré ses pechiez o si grant lermes, o si grant plor, o si grant poor i apresma que ce ne fu se merveille non. Ou austrement : Done nos nostre pein de chascun jor, c’est plors e lermes e contricion de nos pechiez. De cest pein nos dit David li profetes : Fuerunt mihi lacrime mee panem die ac nocte65 ; et c’est li plus douz peins e li plus savorez que pecherre poise avoer, quant il se repent bien de son pechié, que lermes e plor. Ou autrement : nostre pein de chescun jor, c’est la refeccion de la parole Damledeu e l’entendement de seinte Escripture, qui est viande de l’arme. Unde Dominus : Non ex solo pane vivit homo, set ex omni verbo quod procedit de ore Dei66. Dum chascuns de vos e chascune, quant il a oï la messe, se il trovot a qui, devroet demander e enquerre de quoe parole l’evangile ou de quoe l’epistre. E neporquant, meinz i a de vos, s’il oët aucuns qui le demandast, il le gaberet67 : “Ores s’entremet danz cist de clerques68 !” Por que ne fera dunc ? Autresi bien seret el que vos seüsez ce que l’epistre dit e l’evangile come il est des clers. E il n’i a rien que l’en ne vos peüst dire en romanz.

  • 69 Mt XVIII, 32-33.
  • 70 Thème de Tubach 3439, dans une autre mise en scène.
  • 71 Ce n’est pas une citation de la Vulgate.

La quinte est Et dimitte nobis debita nostra : Et pardone nos noz detes, ce sunt noz pechez, ausi come nos pardonons a noz detors. Li peché sunt apelé detes por ce que l’en deit por eous. E que devon nos por eous ? Nos en devon les granz passions, les grant dolors, les granz angoisses que nos en soferron el feou d’enfer qui ja ne faudra, si nos ne somes veir confés e veir repentant. Quar sachez vos bien certeignement que tantost come vos fetes un pechié mortel, tantost estes dignes de la peinne d’enfer pardurablement. Mes Damledex, qui si est pius et doz, por [f° 126a] un sol petitet de peigne en cest secle vos pardone cele dolor que nus hom ne puet penser. Nos debemus dimittere fratribus, nam qui non dimiserit fratri suo si quid habet adversus eum, audiet illud evangelicum : “Serve nequam, universum debitum remisi tibi. Nonne sic oportuit te facere conservo tuo ? etc69”. Contigit Remis quod quidam interfecit filium alterius, et pater interfecti insecutus est homicidam illum stricto gladio. Cum non posset effugere, procidit in crucem ad pedes ejus supplicans misericorditer sic : “Domine mi, modo potes me interficere de jure. Rogo ergo pro nomine Jhesu Christi ut dimittas mihi peccatum quod in te commisi, ut sic in celis habeas aliquid quod possis obicere Deo, dicendo : ‘Ego illud pro te inimico meo condonavi’, et Dominus omnia peccata tua remittat. Preterea anima filii tui nihil lucrabitur in morte mea.” Tunc ille pater statim misericordia motus remisit ei mortem et prohibuit ne quis in eum manum mitteret70. Certe iste plus fecit Deo quam si civitatem pro eo dedisset, juxta Salomonem : Major est qui vincit iram quam qui capit civitatem71.

  • 72 quartam barré ; secundam ajouté en marge.
  • 73 Cf. Ex XX, 5.
  • 74 Ms. : vulpe
  • 75 Cf. Ct II, 15.
  • 76 Ms. : unguenti
  • 77 Exemplum non identifié. S’agit-il d’Etienne de Cudot (voir note 1), qui renonça à l’archidiaconé d (...)

Sequitur sexta petitio : Et ne nos etc. Permittitur autem quis duci in temptationem ita ut non succumbat, sed non induci, id est plene duci in illam ut succumbat. Nam, velimus nolimus, surgunt primi motus qui non sunt mortales, neque secundi, sed tertii et quarti, quando consensus adest vel operis vel morose cogitationis circa illicita, secundum Augustinum. Unde illud : Deus autem noster zelotes, vindicans peccata patrum in filios non usque in primam vel secundam72 generationem, sed usque in tertiam et quartam et deinceps73. Ergo dum parvuli sunt motus, allidendi sunt ad petram vel Christum, ne vulpes74 demoliantur vineam Domini Sabaoth75, quia hujusmodi musce perde[n]t suavitatem unguentis76, id est orationis et devotionis. Quod accidit circa archidiaconum Autisiodorensem, qui, cum omnia preter asinum dedisset pauperibus77, etc.

Sequitur ultima : Sed libera nos a malo, et in presenti et in futuro, ne hic committamus ea mala quibus mala in futuro incurramus. »

4On aura remarqué combien la composition est déséquilibrée : le commentaire de l’adresse, et tout particulièrement du premier syntagme, qualifiée fort inexactement de brevis captatio benivolentie, occupe plus de place que l’exposition des sept pétitions réunies. En fait, seul le commentaire des mots Nostre pere se présente sous une forme complètement rédigée, comme pourrait l’être un traité ou un sermon modèle. À partir de qui es en ceos, l’ensemble, tout en restant correctement écrit, se rapproche du genre des distinctiones : la, ou les, lignes directrices sont énoncées en quelques phrases, plusieurs interprétations sont proposées, la confirmation d’autorité (citation scripturaire ou patristique) et l’illustration (exemplum, scène de la vie courante) figurent en bonne place. Aucune correspondance n’est établie avec les dons du Saint-Esprit, les vices et les vertus, voire les béatitudes, comme cela deviendra de règle dans les commentaires plus tardifs : il semble que ce soit la Somme le roi qui ait inauguré la série des septenaires en français. Cela dit, l’intérêt de ce bref sermon tient moins à son fonds exégétique qu’aux notations incidentes, en tant qu’elles apportent sur deux ou trois points cruciaux de la vie religieuse du xiiie siècle – le regard porté sur les Sarrazins et les Juifs ; l’hiatus entre l’idéal (clérical) et sa réception (laïque) ; la compréhension des Écritures – un témoignage dont l’inspiration humaniste surprend.

  • 78 « Vous n’en metez nului defors, /ains metez que tout cil dou mont /Qui lavé par baptesme sont /vou (...)

5S’il affirme que Dieu est le Père de tous les hommes, Juifs et Sarrazins comme chrétiens – mais en cela, sans plus, qu’il est leur créateur –, le prédicateur réserve la qualité de fils aux seuls chrétiens. Il prend grand soin de préciser, toutefois, à la différence de maître Sylvestre78, qu’il n’entend pas par là indistinctement la masse des baptisés, « fil par grace et par adoption », comme l’expliquera frère Laurent, mais uniquement ceux d’entre eux dont la conduite manifeste l’idéal d’humanité qui est le fondement de crestienté. La belle, et trop rare, définition qu’il donne de l’humanité lui est l’occasion de rendre hommage aux qualités humaines des Juifs et des Sarrazins, en leur reconnaissant des vertus qui font défaut à beaucoup de dirigeants chrétiens et dont la littérature médiévale n’a pas l’habitude de les gratifier – les Juifs surtout : compassion, miséricorde et loyauté :

« Et savez vos que est le fondement de crestienté ? Humanitez. […] Et savez vos que il covient a ce que il set hom ? El covient que il eit en sei une naturel pité, une naturel misericorde […] Et covient que il eit naturel lëauté, que il seit creables et voerdisanz e aamplisseires de ce que il avra en covenant de son poër, quar itele misericorde e tel leauté ount e Sarrazin et Juef, si come l’en trove escrit de meinz. »

6En somme, bien des Juifs, bien des Sarrazins sont des preudomes. Le sermon David li plus hauz de toz les prohetes, construit sur le thème « Illumina oculos meos », fait chorus ; bien plus, il met au nombre des justes de ce monde, dans la mesure où ils mènent une vie droite, la foule des baptisés devenus étrangers à la foi de l’Église, que d’autres auraient voués au bûcher sans autre forme de procès. Le prédicateur y distingue deux sortes de regards, correspondant aux deux yeux :

« Ore est duncs li oel destre cil esgarz et cele porveance que nos avons en fere les choses por quei p[o]ssum avoer les joies de paradis, si come en jeuner, en doner aumosnes, en orer, en contemplacion e men[t] autres bens par quoi nos poon conquerre la vie pardurable. Li oel senestres est li esgarz que nos avon eus ovres que nos feson por les necessitez de cest sicle. »

7Les hommes ont ou n’ont pas le premier, et se servent plus ou moins habilement de l’un et de l’autre. Ainsi :

  • 79 BNF, lat. 14925, f° 120b et 120 v°a.

« Autres en i a qui de l’oilz destre n’ont point, mes le senestre ont, et mout en voient dreit e cler, si come meint Saracin, meint Juef, qui mout se sevent bien coverneir en cest secle sanz tricherie, sanz barat, mes des biens de l’autre vie rien ne sevent. Autresi, cil qui ont receü les sacremenz de Seinte Iglise e bien sevent lëaument gaignier lor pein, mes ne croient pas que erme seit rien ne la resurrection, dom il i a meint. Cil n’ont pas l’oilz destre79. »

8Théologiquement parlant, toutefois, notre prédicateur reste en retrait sur Adam de Exeter, pour qui Dieu est père non seulement parce qu’il a créé tous les hommes à sa semblance, mais aussi, il y insiste, parce qu’il les a tous recréés et rachetés par sa mort, croyants et incroyants :

  • 80 BNF, fr. 6276, f° 128a-128 v°a, contrôlé sur fr. 19525, f° 74a-75a.

« Ore veez pur quei Nostre Seignur Jhesu Crist enseigne en le Evangile de dire “nostre Pere” e ne mie “mum Pere”, car par ceo nus volt enseigner ke nus [devun] recoiller tuz homes en noz prieres, car tuz sunt noz freres, e cristiens e mescrean[s], de l’hure ke tuz un pere [avun]. E ke vus puissez ceste chose par la grace Deu clerement veer, metez bone entente a ceo ke jeo vus dirrai. Iceli apelez vus vostre frere charnal ki ad sa char de meime le pere charnel de ki vus avez la vostre. Dunc devez ben tenir a frere celui ki ad sa alme/de meme le pere celestial de ki vus avez la vostre, e de autretiele nature e de meme la semblance, car aussi fist Deu la sue alme en la semblance de la Trinité cum la vostre. Ceste f[r]aternité dussun nus plus amer e cherir ke cele ke veent de la char, de autant cum alme est [plus] noble ke la char, de tant cum nostre pere de ciel est plus noble e plus fet a amer ke nostre pere charnel. Si fe[ï]sun nus, si veïsons aussi cler de l’oil esperital cum nus veu[m]es de l’oil charnel. Mes pur ceo ke nus veun fors de l’oil charnel cum bestes, ne avon nus conisance ne amur for de la fraternité ke vint de la char purrie, [ne] ne penson pas ke l’alme de un Sarr[az]in est creé a la semblance Deu cum la nostre e fu rachaté par la mort al verrai fiz Deu aussi avant cum la nostre […] Allas ! quel dolur e quele vilté ke nus eimes liez a nostre frere charnel en si grant amur pur un poi de sanc purri ke nus avom de un pere charnel,/e ne fesons force des autres ki ont figure de home cum nus, ne mi[e] de pere charnel mes de nostre pere Deu del ciel, de ki il ont almes cum nus, ki est la plus noble creature ke seit crié, car ele est la plus prochein a Deu par nature, pur ceo ke ele est crié a sa semblance. Ore desirei mult ke ceste[s] choses reteinissons en amur tres fermement, pur l’amur de Deu nostre pere del ciel ki nus devom amur sur tute rien, ke si tost ke nus veïssoms ou oïssoms ou pensissons de acun hom, quei k’il onkes fuist, ke fust chaés en pecché, ke tantost fussoms esmu en nostre quor e pensissons : “A duz Deu ! a cestui feïstes vus de nue orde terre cors en semblance de home cum a moi, e lui donastes alme a vostre semblance cum a moi, e le rechatastes d’enfern par vostre pituse mort cum moi […] Icestui est mun frere, icestui dei jeo amer cum moi, tut seit il mescreant ou autre pechëor, car en poi de hure l’[a]verez fet bon quant vus plerra, cum vus feïstes la gloriuse Marie Magdaleine80.” »

  • 81 Voir la note 45.
  • 82 Récapitulation des occurrences vernaculaires de ces mots dans Gregory Stewart, The Twelfth-Century (...)

9Plus, sans doute, que la dénonciation des ravages de la calomnie – ravaler à sa propre médiocrité une conduite dont l’austérité vous dépasse et qui vous renvoie à vos faiblesses est de tous les temps –, ce sont les termes employés dans la mise en scène des f° 124 v°b-125a qui méritent de retenir l’attention. L’accusation est bien celle, attendue, qui fut ressassée à l’encontre des béguines : l’hypocrisie. Mais les mots pour le dire ne sont pas univoques. Un trinôme et deux binômes associent ypocrites à pifarz et pachomes ; ypocrites à popelicans ; ypocrites à pascomes. Pachome est un hapax dont on ne sait rien81. Pifart est aussi un hapax, mais sa composition est claire : c’est un dérivé dépréciatif (suffixe -art) de pifle. Or, pifle et popelican sont, avec le plus rare rewardent, les substantifs dont, entre le milieu du xiie et le milieu du xiiie siècle, se servent prédicateurs, chroniqueurs et moralistes de la France du Nord – et surtout du Nord de la France –, en association ou non avec herite, pour désigner les hérétiques de ces régions rattachés à la mouvance cathare82. Le prédicateur ne reprend pas à son compte les accusations de pifardie, papelardie, ypocrisie, dont la formulation ouvre la porte à toutes les ambiguïtés. Mais s’il en prête les mots à ses auditeurs, c’est qu’effectivement ce sont ceux qui auraient jailli spontanément de leur bouche. La polyvalence inquiétante du discours montre à quel point l’aspiration à une vie authentiquement chrétienne – encore ne s’agit-il là que d’obéir aux commandements… – était ressentie par les simples fidèles comme quelque choses d’anormal, un désir choquant de se singulariser, d’échapper au lot commun, de transgresser son état. Ce qu’illustre aussi l’apostrophe ironique : « Monsieur Un Tel fait le clerc maintenant ! » lancée au laïc soucieux de s’entendre traduire ou expliquer l’Épître et l’Évangile de la messe du jour.

  • 83 « Ore die dunc jascuns de vos qui ne savra dire en latin en romanz, quar Dex entent tot les langag (...)
  • 84 BNF, fr. 19525, f° 80b.
  • 85 « Li parole Deu est peuture /A l’ame ; de ce vit et dure, /Ce veut, ce quiert et ce demande, /Car, (...)

10Le problème que pose le monopole liturgique du latin revient, en effet, à deux reprises dans les sermons français du ms. lat. 14925, à propos de la prière d’abord83, puis à propos de l’Écriture, greffé alors sur le commentaire de la quatrième pétition, Panem nostrum quotidianum da nobis hodie. Trois interprétations de panem y sont successivement proposées : l’eucharistie ; les larmes de contrition ; « la refeccion de la parole Damledeu e l’entendement de Sainte Ecriture ». Les commentaires consultés à titre de comparaison sont partagés entre la première (Somme le roi) et la troisième interprétation (Patenostre glosée), non sans des particularités intéressantes : pour un Adam d’Exeter, et dans une orientation dionysienne, le pain n’est pas l’eucharistie, mais l’amour de Dieu, la grâce divine, que chacun peut trouver en soi, « se vus retraiez voz sens de foreins deliz », comme dans toutes les créatures, « car il fist tutes choses ne mie pur nul bosoing, mais par sa sule bone volenté84 » ; pour un Maurice de Sully tout à ses préoccupations pastorales, ce n’est pas non plus l’Écriture, mais « sainte doctrine e la predicacion des commandemens Damedeu, par coi l’ame vit quant ele les met a uevre » ; pour un maître Sylvestre, enfin, c’est bien, outre l’eucharistie, « la parole Dieu », mais située dans une perspective eschatologique des plus confuses85. La question de la langue ne se pose donc pas. En revanche, peut-on l’éviter lorsque, par fidélité à l’Évangile, on enseigne aux laïcs, comme on le ferait aux clercs, que la nourriture de l’âme, ce sont la parole divine et la compréhension des Écritures ? Notre prédicateur l’aborde de front. Contrainte par la rigidité de la liturgie – et, apparemment, les limites de desservants qui ne disposaient ni des Evangiles des domees ni du manuel de Maurice de Sully –, la solution qu’il propose ne peut être qu’un biais et un pis aller illusoire : « Chacun et chacune d’entre vous, une fois qu’il a entendu la messe, s’il trouvait auprès de qui s’informer, devrait demander de quoi parlent l’évangile et l’épître. » Mais, au plan des principes, il fait montre d’une ouverture et d’une netteté peu communes, enchaînant :

« Cependant, s’ils entendaient quelqu’un le demander, beaucoup d’entre vous se moqueraient de lui : “Monsieur X fait le clerc maintenant !” Et pourquoi ne le ferait-il pas ? Il serait aussi bien que vous sachiez ce que disent l’épître et l’évangile qu’il est bien que les clercs le sachent. Et il n’y a rien qu’on ne puisse vous dire en langue romane. »

11Décidément, les commentaires vernaculaires du Notre Père gagneraient à être mieux connus.

Notes

1 Un exemple parmi d’autres : du temps où il était curé de Vermanton, Étienne de Cudot (neveu de la bienheureuse Alpaïs), « qui fuit magne vite vir et scientie », réunissait chaque dimanche ses paroissiens pour leur apprendre le symbole, l’oraison dominicale et la salutation angélique (d’après Étienne de Bourbon, cité par Lecoy de Lamarche A., Anecdotes historiques… tirés du recueil inédit d’Etienne de Bourbon, Paris, 1877, p. 27, 229-230).

2 Troisième morceau du manuel dans sa version vernaculaire, après le sermon synodal et la traduction du Credo (Robson C. A. [éd.], Maurice de Sully and the medieval vernacular homily, Oxford, 1952, p. 83-88).

3 Bériou Nicole, L’avènement des maîtres de la parole. La prédication à Paris au xiiie siècle, Paris, 1998, 2 vol., notamment t. I, p. 386-387. Pour une mise en perspective historique, on se reportera à ce livre fondamental et à son impressionnante documentation bibliographique.

4 L’apparente abondance des textes répertoriés par Edith Brayer dans le GRLMA VI/2, Heidelberg, 1970, p. 23-24, ou par Ruth J. DEAN et Maureen. B. M. Boulton dans leur Anglo-Norman literature. A guide to texts and manuscripts, Londres, 1999, p. 444-447, ne doit pas faire illusion : la majorité sont de simples traductions, pas même ou à peine paraphrasées, dont la publication d’Edith Brayer et Anne-Marie de Lesdain, Les prières usuelles annexées aux anciennes traductions françaises du psautier, Bulletin de l’IRHT, t. 15, 1967-1968, p. 69-120, fournit quelques spécimens. Les répertoires de prières vernaculaires de Keith Val Sinclair et Pierre Rézeau sont plus utiles pour la fin du Moyen Âge que pour le xiiie siècle.

5 Telles la Paternostre en françois en un millier de vers dédiée à la comtesse Ide de Boulogne par maître Sylvestre dans les années 1170-1180 (GRLMA, VI/2, n° 228, inc. « Au Saint Espir commanc m’entente /Ki a bien dire me consente… », consulté dans le ms. Arsenal 3142, f° 287 v°-291 v°) ou encore la Patrenostre glosee en 164 vers des mss fr. 837, f° 172 v°-173 et Phillipps 8336, f° 116, éditée par Långfors Arthur, « Les traductions et paraphrases du Pater en vers français du Moyen Âge », Neuphilologische Mitteilungen, 1912, p. 29-45.

6 En l’occurrence, le commentaire d’Adam d’Exeter inséré dans La vie de gent de religion (Dean – Boulton, n° 846 ; inc. « Mon cher frere /Mes tres chers freres e suers, sachez ke home, tant cum il entent e veit plus de la verité […] Nostre Piere ki es en ciels, tuen num seit seintefié… » ; voir Thomas Marcel, « Une compilation anglo-normande de la fin du xiiie siècle, La vie de gent de religion », Mélanges Cl. Brunel, Paris, 1955, t. 2, p. 586-598) ; et l’exposition qui constitue la cinquième partie de la Somme le roi de frère Laurent (inc. : « Quant on met un enfant a lettre […] Ainsi commence la Paternostre : “Peres nostres qui es es cieus”… », d’après l’éd. préparée par E. BRAYER pour a SATF). Il faudrait aussi prendre en compte ultérieurement, bien que les répertoires l’ignorent, le commentaire aux subdivisions ternaires du ms. Munich, Gall. 34, f° 43-53, xive s. (inc. : « La patenostre a cinq excellences sur les autres oroisons […] Ceste oroison contient par maniere de prologue une reverence… »).

7 Il a échappé à la sagacité de Michel Zink, La prédication en langue romane avant 1300, Paris, 1983.

8 Notices et extraits de quelques manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. 3, Paris, 1891, p. 310-340.

9 Les sermons latins de Maurice de Sully… Contribution à l’histoire de la tradition manuscrite, Dordrecht, 1988, p. 28- 36.

10 Auquel, curieusement, les précédentes notices n’ont pas prêté attention.

11 Je parle ici sous le contrôle savant et toujours secourable de Marie-Thérèse Gousset.

12 Voir la note 82.

13 Cf. Roques Gilles, « Quelques mots régionaux dans le poème de la Vie de saint Silvestre et de l’Invention de la sainte croix », Mélanges A. Dees, Amsterdam, 1988, p. 177-185.

14 Seconde moitié du xiie siècle. Foerster Wendelin (éd.), Revue des langues romanes, t. 16, 1879, p. 5-15 ; cf. Poerck Guy de, « Les plus anciens textes de la langue française comme témoin de l’époque », Revue de linguistique romane, t. 27, 1963, p. 1-33.

15 On sait que ce phénomène de réduction de -ts à -t est aussi une des caractéristiques du parler limousin.

16 Linguistiquement parlant, le nom d’Eudes de Châteauroux ne peut pas ne pas être évoqué.

17 Afin de rendre la lecture plus aisée, j’ai normalisé quelques graphies qui, en bonne philologie, auraient dû être préservées ; il suffit de se reporter à l’apparat pour retrouver les leçons d’origine.

18 Initialement devez, corr. par le copiste.

19 Ms. : soie

20 « car vous savez bien, pour certains d’entre vous, que… ».

21 Initialement chettivetes, corr. en interligne à relecture.

22 Initialement arme, corr. par le copiste

23 cheet = cheü.

24 pis = pieus.

25 Ms. : irent.

26 Ms : angrens

27 o = eu, en le b.

28 « s’il a menti à Dieu en quoi que ce soit qu’il lui ait promis quand… ».

29 Ms : est (« ait »).

30 Ms : puet

31 Ms : porrent

32 « En effet ».

33 « mais il faut auparavant qu’il soit homme pour qu’on puisse ancrer en lui… ».

34 Blanc dans le manuscrit.

35 « il aime » (subj.).

36 Ms : meienz (= maints).

37 « et même les routiers de notre époque/présents [ont cette loyauté] ».

38 « peu » (= poi, pou).

39 Ind. pr.1 d’apeler

40 Cf. Ez XXII, 27 ; Mt VII, 15.

41 Cf. 2 Petr II, 18.

42 Initialement : set, corr.en interligne à relecture.

43 « C’est pour notre malheur qu’il nous a tendu la lèchefrite celui qui nous ravit notre qualité de chrétien en échange d’un malheureux morceau dont le plaisir dure seulement le temps de le retourner deux ou trois fois dans un palais qui n’a pas plus de trois doigts de large ! »

44 Inspiré d’Eph V, 5.

45 Ms. : comes

46 Version féminine du sodomite, si on en juge par le contexte, la plateiresse devrait être la lesbienne. Le mot est inconnu des dictionnaires.

47 Ms. : mait

48 Pacôme au xiiie siècle, Tartuffe au xviie, cela semble tout un (le mot n’est pas autrement attesté). Resterait à retracer la genèse de cet avatar du père fondateur du coenobitisme (+ 346), dont une tradition hagiographique embrouillée livre une image complexe et controversée (reporter aux recensions d’Adalbert de Voguë, Revue d’histoire ecclésiastique, t. 67, 1972 p. 26-67 et 69, 1974, p. 425-453).

49 Mot difficile à déchiffrer : nosterat ? Le sens requerrait une forme du verbe voloir.

50 Ms. : sun

51 Ms. : seraie.

52 Ms. : estroperoie

53 Ms. : avez.

54 1 Thes V, 19.

55 Cf. Mt VII, 15.

56 Poere = paire « catégories ».

57 Ms. : qui.

58 Jn XIV, 23.

59 « nous succombons si facilement au péché que… ».

60 Ms. : sil.

61 1 Cor II, 9.

62 « arrhes »

63 « n’échangeraient pas l’univers entier contre les arrhes et le plaisir… ».

64 Ms. : ne p.voleier si ce nos.

65 Ps XLI, 4.

66 Mt IV, 4.

67 Initialement gaperet, surchargé par le copiste.

68 « Voilà Monsieur Un Tel qui joue au clerc ! »

69 Mt XVIII, 32-33.

70 Thème de Tubach 3439, dans une autre mise en scène.

71 Ce n’est pas une citation de la Vulgate.

72 quartam barré ; secundam ajouté en marge.

73 Cf. Ex XX, 5.

74 Ms. : vulpe

75 Cf. Ct II, 15.

76 Ms. : unguenti

77 Exemplum non identifié. S’agit-il d’Etienne de Cudot (voir note 1), qui renonça à l’archidiaconé d’Auxerre pour devenir simple curé puis moine ?

78 « Vous n’en metez nului defors, /ains metez que tout cil dou mont /Qui lavé par baptesme sont /vous sont trestot seror et frere » (f° 287 v°c).

79 BNF, lat. 14925, f° 120b et 120 v°a.

80 BNF, fr. 6276, f° 128a-128 v°a, contrôlé sur fr. 19525, f° 74a-75a.

81 Voir la note 45.

82 Récapitulation des occurrences vernaculaires de ces mots dans Gregory Stewart, The Twelfth-Century Psalter Commentary in French for Laurette d’Alsace…, Londres, 1990, t. II, p. 634-636. Voir aussi Collet Olivier, Glossaire et index critiques des oeuvres d’attribution certaine de Gautier de Coinci, Genève, 2000, s. v. papelardie, et Delmaire Bernard, « Un sermon arrageois inédit sur les “bougres” du Nord de la France (vers 1200) », Heresis, t. 17, 1991, p. 1-15. On rappellera pour mémoire les divers appellatifs relevés par Egbert de Schoenau : Cathares en Allemagne, Piphles en Flandre, Tisserant en « Gallia », ou par Étienne de Bourbon : outre Bougres, Albigeois dans le Midi, « Gazari » ou Pathares en Lombardie, Cathares en Allemagne, Popelicant en France (Lecoy de Lamarche, op. cit., p. 300). Ces épithètes, de même que la considération témoignée aux Juifs, autorisent, me semble-t-il, à dater le sermon de la première moitié du xiiie siècle : rien de tout cela n’était plus de saison à la fin du règne de saint Louis.

83 « Ore die dunc jascuns de vos qui ne savra dire en latin en romanz, quar Dex entent tot les langages, qui toz les fist, au seir, quant s’ira coscher, “Beau Sire Dex, enlumine mes eolz…” » (thème du sermon déjà cité n. 79 ; f° 121a).

84 BNF, fr. 19525, f° 80b.

85 « Li parole Deu est peuture /A l’ame ; de ce vit et dure, /Ce veut, ce quiert et ce demande, /Car, ce sachiez, cele viande /De la parole qui ne ment /Doit durer parmenablement, /Car, quant la peuture iert faillie /de ceste nostre mortel vie, /…/Lors doit [sujet : l’âme] a peuture venir /De cel pain qui ne puet porrir, /Dont li ame sera norrie, /Qui ne puet pas estre porrie » (f° 289c).

Auteur

EPHE (ive section)

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540