Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Deuxième partie. Ordres mendiants et société

Dans ou hors les murs : les couvents franciscains de Vannes et de Quimper

Manuelle Aquilina

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Deux couvents franciscains, deux villes de la côte sud de la Bretagne : Vannes et Quimper. Deux établissements situés à l’intérieur des murailles durant le Moyen Âge et pourtant deux histoires différentes qui illustrent les logiques de fondation des couvents cordeliers en Bretagne et le rôle des murs protecteurs de l’enceinte urbaine. Le couvent de Quimper est, dès l’origine, à l’intérieur des murs et dépend de l’évêque, alors que celui de Vannes naît hors les murs avant d’être englobé par le duc dans une nouvelle enceinte. Puis les destins se rejoignent, et après un lent déclin tout au long de l’époque moderne, les deux couvents sont détruits – au cours du xixe siècle –, et avec eux, les remparts qui leur servaient de protection et de murs de clôture.

  • 1 Une partie des archives a, semble-t-il, été brûlée lors de la guerre de Succession.
  • 2 Les remparts de Vannes, op. cit., p. 23.
  • 3 Cf. carte 1.
  • 4 Pour preuve, ces quittances de 1307 dont l’une est donnée par Éon l’Orfèvre aux exécuteurs testame (...)
  • 5 Il s’agit, précisément, de la courtine qui part de la porte Saint-Salomon et qui gagne, par la por (...)
  • 6 Cf. carte 1.

2L’histoire du couvent des Franciscains de Vannes est liée à celle des remparts de la ville auprès desquels ils s’installent, dans un premier temps, puis à l’intérieur desquels ils se trouvent inclus et protégés, ensuite. La ville de Vannes est pauvre en archives médiévales, en particulier celles qui concernent les remparts. Les textes sur lesquels repose une large part de la recherche historique sont rares avant le xve siècle1. Comme le souligne Jean-Pierre Leguay2, les comptes municipaux des « miseurs » ou receveurs urbains n’existent plus et « avec eux a disparu tout espoir de reconstituer les remparts et le paysage urbain, la marche des travaux, les étapes de l’érection des tours et des courtines ». En revanche, la ville a la chance d’avoir conservé des pans entiers de son corset de pierre qui pallient, du moins en partie, les lacunes documentaires. En fait, il existe à Vannes plusieurs ceintures de remparts en partie superposées. La plus ancienne muraille date du Bas-Empire. Édifiée par les Romains au iiie siècle apr. J.-C., elle entourait le castrum situé sur la colline du Mené. La deuxième enceinte est édifiée au Moyen Âge, sous le règne du duc Jean IV (1365-1399) ; elle englobe et élargit la première3. Jusqu’au xive siècle, l’enceinte romaine du iiie siècle est conservée et plusieurs fois rapetassée. Cependant, dès le xiiie siècle, on commence à aménager et à protéger tout le secteur méridional, en direction du port. Une première grande campagne de travaux est réalisée sous les règnes de Jean Ier (1237-1286) et Jean II (1286-1305). L’enceinte triangulaire héritée des Romains est alors en grande partie reconstruite4. Les pierres témoignent encore aujourd’hui de l’ampleur de l’œuvre accomplie : les murs dits « Sarrazins5 », construits par Jean Ier et Jean II entre la porte Saint-Salomon et la porte Mariolle, le couvent des Franciscains qui vient s’y appuyer sur l’extérieur de l’enceinte, ainsi que la porte de Gréguenic6. Malgré tout jusqu’alors la physionomie générale de la cité, un triangle grossier, n’avait pas été modifiée. Ce n’est plus le cas après l’intervention du duc Jean IV.

La construction de la « grande enceinte » de Vannes

  • 7 Sur les actes de Jean IV, 120 sont datés de Vannes et 95 de Nantes.

3Lorsqu’à la fin de la guerre de Succession de Bretagne, en 1365, Jean IV est difficilement reconnu duc de Bretagne, il s’attelle à relever son duché durement éprouvé par la guerre. Et notamment, il restaure et renforce le potentiel militaire des villes en réparant et améliorant leurs enceintes. À partir de son règne une nouvelle impulsion est donnée à l’architecture militaire. À Vannes, il poursuit une politique de grands travaux qui double la superficie enclose de la cité. L’objectif est d’y trouver une base de pouvoir assurée. Ces travaux considérables se poursuivent pratiquement sans interruption jusqu’aux guerres franco-bretonnes (fin du xve siècle). L’œuvre de construction qu’entreprend le duc est vaste. Vannes, restaurée, agrandie, embellie devient la principale résidence ducale7. Le site de la ville lui-même se révèle attrayant car l’on sait que Jean IV a fait aménager la Garenne (à l’est de la ville) pour en faire un vaste parc de chasse.

  • 8 Cf. carte 1.

4Le programme de Vannes ne consiste pas à englober les faubourgs mais plutôt à installer au sud des anciens murs tout un vaste ensemble comprenant le château ducal de l’Hermine, sa Basse Cour et les Lices. Chronologiquement il s’agit bien d’une deuxième ceinture de murailles, bien qu’elle s’appuie en partie sur la première enceinte dessinée par les Romains. (La superficie de l’enceinte antique était de cinq hectares ; l’agrandissement de la ville close la porte à environ treize hectares8.) Nous disposons de très peu d’informations sur ce quartier situé au sud-ouest de la première muraille et qui a été, en grande partie, englobé dans les nouveaux remparts élevés par Jean IV. Nous savons seulement qu’il s’est rapidement développé à partir du xiie siècle et qu’à cette époque il est très dynamique. Gagné sur l’estran grâce à des travaux de comblement et d’assèchement des vasières, ce secteur, encore bordé par la mer, devait être utilisé comme simple mouillage pour les navires de faible tonnage. Il est encadré par les portes Mariolle et de Kaër (ou de Gréguénic) et, surtout, comprend depuis 1260 un couvent franciscain.

  • 9 Évêque de Vannes de 1262 à 1270.
  • 10 L’importance de l’appui ducal lors des fondations de couvent est d’ailleurs confirmée par la thèse (...)
  • 11 L’épitaphe figurant sur le côté du gisant d’Arthur II précise ainsi ses rapports avec les Francisc (...)
  • 12 Dom Morice, Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, 1761, p. 116.
  • 13 Le Bouëdec G. (dir.), Le Morbihan…, op. cit., voir la carte p. 159.

5Le couvent des Franciscains de Vannes s’installe en effet en 1260 sur un terrain situé à l’extérieur de l’enceinte à l’époque, au débouché d’une porte, la porte Mariolle, dans un faubourg alors en plein essor. Schéma on ne peut plus classique d’implantation des Mendiants. L’église n’est cependant consacrée qu’en 1265 par l’évêque de Vannes, Guy ou Guyomard de Conlieu9. Le duc Jean Ier Le Roux appuya leur installation10. Un appui ducal qui ne se dément pas par la suite puisque le duc Arthur II (1305-1312) est inhumé dans le chœur du couvent de Saint-François de Vannes en 131211. Cependant les ducs ne sont pas considérés comme les seuls fondateurs du couvent. Les seigneurs de Kaër-Malestroit sont également cités comme seconds fondateurs car le terrain sur lequel le couvent est construit leur appartient : « Domini de Malestricto quasi secundi fundatores extitere12 ». En effet, cette partie située au sud-ouest de l’enceinte constitue la terre de Kaër où le manoir des seigneurs de Kaër-Malestroit couvre le quartier proche de la mer. Vassal du duc, le seigneur de Kaër ne possède pas une seigneurie d’une taille très importante mais elle occupe, en revanche, une position stratégique. En effet, le fief comprend Locmariaquer et Crach’, des terres qui surveillent l’entrée du golfe, ainsi que la presqu’île de Séné qui contrôle en grande partie l’accès, par mer, du chenal menant à Vannes13.

La ville close

  • 14 Ext. de Mollat G., Études et documents sur l’histoire de la Bretagne, 1907, cité par EONET S., op. (...)
  • 15 Cité par Mussat André, Les remparts de Vannes, op. cit., p. 65.

6Deux textes nous permettent de dater approximativement la clôture de la ceinture de rempart sur le flanc ouest de la ville. Ces deux documents concernent le couvent des Franciscains, accolé à la première enceinte. Lorsque le duc envisage d’agrandir la muraille, les Frères mineurs profitent de l’occasion. Une bulle du pape Clément VII de 1389 nous apprend que les frères, dont le couvent déjà agrandi par le duc en 1385 est extra-muros, craignent les incursions des gens de guerre (« pro timore gentium armigerarum ») et proposent d’inclure l’établissement à l’intérieur des murs14 « infra dictos muros ponere et muris circumdare ». Donc à cette date la clôture de la ville est envisagée. Or le 27 mai 1400, Jeanne de Navarre qui gouverne le duché pour son jeune fils Jean V, reçoit une supplique des mêmes Mineurs au sujet de l’usage des terrains « entre les anciens murs et cloison ancienne de ladite ville que l’on appelle murs Sarrazins et les murs nouveaux depuis que Monseigneur le duc dont Dieu aye l’âme, fist enclore en fortifications ladite ville15 ». La ville est alors entièrement close. Les travaux sur l’enceinte vont néanmoins se poursuivre sous Jean V (1399-1442).

  • 16 Leguay J.-P., Histoire de Vannes…, op. cit., p. 116-117.

7Durant la guerre de Succession, l’ordre des Franciscains a soutenu le parti de Charles de Blois (considéré comme un saint après sa mort). Or, Jean de Montfort accepte d’enclore leur couvent dans sa nouvelle enceinte, ce qui peut paraître contradictoire. Cette faveur, ce sont les religieux eux-mêmes qui la demandent, mais en la leur accordant, le duc sert aussi ses intérêts. Car si la muraille qui enclôt le couvent protège les Frères mineurs, elle permet aussi de mieux les contrôler, de s’assurer leur attachement (et conséquemment les faveurs du Ciel ?). Cela rapporte sans doute aussi au duc de substantiels revenus, notamment par le paiement du cens. Il s’agit donc d’un échange dont l’intérêt est bien compris par les deux parties. Qui plus est, ce couvent jouit déjà d’une grande renommée et possède donc un poids non négligeable dans les affaires politiques : quand les États de Bretagne se réunissent à Vannes, ils le font dans de vastes locaux appartenant aux Cordeliers16. De nombreuses personnalités y sont inhumées également, comme Yolande d’Anjou en 1440, la première épouse du duc de Bretagne François Ier (1442-1450).

  • 17 P. André pense que l’utilisation de la rivière pour entourer l’Hermine n’a été qu’une solution de (...)

8La construction du rempart a bien entendu eu d’importantes répercussions sur la vie quotidienne de la ville et sur son environnement. L’œuvre militaire a surtout contribué à renforcer l’autorité de la ville sur les alentours. C’est le cas vis-à-vis du couvent des Frères mineurs. Cependant, par l’érection de ces nouveaux remparts, le duc affirme autant son pouvoir sur les hommes que sa domination de la Nature. En effet, si la première muraille de Vannes se pliait aux exigences du site et même s’appuyait sur eux, cette deuxième enceinte semble au contraire refuser les contraintes naturelles et modèle à sa convenance la terre et la mer. Tout d’abord, le duc englobe dans sa nouvelle ceinture de pierre tout un quartier, entre l’ancien castrum et la porte de Gréguénic, habituellement soumis à la mer. Ce sol a été gagné sur des marécages. Mais la marée s’étire encore jusqu’au pied de l’éperon rocheux où se trouvent les Lices actuelles. Pour construire la courtine sud, comprenant la porte de Calmont, la tour Trompette et qui rejoint la porte de Gréguénic, il a donc fallu opérer de sérieux travaux de terrassements. Il s’agissait d’assécher des terrains vaseux et repousser les flots que la courtine contient. Une entreprise certainement difficile à mener. Ensuite, au niveau des Lices, il existe un dénivelé de quatre à cinq mètres qu’il importe de combler, tout comme les anciennes douves qui longeaient le tracé de la première enceinte. Les gravats des chantiers, nombreux à cette époque à Vannes, y ont en partie pourvu ; ainsi sans doute que la terre et les roches extraites du creusement de nouveaux fossés. Une fois la terre aplanie, le duc fait détourner une partie du cours de la rivière la Marle qui coule sur le flanc est de la ville pour remplir les douves du château de l’Hermine. Le cours primitif de la rivière (aujourd’hui couverte) se déployait à ciel ouvert au bas des Lices. Un canal maçonné disciplina ses eaux et les mena vers l’étang des Lices. L’éperon rocheux de la Garenne fut entaillé afin de permettre à l’autre partie de la rivière de s’y dérouler ; lui créant ainsi un second lit. La rivière Marle remplit donc les douves du château de l’Hermine et le protège en formant une sorte d’île artificielle où il se dresse17.

Le duc en sa ville

9Le duc est le premier des seigneurs de la ville : il le signifie clairement par cette nouvelle enceinte. Celle-ci modifie complètement, et à son avantage, l’équilibre des seigneuries autour et dans la ville. Le premier des fiefs concernés est la seigneurie de Kaër Malestroit. Le seigneur de Kaër possède en effet les terres qui s’étendent au sud-ouest de la « première » ville. C’est lui le propriétaire du terrain sur lequel a été bâtie la porte de Gréguénic, ainsi que le couvent des Franciscains. C’est donc en grande partie la terre de son vassal que le duc englobe dans son enceinte.

  • 18 Cf. carte 2.

10Autre seigneur auquel le duc est confronté : l’évêque. Des rapports étroits lient le prince et le prélat à Vannes, Jean IV nomme même chancelier l’évêque de la ville Henri le Barbu de 1384 à 1396. Mais le duc qui étend la ville vers le sud et l’est surtout, n’empiète pas directement sur le fief de l’évêché qui se déploie essentiellement au nord (le Mené, Bourg-Maria). Intra-muros, la seigneurie ecclésiastique comprend presque en totalité le quartier qui va de la cathédrale au château de la Motte18, la plus ancienne forteresse de la cité, ce dernier appartenant à l’évêque depuis 1287.

11La « ville nouvelle » qui se crée au sud de l’antique cité forme donc une sorte de contrepoids politique au pouvoir de l’évêque, une ville qui ne dépend que du prince. D’ailleurs, la moitié de la nouvelle superficie enclose est occupée par le château de l’Hermine et ses dépendances. Dans l’ancien castrum que domine la cathédrale s’impose l’évêque ; au sud, c’est le duc qui domine avec son château. Bien entendu la répartition entre les deux seigneuries n’est pas aussi tranchée et ces deux puissants sont d’abord des alliés. Ainsi le duc laisse l’évêque effectuer des travaux de défense au manoir de la Motte après la guerre de Succession, car celui-ci a été endommagé. Toute fortification est en effet soumise à l’approbation du duc.

  • 19 Même si le livre-rentier montre encore en 1455 de larges enclaves inoccupées.

12Le duc en étendant son pouvoir militaire sur la ville, renforce par la même occasion son poids politique et son emprise économique. La surface nouvellement enclose comprend tout un quartier qui s’est développé au long des siècles précédents. Ce quartier compte déjà de nombreux habitants19, qui deviennent alors ses sujets, un riche couvent – celui des Franciscains –, un moulin sur les bords de l’étang des Lices (seul moulin intra-muros) dont le duc est devenu propriétaire. L’activité commerciale se trouve également « enfermée » par la muraille, elle est donc beaucoup plus contrôlable. Chaque fois qu’on emprunte une des portes de la ville pour y entrer ou en sortir, il faut payer un droit de passage. Le duc, qui contrôle ces passages, en perçoit un revenu substantiel par le biais des taxes.

  • 20 D’après P. André et A. Dégez, cette « cloison » séparant les villes haute et basse n’est abattue q (...)
  • 21 Arch. dép. Loire-Atlantique, B2339, f° 8, 18, cité par Leguay J.-P., « Vannes au xve… », op. cit., (...)
  • 22 Cf. carte 2.
  • 23 Celle-ci, encore appelée porte de Kaër, (car elle donne accès à la seigneurie de Kaer-Malestroit, (...)

13La mise en place de la nouvelle enceinte rend inutile la première muraille, surnommée « mur Sarrazin », qui séparait les deux parties de la ville, ancienne et nouvelle. Les pierres de l’ancienne cloison ont peut-être été réutilisées dans les nouveaux murs, mais les sondages nécessaires à la confirmation de cette hypothèse sont encore à réaliser. Les anciennes douves, à l’ouest, sont alors comblées – notamment par les déblais du chantier de la cathédrale – et sur leur emplacement apparaissent des jardins ou des cours. Les pans de murs qui gênent la circulation sont soit abattus20, soit loués et servent alors à clore les « courtils » ou étayer des habitations. Ainsi « la maison assise sur le portail de la Mariolle » figure comme location, dans le livre-rentier de 145521. Cette porte Mariolle donnait directement sur les jardins et les dépendances du couvent cordelier. Son emplacement exact nous est inconnu. On la situe en général vers le milieu de la rue Noé22. Elle aurait été percée dans le « mur Sarrazin » au xiie siècle mais il n’en subsiste aucune trace alors que le mur qui l’encadrait a été, lui, en partie conservé. Cette porte contrôlait l’accès essentiel à tout le secteur gagné sur les marais et vasières du sud de la ville, mais il semble aussi qu’elle établissait une liaison avec l’énigmatique porte de Gréguenic23. Devenue inutile à la suite de l’extension des remparts au xive siècle, la porte Mariolle fut accensée à un particulier. Les remparts, même sans utilité défensive, demeurent propriété du duc. Celui-ci peut donc en octroyer la jouissance à des particuliers moyennant une rente ou un cens. Ainsi il n’a plus à entretenir la muraille, tout en en tirant encore des revenus. C’est le principe de l’afféagement, qui sera pratiqué à grande échelle à l’époque moderne.

  • 24 Le Mene M., op. cit., 1913

14Le duc peut aussi faire don d’une partie des remparts, c’est le cas pour les murs et douves qui jouxtent le couvent des Franciscains, ce qui leur permet de les combler afin d’agrandir leur jardin. Nous avons vu que Jean IV enclôt ce couvent entre 1385 et 1400, il cède alors en toute propriété les vieilles douves du « mur Sarrazin » qui bordent leur jardin aux religieux24. Et lorsque l’on conteste en 1400 aux frères la propriété de ces anciennes douves transformées en jardin, Jeanne de Navarre, qui dirige à ce moment le duché pour son jeune fils, rétablit les Franciscains dans leurs droits :

  • 25 Arch. dép. Morbihan, 49H2, cité dans Jones M., Recueil des actes de Jean IV…, op. cit., p. 148.

« Jehenne fille de roy de Navarre duchesse de Bretaigne […] receu avons la supplication de religieux les frères menours et couvent de la ville de Vennes contenant que […] à la place et héritaige ou soulloient estre leurs jardins et une porte par où l’en aloit a leur église en la partie deus les anciens meurs […] que l’en appelle murs Sarrasins […] et depuis que Moseigneur le duc dont Dieu l’aisné fist aclore en fortification […] leur dicte église et habitations […] des terres ou souloint estre leurs jardins furent combles […] en entention d’y a renouveller et ediffier nouveaux jardins […] en celle place a eux appartenante comme ilz dient25… »

15Le couvent des Franciscains de Vannes est donc placé d’emblée sous la protection particulière des ducs de Bretagne. Ceux-ci soutiennent d’abord sa fondation, ils le protègent ensuite de leurs murs et multiplient les bienfaits à son égard. La situation est bien différente à Quimper où se trouve également un couvent franciscain, mais installé dès l’origine à l’intérieur de l’enceinte, et sous la protection de l’évêque.

Quimper

  • 26 Certains auteurs affirment qu’une ancienne commanderie templière existait auparavant à cet emplace (...)

16La tradition accorde au couvent Saint François de Quimper d’avoir été la première maison de Franciscains fondée en Bretagne. La fondation est commencée en 1233 (ou dès 1232 d’après Hervé Martin). C’est l’évêque Rainaud, qui gouverna le diocèse de Cornouaille de 1219 à 1245, qui fit don aux Cordeliers d’un emplacement et reçut ainsi le titre de fondateur. Cet emplacement se situait dans l’angle sud-ouest de l’enceinte, au confluent du Steïr et de l’Odet qui bordent à cet endroit la ville close26.

  • 27 La porte principale est celle de l’évêque (ou porte Sainte-Catherine) située au sud ; la porte des (...)
  • 28 Cf. carte 3.
  • 29 Leguay J.-P. dans Histoire de Quimper, Kerhervé J. (dir.), p. 88.

17À la différence de celui de Vannes donc, le couvent des Cordeliers de Quimper est installé, dès sa fondation, intra-muros. Bénéficiant de la protection de l’évêque, sur une terre qui lui appartient, les frères sont également protégés par ses murs. En effet, Quimper est ville épiscopale et même si les origines de la muraille au xiiie siècle restent obscures, ces murs ont été édifiés soit par l’évêque, soit par les habitants avec le concours ou l’aveu de l’évêque, seigneur de la ville. Cette muraille, qui comprend six portes et forme un grossier quadrilatère, couvre quinze hectares27 et est longée sur deux de ses flancs par des fleuves : l’Odet au sud et le Steïr à l’ouest qui forment des limites naturelles28. Le mur de ville de Quimper constitue l’unique clôture du couvent franciscain depuis la porte Saint-Médard jusqu’à la porte Costy. Sur toute cette portion, la muraille domine de ses créneaux le Steïr puis l’Odet. À l’ouest de la ville close, séparée d’elle par le Steïr, se trouve le quartier de la Terre au Duc. Ce quartier communique difficilement avec la cité « comme si le paysage urbain reflétait les difficultés de relation entre
les pouvoirs rivaux [de l’évêque et du duc]29 ». Le pont Médard, auquel on accède par la porte du même nom, constitue l’unique passage, l’unique liaison entre les deux « villes ».

  • 30 Déjà en 1209, Guy de Thouars tente d’y élever un château dont l’évêque obtient la démolition.
  • 31 « bailliste » du duché de 1213 à 1237

18Ces deux pouvoirs qui se font face par-dessus le Steïr, se querellent souvent, justement au sujet de cet emplacement intra-muros qui fait face à la Terre au Duc et que convoite le duc. L’évêque doit même jeter l’interdit sur les ducs qui veulent construire une forteresse sur les terres de Saint Corentin30. Or, en 1233, les Cordeliers y sont installés. Afin de se procurer les ressources nécessaires à la fondation du couvent, le prélat fit appel aux libéralités des seigneurs de Cornouaille, les fonds recueillis permirent la reconstruction de l’église et celle du cloître. Or il apparaît que le duc de Bretagne lui-même, Pierre Mauclerc31, contribua à l’édification de ce premier couvent franciscain de Bretagne (même si sa participation reste difficile à évaluer). En effet, ses armes figuraient sur les piliers de la porte principale de l’enclos, située rue Saint-François. Le duc et l’évêque semblent donc s’associer et se réconcilier autour de cette fondation. Serait-ce là habile manœuvre de la part de l’évêque afin de neutraliser les velléités d’expansion du duc ? Il aurait alors effectivement créé une enclave inattaquable, un lieu de neutralité entre son fief et celui du duc.

  • 32 J.-P. Leguay note que « la présence d’une dérivation du Steïr alimentant un moulin, interdit d’éca (...)
  • 33 Évêque de 1451 à 1472.

19La rivalité duc/évêque s’atténue à la suite de la guerre de Succession. L’enceinte a subi d’importants dégâts et des restaurations sont indispensables. Elles interviennent sous Jean IV et Jean V. L’effort des ducs porte essentiellement sur le « château » situé au confluent du Steïr et de l’Odet. En fait il s’agit « d’un renforcement localisé de la muraille, garni de tours et peut-être alors défendu du côté de la ville aussi32. » Le parallèle avec le château de l’Hermine de Vannes est frappant. Cependant, à la différence de Vannes où le duc a toute latitude pour édifier son château, à Quimper il se heurte à l’évêque, Jean de Lespervez33. Ce dernier fit appel à Rome, et le pape, par l’intermédiaire de ses envoyés, négocia un accord entre les deux parties. Le duc fut autorisé à achever sa forteresse mais s’engagea en même temps à reconstruire ou à réparer l’ensemble de l’enceinte murale qui menaçait ruine. Chacun y trouvait son compte. Pierre II (1450-1457) entreprit donc d’achever la forteresse de Jean V, appelée « Petit Château », en 1453.

Destructions et protection tardive

20Après la fin du Moyen Âge, l’histoire des couvents cordeliers de Vannes et de Quimper se résume à un lent déclin. Parallèlement, les murailles qui les clôturent connaissent, elles, un long délabrement qui s’étire jusqu’à la Révolution. Devenus inutiles sur le plan défensif, les remparts ont très vite été afféagés. Bien que n’étant pas à l’origine de leur construction, les Franciscains considéraient les murs de l’enceinte comme les leurs. Dans les faits, personne ne songe à contester le droit de propriété exercé par les Cordeliers sur ces parties de fortifications, et ce jusqu’en… 1790. Dans un premier temps, ce statut de propriété privée préserve les vieux remparts de la destruction. Cependant l’entretien de ces morceaux de muraille se révèle trop coûteux pour les Cordeliers, ce qui oblige les religieux à les laisser tomber en ruine. Puis, dès la fin du xviiie siècle, les frères de Vannes vendent une partie des murs qui leur appartiennent à des particuliers. Quant aux Franciscains de Quimper, ils autorisent même des commerçants à venir s’installer dans leur enclos, moyennant le versement d’un loyer, tandis qu’une partie des bâtiments conventuels sert en même temps d’entrepôt et de magasin. Les deux couvents se délabrent donc progressivement, tandis que les anciens remparts qui les entouraient tombent petit à petit en ruine.

  • 34 Décrets des 20 et 26 mars 1790 ainsi que ceux des 2 et 4 janvier 1791, qui statuent que les biens (...)
  • 35 Les remparts clôturent le couvent sur deux faces : le long de l’Odet au sud et le long du Steïr à (...)

21La Révolution de 1789 confisque et nationalise les biens du clergé et de la noblesse34. En conséquence, les couvents ainsi que les remparts deviennent propriété de la ville. À Quimper, les bâtiments conventuels, l’église, les cours et les jardins, les baraques adossées à l’édifice religieux et la partie des murs de ville servant de clôture à l’enclos35, sont adjugés le 30 avril 1792 à des particuliers, les frères Le Déan. (Leurs descendants occuperont le couvent jusqu’à sa destruction en 1845.) À Vannes, tous les biens du couvent franciscain sont réquisitionnés et vendus entre 1791 et 1793. Cependant les vieilles murailles sur lesquelles s’appuient des maisons particulières demeurent debout encore un temps. Mais, si elles sont préservées de la destruction, c’est plus « grâce » au manque de moyens financiers affectés par les villes à la modernisation urbaine que par réel attachement à ce que représentent ces remparts du Moyen Âge.

  • 36 Un projet d’alignement de cette partie de la ville ne semble pas encore appliqué à cette date. Arc (...)
  • 37 Tout le quartier est réaménagé. Les Halles sont construites sur l’emplacement de l’ancien cimetièr (...)

22À Vannes, il semble que les remparts longeant la rue Thiers ne soient détruits qu’après 1869 (voire 187936). À Quimper, les destructions sont plus rapides. Un plan d’urbanisme, approuvé par ordonnance royale le 19 janvier 1839, prévoit la création d’un marché couvert sur l’emplacement de l’enclos des Frères mineurs37. La démolition de l’église, du cloître, et l’aménagement de la cour ainsi que du cimetière, sont adoptés sans qu’aucune voix contraire ne s’élève au sein du conseil municipal de Quimper. Pourtant, ce n’est qu’en 1862 que le mur qui longe le Steïr depuis la porte Saint-Médard jusqu’au confluent avec l’Odet est abattu pour laisser place au quai du Steïr. Encore trois ans plus tard, le reste des vieux murs de ville et la tour forteresse (le Petit Château) située au confluent des deux rivières sont à leur tour démolis. Le rempart qui entourait le couvent ne tombe donc sous les coups des démolisseurs que près de quinze ans après la disparition du couvent lui-même.

  • 38 Contrat d’aménagement Quimper ville moyenne.

23La destruction de ces murailles a semblé, au xixe siècle, ne poser aucun problème, ou presque. À Quimper l’intérêt porté à ce patrimoine reste alors limité au cercle des érudits locaux : seuls quelques auteurs de la Société archéologique du Finistère déplorent le démantèlement des remparts, ou la destruction du cloître franciscain. En revanche, à Vannes, cet intérêt se concrétise assez tôt par une mobilisation pour la préservation des murailles : dès 1886 autour de la protection de la porte Saint-Patern. Malgré tout, le changement de mentalités met beaucoup de temps à s’imposer et ce n’est véritablement qu’après 1950 pour Vannes, et même après 1976 pour Quimper38, que les centres historiques commencent de faire l’objet de soins particuliers, visant, entre autres, la rénovation et la mise en valeur de ce qui reste des remparts. Même si les couvents ne sont plus, les deux cités de Vannes et de Quimper s’enorgueillissent aujourd’hui des remparts qui les entouraient, autant sans doute que les hommes du Moyen Âge qui ont travaillé à les édifier.

Bibliographie

Carte 1. – Schéma des enceintes successives de Vannes (d’après un plan extrait de J.-P. Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge…, p. 383).

Carte 1. – Schéma des enceintes successives de Vannes (d’après un plan extrait de J.-P. Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge…, p. 383).

Carte 2. – Plan de Vannes sous le Consulat (d’après un plan extrait de B. Frélaut, Histoire de Vannes…, p. 67).

Carte 2. – Plan de Vannes sous le Consulat (d’après un plan extrait de B. Frélaut, Histoire de Vannes…, p. 67).

Carte 3. – Schéma de l’enceinte de Quimper au xve siècle (d’après J.-P. Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge…, p. 304 et J. Kerhervé, Histoire de Quimper, p. 87).

Carte 3. – Schéma de l’enceinte de Quimper au xve siècle (d’après J.-P. Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge…, p. 304 et J. Kerhervé, Histoire de Quimper, p. 87).

Bibliographie

Bibliographie

Jones Michael, Recueil des actes de Jean IV, duc de Bretagne, t. III (supplément), Archives historiques de Bretagne 7, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 2001.

Le Bouëdec Gérard (dir.), Le Morbihan, de la préhistoire à nos jours, Bordessoules, 1994.

LA Borderie Arthur De, Nouveau recueil des actes inédits des ducs de Bretagne xiiie-xive siècle, Rennes, 1902.

Leguay Jean-Pierre, Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne au xve siècle, Paris, Maloine, 1981.

Leguay Jean-Pierre et Martin Hervé, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale 1213-1532, Ouest-France Université, 1982.

Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne vers 1230-vers 1530, Paris, Klincksieck, 1975.

Quimper

Dutot C., Le couvent des Cordeliers de Quimper xiiie-xixe siècle, mémoire de maîtrise d’histoire, Kerhervé Jean (dir.), UBO, Brest, 1988, dactyl.

Kerhervé J. (dir.), Histoire de Quimper, Toulouse, Privat/Société archéologique du Finistère, 1994.

Trevedy J., « Promenade à Quimper », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1885, t. 12, p. 213-246, 253-308, 317-334, 381-411, 447-476.

Waquet H., « Quimper (études archéologiques) », BSAF, 1920, t. 47, p. 26-103.

Vannes

André Patrick et Degez André, « Vannes, topographie urbaine », Congrès archéologique de France, Morbihan, (141e session, 1983), Société française d’archéologie-musée des Monuments français, Paris, 1986, p. 288-293.

Aquilina Manuelle, Les remparts de Vannes du iiie au xxe siècle, de l’enceinte fortifiée à la simple ceinture de murailles, DEA d’histoire, Merdrignac B. (dir.), UHB Rennes, 1998, dactyl.

Collectif, Les remparts de Vannes, « Les Amis de Vannes », Corlay/Vannes, 1988.

Eonet S., Le couvent des Cordeliers de Vannes, xiiie-xviiie siècles, mémoire de maîtrise d’histoire, Le Mené Michel (dir.), université catholique d’Angers, 1997, dactyl.

Le Mee S., Les afféagements du Domaine de la Couronne avant la Révolution française. Un cas d’étude : les remparts de Vannes, mémoire de maîtrise de droit, Crépin et Muller (dir.), université des sciences politiques de Rennes, 1995, dactyl.

Le mene Chanoine, « Châteaux forts du Morbihan », Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1913, p. 137.

Leguay J.-P. (dir.), Histoire de Vannes et sa région, Toulouse, Privat, 1988.

Leguay J.-P., « Vannes au xve siècle. Étude de topographie urbaine », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1975/2, t. 82, p. 115-132.

Notes

1 Une partie des archives a, semble-t-il, été brûlée lors de la guerre de Succession.

2 Les remparts de Vannes, op. cit., p. 23.

3 Cf. carte 1.

4 Pour preuve, ces quittances de 1307 dont l’une est donnée par Éon l’Orfèvre aux exécuteurs testamentaires de Jean II pour de la pierre employée à « faire les murs de Vènnes ». Ce qui montre que le duc reconstruisit en partie, mais aussi qu’il répara ainsi que le prouve l’autre quittance : « ad murum civitatis Venetensis reparandum » cité par A. de La Borderie, op. cit., p. 193 sq.

5 Il s’agit, précisément, de la courtine qui part de la porte Saint-Salomon et qui gagne, par la porte Mariolle, les futures lices. L’expression « murs Sarrazins » a fait couler beaucoup d’encre. Certains chercheurs ont pensé qu’il s’agissait d’une allusion au séjour que firent Jean Ier et son fils en Tunisie, en 1270. En fait, l’explication la plus plausible est que les murailles ont semblé, après coup, si anciennes qu’on les a attribuées aux Romains (ce qui n’est pas faux), à César. Et de « césarin » on aurait finalement abouti à « sarrazin ». Cependant, d’autres villes du Sud de la France possèdent, elles aussi, des murs qualifiés de « sarrazins ». La même explication peut-elle s’y appliquer ?

6 Cf. carte 1.

7 Sur les actes de Jean IV, 120 sont datés de Vannes et 95 de Nantes.

8 Cf. carte 1.

9 Évêque de Vannes de 1262 à 1270.

10 L’importance de l’appui ducal lors des fondations de couvent est d’ailleurs confirmée par la thèse d’Hervé Martin : Les ordres mendiants…, op. cit., p. 155-158.

11 L’épitaphe figurant sur le côté du gisant d’Arthur II précise ainsi ses rapports avec les Franciscains : « […] il fut ensepulture avec grant feste et compagnee de la noblesse de sa duchee ; nous ama freres menors et nous honora. Priez Dieu que son herme soit en repos. Amen » (cité par colonel Fonssagrives, « Un manuscrit inédit de Dubuisson-Aubenay », BSPM, 1927, p. 3-27).

12 Dom Morice, Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, 1761, p. 116.

13 Le Bouëdec G. (dir.), Le Morbihan…, op. cit., voir la carte p. 159.

14 Ext. de Mollat G., Études et documents sur l’histoire de la Bretagne, 1907, cité par EONET S., op. cit., p 11.

15 Cité par Mussat André, Les remparts de Vannes, op. cit., p. 65.

16 Leguay J.-P., Histoire de Vannes…, op. cit., p. 116-117.

17 P. André pense que l’utilisation de la rivière pour entourer l’Hermine n’a été qu’une solution de repli après qu’on a abandonné l’idée d’un grand mur d’enceinte s’appuyant sur la tour du Connétable (communication personnelle dont je le remercie).

18 Cf. carte 2.

19 Même si le livre-rentier montre encore en 1455 de larges enclaves inoccupées.

20 D’après P. André et A. Dégez, cette « cloison » séparant les villes haute et basse n’est abattue qu’au milieu du

xve siècle : « Vannes, topographie urbaine », op. cit., p. 289.

21 Arch. dép. Loire-Atlantique, B2339, f° 8, 18, cité par Leguay J.-P., « Vannes au xve… », op. cit., p. 123.

22 Cf. carte 2.

23 Celle-ci, encore appelée porte de Kaër, (car elle donne accès à la seigneurie de Kaer-Malestroit, propriétaire du sol sur lequel elle a été édifiée), se situe à cent cinquante mètres au sud des premiers remparts auxquels elle n’est pas reliée. Sa position ainsi que sa construction elle-même pose de nombreuses questions. Il semblerait qu’elle remonte au xiiie siècle. En 1405 les archives nous indiquent que la porte de Kaër est entourée de courtines (Arch. dép. Loire Atlantique, B703, la porte y est mentionnée « en la closture de Vennes »). Elle a donc été incluse dans le dispositif de la nouvelle enceinte et, à cette occasion, a sans doute subi des modifications. En effet, il subsiste des vestiges de flèches d’un pont-levis ; or, aucun témoin de pont-levis à flèche n’est connu avant la seconde moitié du xive siècle.

24 Le Mene M., op. cit., 1913

25 Arch. dép. Morbihan, 49H2, cité dans Jones M., Recueil des actes de Jean IV…, op. cit., p. 148.

26 Certains auteurs affirment qu’une ancienne commanderie templière existait auparavant à cet emplacement. Voir Dutot C., op. cit., p. 15. Voir la carte 3.

27 La porte principale est celle de l’évêque (ou porte Sainte-Catherine) située au sud ; la porte des Régaires (ou du Rakaer) se trouve à l’est ; au nord-est on rencontre la porte de la Tourbie (ou de la tour Bihan) et au nord-ouest celle de Saint-Antoine (ou de Mescloaguen) ; enfin à l’ouest, la porte Saint-Médard. La porte Costy ne date peut-être que du xvie siècle.

28 Cf. carte 3.

29 Leguay J.-P. dans Histoire de Quimper, Kerhervé J. (dir.), p. 88.

30 Déjà en 1209, Guy de Thouars tente d’y élever un château dont l’évêque obtient la démolition.

31 « bailliste » du duché de 1213 à 1237

32 J.-P. Leguay note que « la présence d’une dérivation du Steïr alimentant un moulin, interdit d’écarter sans preuves l’idée d’une volonté d’assurer l’autonomie du réduit défensif », Kerhervé J. (dir.), op. cit., p. 91. Le château de l’Hermine à Vannes est lui aussi séparé de la ville par une dérivation de la rivière la Marle que borde un moulin.

33 Évêque de 1451 à 1472.

34 Décrets des 20 et 26 mars 1790 ainsi que ceux des 2 et 4 janvier 1791, qui statuent que les biens des congrégations doivent être intégrés au patrimoine national

35 Les remparts clôturent le couvent sur deux faces : le long de l’Odet au sud et le long du Steïr à l’ouest.

36 Un projet d’alignement de cette partie de la ville ne semble pas encore appliqué à cette date. Arch. mun. Vannes, Plan d’alignement de 1879.

37 Tout le quartier est réaménagé. Les Halles sont construites sur l’emplacement de l’ancien cimetière et du jardin du couvent ; trois nouvelles rues sont percées : la rue du Steïr (à l’emplacement de l’église), la rue Astor et celle des halles.

38 Contrat d’aménagement Quimper ville moyenne.

Table des illustrations

Titre Carte 1. – Schéma des enceintes successives de Vannes (d’après un plan extrait de J.-P. Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge…, p. 383).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19800/img-1.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Carte 2. – Plan de Vannes sous le Consulat (d’après un plan extrait de B. Frélaut, Histoire de Vannes…, p. 67).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19800/img-2.png
Fichier image/png, 9,5M
Titre Carte 3. – Schéma de l’enceinte de Quimper au xve siècle (d’après J.-P. Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge…, p. 304 et J. Kerhervé, Histoire de Quimper, p. 87).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19800/img-3.png
Fichier image/png, 1,5M

Auteur

Université Rennes 2 – Haute Bretagne

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540