Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Troisième partie. « Des professionnels de la parole »

Le Christ prédicateur

Daniel Pichot

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Martin Hervé, Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge (1350-1520), Paris, 1988, chap. XIII.
  • 2 Rusconi Roberto, « Le pouvoir de la parole, représentation des prédicateurs dans l’art de la Renai (...)

1La prédication n’est pas rare dans l’iconographie de la fin du Moyen Âge et Hervé Martin qui ne pouvait manquer de s’y intéresser y a consacré quelques pages de sa thèse ; il commente en particulier une série de planches tirées d’une Bible moralisée illustrée au xve siècle par les frères Limbourg1. Son travail n’est pas isolé et Roberto Rusconi, par exemple, a étudié brièvement « La représentation des prédicateurs dans l’art de la Renaissance en Italie », cependant toute la richesse du thème n’a pas encore été explorée2.

  • 3 Bibliothèque municipale de Rennes, ms. 1509, f° 43 v°.
  • 4 Martin H., Mentalités médiévales, Paris, 1996, t. 1, chap. IV : « L’analyse des images ».

2Une enluminure contenue dans un livre d’heures conservé à la Bibliothèque municipale de Rennes offre l’image, semble-t-il assez rare, du Christ prêchant dans une chaire3. Un tel choix invite à reprendre l’enquête et à l’élargir4. Cette image nous dit évidemment quelque chose des aspects que prenait la prédication au milieu du xve siècle mais, à l’évidence, ce n’était pas la principale intention du peintre ou de son commanditaire. L’analyse soulève plus de questions qu’il n’y paraît et, à bien des égards, c’est un discours sur la prédication qui est ainsi tenu. Au-delà du simple témoignage matériel qui n’est pas négligeable, nous pouvons sans doute approcher ce que représentait la parole du sermon en cette fin du Moyen Âge. La présence du Christ en chaire intrigue car ce n’est pas simple fantaisie et sans doute pas simple anachronisme d’un artiste indifférent à l’écoulement du temps, artiste dont il faudrait auparavant cerner, faute de le percer, l’anonymat.

Un thème original

  • 5 Catalogue Sotheby’s. Western Manuscripts and Miniatures. Londres, Tuesday 2nd december 1986, p. 12 (...)

3Cherchant à enrichir son fonds de manuscrits enluminés, la Bibliothèque municipale de Rennes développe depuis quelques années une politique d’achat visant des ouvrages en relation avec le duché de Bretagne ou l’Ouest. Le manuscrit 1509 a été acquis chez Sotheby’s à Londres, en 19865. Il s’agit d’un livre d’heures à l’usage de Rome actuellement incomplet avec ses 84 feuillets et s’inscrivant dans une famille de petits volumes, ses pages ne mesurant que 105 x 177 mm. Il est composé avec originalité : l’Office de la Vierge y est suivi de ses Heures qui alternent avec celles de la Croix, du Saint-Esprit et de sainte Catherine d’Alexandrie mais sa principale richesse réside dans les 24 miniatures qui ornent chaque Heure.

  • 6 König E., « Un atelier d’enluminure à Nantes et l’art du temps de Fouquet », Revue de l’Art, n° 35 (...)

4L’origine du manuscrit demeure obscure cependant un certain nombre d’indices tendent à situer sa naissance en Bretagne ou sur les rives de la Loire, vers le milieu du xve siècle. Eberhart König est partisan d’y voir l’œuvre d’un artiste de grande importance qui serait venu installer son atelier à Nantes dans un duché alors prospère. Cette hypothèse audacieuse demande à être prouvée plus précisément mais François Avril n’exclut pas que cette réalisation provienne d’Angers et André Mussat qui refusait de croire à de grands ateliers fixes en haute Bretagne ne rejetait pas la possibilité d’artistes de renom itinérants6.

  • 7 E. König propose plusieurs noms de façon très hypothétique (Manuscrits à peintures…, op. cit., p. (...)
  • 8 Ibid., p. 63-64.

5La présence d’hermines sur les armoiries du premier folio pourrait renforcer l’argument et lier ce livre d’Heures à une famille bretonne mais sans emporter la conviction et il est aventureux de proposer un nom7. Sans certitude établie, un faisceau de présomptions nous oriente donc vers un manuscrit né dans le grand Ouest et peut-être la Bretagne, des mains d’un artiste au talent confirmé et original. E. König pense à un contemporain de la jeunesse de Fouquet, proche du maître des Jouvenel, famille de livres d’heures de format très réduit et l’identifie avec le maître de Jacques d’Armagnac, duc de Nemours. Cet enlumineur qui dans une œuvre abondante ne produisit que peu de livres d’heures fait preuve d’une réelle personnalité et connaît bien l’art de son temps grâce à la fréquentation d’une cour princière8.

  • 9 « The Hours of the Holy Ghost are of extreme scarcity and the only example known to us is in the H (...)

6C’est donc de façon un peu exceptionnelle qu’il accomplit cette commande, sans doute pour une femme, étant donnée la place accordée aux Heures de sainte Catherine mais il y déploie une certaine originalité au point que E. König suppose même que l’artiste a pu être responsable de certains choix iconographiques. Que ce soit de son fait ou de celui de son commanditaire, cela était cependant d’autant plus possible que l’illustration des Heures du Saint-Esprit demeurait rare. En conséquence, l’iconographie était beaucoup moins figée que pour les Heures de la Vierge, par exemple. Dans son inventaire des manuscrits de la Bibliothèque nationale, V. Leroquais n’en a reconnu que quatre et l’auteur du catalogue de Sotheby’s souligne cette rareté9. Si la Pentecôte vient illustrer sans surprise tierce, la Fontaine des Apôtres pour none est plus originale. Pour sexte, cette image de prédication semble reprendre une thématique vue ailleurs, elle n’est pourtant pas sans soulever problème et d’abord dans l’identification du thème.

  • 10 « An Apostle in a pulpit, preaching to all classes of people seated around him in a landscape », i (...)
  • 11 König E., Le Livre d’heures de Marguerite d’Orléans, Paris, 1991, f° 148 des reproductions

7Bâtie sur le modèle général du recueil, la page comporte une image entourée de larges marges décorées d’abondants motifs floraux et d’un être fantastique en camaïeu d’or, mi-homme, mi-lion. Dans le bas, commencent les prières avec, au début, une riche lettrine. Sur ce fond, la miniature, encadrée par des baguettes se détache nettement et, malgré ses dimensions réduites, le peintre a eu grand soin de lui conférer un maximum de lisibilité. Selon le catalogue de Sotheby’s, la scène représente un apôtre prêchant10. L’examen ne permet guère de confirmer une telle assertion qui semble plutôt se référer aux quelques exemples conservés d’Heures du Saint-Esprit. En effet, V. Leroquais note pour ses quatre manuscrits le thème de la prédication apostolique avec dans trois cas la mise en scène de saint Pierre. Par exemple, les Heures de Marguerite d’Orléans, manuscrit peut-être lié aussi à l’Ouest, représentent saint Pierre dans une chaire recouverte de brocart mais il est clairement reconnaissable à la très grosse clé qu’il tient en main11.

  • 12 « Tous furent alors remplis de l’Esprit Saint et commencèrent à parler en d’autres langues, selon (...)
  • 13 Actes, I, 8.

8Il faut revenir au texte des Heures. L’hymne de sexte en regard de la miniature a visiblement guidé les illustrateurs. S’inspirant étroitement du début des Actes des Apôtres largement consacré à l’action de l’Esprit Saint, il dit : « Sicuti formam gratiam tunc acceptaverunt quare idyomata cuncta cognoverunt. Ad diversa climata mundi recesserunt. Et fidem catholicam tunc predicaverunt. » Il fait donc expressément allusion à la glossolalie dont bénéficient les apôtres après la Pentecôte mais les peintres privilégient le passage qui décrit Pierre s’adressant à la foule12. La référence aux différentes régions (climata) de la terre reprend bien évidemment l’envoi en mission des apôtres qui est exprimé dès les premières lignes du livre13. C’est tout cela que dépeint l’enluminure des Heures de Marguerite d’Orléans. Sur la même image divisée en deux, à droite saint Pierre prêche à la foule, assisté de Dieu le Père et de la colombe du Saint-Esprit, tandis que dans la partie gauche, les apôtres s’éloignent pour aller « enseigner toutes les nations ».

9Ici, le thème de la prédication demeure mais rien n’indique saint Pierre ou un autre apôtre. Le personnage nimbé ne peut non plus être un quelconque prédicateur. En fait, tous les éléments (personnage assez jeune et barbu, attitude) ne peuvent désigner que le Christ, choix totalement original dans la série modeste, certes, que nous avons pu consulter. Cela invite à approfondir l’enquête pour tenter de comprendre ce qu’ont voulu nous transmettre le peintre ou son commanditaire à travers ce qui paraît au premier abord une simple scène de prédication, même si le prédicateur est exceptionnel.

Une scène de prédication

  • 14 Martin H., Le métier de prédicateur…, op. cit., chap. XIII ; « Les Bretons et leurs prédicateurs à (...)
  • 15 L’étude des paysages figurant sur les manuscrits réalisés dans l’Ouest au xve siècle montre une ce (...)
  • 16 Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne (vers 1230-vers 1530), Paris, 1975, p. 319-323.
  • 17 Sur d’autres miniatures, l’auteur suggère parfaitement le décalage historique de l’empereur Maxenc (...)

10Le peintre, comme c’est habituel, s’est visiblement inspiré de la réalité de son temps, réalité omniprésente tant la prédication fait partie des principales manifestations de la vie religieuse, pourtant, il s’en écarte sur bien des points14. Le cadre, tout d’abord, n’est pas sans surprendre. La scène se déroule dans la périphérie d’une ville. Le peintre maîtrise assez bien la profondeur et la succession des plans et suggère un paysage classique mais dont les éléments peuvent renvoyer au milieu ligérien. Les tours d’une ville, une vallée fluviale parsemée de quelques arbres ne sont pas sans évoquer, même de façon fugitive, les bords de Loire15. La foule s’est donc réunie hors les murs, ce qui n’étonne guère si cette miniature veut évoquer la prédication itinérante du Christ à travers les villes et les campagnes de Palestine mais nous sommes évidemment bien loin de celle de Pierre à Jérusalem. Bien plus, le Christ est dans une chaire de bois transportable que l’on utilisait couramment au xve siècle. Elle fait même l’objet d’une soigneuse description. Carrée et légèrement surélevée, elle est simplement décorée sur chaque face d’une feuille d’acanthe sculptée. Seul luxe, le rebord est rehaussé d’un filet d’or. L’objet correspond parfaitement aux échafauds habituels mais suggère aussi par sa présence aux champs l’élargissement des espaces de prédication. Le débat était alors profond et, malgré les injonctions des évêques aux conciles de Nantes de 1431 interdisant de prêcher en dehors des lieux consacrés, les grandes prédications pouvaient se dérouler à l’extérieur : places ou cimetières. La tournée triomphale de saint Vincent Ferrier en Bretagne, dans les années 1418-1419 en est la manifestation la plus évidente mais certainement pas unique16. Le rapprochement du Christ et de la chaire à prêcher s’avère peut-être un anachronisme plus délibéré qu’on pourrait le penser et une discrète justification de la prédication en extérieur cautionnée par le Christ17.

11Par contre le climat se conforme aux recommandations épiscopales et l’atmosphère générale est au recueillement et à la méditation, loin de toute agitation spectaculaire comme cela pouvait se rencontrer avec mise en scène plus ou moins impressionnante. Il est vrai que la présence du Christ interdisait tout cela. Ce dernier parle posément et l’accent est mis sur les mains, un peu trop développées d’ailleurs suivant les traditions anciennes, les doigts traduisant un discours que nous avons aujourd’hui peine à déchiffrer.

  • 18 L’attention est attirée sur ce fait par R. Rusconi à partir de l’étude de peintures concernant sai (...)

12L’assistance, peu nombreuse apparemment, huit personnes seulement, à genoux ou assises sur l’herbe de la prairie, écoute avec attention dans une attitude de profonde déférence et de prière marquée par toute la gamme des positions des mains. Mains jointes, bras croisés ou dans la posture de l’orant, tous se pénètrent du discours divin. Est-ce là le reflet de la réalité ? Cela se peut mais les assistants se tournent moins vers le Christ que vers le lecteur, l’invitant à s’associer à eux, l’image décrit d’abord l’attitude souhaitable dans l’assistance au sermon et rejoint ici parfaitement les pères conciliaires de Nantes qui veulent visiblement enrayer l’évolution vers une prédication trop spectaculaire. Même si tous les prédicateurs ne rassemblaient pas d’énormes foules et si tous n’étaient pas les émules de saint Vincent Ferrier et de quelques autres, on peut s’étonner de cette assistance quand même clairsemée tout comme du mélange hommes femmes. Dans les prédications la ségrégation des sexes était semble-t-il de mise comme le voulaient certains prédicateurs italiens et comme cela est pratiqué à l’aide de cordes tendues lors des sermons de Thomas Cornette en Picardie18 ? L’image l’ignore comme beaucoup d’autres d’ailleurs.

  • 19 19. Ibid., p. 358.

13En fait, l’assistance fait l’objet d’une recomposition symbolique évidente. Les personnages sont regroupés symétriquement de chaque côté de la chaire avec une nette dominante masculine ce qui est contraire à la réalité19. Comme c’est souvent le cas, ces personnages viennent symboliser la diversité de l’assistance et dans ce domaine l’artiste va loin. Il évoque les âges de la vie avec la jeune fille de droite et le jeune clerc de gauche, plusieurs hommes relèvent de la maturité alors qu’à gauche, se retrouve un couple de gens âgés sinon de vieillards. Les couvre-chefs des hommes de gauche laissent penser vaguement à des orientaux, sinon à un roi ou prince pour celui qui est vêtu de pourpre. C’est sans doute plus qu’une allusion à l’auditoire juif de Jésus car le personnage dont on distingue seulement la tête au-dessus de la femme âgée a le teint basané des maures. Outre les âges de la vie, la diversité des états et des races se trouve convoquée aux pieds du Christ, façon claire de traduire l’universalité de son message et qui dépasse de loin la simple représentation d’une multitude puisque c’est l’humanité entière qui est ici représentée, nous sommes en dehors du sermon ad status qui à l’époque n’est plus guère de mise.

14Finalement, si cette miniature s’inspire certainement de l’observation des pratiques contemporaines et nous fournit un certain nombre de renseignements qui d’ailleurs confirment largement ce que d’autres analyses ont pu déjà offrir, elle n’est qu’un reflet passablement filtré de la réalité. Il s’agit bien d’une réélaboration d’éléments parfaitement réels organisés en vue d’un discours qui est bien étranger à la simple description d’une scène de prédication.

La chaire du Christ

15Si l’on considère que cette image est d’abord un discours sur la prédication et la façon de la considérer en plein cœur du xve siècle, les choix de l’artiste ou de son commanditaire s’éclairent. Si incontestablement le personnage en chaire est bien le Christ, il ne s’agit pas du thème classique de la prédication évangélique sur les terres de la Palestine, la présence d’une chaire anachronique et volontairement anachronique interdit de le penser et nous nous trouvons placé devant un choix des plus originaux, visiblement délibéré.

16À partir du thème retenu en général de la prédication de saint Pierre, notre artiste évolue vers une apologie de la prédication. Il met en scène celui qui est au cœur de cette pratique : Jésus, celui de qui procède toute parole et le thème du Saint-Esprit accentue ce choix puisque c’est l’Esprit qui insuffle, par ses dons, sa force à la parole. Point n’est besoin du symbole de la colombe, l’Esprit de la Pentecôte a illuminé les apôtres et ils accèdent pleinement à l’enseignement de Jésus. Cette référence christique appuyée ne constitue qu’un aspect du programme iconographique ou plutôt son premier degré.

17En effet, si l’on observe la composition très précise de l’image, au centre et même, au point focal, ce n’est pas le Christ que l’on rencontre. Il semble quelque peu renvoyé vers le haut et ce n’est pas maladresse de la part d’un artiste qui maîtrise parfaitement son art et sait organiser son travail. Au plein cœur de l’œuvre, le regard rencontre la chaire, totalement dégagée d’ailleurs, aucun personnage ne venant la masquer. Bien plus, renonçant à la surcharger de riches étoffes, le peintre la représente dans sa simplicité ce qui signifie surtout dans la profondeur de sa fonction. Ce simple objet de bois, des plus modestes se pare seulement sur sa face du thème de l’acanthe mais redoublé par la perspective, cette dernière vient dire clairement la vie éternelle promise par la parole divine. Cette chaire est le personnage principal, le peintre a concentré son commentaire sur le predicaverunt de l’hymne mais en montrant ce qu’il impliquait, l’objet vient ici symboliser l’action.

  • 20 Casagrande Carla, « Le calame du Saint-Esprit, grâce et rhétorique dans la prédication au xiiie si (...)
  • 21 Ibid., p. 235-254. Spécialement note 2.
  • 22 La parole du prédicateur…, op. cit., introduction p. 9-11. En se référant à un tel discours, l’ima (...)

18Ainsi mise en évidence, la chaire pousse le discours plus loin. Nous l’avons dit, sa présence est un anachronisme voulu ou plutôt c’est la personne du Christ qui est introduite dans un contexte du xve siècle. Si la symbolique de l’assistance reprend le thème de l’universalisme du message chrétien et se réfère explicitement aux « diversa climata mundi » du texte de l’hymne, le message profond de l’image porte sur le rôle que joue la prédication à l’époque. De nombreuses études, dont celles d’Hervé Martin ont bien mis en lumière cette omniprésence de la parole à la fin du Moyen Âge et la prépondérance de la prédication dans la vie religieuse. Il n’est pas nécessaire de revenir sur le fait mais ici s’affirme toute l’importance qu’on lui accorde. Dans la chaire normalement occupée par un frère mendiant ou un dignitaire de l’Église, est installé le Christ, rappel évident dans ces Heures du Saint-Esprit de l’inspiration que confère ce dernier au prédicateur. D’ailleurs la tunique simple et sombre n’est pas sans évoquer un frère mineur. Suivant la tradition, l’homme de la chaire est investi d’une véritable mission de prédication et, malgré tout son savoir et sa technique appris au cours de longues années d’étude, il ne peut arriver à une force de conviction suffisante que par la gratia sermonis accordée par l’Esprit20. La parole du prédicateur n’est pas seulement prophétique, ce qui n’est déjà pas rien mais bel et bien parole de Dieu même et on ne peut mieux montrer que la prédication est véritablement le « verbum Dei ». Humbert de Romans n’hésitait pas à écrire que le prédicateur était bouche, visage, pied de Dieu21. La parole est véritablement sacralisée22.

  • 23 Martin H., Le métier de prédicateur…, op. cit., p. 52-57.
  • 24 La parole du prédicateur…, op. cit., p. 19.

19Cela vient illustrer le rôle de prophète que l’on accorde à ceux qui, souvent comme saint Vincent Ferrier et quelques autres, accéderont à la sainteté mais aussi à quelques grands comme Cornette ou Pierre aux Bœufs qui sans parvenir à une telle dignité, seront aussi considérés comme tels23. Leur parole est sagesse, susceptible d’ordonner le monde, elle est « la matrice de toute parole24 ». La miniature dit tout cela et pousse au plus haut point la parole de prédication, elle ne fait qu’amplifier la conduite de certains grands prédicateurs itinérants qui faisaient des entrées solennelles dans les villes à l’image du Christ à Jérusalem.

20Une telle image dépasse de très loin la simple représentation anecdotique et doit inciter le lecteur à une véritable conversion dont fait montre l’attitude de profond recueillement et visiblement de pénitence des assistants. C’est là une incitation à écouter et méditer les sermons qui sont au sens plein parole de Dieu et promesse de vie éternelle, un fondement majeur de la vie religieuse et l’on comprend l’importance du débat qui voit quasiment confrontés alors la messe et le sermon, le corps du Christ et la parole de Dieu.

21Cette miniature mettant en scène un Christ prédicateur s’avère bien plus riche que ce qu’une première vision rapide pouvait laisser entrevoir. Comme il fallait s’y attendre, elle obéit aux règles majeures de l’iconographie médiévale et s’inscrit dans un système complexe de références qui anime la société du xve siècle. L’analyse met en évidence des rapports très élaborés entre la réalité et l’idée qui est mise en valeur. Certes, l’image vient nous apporter toute une série d’éléments pour la connaissance concrète du phénomène de prédication mais largement réélaborée au prisme d’une conception religieuse. Si l’image est un reflet de la société, c’est aussi bien dans la description des faits concrets que dans celles de ses conceptions et l’on ne peut éclairer les premiers sans identifier les seconds. L’idée même d’anachronisme est maniée avec plus de subtilité que prévu.

  • 25 Wirth Jean, L’image médiévale, p. 231.

22L’image se présente bien comme une source majeure d’accès à une connaissance profonde des concepts et des mentalités. Elle n’est pas non plus illustration servile du texte dont elle ne serait qu’un « doublet redondant25 ». Elle nous fait pénétrer ici au cœur d’une réflexion sur le phénomène majeur de la prédication et au-delà de l’étude nécessaire du contenu nous dévoile sa fonction dans la vie religieuse et nous fait accéder un peu à la compréhension du « Métier de prédicateur ».

Notes

1 Martin Hervé, Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge (1350-1520), Paris, 1988, chap. XIII.

2 Rusconi Roberto, « Le pouvoir de la parole, représentation des prédicateurs dans l’art de la Renaissance en Italie », DESSI Rosa-Maria et Lauwers Michel (dir.), La parole du prédicateur (Ve-XVe s.), Nice, 1997, p. 445-456.

3 Bibliothèque municipale de Rennes, ms. 1509, f° 43 v°.

4 Martin H., Mentalités médiévales, Paris, 1996, t. 1, chap. IV : « L’analyse des images ».

5 Catalogue Sotheby’s. Western Manuscripts and Miniatures. Londres, Tuesday 2nd december 1986, p. 122-125, une notice est consacrée à ce manuscrit, seule étude qui le concerne avec une autre notice du catalogue d’exposition, Manuscrits à peintures xiiie-xve siècles, 18 septembre-18 octobre 1992, Rennes, p. 62-64.

6 König E., « Un atelier d’enluminure à Nantes et l’art du temps de Fouquet », Revue de l’Art, n° 35, 1977, p. 64-75 ; Französische Buchmalerei um 1450, Berlin, 1982 ; « L’enluminure à Rennes à la fin de la guerre de Cent Ans », Barral I Altet X. et al., Artistes, artisans et production artistique en Bretagne au Moyen Âge, Rennes, 1983, p. 121-126 ; MUSSAT André, « Un manuscrit reconstitué à la Bibliothèque municipale de Rennes », Bulletin monumental, 1986, t. 144, II, p. 153-155 ; Avril François et Reynaud N., Les manuscrits à peinture en France (1440-1520), Paris, 1993.

7 E. König propose plusieurs noms de façon très hypothétique (Manuscrits à peintures…, op. cit., p. 64).

8 Ibid., p. 63-64.

9 « The Hours of the Holy Ghost are of extreme scarcity and the only example known to us is in the Hours of Etienne Chevalier », Catalogue Sotheby’s, op. cit.

10 « An Apostle in a pulpit, preaching to all classes of people seated around him in a landscape », ibid., p. 125.

11 König E., Le Livre d’heures de Marguerite d’Orléans, Paris, 1991, f° 148 des reproductions

12 « Tous furent alors remplis de l’Esprit Saint et commencèrent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer […] Pierre alors, debout avec les Onze, éleva la voix et leur adressa ces mots… » (Actes des Apôtres, II, 4… 14) [trad. Bible de Jérusalem].

13 Actes, I, 8.

14 Martin H., Le métier de prédicateur…, op. cit., chap. XIII ; « Les Bretons et leurs prédicateurs à la fin du Moyen Âge », MSHAB, t. LXVII, 1990, p. 29-50 ; « La mission de saint Vincent Ferrier en Bretagne (1418-1419) : un exercice mesuré de la violence prophétique », Association bretonne, t. CVI, 1997, p. 127-141

15 L’étude des paysages figurant sur les manuscrits réalisés dans l’Ouest au xve siècle montre une certaine attention aux éléments du paysage, LOZAC’H François, La représentation du paysage dans les manuscrits à peinture bretons du xve siècle, mémoire de maîtrise, Rennes 2, 2001, 2 vol.

16 Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne (vers 1230-vers 1530), Paris, 1975, p. 319-323.

17 Sur d’autres miniatures, l’auteur suggère parfaitement le décalage historique de l’empereur Maxence et s’efforce de représenter des soldats romains. Sur ce maniement de l’anachronisme, Raynaud Christiane, « Entre texte antique et image médiévale », Médiévales, 10, 1986, p. 103-114.

18 L’attention est attirée sur ce fait par R. Rusconi à partir de l’étude de peintures concernant saint Bernardin de Sienne et Savonarole, op. cit., p. 450, 454. Martin H., Le métier de prédicateur…, op. cit., p. 56.

19 19. Ibid., p. 358.

20 Casagrande Carla, « Le calame du Saint-Esprit, grâce et rhétorique dans la prédication au xiiie siècle », La parole du prédicateur…, op. cit., p. 248.

21 Ibid., p. 235-254. Spécialement note 2.

22 La parole du prédicateur…, op. cit., introduction p. 9-11. En se référant à un tel discours, l’image s’appuie sur une tradition ancienne plutôt développée au xiiie siècle, les artes praedicandi du xve insistent beaucoup plus sur la formation intellectuelle théologique et rhétorique.

23 Martin H., Le métier de prédicateur…, op. cit., p. 52-57.

24 La parole du prédicateur…, op. cit., p. 19.

25 Wirth Jean, L’image médiévale, p. 231.

Auteur

Université Rennes 2

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540