Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Deuxième partie. Ordres mendiants et société

Un discours sur les Mendiants : Jean Dupin et le Livre de Mandevie

Françoise Michaud-Fréjaville

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Jean Batany a répertorié une quarantaine d’ » états du monde » entre 1300 et 1380 (Batany Jean, «  (...)

1La description critique, ou tout au moins l’évocation ironique, des « états du monde », est devenue à la fin du Moyen Âge un genre d’une assez grande banalité1. Faut-il vraiment y traquer encore quelque éclairage nouveau sur les défauts petits ou grands, voire même les vices, des différentes catégories des acteurs de la comédie humaine ? Quelques reflets d’une vérité vécue par les contemporains ? En ce qui touche les frères mendiants, dès le xiiie siècle Rutebeuf pourrait avoir tout résumé des critiques qu’ils soulevèrent bien peu de temps après leur apparition : ils sont trop nombreux et divers pour que Dieu s’y retrouve :

  • 2 Rutebeuf, Œuvres complètes, Zink Michel (éd.), Paris, 1990, coll. « Lettres gothiques », p. 442 : (...)

Tant d’ordres avons ja
Ne sai qui les sonja :
Ains Diex teiz gens n’on ja
N’il ne sont ci ami.
Papelart et Beguins
Ont le siecle honni2.

2Mais la saturation de l’historien (et du lecteur, parfois) ne doit pas amener à oublier que moralistes et pamphlétaires n’ont cessé de reprendre et ressasser le thème des insuffisances des Mendiants. Ils dénoncent à l’envi les abîmes qui séparent le dit et le vécu, le projet et la réalisation, l’idéal et le réel, l’angélique et l’humain. On n’a jamais laissé silencieux l’espace entre le ciel et la terre, bien au contraire il bruit des chants d’espoir et des cris de déception renouvelés à chaque génération.

  • 3 Orléans, Médiathèque, ms. 465 (380). Les références au texte seront celles de ce manuscrit. Une pr (...)
  • 4 Ce n’est pas un cahier égaré à la reliure ou arraché mais une importante lacune de copie entre le (...)
  • 5 Mandevie n’y est pas présenté comme un chevalier, le connétable de Bonne vie, mais comme un saint (...)
  • 6 Lindgren Lauri, Les Mélancolies de Jean Dupin, Turku, 1965 (Annales Universitatis Turkuensis, Ser. (...)
  • 7 Dictionnaire des Lettres françaises, le Moyen Âge, Paris, 1992, p. 767 : Dans son article Sylvie L (...)
  • 8 F° 2 v° : « Je qui ne suys digne de parler de si haute chose, fors seulement de la graice dou Sain (...)

3Le Livre de Mandevie de Jean Dupin est un de ces ouvrages moraux dont la forme assez aride et le propos apparemment plutôt banal ont rebuté les commentateurs qui l’ont souvent rangé dans une catégorie de sous Roman de la Rose besogneux. Sans doute mérite-t-il un sort meilleur, quand bien même n’aurions-nous pas un pur chef-d’œuvre, et il n’est pas inutile, peut-être, d’y chercher la place faite par l’auteur aux Mendiants. Les seize manuscrits conservés en France, Angleterre et Italie et les deux éditions incunables manifestent d’un certain intérêt que ce texte souleva pendant deux siècles. La Médiathèque d’Orléans en possède l’exemplaire le plus ancien, datable de la fin du xive siècle3. C’est une copie soignée mais pas tout à fait complète, un folio manque (entre les folios 8 et 9) et un grand passage n’a pas été recopié entre le dernier tiers du troisième livre et le premier quart du quatrième4. Cette seconde lacune est peut-être à l’origine de l’inachèvement de la décoration de l’exemplaire orléanais : les initiales sont en réserve et les peintures prévues en tête de chaque livre sont seulement indiquées au trait ; le début du livre quatre manquant, le programme est donc incomplet5. Le manuscrit d’Orléans comporte les deux parties que la critique a distinguées : Le Livre de Mandevie en prose parfois rythmée (f° 2-63 v°a : Les Merancolie Jehan Dupin sur les condicions de cest monde) et les Mélancolie de Jehan Dupin en octosyllabes (f° 63 v°a à 98 : Le viiie livre qui s’appelle le Livre de la somme de l’avision Jehan Dupin en laquelle est registré en brief formes rimees toute l’auctorite des vii livres) qui seules ont fait l’objet d’une édition6. L’auteur Jean Dupin, que l’on a cru Bourbonnais, reste inconnu7 ; à en croire le prologue, il aurait commencé sa rédaction à vingt-deux ans en 1324 et mis le point final en 1340 ; cependant le texte, si l’on suit Dupin lui-même, n’aurait reçu son introduction qu’après 13428.

  • 9 Guillaume de Digulleville, Pélerinage de vie humaine, Stürzinger J. J. (éd.), Londres, Roxburghe c (...)

4Jean Dupin, s’inspirant du Roman de la Rose et des géographies imaginaires des cycles romanesques, voyage en rêve en compagnie du chevalier Mandevie. Le chevalier commente l’action de manière sentencieuse au sens propre, c’est-à-dire par une avalanche de proverbes. Tous deux vont assister à la confrontation du bien et du mal : ce dernier l’emportant – provisoirement ? – dans une psychomachie assez répétitive, le monde s’en trouve renversé (livres I à V). Mandevie fait parcourir ensuite à Dupin la succession des six âges de l’homme qui devraient mener à la bonne vie (livre VI) et termine par une très longue proclamation de doctes conseils, c’est La chanson sans commencement du livre VII. À la différence de Guillaume de Digulleville dans son Pélerinage de vie humaine9, Dupin ne fait qu’assister aux péripéties des combats, il n’est soumis à aucun choix ni à aucune épreuve vraiment personnels, il n’est en fait qu’un observateur passif, assez terrifié il est vrai.

5En cheminant nos héros rencontrent des personnages de la société des hommes à côté d’allégories diverses, et parmi ce monde on devine la silhouette de quelques frères mendiants. Dans un balancement à la fois pédagogique et formellement facile, Dupin place ces hommes de foi tour à tour au sein des deux sociétés opposées qu’il a traversées : le monde positif et libre de Bonne Franche qui est en voie de périr sous les coups des vices et finalement subit le joug de l’Ennemi, et le monde négatif et privé de liberté de Male Serve que Dupin pourrait peut-être éviter en suivant les conseils de son mentor Mandevie. La mise en vers finale ne laisse par prévoir autre chose que la condamnation à la pénitence des moins pires des frères mendiants.

  • 10 Cf. les passages transcrits en annexe 1. Livre I, f° 6a.
  • 11 Faire croire. Techniques et modalités de la diffusion du message religieux du xiie au xve siècle, (...)

6Dans le monde juste et heureux de Bonne Franche, les mendiants exercent uniquement leur fonction de porteurs de la bonne parole. Visible de tous sur son estrade – le perron – en face de l’esplanade du petit château « des Frans » où siègent les Arts libéraux, les reines « du sens acquis des.VII. ars de Science », le prêcheur utilise au bénéfice de ceux qui l’écoutent l’enseignement de ces Dames, c’est-à-dire la quintessence de la sagesse, qui donne « entendement de cognoistre le souverain roy10 ». On doit remarquer le jeu de mot et le rapprochement entre (art) libéral et liberté ou franchise, sur lequel l’auteur se garde d’ailleurs d’appuyer. Cette prise de parole est publique, généreuse. Elle a comme seul projet la vie éternelle (« eschiver la mort »), récompense de tous ceux qui répondent librement – libéralement – à l’amour toujours présent (et donc vivant) de Dieu. Le prêcheur, on le comprend, ne peut parler efficacement que parce qu’il sait utiliser à bon escient les enseignements qu’il a reçus. Le résultat est tout à fait satisfaisant : le discours est suivi, compris. Bien composé et bien dit, le sermon paraît court malgré la longueur d’une parole qui doit prendre soin de démontrer pour entraîner une véritable adhésion. Ce qui compte est le fond, conforme à la vérité de la foi : c’est un enseignement « dévot ». L’excellence de la forme n’est, selon les apparences, qu’une technique pour retenir, par sa perfection, le plus grand nombre, ce peuple qui écoute avec courtoisie : au respect du prêcheur envers son public doit répondre l’attention des auditeurs Il n’y a là aucune originalité chez notre auteur11, si ce n’est que fort souvent le public, peu « acortez » réagissait avec une certaine vigueur, ce qui n’est pas le cas dans le monde rêvé de Dupin. Le passage, fort bref ne permet absolument pas de voir les particularités des messages des différentes familles de prêcheurs.

  • 12 Logique est le seul des sept arts dont Mandevie dénonce une possible déviation conduisant au péché (...)
  • 13 Mandevie, f° 5 v°b : « la seconde de ses dames fust appellee Logique, par sournois Dialectique ; q (...)
  • 14 Biard Joël, Logique et théorie du signe au xive siècle, Paris, Vrin, 1989.

7Il faut cependant relever que l’auteur, avec grande subtilité, a déjà inclus le ver dans le fruit : parmi les sept Dames qui ont été présentées lors de l’évocation de leur demeure il en est une dont la science est ambivalente, c’est la Logique ou encore Dialectique12. L’utilisation de l’argumentaire déroulé de façon imparable peut amener à soutenir toute chose, bonne comme mauvaise, de façon aussi convaincante. Ainsi, cet art libéral peut-il être « sournois » et aboutir à présenter « par raison d’argument » le mal pour le bien, et opérer ainsi une sorte de détournement de la liberté des hommes13. On ne saurait cependant dire que Dupin aille très loin dans la dénonciation des dangers de l’art du syllogisme14 mais il n’ignore pas que la technique pure, par le biais de l’entrée plutôt fracassante des Frères dans le monde du savoir, risquait de rendre moins évangéliquement accessible le message simple des mendiants : aimer Dieu pour mériter la vie éternelle.

  • 15 Mandevie, f° 5 v°a : « En celi chastellet estoit toutte la consolacoin des.III. Palais et de la fr (...)

8En vérité, Dupin ne fait peut-être pas ici un cas particulier des Prêcheurs en tant que fils de saint Dominique : il a précisé plus haut que le « châtelet des Francs » était le lieu de la prise d’habit des ordres, et il semble qu’il faille bien ici entendre l’ensemble des clercs, tous passés au moule du trivium et du quadrivium15.

9Aux quelques lignes nostalgiques sur un monde quasi idéal, que j’ai développées pour les besoins du raisonnement, répond la dure réalité du tableau de Male Serve. Dupin n’innove en rien, une fois de plus, mais l’organisation de son texte est un bon exemple du très grand soin mis à la composition, ici encore loin d’être un simple fatras.

  • 16 Jean de Meung, le Roman de la Rose, Poirion Daniel (éd.), Paris, Garbier/Flammarion, 1974, v. 1161 (...)

10Dans le palais d’Ypocrisie, en la chambre de Simonie, il n’y a plus de hiérarchie : les Mendiants ne sont plus, comme le prêcheur de Bonne Franche, au-dessus du monde des fidèles sur un perron et en position de faire porter leur voix mais côte à côte avec les laïcs dans le siècle. Ce qui était une des nouveautés de la vocation des frères, être proche de tout un chacun, a tourné à leur honte. On les retrouve non plus en liberté et au service de tous mais enfermés comme valets, au service du pire des mauvais maîtres. Ce lieu clos n’est plus le couvent auquel les frères sont statutairement attachés, où commandent l’abbé ou le supérieur auxquels ils sont tenus d’obéir, désormais c’est la chambre d’un seigneur totalement illégitime et par là même les mendiants enfreignent leurs vœux. Leur seule présence dans le palais fait d’eux, de façon naturelle, des hypocrites au double jeu. La citation du Roman de la Rose « faictes ce qu’ils sermonneront et ne faictes pas ce qu’ils feront16 » que Dupin intercale alors – en l’attribuant à Guillaume de Saint-Amour – comme une auctoritas, est un lieu commun de la critique envers les donneurs de leçons peccamineux ; elle reprend textuellement les paroles de Jésus à propos des Pharisiens : « Ne vous réglez pas sur leurs actes, car ils disent et ne font point » (Matthieu 23,3). Nous pouvons croire que l’affaire est entendue et donc l’action des Mendiants totalement condamnée par la plus haute parole qui soit.

  • 17 Mandevie, f° 30b
  • 18 Ibid.

11Il n’en est rien. Par une volte face qui ramène Dupin au plus évident conformisme, tout en laissant à l’auteur du Roman de la Rose la responsabilité de ses dires, et avec une formule juridique (« sauve la grâce d’autrui ») qui lui permet un demi-tour des plus naturels, notre auteur, pas si rêveur, annule par l’intermédiaire de Mandevie toute critique et, pour réutiliser à mon tour les proverbes dont Jean Dupin fait un abondant usage, suggère que l’arbre ne fait pas la forêt, qu’on ne doit pas condamner le tout pour la faute d’un seul : « li bons ne portent pas la charge des malvais17 ». Faut-il prendre cette réhabilitation pour argent comptant ? Ne sommes-nous pas plutôt dans un jeu où l’annulation primaire de la critique par une formule de gens de robe voilerait une condamnation radicale ? L’affirmation conclusive et effectivement dubitative, « sans doubte c’est devote et saine religion que des frères Mendiants18 », ne serait-elle pas là pour enfoncer au contraire le clou de la pancarte du pilori où l’on veut exposer les frères ?

12La perfection et la dévotion admirées au temps où régnaient les Arts libéraux dans Bonne Franche ne seraient-elles pas à relire alors une autre fois comme une première attaque masquée contre l’hypocrisie non pas conjoncturelle mais fondamentale de ces religieux qui ne sont ni dans le siècle, ni au monastère, ni uniquement membres de l’Université ni totalement écartés des ambitions enseignantes et, pis encore, des carrières épiscopales ?

  • 19 Annexe II. Dans la table originale, au folio 63b, le chapitre est noté : « Des freres prescheurs e (...)

13L’explicitation serait-elle à trouver au huitième livre, celui qui est censé résumer en vers les réflexions à la fois du voyageur imaginaire et de son accompagnateur ? L’ » Etat des frères précheurs » est le vingt-huitième chapitre des quarante parcourus par Dupin dans son panorama du monde19. Il présente d’abord l’intérêt de bien préciser quels sont les ordres mendiants visés par l’auteur, jusqu'alors restés dans l’anonymat. Rien que de très classique, ce sont les quatre grands du xive siècle : les frères de François et Domi­nique, repris sous les noms des cordeliers et des jacobins, puis les carmes et les ermites de saint Augustin.

  • 20 Mandevie, f° 31a. Il est vrai que cette comparaison avec le ribaut est donnée à la fin du paragrap (...)

14On retrouve dans le discours qui les présente les traits des caricatures les plus banales, plus passe-partout encore que les quelques phrases acerbes du livre V. Les défauts fustigés sont l’hypocrisie, les conseils luxurieux aux femmes sans défense dont les frères usurpent la direction de conscience, la gourmandise des bons morceaux et du vin délicat, le souci avaricieux de leur « jardin » – un pré carré précieusement gardé –, la lenteur proche de l’acédie, l’orgueil intellectuel où rivalisent nommément carmes et jacobins, l’envie avouée par une parole détournée de son rôle prêcheur, enfin le goût de la chicane c’est-à-dire la colère. On le voit, l’éventail des vices vainqueurs de la psychomachie décrite aux livres antérieurs est bien au complet, comme, il est vrai, il l’est pour les autres états du monde. Tous ces vices sont aggravés par la nécessité de dissimuler, de faire semblant. L’hypocrisie est la mère de leurs vices, devenue une seconde nature. Le vêtement du frère, avec la corde qui l’enserre dit peut-être la seule vérité : « tielx gens sont accomparez au ribaut qui porte la corde sur soy dont il puis attaché au gibbet […] moult y a de religieux qui n’ant de leur droit que l’habit20 ». On reconnaîtra le proverbe l’habit ne fait pas le moine totalement retourné : la corde fait le larron.

  • 21 Comme dans la Summa de Viciis de Guillaume Peyraud (1236), cf. Dondaine A., « Guillaume Peyraut, V (...)
  • 22 Batany J., « D’où vient le contrôle social ?… », op. cit., p. 174 : « On aboutit à une perversion (...)
  • 23 Mandevie, f° 67va : « Dame c’est en confession. /Vous voulez vostre corps détruire / Il vous faut (...)

15La réduction des Mendiants à l’état commun des hommes pécheurs, incapables de résister à la tentation comme tout un chacun, et davantage fautifs encore parce que ce sont eux qui ont de façon radicale engagé par leur parole le combat contre les vices21, apparaît comme un désordre de plus du monde « bestourné » qui est celui que dénonce Dupin. Jean Batany a démontré qu’en contrepartie le moraliste ne parvenait pas à proposer une hiérarchie humaine ou ecclésiastique des pouvoirs apte à permettre de retrouver le droit chemin22. Ceux qui doivent servir de modèles et dire le juste ne donnent que de mauvais exemples, et ne suggèrent, comme les confesseurs mendiants qui se mêlent de la cure des âmes féminines, que des comportements déshonnêtes23.

16Dans son résumé versifié qui correspond à un état de veille où il exerce sa réflexion, Dupin se révèle plus directement pessimiste que lorsqu’il rapportait les épisodes du voyage rêvé accompli en compagnie de Mandevie. La critique des ordres, nommément désignés, s’enchâsse dans la certitude de la miséricorde de Dieu pour ceux qui suivent la règle, affirmée en deux lignes, et la sévère sentence des huit vers de la fin qui les condamne « tous et trestous » à passer par les épreuves de la pénitence… s’ils en sont dignes, ce qui sous entend que le doute est permis sur le salut de la plupart. Dans une allégation presque paradoxale Dupin en effet promet aux meilleurs (et nous devrions ici sans doute mettre dans le texte des guillemets à « proudome ») les châtiments les plus durs : « ils soustendront grant penitence ».

  • 24 Mandevie, f° 39 v°a (livre VI).
  • 25 Martin Hervé, Mentalités médiévales xie-xve s., Paris, 1996, p. 215.

17Quand Jean Dupin met le point final au Livre de Mandevie, l’utilisation de la fiction allégorique du voyage moraliste l’a conduit à une contemplation morose, à un état des lieux et des hommes qui aboutit à un complet pessimisme. Si humour il y a, et il existe mais ceci est une autre histoire, il est constamment noir comme le visage du Prince de l’Abîme. L’exemple des frères mendiants n’expose qu’une des nombreuses désillusions du monde. Le constat est d’autant plus démoralisant en ce premier tiers du xive siècle qu’il reflète sans doute une réelle inquiétude devant les incertitudes religieuses et les menaces de guerre alors que Dupin arrive à l’âge où l’on constate : « moult deceu m’a le monde24 ». « Ainsi s’énonce par bribes un discours sur le monde qui peut, par intermittence, produire un effet de réel très accusé25 ». On ne peut que souscrire à cette réhabilitation du symbolisme du Moyen Âge finissant.

Annexe I

Le Livre de Mandevie de Jean Dupin
(Médiathèque d’Orléans, ms. 465 [380])

18Livre I, f° 6a :

19[Mandevie et Dupin sortent sur la place de Bonne Franche, alors cité des Arts libéraux]
Davant celui chastellet, ou milieu de la Cité, avoit un plain, et ou milieu, sur un peron, avoit un frere prescheur qui moult perfectement faisoit son sermon et moult devotement, pour essaucer l’amour du roy vivant, pour eschiver la mort. Moult l’exposoit exellemment et tout le pueble l’escoutoit moult acortez. Et conbien que li sermons fu longs, si deplut-il bien au pueble qui la estoit quant il fu si tot finez.

20Livre V, f° 30a et b :

21[La cité de Bonne franche a été prise par le prince des Ténèbre, elle est désormais Male Serve, maître Simon (soit la Simonie) y règne au palais d’Ypocrisie ; dans sa chambre sont ses gens de condition…]
La.vie. Condicion : religieux et freres mendians au siecle, en l’oustel et en la conpagnie des lais, par laquelle il oblient et fraignent le veu de leur ordre.
« Or, fait Mandevie, il laissent le ciel pour la terre, jamais n’y entrerront, et pour ce dit Guilleme de Saint Amour en son Livre de la Rose, qui dit des mandians :

  • 26 Jean de Meung, Roman de la Rose, Poirion Daniel (éd.), Paris, Garnier/Flammarion, 1974, v. 11611-1 (...)

22Trop sont devoz davant la gent, mes il font darriere autrement.
Faictez ce qu’il sermonneront et ne faictes pas ce qu’il feront,
Car bonne predicacion vient de bien mal entencion.
Ja ne diront la Perenostre, se vos ne leur donnez du vostre,
Se vous ne leur donnez pitance, car trop vous donront grief penitence26. »

23Sauve la grace de celui de Saint Amor de parlier legerement contre l’ordre, car entre toutez compaigniez en a de bons et de mauvaiz. Jhesus Christ avoit.XII. disciplez, de quoy un le traÿ : li bons ne portent pas la charge des malvaiz, car sans doubte cest devote et saincte religion que des freres mandians.


Annexe II

Mandevie, livre VIII
(Médiathèque d’Orléans, ms. 465 [380] f° 67 v°a.)

24Sur l’estat des freres prescheurs.

25Saint François, saint Dominique
Hant deux deux ordres sains et benignes
Forfaictes par grant devocion,
Qui n’ont ni propres ni saisine ;
Selon la saincte loy divine
Doivent avoir remission :
Nul ne puet dire mauvais signe
De ceulx qui tiennent bien sa rille
Et vie de perfection.
Mais entreulx en a d’ypocrites
Qui font semblant destre benignes
De ceulx diray ma entencion :

26Daucun en y a trop gloton
Quant il font procuracion
Car cest leur rigle et leur nature.
Les dames visiter sen vont
Qui nont ni sire ni baron.
Volontiers y prennent leur cure
A conseil il font un sermon :
« Dame, cest en confession
Vous voulez vostre corps detruire
Il vous faut ami ou baron !
Si prendrez recreacion
pour un pou conforter Nature.
Perdre laissez vostre saison !
Sil vous plaist, nous porchacerons
Qui vous servira par mesure ».

27Les Cordeliers sont une gent
Qui bons lopins vont procurans
Et nont cure de vin sauvaige

28(F° 67 v° b) :

29Qant il sont chex la brave gent
Se herberger sont a leur talent.
Adonc parlent de mariage.

30Les Cordeliers, les Jacobins
Sont plus chaux davoir bon lopins
que nest malade de sancté !
Voluntiers desieunent matin
Et s’il hont bon pain et bon vin
Si vont preschier apres digner.

31En lordre des Carmeriens
A clercs bons theologiens
Soient jeunes ou anciens.
Et tous ceulx de saint Augustin
des plus saiges font question
Beau cloitre hont et bel jardin.

32Li Augustin sont conquerant
Et cil du Carmes complaignant,
Parfoy ci sont li Jacobins
Qui ne savent pas calmement.
Envieux sont et mal parlent
L’un de l’autre soir et matin ;
Entreux a plait et grant content
En cour de Rome, au Parlement,
Hont tosjors plait de lor jardin.

33A tous freres predicateurs
Et a trestous religieus
Qui sont dignes de penitance
Doivent servir par grant honneur
Leur Dieu et leur vray createur
Et faire moult grant reverence.
Proudome sont tuit li plusieurs
Il soustendront grant penitence

Notes

1 Jean Batany a répertorié une quarantaine d’ » états du monde » entre 1300 et 1380 (Batany Jean, « D’où vient le contrôle social ? Quelques incertitudes du xive siècle », Pouvoirs et contrôles sociaux politiques, Razo, Cahiers du centre d’études médiévales de Nice, n° 9, 1989, p. 169-178).

2 Rutebeuf, Œuvres complètes, Zink Michel (éd.), Paris, 1990, coll. « Lettres gothiques », p. 442 : « La chanson des ordres ».

3 Orléans, Médiathèque, ms. 465 (380). Les références au texte seront celles de ce manuscrit. Une première transcription des sept premiers livres a fait l’objet d’un mémoire : Castello Avelin, Le Livre de Mandevie, Edition des

livres 1 à 7 et commentaire, mémoire de maîtrise de l’université d’Orléans, 1996, 2 vol.

4 Ce n’est pas un cahier égaré à la reliure ou arraché mais une importante lacune de copie entre le f° 25b et le 25 v°a. A. Castello a reconstitué le texte absent avec le manuscrit fr. App. XLV (10494) de la Bibliothèque nationale de Saint-Marc (Venise), f° 27 v°-35. On peut penser que le modèle, séparé en pecia, n’avait pas été rigoureusement repéré.

5 Mandevie n’y est pas présenté comme un chevalier, le connétable de Bonne vie, mais comme un saint angélique. Le dessinateur a choisi, d’après le texte, de privilégier l’aspect d’ange gardien plutôt que de guide armé : « Cilz chevalier estoit si beaux qu’il ne sembloit pas qu’il fust d’humaine nature, quar il estoit purifiez et creez du ciel espuré où li ange habitent, et tenoit en sa main une espee plus clere que le souleil et si longue que je ne pohaie veoir la fin de la poincte… » (f° 3a-3b). Mandevie est même doté d’ailes au début des premier, cinquième et sixième livres.

6 Lindgren Lauri, Les Mélancolies de Jean Dupin, Turku, 1965 (Annales Universitatis Turkuensis, Ser. B., t. 95).

7 Dictionnaire des Lettres françaises, le Moyen Âge, Paris, 1992, p. 767 : Dans son article Sylvie Lefêvre « renonce » à identifier l’auteur avec le Jean Dupin qui devint abbé de Cluny († 1374). Karl Louis, « Un moraliste bourbonnais et son œuvre, le roman, de Mandevie et les Mélancolies », Bulletin de la Société d’émulation du Bourbonnais, 1912, l’avait fermement assimilé à ce bénédictin, maître en théologie ; d’autres l’ont pensé plutôt Cistercien, ce que Jean Batany a récusé, après son article « Les moines blancs dans les États du monde », Cîteaux, 1964, t. XV, dans Cîteaux, 1968, t. XIX, p. 134.

8 F° 2 v° : « Je qui ne suys digne de parler de si haute chose, fors seulement de la graice dou Saint Esperit, veil que mon acteur soit nommé Mandevie, et commenceay cest livre par maniere de advision en lan mille.IIIC. XXIIII. en laage de.XXII. an et fut finé l’an mille.IIIC.XL. » ; cependant au f° 3 v°, le texte d’introduction raconte un miracle de saint Claude qui eut lieu le 10 août 1342, ce que Jean Dupin dit avoir lu « en authentiquez livres » au monastère même de Saint-Claude (c’est-à-dire dans la Comté de Bourgogne). On se demande d’ailleurs ce que viennent faire là les trois récits de miracles de ce saint dans le prologue.

9 Guillaume de Digulleville, Pélerinage de vie humaine, Stürzinger J. J. (éd.), Londres, Roxburghe club, 1893. La rédaction du premier Pélerinage, datée des années 1330-1331, est donc contemporaine de l’élaboration du Livre de Mandevie.

10 Cf. les passages transcrits en annexe 1. Livre I, f° 6a.

11 Faire croire. Techniques et modalités de la diffusion du message religieux du xiie au xve siècle, Rome, 1981.

12 Logique est le seul des sept arts dont Mandevie dénonce une possible déviation conduisant au péché. Réthorique que l’on pourrait aussi juger ambivalente est vierge de tout soupçon car il ne l’applique qu’à la seule connaissance de « droiz, lois et decrez » et à l’usage de « bien tort pugnir et droiture accomplir ».

13 Mandevie, f° 5 v°b : « la seconde de ses dames fust appellee Logique, par sournois Dialectique ; qui de celle seroit apris, il prouverait par raison d’argument ce qui lui plairoit a soustenir, ou bien, ou mal, ou tort, ou droit… ».

14 Biard Joël, Logique et théorie du signe au xive siècle, Paris, Vrin, 1989.

15 Mandevie, f° 5 v°a : « En celi chastellet estoit toutte la consolacoin des.III. Palais et de la franche cité : la prennent ordez leur habit ».

16 Jean de Meung, le Roman de la Rose, Poirion Daniel (éd.), Paris, Garbier/Flammarion, 1974, v. 11611-11612.

17 Mandevie, f° 30b

18 Ibid.

19 Annexe II. Dans la table originale, au folio 63b, le chapitre est noté : « Des freres prescheurs et contient vii proverbes », j’avoue peiner à repérer la totalité des dictons…

20 Mandevie, f° 31a. Il est vrai que cette comparaison avec le ribaut est donnée à la fin du paragraphe général sur les religieux (c’est-à-dire les réguliers) et non appliquée spécifiquement aux frères.

21 Comme dans la Summa de Viciis de Guillaume Peyraud (1236), cf. Dondaine A., « Guillaume Peyraut, Vie et œuvre », Archivum fratrum prædicatorum, 1948 (18), p. 162 sqq.

22 Batany J., « D’où vient le contrôle social ?… », op. cit., p. 174 : « On aboutit à une perversion du contrôle, et on pourrait en rapprocher ce que Jean Dupin dit des frères Mendiants à propos de la confession qui est […] un moyen de pousser les laïcs au vice ».

23 Mandevie, f° 67va : « Dame c’est en confession. /Vous voulez vostre corps détruire / Il vous faut ami ou baron !/ Si prendrez recreacion/Pour un peu conforter Nature. /Perdre laissez vostre saison… ».

24 Mandevie, f° 39 v°a (livre VI).

25 Martin Hervé, Mentalités médiévales xie-xve s., Paris, 1996, p. 215.

26 Jean de Meung, Roman de la Rose, Poirion Daniel (éd.), Paris, Garnier/Flammarion, 1974, v. 11611-11614 : « Faites ce qu’ils sermonneront, /Ne faites pas ce qu’ils feront, /De bien dire n’ierent ja lent, /Mes de faire n’ont il talent. » On sait que certains manuscrits attribuent à Guillaume de Saint-Amour, auteur en 1256 du De periculis novissiorum temporum contre les Mendiants, la seconde partie du Roman de la Rose, LANGLOIS E., Les manuscrits du Roman de la Rose, Paris, 1910, p. 11 et 83.

Auteur

Université d’Orléans

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540