Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Deuxième partie. Ordres mendiants et société

Les chanoines augustins en Bretagne au xiie siècle : des proto-mendiants ?

André Chédeville

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

  • 1 Dufief André, Les cisterciens en Bretagne (xiie-xiiie siècles), Rennes, PUR, 1997
  • 2 Je remercie Yves Breton qui prépare une thèse sur les chanoines augustins en Bretagne à l’époque m (...)

1Les ordres religieux en Bretagne au Moyen Âge n’ont pas suscité chez les historiens un égal intérêt. Inutile d’insister ici sur la valeur du travail qu’Hervé Martin a consacré aux ordres mendiants. Les Cisterciens ont eu aussi leur historien en la personne d’André Dufief1. Les Bénédictins, qui possédaient les établissements les plus importants, n’ont pas encore fait l’objet d’une synthèse mais la documentation relativement importante qu’ils ont laissée a fait l’objet de diverses études. En revanche, les chanoines augustins aux premiers temps de leur existence n’ont pas encore suscité de véritables recherches2. Ils ont pourtant fondé ou organisé dix abbayes dans le duché au cours du xiie siècle et leur établissement comme leur action ont revêtu des caractères originaux qu’il convient de relever.

  • 3 Arnoux Mathieu (dir.), Des clercs au service de la réforme. Études et documents sur les chanoines (...)
  • 4 Morice Dom H., Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, (...)
  • 5 Ibid., col. 104 et 105
  • 6 Ibid., col. 802
  • 7 Geslin de Bourgogne J. et Barthélemy A. DE, Anciens évêchés de Bretagne. Diocèse de Saint-Brieuc, (...)

2Ils n’apparaissent pas très tôt en Bretagne, même un peu plus tard qu’en Normandie où ils ne furent pas précoces3. Voyons-en rapidement tout d’abord la chronologie. Si l’on excepte Saint-Médard de Doulon, près de Nantes où une tentative d’instaurer des chanoines réguliers en 1105 à l’instigation de l’évêque Benoît fut un échec4, Sainte-Croix de Guingamp fondée vers 1130 est leur plus ancien établissement. À Fougères, ils s’installent à Rillé vers 1140. Les débuts de la Madeleine de Geneston, au sud de Nantes, se situent à partir de 1147 et ceux de Saint-Jacques de Montfort à partir de 1152. Un abbé Jud[icaël] de Saint-Jean-des-Prés à Josselin est mentionné en 1159. À Notre-Dame de Daoulas, le commencement de la construction de l’église est mentionné en 1163 et celui de l’abbaye en 11735. Notre-Dame de Beaulieu est antérieure à 1171. Sainte-Marie de Pornic doit être contemporaine car son abbé André atteste en 1206 avoir connu l’évêque Brice mort en 11406. Enfin, Notre-Dame de Beauport est constituée entre 1184-1189 et 12027 pendant que, à Paimpont, le prieuré de l’abbaye bénédictine de Saint-Méen passe sous le contrôle des Augustins dans les premières années du xiiie siècle.

  • 8 Guillotin de Corson abbé, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, 6 vol., Paris, 1880-1886, (...)
  • 9 Quaghebeur Joëlle, La Cornouaille du ixeau xiiiesiècle. Mémoire, pouvoirs, noblesse, « Société arc (...)
  • 10 Morice Dom H. et Taillandier Dom CH., Histoire de Bretagne, t. II, Paris, 1756, p. CXXIX.
  • 11 Ramackers J., Papsturkunden in Frankreich, 5 Band, Touraine, Anjou, Maine und Bretagne, Göttingen, (...)
  • 12 Ramackers J., Papsturkunden in Frankreich, 5 Band, Touraine, Anjou, Maine und Bretagne, Göttingen, (...)

3Les incertitudes évidentes de cette chronologie sont dues pour une large part aux carences de la documentation qui expliquent d’ailleurs le peu d’empressement des historiens. Ainsi, on ne dispose d’aucun document pour Saint-Jean-des-Prés, Sainte-Marie de Pornic et Paimpont. Pour d’autres établissements, il y en a moins d’une dizaine. Seule Beauport a laissé un chartrier abondant à l’aune des archives bretonnes mais, compte tenu de sa fondation tardive, les pièces qu’il contient sont du xiiie siècle. Il est également difficile d’établir une chronologie précise dans la mesure où ces maisons n’ont pas toutes été fondées lors d’une unique cérémonie solennelle. Les unes sont l’aboutissement d’une histoire déjà plus ancienne. L’exemple le plus célèbre est celui de Rillé qui a pour origine une collégiale de chanoines séculiers sous l’invocation de Notre-Dame fondée dans le château de Fougères par Aufroy, seigneur du lieu, vers 1025. Ses successeurs la cèdent à Saint-Florent de Saumur puis à Marmoutier en 1096. Mais les chanoines résistent, obtenant même une décision en leur faveur du pape Pascal II. Finalement, après avoir adopté la règle de saint Augustin, ils quittent le château de Fougères pour édifier une abbaye consacrée à saint Pierre à Rillé dans la paroisse voisine de Lécousse avec l’accord des moines de Pontlevoy qui en avaient le patronage8. À Daoulas, il est seulement vraisemblable qu’il y eut là un établissement monastique, peut-être dès le xie siècle, peut-être seulement au début du xiie9. La tradition selon laquelle les chanoines de Sainte-Marie de Pornic seraient arrivés là dès 1107, chassés de Doulon au profit de Marmoutier, ne repose sur aucune base sérieuse10. En revanche, le cas de Paimpont est plus clair. C’était à l’origine un prieuré de Saint-Méen. En 1184, le pape Célestin III interdit à ses moines de faire sécession11 mais le prieur obtient ensuite de l’évêque puis du pape Innocent III que les moines fassent place à des chanoines réguliers avant d’ériger sa maison en abbaye indépendante, ce qui fut fait dans les premières années du xiiie siècle12.

  • 13 Locatelli R., Sur les chemins de la perfection. Moines et chanoines dans le diocèse de Besançon ve (...)
  • 14 Dom Morice, Preuves, op. cit., col. 613-615.
  • 15 Ibid., col. 649-650
  • 16 Ibid., col. 732.
  • 17 Geslin De Bourgogne J. et Barthélemy A. De, Anciens évêchés de Bretagne, op. cit., t. IV, n° 1, p. (...)

4Néanmoins, la plupart de ces abbayes sont des établissements nouveaux comme ce fut le cas dans le diocèse de Besançon13. Mais ils ne sont pas toujours fondés d’emblée et ils doivent parfois faire la preuve qu’ils sont viables. Le meilleur exemple est celui de Saint-Jacques de Montfort grâce à une notice qui fournit une chronologie d’une grande précision : un établissement est fondé le 1er mai 1152, son église est consacrée le 16 octobre 1156 mais c’est seulement le premier dimanche d’août 1162, soit le 5 de ce mois, qu’est élevé à la dignité abbatiale Bernard qui jusqu’alors ne portait que le titre de prieur14. Il en alla sans doute de même à Geneston où, quinze ans après la fondation initiale, le pape Alexandre III en 1163 s’adresse encore « au prieur Clément et aux frères qui y sont établis15 ». La précaution n’était pas inutile comme on le voit à Beauport. Entre 1184 et 1189, Alain de Goëlo, comte de Penthièvre, établit un monastère en baie de Paimpol dans l’île Saint-Rion, soumis à l’observance de Saint-Victor16. Cette localisation insulaire, plus favorable à une vie érémitique pure qu’à la vocation augustinienne, entraîne l’étiolement de la communauté. Aussi, en 1202, le comte Alain transfère-t-il l’ensemble de ses biens et de ses droits sur le continent où il crée l’abbaye de Beauport au profit des Prémontrés dont ce fut le seul monastère en Bretagne17.

  • 18 Dom Morice, Preuves, op. cit., col. 649-650.
  • 19 Ibid., col. 663.
  • 20 Arnoux M. (dir.), Des clercs au service de la réforme…, op. cit., p. 149-150. Le seul cas que l’on (...)
  • 21 Bautier Robert-Henri, « Les origines et les premiers développements de l’abbaye Saint-Victor de Pa (...)
  • 22 Dom Morice, Preuves, op. cit., col. 681.

5Alors qu’au siècle précédent, la renaissance des grands établissements bénédictins avait été largement favorisée par l’action des ducs, les abbayes d’Augustins sont surtout redevables à la haute aristocratie. La maison de Penthièvre, branche cadette de la dynastie ducale, est à l’origine de Sainte-Croix de Guingamp et de Beauport. À un degré au-dessous, on trouve les grands seigneurs de Fougères pour Rillé, de Dinan pour Beaulieu, les vicomtes de Léon pour Daoulas et sans doute ceux de Porhoët pour Saint-Jean-des-Prés. À peine plus modestes sont les sires de Montfort ou de Machecoul, du moins si ces derniers, maîtres du château de Pornic, sont à l’origine de Sainte-Marie. Seule, l’abbaye de Geneston est d’origine épiscopale puisqu’elle fut fondée par l’évêque de Nantes Bernard18. D’après leur développement ultérieur, ce sont de petits établissements qui ne demandent pas des investissements considérables ; nous connaissons un seul effectif : Rolland de Dinan fonda l’abbaye de Beaulieu pour huit chanoines19. Il n’y a donc pas d’exemples de seigneurs qui s’associent pour financer une fondation comme ce fut le cas en Normandie20. À la différence du siècle précédent, on ne fait guère appel à des religieux extérieurs à la Bretagne, sauf au début et à la fin de la période des fondations : Sainte-Croix de Guingamp est confiée à Jean de Châtillon venu de l’abbaye de Bourgmoyen à Blois qui n’était pas encore affiliée à Saint-Victor de Paris21 et les premiers chanoines de Beauport furent envoyés par La Lucerne au diocèse d’Avranches. Le recrutement des abbés apparaît nettement local et même effectué au sein de l’entourage seigneurial : le premier abbé de Rillé, Gautier d’Allion, porte le nom d’un fief des sires de Fougères et à Sainte-Croix, le successeur de Guy de Châtillon, Moïse, est l’ancien chapelain de l’épouse du fondateur, Havoise. Nous sommes donc en présence d’établissements lignagers sur lesquels l’aristocratie peut exercer une influence plus grande que sur des prieurés dépendant d’une grande abbaye bénédictine. Ce qui ne va pas sans inconvénients : à Guingamp, le comte Henri, après avoir expulsé l’abbé Moïse et ses chanoines, n’aurait pas craint d’y installer une concubine avec des compagnes ; venu à résipiscence, il rappela les chanoines et maria l’intruse à l’un de ses hommes, prévôt de Tréguier22

  • 23 Les clichés ci-joints extraits de la carte de Cassini (tirages xxe siècle) ont été réalisés par le (...)
  • 24 Bligny B., L’Église et les ordres religieux dans le royaume de Bourgogne aux xie et xiie siècles, (...)
  • 25 Parisse Michel, « Les chanoines réguliers en Lorraine. Fondations, expansion (xie-xiie siècles) », (...)
  • 26 Arnoux M. (dir.), Des clercs au service de la réforme…, op. cit.
  • 27 Des sites comparables apparaissent toutefois dans l’ouvrage de Milis L., L’ordre des chanoines rég (...)
  • 28 Dom Morice, Preuves, op. cit., col. 650 et 719 (Rillé et Sainte-Croix de Guingamp).
  • 29 Ibid., col. 613-615.
  • 30 Ibid., col. 650-653
  • 31 Ibid., col. 724

6Le site de plusieurs de ces abbayes mérite l’attention. Tout d’abord, trois d’entre elles sont situées en bord de mer. Des abbayes parmi les plus anciennes avaient été établies de la sorte : Saint-Jacut, Saint-Matthieu, Landévennec ou Saint-Gildas. Mais, lors du renouveau du xie siècle, les créations nouvelles avaient plutôt été abritées au fond des estuaires dont des châteaux surveillaient le passage, de Dinan à La Roche-Bernard en passant par Quimperlé. Si Daoulas, dont la date de fondation est d’ailleurs incertaine, est dans une situation analogue au fond de la rade de Brest, Beauport et Sainte Marie de Pornic s’ouvrent sur le rivage. La première est sur l’anse de Kérity, abri commode entre Saint-Brieuc et Tréguier. La seconde, en revanche, plus en retrait, ne dispose que de quelques criques qui n’offrent pas les avantages de Pornic. Plus généralement, ces abbayes, sauf Beaulieu et Geneston, purement rurales, ont été construites à proximité d’agglomérations. Apparemment, ce n’est pas une nouveauté puisque c’était déjà le cas des prieurés bénédictins qui sont fondés jusque vers 1150. Mais, alors que ceux-ci font partie de l’agglomération castrale et en constituent l’un des noyaux de développement, les maisons d’augustins sont systématiquement établies à l’écart, à une distance qui varie de 600 m à Rillé, de près d’un kilomètre à Guingamp, de 1500 m à Montfort jusqu’à deux kilomètres à Pornic. Elles n’ont pas servi de point d’ancrage pour l’habitat sauf à Rillé où un « bourg » était préexistant. C’est pour cette raison que les géomètres de la carte de Cassini n’ont eu aucune difficulté à les individualiser au xviiie siècle encore23. Une telle localisation n’a attiré l’attention des historiens ni en Bourgogne24, ni en Lorraine25, ni même, plus proche, en Normandie26 ; il est vrai que ce n’était pas là leur propos27. Les motifs d’une telle implantation peuvent être multiples. Écartons l’hypothèse d’une générosité trop mesurée des donateurs qui auraient rechigné à offrir des terrains immédiatement suburbains susceptibles d’une plus-value ultérieure. Certes, trois emplacements, à Guingamp, à Josselin et à Montfort semblent médiocres car inondables, en bordure respectivement du Trieux, de l’Oust et du Meu. Mais les Augustins comme les Cisterciens recherchent la proximité de l’eau, source de confort et d’énergie : lorsque le cours d’eau est insuffisant, ils en accroissent les réserves comme à Beaulieu ou à Paimpont dont les étangs subsistent encore de nos jours. En réalité, les Augustins ont recherché un endroit où ils puissent vivre dans un calme favorable à la pratique de leur règle. En même temps, ils ont voulu être proches de ces agglomérations qui, désormais, sont les centres du pouvoir, de la richesse et des relations. En somme, ils ont voulu être en contact à la fois avec la campagne et avec la ville, même si ce terme, adéquat pour Guingamp ou Fougères, est sans doute excessif pour qualifier Josselin, Montfort ou Pornic qui étaient cependant des agglomérations castrales doublées d’au moins un bourg monastique. L’examen du temporel initial et même ultérieur de ces maisons illustre bien cette dualité : elles reçoivent des biens dans les agglomérations et dans les campagnes, à la fois des terres et des revenus, notamment des dîmes. On ignore comment les Augustins ont exploité ces terres et même s’ils ont participé à leur mise en valeur : l’exemption de dîmes novales « sur les terres qu’ils cultivent de leurs mains ou à leurs frais », qui figure dans des bulles pontificales, peut n’être qu’une clause de style28. La part des terres est encore importante en 1152 à la fondation de Saint-Jacques de Montfort29. À Rillé, en 1163, lorsque Raoul de Fougères confirme les dons de ses prédécesseurs, on y trouve en même temps des exploitations, métairies et masures, des terres dont la superficie est exprimée en acres et aussi des revenus, des cens et des dîmes30. En revanche, lorsqu’en 1194, le même Raoul confirme d’autres donations faites vraisemblablement de son vivant, celles-ci concernent essentiellement des rentes en espèces et en nature ou des dîmes, s’y ajoutent onze plateae ou terrains à bâtir ; seuls font exception deux arpents de terre et une petite exploitation (teneamentum)31. En plus de ces biens temporels, tous les monastères augustins ont reçu des églises paroissiales : nous y reviendrons.

Sainte-Croix de Guingamp (carte de Cassini).

Sainte-Croix de Guingamp (carte de Cassini).

Sainte-Marie de Pornic (carte de Cassini).

Sainte-Marie de Pornic (carte de Cassini).

Saint-Jacques de Montfort (carte de Cassini).

Saint-Jacques de Montfort (carte de Cassini).

Saint-Jean-des-Prés de Josselin (carte de Cassini).

Saint-Jean-des-Prés de Josselin (carte de Cassini).
  • 32 Chédeville André et Tonnerre Noël-Yves, La Bretagne féodale (xie-xiiie siècle), Rennes, 1987, p. 2 (...)

7Après le site, il faut en effet s’attarder quelque peu sur la situation de ces établissements qui, pour la moitié d’entre eux, sont concentrés au centre de la Bretagne et plus précisément dans le diocèse de Saint-Malo. Rillé et Daoulas sont périphériques, aux extrémités de la péninsule ; l’un et sans doute l’autre ont déjà une histoire avant d’adopter la règle de saint Augustin. Sont également périphériques Geneston et Pornic dans ce pays de Retz où les influences angevines ou aquitaines sont encore très marquées. Par contre, Montfort, Josselin, Beaulieu et Paimpont sont dans le diocèse de Saint-Malo ; on peut y ajouter Guingamp dans le diocèse de Tréguier où Jean de Châtillon fut le premier abbé avant, précisément, de devenir évêque de Saint-Malo. Reste Beauport, dans le diocèse de Tréguier comme Guingamp, mais à la fois plus tardif et plus isolé. C’était là une zone de « vide monastique » entre d’une part, à l’est, les abbayes rennaises et le foisonnement des prieurés ligériens et d’autre part, à l’ouest, les monastères du littoral plus mal connus mais assurément moins dynamiques32. Les Augustins y vinrent donc ; les Cisterciens aussi, encore que ces derniers s’installèrent encore plus nettement à l’ouest. L’ensemble de la région demeurait isolé ; sa mise en valeur était largement incomplète. La réforme religieuse, faute d’un encadrement suffisant, n’y avait guère pénétré : ainsi, les restitutions d’églises par les laïcs y étaient-elles encore rares. En revanche, le mouvement érémitique qui touche tout l’Ouest à partir de la fin du xie siècle a trouvé là un milieu favorable. Ces ermites ne connurent pas la notoriété de ceux qui fréquentaient ou qui avaient fréquenté la forêt de Fougères. Seul se distingue Éon de l’Étoile originaire des environs de Loudéac : ses théories hérétiques qui ne reculaient pas devant l’usage de la violence lui valurent d’être traduit devant le concile de Reims en 1148 où il fut condamné. La répression qui s’ensuivit fut menée avec vigueur par Jean de Châtillon dont nous savons qu’il était devenu évêque de Saint-Malo après avoir été abbé de Sainte-Croix de Guingamp. Nul doute que dans une région où la christianisation était insuffisante ou pervertie, il y avait fort à faire.

  • 33 Dereine Ch., art. « Chanoines », Dictionnaire d’histoire et d’archéologie ecclésiastiques, sub ver (...)
  • 34 Dom Morice, Preuves, op. cit., col. 649-650.
  • 35 Longnon A., Pouillés de la province de Tours, Paris, 1903, p. 181.
  • 36 Pautrel E., Notions d’histoire et d’archéologie pour la région de Fougères, Rennes, 1927, p. 527.
  • 37 ANDREJEWSKI D. (dir.), Les abbayes bretonnes, Rennes, 1983, p. 333.
  • 38 Le Méné Jh. M., « Abbaye de Saint-Jean-des-Prés », Bulletin de la Société polymathique du Morbihan(...)
  • 39 Chevas J. B. L. et Wismes A. De, « Sainte-Marie », Bulletin de la Société archéologique de Nantes (...)

8Ceci nous amène donc à examiner le rôle des chanoines augustins à la fois dans les campagnes et dans les agglomérations. Non seulement, ils ont reçu des églises, ce que refusaient les Cisterciens, mais ils ont eu la compétence pour les desservir, pour assurer la cura animarum. Toutefois, comme on l’a déjà remarqué33, ce ne fut pas là une vocation originelle. En effet, les églises ne figurent pas dans la dotation initiale, même pas lorsqu’à Montfort, l’abbaye est définitivement établie en 1162. En 1163, Raoul de Fougères ne confirme à Rillé qu’une seule église située en Angleterre. Il faut donc attendre les bulles pontificales, la première en 1163 lorsqu’Alexandre III confirme à Geneston l’église du lieu donnée par le fondateur, l’évêque Bernard et les églises de Montbert et de Saint-Jean-de-Boiseau aumônées par un lignage local34. On ne sait donc pas bien comment s’est constitué ce patrimoine que l’on commence à connaître grâce au pouillé du xve siècle et mieux encore à l’époque moderne. Les églises sont alors érigées normalement en prieurés-cures où le ministère paroissial est théoriquement assuré par au moins un chanoine pendant que des prieurés simples qui ont dû ressembler à des granges cisterciennes lorsqu’ils étaient des centres d’exploitations servant aussi à collecter dîmes et revenus. Rillé, Beaulieu et Beauport étaient les abbayes les mieux fournies. Huit églises sont à la présentation de Rillé dans le diocèse de Rennes dans le pouillé du xve siècle35 ; deux sont citées plus tard et deux autres sont situées dans le diocèse d’Avranches36. Beaulieu en aurait eu treize tout comme Beauport qui s’est développée au xiiie siècle37. Saint-Jean-des-Prés n’en avait que huit38 et Sainte-Marie de Pornic seulement cinq39.

  • 40 Everard J. et Jones M. (éd.), The Charters of Duchess Constance of Brittany and her Family (1171-1 (...)
  • 41 Dom Morice, Preuves, op. cit., col. 700-701.
  • 42 Ibid., col. 837 : « ecclesias de Plebe-castelli, de loco sanctae Brigidae, sanctae Nonnitae, sanct (...)

9Au total, on peut créditer les abbayes d’Augustins en Bretagne de près d’une centaine d’églises paroissiales. C’est peu par rapport aux quelque 1200 à 1300 paroisses que devait compter le duché au xiiie siècle mais la situation est comparable à celle de la Normandie. Comme en Normandie, leur répartition est inégale. Dans le diocèse de Saint-Malo, fort d’environ 150 paroisses, près d’une quarantaine étaient aux mains des chanoines : nul doute que leur action pouvait être efficace dans le milieu rural. Soumis à l’ordinaire, à l’exception des prémontrés de Beauport, ils pouvaient être les agents de la politique épiscopale. Aussi est-il tentant de voir dans la densité des églises qui leur étaient confiées dans le centre et le sud du diocèse de Saint-Malo le résultat de la faveur que leur témoignèrent Jean de Châtillon et ses successeurs pour extirper des campagnes l’hérésie qu’y avaient propagée Éon de l’Étoile et ses disciples. C’était un moyen aussi pour offrir dans leur cloître un milieu favorable à ceux que tentait la vie érémitique et pour les mettre à l’abri des dangers qu’elle comportait : Robert d’Arbrissel n’avait-il pas lui-même adopté la règle de saint Augustin pour les ermites réunis à La Roë ? Il est d’ailleurs vraisemblable qu’à Paimpont, en pleine forêt de Brocéliande, la substitution de la règle de saint Augustin à celle de saint Benoît a dû avoir pour but à l’extrême fin du xiie siècle d’offrir aux derniers d’entre eux une structure monastique plus attrayante. Déjà en 1187, Beaulieu avait récupéré un ermitage que la duchesse Constance possédait dans la forêt de Saint-Aubin et qui devint le prieuré de Saint-Esprit-des-Bois40. L’appui épiscopal apparaît nettement à Geneston puisque le fondateur n’est autre que l’évêque de Nantes. Ailleurs, les évêques confient des églises aux augustins. Albert, évêque de Saint-Malo, donne ainsi l’église de Plumaudan à Beaulieu mais les bénédictins de Saint-Melaine de Rennes la revendiquent avant de céder à la suite de l’intervention du duc Geoffroy, donc entre 1181 et 1186, de Rolland de Dinan et d’André de Vitré41. Le plus généreux est l’évêque de Quimper Guillaume qui, avec son chapitre, en 1218, donne à l’abbaye de Daoulas sept ou plutôt cinq églises, plus la paroisse de Daoulas : Plougastel-Daoulas, Loperhet, Dirinon, Saint-Thomas de Landerneau et Irvillac42.

  • 43 Ibid. : « hospitale de Leisguinet », en fait Treizguinet, aujourd’hui Le Passage, en Plougastel-Da (...)
  • 44 Gallia Christiana, t. 14, Instrumenta, col. 239-240.

10C’est dans cet acte, également, qu’apparaît la participation des Augustins, beaucoup plus fréquente ailleurs, aux institutions charitables : l’évêque leur donne en effet un hôpital à Plougastel-Daoulas43. Sinon, il faut attendre 1252 pour voir à Saint-Malo, où est alors fondée une Maison-Dieu, un chanoine régulier du chapitre cathédral chargé d’y célébrer la messe chaque jour « comme cela se fait dans les autres églises44 ». Sans doute ont-ils aussi accueilli les pèlerins ; selon la tradition, Beauport aurait hébergé ceux qui débarquaient d’Angleterre et la dédicace à saint Jacques de l’abbaye de Montfort évoque le chemin de Compostelle.

  • 45 Ibid., Instrumenta, col. 234-235.
  • 46 Dom Morice, Preuves, op. cit., col. 837.

11Si la présence des Augustins est surtout sensible dans les campagnes grâce à leurs prieurés-cures, ils ont également joué un rôle dans le milieu « urbain ». La documentation contemporaine atteste de leur influence au sein des chapitres cathédraux. À Saint-Malo, le chapitre tout entier, entraîné par Jean de Châtillon, ancien abbé de Sainte-Croix de Guingamp, adopte la règle de saint Augustin et l’observance de Saint-Victor de Paris, ce que confirme en 1152 le pape Eugène III45. Si en 1218, l’évêque de Quimper et son chapitre se contentent de céder à Daoulas le fruit des prébendes, pendant une année, des chanoines décédés et demandent aux Augustins de célébrer l’anniversaire desdits défunts46, à Rennes, on voit les chanoines des abbayes voisines prendre progressivement pied dans le chapitre.

  • 47 Guillotin de Corson A., Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, op. cit., t. I, p. 241.
  • 48 Ibid., t. I, p. 239.
  • 49 Ibid., t. I, p. 244.
  • 50 Cette action en direction des élites apparaît aussi à Guingamp où Conan IV institue en faveur de B (...)
  • 51 Dom Morice, Preuves, op. cit., col. 584-585.

12En 1224, l’évêque Josselin de Montauban « considérant le petit nombre de clercs qui desservent [son] église » donne à Saint-Jacques de Montfort l’église de Bourg-les-Comptes à condition que deux chanoines augustins assistent à l’office canonial dans la cathédrale47. En 1231, Paimpont acquiert la bibliothèque d’Adam, chanoine et trésorier de Rennes ; elle devait être importante car, en échange, l’abbaye fournit un religieux pour célébrer chaque jour la messe et assister aux heures canoniales de jour et de nuit48. Sans doute à la même époque, Rillé, en échange des cures d’Orgères, du Rheu et de Noyal-sous-Bazouges s’engage à fournir quatre religieux pour assister à toutes les heures canoniales dans la cathédrale49. Dès 1206, l’abbaye de La Roë, celle qui avait été fondée par Robert d’Arbrissel aux confins de la Bretagne mais dans le diocèse du Mans, fournissait elle aussi un chanoine à la cathédrale de Rennes. Cette fondation est doublement intéressante. D’abord, elle fut enrichie par un bourgeois, Joscedus, fils de Pierre : c’est le seul cas où l’on voit les Augustins bénéficier de la générosité de la bourgeoisie, peu développée, il est vrai, à cette date en Bretagne. D’autre part, les chanoines de La Roë étaient à Rennes depuis déjà plus d’un demi-siècle. Du temps de l’évêque Hamelin (1127-1141), ils avaient reçu du duc Conan III une chapelle dans une tour de l’enceinte dont les prêtres, auparavant, devaient célébrer le service divin devant le duc lorsque celui-ci était à Rennes avec sa cour50. Conan III en accrut la donation en particulier avec des cens de maisons dont l’une est déjà occupée par un Joscedus, fils de Pierre51. Cette chapelle fut à l’origine d’un prieuré de La Roë dédié à saint Michel.

  • 52 Sur l’ensemble de ces fondations, voir aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine sous la cote (...)
  • 53 Longnon A., Pouillés de la province de Tours, op. cit., pouillé de la fin du xve siècle, p. 369.
  • 54 Dom Morice, op. cit., col. 837.
  • 55 Pautrel E., Notions d’histoire et d’archéologie pour la région de Fougères, op. cit., p. 53 et Lon (...)

13Les autres fondations donnèrent également naissance à des prieurés : les chanoines de Montfort eurent celui de Saint-Morand, vers les Lices, ceux de Rillé, celui de Saint-Denis, près de l’actuelle rue des Dames et ceux de Paimpont, celui de Saint-Martin dans l’actuelle rue de la Monnaie. Détruits lors de l’incendie de 1720, sauf celui de Saint-Denis, ils furent tous réunis au chapitre en 172852. Ces prieurés comportaient une chapelle où l’on sait, par exemple, que le prieur de Saint-Martin devait célébrer la messe chaque jour. Ainsi, les Augustins pouvaient dynamiser le chapitre cathédral et, grâce à leurs prieurés, ils pouvaient également jouer un rôle auprès des habitants de la cité. En revanche, ils n’ont pas reçu de paroisses urbaines car celles-ci étaient souvent aux mains des bénédictins peu pressés de les céder : on peut seulement citer Saint-Michel de Josselin53 et Saint-Thomas de Landerneau dont la dédicace à l’archevêque de Cantorbéry indique une création récente54. À Rillé, il y avait aussi une paroisse Saint-Éloi desservie par les chanoines et distincte de l’église abbatiale alors qu’à Paimpont cette dernière servait aussi au culte paroissial55. Ces abbatiales qui recevaient des sépultures de laïcs pouvaient aussi les accueillir de leur vivant et jouer également un rôle pastoral mais les archives demeurent muettes sur ce point comme sur bien d’autres.

  • 56 Avril Joseph, « Recherches sur la politique paroissiale des établissements monastiques et canoniau (...)

14Finalement, les Augustins présentent un certain nombre de traits qui les distinguent des anciens Bénédictins comme des Cisterciens et qui préfigurent les ordres mendiants. Comme eux, ils sont installés dans des maisons modestes par leur site et par leur développement. Ils ne recherchent pas la proximité immédiate des châteaux, ni l’agitation des agglomérations mais ils refusent également dans leur majorité un milieu purement rural qui les tiendrait à l’écart. En somme, ils recherchent dans leur existence quotidienne un milieu équilibré, de même qu’ils s’efforcent de concilier dans leur règle la vocation contemplative et la vie active. En effet – et c’est sans doute là une originalité en leur temps – ils peuvent exercer le ministère paroissial, renouant ainsi avec les traditions des antiques communautés cléricales56. La concentration de leurs églises dans le diocèse de Saint-Malo doit être mise en rapport avec le souci de l’épiscopat de mettre fin aux courants hétérodoxes, voire hérétiques, qui s’y étaient développés : poursuivre l’hérésie ne fut-il pas également un but majeur des ordres mendiants ? Dans les agglomérations, leur rôle est plus difficile à appréhender mais ils n’y étaient pas dépourvus de moyens d’action aussi bien en ce qui concerne les membres des chapitres cathédraux que les simples fidèles.

15Toutefois, les abbayes d’Augustins n’étaient pas exemptes de faiblesses. D’abord, elles ne faisaient pas partie d’un ordre religieux constitué. À l’exception de Beauport, membre de l’ordre de Prémontré, il semble bien que les autres établissements étaient indépendants : c’est dire l’importance du rôle de l’abbé. Certains, parmi les premiers, firent preuve de mérites suffisants pour accéder à l’épiscopat : Jean de Châtillon à Saint-Malo de 1144 à 1163, Robert, chanoine de Rillé, évêque de Rennes en 1166-1167, Jean de Vaunoise, abbé de Montfort, élu à Dol en 1188 mais il n’y en eut plus après Pierre de Fougères venu de Rillé comme évêque de Rennes de 1210 à 1222. Même si l’acquisition d’une bibliothèque par les chanoines de Paimpont est un indice intéressant, on ignore tout des activités intellectuelles dans ces abbayes. Soumis à l’ordinaire – sauf Beauport – qui lui-même pouvait être sensible aux pressions locales, les maisons d’Augustins demeurent souvent des sanctuaires lignagers dans la dépendance de telle ou telle grande famille. Cette situation n’aboutit pas forcément à des scandales comme celui que connut Sainte-Croix de Guingamp peu après sa fondation mais elle n’était pas favorable non plus à une vie conventuelle dynamique.

  • 57 Chédeville A., « Le rôle de la monnaie et l’apparition du crédit dans les pays de l’Ouest de la Fr (...)
  • 58 Ibid., p. 499.
  • 59 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, G169.
  • 60 Geslin De Bourgogne J. et Barthélemy A. de, Anciens évêchés de Bretagne, op. cit., t. IV, n° 11, p (...)
  • 61 Ibid., t. IV, n° 34, p. 66-67.
  • 62 Ibid., t. IV, n° 34, p. 66-67.

16L’image des établissements augustins a été rapidement ternie dans les deux domaines où, précisément, ont voulu se distinguer les ordres mendiants : l’exercice de la pauvreté et celui de la pastorale. À la différence des Cisterciens au moins à leurs débuts, les Augustins ont accepté toutes sortes de biens : des terres, des revenus mais aussi des dîmes même dans les paroisses qu’ils ne desservent pas. Ces ressources sont gérées soit dans le cadre des prieurés simples qui ne se distinguent donc pas des prieurés bénédictins traditionnels, soit dans le cadre de prieurés-cures où, par conséquent, sont confondues les activités temporelles et spirituelles. Quant aux prêts sur mort-gage constitué par une terre, couramment consentis par les prémontrés de Beauport en plein xiiie siècle, ils ont pu rendre des services dans le cadre d’une économie encore peu monétarisée. Mais c’était en même temps un moyen détourné, désormais condamné par la législation conciliaire, pour accroître le patrimoine foncier de l’abbaye57. Les chanoines apparaissent de la sorte comme des rentiers du sol, profondément engagés dans le système seigneurial de leur époque. Pour autant, cela ne signifie pas qu’ils vivaient dans le luxe. À en juger par leurs ressources à l’époque moderne, ces abbayes n’étaient guère riches. Mais ainsi conduits par nécessité à être âpres au gain, les chanoines devaient voir leur réputation en souffrir. De même, ils n’ont pas pu ou su gérer de manière efficace la cura animarum dans la mesure où dans les paroisses les chanoines ont souvent été remplacés par des desservants séculiers alors appelés chapelains. On peut avancer un problème d’effectifs : une maison comme Beaulieu, initialement prévue pour huit chanoines, n’aurait guère pu en déléguer hors de ses murs. La situation fut encore plus difficile lorsque le concile du Latran de 1179 édicta que les réguliers ne pouvaient vivre seuls à l’écart de leur monastère, même pour desservir des églises58. En outre, tous les chanoines n’étaient pas prêtres : lors de sa fondation en 1224 le prieuré de Saint-Morand à Rennes est confié à deux chanoines dont l’un au moins devait être prêtre59. Il faut également reconnaître que, si le zèle venait à manquer, il était plus agréable de vivre à l’ombre du cloître que de se consacrer au service des rustres… Dès 1202, lorsque Geoffroy, évêque de Tréguier, cède aux prémontrés de Beauport les églises de Châtelaudren, il les autorise à y installer à leur choix des chapelains ou des chanoines60. En 1208, le futur saint Guillaume, évêque de Saint-Brieuc, accepte qu’ils installent à Plouézec un chapelain bien que celui-ci n’ait pas l’âge requis, à condition qu’il soit suppléé par un desservant idoine jusqu’à ce que son âge et sa science lui méritent d’en assumer lui-même la charge61. À Rennes enfin, en 1224, l’évêque Josselin de Montauban cède à l’abbaye de Montfort l’église de Bourg-des-Comptes à condition que le prêtre régulier « ou autre » qu’elle nommera pour la desservir assure l’entretien des deux chanoines augustins appelés à renforcer le chapitre cathédral62. Ainsi, par nécessité, par facilité ou par intérêt, les abbayes d’Augustins étaient tentées d’abandonner le service dans les paroisses à des prêtres séculiers. Si c’est par intérêt, pour en tirer des revenus, quelle différence y a-t-il alors avec celles que détiennent les bénédictins ? On peut penser qu’ils étaient attentifs au recrutement de ces desservants, voire même qu’ils veillaient à leur formation mais on n’en a pas plus de preuves que chez leurs confrères.

17Finalement, les chanoines augustins ont illustré en Bretagne peut-être plus qu’ailleurs une étape importante de l’histoire de l’Église. Ils ont sensiblement accru les rangs du clergé régulier surtout dans la Bretagne médiane. Ils ont certainement contribué aussi à une meilleure christianisation des élites comme des humbles : en ce sens, par rapport aux Bénédictins traditionnels ou aux Cisterciens, ils peuvent être considérés comme des « proto-mendiants ». L’originalité de leur action, pourtant, limitée dans l’espace comme on l’a vu, l’a été aussi dans le temps. En 1232, quelque cent ans après la première fondation, alors que Beauport, la dernière née, constitue encore son patrimoine et que Paimpont vient à peine d’obtenir un prieuré à Rennes, les Frères prêcheurs s’installent à Dinan, devançant de quelques années les Franciscains à Rennes : les ordres mendiants, mieux organisés et plus performants, relançaient l’idéal de pauvreté et l’idée de mission. Commence alors en Bretagne une autre histoire dont l’historien est bien connu…

Notas

1 Dufief André, Les cisterciens en Bretagne (xiie-xiiie siècles), Rennes, PUR, 1997

2 Je remercie Yves Breton qui prépare une thèse sur les chanoines augustins en Bretagne à l’époque moderne, de m’avoir communiqué la bibliographie générale sur le sujet.

3 Arnoux Mathieu (dir.), Des clercs au service de la réforme. Études et documents sur les chanoines réguliers de la province de Rouen, Brepols, Bibliotheca Victorina, XI, Turnhout, 2000, p. 23.

4 Morice Dom H., Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. I, Paris, 1742, col. 509-510.

5 Ibid., col. 104 et 105

6 Ibid., col. 802

7 Geslin de Bourgogne J. et Barthélemy A. DE, Anciens évêchés de Bretagne. Diocèse de Saint-Brieuc, 6 vol., Paris, 1853-1879, t. IV, n° 1, p. 8-9 et n° 1, p. 45-47.

8 Guillotin de Corson abbé, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, 6 vol., Paris, 1880-1886, t. II, p. 595-600.

9 Quaghebeur Joëlle, La Cornouaille du ixe au xiiie siècle. Mémoire, pouvoirs, noblesse, « Société archéologique du Finistère », Quimper, 2001, p. 344-347.

10 Morice Dom H. et Taillandier Dom CH., Histoire de Bretagne, t. II, Paris, 1756, p. CXXIX.

11 Ramackers J., Papsturkunden in Frankreich, 5 Band, Touraine, Anjou, Maine und Bretagne, Göttingen, 1956, p. 51.

12 Ramackers J., Papsturkunden in Frankreich, 5 Band, Touraine, Anjou, Maine und Bretagne, Göttingen, 1956, p. 51.

13 Locatelli R., Sur les chemins de la perfection. Moines et chanoines dans le diocèse de Besançon vers 1060-1220, SaintÉtienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1992, p. 194.

14 Dom Morice, Preuves, op. cit., col. 613-615.

15 Ibid., col. 649-650

16 Ibid., col. 732.

17 Geslin De Bourgogne J. et Barthélemy A. De, Anciens évêchés de Bretagne, op. cit., t. IV, n° 1, p. 45-47.

18 Dom Morice, Preuves, op. cit., col. 649-650.

19 Ibid., col. 663.

20 Arnoux M. (dir.), Des clercs au service de la réforme…, op. cit., p. 149-150. Le seul cas que l’on peut citer est celui du prieuré grandmontain de La Primaudière à la frontière de l’Anjou fondé en 1207 par Geoffroy de Châteaubriant et Guillaume de La Guerche, cf. Dom Morice, Preuves, op. cit., col. 809.

21 Bautier Robert-Henri, « Les origines et les premiers développements de l’abbaye Saint-Victor de Paris », L’abbaye parisienne de Saint-Victor au Moyen Âge, Paris/Turnhout, Brepols, 1991, p. 51.

22 Dom Morice, Preuves, op. cit., col. 681.

23 Les clichés ci-joints extraits de la carte de Cassini (tirages xxe siècle) ont été réalisés par les Services d’Archives de l’Ille-et-Vilaine. Les références sont les suivantes : Sainte-Croix de Guingamp : feuille n° 156 Tréguier ; Sainte-Marie de Pornic : feuille n° 131 Nantes ; Saint-Jean-des-Prés de Josselin : feuille n° 158 Vannes ; Saint-Jean de Montfort : feuille n° 128 Dinan.

24 Bligny B., L’Église et les ordres religieux dans le royaume de Bourgogne aux xie et xiie siècles, Paris, 1960 et Locatelli R., Sur les chemins de la perfection…, op. cit.

25 Parisse Michel, « Les chanoines réguliers en Lorraine. Fondations, expansion (xie-xiie siècles) », Annales de l’Est, 1968, p. 347-388.

26 Arnoux M. (dir.), Des clercs au service de la réforme…, op. cit.

27 Des sites comparables apparaissent toutefois dans l’ouvrage de Milis L., L’ordre des chanoines réguliers d’Arrouaise, 2 vol., Bruges, 1969, t. II, par exemple : carte n° 7 (Tournai et Hénin-Liétard).

28 Dom Morice, Preuves, op. cit., col. 650 et 719 (Rillé et Sainte-Croix de Guingamp).

29 Ibid., col. 613-615.

30 Ibid., col. 650-653

31 Ibid., col. 724

32 Chédeville André et Tonnerre Noël-Yves, La Bretagne féodale (xie-xiiie siècle), Rennes, 1987, p. 229.

33 Dereine Ch., art. « Chanoines », Dictionnaire d’histoire et d’archéologie ecclésiastiques, sub verbo, p. 390-392.

34 Dom Morice, Preuves, op. cit., col. 649-650.

35 Longnon A., Pouillés de la province de Tours, Paris, 1903, p. 181.

36 Pautrel E., Notions d’histoire et d’archéologie pour la région de Fougères, Rennes, 1927, p. 527.

37 ANDREJEWSKI D. (dir.), Les abbayes bretonnes, Rennes, 1983, p. 333.

38 Le Méné Jh. M., « Abbaye de Saint-Jean-des-Prés », Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1904, p. 30- 37, p. 31.

39 Chevas J. B. L. et Wismes A. De, « Sainte-Marie », Bulletin de la Société archéologique de Nantes et de la Loire- Inférieure, t. 45, 1904, p. 139-204, p. 150.

40 Everard J. et Jones M. (éd.), The Charters of Duchess Constance of Brittany and her Family (1171-1221), Woodbridge, The Boydell Press, 1999, p. 51-52.

41 Dom Morice, Preuves, op. cit., col. 700-701.

42 Ibid., col. 837 : « ecclesias de Plebe-castelli, de loco sanctae Brigidae, sanctae Nonnitae, sancti Baharni [Trévarn en Saint- Urbain, qui n’était pas une paroisse, sans doute une chapelle, ultérieurement siège d’un prieuré simple], sancti Thomae de Landerneu, sancti Petri et sancti […] de Irvillac et Rosae Monachorum [également prieuré simple en Plougastel-Daoulas] […] et parrochiam de Daoulas. » Je dois ces identifications à la compétence de Bernard Tanguy, maître de recherches au CNRS.

43 Ibid. : « hospitale de Leisguinet », en fait Treizguinet, aujourd’hui Le Passage, en Plougastel-Daoulas, identification due également à B. Tanguy.

44 Gallia Christiana, t. 14, Instrumenta, col. 239-240.

45 Ibid., Instrumenta, col. 234-235.

46 Dom Morice, Preuves, op. cit., col. 837.

47 Guillotin de Corson A., Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, op. cit., t. I, p. 241.

48 Ibid., t. I, p. 239.

49 Ibid., t. I, p. 244.

50 Cette action en direction des élites apparaît aussi à Guingamp où Conan IV institue en faveur de Beaulieu une chapellenie pour un chanoine dans l’église Notre-Dame, dont le titulaire sera nourri au château. Le premier à en bénéficie fut d’ailleurs l’ancien chapelain de sa mère Berthe (Dommorice, Preuves, op. cit., col. 635). À Fougères, entre 1171 et 1181, les chanoines de Rillé réussirent à conserver comme paroissiens les maîtres du château que les bénédictins de Marmoutier réclamaient comme leurs (Ramackers J., Papsturkunden in Frankreich…, op. cit., n° 174).

51 Dom Morice, Preuves, op. cit., col. 584-585.

52 Sur l’ensemble de ces fondations, voir aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine sous la cote G169 (ancienne cote 5G1) un mémoire du xviiie siècle intitulé « Éclaircissemens sur les revenus et les charges des quatre chapellenies ou prieurés dépendans des abbayes de Rillé, Paimpont, Montfort et La Roë desservis dans l’église de Rennes… ». Voir aussi Guillotin de Corson, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, op. cit., t. I, p. 235-250 et Duvalm., « Les anciens prieurés de la métropole et leur union au chapitre de Rennes (1728-1729) », Bulletin de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. 85, 1983, p. 53-63.

53 Longnon A., Pouillés de la province de Tours, op. cit., pouillé de la fin du xve siècle, p. 369.

54 Dom Morice, op. cit., col. 837.

55 Pautrel E., Notions d’histoire et d’archéologie pour la région de Fougères, op. cit., p. 53 et Longnon A., Pouillés de la province de Tours, op. cit., p. 369.

56 Avril Joseph, « Recherches sur la politique paroissiale des établissements monastiques et canoniaux (xie-xiiie s.) », Revue Mabillon, t. 59, 1980, p. 453-517, p. 493.

57 Chédeville A., « Le rôle de la monnaie et l’apparition du crédit dans les pays de l’Ouest de la France (xie-xiiie siècles) », Cahiers de civilisation médiévale, t. 17, 1974, p. 305-325, p. 318-319.

58 Ibid., p. 499.

59 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, G169.

60 Geslin De Bourgogne J. et Barthélemy A. de, Anciens évêchés de Bretagne, op. cit., t. IV, n° 11, p. 52.

61 Ibid., t. IV, n° 34, p. 66-67.

62 Ibid., t. IV, n° 34, p. 66-67.

Índice de ilustraciones

Título Sainte-Croix de Guingamp (carte de Cassini).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19799/img-1.png
Archivo image/png, 1,2M
Título Sainte-Marie de Pornic (carte de Cassini).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19799/img-2.png
Archivo image/png, 1,1M
Título Saint-Jacques de Montfort (carte de Cassini).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19799/img-3.png
Archivo image/png, 1,3M
Título Saint-Jean-des-Prés de Josselin (carte de Cassini).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19799/img-4.png
Archivo image/png, 1,2M

Autor

Université Rennes 2 – Haute Bretagne

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540