Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Deuxième partie. Ordres mendiants et société

Jacobita secundus Judas. L’honneur perdu des Prêcheurs après la mort d’Henri VII

Franck Collard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Collard Franck, « L’empereur et le poison : de la rumeur au mythe. À propos du prétendu empoisonne (...)

1Même débarrassée de la dimension apologétique qui l’a longtemps imprégnée, l’historiographie des ordres mendiants s’est surtout attachée à mesurer et comprendre le succès des deux fondations de saint François et de saint Dominique. L’hostilité suscitée par Dominicains et Franciscains a moins retenu l’attention. Comme chacun sait, la haine contre les deux ordres inquisiteurs, la contestation de leur activité universitaire, la dénonciation de leur mode de vie, les procès en hypocrisie intentés contre eux habitent la poésie de Rutebeuf. Une manifestation méconnue de l’animosité anti-dominicaine au long du xive siècle et au-delà mérite une enquête car elle met en jeu la fama collective d’un ordre accusé d’avoir nourri en son sein le prétendu empoisonneur de l’empereur Henri VII, décédé dans les environs de Sienne le 24 août 1313. Après avoir brièvement rappelé les origines de cette accusation traitée en détail par ailleurs1, le présent travail étudiera la construction de l’infamie, puis reconstituera les démarches de l’OFP pour obtenir restitution de son honneur avant de montrer la persistance et l’enrichissement, au-delà de 1360, d’un courant diffamatoire activement combattu par les Frères prêcheurs au xve siècle. La partie conclusive s’efforcera de tirer les enseignements d’un épisode indubitablement douloureux pour l’ordre et riche de significations sur sa perception.

Les origines d’une accusation

  • 2 La bibliographie abondante du sujet est indiquée dans l’article cité ci-dessus.
  • 3 C’est l’un des aspects qui seront développés dans un ouvrage en préparation sur le crime de poison (...)
  • 4 Acta capitulorum provincialium provinciae romanae (1243-1344), Kaeppeli Th., Rome, 1941, p. 100 et (...)
  • 5 D’après la chronique du FP Giovanni di Matteo del Caccia d’Orvieto, mentionnée dans Davidsohn R., (...)
  • 6 Constitutiones et acta publica imperatorum et regum, Monumenta Germaniae Historica (cités désormai (...)
  • 7 Geoffroi de Paris, Chronique rimée, éd. RHGF, XXII, Paris, 1855, p. 141.
  • 8 Chronica Ordinis, Reichert B.M. (éd.), Rome, 1904 (Monumenta ordinis fratrum praedicatorum histori (...)
  • 9 Voir par exemple la Cronica Reinhardsbrunnensis, (530-1338), Holder-Egger O. (éd.), MHG SS, XXX-1, (...)
  • 10 Propos du maître général de l’ordre lors du chapitre de Londres à la Pentecôte de 1314, Acta capit (...)

2Une abondante littérature a établi depuis longtemps que les causes de la mort d’Henri VII ne devaient rien à un quelconque poison mais provenaient des divers maux dont souffrait un souverain harassé par son expédition italienne infructueuse à ramener la paix et à rétablir l’autorité impériale. Très vite, les clivages traditionnels de l’Italie entre Guelfes et Gibelins avaient repris leurs droits2. Dans ce genre de querelle, l’accusation d’empoisonnement n’avait jamais été absente, depuis la lutte entre Grégoire VII et les Saliens jusqu’au combat des Staufen contre Rome3. Honni fût celui qui usait d’une arme bannie par la civilisation du glaive. Il n’est donc pas surprenant que, dès l’empereur trépassé, le venin ait été invoqué par les siens pleins d’une désolation vindicative. Plus remarquable fut la direction que prirent les accusations. Elles visèrent en effet le confesseur toscan du monarque, Bernardin de Montepulciano, ofp, signalé au couvent de Lucques dans les années 1290 et 13004, peut-être étudiant aux studia de Paris et Cologne5, puis passé au service de l’empereur pour qui il accomplit des missions diplomatiques en diverses villes italiennes6. Mal en point, Henri VII désirait faire ses dévotions le jour de l’Assomption. Il communia donc, de la main de son confesseur, en ingérant le vin d’ablution. Puis il s’attabla à un banquet au cours duquel il défaillit pour ne plus jamais recouvrer la santé. Un lien se fit donc immédiatement dans l’entourage du prince entre la communion baillée par Bernardin et l’altération fatale de l’état d’Henri VII. De surcroît, le départ hâtif du prêcheur pour Arezzo passa pour une fuite signant le crime. Bien vite, « ceste opinion/Vole par mainte region7 ». La rumeur étend la responsabilité de la mort du souverain à l’ordre auquel il appartenait8, passant pour le relais de la volonté du pape9. Se développent en parallèle une mémoire infamante de l’événement et des mouvements contre les Dominicains placés en position délicate. Les chiens de garde de la chrétienté deviennent des indésirables chassés et molestés. Les champions de la Foi, défenseurs implacables de l’Eucharistie face aux hérétiques, passent pour des profanateurs du saint sacrement et des fils du diable. Les voici plongés dans de « grandes tribulations10 », matérielles et morales.

La construction de l’infamie et le calvaire des Prêcheurs

  • 11 Imperator Heinricus. Ein spätmilittelalterlicher Texte über Kaiser Heinrich VII. in kritischer Bel (...)
  • 12 Brevis historia ordinis Fratrum Praedicatorum, Martène et Durand (éd.), in Veterum scriptorum et m (...)
  • 13 Ferretus Vicentinus, Historia, Muratori (éd.), Rerum Italicarum Scriptores (cités désormais RIS), (...)
  • 14 Imperator Heinricus, p. 98.
  • 15 Testimonia de morte Henrici VII. Imperatoris, MGH, Leges, IV-2, Constitutiones et acta publica…, t (...)
  • 16 Ibid., n° 1246, p. 1305 : gentes regionis vestre sunt ex rumore hoc nephando et incredibili sic co (...)
  • 17 Pierre de Zittau, Chronique, p. 351 : In multis enim locis fratres Praedicatores male tractati sun (...)
  • 18 Chronica ordinis, p. 21 : ordini invidentes
  • 19 Ibid., p. 22. Voir aussi le Bullarium Ordinis Fratrum Praedicatorum, Rome, t. 2, 1730, p. 219-220  (...)
  • 20 Geoffroi de Paris, Chronique rimée, p. 140, v. 5295 sq. Il convient d’être prudent car dans les Re (...)
  • 21 On relève effectivement cette confusion dans quelques récits italiens. Voir le récit très erroné D (...)
  • 22 Jean de Winterthur, Chronica, Baethgen F. (éd.), MGH SS rer. Germ., n. série, 3, Berlin, 1923, p. (...)
  • 23 Brevis historia…, col. 378.

3« Ex cujus male bestie traditione dampnosissima multi infiniti e suis confratribus Jacobini ac domus eorum in Tuscia, Lombardia et aliis partibus mundi igne et gladio interierunt. » Ainsi est dépeinte la situation des Prêcheurs par un continuateur rhénan anonyme de la Martiniane11. L’ordre traverse en effet une période épouvantable dans les régions relevant de la juridiction impériale12. D’après certaines sources, des violences se sont exercées dès les obsèques du monarque menées à Pise dans une ambiance lugubre mêlée de fureur13. Au lieu d’être inhumée au couvent des Prêcheurs de la ville, la dépouille princière trouve sépulture en la cathédrale14. Le 14 septembre 1313, les autorités d’Arezzo, où s’est réfugié Bernardin, jugent bon, évêque, commune et podestat, d’alerter le cardinal d’Ostie Nicolas de Prato, ofp, des dangers que courent les frères15. Le 12 avril 1314, le cardinal Guillaume, ofp, adresse une missive alarmante à l’archevêque de Milan : les gens de Lombardie se livrent à des injures et des agressions contre les Prêcheurs, réduits à se retrancher dans leurs couvents ou à fuir au loin16. Aux débordements de l’Italie gibeline s’ajoutent bientôt des troubles en terre germanique. En maints endroits, les frères sont maltraités, spoliés ou chassés17, à l’invitation d’envieux calomniateurs18. Sans doute ces derniers œuvrent-ils avec la neutralité bienveillante de l’empereur Louis de Bavière, que ses différends avec Avignon rendent peu susceptible d’apitoiement, c’est un euphémisme19, devant les malheurs des plus fidèles serviteurs du pape. Jean de Luxembourg, roi de Bohême et héritier d’Henri VII, est lui aussi animé de mauvais sentiments contre l’ordre, si l’on en croit Geoffroi de Paris : « En aucune part d’Alemaingne/Son filz [celui d’Henri VII, Jean] en fist (qui que s’en plaingne)/Sus Jacobins grande venjance ;/Il les a à deseritance/Jetez et mis hors du païs ;/Et de maint en sont plus haïs20… » Les Mineurs, que la répression pontificale pousse dans les bras de l’empereur, ne sont pas les derniers à s’en prendre à l’OFP. Ils agissent, dit l’un d’eux, par légitime défense. La nouvelle a en effet été propagée de l’implication d’un membre de l’OFM dans la mort d’Henri VII21. Furieux qu’une telle déformation des faits soit exploitée (sinon orchestrée) sans vergogne par l’OFP et malmené lors de ses quêtes, l’ordre franciscain s’emploie vigoureusement à rétablir la vérité22, en des sermons enflammés. En 1359, les Mineurs de Prague répandent le bruit que Charles IV va profiter du chapitre général dominicain tenu en sa capitale pour châtier les meurtriers de son aïeul23. La persécution demeure donc d’actualité un demi-siècle après la disparition de l’empereur.

  • 24 Geoffroi de Paris, Chronique rimée, p. 140, v. 530
  • 25 Exemple, Jean de Viktring, Liber certarum historiarum, Schneider F (éd.)., MGH SS rer. Germ., 36, (...)
  • 26 Exemple les Annales majores Aretinorum, éd. RIS, XXIV-1, p. 15.
  • 27 Exemple Jean de Saint-Victor, « Prima vita Clementis V », Baluze E., Vitae paparum…, t. 1, Paris, (...)
  • 28 Ferretus Vicentinus, Historia, col. 1117 : Sed ah nequam hujusce auctor sceleris, detestabilisque (...)
  • 29 Guillaume D’egmont, Chronique, p. 445.
  • 30 Exemples : Heinricus Surdus (Taube) Von Selbach, Cronica, Bresslau H. (éd.), Berlin, 1922 MGH SS r (...)
  • 31 Pierre de Zittau, Chronique…, p. 351 : Porro cum imperator incolumis et sanus omnino ad communion (...)
  • 32 Annales de Lübeck, éd. MGH SS, XVI, Hanovre, 1859, p. 423.
  • 33 Jean de Hocsem, Chronique, Kurth G. (éd.), Bruxelles, 1927, p. 129 : vir Belial omni bellua cruent (...)
  • 34 Guillaume de Nangis, Chronique latine de 1113 à 1300, et continuation, Geraud H. (éd.), Paris, 2 v (...)
  • 35 Gilles Le Muisit, Chroniques et annales, Lemaitre H. (éd.), Paris, 1905, p. 80-81. L’abbé a cette (...)
  • 36 Anno milleno C ter I simul et duodeno/Regi romano fuit in potu male sano/Henrico vita privata viro (...)
  • 37 Imperator Heinricus, p. 19, n. 63.
  • 38 Les Voeux de l’épervier, Wolfram G. et Bonnardot F. (éd.), Metz, 1895, v. 494 sq.
  • 39 Henri Stero, Chronique, Freher M. (éd.), Scriptores rerum germanicarum, I, Strasbourg, 1717, p. 59 (...)
  • 40 Johannis regis testimonium de morte Heinrici VII. Imperatoris, MGH, Leges, VIII-1, Constitutiones (...)

4Les atteintes portées à l’ordre sont aussi de nature morale. Aux paroles répandues par la trompeuse langue des Allemands viennent bientôt s’adjoindre les écrits qui les confortent, entretenant et diffusant l’infamie. Nombre d’auteurs d’annales ou de chroniques écrivent avec plus ou moins de conviction que le décès du souverain est dû à frère Bernardin dont l’appartenance dominicaine est signalée, sinon soulignée. Certes, il est des chroniqueurs prudents (« Le voir n’en sai, si m’en tairé » dit Geoffroi de Paris24) ou vagues, qui mentionnent le meurtre sans le certifier ni pouvoir ou vouloir lui affecter d’auteur précis25 ; d’autres ignorent délibérément26 ou contestent radicalement la thèse du poison, rejetée pour son impossibilité matérielle, son invraisemblance27, ou encore son énormité, tant le sacrilège paraît (à tort) inouï28. Mais on en trouve beaucoup, tout particulièrement en terre d’Empire, qui, adhérant à la « fama veridica29 », considèrent qu’un empoisonnement a été commis par le confesseur impérial30. Le chroniqueur cistercien de Königsaale, Pierre de Zittau, s’appuyant sur le récit d’un témoin direct des derniers jours d’Henri VII, fournit les détails les plus accablants sur les circonstances du drame31 dont les Annales de Lübeck désignent nommément les responsables32. La chronique de Saint-Pierre d’Erfurt situe quant à elle, confusion pleine de sens, le « scelus inmanissimum » dans le couvent des Dominicains de Florence. La continuation de la Martiniane estime que le confesseur, suppôt du diable pire que le pire des traîtres, n’est qu’un chien de Guelfe. Le Liégeois Jean de Hocsem le rejoint33. Dans le royaume de France moins directement concerné par les événements, le continuateur de Guillaume de Nangis34 et l’abbé de Saint-Martin de Tournai Gilles li Muisit35 ne doutent pas de la culpabilité jacobine. Ainsi l’histoire la plus autorisée, celle qu’écrivent des clercs, diffuse la mauvaise renommée. Et la littérature n’est pas en reste. Des vers d’infamie s’étalent, qui couvrent de honte l’OFP36. « Abite/Corde venenosi : Non estis religiosi » dit un poème joint à la continuation de la Martiniane37. Aussi cruels sont les Vœux de l’Épervier, rédigés vers 1315 par le chanoine de Metz Simon de Marville38. « Jacobita secundus Judas » tels sont les vers que donne le moine de Niederaltaisch39. Des écrits comprenant manifestement aussi des chansons, conspirent donc à nuire aux Prêcheurs. L’un des leurs s’en désole toujours en 1346 : « In non modicum ipsius ordinis dedecus et iacturam magnam facte sunt romancie, cronice et moteti40. » Depuis plus de trente ans, l’OFP souffre dans son honneur et dans sa chair de la rumeur infamante qui va par les rues. Comment réagit-il ?

L’honneur restitué de l’OFP

  • 41 Sur les mécanismes de la renommée et les procédures de détérioration et de restauration de la rume (...)

5En sus des déclarations solennelles faites par l’ordre lui-même, les Frères dominicains présentent des requêtes pour faire cesser les persécutions, en formulent d’autres pour éteindre l’infâme rumeur au moyen d’actes publics émanant des autorités. Ils se consacrent enfin à l’élaboration d’une contre-mémoire de l’épisode de 131341.

  • 42 Sur ce médecin auteur d’expertises sur des empoisonnés, voir Grmek M. et Huard P., Mille ans de ch (...)
  • 43 On a des échos de son « expertise » dans Jean de Saint-Victor, Prima vita…, p. 22 : Pisani et Theu (...)
  • 44 Voir cette chronique dominicaine de Parme (vers 1320) publiée en partie par Delisle L., Notices et (...)
  • 45 Voir la notice concernant le rassemblement et le vidimus de ces actes dans Testimonia de morte Hen (...)
  • 46 Renseignements donnés par un frère prêcheur strasbourgeois rédacteur de notes historiques sur l’Ég (...)
  • 47 Chronique dominicaine de Parme, p. 365 : Item in capitulo generali celebrato Bononie anno Domini M (...)

6Une première manière de couper court à la fama consistait à faire établir par un médecin de renom les causes réelles du décès. Il se trouve que le grand maître bolonais Bartolomeo de Varignana42 avait été consulté par Henri VII déjà fort mal en point sur l’opportunité – qu’il contestait formellement – d’un voyage à Sienne. Un instrument public avait été produit, peut-être pour dégager le médecin de toute responsabilité en cas de malheur. Invité par les Prêcheurs à faire état de ce texte, Bartolomeo rendit son témoignage devant la Curie, soit physiquement, soit par écrit43. Malgré des pressions, il certifia que, conformément à l’acte établi à la suite de la consultation du monarque, la santé de celui-ci s’était dégradée au point d’avoir rendu fatal son ultime déplacement44. Démarche vaine. Sans doute les instances devant lesquelles déposa Bartolomeo étaient-elles trop suspectes aux yeux des partisans de l’empereur pour emporter leur conviction. Les lettres produites – sur la sollicitation de l’ordre ? – par les autorités d’Arezzo en septembre 1313 s’avérèrent aussi inopérantes pour des motifs de discrédit faciles à imaginer : qu’ils aient voulu protéger un compatriote ou se garder des représailles gibelines, les Arétins avaient tout intérêt à nier un crime qui souillait leur ville et l’exposait aux pires dangers. Le zèle mis par l’évêque de Strasbourg à diffuser ces lettres dans l’Empire (février 1314)45 n’a pas plus d’effet. Ami notoire des Prêcheurs46, il ne peut convertir leurs ennemis à l’idée de l’innocence de Bernardin. Les frères de saint Dominique tentent aussi de clamer leur innocence par leur propre voix. En avril 1314, on l’a vu, le cardinal Guillaume, ofp, écrit à l’archevêque de Milan pour l’exhorter à faire savoir que le confesseur impérial est totalement étranger au crime qu’on lui impute. Lors du chapitre général de Bologne, en 1315, les dominicains allemands font citer à comparaître Bernardin de Montepulciano qui se purge formellement des accusations le concernant47. Que cette demande traduise le trouble des Prêcheurs de l’Empire ou qu’elle reflète au contraire le désir de donner du crédit à la disculpation du confesseur en lui conférant une origine germanique ne change rien au résultat : les Dominicains s’échinent en vain. Il leur faut trouver d’autres canaux de disculpation, plus indiscutables.

  • 48 Cf. les gesta Balduini et Henrici imperatoris commandités par Baudoin in Gesta Trevirorum integra, (...)
  • 49 Johannis regis testimonium…, p. 59.
  • 50 Brevis historia, col. 378 ; les actes du chapitre général de Prague ne disent rien de cet épisode.
  • 51 Mortier R. P., Histoire des maîtres généraux de l’ordre des Frères prêcheurs, t. 3, Paris, 1905, p (...)

7Trente-trois ans après les faits, frère Pierre de Castro Reginaldi s’en va trouver le roi de Bohême, alors en France. Il le supplie de laver une bonne fois sa communauté des calomnies déversées sur elle depuis trop longtemps. Par un acte solennel donné à Mehun-sur-Yèvre le 17 mai 1346, le descendant de l’empereur clame au monde l’innocence de Bernardin de Montepulciano et celle de l’OFP. Il ordonne que cessent les persécutions et qu’on laisse librement officier les Dominicains. Cet acte tardif corrige la position initialement opposée d’un membre éminent de la famille impériale d’abord plutôt encline, semble-t-il, à croire les accusations, comme le suggère la tonalité de plusieurs textes commandités par le frère d’Henri VII, Baudoin de Trèves48. Qu’au souci de la vérité, proclamé dans le préambule, s’ajoutent, pour motiver ce retournement, des raisons de haute politique (l’alliance entre Avignon et les Luxembourg contre Louis de Bavière) ne fait guère de doute. Le titre impérial, obtenu quelque temps après par le fils de Jean, valait bien une déclaration en faveur de la milice spirituelle de la papauté. Quoi qu’il en soit, les arguments déployés sont de poids. Jean l’Aveugle avance pour preuve de l’innocence dans laquelle sa lignée tient les Prêcheurs la persistante confiance dont ils ont joui auprès des siens depuis 1313 : prise de voile, élection de sépulture dans les couvents dominicains, choix du confesseur parmi les frères de saint Dominique attestent d’une dilection sans réticence49. Treize années plus tard est faite une autre démonstration d’amour des Luxembourg pour l’OFP. À en croire une chronique dominicaine50, Charles IV voulut profiter de la tenue à Prague du chapitre général de l’ordre des Prêcheurs pour manifester avec éclat sa piété à leur endroit. Recevant et raccompagnant les frères avec tous les égards, leur montrant les reliques de la cathédrale Saint-Guy, l’empereur germanique offrit aussi l’argent nécessaire pour faire dorer la tour de leur couvent pragois et il émit une nouvelle bulle plaçant l’ordre sous sa protection51.

  • 52 Bernard Gui, Flores chronicarum, RHGF, XXI, p. 720 ; Galvaneo de La Fiamma, Chronique, Muratori(...)
  • 53 Testimonia de morte…, p. 1303, note.
  • 54 Johannis regis testimonium…, p. 58, note.
  • 55 Ptolémée de Lucques, Historia ecclesiastica, Muratori (éd.), RIS, XI, Milan, 1727, col. 1240 : […] (...)
  • 56 Chronique dominicaine de Parme, p. 364.
  • 57 Hinricus de Hervordia, Liber de rebus memorabilioribus, Potthast A. (éd.), Göttingen, 1859, p. 230 (...)
  • 58 Texte datant de 1367 et publié in Gesta Trevirorum integra, p. 9 : Quidam autem monachus Johannes (...)

8Face aux épreuves, les Frères prêcheurs adonnés à l’histoire de l’ordre ont adopté diverses attitudes. L’une, minoritaire, consiste à ignorer l’accusation de 1313. Ainsi font Bernard Gui ou Galvaneo de la Fiamma52. Une autre consiste au contraire à mentionner l’affaire pour la récuser avec force, parfois en imputant à autrui le crime de poison, parfois en le niant, preuves à l’appui : des copies des lettres de septembre 1313 existaient au couvent de Luxembourg53 ; celui de Verdun possédait copie de l’acte de 134654. Ptolémée de Lucques dénonce la malveillance des calomniateurs, seule cause de la rumeur d’empoisonnement55. Un prêcheur parmesan qui écrit vers 1320 prétend tenir de Bartolomeo de Varignana lui-même les circonstances exactes de la fin d’Henri VII. Un jeune médecin présomptueux et sans égard pour l’avis de son docte confrère aurait administré une mauvaise médecine censée soigner l’anthrax impérial. Devant son échec thérapeutique, il aurait accusé Bernardin pour détourner l’attention de sa propre responsabilité56. Après 1355, Henri de Herford, du couvent de Minden, présente une explication encore plus tortueuse. Il met en cause Henri, comte de Flandre – personnage non identifié – propagateur du mensonge que dément l’acte public de Jean de Bohême57. Dans les mêmes années, une chronique de provenance saxonne rejette la responsabilité du meurtre, qu’elle estime véritable, sur un chapelain cistercien, jaloux du choix fait par l’empereur d’un confesseur mendiant58

9Vers 1360, tandis que règne sur l’Empire un Luxembourg en bons termes avec l’église, la polémique sur les événements de 1313 semble sur le point de s’éteindre. Patients à collecter des actes les disculpant, soucieux de construire une histoire sans tache, les Prêcheurs croient en avoir fini avec leurs calomniateurs stupéfiés par le déroulement du chapitre de Prague. Pourtant, l’illusion de l’empoisonnement dominicain d’Henri VII a encore un bel avenir.

La persistance de la diffamation

  • 59 Pierre Cochon, Chronique normande, Robillard de Beaurepaire C. DE (éd.), Rouen, 1870, annexe, p. 3 (...)
  • 60 Chronique du Religieux de Saint-Denis, Bellaguet L.-F (éd.)., Paris, 6 vol., 1839-1852, réimpr. 19 (...)
  • 61 Registre criminel du Châtelet, Duples-Agier H. (éd.), Paris, 2 vol., 1861-1864, respectivement I, (...)
  • 62 Parmi une infinité d’études sur les accusations d’empoisonnement collectif portées contre lépreux (...)

10Dans les dernières décennies du xive siècle et les premières du xve, les adversaires des Prêcheurs l’alimentent de nouveaux développements et plusieurs événements témoignent de la mauvaise image dans laquelle l’Ordre est durablement tenu. Si rien ne vient explicitement rattacher ces événements à l’épisode certes lointain de 1313, si le terrain de ces affaires, le royaume de France, n’a certes pas été l’espace le plus concerné par les polémiques et les violences anti-dominicaines de la première moitié du xive siècle, il n’en reste pas moins que le climat d’hostilité entretenu contre l’OFP a contribué, avec d’autres facteurs – les querelles maculistes tout spécialement –, à jeter de nouveau la suspicion sur les Jacobins. Mineure, l’histoire rapportée par une chronique rouennaise d’un bourreau qui empoysonnoit les eauez dont un jacobin luy bailloit les poudres (1397)59 constitue probablement une résurgence de l’affaire autrement plus ample d’empoisonnement de puits de 1390. Selon le Religieux de Saint-Denis, la rumeur publique imputait à de pauvres hères l’intention d’infecter les puits dans la région chartraine. Or, des Jacobins furent soupçonnés d’avoir composé et fourni le poison. Loin de s’insurger contre une telle imputation, le moine dionysien reste d’une circonspection somme toute peu charitable60. C’est que le signalement que donnaient les accusés de leurs fournisseurs correspondait à l’habit dominicain. Le Registre criminel du Châtelet contient les confessions desdits accusés. Julien Bernier décrit les habits « jacobins » de ses interlocuteurs : chape noire fendue devant, dessous blancs. Jehannin le Fournier raconte que, venu à Chartres, il a rencontré des Jacobins lui ayant promis la richesse s’il acceptait de jeter dans les puits ce qu’ils lui bailleraient. Regnaut de Poilly prétend quant à lui avoir reçu du poison de deux « convers » dans le couvent des Prêcheurs du Mans. Jehan de Bloys met en cause frère Pierre le Brun, du couvent d’Orléans, et son prieur, de ce fait un temps mis en geôle ; il devait déclarer, s’il était pris, « que jacobins les [poisons] lui avoient baillées et qu’ils estoient en Normandie dix ou douze Jacobins d’Evreux et de Rouen qui avoient compassé [sic] et faites lesdites poisons ». Enfin, Pierre de Thoulouse dit tenir sa mission empoisonneuse d’un certain ermite entouré de Jacobins œuvrant pour les Anglais ou les Flamands ; une grande assemblée aurait eu lieu à Cherbourg61. L’affaire de 1390 reprend exactement les mêmes schémas de complot à grande échelle que celles de 1321 et 134862, à ceci près que, de l’accusation de parias, on est passé à la mise en cause de clercs censés assurer la défense de la chrétienté. Sans la mort suspecte d’Henri VII, en serait-on arrivé à pareille accusation ?

  • 63 L’innocence des Prêcheurs est probable ; voir l’article de Duples-Agier H., « Une accusation d’emp (...)
  • 64 Acta capitulorum generalium ordinis Praedicatorum…, t. 4, p. 62.
  • 65 Jean D’outremeuse, Le myreur des histors, t. 6, p. 130-155.
  • 66 La chronique dominicaine abrégée contenue dans un manuscrit romain mais donnée comme d’origine sax (...)

11Si la pression judiciaire a été vite relâchée en France contre les Prêcheurs, une fois établie la disqualification de leurs accusateurs de mauvaise renommée63, la pression morale semble renaître dans les années 1400 et suivantes à cause de résurgences de l’épisode de 1313. L’argumentaire du déshonneur s’enrichit. Dans des régions attachées à la maison de Luxembourg, des chroniqueurs reprennent et accentuent l’accusation d’empoisonnement. Les relations de Jean d’Outremeuse et de Jacques d’Esch atteignent un paroxysme anti-jacobin qui confine au délire. En un très ample récit, le premier échafaude, d’après des sources qui restent à découvrir, un scénario criminel où se mêlent le fabuleux et le vraisemblable. Donnant une curieuse identité au confesseur impérial peint en exécuteur des basses œuvres d’Enguerran de Marigny, il sait apporter du crédit à ses dires en situant à Metz le lieu où « Bernard de Valenciennes » se fournit en poison et cacha les 50 000 florins de sa récompense. C’est effectivement à Metz que le chapitre général de l’ordre se tint en 131364. Il faut à Jean d’Outremeuse ou à sa source une excellente connaissance de l’ordre des Prêcheurs et une singulière hargne à son encontre pour ancrer ainsi dans le réel dominicain les événements de 1313. Multipliant les empoisonnements avant de commettre celui de l’empereur, faisant condamner à sa place de pauvres queux innocents, « li faux jacobin » s’échappe grâce à un sauf-conduit que le souverain lui délivre65. Une trentaine d’années plus tard, Jacques d’Esch accorde une telle place à l’affaire qu’il insère dans sa chronique messine les Vœux de l’Épervier si accablants pour l’OFP. Il mentionne surtout une « preuve » de sa culpabilité apparue on ne sait où ni quand, sans doute dans l’Empire après 136766 et avant 1410 : les marques d’infamie, inscrites jusqu’au cœur de la liturgie eucharistique dominicaine, que les frères portent en souvenir du crime impie de l’un d’entre eux. Jacques d’Esch indique en effet qu’après la mort d’Henri VII,

  • 67 Jacques D’esch, Die Metzer Chronik über die Kaiser und Könige aus dem Luxemburger Hause, Wolfram G (...)

« […] fut ordonneit par le saint peire, par les cardenalz, evesques et liegalz, princez et signeurs que de ci en avant jamaix prescheurs ne celebroit ne ne useroit le corps Nostre Sgr. de la droite main for que de la clanche main, et que jamais ne pourteroient plux leur chappe jusques aus piedz for que jusques aux genoilz, adfin c’ons heust memore a tous jours maix de la mauvistiet dessus dite que le dit prescheur avoit fait d’enherber le dit emperour67. »

  • 68 Ordinarium juxta ritum sacri OFP, Guerrini F. (éd.), Rome, 1921 ; voir le missale conventuale à la (...)
  • 69 Ibid., p. 247 : Dum autem quamlibet hostiam ministrat, accipiat eam cum manu dextera, et patenam c (...)

12Bien entendu, nulle décision papale, qu’elle fût de Clément V ou de Jean XXII, ne correspond aux dires des adversaires des Prêcheurs. En revanche, il est indéniable que l’habit et la manière de donner la communion évoqués par le chroniqueur lorrain caractérisent bien les frères de saint Dominique. Une rapide recherche dans le missale conventuale agrégé à l’Ordinarium juxta ritum sacri OFP qui date des années 1260 indique le rôle dévolu à la main gauche lors des gestes très foisonnants de la communion68. Une fraction de l’hostie demeurait effectivement dans cette main « usque ad perceptionem » même si d’autres indications viennent contredire cette stipulation69. Quoi qu’il en soit, l’impérieuse nécessité s’imposait aux Prêcheurs de rétablir l’exacte origine de ces particularités et, plus largement, de rassembler les preuves de l’innocence de l’ordre.

  • 70 Sur cette oeuvre, voir Beckmann J. H., Studien zum Leben und literarischen Nachlass Jakobs von Soe (...)
  • 71 Brevis historia, col. 378 : quas si quis videre desiderat ad longum, legat chronicam… [de Jacques (...)
  • 72 Hermann Korner, Chronica novella, Schwalm J. (éd.), Göttingen, 1895, p. 39-42 puis p. 223-227.
  • 73 Ibid., p. 224 : Auctumant propter idem venenacionis scelus omnibus Predicatorum ordinis fratribus (...)
  • 74 Ibid., p. 225 : in quantam, quaeso, luti profunditatem et stercoris feditatem religio ordinis illo (...)
  • 75 Sur l’incapacité juridique des infâmes, voir Migliorino F., Fama e infamia. Problemi della societa (...)
  • 76 Johann Meyer, Chronica brevis ordinis praedicatorum, Scheeben H. C. (éd.), Leipzig, 1933, p. 55 sq(...)

13Dans une chronique malheureusement perdue écrite dans les années 142070, le frère westphalien Jacques de Soest s’y consacre sans ménager sa peine. Il produit notamment les lettres par lesquelles Bernardin de Montepulciano se disculpa71. Une quinzaine d’années plus tard, la Cronica novella, plusieurs fois remaniée et amplifiée, du prêcheur de Lübeck Hermann Korner revient longuement sur l’affaire72. Se fondant en partie sur l’œuvre d’Henri de Herford, peut-être sur celle de Jacques de Soest, frère Hermann dénonce les « sceleratissimi religiosi et perfidissimi » (il vise l’OFM) qui s’activent (le propos est au présent) à salir sa communauté en lui imputant le crime horrible à entendre, plus encore à dire et bien plus encore à commettre. Démontant un par un les motifs d’incrimination, il démontre à l’aide d’une argumentation augmentée au fur et à mesure des rédactions qu’Henri VII n’est pas mort de poison, que si crime il y eut, l’ordre n’en est pas responsable. Il insère comme preuves les lettres de septembre 1313 vidimées par l’évêque de Strasbourg en 1314 et certifiées par l’archidiacre de Cologne en 1408, indice de la persistance des attaques contre l’OFP à cette époque. Le couvent des Prêcheurs de Lübeck en détenait un précieux exemplaire. Il reproduit aussi l’acte de Jean de Bohême dont la date est avancée, à dessein, de 20 ans. Dans l’ultime version du texte, il en vient à la communion de la main gauche. Il en conteste formellement l’origine infamante en affirmant que c’est depuis ses débuts, et par imitation de la liturgie eucharistique cistercienne, que l’OFP suit ce rituel73. Korner stigmatise enfin les franciscains de sa ville pour leurs mensongères allégations. Leurs divisions, les idées hérétiques répandues par eux dans le cœur des simples et les scandales de leur ordre en ont conduit plus d’un, au su et au vu de tous, à d’ignominieuses exécutions74. On voit où le frère prêcheur veut en venir : l’accusateur infâme est disqualifié par son infamie qui invalide son accusation75. D’une certaine façon, celle-ci est un des « pestifera documenta » produits par l’OFM. Mais Jacques de Soest, Hermann Korner, ou, après eux, le frère bâlois Johann Meyer76 peinent à éradiquer la croyance semée par les propos et les écrits des détracteurs insidieux des Dominicains.

  • 77 Nicole Gilles, Cronicques et annales de France, éd. de Paris, 1566, f° 135 v°.
  • 78 Brevis historia…, col. 377 sq.
  • 79 Leonardo D’udine, Sermones quadragesimales de legibus, éd. de 1504, Lyon, s. p., sermon 42 : propt (...)

14Dans ses Annales de France composées dans les années 1490, Nicole Gilles ajoute à son bref récit des événements de 1313, relatés d’après le Fasciculus temporum de Werner Rolevinck, une mention au présent qui témoigne du souci persistant qu’a l’OFP de se disculper. Le notaire et secrétaire du roi, bon connaisseur des registres royaux où il y a des fortes présomptions que figurât l’acte du roi de Bohême donné en France, écrit : « Toutesfois ceux dudict ordre disent en estre excusez par aucunes lettres testimoniales qu’ilz ont devers eux77. » En 1504, le prêcheur vénitien Albertus Castellanus ou Castello, dans une compilation d’histoire dominicaine, consacre un long développement à l’exonération de son ordre78. En sus des thèmes habituels, l’argumentation s’appesantit sur la fameuse communion donnée de la main gauche en en indiquant l’origine et les significations. Il renvoie à un sermon de carême de Leonardo d’Udine qui, en totale indépendance, il est vrai, des accusations que l’on vient de voir, expliquait et exaltait ce rituel constitutif de l’identité des Prêcheurs79. À ce moment-là, l’empereur était mort depuis près de 200 ans.

Épreuve du poison et perception de l’ordre dominicain

  • 80 Guillemain B., « Les dominicains et la papauté d’Avignon », L’ordre des Prêcheurs et son histoire (...)

15L’épreuve traversée par l’ordre dominicain revêt plusieurs dimensions intéressantes. S’il faut prendre garde de ne pas lui conférer une importance excessive – l’OFP, passé de 554 couvents en 1303 à 631 en 135780, ne fut pas menacé dans son existence, à l’inverse des Templiers, et les persécutions qu’il dut subir furent circonscrites à certaines zones –, cette « épreuve du poison » met en relief quelques traits marquants de la perception de l’ordre dominicain et, au-delà, des mentalités médiévales.

  • 81 Sur la rumeur en général, voir Kapferer J.-N., Rumeurs. Le plus vieux média du monde, Paris, rééd. (...)
  • 82 Chiffoleau J., « Sur la pratique et la conjoncture de l’aveu judiciaire en France du xiiie au xve (...)
  • 83 Sur le cas français, voir Selle X. de La, Le service des âmes à la cour. Confesseurs et aumôniers (...)
  • 84 Guillemain B., op. cit. p. 309 : c’est par exemple le prêcheur Armand de Belvézer qui mit durement (...)
  • 85 Idem.
  • 86 Voir l’Histoire du christianisme, VI, Un temps d’épreuves (1274-1449), Mollatm. et Vauchez A. (dir (...)
  • 87 L’ordre a en effet été placé en une situation délicate à la suite du scandale d’Alice Perrers (137 (...)

16Si, à l’origine, l’accusation d’empoisonnement de l’empereur se fonde sur le dépit du camp impérial et le comportement suspect d’un de ses proches serviteurs qui se trouve appartenir à l’OFP, la forme que prend cette accusation et l’ample écho qu’elle trouve ne doivent rien au hasard. Au-delà des mécanismes ordinaires de la rumeur accusatrice, qui globalise et simplifie pour donner à comprendre l’incompréhensible81, en l’occurrence la mort brutale, sinon soudaine, d’un monarque en pleine action, cette accusation reflète une vision très dépréciative des Dominicains tant à l’intérieur de la société ecclésiastique que dans la société civile. On ne peut manquer, en premier lieu, d’être frappé par la promptitude du glissement de l’incrimination de la personne de Bernardin à sa communauté. Certes, d’un point de vue général, ce glissement traduit un désir d’explication et de cohérence : le geste solitaire le satisfait moins que l’acte organisé. Par ailleurs, en cette période du Moyen Âge tardif, l’attribution de la responsabilité des crimes à des groupes structurés agissant dans l’ombre selon des plans élaborés (assassins, lépreux, juifs, sorciers) obéit à une logique de l’occulte bien mise en évidence par Jacques Chiffoleau82 et dans laquelle l’arme du poison s’inscrit parfaitement. Mais qu’elle concerne aussi un ordre religieux au cœur de la société chrétienne a davantage de quoi étonner, même si, en 1313, le cas des Templiers était d’une immédiate actualité. Cette incrimination collective traduit la vision qu’ont de l’OFP un certain nombre de gens envieux de sa réussite (par exemple dans le rôle qu’il tient dans la confession des princes83) ou exaspérés par son action contre l’hérésie, en Italie du Nord ou ailleurs. L’ordre apparaît comme une société fermée, efficacement hiérarchisée, omniprésente à cause de la dissémination de ses couvents et de la mobilité « professionnelle » des frères – ainsi tenus pour capables d’orchestrer comme en 1390, un empoisonnement à grande échelle – relayant partout l’autorité du pape fidèlement servi84 pour le meilleur et pour le pire en échange de sa protection et de ses bienfaits85. Cette image vaut aux frères des inimitiés politiques et ecclésiastiques. Les premières expliquent pourquoi l’Empire de Louis de Bavière, adversaire coriace d’Avignon et donc de ses chiens de garde, a été le terreau si fertile de la diffamation et de la persécution de l’ordre tenu pour régicide. Les secondes dressent contre lui des communautés qui se sentent moins bien soutenues par la papauté et souffrent de la concurrence dominicaine. Il n’est pas indifférent que les chanoines ou les moines bénédictins qui relatent l’affaire soient plutôt acquis, tels Jean de Hocsem ou Gilles li Muisit, à l’idée qu’un prêcheur a empoisonné l’empereur. L’implication active des Frères mineurs dans les attaques anti-dominicaines recoupe à l’évidence les tensions qui opposent l’OFM à Jean XXII. Si l’on se rappelle l’alliance de Louis de Bavière avec l’ordre franciscain d’où il tire l’antipape Nicolas V, on comprend mieux les difficultés singulières des Prêcheurs d’Allemagne, vus comme la colonne avancée du guelfisme contraire à la « nation » germanique. Faut-il aller plus loin, au risque de l’anachronisme, et voir dans le rejet de l’OFP une forme de rejet des institutions « supranationales » de l’Église par les nations en genèse ? L’hypothèse se heurte au fait que, dans le cas d’Henri VII, c’est à un monarque universel, soutenu par certains Italiens, qu’est censé s’en être pris l’ordre et que, par ailleurs, la « nation » germanique reste à cette époque d’une existence problématique. Toutefois, il n’est pas impensable qu’une identité allemande se soit çà et là nourrie de l’hostilité aux dominicains86. En allait-il différemment en Angleterre87 ? Dans le cas français, l’attitude peu compatissante du Religieux de Saint-Denis et les imputations de collusion des frères avec les ennemis du royaume vont dans le même sens. Si l’on perçoit mal la cohérence idéologique d’accusations qui ne reposent pas sur des fondements aussi sérieux et avérés que l’alliance entre la papauté et l’OFP, elles n’en témoignent pas moins d’une vision des Jacobins comme agents de l’étranger.

  • 88 Imperator Heinricus, p. 129 : [] Jacobini ac domus eorum in Tuscia, Lombardia et aliis partibus m (...)
  • 89 Jean de Winterthur, Chronica, p. 67 : Non tamen dico quod ordini quicumque est sit imponendum inte (...)
  • 90 Brevis historia, col. 379. Raisonnement repris par Hermann Korner, p. 327.

17L’accusation de 1313 et ses développements soulèvent par ailleurs un problème qui dépasse le seul ordre mis en cause : c’est celui de la fama collective. Aux Prêcheurs comme à leurs détracteurs s’est en effet posée la question de l’articulation entre l’infamie individuelle, consécutive au geste prêté à Bernardin de Montepulciano, et l’honneur collectif. Le continuateur anonyme de la Martiniane le proclame : c’est à bon droit que tout l’ordre a expié et expiera pour des générations le crime de l’un de ses membres88. Cependant, pour la majorité des auteurs, même défavorables à l’OFP, la responsabilité demeure circonscrite à l’auteur de l’acte, seul à devoir subir un châtiment. Même le Mineur Jean de Winterthur le reconnaît, avec force références canoniques : la faute d’un prêcheur n’inculpe pas tout son ordre89. La même argumentation est évidemment développée par les Dominicains. En admettant, chose par ailleurs parfaitement imaginaire, que le confesseur ait bien commis le crime qu’on lui impute, Jacques de Soest soutient que la faute et le déshonneur se bornent au criminel. La trahison de Judas n’a pas atteint dans sa sainteté le groupe des apôtres90. Pourtant, ce lieu commun du droit canon ne convainc qu’à moitié ses utilisateurs. Les ennemis des Dominicains l’oublient vite quand ils s’acharnent à décrire les retombées du geste de Bernardin sur l’OFP. Les Prêcheurs eux-mêmes sentent qu’au-delà de la disculpation du confesseur, c’est la mise hors de cause de l’ordre qui importe. Dans cette société où la fama se décline au pluriel autant qu’au singulier, la restauration de l’honneur blessé d’un groupe revêt une extrême importance. Les Prêcheurs ont été comme les membres d’une parenté – la leur est spirituelle – poussés à laver, mais sans pouvoir user de la force, une souillure insupportable.

  • 91 Testimonia de morte…, p. 1305.
  • 92 Brevis historia, col. 380, d’après le 42e sermon de Carême de Leonardo d’Udine où l’on glisse de l (...)

18L’accusation d’un frère dominicain était d’une gravité énorme en raison de la victime prétendue, empereur consacré, de l’appartenance à l’hôtel impérial du supposé meurtrier, exploitant la confiance du monarque pour mieux le tuer, en raison du mode de meurtre imputé à Bernardin, plus atroce que le glaive, du moyen choisi pour accomplir l’empoisonnement, un sacrilège maximal transformant le calice de vie en poculum mortis. L’imputation rendait périlleuse l’action de l’ordre dans la société chrétienne, ébranlait ses positions jalousées dans l’Église ; elle visait peut-être aussi à remettre en cause son rôle éminent auprès des princes. Ceux qui l’alléguaient en voulaient-ils à l’existence même de l’OFP ? En 1314, le cardinal Guillaume envisageait sérieusement cette hypothèse en disant que l’accusation d’empoisonnement visait en réalité à faire taire les aboiements salvateurs des chiens fidèles du Christ91. Les violences commises en certains endroits contre eux, l’activité et l’inventivité des calomniateurs, la persistance de l’infamie jusqu’en plein xve siècle montrent les souffrances d’un ordre dont on ne retient souvent que les difficultés liées aux querelles sur l’Immaculée Conception. Que les frères de saint Dominique aient finalement résisté aux attaques infondées dont ils furent l’objet s’explique par leurs solides appuis en Avignon comme dans les cours et par la conjoncture germanique : isolé, excommunié, Louis de Bavière n’avait aucune chance d’orchestrer à lui seul la disparition d’un ordre essentiel à l’Église, à l’inverse d’un Philippe le Bel s’en prenant à l’ordre du Temple. Et au bout du compte, l’innocence persécutée ne donna-t-elle pas, collectivement, un surcroît de sainteté à l’ordre ainsi martyrisé92 de Dominique de Caleruega et de Thomas d’Aquin ?

Notes

1 Collard Franck, « L’empereur et le poison : de la rumeur au mythe. À propos du prétendu empoisonnement de l’empereur Henri VII en 1313 », Médiévales, 41 (automne 2001), p. 141-164. Afin de ne pas alourdir le présent texte de références trop nombreuses, nous renvoyons le lecteur à cette étude pour tout ce qui a trait aux propos de la première partie du présent travail.

2 La bibliographie abondante du sujet est indiquée dans l’article cité ci-dessus.

3 C’est l’un des aspects qui seront développés dans un ouvrage en préparation sur le crime de poison dans l’Occident médiéval.

4 Acta capitulorum provincialium provinciae romanae (1243-1344), Kaeppeli Th., Rome, 1941, p. 100 et 158.

5 D’après la chronique du FP Giovanni di Matteo del Caccia d’Orvieto, mentionnée dans Davidsohn R., Geschichte von Florenz, t. 3, Berlin, 1926, p. 547. Voir aussi l’extrait d’une chronique de Lucques publié dans les Acta imperii Angliae et Franciae ab a. 1267 ad a. 1313, Kern F. (éd.), Tübingen, 1911, p. 252 : Bernardin est dit maître en théologie.

6 Constitutiones et acta publica imperatorum et regum, Monumenta Germaniae Historica (cités désormais MGH), Leges, IV, Schwalm J. (éd.), Hanovre, 1911, t. 2, p. 1196 : au 11 février 1313, dans des documents comptables (en français), mention de « frère Bernardin » de l’ordre des Prêcheurs, envoyé à Viterbe par le comte de Savoie et payé X florins. Il y a aussi trace d’une mission à Pérouse, in Nicolas de Butrinto, « De itinere italico Henrici VII imperatoris ad Clementem V papam », Baluze E., Vitae paparum avinionensium, Mollat G. (éd.), Paris, 1914, t. 3, p. 528.

7 Geoffroi de Paris, Chronique rimée, éd. RHGF, XXII, Paris, 1855, p. 141.

8 Chronica Ordinis, Reichert B.M. (éd.), Rome, 1904 (Monumenta ordinis fratrum praedicatorum historica, VII-1), p. 21 : ses adversaires accusent Bernardin ut ipsum ordinem diffamarent. Voir aussi Pierre de Zittau, Chronique de Königsaale, Loserth J. (éd.) (Fontes rerum austriacarum, 1/8), Vienne, 1875, p. 351 : O quam pernitiosa de hoc fratre exivit opinio qui non solum sibi maledictionis opprobrium attulit, sed et toti suo ordini in terris et locis variis gravia improperia exprobrantium hominum generavit.

9 Voir par exemple la Cronica Reinhardsbrunnensis, (530-1338), Holder-Egger O. (éd.), MHG SS, XXX-1, Hanovre, 1896, p. 651 : per unum Predicatorem missam celebrantem in ablucionibus, ut dicitur, cum scitu pape veneno inficiunt [Henri].

10 Propos du maître général de l’ordre lors du chapitre de Londres à la Pentecôte de 1314, Acta capitulorum generalium ordinis Praedicatorum, IV-2, Reichert B. M. (éd.), Rome, 1899, p. 70 : tribulacionibus […] quibus presentis temporibus premimur

11 Imperator Heinricus. Ein spätmilittelalterlicher Texte über Kaiser Heinrich VII. in kritischer Beleuchtung, Jäschke K.- U. (éd.), Beiheft zu Hémecht, Luxembourg, 1988, p. 117-131, p. 129.

12 Brevis historia ordinis Fratrum Praedicatorum, Martène et Durand (éd.), in Veterum scriptorum et monumentorum historicorum, dogmaticorum, moralium amplissima collectio, t. 6, Paris, 1729, col. 376 : Unde propterea magna tribulatio excitata fuit ordini Praedicatorum per Allemaniam et provincias, quae erant sub imperatore predicto

13 Ferretus Vicentinus, Historia, Muratori (éd.), Rerum Italicarum Scriptores (cités désormais RIS), IX, Milan, 1727, col. 1115 n’est pas confirmé par les diverses chroniques pisanes que nous avons consultées comme la Chronica di Pisa, Muratori (éd.), RIS, XV, Milan, 1729, col. 973. En revanche, Bartolomeo Della Pugliola, Cronica di Bologna, Muratori (éd.), RIS, XVIII, Milan, 1731, col. 326 écrit, certes longtemps après les faits (fin xive) : plures fratres dicti ordinis mortui fuerunt in civitate pisana per gentes imperatoris

14 Imperator Heinricus, p. 98.

15 Testimonia de morte Henrici VII. Imperatoris, MGH, Leges, IV-2, Constitutiones et acta publica…, t. 2, éd. cit., n° 1243- 1245

16 Ibid., n° 1246, p. 1305 : gentes regionis vestre sunt ex rumore hoc nephando et incredibili sic contra fratres dicti ordinis vehementer accensi quod ipsos feroci animo injuriis contumeliosis afficiunt et persequuntur atrociter ac pericula mortis parant in tantum quod inclusi stare vel ad remota loca fugere compellantur proch dolor

17 Pierre de Zittau, Chronique, p. 351 : In multis enim locis fratres Praedicatores male tractati sunt, depulsi sunt… ; Guillaume D’egmont, Chronique, éd. MGH, SS XVI, p. 445 : tunc temporis fratres illius ordinis multa mala patiebantur in regno predicto [Allemagne]. Nos recherches ont été vaines pour trouver édités les actes des chapitres concernant les provinces de l’Allemagne subdivisée à partir de 1303. Sans doute y trouverait-on des échos de ces persécutions. La consultation de Bünger F., Beiträge zur Geschichte der Provinzialkapitel und Provinziale des Dominikanordens, Leipzig, 1919 (Quellen und Forschungen zur Geschichte des Dominikanordens in Deutschland, 14) laisse penser que ces actes ont été mal conservés. Même impression à la lecture de Finke H., « Zur Geschichte der deutschen Dominikaner im XIII. und XIV. Jahrhundert », Römische Quartalschrift für christliche Alterthumskunde und für Kirchengeschichte, 8 (1894), p. 367-392. Dans le cas de Cologne, on sort bredouille de la lecture de Löhr G. M., Beiträge zur Geschichte des Kölner Dominikanerklosters im Mittelalter, Leipzig, 1920.

18 Chronica ordinis, p. 21 : ordini invidentes

19 Ibid., p. 22. Voir aussi le Bullarium Ordinis Fratrum Praedicatorum, Rome, t. 2, 1730, p. 219-220 : année 1339, lettre de Benoît XII à Louis de Bavière pour faire cesser les violences contre l’OFP.

20 Geoffroi de Paris, Chronique rimée, p. 140, v. 5295 sq. Il convient d’être prudent car dans les Regesta imperii. VIII, Die Regesten des Kaiserreichs unter Karl IV. (1346-1378), Böhmer (éd.), Hildesheim, 1968 (reprint), n° 2280, on voit confirmation par Charles IV d’un acte de son père pris le 7 mai 1320 en faveur des Dominicains de Prague.

21 On relève effectivement cette confusion dans quelques récits italiens. Voir le récit très erroné D’albertus de Bezanis, Cronica, Holder Egger O. (éd.), MGH SS rer. Germ., 3, Hanovre, 1908, p. 85 ou Petrus Azarius, Liber gestorum in Lombardia, RIS, XVI-4 [rééd. Bologne, 1939], p. 25-26.

22 Jean de Winterthur, Chronica, Baethgen F. (éd.), MGH SS rer. Germ., n. série, 3, Berlin, 1923, p. 67 : Tunc temporis puer ego existens audivi, quod fratribus Minoribus in terminis annonam petentibus multa contumelia irrogata fuerat et multi terrores multusque contemptus, quia primo rumor et sermo vulgaris exiit de eis quamvis immunes ab illo immani crimine… fuerint quod regem Romanum peremissent… Hiis asto quamquam multi ex eis, presertim in civitate Thuricensi, letati fuerunt invidie stimulo agitati, quando primo divulgatum erat [le criminel] de fratribus Minoribus ; et postea comperta rei veritate, fratres Minores percipientes hoc e contrario de interitu eorum non tam affectuose sicut debuissent fuerant conturbati, quia unus ex eis auctor fuit sceleris, non eorum.

23 Brevis historia…, col. 378.

24 Geoffroi de Paris, Chronique rimée, p. 140, v. 530

25 Exemple, Jean de Viktring, Liber certarum historiarum, Schneider F (éd.)., MGH SS rer. Germ., 36, t. 2, Hanovre/Leipzig, 1910, p. 56. À noter que dans une première rédaction, l’auteur disait préférer se taire sur un sujet grandement incertain (p. 26). La Cronica de gestis principum a tempore Rudolfi regis usque ad tempora Ludowici imperatoris, Leidinger G. (éd.), in Bayerische Chroniken des XIV. Jahrhunderts, MGH SS Rer. Germ., 19, Hanovre-Leipzig, 1918, p. 76, présente un cas de retenue volontaire ou d’auto-censure : Estimo tamen melius esse reticere quam de hac re aliquid scribere et decencius ad devitandum scandalum omnino silencio preterire. Même attitude enfin chez Jean de Winterthur, Chronica, p. 64 qui parle de l’auteur du crime comme d’un cappellanum… approbati ordinis…, quem tamen ad deferendum ei reticeo.

26 Exemple les Annales majores Aretinorum, éd. RIS, XXIV-1, p. 15.

27 Exemple Jean de Saint-Victor, « Prima vita Clementis V », Baluze E., Vitae paparum…, t. 1, Paris, 1914, p. 22 ; même teneur des Grandes Chroniques de France, Viard J. (éd.), t. 8, Paris, 1934, p. 291-292. 28.

28 Ferretus Vicentinus, Historia, col. 1117 : Sed ah nequam hujusce auctor sceleris, detestabilisque fidei violatae sacrilegium, qui dolum in tam retulit sacramento, qui Deum, in ore cujus nunquam inventus est dolus, pati nefas tantum secumque immisceri posse credidit ! Le poison véhiculé par les Saintes Espèces se rencontre pourtant dans les chroniques : citons, pour ne retenir qu’un cas, celui de l’archevêque Guillaume d’York censé être mort de cette façon en 1154 d’après, entre autres auteurs, Guillaume de Newburgh, Historia rerum anglicarum, Hamilton H. C. (éd.), Londres, 1856, t. 1, p. 71.

29 Guillaume D’egmont, Chronique, p. 445.

30 Exemples : Heinricus Surdus (Taube) Von Selbach, Cronica, Bresslau H. (éd.), Berlin, 1922 MGH SS rer. Germ., n. série, 1, p. 11 ou Mathias Von Neuenburg, Cronica, Hofmeister A. (éd.), Berlin, 1924, MGH SS rer. Germ., n. série, 4, p. 93 puis 354.

31 Pierre de Zittau, Chronique…, p. 351 : Porro cum imperator incolumis et sanus omnino ad communionem sanctam accederet, et post sumptam salutarem hostiam bibere de calice deberet, sicut usque hodie omnes illi, qui tunc aderant, asserunt, frater ille, qui missam celebravit, digitos lavans venenum vino miscuit et illud toxicum Caesari bibituro porrexit

32 Annales de Lübeck, éd. MGH SS, XVI, Hanovre, 1859, p. 423.

33 Jean de Hocsem, Chronique, Kurth G. (éd.), Bruxelles, 1927, p. 129 : vir Belial omni bellua cruenta crudelior in calice miscens vino venenum corruptus pecunia mitissimum virum nefando commercio toxicavit

34 Guillaume de Nangis, Chronique latine de 1113 à 1300, et continuation, Geraud H. (éd.), Paris, 2 vol., 1843, t. 1 p. 398.

35 Gilles Le Muisit, Chroniques et annales, Lemaitre H. (éd.), Paris, 1905, p. 80-81. L’abbé a cette formule concernant Bernardin : Sicut Judas proditor Jhesu Christi.

36 Anno milleno C ter I simul et duodeno/Regi romano fuit in potu male sano/Henrico vita privata viro Jacobita…Vers insérés par Jean D’outremeuse, Le myreur des histors, Borgnet A. et Bormans S. (éd.), Bruxelles, 6 vol., 1864- 1880, t. 6, p. 154 ; ils sont donnés pour contemporains de la mort du monarque.

37 Imperator Heinricus, p. 19, n. 63.

38 Les Voeux de l’épervier, Wolfram G. et Bonnardot F. (éd.), Metz, 1895, v. 494 sq.

39 Henri Stero, Chronique, Freher M. (éd.), Scriptores rerum germanicarum, I, Strasbourg, 1717, p. 594. Le même volume contient p. 647-650 un assez long poème en latin d’auteur et de date hélas inconnus : De imperatore Heinrici VII. obitu quem frater Paulinus ordinis Praedicatorum, instinctu Florentinorum, in Eucharistia intoxicavit

40 Johannis regis testimonium de morte Heinrici VII. Imperatoris, MGH, Leges, VIII-1, Constitutiones et acta publica imperatorum et regum, éd. Zeumer et Salomon, Hanovre, 1910, n° 37, p. 59.

41 Sur les mécanismes de la renommée et les procédures de détérioration et de restauration de la rumeur, voir

Gauvard C., « La fama, une parole fondatrice », La Renommée, numéro spécial de Médiévales, 24 (1993), p. 5-13.

42 Sur ce médecin auteur d’expertises sur des empoisonnés, voir Grmek M. et Huard P., Mille ans de chirurgie en Occident, ve-xve s., Paris, 1966, p. 31.

43 On a des échos de son « expertise » dans Jean de Saint-Victor, Prima vita…, p. 22 : Pisani et Theutonici amici dicti imperatoris fratribus multas injurias irrogarunt licet medici dixerint coram papam ipsum veneno extinctum non fuisse. Aucune trace de l’affaire n’a pu être retrouvée dans les documents pontificaux consultés.

44 Voir cette chronique dominicaine de Parme (vers 1320) publiée en partie par Delisle L., Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. 35 (1896), p. 365 : [Bartolomeo] pro ordine redidit testimonium in curia domini papae predicti, cum multi magni inducerent eum ad dicendum contra ordinem, quod dominus imperator mortus est de carbunculo, sicut sibi predixit per publicum instrumentum.

45 Voir la notice concernant le rassemblement et le vidimus de ces actes dans Testimonia de morte Henrici VII…, p. 1305.

46 Renseignements donnés par un frère prêcheur strasbourgeois rédacteur de notes historiques sur l’Église locale ; parlant de Jean de Ohenstein, prélat de 1306 à 1328, il note : fuit eciam maximus amicus ordinis Praedicatorum (publié dans les annexes de la chronique de Mathias Von Neuenburg, éd. cit., p. 552). Il n’est pas signalé comme Prêcheur lui-même.

47 Chronique dominicaine de Parme, p. 365 : Item in capitulo generali celebrato Bononie anno Domini MCCCXV, fratres de Almania fecerunt citari predictum fratrem Bernardinum a magistro Berengario, tunc magistro ordinis, et districtissime examinaverunt eum, qui sufficienter respondens ad singula ab omnibus innocens reputatus est. Bizarrement, les actes du chapitre de Bologne ne comportent rien à ce sujet. Voir aussi la Brevis historia, col. 376 : et ipse frater obtulit se cujuscumque recte sentientis judicio et examini, sicut per litteras suas evidentius se purgat, et etiam testimonia de vita laudabili ipsius fratris Bernardi quam semper tenuit in ordine ipsum immunem declarant. Ces lettres sont perdues, mais des auteurs du xve siècle les mentionnent (Brevis historia, col. 379).

48 Cf. les gesta Balduini et Henrici imperatoris commandités par Baudoin in Gesta Trevirorum integra, Wytthenbach J. H. et Müller M. F. J. (éd.), t. 2, Trèves, 1838, p. 230 ; selon Jäschke K. U. Imperator Henricus…, p. 5, la continuation de la Martiniane mentionnée plus haut, et aussi très hostile aux Prêcheurs, a pu avoir été écrite aussi pour l’archevêque de Trèves.

49 Johannis regis testimonium…, p. 59.

50 Brevis historia, col. 378 ; les actes du chapitre général de Prague ne disent rien de cet épisode.

51 Mortier R. P., Histoire des maîtres généraux de l’ordre des Frères prêcheurs, t. 3, Paris, 1905, p. 348, n. 1, publie l’une des bulles : ab injuriis et molestiarum impetu protegamus… Religiosum Simonem S. ordinis Pr. predicti magistrum, consiliarium, familiarem nostrum et devotum dilectum dictumque ordinem et universos ejus professores atque personas… Voir aussi les Regesta imperii. VIII, n° 2227 et 2973 ; un premier acte identique à celui du 10 juin 1359 avait été donné en 1355.

52 Bernard Gui, Flores chronicarum, RHGF, XXI, p. 720 ; Galvaneo de La Fiamma, Chronique, Muratori (éd.), RIS, XI, Milan, 1727, col. 723.

53 Testimonia de morte…, p. 1303, note.

54 Johannis regis testimonium…, p. 58, note.

55 Ptolémée de Lucques, Historia ecclesiastica, Muratori (éd.), RIS, XI, Milan, 1727, col. 1240 : […] imperator in comitatu senensi existens apud Bonconventum et quasi languens infirmabatur, et moritur et, ut dicitur, multum devote ; delatumque est corpus ejus Pisas. Moritur autem XXIIII die augusti morte vero naturali, quicquid aliqui malivoli dicant (une autre version donne quanquam aliqui malivoli dixerint quod fuerat datum sibi venenum in Eucharistia). Infirmitas autem sua incepit ab apostemate in coxa, et inde venit ad febrem ; de qua decima die moritur, sicut a fidedignis accepi qui fuerunt presentes.

56 Chronique dominicaine de Parme, p. 364.

57 Hinricus de Hervordia, Liber de rebus memorabilioribus, Potthast A. (éd.), Göttingen, 1859, p. 230 : et quia fuit multum plectoricus, toto corpore denigratus est. Propter quod ille mendosissimus nebulo quem figura nativitatis sue nugigerulum et mendosum famosumque mendaciorum confictorem et disseminatorem denuntiavit, Henricus comes Flandrie occasionem vesanie nequitieque sue videtur assumpsisse cum diceret imperatorem esse non febre sed veneno periisse. Quod esse mendosum, etc. (mention des actes de Jean de Bohême) ; on ne sait à qui l’auteur fait allusion, aucun Henri ne figurant parmi les comtes de Flandre contemporains de cette période ; la figure (astrologique) de la nativité de ce personnage voué au mensonge est encore plus mystérieuse.

58 Texte datant de 1367 et publié in Gesta Trevirorum integra, p. 9 : Quidam autem monachus Johannes nomine ordinis Cisterciensis, qui erat capellanus imperatoris, sperans effici confessor ejus propter discessum cancellanii, et episcopi Botontini, qui imperatorem aliquando in confessione audiebant, et videns Johannes quod frater Bernardus de Monte-Politiano ordinis Praedicatorum effectus esset ejus confessor, invidia motus ipsum fratrem Bernardum infamavit quod imperatorem in hostia consecrata veneno extinxisset.

59 Pierre Cochon, Chronique normande, Robillard de Beaurepaire C. DE (éd.), Rouen, 1870, annexe, p. 325.

60 Chronique du Religieux de Saint-Denis, Bellaguet L.-F (éd.)., Paris, 6 vol., 1839-1852, réimpr. 1995, XI, 5, t. 1, p. 682-685 : Hujus tamen composicionis fratres predicatores Jacobite tunc habiti sunt suspecti. Quod tamen pro comperto non habui.

61 Registre criminel du Châtelet, Duples-Agier H. (éd.), Paris, 2 vol., 1861-1864, respectivement I, p. 464 ; II, p. 1- 6 ; I, p. 438, 443, 411 et 474.

62 Parmi une infinité d’études sur les accusations d’empoisonnement collectif portées contre lépreux et juifs en 1321, puis juifs seuls en 1348, dans le contexte de la peste, voir Nirenberg D., Communities of violence. Persecution of minorities in the Middle Ages, Princeton, 1996, trad. fr., Paris, PUF, 2001. L’auteur signale p. 237 de l’édition anglaise que dans le royaume d’Aragon, en avril 1348, la rumeur courut que les semeurs de peste qui empoisonnaient les puits étaient habillés en moines ou en frères.

63 L’innocence des Prêcheurs est probable ; voir l’article de Duples-Agier H., « Une accusation d’empoisonnement contre les Jacobins sous Charles VI (1390) », Revue des questions historiques, 1866, p. 603-609.

64 Acta capitulorum generalium ordinis Praedicatorum…, t. 4, p. 62.

65 Jean D’outremeuse, Le myreur des histors, t. 6, p. 130-155.

66 La chronique dominicaine abrégée contenue dans un manuscrit romain mais donnée comme d’origine saxonne et dont le texte aurait été rédigé en 1367 est vide de toute allusion à cette histoire de même que les textes des adversaires de l’ordre comme Imperator Heinricus. Il est clair que, dans la première moitié du xive siècle, l’idée prédominante d’une collusion entre le pape et l’OFP ne pouvait s’accommoder de l’existence d’une sanction qu’aurait infligée le même pape à ceux-ci.

67 Jacques D’esch, Die Metzer Chronik über die Kaiser und Könige aus dem Luxemburger Hause, Wolfram G. (éd.), Metz, 1906, p. 16-17. Les Voeux de l’épervier sont insérés p. 29-58.

68 Ordinarium juxta ritum sacri OFP, Guerrini F. (éd.), Rome, 1921 ; voir le missale conventuale à la section De officio ministrorum altaris et de sacra communione, p. 242-243.

69 Ibid., p. 247 : Dum autem quamlibet hostiam ministrat, accipiat eam cum manu dextera, et patenam cum sinistra supponendo eam hostiae, et sic transferat usque ad fratrem communicandum.

70 Sur cette oeuvre, voir Beckmann J. H., Studien zum Leben und literarischen Nachlass Jakobs von Soest O. P. (1360- 1440), Leipzig, 1929 (Quellen und Forschungen zur Geschichte des Dominikanordens in Deutschland, 25), p. 77.

71 Brevis historia, col. 378 : quas si quis videre desiderat ad longum, legat chronicam… [de Jacques de Soest].

72 Hermann Korner, Chronica novella, Schwalm J. (éd.), Göttingen, 1895, p. 39-42 puis p. 223-227.

73 Ibid., p. 224 : Auctumant propter idem venenacionis scelus omnibus Predicatorum ordinis fratribus fore iniunctum a papa in penam ut sacrosanctum corpus dominicum de manu sinistra in eorum celebratione suscipere teneantur in perpetuum ; […] um hunc modum tanquam convenientissimum et minus periculosum didicerunt, non primo post dicti Henriciimperatoris decessum, ut false affirmant detractores, sed in inicio plantacionis ipsius ordinis…

74 Ibid., p. 225 : in quantam, quaeso, luti profunditatem et stercoris feditatem religio ordinis illorum lapsa arbitranda est qui propter eorum publica scandala, perniciosa scismata et pestifera documenta totius cristianismi infectiva publice tracti sunt, inscalati sunt, suspensi sunt et ignibus cremati sunt…

75 Sur l’incapacité juridique des infâmes, voir Migliorino F., Fama e infamia. Problemi della societa medievale nel pensiero giuridico nei secoli XII-XIII, Catane, 1985 ; et Porteau-Bitker A. et Talazac-Laurent A., « La renommée dans le droit pénal laïque du xiiie au xve siècle », La renommée…, p. 67-80.

76 Johann Meyer, Chronica brevis ordinis praedicatorum, Scheeben H. C. (éd.), Leipzig, 1933, p. 55 sq. Assez long récit fondé sur la chronique perdue de Jacques de Soest dont Meyer dit qu’il traitait plus amplement (diffusius) de l’affaire de 1313 dont il déplore la falsification écrite comme orale : Et rei veritas est quod aemuli insidiose et malitiose ordinem Praedicatorum false infamaverunt scribendo et ad historias aut chronicas ponendo vel quovis loquendo.

77 Nicole Gilles, Cronicques et annales de France, éd. de Paris, 1566, f° 135 v°.

78 Brevis historia…, col. 377 sq.

79 Leonardo D’udine, Sermones quadragesimales de legibus, éd. de 1504, Lyon, s. p., sermon 42 : propterea nos fratres predicatores communicamus cum manu sinistra quare in ea parte est cor, quare etiam manipulus qui designat indissolubilem colligationem cordis nostri cum Iesu christo ponitur in manu sinistra ob ferventem et cordialem charitatem nostri ad ipsum… Quia vero cum manu dextra habet sacerdos, tundere pectus suum tanquam verum deum adorans hostiam, oportuit ut cum manu sinistra teneret et sic communicaret.

80 Guillemain B., « Les dominicains et la papauté d’Avignon », L’ordre des Prêcheurs et son histoire en France méridionale, Cahiers de Fanjeaux, 36, 2001, p. 307-318, p. 317.

81 Sur la rumeur en général, voir Kapferer J.-N., Rumeurs. Le plus vieux média du monde, Paris, rééd. 1995 ; sur ses aspects médiévaux, voir Gauvard C., « Rumeur et stéréotypes », actes du Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (Avignon, 1993), La circulation des nouvelles au Moyen Âge, Paris, 1994, p. 157-177.

82 Chiffoleau J., « Sur la pratique et la conjoncture de l’aveu judiciaire en France du xiiie au xve siècle », L’Aveu, Antiquité et Moyen Âge, Actes de la table ronde organisée par l’École française de Rome (mars 1984), Rome, 1986 (Collection de l’École française de Rome, n° 88), p. 341-380.

83 Sur le cas français, voir Selle X. de La, Le service des âmes à la cour. Confesseurs et aumôniers des rois de France du xiiie au xve siècle, Paris, 1995. De la fin du règne de Philippe le Bel à 1389, l’OFP accapara la fonction.

84 Guillemain B., op. cit. p. 309 : c’est par exemple le prêcheur Armand de Belvézer qui mit durement l’empereur en garde devant les conséquences de la condamnation à mort prononcée contre le roi de Naples, lors d’un sermon exprimant en réalité la position papale.

85 Idem.

86 Voir l’Histoire du christianisme, VI, Un temps d’épreuves (1274-1449), Mollatm. et Vauchez A. (dir.), Paris, 1990, p. 332 sq. puis p. 688-689. Sur l’hostilité germanique à la papauté, se reporter à Kaiser, Volk und Avignon. Ausgewählt Quellen zur antikurialen Bewegung in Deutschland in der ersten Hälfte des 14. Jhts., Berthold O. (éd.), Berlin, 1960. Nous n’avons malheureusement pu avoir accès à cet ouvrage.

87 L’ordre a en effet été placé en une situation délicate à la suite du scandale d’Alice Perrers (1376), maîtresse d’Édouard III sur lequel elle avait établi son empire grâce à un magicien de l’OFP arraché aux souffrances d’un supplice horrible par l’intervention des autorités dominicaines auprès de la couronne (Chronicon Angliae, 1328-1388, Thompson E. M. (éd.), Londres, 1874, p. 99).

88 Imperator Heinricus, p. 129 : [] Jacobini ac domus eorum in Tuscia, Lombardia et aliis partibus mundi igne et gladio interierunt, et merito, juxta verbum Domini : « Sicut per delictum unius hominis… » (Romains V-18 : la suite est in omnes homines condemnationem).

89 Jean de Winterthur, Chronica, p. 67 : Non tamen dico quod ordini quicumque est sit imponendum interficientis unica et singularis malicia cum ceteri illius ordinis malefactori assensum non prebuissent nec conscii sibi criminis illius extitissentQuid peccavit ordo in scelere istius malingni traditoris ?

90 Brevis historia, col. 379. Raisonnement repris par Hermann Korner, p. 327.

91 Testimonia de morte…, p. 1305.

92 Brevis historia, col. 380, d’après le 42e sermon de Carême de Leonardo d’Udine où l’on glisse de la défense du rituel eucharistique des Prêcheurs au martyre subi par ces derniers de la part des Hussites à cause de leur doctrine sur la Communion.

Auteur

Université de Reims

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540