Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Deuxième partie. Ordres mendiants et société

Urbanisme et ordres mendiants : l’exemple de la Savoie et de Genève (xiiie-début xvie siècle)

Jean-Pierre Leguay

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Emery Richard W., The Friars in Medieval France, New York, 1962 ; Martin Hervé, Les ordres mendian (...)
  • 2 Collection Helvetia Sacra, n° 5, 1978 (franciscains), n° 6, 1974 (carmélites).
  • 3 Le Goff Jacques, « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale », Annales ESC, 1970, (...)

1Étudier l’implantation citadine et villageoise des frères et des sœurs Mendiants, des Francis­cains ou Frères mineurs divisés au xve siècle, à la suite d’une réforme, en conventuels et observants, des Franciscaines ou Clarisses, des Dominicains ou Frères prêcheurs, des Dominicaines, des Carmes, des ermites de saint Augustin, se réfère nécessairement aux travaux pionniers de R. W. Emery et d’Hervé Martin1 que complètent d’autres enquêtes régionales2. Les Mendiants, ne vivant en principe que de la charité, ne peuvent s’installer dans une localité que si la population les accepte et est assez nombreuse et généreuse pour assurer leur subsistance. Ces impératifs justifient des enquêtes,« une évaluation rationnelle de l’infrastructure matérielle », bref une véritable étude de marché3 !

  • 4 Binz Louis, Le diocèse de Genève des origines à la Réforme (ive siècle-1536), Berne, 1980, et en c (...)
  • 5 Duparc Pierre, Le comté de Genève, ixe-xve siècle, Paris/Genève, 1955 ; Guichonnet Paul (dir.), Hi (...)
  • 6 Perret André, Guide des archives de la Savoie, Chambéry, 1980 ; Bernard Pierre, Archives départeme (...)
  • 7 Bernard Félix, Histoire de Montmélian, Chambéry, 1956 ; Brondy Réjane, Chambéry, histoire d’une ca (...)

2Le cadre de cette contribution sera limité aux trois diocèses alpins de Genève, de Maurienne et de Tarentaise et au décanat de Savoie, membre de l’évêché de Grenoble4. Cette Savoie n’est qu’une partie du comté de ce nom devenu duché en 14165. Les sources ne manquent pas mais souffrent d’une grande dispersion6. La plupart ont alimenté des monographies sur Annecy, Chambéry, Montmélian, Moûtiers, Genève7.

Les implantations

3Partir de la démographie et du peuplement de la Savoie est une démarche logique quand on sait que les frères, adeptes du « marketing » avant l’heure, recherchent une population suffisamment aisée et nombreuse pour que leur activité de prédicateurs soit efficace et les quêtes rentables.

Une Savoie encore sous-peuplée

4La Savoie, dans les limites actuelles et celles du canton de Genève, demeure, malgré les défrichements et les créations de villes et de villages, sous-peuplée. Après avoir atteint au maximum 350 000 à 400 000 habitants au début du xive siècle, a-t-elle encore 150 000 à 200 000 habitants après la peste ?

5Le réseau urbain, constitué depuis l’Antiquité et achevé au xive siècle, ne renferme qu’une vingtaine de micro-organismes. Les villes, héritières des vici gallo-romains, de ces bourgades qui ont échappé aux vicissitudes de l’histoire, sont clairsemées : Genève, carrefour commercial international, dispose d’une riche bourgeoisie d’affaires, d’associations professionnelles actives. Saint-Jean de Maurienne et Moûtiers se sont affirmées dès le haut Moyen Âge comme capitales de diocèse, étapes de pèlerins et de colporteurs en direction de l’Italie. Aime, Aix, Seyssel, au riche passé antique, émergent de leur léthargie comme chefs-lieux de châtellenies. Des villes se sont formées à l’époque féodale sous la protection de forteresses. Chambéry, Annecy, Évian, Thonon, bénéficient d’un rapide essor depuis le xiiie siècle au point de devenir les séjours favoris des comtes de Genevois, des princes de Savoie. Une dernière génération de localités se crée au xiiie-début xive siècle, des villes neuves, dues à l’initiative des comtes savoyards et des sires de Faucigny pour protéger leurs frontières, surveiller les routes qui mènent aux cols et mettre en valeur des zones isolées. Quelques localités sont devenues des marchés intéressants : Cluses (vers 1200), Bonneville (avant 1252), Pont-d’Ain (vers 1298), Les Marches (1301).

6Rares sont donc les organismes urbains susceptibles d’intéresser de prime abord les frères. Les informations dont on dispose pour accrocher la réalité humaine, reposent sur des listes de feux fiscaux, des registres nominatifs de tailles, des procès-verbaux de visites pastorales avec indication des foyers de paroissiens, des levées du toisage ou toisé sur les façades des habitations. Des hypothèses ont été, malgré bien des réserves, avancées ; il ressort que Genève pourrait avoir environ 12000 habitants au milieu du xve siècle, Chambéry entre 4000 et 5000 habitants seulement, malgré la présence de la cour ducale, Annecy, Aix-les-Bains, Saint-Jean et Moûtiers entre 1500 et 2000 âmes, les autres en dessous, sans qu’il soit possible d’être plus précis. Cette atrophie n’est guère stimulante pour des hommes d’Église qui vivent de la charité. À l’actif cependant de certaines villes savoyardes, on note un dynamisme que leur vaut la présence d’une
cour princière, de prélats, de familles marchandes et financières locales ou italiennes, d’artisans.

Chronologie des fondations

  • 8 Arch. dép. Savoie, 22H, « Franciscains conventuels de Chambéry » ; Dubois Raymond, « Les Frères mi (...)
  • 9 Généquand Jean-Étienne, « Le couvent des Franciscains de Genève », Helvetia Sacra, V, 1978, p. 170 (...)

7Après la surprise d’une implantation précoce de Franciscains à Chambéry, le bilan reste maigre avant le xve siècle. À défaut de connaître avec exactitude la date de fondation du couvent des Frères mineurs, on sait que les Franciscains conventuels ou cordeliers s’installent à Chambéry vers 1220, sans qu’il soit possible d’être plus précis. Une tradition prétend que saint François d’Assise (mort en 1226) serait venu en personne reconnaître l’emplacement du futur couvent et que sa cellule aurait indiqué l’endroit de l’église. La plus ancienne allusion à un couvent bien implanté en ville date de 1253 et des travaux se poursuivent dans la première église en 12828. Les frères sont suivis, sensiblement à la même époque, par les Clarisses dites plus tard urbanistes ou minorètes de la même observance, implantées extra-muros ou « hors-ville ». D’autres Franciscains choisissent le quartier de Rive à Genève vers 1266. Les Dominicains ou Frères prêcheurs fondent, vers 1263, leur premier couvent à Genève dans le quartier sud-ouest de Plainpalais proche de la Corraterie9. Au total, avec quatre couvents dans les limites définies en préambule (trois masculins et un féminin), situés dans les deux plus grandes villes de Savoie, force est de constater que la moisson est maigre dans les Alpes du nord, comparée à celle que fait, pour la même époque, Hervé Martin dans sa Bretagne, riche d’une quinzaine d’établissements ! Les Carmes, les ermites de saint Augustin sont encore absents.

  • 10 Arch. dép. Savoie, 25H1 et 2 (« Carmes de La Rochette ») ; Bellet Jean, « Maisons religieuses dans (...)
  • 11 Mothon Jean-Paul, « Le couvent des Frères prêcheurs de Montmélian, (1318-1792) », Société savoisie (...)

8Le xive siècle, période difficile dans l’histoire de la Savoie, corrige à peine cette carence initiale avec seulement six créations nord-alpines apparues dans des localités de second ordre. La Chambre, sur la route du Mont-Cenis, est la seule bourgade de Maurienne à accueillir une implantation franciscaine en 1365. Des dominicains grenoblois s’installent en 1318 à Montmélian avec l’autorisation du comte Amédée V (1285-1329) et au terme de tractations menées entre les bourgeois et frère Hugues Mareschal qu’on suppose natif de la région. Les Carmes font leur apparition à Gex près de Genève en 1323 et à La Rochette, à la demande des seigneurs Hugues et Pierre. Le second acte de fondation date du 20 mars 132910. Des ermites de saint Augustin découvrent Seyssel en 1357 et Saint-Pierre d’Albigny en mars 138011.

  • 12 Arch. dép. Savoie, 23H1 et 24H, « Observantins de Myans » ; Pachoud A., Notre-Dame de Myans, Chamb (...)

9Le dernier siècle du Moyen Âge paraît plus favorable aux Mendiants même si des obstacles retardent parfois leur implantation. Le nombre de leurs couvents a été pratiquement doublé. Les Franciscains progressent à nouveau mais, cette fois, sous la forme réformatrice observante, par opposition aux conventuels des siècles précédents. Le mouvement a reçu l’appui en Savoie du duc Louis Ier (1440-1465) et de la duchesse Anne de Chypre. Les frères, invités par une personnalité de la noblesse locale, Jacques de Montmayeur et d’Apremont, jettent leur dévolu sur un foyer de pèlerinage, un modeste oratoire abritant une Vierge noire qui, dit-on, arrêta miraculeusement, le 24 novembre 1248, un cataclysme monstrueux, l’éboulement d’un pan entier du Mont-Granier sur cinq paroisses. Un établissement d’observantins, voisin d’une nouvelle chapelle Notre-Dame-de-Myans, apparaît donc en 1458, à deux pas des « abymes » caillouteux, remplis du souvenir de ces milliers de morts laissés sans sépultures et dont les âmes avaient encore besoin du secours de la Bienheureuse Marie. La communauté prend ensuite possession dans Chambéry d’une maison offerte par une personnalité locale, Étienne Rosset, Maître de la Chambre des comptes en 1462. D’autres observantins s’établissent, en juillet 1471, à l’initiative de l’archevêque Thomas de Sur (1459-1472), venu de leur ordre, dans les murs de l’ancien prieuré de chanoines de Saint-Augustin de Saint-Michel-sur-Moûtiers (une création de 1140) en Tarentaise. Ils pénètrent, à la même époque, dans le Faucigny menacé par l’hérésie et la sorcellerie, s’implantent à Cluses, une étape dans la vallée de l’Arc, en 1471, à l’initiative d’un missionnaire et d’un prédicateur connu de la cour de France, frère Bourgeois, avec l’accord de Janus de Savoie et du pape Paul II12.

  • 13 Arch. dép. Savoie, 30H1 ; Sainte-Claire à Chambéry, chapelle de N.-D. des Anges.
  • 14 Oursel Raymond, « L’institution du couvent des Cordeliers d’Annecy », Revue savoisienne, 1952, p. (...)

10Les Clarisses, membres de la grande famille franciscaine réformée par sainte Colette de Corbie (décédée en 1447), fondatrice du couvent de Vevey, ajoutent au premier couvent situé hors-Ville du xiiie siècle, une seconde maison en-Ville, apparue en 1471 dans le secteur voisin des actuelles rues de Boigne et Vieille-Monnaie13. Ces mêmes sœurs, rattachées à la congrégation de Hollande, découvrent le quartier populeux de Bourg-de-Four à Genève entre 1474 et 147614.

  • 15 Rabut François, « Documents relatifs au couvent de Saint-Dominique de Chambéry », MDSSHA, I, 1856, (...)

11Les Dominicains de la congrégation de France font des démarches pour s’installer à Chambéry en 1413, obtiennent l’autorisation du pape Martin V de fonder un établissement, le 23 novembre 141315. Ils se fixent aussi à Annecy en 1422 à la demande d’un fils du pays, le cardinal de Brogny. Par contre les sœurs dominicaines, dont la présence est souhaitée par le duc de Savoie Charles Ier et les bourgeois, font une expérience malheureuse en 1490. Le terrain était trouvé et les travaux engagés par l’architecte Robert Ducrest, mais l’œuvre ne fut jamais achevée, faute de crédits.

  • 16 Perrin H.-J., Histoire de Pont-de-Beauvoisin, Paris, 1897 ; Martin Paul-Edmond, grandjean Marcel e (...)

12Les autres ordres n’ont pas les mêmes ambitions. Les Carmes se contentent de séjourner à Pont-de-Beauvoisin en 1419. Les ermites augustins découvrent Thonon en décembre 1427, avec la venue de Jean de Fribourg et d’un novice. Ils transforment en 1480 l’ermitage du pont d’Arve près de Genève en un couvent, placé sous le patronage de Notre-Dame-de-Grâce16.

13Le xve siècle ajoute aux dix établissements précédents onze autres couvents certains, dont neuf d’hommes, et deux de femmes (sans compter l’expérience malheureuse d’Annecy). Un bilan global donne pour la Savoie un total de 21 couvents en 1500. D’aucuns ont supposé, mais sans donner de preuves, la présence de Clarisses à Moutiers et à Bourg-Saint-Maurice.

Implantation des ordres mendiants en Savoie. Source : LEGUAY J.-P., in BRONDY R., DEMOTZ B. et LEGUAY J.-P(dir.)., La Savoie de l’an mil à la Réforme, Rennes, Éd. Ouest-France, 1984, p. 390.

14Ainsi, le décanat est relativement avantagé. Chambéry a cinq établissements, en comptant le dernier foyer franciscain pour une population inférieure à 5000 âmes. Genève a quatre couvents. Partout ailleurs, y compris à Annecy après l’échec de l’implantation des Dominicaines, on n’excède pas une communauté par bourgade.

15Des lacunes existent dans cette géographie des réguliers. Des vallées ne sont oubliées qu’en apparence car ce sont des terres de mission parcourues sans cesse par des prédicateurs dominicains et franciscains. Les implantations ignorent la majeure partie de la Maurienne, exceptée La Chambre, de la Tarentaise sauf Saint-Michel, le Faucigny sauf Cluses, le Genevois en dehors de sa capitale, la totalité du Chablais, « une province » pourtant si riche en expériences monastiques. Évian, Aix-les-Bains, Aime héritière d’un vicus antique, Bourg-Saint-Maurice, Chamonix, Rumilly, Yvoire sont négligés.

  • 17 Duparc P., Annecy…, op. cit., p. 189, note 814

16Dans l’ancienne capitale des comtes de Genevois, il semble qu’on soit au bord de la saturation ! Les syndics d’Annecy découragent, en ces termes, les Célestins, membres d’une branche contemplative bénédictine, qui aimeraient s’implanter dans leur ville : « En ycelle [ville], disent-ils, y ha six églises et qu’il souffiroyt de deulx, vehu la povreté d’ycelle et que les gens d’église excéderont les laïz17. »

17Enfin, comparée à d’autres contrées, la Savoie n’est pas particulièrement favorisée. Hervé Martin peut se targuer d’avoir recensé en Bretagne 14 fondations au xive siècle, 20 au xve en phase d’accélération des créations et d’implantation des couvents non seulement dans les villes mais aussi dans de simples bourgades, en pleine campagne et dans les îles.

Les bienfaiteurs

18Dans l’ensemble, les frères et les sœurs ont été bien accueillis par les souverains, le clergé séculier, par les bourgeois représentés par leurs syndics qui font pression sur le comte (Montmélian), sur un archevêque (Moûtiers), sur le chapitre (Genève). Les seuls susceptibles de montrer des signes d’agacement sont sans doute les curés des paroisses qui ne voient pas d’un bon œil l’arrivée d’éventuels concurrents, profondément méprisants pour leur savoir limité, directeurs de conscience des notables et grands séducteurs des foules, des prédicateurs prêts à intervenir dans des affaires locales d’hérésie et de sorcellerie. Les augustins de Saint-Pierre d’Albigny sont ainsi en litige avec le curé en 1399.

19L’implantation des différents ordres mendiants a été facilitée par les Maisons de Savoie et de Genevois. Les princes ont vite perçu l’intérêt d’accueillir sur leurs terres des religieux prêts à soulager les misères, susceptibles de fournir des confesseurs, des éducateurs, des prédicateurs à ces temps où la sorcellerie, les hérésies ne sont jamais totalement éradiquées. Dès 1294, Sibylle de Bâgé, comtesse de Savoie, lègue 30 livres viennoises aux sœurs de Sainte-Claire-hors-ville de Chambéry. Le comte Amédée V le Grand négocie avec le maître-général Hervé Nédellec l’installation des dominicains grenoblois à Montmélian en 1318. Tous multiplient les concessions aux établissements déjà créés, les dispensent d’impôts. Aymon fait lever un subside dans plusieurs châtellenies pour aider les dominicains de Montmélian à rebâtir leur église détruite par l’incendie de 1330 et oblige la communauté juive à financer les travaux. Au tournant du siècle, Amédée VIII (1391-1440), le futur pape Félix V, dont la piété constitue le trait principal de son caractère, aime s’entourer de frères. Il est directement responsable de la venue des ermites de saint Augustin à Thonon et héberge, pendant trois ans de suite, sainte Colette et ses deux compagnes dans son château de La Balme-Sillingy près d’Annecy. La « bonne duchesse » Yolande de Savoie, épouse du faible Amédée IX (1465-1472), une femme de caractère, est affiliée au tiers ordre séculier franciscain, ce qui explique sans doute son intervention dans la venue des Franciscains à Cluses, des nouvelles Clarisses à Genève et à Chambéry.

  • 18 Paravy P., op. cit., p. 541-559.

20Les grands vassaux et leurs familles, les officiers de la couronne, des évêques et les chanoines interviennent aussi. On ne saurait expliquer le succès des Mendiants en Savoie sans cette collaboration avec les familles aristocratiques, des de La Rochette, de La Chambre, des Miolans, etc.18. L’action d’autres personnalités a quelquefois été curieusement négligée, celle des chanoines de Genève dont le rôle fondateur du couvent de Saint-Dominique est rappelé dans le jugement d’un procès, en date du 20 octobre 1490, à propos de l’éventualité d’une installation d’une communauté concurrente dans la baronnie de Coppet.

  • 19 Dubois R., « Les Frères mineurs conventuels de la cathédrale de Chambéry », MAS, 5e série, VIII, 1 (...)

21Les collectivités citadines ont également leur mot à dire dans l’installation des Mendiants. Elles peuvent faire pression sur un évêque pour qu’il les fasse venir (à Moûtiers), concèdent un terrain (Genève) et, au fur et à mesure que les travaux avancent, ajoutent des terrains supplémentaires (Montmélian). Des exonérations d’impôts sont accordées sur les terres offertes en don par le comte Édouard à Montmélian. En Savoie comme ailleurs, un saupoudrage de legs et d’aumônes témoigne de la générosité calculée de familles de notables, les Chabot, les Bonet, les Belletruche, les Oddinet à Chambéry, de la piété du menu peuple anonyme19.

Un souvenir topographique

22Ces établissements, inclus dans un enclos ou dans un pâté de maison, avec des bâtiments annexes, des jardins, des cours, ont contribué à modifier la trame urbaine et à façonner de nouveaux paysages. Ils sont connus par des sources dispersées : des textes encore en nombre limité au Moyen, des plans anciens comme ceux du fameux Theatrum Sabaudiae de la fin du xviie siècle et récemment réédités, de rares témoignages archéologiques, de vieilles lithographies.

L’implantation spatiale

23L’espace occupé prend vite de l’importance, si le succès du départ n’est pas compromis par une catastrophe ou les avatars de l’histoire, un incendie à Montmélian en 1330, la réaction calviniste à Genève au xvie siècle.

24Le couvent intra-muros bénéficie, immédiatement ou avec l’extension des fortifications, d’avantages réels : la sécurité à une époque où des bandes de soldats circulent, le voisinage de quartiers fréquentés, la cohabitation avec des familles aisées. Les dominicains d’Annecy occupent une position avantageuse, un îlot de calme, formé par la réunion de plusieurs terrains délimités par le mur d’enceinte et les bords du canal qui unit le Thiou au Vassé. Le couvent des franciscains de Chambéry est situé initialement extra-muros, sur un terrain vague qui leur a été assigné vers 1220, entre la première enceinte et le cours de l’Albane. Il profite de l’extension de la courtine commencée en 1350 sous Amédée VI, et poursuivie jusqu’au milieu du xve siècle, pour bénéficier de la nouvelle protection. Les Frères mineurs et les clarisses de Genève cohabitent par leurs jardins à Rive, un des foyers d’activité de l’agglomération du Léman.

  • 20 Mothon J.-P., op. cit., p. 612.

25Un faubourg fréquenté, près d’une porte d’enceinte, offre aussi un intérêt pratique. Le couvent des dominicains de Montmélian, englobant un hôpital ruiné, est à côté de la porte septentrionale dite d’Arbin, du nom d’un faubourg, au départ de la route qui conduit, par la Tarentaise et le Petit Saint-Bernard, à Aoste puis à Turin. L’annexion de jardins, de vignes, de vergers, d’une ancienne chapelle facilite son implantation initiale et son extension qui atteint 160 toises et 10 pieds en 1318, 226 toises 5 pieds en 132820. Les franciscains de l’Observance de Saint-Michel de Moûtiers occupent l’église et les locaux de l’ancien prieuré augustin Saint-Michel situé sur un petit mamelon dominant au nord-est la ville.

26L’implantation en pleine campagne du couvent de Myans reste une exception en Savoie, à la différence de la Bretagne à la fin du Moyen Âge. L’établissement, établi à côté d’une chapelle vénérée, occupe un terrain instable, sur les derniers éboulis du Mont-Granier, un secteur qu’il faut aplanir au prix d’efforts démesurés.

Le patrimoine mendiant

27Les enclos des Mendiants, isolés ou inclus dans des quartiers habités, forment des ensembles topographiques que révèlent des gravures anciennes à l’exemple de celle de Chastillon représentant Annecy en 1598.

  • 21 Buttin A.-M., « Le cloître Saint-François », Bulletin des Amis des musées de Chambéry, 1984, p. 15 (...)

28Le premier établissement des franciscains de Chambéry comprend, en plus de l’église reconstruite au xve siècle dont il sera question plus loin, un vaste logis en bordure d’un jardin avec dortoir, réfectoire, caves et étuve, une bibliothèque ou « librairie » riche en manuscrits, un cloître restauré au xviie siècle, une cour intérieure, un cimetière ombragé par des noyers, un verger avec droit d’utilisation des eaux de l’Albane voisine pour l’arroser21.

29Le couvent hors-ville des Clarisses, relevé après l’incendie de 1434 grâce aux subsides de ses nombreux bienfaiteurs, est toujours en place deux siècles plus tard. Il comprend alors une église sobre avec une chapelle Sainte-Catherine, fondée par le comte Aymon en 1342, surmontée d’un clocheton, une grande bâtisse entourant une cour centrale et des dépendances au milieu d’un parc, de jardins et d’un verger. On accède directement à la ville par une poterne dite des Dames ou des Minorettes et une rue des Nonnes.

Plan de Chambéry au Moyen Âge.

30Au fil des ans, des dons et des legs de particuliers, de véritables patrimoines se forment que révèlent des versements de subsides, des reconnaissances de biens, des testaments, diverses transactions immobilières. Ces puzzles se reconstituent approximativement. L’obituaire des franciscains de Chambéry est, en dépit de son laconisme, une information sur l’emprise exercée par l’établissement sur les esprits et sur la conquête de biens matériels dans la cluse et dans les paroisses circonvoisines (Vimines) ou perdues dans les Bauges ou le massif de la Chartreuse. Sainte-Catherine hors-ville détient, de son côté, des maisons en ville, des terres dans plusieurs paroisses (Saint-Alban-Leysse, Montagnole, Sainte-Marie d’Arvey, Montmélian). Les dominicains de Montmélian passent pour être fortunés au xve siècle. Le noyau initial de leur fortune se trouve en ville et dans la campagne, en direction des Marches et autour du lac de Sainte-Hélène. Il s’agit de deux jardins, des murs d’une maison acquise en 1318, d’un terrain pour installer le cimetière, d’anciens clos de vigne, d’un pré et d’un verger de trois journaux de superficie. Mais leur avoir s’étend plus loin et associe maisons et terres à Chambéry, dans toute la Combe de Savoie, en Tarentaise où les prédicateurs viennent régulièrement exercer leur apostolat et quêter.

31À côté des terres, les communautés Mendiantes reçoivent aussi des sommes d’argent des princes, des seigneurs et des simples particuliers. Le couvent des Frères mineurs de Chambéry rebâtit, à grand renfort de dons, son église au xve siècle, qualifiée de « valde somptuosa ». Les Frères prêcheurs de Montmélian thésaurisent et, pendant le premier tiers du xve siècle, ils retirent, de seize testaments, 380 florins d’or et 785 florins en monnaie de compte (P. Paravy). S’ajoutent à ces sommes les subventions périodiques dont 100 florins du comte Aymon, 120 florins du pape Clément VI en 1336, 50 florins du Comte Vert en 1356, d’autres sommes des familles de notables.

  • 22 Blondel L., Le développement urbain de Genève à travers les siècles, Genève, 1946, p. 48-49, 55, e (...)

32Les Mendiants ont, par leur seule présence et celle de leurs visiteurs, stimulé le développement d’un quartier, d’une bourgade (Myans). La rue animée du faubourg de la Corraterie, au sortir de Genève, associe les bâtiments et les jardins du couvent, des ateliers de tanneurs, des maisons aisées et des taudis, des étuves, tout un secteur en expansion habité par des maquignons et des courtiers en chevaux, des marchands, des aubergistes, des prostituées qui seront transférées dans la ruelle des Belles-Filles et les malades d’un hôpital réservé depuis 1482 aux pestiférés. C’est ici que s’installent en 1480 près du pont d’Arve, les ermites de saint Augustin du couvent de Notre-Dame-de-Grâces. Des travaux d’agrandissement y sont engagés de 1495 à 151322.

Une sensibilité artistique

  • 23 Oursel R., Art en Savoie, Paris, 1975

33Un instant tempérée par l’austérité des ordres dont les membres ont fait vœu de pauvreté, l’architecture mendiante s’inscrit dans le patrimoine gothique d’une Savoie qui multiplie les chantiers à la fin du Moyen Âge23.

  • 24 Deonna Walter, « Les arts à Genève des origines à la fin du xviiie siècle », Genava, XX, 1942, p. (...)

34La plupart des couvents ont disparu. Rien ne demeure de l’église du couvent des carmes de La Rochette achevée en décembre 1466, presque rien de celle de Saint-Pierre d’Albigny, dont le chœur fut construit en 1405 et le clocher en 1512, rien des deux Sainte-Claire et de Sainte-Marie l’Égyptienne de Chambéry, de l’église du couvent des cordeliers de Moûtiers, consacrée le 25 octobre 1479. Les quatre couvents de Mendiants de Genève ont disparu prématurément. Celui des franciscains de Rive avait une vaste église, des chapelles, sièges de confréries de piété, deux cloîtres attenants, un réfectoire du xve siècle24. C’est à peine si on est capable de les reconstituer en confrontant les maigres allusions contenues dans les textes. La récente église des dominicains de Chambéry, élevée au xve siècle, comprenait, comme à Toulouse, deux nefs accolées, l’une pour les frères, l’autre pour les visiteurs. La seconde église des dominicains de Montmélian, longue de 48 m de long, large de 13,40 m, se terminait par un chevet à pans coupés.

35D’heureuses exceptions subsistent pourtant à Cluses, à Chambéry, à Notre-Dame de Myans et à Saint-Maurice d’Annecy. La pauvreté recherchée ou subie continue d’être respectée au début du moins.

  • 25 Oursel R., op. cit., p. 194-199 ; Ganter E. et Duparc P., « L’église Saint-Dominique », Annescii, (...)

36La chapelle en gothique flamboyant du couvent dominicain d’Annecy conserve, depuis la première campagne de travaux lancée par le cardinal de Brogny et sa consécration en 1445, une allure de bâtiment inachevé. Sa sobriété, son inélégance n’ont alors rien d’intentionnel mais s’expliquent par le manque de subsides et l’absence d’artistes de renom. Des reprises, à la fin du siècle et à l’époque moderne, corrigent cette fâcheuse impression et correspondent à un regain d’intérêt pour le couvent. La nef basse et charpentée reçoit des chapelles latérales qui font office de collatéraux ; elle s’achève par un vaste chœur voûté, à chapelles rayonnantes, éclairées par d’élégantes fenêtres, et par un chevet à cinq pans. Le clocher est terminé en 1507. Des peintures murales et des sculptures tranchent aussi avec l’ordonnance initiale25. L’église Saint-Nicolas-de-Myre à Cluses, consacrée en 1485, est encore dépouillée. Le plan réunit, dans un ensemble rectangulaire, une nef et un chœur plus étroit, voûtés en berceau brisé, et trois chapelles méridionales couvertes d’ogives. L’ornementation de cet édifice est parcimonieuse, si on fait abstraction de deux belles fenêtres gothiques à trois baies et d’un somptueux bénitier sculpté aux environs de 1520.

37L’actuelle cathédrale de Chambéry est d’une tout autre facture. L’édifice a succédé à une simple chapelle élevée sitôt après l’arrivée des frères vers 1220. Il ne reste rien de cette construction primitive, indigne de la prospérité du couvent. La reconstruction a-t-elle débuté en 1399 avec un legs de 200 florins de Pierre Bovet de Tarentaise ? L’œuvre de la « nova ecclesia » s’est bel et bien poursuivie au cours du xve siècle. La générosité des ducs et les soutiens financiers de la municipalité et des particuliers, l’intervention des meilleurs artistes aboutissent à ce monument remarquable de l’art savoyard, consacré inachevé, le 15 juin 1488, par l’archevêque de Tarentaise Jean de Compey. Les dimensions du monument, assis sur une forêt de pilotis de bois, suffisent désormais à la communauté et à ses bienfaiteurs : 78 m de long, 34 m de large et 23 m de hauteur. L’édifice reste, à l’intérieur, conforme aux aspirations mendiantes qui privilégient le dépouillement. Le plan se limite à une nef sans transept mais flanquée de bas-côtés, à un chœur avec déambulatoire à deux niveaux d’élévation, celui des grandes arcades en tiers-point et, au-dessus d’un espace nu, celui des fenêtres hautes, où s’ouvrent des chapelles rayonnantes. Pourtant l’austérité de la première campagne de travaux est vite oubliée quand les subventions s’additionnent, et l’exubérance flamboyante se manifeste, sans contrainte, à l’occasion des travaux du portail, du clocher et des chapelles. La façade en molasse, datée de la fin du xve-début xvie siècle, s’orne d’un beau portail central sculpté, encadré par deux contreforts. Au-dessus des voussures de l’arc apparaît une galerie ajourée, ornée de pinacles. La vaste baie flamboyante est surmontée d’un arc en accolade orné de crochets à feuillage comme on savait en faire à cette époque. On suppose l’existence de statues. Des chapelles sont aménagées, donnant sur les bas-côtés, pentagonales côté sud où elles bénéficient d’un bon éclairage, à fond plat côté cloître au nord. Le manuscrit chambérien du franciscain Jean Quinard en énumère trente-six en 1525.

38La sculpture, loin d’être rejetée, est représentée à Chambéry par l’élégant portail flamboyant de l’ancien couvent des Dominicains, transféré en 1892 sur la rampe d’accès à l’esplanade du château. Saint-Dominique d’Annecy, dont la sobriété involontaire avait causé une immense déception, reçoit un majestueux chevet polygonal à cinq pans, des chapelles et des voûtes d’ogives aux riches moulures toriques, soulignées de filets, reposant sur des culs-de-lampe ou des colonnettes surmontées de chapiteaux. Les remplages des fenêtres élancées du chœur, à soufflets et à mouchettes ondulants, sont de beaux témoignages de l’art flamboyant. Les sculptures des culs-de-lampe et des clés de voûte ne manquent pas d’attrait. On y voit dans un médaillon quadrilobé le chapeau et la mitre du cardinal fondateur Jean de Brogny (†1426) portés par des anges, les armes de bienfaiteurs.

  • 26 Quarré Pierre, « La peinture funéraire de Philibert de Monthouz à l’église Saint-Maurice d’Annecy  (...)

39Des peintures ornaient alors les églises. On sait que le cloître et le porche des dominicains de Chambéry étaient décorés de fresques représentant les principales étapes de l’histoire de l’Ordre. L’église des dominicains d’Annecy conservait encore trace au xviie siècle de bandes ornementales aux couleurs variées sur les voûtains, les arcades latérales, les surfaces murales, des armoiries polychromes. Une restauration des années 1955-1956 a mis à jour, sous une boiserie du xviie siècle, un thème macabre, peint en trompe-l’œil. La fresque représente le gisant de Philibert de Monthouz, ancien écuyer et conseiller d’Amédée VIII, châtelain (administrateur) d’Annecy26.

40L’orfèvrerie qui ne sied guère à des frères respectueux d’un idéal de pauvreté est pourtant attestée par des allusions à des objets cultuels et, de nos jours, par le célèbre bénitier de Cluses daté de 1520.

Un rayonnement

41Les Mendiants n’ont jamais été très nombreux dans les villes savoyardes mais ils n’en demeurent pas moins présents et très efficaces.

Des citadins

  • 27 Arch. dép. Savoie, H1 à H11 ; Dufour A., « Les dominicains des États du duc de Savoie situés en de (...)

42Avec les autres réguliers des prieurés et des hôpitaux, ils ne sont qu’une centaine à Genève (0,8 % de la population), une soixantaine à Chambéry (1,2 % du total). Les effectifs des Franciscains ne sont connus avec certitude qu’en de rares occasions. Les frères sont entre 20 à 30 à Genève au xve siècle, 22 à Chambéry en 1561 sur un total de soixante réguliers, seulement cinq à Moûtiers en 1471. Sainte-Claire-hors-Ville doit héberger une quinzaine de professes et un chiffre semblable est avancé à Genève lors de la fondation du couvent ; quatre arrivent de Chambéry en 1477, quatre de Seurre, trois d’Orbe, deux de Poligny et deux de Vevey. Les dominicains de Montmélian, au nombre d’une douzaine au départ, ne sont plus que quatre en 1356 après l’épidémie de peste ; les effectifs remontent puis se stabilisent : onze en 1386, six en 1394, dix en novem­bre 1417, onze en décembre 1421, encore dix en décembre 152527. Les frères qui s’installent à Chambéry ne sont que six en 1418, mais vingt-quatre en 1561, davantage que les vingt-deux franciscains et les quatorze antonins. Les dominicains de Plain-Palais à Genève sont vingt-neuf en 1460. Les ermites de saint Augustin sont faiblement représentés : quatorze en 1405 à Saint-Pierre d’Albigny, seulement huit à Genève en 1512.

43S’ils ne représentent qu’une faible fraction de la population cléricale, ils n’en jouissent pas moins d’une immense considération que leur valent leur dévouement, une bonne réputation et la qualité d’un recrutement qui transparaît de quelques exemples connus. Le couvent dominicain de Montmélian a inspiré des vocations dans les milieux les plus favorisés : les nobles de La Ravoire, un fils de ce Jean Lageret ministre d’Amédée VIII, accusé plus tard de sorcellerie. On observe chez les Clarisses une prédominance des candidates des milieux aisés. La première postulante genevoise, le 24 mai 1477, est la fille d’un notable anobli, Aimé de Versonay ; la seconde, le 7 juillet de la même année, Claude de Lingotte, appartient à une famille de syndics bien connue sur les bords du Léman.

Une présence effective en ville

44Les Franciscains participent activement à la vie des villes dans lesquelles ils s’immergent par devoir et par intérêt. Ils s’incrustent dans tous les milieux, guident les familles, les pressent de demander des messes d’intention et de fonder des chapellenies ; ils inspirent, à l’occasion, quelques vocations tertiaires et des testaments en leur faveur ! Les frères se font voir dans les rues, aux portes des maisons, quêtent, défilent à chaque festivité religieuse avec les autres ordres et les corps constitués, processionnent à la fête du Corpus Christi. Ils participent aux commémorations en l’honneur de la famille princière, aux témoignages de piété et de fidélité, à ce long service qui a lieu dans l’église des Frères mineurs à Chambéry du 22 au 24 janvier 1451 en mémoire du duc Amédée VIII, récemment décédé.

45Les frères ne sont jamais à l’écart des décisions politiques, conseillent les princes, les syndics, prêtent leur salle capitulaire ou leur cloître aux réunions. Le couvent des franciscains de Chambéry est devenu, à la fin du Moyen Âge, un véritable hôtel de ville où le conseil s’assemble, délibère, donne des banquets et dépose le matériel pour lutter contre les incendies ! Les dominicains de Genève font parfois fonction d’hôteliers en accueillant les visiteurs de marque de la ville comme le pape Félix V.

  • 28 Hudry M., Aspects de la vie municipale…, op. cit., p. 48 ; Naef H., op. cit., p. 15.
  • 29 Martin H., Le métier de prédicateur en France septentrionale à la fin du Moyen Âge (1350-1520), Pa (...)

46Chaque ville reçoit avec faste les réguliers en déplacement. Le 8 juillet 1503, les syndics de Moûtiers remercient un franciscain de passage pour trois brillants sermons de Carême prononcés dans la cathédrale en lui offrant la moitié d’un veau et la moitié d’un mouton28 ! On retrouve les Mendiants comme prédicateurs de l’Avent et du Carême. Leurs propos édifiants et les thèmes de sensibilité sur la triste destinée humaine, la mort certaine, l’indispensable renoncement aux biens de ce monde enthousiasment ou affligent les foules rassemblées, obligées de faire leur « examen de conscience ». Les bourgeois de Moûtiers découvrent ainsi « frère Bartholomé Bataille [qui] bataillait si vivement contre les vices, frère Jean Mercier [qui] étalait si utilement la mercerie de sa rare doctrine ». En 1470, deux franciscains de l’Observance bouleversent à ce point les bourgeois que la cathédrale est trop petite pour accueillir les auditeurs qui finissent par demander à l’archevêque Thomas de Sur d’autoriser les Mendiants à s’installer dans l’ancien prieuré Saint-Michel vacant. Le dominicain espagnol saint Vincent Ferrier séjourne en Savoie après avoir prêché en Dauphiné et en Piémont ; il vient à Annecy en 1402 où il fait assaut d’éloquence dans l’église du Saint-Sépulcre, visite Genève en 1403 où il prêche l’avent, Chambéry en 1414. D’autres orateurs remarquables se font connaître et apprécier : le franciscain Pierre de Sonnaz de Chambéry, docteur en théologie, futur évêque d’Aoste (mort en 1410), l’augustin Jean de Fribourg, célèbre dans le Faucigny, le dominicain devenu évêque Adhémar Fabri, confesseur de Clément VII… Le plus connu est Jean Bourgeois, natif de Triviers-en-Dombes, formé à Bourg-en-Bresse, franciscain à Dole dans le Jura puis à Belley en 1451. On connaît ses missions en Savoie, dans les années 1470-1472, qui le mènent successivement à Myans où il réforme le couvent, à Chambéry, à Cluses et à Moûtiers. Il devint ensuite le précepteur du dauphin, futur Charles VIII, puis son confesseur. C’est selon Hervé Martin « un cas exemplaire… le portrait type du missionnaire-réformateur » observant, lié à la société dont il entend corriger les abus et dénoncer les vices et les superstitions avec l’appui des princes29.

  • 30 Martin H., Le métier de prédicateur en France septentrionale à la fin du Moyen Âge (1350-1520), Pa (...)

47Le rôle des Mendiants se manifeste dans la propagation de cultes. Les Frères mineurs participent aux négociations auprès de la famille champenoise de Charny, que poursuit le duc de Savoie Louis en 1453, pour acquérir le saint suaire, ce linceul supportant l’empreinte d’un crucifié déposé pour le moment dans la Sainte Chapelle du château de Chambéry30. Ils contribuent aussi à diffuser le culte de la Vierge, à multiplier les confréries du Saint-Esprit, à sensibiliser le bon peuple au sacrifice du Christ, aux souffrances des martyrs, à la mort inexorable. Le pèlerinage marial de Notre-Dame de Myans connaît une tout autre ampleur depuis la fondation du couvent.

  • 31 Uginet François-Charles, « Frère Bérard Trémey et l’inquisition en Savoie au xve siècle », viie Co (...)

48La dénonciation et la lutte contre les hérésies si bien enracinées dans nos vallées, contre la sorcellerie est aussi de leur ressort. Ils combattent avec énergie les relents de valdéisme propagés par les descendants de Pierre Valdo et des membres de la secte des pauvres de Lyon au xiie siècle. Fr. Ch. Uginet a montré le rôle de l’inquisiteur frère Bérard Trémey, originaire de Termignon en Maurienne, dans la lutte contre les hérétiques. Ce franciscain du couvent de Suse en Italie, bachelier en droit canon, docteur en théologie, exerce son ministère inquisitorial dans tout le Sud-Est, de Lyon à Nice, pendant une trentaine d’années, à dater du milieu du xve siècle. Des enquêtes le conduisent à Moûtiers en 1470 où il entre en conflit avec l’archevêque Christophe de la Rovère, à Conflans, à Bourg-Saint-Maurice, en Maurienne31. Ce sont des franciscains de Chambéry, frères Jean Buffet et Antoine Clément, qui sont chargés d’examiner les livres sacrés des juifs en 1416-1417, à l’occasion d’un de ces procès encouragés par
l’antisémitisme.

49L’enracinement des couvents dont l’église peut devenir paroissiale (celle des augustins de Thonon), leur rayonnement se mesurent à travers les obituaires et les testaments au niveau du choix des sépultures des donateurs de toute condition. Élire sa sépulture dans un de ces foyers de prières, se faire inhumer dans le dépouillement d’un pauvre, « in habitu sororum » ou « fratrum », oublier la grandeur passée pour côtoyer dans la mort les plus humbles des serviteurs de Dieu valent le sacrifice d’une fraction de la fortune d’un notable qui se constitue « une assurance pour l’au-delà » (Hervé Martin). Les églises des couvents accueillent volontiers les tombes ou les simples dalles funéraires de généreux donateurs. La contrepartie d’un tel honneur est la fondation de messes de requiem qui se comptent par centaines, l’octroi d’aumônes, l’abandon d’une part de son patrimoine, « in articulo mortis ». Il existe, dans ce domaine, des modes, des succès durables ou passagers, des captations ou des transferts de sépultures. Des rivalités opposent les réguliers au clergé paroissial, suscitent des différends durables entre l’établissement dominicain de Montmélian et les prieurés de Saint-Jeoire et d’Arbin, entre les couvents chambériens. Églises et cimetières mendiants de Savoie sont de véritables lieux de la mémoire. En pénétrant dans l’église franciscaine de Chambéry à travers son obituaire, ce sont les généalogies des notables qui revivent aux xive et xve siècles. Un visiteur aurait reconnu alors la sépulture d’un riche négociant nommé Jean Picard inhumé en 1384, celles de grands officiers du comté, Pierre Magnin auditeur de la Chambre des comptes, Jean Sauvage docteur en lois et président de cette même chambre. Il aurait pu aussi reconstituer la généalogie des Bovet, des Tarins d’Aime en 1399. Les plus fortunés se font même aménager un enfeu, une chapelle où se célèbrent des messes. L’église de Sainte-Claire-hors-Ville de Chambéry renferme une chapelle Sainte-Catherine, fondée en 1342 par Yolande de Montferrat où un prêtre franciscain vient chaque jour célébrer une messe pour la famille comtale.

Des œuvres sociales

50Le rôle secourable des Mendiants mériterait plus d’attention que ce qui leur a été accordé jusqu’ici en Savoie. Les frères et les sœurs consolent les malades de l’Hôtel-Dieu de Chambéry dont le fondateur Amédée de Bignin est enseveli dans la chapelle Saint-Jacques de l’église des Franciscains depuis 1375. Ils participent au choix des responsables des hôpitaux, nourrissent les indigents, soignent les contagieux à une époque où beaucoup renoncent à le faire. Une des chapelles du couvent des cordeliers de Genève, fondée en 1436 par François de Versonnay, abrite la confrérie des Pauvres Vergogneux. L’action mendiante s’étend également aux marginaux, aux enfants abandonnés. Les clarisses de Chambéry et de Genève participent à la réinsertion des prostituées repenties. Leur dévouement prête parfois à la médisance ; la rumeur publique laisse entendre, au début du xvie siècle, que des nonnes genevoises se livrent à des activités que la morale et la religion réprouvent !

51Dans ces petites bourgades savoyardes où la culture est dispensée avec parcimonie, à l’exception de Genève qui a des écoles et un collège, les couvents forment un monde à part. On y enseigne des rudiments de théologie chez les dominicains de Montmélian et de Genève. Un lector est signalé dans un document de 1340, des élèves en 1394 ; certains sont issus de la noblesse. Les franciscains chambériens se targuent de posséder « une multitude de livres ». On sait que leur « librairie », enrichie par le théologien Pierre Buffet (mort en 1429), renferme alors des manuscrits exceptionnels dont un psautier du xiiie siècle offert par un évêque de Maurienne, Anthelme de Clermont. L’importance du fond, la qualité de l’enseignement expliquent le succès du couvent qui a formé des prédicateurs : le tarin Jacques Forcelle au début du xve siècle, le chambérien Jacques Bovet (†1477), Claude d’Aoste, Jacques Thafard (†1483), compagnon de saint Bernardin. Les dominicains genevois disposent également d’une très belle bibliothèque ouverte aux influences étrangères, allemandes, italiennes. Le savoir des frères est à ce point reconnu par tous que le prieur du couvent dominicain d’Annecy fait traditionnellement partie de la commission chargée d’examiner les futurs maîtres de l’école, voisine de la porte Sainte-Claire. Il paraît vraisemblable que le maître de la « petite école » de Montmélian de 1375 soit subordonné au lector : on compte 27 élèves chez lui lors de la visite de l’évêque Jean de Chissé en 1340.

52Sous une apparente stabilité, les couvents savoyards changent en cette fin de siècle et au début des Temps modernes. Les statuts se modifient ; les établissements dominicains, membres de la Province de France, sont unis à la Congrégation réformée de Hollande dès 1474 dans le cas de Chambéry, en 1485 pour Montmélian, en 1497 pour Annecy. Des difficultés matérielles ou de recrutement se font sentir après des années de prospérité (Montmélian) et la discipline se relâche chez les clarisses de Genève, sans qu’il soit toujours possible d’accorder foi aux accusations de sorcellerie, de licence.

Notes

1 Emery Richard W., The Friars in Medieval France, New York, 1962 ; Martin Hervé, Les ordres mendiants en Bretagne, vers 1230-vers 1530, Paris, 1975 ; Viallet Ludovic, Bourgeois, prêtres et cordeliers à Romans, université de SaintÉtienne, Cercor, 2001.

2 Collection Helvetia Sacra, n° 5, 1978 (franciscains), n° 6, 1974 (carmélites).

3 Le Goff Jacques, « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale », Annales ESC, 1970, p. 924-946. On a retenu parfois le chiffre minimum de 3000 âmes pour qu’un couvent s’implante dans des conditions favorables

4 Binz Louis, Le diocèse de Genève des origines à la Réforme (ive siècle-1536), Berne, 1980, et en coll. avec Baud Henri, Genève-Annecy, Histoire des diocèses de France, n° 19, Paris, 1985 ; Gros Adolphe, Histoire du diocèse de Maurienne, t. II, Saint-Jean-de-Maurienne, 1948 ; Lovie Jacques, Chambéry, Tarentaise, Maurienne, Histoire des diocèses de France, n° 11, Paris, 1979 ; RicheKrmoz Frédéric et Emprin Joseph, Le diocèse de Tarentaise des origines au concordat de 1802, Tarentasia Christiana, Moûtiers, 1928 ; Paravy Pierrette, De la chrétienté romaine à la Réforme en Dauphiné. Évêques, fidèles et déviants (vers 1340-vers 1530), Rome, 1993.

5 Duparc Pierre, Le comté de Genève, ixe-xve siècle, Paris/Genève, 1955 ; Guichonnet Paul (dir.), Histoire de la Savoie, Toulouse, 1973 ; Leguay Jean-Pierre (dir.), La Savoie de l’an Mil à la Réforme, Rennes, 1984.

6 Perret André, Guide des archives de la Savoie, Chambéry, 1980 ; Bernard Pierre, Archives départementales de la Savoie, série H, Chambéry, 1932 ; Mariotte Jean-Yves et Gabion Roger, Guide des Archives de la Haute-Savoie, Annecy, 1976 ; Avezou Robert, Répertoire numérique de la série H, Annecy, 1932.

7 Bernard Félix, Histoire de Montmélian, Chambéry, 1956 ; Brondy Réjane, Chambéry, histoire d’une capitale, Lyon, 1988 ; Chaperon Thimotée, Chambéry à la fin du xive siècle, Paris, 1863 ; Duparc P., La formation d’une ville, Annecy jusqu’au début du xvie siècle, Annecy, 1973 ; Guichonnet P. (dir.), Histoire de Genève, Toulouse, 1974 ; Hudry Marius, « Aspects de la vie municipale de Moûtiers aux xve et xvie siècles (1430-1560) », Mémoires et documents de l’académie de La Val d’Isère, t. XIII, 1956 ; Leguay J.-P., « Des Burgondes aux Blanches-Mains », Guichonnet P. (dir.), Histoire d’Annecy, chap. 3, Toulouse, 1987 ; Sorrel Christian (dir.), Histoire de Chambéry, Toulouse, 1992.

8 Arch. dép. Savoie, 22H, « Franciscains conventuels de Chambéry » ; Dubois Raymond, « Les Frères mineurs conventuels de la cathédrale de Chambéry », Mémoires de l’académie de Savoie, VIII, 1933, p. 303-305 ; VAN Gennep Arnold, « Essai sur le culte populaire des saints franciscains en Savoie », Revue d’histoire franciscaine, III, 1927, p. 130.

9 Généquand Jean-Étienne, « Le couvent des Franciscains de Genève », Helvetia Sacra, V, 1978, p. 170-17 ; Gonthier Jean-François, « Obituaire des Cordeliers de Genève », Académie salésienne, 27, 1904, p. 235-257 ; Blondel Louis, « Le couvent de Rive », BSHA, V, 1919, p. 86-87 ; Naef Henri, Les origines de la Réforme à Genève, 1936, p. 14-16.

10 Arch. dép. Savoie, 25H1 et 2 (« Carmes de La Rochette ») ; Bellet Jean, « Maisons religieuses dans le diocèse de Maurienne avant la Révolution », Actes du Congrès des Sociétés savantes de la province de Savoie, Saint-Jean-de- Maurienne, septembre 1968, n. s., III, 1972, p. 99-115.

11 Mothon Jean-Paul, « Le couvent des Frères prêcheurs de Montmélian, (1318-1792) », Société savoisienne d’histoire et d’archéologie, XXIII, 1885, p. 549-642 ; Fenouillet François, Histoire de la ville de Seyssel, 1866 ; Naz Raoul, « Les Augustins de Saint-Pierre, 1360-1793 », s. d., et « Saint-Pierre d’Albigny », L’Histoire en Savoie, n° 9, 1968 ; Faure Claude, « Les Célestins et les Cordeliers d’Annecy », Revue d’histoire franciscaine, IV, 1927.

12 Arch. dép. Savoie, 23H1 et 24H, « Observantins de Myans » ; Pachoud A., Notre-Dame de Myans, Chambéry, 1983 ; Trépier F., « Recherches historiques sur le décanat de Saint-André », MAS, 3e série, VI, 1878, et VII, 1885 ; Lavorel Jean-Marie, Cluses et le Faucigny, publication des MDAS, t. XI et XII, 1888.

13 Arch. dép. Savoie, 30H1 ; Sainte-Claire à Chambéry, chapelle de N.-D. des Anges.

14 Oursel Raymond, « L’institution du couvent des Cordeliers d’Annecy », Revue savoisienne, 1952, p. 21-26, et « Saint-Maurice d’Annecy », Congrès archéologique de France, cxxiiie session, 1965, p. 195-199 ; Oursel R. et Devos Roger, « L’église Saint-François d’Annecy », Annescii, X, 1963, p. 9-123.

15 Rabut François, « Documents relatifs au couvent de Saint-Dominique de Chambéry », MDSSHA, I, 1856, p. 1-72, et II, 1858, p. 31-215.

16 Perrin H.-J., Histoire de Pont-de-Beauvoisin, Paris, 1897 ; Martin Paul-Edmond, grandjean Marcel et Gardy F., Histoire de Genève des origines à 1798, Genève, 1951, p. 162 ; Constant Monique, « Une ville franche des comtes de Savoie au Moyen Âge, Thonon », Bibliothèque de l’École des Chartes, CXXl’agglomération du Léman. XI, 1973, p. 133-134.

17 Duparc P., Annecy…, op. cit., p. 189, note 814

18 Paravy P., op. cit., p. 541-559.

19 Dubois R., « Les Frères mineurs conventuels de la cathédrale de Chambéry », MAS, 5e série, VIII, 1933, p. 291- 441.

20 Mothon J.-P., op. cit., p. 612.

21 Buttin A.-M., « Le cloître Saint-François », Bulletin des Amis des musées de Chambéry, 1984, p. 15-18.

22 Blondel L., Le développement urbain de Genève à travers les siècles, Genève, 1946, p. 48-49, 55, et « Les faubourgs de Genève au xve siècle », MDG, t. V, 1919.

23 Oursel R., Art en Savoie, Paris, 1975

24 Deonna Walter, « Les arts à Genève des origines à la fin du xviiie siècle », Genava, XX, 1942, p. 146-150.

25 Oursel R., op. cit., p. 194-199 ; Ganter E. et Duparc P., « L’église Saint-Dominique », Annescii, II, 1954

26 Quarré Pierre, « La peinture funéraire de Philibert de Monthouz à l’église Saint-Maurice d’Annecy », Congrès archéologique de France, op. cit., p. 200-208.

27 Arch. dép. Savoie, H1 à H11 ; Dufour A., « Les dominicains des États du duc de Savoie situés en deçà des monts », MDSSHA, VIII, 1864, p. 3-42 ; Paravy P., op. cit., p. 542.

28 Hudry M., Aspects de la vie municipale…, op. cit., p. 48 ; Naef H., op. cit., p. 15.

29 Martin H., Le métier de prédicateur en France septentrionale à la fin du Moyen Âge (1350-1520), Paris, 1988, p. 179-181.

30 Martin H., Le métier de prédicateur en France septentrionale à la fin du Moyen Âge (1350-1520), Paris, 1988, p. 179-181.

31 Uginet François-Charles, « Frère Bérard Trémey et l’inquisition en Savoie au xve siècle », viie Congrès des Sociétés savantes de la province de Savoie, 1976, 1979, p. 281-289.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19803/img-1.png
Fichier image/png, 230k
Légende Implantation des ordres mendiants en Savoie. Source : LEGUAY J.-P., in BRONDY R., DEMOTZ B. et LEGUAY J.-P(dir.)., La Savoie de l’an mil à la Réforme, Rennes, Éd. Ouest-France, 1984, p. 390.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19803/img-2.png
Fichier image/png, 2,3M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19803/img-3.png
Fichier image/png, 2,7M
Légende Plan de Chambéry au Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19803/img-4.png
Fichier image/png, 1,8M

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540