Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Deuxième partie. Ordres mendiants et société

Les évêques profès des ordres mendiants dans la France de la fin du Moyen Âge

Vincent Tabbagh

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Epitaphier du Vieux Paris, éd. Raunié Émile, (Histoire générale de Paris), Paris, 1921, t. III, p. (...)
  • 2 Cette question a fait l’objet, pour la Bretagne, d’un chapitre du livre d’Hervé Martin, Les ordres (...)

1Sur sa pierre tombale dans l’église des Mineurs de Paris, l’évêque franciscain de Sarlat Jean Arnaud (1411-1416) apparaît revêtu de la robe d’un régulier, une ceinture de corde autour des reins et les pieds chaussés de sandales. Mais sa tête porte une mitre et son bras enserre une crosse1. Au-delà de la mort, il a voulu unir dans la représentation qu’il laissait de lui-même la pauvreté qu’il avait promise et la dignité qu’il avait reçue. Jean Arnaud n’aurait-il cependant atteint, par ce jeu d’attributs, qu’une équivoque ? L’évêque profès d’un ordre mendiant ne serait-il pas une chimère ? Dans le royaume capétien des xive et xve siècles, le mode de désignation par le choix des chanoines et les oppositions fréquentes entre les évêques et les ordres qui jouissent d’exemptions semblent réserver d’abord les sièges épiscopaux aux séculiers. Les frères cherchent une présence immédiate à l’ensemble des fidèles, par la pratique d’une édifiante pauvreté, l’enseignement des sermons, le pardon des péchés. Présider aux splendeurs liturgiques, gérer un vaste temporel à partir de manoirs et de forteresses, établir une législation synodale et procéder à des nominations, autant de tâches épiscopales qui ne constituent pas le prolongement naturel des valeurs et de la discipline apprises dans leurs couvents. Mais prêcher, punir et pardonner le sont davantage, et c’est pourquoi, malgré d’évidentes contradictions, l’épiscopat n’a pas semblé complètement incompatible avec l’état de mendicité. L’ordination sacerdotale réunissait déjà séculiers et mendiants, et les responsabilités les plus hautes dans l’Église ne devaient pas rester fermées aux personnalités éminentes des nouveaux ordres, quoiqu’elles n’apparaissent pas comme l’accomplissement le plus conséquent de leur choix de vie. Dès 1248, un peu plus de vingt ans seulement après la mort de saint François, un mineur, Eudes Rigaud, arrive à la tête du plus riche diocèse de France, Rouen, et le phénomène se reproduit aux xive et xve siècles en des occasions suffisamment nombreuses pour que l’étude de ces évêques mendiants ne puisse être négligée2.

  • 3 Par rapport à la France actuelle, Cambrai, les évêchés lorrains, alsaciens, comtois et savoyards, (...)

2Évaluer leur place dans l’espace français de l’époque, c’est-à-dire le Royaume, le Dauphiné et le comté de Provence3, entre l’avènement de Clément V et le concordat de Bologne, permet d’approcher l’influence acquise par les frères dans l’élite ecclésiastique, les espaces et les périodes de leur plus intense rayonnement, puisque pénétrer jusqu’au cœur du pouvoir séculier en constitue sans doute un signe irréfutable. C’est aussi saisir l’évolution de l’identité mendiante elle-même, la mesure dans laquelle elle s’éloigne de la radicalité des intuitions premières pour s’insérer davantage dans un milieu ecclésiastique toujours diversifié mais dont les contrastes s’atténuent peut-être peu à peu. C’est encore comprendre mieux la signification de la dignité épiscopale, et les conflits de pouvoir et de pastorale qui s’expriment à son entour.

  • 4 Les évêques suffragants, titulaires d’un évêché in partibus, très souvent mendiants, assez nombreu (...)
  • 5 Les évêques pouvant passer d’un siège à l’autre, les Mendiants assurent 172 épiscopats sur un tota (...)

3Cent trente-sept profès de l’un des quatre ordres mendiants maintenus après le concile de Lyon II sont parvenus à un siège épiscopal dans la période et l’espace définis4. Par rapport aux quelque deux mille évêques de l’ensemble, la proportion est faible5. Ils se répartissent très inégalement entre les régions et entre les périodes. Si 70 diocèses sur 119 ont connu un évêque mendiant, 51 sont situés au sud de Poitiers et de Bourges, 7 en Bretagne et 12 dans le reste de la France du Nord. Dans 14 diocèses, les mendiants ont assuré un minimum de quatre épiscopats, en Provence d’abord (Toulon en connaît huit, Cavaillon, Vaison et Vence chacun six, Grasse cinq) et, moins nettement, en Aquitaine (Bayonne détient le record pour cette région avec six épiscopats sur 19). Tréguier, avec six épiscopats mendiants sur un total, élevé, de 29, fait figure d’exception pour la France d’entre Loire et Manche. Aucun diocèse n’a constitué un domaine réservé, et dans les 14, les frères n’ont accompli que 41 % des épiscopats.

  • 6 Humbert de Viennois, archevêque de 1352 à 1355, après avoir vendu sa principauté et fait professio (...)

4La profession mendiante n’incite pas à l’héliotropisme ; elle conduit en revanche sur les sièges les plus modestes par la taille et le revenu. Les évêchés bretons les mieux pourvus en frères, Tréguier et Vannes, sont aussi les plus pauvres, si l’on se fie aux taxations de la Chambre apostolique au xive siècle. Dans le reste de la France du Nord, les deux seuls diocèses qui comptent trois évêques mendiants, Nevers et Senlis, sont parmi les moins riches. À part Reims, en la personne d’un ancien prince régnant devenu dominicain6, aucun évêché-pairie n’a connu un évêque mendiant, ni aucun des sièges prestigieux ou riches de la région, Rouen, Sens, Paris, Chartres, Thérouanne ou Tournai. En France du Sud, les mendiants manquent à l’appel dans les évêchés les mieux rentés, Auch, Narbonne, Viviers, Carcassonne, Maguelonne ou Béziers.

  • 7 Le sixième est Jean Raffanel, évêque de Senlis de 1434 à 1448. Ce maître en théologie, appartenant (...)

5Au nombre de 70, les évêques dominicains l’emportent assez nettement sur les fils de saint François, limités à 47. L’apport des deux autres ordres confine à la marginalité : treize ermites de saint Augustin et sept carmes ont reçu la responsabilité d’un diocèse. La répartition régionale des uns et des autres, mieux partagée pour les Prêcheurs, accentue encore l’impression de leur plus forte présence. Les mineurs ne comptent en effet que six épiscopats dans la moitié nord de la France, dont cinq dans la province de Tours7 ; les Prêcheurs en ont assuré quinze dans les provinces de Rouen, Reims et Sens réunies, et onze dans celle de Tours. En France du Sud, chacun des deux ordres détient une région d’influence privilégiée. En Dauphiné, Provence, et dans la basse vallée du Rhône, les Dominicains desservent 32 épiscopats, contre 27 dans l’espace languedocien, toulousain et aquitain ; les Franciscains, 22 contre 31, avec une présence particulièrement sensible à l’ouest de la Garonne.

  • 8 Un sondage, portant sur 338 évêques français de la période, ceux dont le nom commence par A ou B, (...)

6Une semblable distorsion entre Franciscains et Dominicains apparaît lorsqu’on les classe selon leur région d’origine. Alors que la prédominance méridionale s’affirme pour les premiers, avec 26 prélats certainement nés en France du Midi, contre six dans celle du Nord, quatre autres venant de l’étranger, pour les seconds, l’effectif des gens du Nord atteint presque celui des méridionaux, 25 contre 26. Les prêcheurs originaires d’Italie ou de Savoie sont au nombre de cinq. Comme les mineurs, les prélats augustins, et surtout les carmes, ont vu le jour d’abord dans le Midi. Au nord de la Loire, deux régions l’emportent nettement sur les autres, un ensemble bourguignon et champenois, dominé par les couvents d’Auxerre et de Sens, mais qui touche aussi les diocèses de Langres et de Troyes, avec une douzaine d’évêques, pratiquement tous dominicains, et la Bretagne, dont sont issus huit prélats mendiants. Les autres provinces ne fournissent que des contingents fort minces, comme la Normandie avec trois représentants, ou nuls, comme Paris et sa région, l’Artois, la Picardie, l’Anjou et la Touraine. Des plaines de Flandre, seul Gautier de Bruges est venu occuper un siège épiscopal, celui de Poitiers (1279-1306). Pour l’ensemble des ordres, 32 évêques appartiennent sûrement à un lignage noble, une douzaine seulement à une famille bourgeoise ou paysanne. Certes, les nobles font l’objet d’une identification aisée, ce qui n’est pas le cas de la grande majorité des autres, mais leur proportion parmi l’ensemble, presque le quart, dit bien l’influence aristocratique au sein du milieu mendiant8.

  • 9 Il s’agit de Pierre Madirat, Raymond d’Ogen à Lescar et Pierre de Planecassanhe à Rodez. À propos (...)
  • 10 Le prêcheur italien Gérard Pigalotti à Arras, le mineur Gautier de Bruges à Poitiers et l’ermite d (...)

7À l’avènement de Clément V, le royaume connaît six évêques mendiants, et le prêcheur Pierre Madirat préside aux destinées du diocèse de Vence. Pour trois d’entre eux, le mode d’accession à l’évêché reste un mystère, ce qui laisse supposer plutôt une élection9, trois autres ont été nommés par le pape10, et Geoffroy de Tournemine doit certainement le siège de Tréguier aux voix des chanoines. Dans les deux siècles qui suivent, pour la quasi-totalité des cas, les frères accèdent à l’épiscopat par promotion pontificale ; sept fois seulement, le chapitre a procédé à une élection. La pression du comte d’Armagnac guide les votes des chanoines de Lectoure vers les franciscains Martin Guttierez en 1426 et Amaury de Gaillard en 1453, celle de Charles le Téméraire fait élire son confesseur dominicain Enguerrand Signart à Auxerre en 1476, et celle du roi s’exerce dans toute sa force pour l’accession d’Antoine du Four à Marseille en 1506. On connaît mal les circonstances de l’élection de Jean Raffanel à Senlis en 1434, mais on peut sans doute y déceler l’influence royale. Si bien que seuls les dominicains Even Bégaignon, profès du couvent de Morlaix appartenant à une famille noble de la région, postulé par le chapitre de Tréguier auprès d’Urbain V en 1362, et Antoine de Remoules, lui aussi d’une grande famille locale, élu à l’unanimité par le chapitre de Grasse en 1427, paraissent avoir été vraiment choisis par la communauté canoniale. La libre élection d’un mendiant par des chanoines n’apparaît qu’en de très rares occasions, et de la part de chapitres particulièrement peu fournis.

  • 11 Les nominations de mendiants représentent 14 % des provisions ordinaires d’évêchés par ce pape. Ca (...)
  • 12 Sans multiplier les exemples, on peut citer celui d’Arnaud Royart, OFM, archevêque de Salerne Sar (...)
  • 13 Au contraire, Pierre de la Peirarède devient Maître du Palais en 1335, après son élévation, à Mire (...)

8La présence mendiante épouse donc la courbe du contrôle pontifical sur les nominations aux bénéfices majeurs, très intense à l’époque avignonnaise, surtout à partir de Jean XXII, beaucoup plus faible au xve siècle. Seulement 43 épiscopats mendiants se situent entre la fin du Grand Schisme et le concordat de Bologne, contre 86 lorsque la papauté était établie à Avignon. Elle suit aussi les inflexions de la politique de chaque pape, fonctions évidemment de la situation des différents ordres, de la ressource qu’ils offrent en personnalités de premier plan, des possibilités de soutien qu’ils représentent, des pressions qu’ils sont capables d’exercer. Clément V n’a nommé que deux évêques mendiants, des prêcheurs appartenant à son entourage immédiat, mais Jean XXII s’est largement appuyé sur les frères, procédant vingt fois à la nomination d’un dominicain et douze fois à celle d’un mineur11. Il choisit souvent ses proches par les liens de famille, comme Pierre de la Peirarède, Bernard du Pouget ou Jean Tissandier, des quercynois, des membres de sa cour comme son confesseur Jacques de Concots ou son bibliothécaire Guillaume de La Broue. Les personnalités remarquables par leur science théologique ou la place qu’ils occupent dans l’appareil d’inquisition sont alors quasiment assurées d’obtenir un siège, à condition d’appartenir au parti du pape au sein de leurs ordres et même, le plus souvent, de l’avoir soutenu dans les luttes sévères qu’il a engagé contre les franciscains spirituels ou les évêques qui lui étaient hostiles, voire dans ses audaces théologiques12. Les Maîtres du Palais, théologiens officiels de la cour pontificale, coiffent ainsi la mitre après quelque temps de service, comme Durand de Saint-Pourçain, Guillaume de Laudun puis Dominique Grima13, mais aussi des intellectuels un peu plus indépendants comme le franciscain Pierre Auriol, archevêque d’Aix en 1321, ou le dominicain Pierre de La Palu, nommé patriarche de Jérusalem en 1329, et qui reçoit l’administration de Conserans en 1336. L’Inquisition donne Jean du Prat, promu à Évreux en 1328, venant du tribunal de Carcassonne, et le célèbre Bernard Gui. Moins nombreux, des mendiants doivent aussi, sous Jean XXII, leur nomination à l’influence locale de leur famille, dans des diocèses d’importance secondaire, comme les évêques prêcheurs de Bayonne Pierre de Maslacq et Pierre de Saint-Jean, Roscelin des Baux nommé à Riez en 1319, ou Jacques du Moustier à Glandève en 1328. Par deux fois seulement le pape se plie à une pression princière, celle de la cour de Provence pour Foulques Chantelmi à Vence en 1325, et celle de la cour de France pour Jacques de Corvo à Quimper en 1326. Le pape cahorsin choisit donc de s’appuyer sur les plus brillants et les plus efficaces des théologiens proches de ses positions, pour isoler mieux encore les courants critiques ou déviants au sein de leurs ordres. Qu’il les nomme pour des sièges particulièrement exposés comme Toulouse, Mirepoix, Pamiers ou Marseille, montre l’importance qu’il accorde à la fonction épiscopale dans la lutte contre les hérésies.

9L’austère cistercien Benoit XII n’a fait entrer aucun dominicain dans le corps épiscopal français, et seulement deux franciscains, l’inquisiteur Guillaume Astre, nommé à Apt en 1336, et l’un de ses proches, Pastor de Sarrats, à Embrun en 1339. Clément VI, malgré les nombreuses possibilités de nominations que lui offre la grande peste, se montre tout aussi hostile ou indifférent aux mendiants : aucun fils de saint François n’est introduit ni muté, il répond à des demandes pour Jean de Revol (Orange, 1349) et Pierre de Treigny (Senlis, 1352), puisque le premier est confesseur du dauphin et l’autre du roi, et six évêques mendiants lui doivent vraiment leur dignité, trois de ses proches comme son confesseur augustin Jean Coci, auxquels s’ajoutent l’inquisiteur Pierre Brun à Conserans en 1342, l’augustin Hugues de Baile à Toulon, qui était déjà auparavant titulaire d’un siège italien, et le très original Humbert de Viennois. Sous son pontificat, commence à se dessiner une typologie des prélats mendiants, différente de celle qui pouvait exister sous Jean XXII, et dont les grands traits se maintiennent jusqu’au xvie siècle.

10Les confesseurs des grands, en particulier dominicains, occupent la première place. On en compte bien plus de vingt, ceux des princes prenant au xve siècle le relais de ceux du roi, plus nombreux au xive siècle, bien que ceux-ci ferment la marche avec le carme Laurent Bureau nommé à Sisteron en 1499, et le dominicain Antoine du Four à Marseille en 1506. On peut y ajouter quelques proches d’une cour princière, Pierre Trousseau, dominicain, lié au duc de Berry, nommé à Dax en 1391, les fidèles du roi René, Robert Damiani, franciscain promu archevêque d’Aix en 1447, ou Antoine Ferrier et Pierre Marini, deux augustins, le premier placé sur le siège d’Orange en 1442, et le second sur celui de Glandève en 1447. Toussaint de Villeneuve, évêque de Cavaillon à partir de 1467, est un proche de la Maison de Bourbon, par ailleurs né dans une grande famille du Comtat. Toutes les cours ont participé à la promotion des mendiants qui étaient à leur service, celle d’Anjou comme celles de Bourgogne, de Bretagne, de Foix ou d’Armagnac, celle de France montrant plus de réticence parce qu’elle devient, pendant la majeure partie du xve siècle, favorable aux élections par les chapitres, ce qui ne permet pas, ou très exceptionnellement dans le cas de Jean Raffanel, le choix de frères. Ainsi se traduit, aux plus hauts niveaux de l’institution ecclésiale, le soutien traditionnel apporté par l’aristocratie aux ordres mendiants, mais aussi la faiblesse de leur influence, comparée à celle des séculiers, dans le gouvernement royal, une fois l’exemple de saint Louis abandonné par ses successeurs.

  • 14 Il est l’un des trois franciscains nommés pendant le court pontificat de ce pape qui appartient lu (...)

11Les membres de la cour pontificale maintiennent leur présence entre le milieu du xive siècle et la fin du Schisme, mais disparaissent presque complètement par la suite. Guillaume Sudre, dominicain nommé à Marseille en 1361, prolonge la tradition des Maîtres du Palais qui deviennent évêques ; celle des confesseurs du pape est représentée par Dominique de Florence, qui commence à Albi en 1379 une brillante carrière, puis Raymond de Bonne, nommé à Vaison l’année suivante, Raoul de Bonneville, qui lui succède sur ce siège en 1386, et Alexis de Siregno, placé à Gap en 1409 par Alexandre V14. Dans l’ensemble, les frères ainsi promus n’ont pas l’envergure de leurs prédécesseurs du temps de Jean XXII. Les fonctions d’inquisiteur ont permis à Jean du Puy (Cahors, 1431), puis à Pierre Turelure (Digne, 1445), de se faire remarquer. En revanche, l’élection aux plus hautes fonctions de leurs ordres ne conduit pas souvent les mendiants vers l’épiscopat. On ne rencontre parmi les évêques français de cette époque aucun ministre général des Mineurs, et, chez les Prêcheurs, Simon de Langres, nommé à Nantes par Urbain V en 1366, fait figure d’apax. L’habitude est mieux établie chez les Carmes, dont les prieurs généraux Barthélemy de Rocalli, à Marseille en 1433, et Jean Fassi, à Riez en 1450, reprennent la tradition de Pierre de Casa nommé à Vaison en 1341. Tous trois étaient des régnicoles.

  • 15 Périgueux avait déjà reçu, en 1387, un évêque dominicain qui semble bien appartenir à une grande f (...)

12La fin du xive siècle renoue avec la pratique de nommer dans leur région d’origine des mendiants y ayant acquis, par leur naissance ou leur savoir, un rayonnement certain. Le jeune François de Cardaillac, voué sans doute dès sa naissance à suivre l’exemple de son saint patron, est certes nommé à Cavaillon en 1366, mais il gagnera ensuite le diocèse de Cahors, berceau de sa famille. Au xve siècle, Pierre de Foix commence à Lescar, sur nomination d’Alexandre V, une carrière complexe, qui lui fait détenir trois évêchés du piémont pyrénéen et l’archevêché d’Arles. C’est pour le siège de Périgueux que le fils du premier baron du Périgord, Hélie de Bourdeille, reçoit en 1437 une dignité qu’il va porter haut pendant près d’un demi siècle15. Théologiens au rayonnement local, comme les franciscains Pierre d’Oriach à Bayonne (1371-1383), son successeur immédiat Pierre de Sumelaga, ou Jean de Caseton (Bazas, 1374-1394), prieurs de couvents prestigieux, comme celui des Dominicains de Toulouse (Sanche Mulier, nommé à Oloron-Sainte-Marie en 1402), ou provinciaux pleins d’avenir, comme le jeune Avignon Nicolai promu évêque de Senez en 1408, viennent compléter les rangs de cet épiscopat mendiant. Au total, la procédure de nomination pontificale ne parvient pas à dissimuler qu’après le milieu du xive siècle, et de plus en plus par la suite, les princes sont pratiquement les seuls soutiens de la pénétration mendiante dans l’épiscopat ; les ordres eux-mêmes prennent leur distance avec cette dignité, puisque les plus zélés de leurs membres, travaillés par l’esprit de l’observance, déclinent les offres de nomination qui leur sont faites : sous d’autres cieux que la France, certes, Bernardin de Sienne n’a-t-il pas refusé par trois fois une promotion épiscopale ?

13Une certaine unité est donnée à cet épiscopat mendiant par la solide formation, exclusivement théologique, qu’impliquent les vœux qu’il a prononcés. La grande majorité d’entre eux a même acquis, comme lecteur dans les couvents, une reconnaissance suffisante pour qu’une faculté leur délivre la maîtrise en sacra pagina. Mais une grande diversité règne dans leur existence antérieure à l’épiscopat, en particulier dans la période postérieure au pontificat de Jean XXII. Cette hétérogénéité, comme leur faiblesse numérique, les empêchent d’exercer, au sein du corps épiscopal de leur époque, une influence qui leur soit propre ; très minoritaires dans les assemblées, leur champ d’action se limite aux frontières, souvent resserrées, de leur diocèse. Il n’est pas sûr qu’ils aient pu y déployer une activité très spécifique.

  • 16 Devic Cl. et Vaissette J., Histoire générale du Languedoc, Toulouse, 1885, t. IX, p. 614.
  • 17 Villiers Le Père Cosme de, Bibliotheca carmelitana, Orléans, 1752, t. II, col. 561.
  • 18 Histoire littéraire de la France, t. 35, Paris, 1921, p. 462.
  • 19 Ibid., t. 34, Paris, 1915, p. 282.
  • 20 Coulet Noël, Aix-en-Provence, espace et relations d’une capitale (milieu xive s.-milieu xve s.), A (...)

14Outre sa formation théologique poussée, l’évêque mendiant se distingue de son confrère séculier par la médiocrité assez générale de son siège, un début de carrière sensiblement différent, une expérience juridique et administrative souvent très limitée. Leurs activités pastorales et leurs façons de vivre sont-elles aussi différentes ? Il est difficile de répondre à la question, les petits diocèses méridionaux n’ayant pas souvent laissé une documentation très abondante. Mais sans doute le poids d’une fonction de cette importance, modelée par une tradition si ancienne, s’impose-t-il à tous de manière uniforme, enfermée qu’elle est aussi par un carcan de droits et de privilèges définis dans les siècles antérieurs. En général, l’effort intellectuel, de l’élaboration de traités dogmatiques à la rédaction de sermons, anime la plupart des évêques en question, dans une mesure qu’on ne rencontre pas parmi les séculiers ou les moines. Plusieurs laissent une œuvre théologique encore aujourd’hui reconnue, comme Gilles de Rome, Durand de Saint-Pourçain ou Pierre Auriol. Beaucoup d’autres ont écrit, des sermons évidemment, comme l’archevêque de Toulouse Guillaume de Laudun16, des traités, comme celui de Robert Gervais, évêque de Senez, à propos du Schisme, en faveur des positions clémentines, ou celui du carme Pierre de Casa, évêque de Vaison (1341-1348), qui commente les livres politiques d’Aristote17, ou encore des ouvrages de dévotion. Arnaud Royart, évêque de Sarlat de 1330 à 1334, a laissé des Distinctiones, un commentaire des Sentences, des sermons et un traité sur la pauvreté du Christ et de ses disciples18. Franciscain comme lui, et son contemporain, Jean Rigaud, évêque de Tréguier, mène une pastorale par l’écriture, à travers la rédaction d’une vie de saint Antoine de Padoue, d’une Formula confessionum, d’une Expositio missae et d’un Compendium pauperis, résumé des points principaux de la théologie19. Si les prélats mendiants du xive siècle sont plus prolixes que ceux du suivant, l’évêque de Glandève de 1447 à 1468, l’augustin Pierre Marini, compte à son actif de nombreux ouvrages d’exégèse, de patristique, et de sermons, qui traduisent une culture étendue, de saint Augustin à Jean Buridan, de la Bible aux ouvrages d’histoire20.

  • 21 Calmet Pierre, « Pierre de Pleincassagne : son testament, inventaire de ses meubles », Annales de (...)
  • 22 Jullien De Pommerol Marie-Henriette, « Les livres dans les dépouilles des prélats méridionaux », L (...)
  • 23 Williman Daniel, Bibliothèques ecclésiastiques au temps de la Papauté d’Avignon, Paris, 1980, p. 2 (...)
  • 24 Coulet N., « Bibliothèques aixoises du xve siècle (1433-1448) », Livres et bibliothèques, op. cit.(...)
  • 25 Poüan B. Th., Le saint cardinal Hélie de Bourdeille, Neuville-sous-Montreuil, 1900, p. 112.
  • 26 Pivert Pierre, Laurent Bureau, Bibl. mun. Dijon, Br V 2520.

15Ceux qui n’écrivent pas eux-mêmes manifestent leur goût des livres par la constitution de bibliothèques. Dans les premières années du xive siècle, Pierre de Plane­cassanhe a réuni celle de l’évêché de Rodez, en léguant à ses successeurs 125 volumes rangés dans une armoire. Il possédait environ 40 ouvrages d’Écriture sainte, une vingtaine en théologie, le Timée de Platon et un texte de Ciceron21. Il laissa cent psautiers aux écoliers de son diocèse22. Jean Artaud, évêque de Marseille mort en 1335, détenait 69 livres, et Jean Tissandier, évêque de Lodève puis de Rieux, 5023 ; au xve siècle, la bibliothèque de l’archevêque d’Aix Avignon Nicolai en comprend 13824. Hélie de Bourdeille fait construire au-dessus du cloître la librairie de la cathédrale de Tours, qu’il aurait voulu ouverte au public25. Plus modestement, Laurent Bureau se contente de doter d’une bibliothèque le couvent des Carmes de Dijon, où il était entré âgé d’une douzaine d’années26. Par leur volonté de développer la lecture et de mettre leur savoir et leur réflexion au service de la foi de tous, les évêques mendiants se montrent souvent fidèles au ministère de leurs ordres.

  • 27 Il est représenté dans ce costume à une clef de voûte de la chapelle Saint-Antonin du couvent des (...)
  • 28 Poüan B. Th., Le saint cardinal, op. cit., passim.

16Dans leur comportement personnel, certains d’entre eux s’efforcent, dans la vie quotidienne, de mettre en application les vœux qu’ils ont prononcés. Ils continuent de porter le qualificatif de « frère » devant leur nom, et conservent l’habit de leur religion, comme le prêcheur Dominique Grima, évêque de Pamiers27. Hélie de Bourdeille se fait enterrer dans sa robe de franciscain, sans bière ni coffre ; il la conservait en permanence, avec la corde, de jour comme de nuit, et observait, comme il est de règle dans son ordre, un second Carême dans l’année, de la Toussaint à Noël. Assidu au prêche et à la confession, qu’il pratiquait pendant ses visites pastorales, il se confessait lui-même chaque jour, écoutait de pieuses lectures pendant le repas ; il vivait cependant dans son palais, entouré d’une domesticité considérable, avec gentilshommes, écuyers et chapelains28. Au contraire, l’évêque de Cahors François de Cardaillac vit au couvent des Mineurs de sa cité. Au moment de leur mort, une large majorité d’entre eux préfère être inhumée dans une église de l’ordre où elle a fait profession ; sur les 46 dont on connaît le lieu de sépulture, 32 ont fait ce choix, contre 14 dont le sol de la cathédrale a reçu le corps, parfois dans une place éminente, comme Hélie de Bourdeille enseveli à droite du maître-autel de Saint-Gatien de Tours.

  • 29 Williman D., The right of spoil of the Pope of Avignon, 1316-1415, Philadelphie, 1988, n° 925, 876 (...)
  • 30 Ibid., n° 445
  • 31 Calmet P., « Pierre de Pleincassagne », op. cit.
  • 32 Williman D., The right of spoil, op. cit., n° 94.
  • 33 Contrasty Jean, Histoire de la cité de Rieux-Volvestre et de ses évêques, Toulouse, 1936, p. 82.
  • 34 Il fait édifier à Rieux un vaste palais épiscopal et reconstruire la nef de la cathédrale ; il aug (...)
  • 35 Jean de Lescun, archevêque d’Auch de 1463 à 1483, est peut-être le fils du cardinal. Clergeac A., (...)

17Les biens qu’ils laissent à leur mort témoignent de leur rapport à l’argent : la pratique assidue de l’aumône, comme Bourdeille qui fait passer tout ce qui lui vient des amendes et du sceau de la cour de son official en distributions aux indigents, s’oppose à la thésaurisation. Les exécuteurs de Pierre de La Peirarède, mort évêque de Mirepoix en 1348, ne versent que 150 florins à la Chambre apostolique, au titre du droit de dépouille, les biens personnels de Pierre Ainardi, évêque de Senez de 1362 à 1368 étant abandonnés pour 400 florins à son successeur, tandis qu’elle recueille moins de 500 florins des dépouilles de l’évêque de Marseille Jean Artaud, dominicain, mort en 133529. Mais Guillaume de La Broue lègue au moins 2000 florins au couvent des Dominicains de Cahors30, l’argenterie de Pierre de Planecassanhe pèse près de 400 marcs, et ce légat pontifical pour la Méditerranée orientale a rapporté de ses voyages des objets exotiques et précieux comme une couverture en cuir de crocodile31. Le franciscain Austence de Sainte-Colombe détient plus de 5500 florins au moment où il quitte son évêché de Sarlat pour l’au-delà, en 137032. Quant à Jean Tissandier, il semble bien avoir oublié en ce domaine l’exemple du « Poverello » : qu’il ait porté pendant son épiscopat le costume des cordeliers ne l’empêche pas de laisser à sa mort, en 1348, plus de 70 kg d’or en monnaies diverses, et pour plusieurs milliers de florins d’obligations à son profit ; déposée dans un bureau de la trésorerie de son manoir, une série d’objets variés, anneaux d’argent, vases sacrés, livres, représente autant de nantissements de prêts33 ; avec lui se dessine une étrange figure de prélat franciscain grand constructeur, mécène et prêteur sur gages34. Pierre de Foix n’a pas placé sa vie sous le regard de Dame Pauvreté, la prédication n’a pas constitué son pain quotidien, il a plutôt manipulé les bénéfices majeurs à son profit ou à celui de ses proches, sans aucun scrupule, et on peut le soupçonner d’avoir laissé derrière lui un bâtard ; mais sa naissance et sa dignité cardinalice expliquent sans doute ce comportement35.

18Sous l’habit du mendiant ou non, la vie privée de ces prélats présente donc une grande diversité et bien des similitudes avec celle des séculiers. Il en va de même pour leur zèle envers leurs diocésains. Plusieurs évêques mendiants proches de la cour d’Avignon y sont souvent retenus, mais on sait Dominique Grima, ou Jean Tissandier à partir de 1334, présents dans leur diocèse de Pamiers et de Rieux. Plus tard, l’augustin Pierre Assalbit n’a pas beaucoup résidé dans ses sièges d’Oloron, Condom et Alet, pris qu’il était par ses fonctions de confesseur et bibliothécaire de Martin V. Mais les mendiants d’origine locale, dans les petits diocèses de la France du Sud-Ouest par exemple, au xve siècle notamment, n’avaient pas de motifs à rester durablement loin de leur cité ; et ceux qui avaient d’abord confessé les princes quittaient en général leur service quand ils recevaient la crosse et l’anneau. Il est certain que Guillaume Sudre, évêque de Marseille de 1361 à 1366, a visité son diocèse, de même qu’en 1416, le franciscain Bertrand Rodulfi celui de Digne.

  • 36 Poüan B. Th., Le saint cardinal, op. cit., passim.
  • 37 Artonne André, Guizard Louis et Pontal Odette, Répertoire des statuts synodaux des diocèses de l’a (...)
  • 38 Fournié Michelle, Le Ciel peut-il attendre ? Le culte du purgatoire dans le Midi de la France (v. (...)

19Lorsqu’on peut les connaître avec quelque précision, dans de rares cas, les accents de leur pastorale ne paraissent pas très originaux. Hélie de Bourdeille, si attaché à son ordre, se montre soucieux du relèvement et de l’embellissement des églises, dépensant par exemple 2000 francs pour l’aménagement du maître-autel de Saint-Étienne de Périgueux ; il introduit dans ses cathédrales des fêtes nouvelles, celle de saint François certes, mais aussi la Visitation et l’Assomption, la Saint-Joseph et la Saint-Alexis ; il préside des translations de reliques, plaçant celle de saint Front dans un reliquaire d’argent massif qui coûta 1200 livres ; il encourage la pratique des pèlerinages, puisqu’il fait construire à ses frais l’église de Sainte-Catherine de Fierbois36. L’œuvre législative de ces évêques, sous forme de statuts synodaux, contraste par sa minceur avec celle de leurs frères séculiers, par l’effet sans doute de leur formation. Une dizaine seulement a laissé un recueil ou des traces de ces canons, parfois dans des compilations très inspirées par des collections antérieures, celle de Rodez pour Guillaume de La Broue à Cahors ou celle de Toulouse pour Dominique Grima à Pamiers37. D’autres n’élaborent que de courts préceptes de circonstance, comme Gautier de Bruges à Poitiers ou Simon de Langres à Nantes. Les véritables constitutions, renouvelées et cohérentes, ne se rencontrent donc qu’à Arras (Gérard Pigalotti, 1296), Mirepoix (Pierre de La Peirarède) et plus tard Cavaillon (Toussaint de Villeneuve, 1474). Celle de Mirepoix présente même d’audacieuses particularités, puisque l’évêque s’y efforce, appuyé sur saint Thomas, d’y clarifier les positions de l’Église au sujet de l’au-delà38.

  • 39 En revanche, Gilles de Rome et Raymond d’Ogen, évêque de Lescar O. F.M., ont fait le voyage. Du Pu (...)
  • 40 Millet Hélène et Poulle Emmanuel, Le vote de la soustraction d’obédience en 1398, t. I, Paris, 198 (...)

20L’appartenance d’origine à une organisation universaliste et directement soumise au siège apostolique a-t-elle poussé ces évêques vers des comportements de défense farouche des intérêts de l’Église en général et du pape en particulier, face aux princes notamment ? Gautier de Bruges a multiplié les conflits avec les officiers du roi, mais ne semble pas être allé à Rome pour le concile convoqué par Boniface VIII à la Toussaint 1302, respectant ainsi les interdictions de Philippe le Bel, non plus que l’évêque d’Arras Pigalotti39. Six évêques mendiants étaient en situation de participer à l’assemblée du clergé à Paris, en 1398, qui devait se prononcer sur la soustraction d’obédience. Deux ne sont pas venus, le dominicain Philippe Froment, ancien confesseur du duc de Bourgogne, évêque de Nevers, et le franciscain Pierre Sulpin, évêque de Bazas. Trois autres se sont fait représenter, Guillaume de Vallan, évêque d’Évreux, Pierre de Durfort, de Périgueux, dominicains, et François de Cardaillac, mineur, de Cahors. Seul était présent l’évêque jacobin d’Albi, Dominique de Florence. Durfort et Florence votent contre la soustraction, alors que Vallan et Cardaillac s’en montrent partisans40. À cette époque, de futurs évêques sont de farouches soutiens de Benoît XIII, comme Sanche Mulier ou Avignon Nicolai. Plus tard, le mineur Bernard de La Roche, évêque de Cavaillon (1424-1427), puis de Montauban (1427-1445), siège au concile de Bâle, et appartient au camp de ses alliés à la cour de France, alors qu’Hélie de Bourdeille est l’auteur d’un traité contre la Pragmatique Sanction. Aucune cohésion ne se développe donc dans le milieu en question, traversé par les conflits et partagé dans ses positions politiques et ecclésiologiques tout autant que l’ensemble de l’Église de France. Et si les attitudes favorables au pape l’emportent quelque peu, au moment du Grand Schisme notamment, elles semblent relever d’une culture dominante dans le clergé de France du Sud plus que de l’appartenance à un ordre mendiant.

21La participation des frères à l’épiscopat français de la fin du Moyen Âge ne manque pas de valeur. D’une période à l’autre, des prélats morts en odeur de sainteté se succèdent, Gautier de Bruges, l’évêque de Bayonne Pierre de Saint-Jean (†1356), Hélie de Bourdeille, ou le confesseur dominicain d’Anne de Bretagne, Yves Mayeuc, évêque de Rennes de 1507 à 1541, dans un bel équilibre entre Dominicains et Franciscains. Après les personnalités puissantes mais isolées de l’entrée dans le xive siècle, comme Gilles de Rome ou Gautier de Bruges, le pontificat de Jean XXII apparaît, tant par le nombre que par la qualité des frères choisis, comme l’âge d’or de l’épiscopat mendiant en France. Par la suite la papauté fait moins souvent appel à leurs services, et c’est surtout la fonction de confesseur d’un prince qui conduit encore quelques-uns d’entre eux, alors souvent âgés, pas forcément bien préparés, sur des sièges épiscopaux où ils n’apportent plus une contribution vraiment originale. Véritable instrument d’une politique pontificale de lutte intellectuelle, judiciaire et pastorale contre les vestiges ou les surgeons hérétiques de la France du Midi sous Jean XXII, la promotion des mendiants à l’épiscopat fait ensuite figure d’attribution de récompense ou de manifestation du pouvoir princier. Les meilleurs d’entre eux ne voient pas dans l’accession à cette dignité un moyen efficace d’affirmer la puissance de leur ordre. Malgré une réflexion théologique plus profonde que celle des séculiers, les frères devenus évêques ne cultivent pas de comportements ou de stratégies pastorales spécifiques. Ils reflètent bien la situation générale des mendiants en France, contraints par les querelles et les pressions, au xiiie siècle et dans les débuts de la papauté avignonnaise, d’effacer les particularités les plus sensibles de leur discipline, de leur activité et de leur vie spirituelle, et de se fondre dans un ensemble apaisé, au prix d’un certain étouffement de leur identité et de leur rayonnement.

Notes

1 Epitaphier du Vieux Paris, éd. Raunié Émile, (Histoire générale de Paris), Paris, 1921, t. III, p. 396.

2 Cette question a fait l’objet, pour la Bretagne, d’un chapitre du livre d’Hervé Martin, Les ordres mendiants en Bretagne (vers 1230-vers 1530), Paris, 1975, p. 405-427.

3 Par rapport à la France actuelle, Cambrai, les évêchés lorrains, alsaciens, comtois et savoyards, et Elne, ont été exclus. Cela représente, après les créations de Jean XXII, un ensemble de 119 diocèses.

4 Les évêques suffragants, titulaires d’un évêché in partibus, très souvent mendiants, assez nombreux au xve siècle, n’ont pas été pris en compte. Leurs responsabilités sont souvent limitées à des cérémonies d’ordination, de consécration et de réconciliation des lieux pollués. D’autres les ont rejoints dans mon désintérêt : les partisans de Rome pendant le Grand Schisme, lorsqu’ils ont contre eux un compétiteur reconnu par le roi de France ; les cardinaux italiens qui reçoivent des évêchés en administration, comme Pierre Riario, dont le chapeau dissimule sans doute complètement l’origine mendiante ; les évêques nommés puis décédés avant leur consécration, comme le franciscain Bernard d’Albret à Dax en 1362 ; quelques rares cas douteux ou très mal déterminés comme Roland, évêque de Vaison de 1483 à 1485, titulaire auparavant du siège de Tortosa en Syrie (Eubel Conrad, Hierarchia catholica Medii Aevi, t. II, Münster, 1914, p. 263). En revanche, j’ai fait au cardinal Pierre de Foix l’Ancien la grâce de le retenir : élevé aux couvents franciscains de Morlaas et de Toulouse, nommé évêque en 1409 à 23 ans, il y a quelques chances qu’il ait prononcé des vœux. Pour les nominations et carrières des évêques, je renvoie une fois pour toutes à l’ouvrage du père Eubel, et aux notices, parfois fautives cependant, de la Gallia christiana.

5 Les évêques pouvant passer d’un siège à l’autre, les Mendiants assurent 172 épiscopats sur un total d’environ 2 500.

6 Humbert de Viennois, archevêque de 1352 à 1355, après avoir vendu sa principauté et fait profession au couvent des Prêcheurs d’Avignon en 1350 ; il était veuf depuis 1347. Desportes Pierre, Le diocèse de Reims (Fasti Ecclesiae gallicanae, III), Turnhout, 1998, p. 176. Un autre prince mendiant devient archevêque peu après lui : Charles, fils aîné du comte d’Alençon, neveu du roi Philippe VI, entre chez les Dominicains, puis devient archevêque de Lyon à 28 ans, en 1365, sans doute sur la demande de Charles V.

7 Le sixième est Jean Raffanel, évêque de Senlis de 1434 à 1448. Ce maître en théologie, appartenant au couvent de Senlis, avait été confesseur du duc de Berry, puis de la reine Marie d’Anjou. Müller Eugène, Trois évêques de Senlis, Beauvais, 1867, p. 14.

8 Un sondage, portant sur 338 évêques français de la période, ceux dont le nom commence par A ou B, quel que soit leur ordre, régulier ou séculier, montre une proportion de 49 % de nobles de vieille souche, les anoblis de fraîche date ayant été éliminés. Le recrutement parmi les Mendiants contribua donc à l’ouverture sociale de l’épiscopat.

9 Il s’agit de Pierre Madirat, Raymond d’Ogen à Lescar et Pierre de Planecassanhe à Rodez. À propos de ce dernier, la Gallia christiana, t. I, Paris, 1715, col. 215, évoque une nomination par le pape en raison d’un conflit électoral, mais il n’y en a pas trace dans les registres de Boniface VIII.

10 Le prêcheur italien Gérard Pigalotti à Arras, le mineur Gautier de Bruges à Poitiers et l’ermite de saint Augustin Gilles Colonna, dit Gilles de Rome, à Bourges.

11 Les nominations de mendiants représentent 14 % des provisions ordinaires d’évêchés par ce pape. Caillet Louis, La papauté d’Avignon et l’Église de France, Paris, 1975, p. 54, compte 230 provisions, qu’il faut réduire à 224, puisque cet auteur inclut dans ses calculs la province de Tarentaise et les diocèses d’Elne et de Cambrai. Jean XXII n’a nommé ni ermite augustin ni carme.

12 Sans multiplier les exemples, on peut citer celui d’Arnaud Royart, OFM, archevêque de Salerne Sarlat, auparavant membre de la commission qui condamna les écrits de Pierre de Jean Olieu sur l’Apocalypse. Denifle Henri, Chartularium universitatis parisiensis, t. II, Paris, 1891, p. 239.

13 Au contraire, Pierre de la Peirarède devient Maître du Palais en 1335, après son élévation, à Mirepoix en 1327.

14 Il est l’un des trois franciscains nommés pendant le court pontificat de ce pape qui appartient lui-même à cet ordre.

15 Périgueux avait déjà reçu, en 1387, un évêque dominicain qui semble bien appartenir à une grande famille locale, Pierre de Durfort ; il pèse cependant un certain doute sur son identité exacte.

16 Devic Cl. et Vaissette J., Histoire générale du Languedoc, Toulouse, 1885, t. IX, p. 614.

17 Villiers Le Père Cosme de, Bibliotheca carmelitana, Orléans, 1752, t. II, col. 561.

18 Histoire littéraire de la France, t. 35, Paris, 1921, p. 462.

19 Ibid., t. 34, Paris, 1915, p. 282.

20 Coulet Noël, Aix-en-Provence, espace et relations d’une capitale (milieu xive s.-milieu xve s.), Aix-en-Provence, 1988, p. 562.

21 Calmet Pierre, « Pierre de Pleincassagne : son testament, inventaire de ses meubles », Annales de Saint-Louis des Français, t. I, 1896, p. 487-529.

22 Jullien De Pommerol Marie-Henriette, « Les livres dans les dépouilles des prélats méridionaux », Livres et bibliothèques (xiiie-xve siècle), Cahiers de Fanjeaux, n° 31, Toulouse, 1996, p. 291.

23 Williman Daniel, Bibliothèques ecclésiastiques au temps de la Papauté d’Avignon, Paris, 1980, p. 28 et 43.

24 Coulet N., « Bibliothèques aixoises du xve siècle (1433-1448) », Livres et bibliothèques, op. cit., p. 211.

25 Poüan B. Th., Le saint cardinal Hélie de Bourdeille, Neuville-sous-Montreuil, 1900, p. 112.

26 Pivert Pierre, Laurent Bureau, Bibl. mun. Dijon, Br V 2520.

27 Il est représenté dans ce costume à une clef de voûte de la chapelle Saint-Antonin du couvent des Jacobins de Toulouse. Histoire littéraire de la France, t. 36, Paris, 1927, p. 257, note 9.

28 Poüan B. Th., Le saint cardinal, op. cit., passim.

29 Williman D., The right of spoil of the Pope of Avignon, 1316-1415, Philadelphie, 1988, n° 925, 876 et 627.

30 Ibid., n° 445

31 Calmet P., « Pierre de Pleincassagne », op. cit.

32 Williman D., The right of spoil, op. cit., n° 94.

33 Contrasty Jean, Histoire de la cité de Rieux-Volvestre et de ses évêques, Toulouse, 1936, p. 82.

34 Il fait édifier à Rieux un vaste palais épiscopal et reconstruire la nef de la cathédrale ; il augmente d’une chapelle l’église de Mineurs de Toulouse, décorée de vingt grandes statues de pierre peinte. Ibid., passim.

35 Jean de Lescun, archevêque d’Auch de 1463 à 1483, est peut-être le fils du cardinal. Clergeac A., Chronologie des archevêques, évêques et abbés de l’ancienne province ecclésiastique d’Auch et des diocèses de Condom et de Lombez, Paris, 1912, p. 3, note 1.

36 Poüan B. Th., Le saint cardinal, op. cit., passim.

37 Artonne André, Guizard Louis et Pontal Odette, Répertoire des statuts synodaux des diocèses de l’ancienne France, Paris, 1969.

38 Fournié Michelle, Le Ciel peut-il attendre ? Le culte du purgatoire dans le Midi de la France (v. 1320-v. 1520), Paris, 1997, p. 458-462.

39 En revanche, Gilles de Rome et Raymond d’Ogen, évêque de Lescar O. F.M., ont fait le voyage. Du Puy P., Histoire du différend d’entre le pape Boniface VIII et Philippes le Bel, Paris, 1655, Preuves, p. 86.

40 Millet Hélène et Poulle Emmanuel, Le vote de la soustraction d’obédience en 1398, t. I, Paris, 1988.

Auteur

Université de Bourgogne

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540