Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Troisième partie. « Des professionnels de la parole »

Paroles d’évêques (Italie, xie-xiie siècles)1

Jean-Pierre Delumeau

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Note préliminaire : Abréviations : ACA : Archivio Capitolare di Arezzo, carte della Canonica. RC : (...)
  • 2 « De l’assemblée précommunale au temps des conseils. En Italie centrale », dans Detienne M., Qui v (...)

1Historien de référence pour l’étude des mentalités médiévales, Hervé Martin s’était intéressé à la parole sous toutes ses formes, à celle des laïcs comme à celles des clercs. Lui-même avait associé ses étudiants de maîtrise aux enquêtes qu’il avait entreprises ; et j’ai pu lire avec intérêt plusieurs mémoires auxquels elles avaient donné naissance. Mon propre domaine n’est certes pas celui d’Hervé Martin : l’Italie centrale, de l’époque lombarde au premier âge communal ; encore sur les modalités de la prise de parole dans les assemblées communales ai-je dit quelques mots ailleurs2. Pour les temps précommunaux, les indications ne sont pas abondantes, et cette notice sera inévitablement brève.

  • 3 Cf. Delumeau J.-P., « Sociétés, cadres de pouvoir et règlement des conflits en Italie du Xe siècle (...)
  • 4 RC 27 (Pasqui 99), Arezzo, janvier 1011. Elmperto fut évêque d’Arezzo de 986 à 1010. Cf. Delumeau (...)
  • 5 Pasqui 66, ibid. : « set quia sapimus vos vestrum diligere vicedominum et nolumus vestre contradir (...)

2Laissant de côté les cadres de cette parole en eux-mêmes, nous nous attacherons, surtout dans notre région arétine, à relever des propos ayant effectivement été prononcés, en tant qu’ils apparaissent révélateurs. Pour le xie siècle, ici central, ces propos sont des sortes d’événements. Un personnage, souvent un évêque, a pris la parole ; celle-ci a laissé une impression mémorable, qui importe plus que le contenu. Il peut s’agir de sermons, dont on peut reconstituer des fragments ; mais notre époque nous a plutôt laissé des allocutions prononcées non devant de grandes foules, mais devant des auditoires plus restreints. Pourrait s’ajouter, dans un ordre différent, la parole dans un cadre judiciaire, celle qui s’exprime dans les notices de plaid. Mais c’est une parole contrainte, qui s’exprime selon des formes codifiées, même si ce peut être en présence d’une ample assistance. Une cause est introduite en plaid par une proclamatio, plainte, où le plaignant – presque toujours un homme d’église dans les notices conservées – est en quelque sorte forcé par la loi du genre d’adopter la posture de la victime revendicatrice ; et, si le défendeur est présent, de le provoquer à répondre en des termes incisifs, mais convenus, d’autant qu’être opposé en plaid sur la possession d’un bien n’implique pas nécessairement un blocage de toutes relations3. Exceptionnellement, un religieux d’une grande valeur spirituelle peut sortir de cette posture convenue et adopter un ton prophétique : en 1011, Sigizo, qui fut le premier abbé du monastère de Prataglia dans le nord du diocèse d’Arezzo, s’indigna de ce que le nouvel évêque Wilielmo revînt sur une donation de son prédécesseur, le pieux Elmperto4, donation prise sur le bénéfice du vidame et contestée. S’étant jeté aux pieds de l’évêque, Sigizo l’interpella : « Sache, mon seigneur, que, comme votre sainteté le sait, il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes, et qu’il ne convient pas de faire passer l’amour et la crainte de Dieu après ceux d’un quelconque vidame. » En fait, Sigizo reconnut, et même admit, que l’évêque pouvait apprécier son vidame et se prêta à un arrangement5. Mais dans nos sources, de telles « sorties » sont fort rares et leur caractère insolite explique que le notaire ait éprouvé le besoin de transcrire le propos en style direct. Ces paroles sont certes déformées, et cela vaut pour tous nos textes : elles nous sont parvenues par le canal de l’écrit, transmises par un scribe ou un narrateur, et en latin, alors qu’elles durent être prononcées en italien du temps.

  • 6 Cf. Davidsohn R., Storia di Firenze, 8 vol., Florence, 1969 (éd. italienne de : Geschichte von Flo (...)
  • 7 C’est ce qui semble ressortir de la Vita Beati Romualdi de Pierre Damien, Tabacco G. (éd.), Fonti (...)
  • 8 Pierre Damien, Vita Beati Romualdi, ch. 65. Que cet épisode ait eu lieu lors du troisième voyage d (...)
  • 9 Kurzew., ibid., p. 261. Romuald aurait obtenu l’abbatiat de Monte Amiata, mais semble n’avoir pu s (...)

3Lorsqu’elle apparaît digne d’être reproduite, la parole vise à faire impression, sinon à être prophétique. La prédication aurait cette finalité. Celle des religieux laissa peu de traces documentaires en terre arétine : apparemment rien de similaire à la prédication de Jean Gualbert, qui tenta d’ameuter la foule contre l’évêque de Florence Atto au Mercato Vecchio en 10356. Si un religieux laissa son empreinte en terre arétine, ce fut Romuald, qui établit entre 1023 et 1027 la communauté, très petite au départ, de Camaldoli, dans les hauteurs septentrionales du diocèse, avec le concours de l’évêque Teodaldo. Mais saint Romuald tournait ostensiblement le dos à la parole publique : « Tacente lingua et praedicante vita, plurimos ad salutem revocavit », cette évocation de la sainteté romualdienne est passée en maxime de l’ordre camaldule ; et ce maître d’érémitisme, qui attira à lui de nombreux disciples, semble avoir recherché, surtout dans les derniers temps, la solitude et le silence7. Si l’on en croit la Vita Beati Romualdi de Pierre Damien, lorsque l’empereur Henri II descendit pour la troisième fois en Italie en 10228, il envoya des émissaires à Romuald, lui proposant de lui accorder ce qu’il demanderait s’il consentait à avoir un entretien avec lui. Le saint homme refusant de rompre le silence, ce furent ses nombreux disciples, désireux d’obtenir un monastère suffisamment vaste, qui l’y poussèrent. Romuald alla donc ; mais il aurait tenu à Henri II des propos visant à la restitution des droits des églises et à la réforme de la société : « ingressus igitur ad regem, non pauca sibi locutus de restituendo iure ecclesiarum, de violentia potentum, de oppressione pauperum9. » Le silence romualdien n’excluait pas des ruptures de taciturnité prophétiques, et dans le cas de Romuald, elles faisaient vive impression.

  • 10 Donizo, Vita Mathildis comitissae, Bethmann L. (éd.), MGH, SS, XII, Hanovre 1856, p. 348-409. Cf. (...)

4Dans les années 1020-1050 toutefois, plus que celle des religieux, c’est la parole des évêques d’Arezzo qui a été conservée. En partie parce qu’ils disposaient d’une véritable chancellerie, mais aussi parce que leurs actes et leurs paroles avaient un plus grand retentissement. Spirituellement proche de Romuald était Teodaldo, frère du marquis Boniface de Canossa, évêque d’Arezzo de 1023 à 1036. La propagande canossienne en a fait rétrospectivement, mais non sans quelques raisons, un grégorien avant la lettre, exécrant la simonie et tout péché de chair. Dans sa Vie de Mathilde (nièce par alliance de Teodaldo), Donizo nous le présente comme un prélat religieux et ami du Christ, mais aussi, implicitement, comme un prédicateur s’employant à édifier ses ouailles10 ; et il évoque une sorte de mise en scène destinée à confondre « quidam perversi », qui « pro quadam debilitate hortabantur eum stuprum committere » : Teodaldo se voit déjà avalé par le cratère de l’Etna s’il se livre à ce péché.

  • 11 Pierre Damien in Migne, P. L., 145, Paris 1867, col. 574-575 ; Delumeau J.-P., Arezzo…, op. cit.
  • 12 RC 124 (Pasqui 153), Arezzo, 20 mai 1033 ; cf. Delumeau J.-P., Arezzoop. cit., p. 794-795.
  • 13 « […] decernimus decimas omnes earum rerum, que vendendo et emendo in lucrum conquiruntur omnium a (...)

5Or on a des traces plus directes de la prédication de Teodaldo. Celui-ci paraît avoir partagé avec Pierre Damien et d’autres prédicateurs de son temps un goût pour les exemples effrayants. Pierre Damien, qui l’estimait et connaissait bien le monde d’Arezzo, rapporte un sermon où Teodaldo mettait en garde son auditoire contre la duplicité et la rouerie, et présentait un homme à l’esprit changeant (« versipellis ingenii ») aux prises, dans l’au-delà, avec des serpents et des dragons lui barrant toute issue11. Mais plus directement encore, le préambule d’une donation faite à la toute récente communauté camaldule, en 1033, contient une sorte de sermon qui pourrait bien avoir été réellement prononcé12. Par cette donation, l’évêque aurait octroyé aux Camaldules la dîme sur toutes les transactions effectuées par les citoyens d’Arezzo de la cité et du suburbium, et par tous les négociants et marchands de l’évêché13. Au vu du préambule, il se serait agi non pas du transfert d’une dîme qui existait, mais de l’instauration d’une nouvelle taxe. Disons ici que nous ne savons pas dans quelle mesure cette innovation fut suivie d’effet, car on n’en retrouve pas trace dans les privilèges accordés aux Camaldules par les successeurs de Teodaldo. Il se peut qu’elle ait suscité l’ire des milieux d’affaires, ou soit au mieux apparue comme un déraisonnable excès de vertu. L’argumentaire de Teodaldo n’en est pas moins intéressant. Le préambule semble reproduire un sermon de Teodaldo aux milieux d’affaires, auxquels il entendait « vendre » cette innovation. Sermon qui aurait eu une forme dialoguée, Teodaldo présentant alternativement les questions des hommes (l’auditoire) et les réponses du Christ. Il s’agissait de convaincre les auditeurs de l’urgente nécessité spirituelle de restituer aux greniers du Seigneur une partie des gains illicites alors que, comme l’évêque le rappelle à deux reprises « pauper­rimi ruricole de suis iustis laboribus devote impleant apothecas etiam secularium militum ». Mais le passage le plus intense est le dialogue où le Christ reproche aux hommes – du moins ceux qui en bénéficient – de le crucifier par la perception de dîmes et de prémices. Aux auditeurs demandant en quoi ils doivent se convertir (« Et dixistis, in quo convertemur » ?) : – « Et si affiget homo Deum, quia vos confixistis me ? – Et dixistis : in quo confiximus te ? – In decimis et primitiis. In penuria vos maledicti estis et vos me configitis gens tota. Inferte omnem decimam in horreum meum, ut sit cibus in domo mea, et probate me super hoc, dicit Dominus. » Cette concession, qu’il faut peut-être replacer dans le contexte de la famine qui affecta une grande partie de l’Europe en 1033, fut accordée sur l’insistance du frère Guido, envoyé par le prieur Pierre. Il se peut que l’argumentaire de Teodaldo lui ait été suggéré par ce religieux, mais l’évêque dut y être aisément accessible et ce qui transparaît dans le préambule est la rhétorique propre de l’évêque, qui dut en mobiliser les ressources, avec un succès incertain.

  • 14 Delumeau J.-P., « Au premier rang de la noblesse arétine : les Walcherii », à paraître dans Méditer (...)
  • 15 Cf. Delumeau J.-P., Arezzo…, op. cit., p. 519 sq. et notamment p. 523
  • 16 RC 166 (Pasqui 156), 1037, cf. Delumeau J.-P., Arezzo…, op. cit., p. 521.

6À Teodaldo succéda Immo (1036-1051 ?) dont on sait qu’il fut diacre de l’église cathédrale de Worms, puis chapelain et notaire à la cour impériale ; et on a quelques indications sur son insertion dans le milieu lettré de la Germanie d’alors. On voit usuellement en lui un allemand nommé par Conrad II à un évêché crucial en Italie, mais nous n’avons pas exclu l’hypothèse qu’il pût s’agir d’un Italien formé en milieu germanique14. Ce qui n’est pas indifférent à notre propos : dans le premier cas, il devait surmonter en Italie une barrière linguistique, mais non dans le second. Nous ne referons pas ici le portrait de cet évêque, sûrement moins intransigeant que Teodaldo, mais sensible, consciencieux et accessible à des valeurs spirituelles élevées15 ; et le préambule d’un privilège accordé aux Camaldules en 1037 paraît exprimer, de la part de l’évêque, une joie sincère qu’une telle communauté existât dans le diocèse16.

  • 17 ACA 133 (Pasqui 166), Arezzo, 3 avril 1044. Cf. Delumeau J.-P., Arezzo…, op. cit., p. 520-522 et au (...)
  • 18 « et aliquantos capitaneos de nostro comitatu ».
  • 19 Delumeau J.-P., Arezzo…, op. cit., p. 514 sq. ; cf. Cronaca dei Custodi, Bini A. et Grazzini G. (é (...)

7D’Immo, on ne conserve pas de sermons, mais l’un des plus significatifs de l’histoire arétine est le conseil qu’il tint le 3 avril 1044, lors duquel il fit une allocution reproduite dans un privilège accordé au prévôt des chanoines cathédraux17. Atteint de la goutte (dolor pedum), diminué physiquement et affecté par le décès de l’archidiacre qui était « comme son bras droit », l’évêque fait venir les ecclésiastiques les plus éminents du diocèse ainsi que des nobles laïcs illustres18. Dans le préambule, il résume les raisons de sa démarche et souligne qu’il ne peut, dans ces conditions, porter seul le fardeau de l’église arétine : « Dixi ad illos : fratres et filioli mei, date michi consilium, quod michi faciendum sit de plebibus et de ecclesiis nostri episcopii, quia solus, sicut predixi, non possum totum onus portare. » Prononcés dans le cadre assez solennel d’une sorte de cour à la fois ecclésiastique et féodale, les propos d’Immo frappent par leur tonalité modeste et presque affectueuse, que l’on retrouverait dans d’autres circonstances. Une autre source nous révèle pourtant une intervention moins bienveillante et plus « prophétique ». Il s’agit ici des affaires compliquées de la custodia des édifices cathédraux, retracée dans la Cronaca dei custodi rédigée vers 1100 en milieu canonial. La custodia, qui avait été concédée par parts, contre argent sans doute, vers le début du xie siècle, à des custodes distincts des chanoines, fut une source de litiges qui empoisonnèrent la vie de l’église cathédrale arétine dans les décennies médianes du siècle19. Or les désaccords entre les chanoines, les custodes et des desservants appointés par ceux-ci suscitaient les vociférations du peuple ; et une fois au moins, l’évêque excédé se joignit à la colère publique : l’auteur de la Cronaca relate, sans bienveillance excessive, qu’Immo fit irruption « cum populo » dans le cloître de la canonica, « partim mala voluntate atque virtute, et quia ecclesie iniuriam non valens sustinere », et qu’on ne parvint à un arrangement que « post maximam altercationem ». Il en fallut sans doute beaucoup pour pousser à bout ce prélat lettré qui paraît avoir recherché l’harmonie plutôt que les éclats.

  • 20 Pierre Damien dans Migne, P. L. 145, col. 573-574 ; cf. Delumeau J.-P., ibid., p. 525. Pierre Dami (...)
  • 21 Pasqui 473/7, déposition de Raineri, prieur de S. Michel d’Arezzo, lors du procès qui opposa les C (...)

8Pour la mémoire de la parole publique des évêques d’Arezzo, le temps de Teodaldo et d’Immo constitue une période privilégiée. Leurs successeurs restent plus impersonnels. Du successeur d’Immo, Arnaldo (1051-1061/2), Pierre Damien, qui porte sur lui un jugement mitigé, vante l’intelligence et la faconde, mais en privé ou entouré de quelques familiers20. En revanche, pour son successeur Costantino, dont l’épiscopat est pourtant crucial (1062-c. 1096), nous n’avons que des notations stéréotypées et c’est désormais le cas de presque tous nos évêques jusqu’au début du xiiie siècle. Évoquons tout de même ce rappel qu’adressa l’évêque Eliotto (1176-1186) à trois religieux camaldules qui sollicitaient de reconstruire l’ospitium de Fontebuono, détruit par un incendie, en un lieu plus ensoleillé mais qui appartenait à l’évêché. Devant leur insistance, « (Unde) episcopus, quasi motus, dure respondit eis, et quasi redarguendo dicens : Vos speculum totius Tuscie, et vultis transire ad locum unde posset esse suspicio etc21… » Le ton de ce rappel à l’ordre, autant que le contenu, laissa une dura­ble impression sur le prieur camaldule de Saint-Michel d’Arezzo, qui relate l’épisode.

  • 22 Cf. Delumeau J.-P., Arezzo…, op. cit., p. 1338.
  • 23 Stoppacci Patrizia, « Un personaggio rilevante del Medioevo aretino : Ieronimus aretinus episcopus (...)
  • 24 Ibid., p. 113. De noble famille lucquoise, Ubaldo Allucingoli avait été compagnon d’étu de de Giro (...)
  • 25 Ibid., p. 118.
  • 26 Ibid., p. 120 ; l’A. renvoie à Rusconi R., « La predicazione : parole in Chiesa, parole in piazza  (...)

9Eliotto succédait lui-même à Girolamo (1142/43-c. 1175), un prélat de premier ordre qui eut à gouverner le diocèse pendant les décennies difficiles de l’émergence communale et des déchirements du règne de Frédéric Barberousse. Les actes que l’on conserve de lui montrent qu’il chercha à établir des solutions fonctionnelles22. Sur lui, nous manquons de touches personnelles, mais il pourrait avoir été, parmi les évêques d’Arezzo, le plus important prédicateur depuis Teodaldo. Girolamo a en effet laissé un corpus appréciable de sermons sur l’Ancien et le Nouveau Testament, actuellement étudiés par Patrizia Stoppacci23. Lui-même ancien prieur de S. Frediano de Lucques, il rédigea ce recueil d’homélies à la demande d’Ubaldo Allucingoli, cardinal évêque d’Ostie depuis 1159 et futur pape Lucius III24. Il s’agit d’homélies destinées à être lues et prononcées lors de célébrations solennelles. Sans entrer dans une étude qui excéderait notre compétence, notons que P. Stoppacci souligne l’originalité de la démarche de Girolamo, qui s’appuie assez peu sur les Pères de l’Église, mais se fie beaucoup à ses propres scientia, ingenium et devotio, et fait valoir que l’un des intérêts de sa propre œuvre réside dans la sententiarum novitas25. La matière des homélies de Girolamo est largement tirée de l’Écriture Sainte, ce qui, au demeurant, s’insérait dans les nouvelles orientations du temps26.

  • 27 Delumeau J.-P., Arezzo…, op. cit., p. 293 et n. 329 ; 482 ; et Davidsohn R., Storia di Firenze, op (...)
  • 28 Pasqui, 389. Sur ces témoignages, voir Delumeau J.-P., « La mémoire des gens d’Arezzo et de Sienne (...)
  • 29 Pasqui 389/13 : Baccalarinus civis aretinus. Cf. Delumeau J.-P., « La mémoire… », art. cité, p. 64 (...)
  • 30 Delumeau J.-P., « La mémoire… », art. cité, p. 56 et n. 54 p. 64. Rolando, juge de Montecerconi (P (...)
  • 31 Delumeau J.-P.,, « La mémoire… », art. cité, p. 57 et n. 57 et 58 p. 64 ; cf. Cammarosano P., La f (...)

10Les évêques étaient des personnages publics ; à Arezzo, ils se prévalurent de la dignité comtale à partir du diplôme impérial de 1052, qui consacrait en partie un état de fait. Les prélats pouvaient être amenés à employer leur éloquence à des fins politiques ; et celle-ci trouvait parfois ses limites. L’argumentaire de Teodaldo fut-il persuasif vis-à-vis des milieux d’affaires auxquels l’évêque voulait imposer une dîme ? Au siècle suivant, les témoignages rétrospectifs sur la résurgence de la querelle diocésaine entre Sienne et Arezzo en 1124-1125 nous présentent l’évêque de Sienne Gualfredo s’essayant à l’éloquence publique. Évêque de 1085 à 1127, Gualfredo avait été un prélat lettré et, semble-t-il, un homme sage dans les temps troublés de la lutte grégorienne27. Vers la fin de son pontificat, ayant gagné la faveur du pape Callixte II, il ralluma les braises de la querelle et eut momentanément gain de cause. Or un témoin, pourtant favorable à Sienne, rapporte que lors de l’investiture, pour Sienne, de la paroisse de Corsignano (Pienza), il le vit chanter la messe et prononcer un sermon où il se rendit ridicule, d’autant qu’il était bègue : il fit un sermon sur une estrade (passera) et l’on parla ensuite de « lo sermon de la patharella », jeu de mots intraduisible, patharella voulant aussi bien dire « petite estrade, passerelle » que « personne un peu folle » (pazzarella)28. Son rival arétin, Guido Boccatorta, ancien prieur de Camaldoli, homme d’une valeur spirituelle certaine, ne faisait guère confiance à ses talents oratoires pour convaincre les gens d’Arezzo après la défaite momentanée de sa cité : « Si reversus Aretium fuero, totius incidar », confiait-il à l’évêque de Porto29. Mais après la défaite finale de Sienne, alors que Gualfredo, lettré jusqu’au bout, exhalait son dépit en vers à la curie pontificale elle-même30, ce fut, signe des temps, le consul Maccon, de la récente commune siennoise, qui, aux dires d’un témoin, fit à ses concitoyens une harangue incendiaire, vraisemblable selon P. Cammarosano31.

11Le plein épanouissement de la prédication médiévale restait à venir, et les travaux d’Hervé Martin l’ont amplement illustré. Les religieux mendiants y eurent une part essentielle ; mais par leur position, les évêques restèrent amenés, et jusqu’à nos jours, à émettre une parole enseignante, voire prophétique. Les conditions du Moyen Âge central leur donnèrent cependant un rôle privilégié, dont la documentation ne nous restitue que des fragments épars.

Notes

1 Note préliminaire : Abréviations : ACA : Archivio Capitolare di Arezzo, carte della Canonica. RC : Schiaparelli L. et Baldasseroni F., Regesto di Camaldoli, vol. I et II, Rome 1907 et 1909. Pasqui : Pasqui Ub, Documenti per la Storia della Città di Arezzo, vol. 1 et 2, Florence, 1889 et 1916. P. L. : Migne, Patrologie Latine.MGH, SS : Monumenta Germaniae Historica, Scriptores.

2 « De l’assemblée précommunale au temps des conseils. En Italie centrale », dans Detienne M., Qui veut prendre la parole ?, Le Genre humain, 40-41, Paris, Seuil, 2003, p. 213-228.

3 Cf. Delumeau J.-P., « Sociétés, cadres de pouvoir et règlement des conflits en Italie du Xe siècle à l’émergence des juridictions communales », Le règlement des conflits au Moyen Âge, Paris, 2001, p. 169-188. Voir notamment p. 171 et les études de S. D.White, P. Geary et D. Barthélemy signalées à cette page.

4 RC 27 (Pasqui 99), Arezzo, janvier 1011. Elmperto fut évêque d’Arezzo de 986 à 1010. Cf. Delumeau J.-P., Arezzo, espace et sociétés 715-1230, EFR, Rome, 1996, p. 417-418.

5 Pasqui 66, ibid. : « set quia sapimus vos vestrum diligere vicedominum et nolumus vestre contradire voluntati, rogamusut etc… ».

6 Cf. Davidsohn R., Storia di Firenze, 8 vol., Florence, 1969 (éd. italienne de : Geschichte von Florenz, Berlin, 1896- 1927), I, p. 249-250 ; et Delumeau J.-P., Arezzo…, op. cit., p. 590-591.

7 C’est ce qui semble ressortir de la Vita Beati Romualdi de Pierre Damien, Tabacco G. (éd.), Fonti per la Storia d’Italia, 94, Rome, 1957, et que nous avions exposé au colloque tenu à la Fondation des Treilles : « Les débuts de Camaldoli et l’itinéraire romualdien, entre érémitisme et cénobitisme », colloque : Figures de la solitude : idéaux et pratiques de la vie solitaire au Moyen Âge, Toubert P. et Zink M. (dir.), F-83690 Tourtour, 9-15 juin 2001.

8 Pierre Damien, Vita Beati Romualdi, ch. 65. Que cet épisode ait eu lieu lors du troisième voyage d’Henri II en Italie est démenti par W. Kurze, récemment disparu et à qui nous rendons ici hommage : Kurzew., « Campus Malduli, Die Frühgeschichte Camaldolis », 1964 [trad. italienne : « Campus Malduli, Camaldoli ai suoi primordi », dans ID., Monasteri e nobiltà nel Senese e nella Toscana medievale, Sienne, 1989], p. 243-374 : voir p. 259 sq.

9 Kurzew., ibid., p. 261. Romuald aurait obtenu l’abbatiat de Monte Amiata, mais semble n’avoir pu s’y maintenir

10 Donizo, Vita Mathildis comitissae, Bethmann L. (éd.), MGH, SS, XII, Hanovre 1856, p. 348-409. Cf. Rossetti G., « Origine sociale e formazione dei vescovi del Regnum Italiae nei secoli XI e XII », Le istituzioni ecclesiastiche della « Societas christiana » dei secoli XI-XII : Diocesi, pievi e parrochie, Milan, 1977, p. 56-84 : cf. p. 67, qui cite ce passage : « Presul Aretinus, Christi Tedaldus amicus, / religiosus erat, domini gregis atque gerebat / curam devotam, monstrans exempla decora ». Cf. Delumeau J.-P., Arezzo…, op. cit., p. 509 et n. 117.

11 Pierre Damien in Migne, P. L., 145, Paris 1867, col. 574-575 ; Delumeau J.-P., Arezzo…, op. cit.

12 RC 124 (Pasqui 153), Arezzo, 20 mai 1033 ; cf. Delumeau J.-P., Arezzoop. cit., p. 794-795.

13 « […] decernimus decimas omnes earum rerum, que vendendo et emendo in lucrum conquiruntur omnium aretinorum civium urbanorum et suburbanorum, et omnino omnium nostri episcopii negotiatorum et mercatorum ». Nostri episcopii renvoie sans doute à l’évêché stricto sensu plutôt qu’au diocèse, certains marchands commerçant alors sous la protection de l’évêque.

14 Delumeau J.-P., « Au premier rang de la noblesse arétine : les Walcherii », à paraître dans Méditer ranée médiévale (Mélanges P. Toubert).

15 Cf. Delumeau J.-P., Arezzo…, op. cit., p. 519 sq. et notamment p. 523

16 RC 166 (Pasqui 156), 1037, cf. Delumeau J.-P., Arezzo…, op. cit., p. 521.

17 ACA 133 (Pasqui 166), Arezzo, 3 avril 1044. Cf. Delumeau J.-P., Arezzo…, op. cit., p. 520-522 et aussi 268-269.

18 « et aliquantos capitaneos de nostro comitatu ».

19 Delumeau J.-P., Arezzo…, op. cit., p. 514 sq. ; cf. Cronaca dei Custodi, Bini A. et Grazzini G. (éd.), Annales Arreti - norum, R.I.S., XXIV/1, Città di Castello 1909, p. 75-87 : cf. p. 77, cit. dans Delumeau J.-P., ibid., p. 517 et n. 146.

20 Pierre Damien dans Migne, P. L. 145, col. 573-574 ; cf. Delumeau J.-P., ibid., p. 525. Pierre Damien évoque Arnaldo quelques instants avant sa mort « securus, hilaris ac iucundus », échangeant avec son entourage « factea et urbana verba ». Il retrace la figure d’Arnaldo en ces termes : bien que négligent en l’occurrence, « alias tamen acutus erat, ingeniosus ac cautus, tantaeque facundiae, ut dum expeditissime in verbis decurreret, circumcisus labiis dici non immerito potuisset ».

21 Pasqui 473/7, déposition de Raineri, prieur de S. Michel d’Arezzo, lors du procès qui opposa les Camaldules à l’évêque d’Arezzo en 1216. Le témoin est lui-même religieux camaldule ; il accompagna deux frères chargés de demander à l’évêque Eliotto de leur céder par échange un terrain plus élevé, mais plus ensoleillé que Fontebuono, opsitium établi dans les premiers temps de la congrégation à 816 m d’altitude, en contrebas de l’eremo de Camaldoli. L’évêque Eliotto refusa et conseilla aux Camaldules de reconstruire Fontebuono à son ancien emplacement, ce qu’ils firent. Cf. Delumeau J.-P., Arezzo…, op. cit., p. 742, 1326 sq., 1356 ; et aussi le livre I de l’excellente étude de Caby Cécile, De l’érémitisme rural au monachisme urbain. Les Camaldules en Italie à la fin du Moyen Âge, Rome, EFR, 1999.

22 Cf. Delumeau J.-P., Arezzo…, op. cit., p. 1338.

23 Stoppacci Patrizia, « Un personaggio rilevante del Medioevo aretino : Ieronimus aretinus episcopus », Atti e Memorie della Accademia Petrarca di Lettere, Arti e Scienze, n. s. LIX-LX, Arezzo, 2000, p. 101-121.

24 Ibid., p. 113. De noble famille lucquoise, Ubaldo Allucingoli avait été compagnon d’étu de de Girolamo, semble-t-il lucquois lui aussi, moine cistercien puis chanoine régulier à Lucques, cardinal prêtre en date de 1142 et cardinal évêque d’Ostie en 1159. C’est après l’accession d’Ubaldo à cette dernière dignité que Girolamo aurait rédigé ses homélies.

25 Ibid., p. 118.

26 Ibid., p. 120 ; l’A. renvoie à Rusconi R., « La predicazione : parole in Chiesa, parole in piazza », Lo spazio letterario nel Medioevo. La circolazione del testo, 2 vol., Rome, 1994, p. 584 et 590.

27 Delumeau J.-P., Arezzo…, op. cit., p. 293 et n. 329 ; 482 ; et Davidsohn R., Storia di Firenze, op. cit., I, p. 408.

28 Pasqui, 389. Sur ces témoignages, voir Delumeau J.-P., « La mémoire des gens d’Arezzo et de Sienne à travers des dépositions de témoins (viiie-xiie s.) », Temps, Mémoire, Tradition au Moyen Âge, Publications de l’université de Provence, Aix-en-Provence 1983, p. 45-67 : voir p. 56 et n. 55 p. 64 : déposition Pasqui 389/72 : Johannes Taxi de Corsignano. Un autre témoin siennois (tt 62, presbiter Pepo) nous présente l’évêque Gualfredo « coram multis hic loquentem, et pulcre balbutientem, nam aliquantulum balbus erat ».

29 Pasqui 389/13 : Baccalarinus civis aretinus. Cf. Delumeau J.-P., « La mémoire… », art. cité, p. 64, n. 56.

30 Delumeau J.-P., « La mémoire… », art. cité, p. 56 et n. 54 p. 64. Rolando, juge de Montecerconi (Pasqui 389/7) rapporte les vers de Gualfredo : « Et eapropter hos versus palam depromsit in curia : Nuper in hoc aula fueram qui carior ambra/nescio qua causa sum factus vilior alga ».

31 Delumeau J.-P.,, « La mémoire… », art. cité, p. 57 et n. 57 et 58 p. 64 ; cf. Cammarosano P., La famiglia de Berardenghi : contributo alla storia della societa senese nei secoli XI-XIII, Spolète, 1974 : voir p. 134 sq.

Auteur

Université Rennes 2

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540