Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Première partie. Les regards de l'historien

La circulation d’un thème de recherche chez les médiévistes de la fin du xxe siècle : le marché de la terre

François Menant

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Je suis redevable de mon intérêt pour le marché de la terre et de la majeure partie de mes connais (...)

1On peut dire que le marché de la terre n’existait pas en tant qu’objet historiographique avant les années soixante : les historiens – les médiévistes en particulier – prêtaient certes attention aux transactions foncières, mais ne les étudiaient guère pour elles-mêmes. À partir de cette époque, ce thème de recherche se développe, chez les médiévistes anglais d’abord, puis dans différents pays et au croisement d’influences diverses et parfois inattendues, qui débordent largement les campagnes médiévales1. Les études sur le marché de la terre médiéval constituent ainsi un bel exemple de la façon dont circulent les idées chez les historiens d’aujourd’hui.

Le marché de la terre

  • 2 Il faut aussi prendre en considération les dots et autres transferts de terres ou de droits foncie (...)
  • 3 La pratique successorale constitue un facteur important dans l’activité du marché de la terre ; de (...)
  • 4 Le monastère de Casauria dans les Abruzzes de la fin du ixe siècle, celui d’Oseira dans la Galice (...)
  • 5 Feller L., « Pour une étude du fonctionnement des marchés fonciers durant le haut Moyen Âge. Éléme (...)

2La notion de marché de la terre, telle qu’elle a été définie par ces recherches, recouvre toutes les transactions onéreuses qui affectent durablement la possession de la terre et, secondairement, celle des immeubles. Sont donc prises en compte au premier chef les ventes, mais aussi les concessions de longue durée, de type emphytéotique, et les constitutions de rentes assises sur la terre2. Ces deux derniers ensembles de transactions peuvent constituer des secteurs très importants du marché. Autre donnée essentielle : ce sont les transactions effectuées par les paysans, petits et moyens propriétaires ou tenanciers perpétuels ou de très longue durée, qui fournissent la grande majorité des documents, et qui sont aussi au centre des études3. Mais le marché de la terre concerne aussi bien entendu la grande propriété. L’intervention d’un gros investisseur, disposant de moyens démesurés par rapport aux paysans, peut même bouleverser, voire épuiser le marché4. Et la part de la grande propriété dans les sources, sinon dans la réalité, est de plus en plus importante, voire exclusive, à mesure que l’on remonte vers le haut Moyen Âge, au point d’occulter entièrement – sauf dans quelques contrées méridionales – les éventuelles transactions paysannes. La question même du marché de la terre ne se pose d’ailleurs pas vraiment pour le haut Moyen Âge : la majorité des transferts de biens relève alors de l’échange et non du marché, et ne correspond pas à des évaluations monétaires5.

  • 6 Hubert E., Espace urbain et habitat à Rome du Xe siècle à la fin du xiiie siècle, Rome, 1990, p. 2 (...)

3Dans la ville médiévale, le marché foncier est à proprement parler un marché immobilier, puisque les transactions y portent le plus souvent sur des immeubles, plutôt que sur des terres à bâtir ou à cultiver. Le fonctionnement de ce marché a donné lieu à quelques études remarquables6, sans que celles-ci constituent cependant une école de recherche au même titre que le marché de la terre rural.

  • 7 Le thème n’a pas eu de succès en Allemagne. Voir les revues historiographiques de Kuchenbuch L. et (...)
  • 8 Sur cette discussion de la notion de marché, voir les contributions de Gramain A., Florens J.-P. e (...)
  • 9 Pastor R. et al., Transacciones sin mercado…, op. cit.

4L’expression « marché de la terre » est venue des Anglo-Saxons (land market) en même temps que le sujet de recherche lui-même, et elle a été adoptée sans explications particulières dans toutes les langues des historiens modernistes et médiévistes qui ont été séduits par ce thème de recherche : anglais, italien, castillan et catalan, français7. Mais elle est au fond assez inadaptée à l’objet qu’elle recouvre, au moins pour les médiévistes. Le terme de marché évoque en effet une situation « ouverte », dans laquelle la circulation des biens et la fixation des prix se font librement, et les transactions dépendent peu des relations personnelles entre les contractants8. Or on va voir que ces notions doivent être mises en question pour une grande partie au moins des transactions foncières médiévales et même modernes. Un résultat essentiel de la recherche a justement été de montrer qu’il fallait abandonner l’idée que la valeur des biens fonciers se conformait normalement au Moyen Âge à un prix du marché dépendant d’une loi générale de l’offre et de la demande : il n’est plus question aujourd’hui d’utiliser sans états d’âme les actes de vente pour tracer des courbes de prix de la terre et les interpréter comme des indicateurs de l’évolution économique. La recherche sur le « marché de la terre » a en fait paradoxalement plutôt montré la vanité de cette expression, appliquée au Moyen Âge ; un ouvrage récent sur la Galice – qui traite il est vrai d’une situation extrême dans laquelle le marché est étouffé par un grand investisseur – a même pris comme titre « transactions sans marché9 ».

  • 10 Lors de la rencontre Le marché de la terre… de 1999. En sens inverse : Guerreau A., « Avant le mar (...)
  • 11 Même s’il a été assez peu présent dans les études du marché de la terre jusqu’à une époque assez r (...)

5Les plus récentes discussions sur ce sujet10 ont cependant conclu qu’il était légitime de conserver l’expression « marché de la terre » pour le Moyen Âge, en soulignant notamment que la notion de marché pouvait prendre en compte des facteurs des transactions qui ne relèvent pas de la pure rationalité économique (sociaux, affectifs, symboliques…), et qu’elle pouvait s’appliquer même à des densités de transactions faibles, comme celles que présentent la plupart des dossiers de sources médiévales : un village où il n’y a qu’une demi-douzaine de ventes de champs par an, entre gens qui sont liés entre eux par toutes sortes d’obligations réciproques, est bel et bien un marché pour l’économiste, alors même que l’anthropologue souligne plutôt l’ensemble de relations interpersonnelles qui constitue l’arrière-plan des transactions et leur donne leur sens. Le dialogue entre historiens et anthropologues11 a de surcroît enseigné aux premiers que le versement du prix, qui peut au demeurant être retardé pendant des mois ou des années, ne rompt pas forcément les liens entre les contractants, et que les rapports de réciprocité peuvent survivre à la transaction, et même être stimulés par elle. Les transactions foncières médiévales peuvent donc bien être considérées comme un marché, à condition qu’on ne néglige aucune de leurs spécificités.

L’étude des transactions foncières avant le « marché de la terre »

  • 12 Voir Brunel G., « Le marché de la terre en France septentrionale et en Belgique. Esquisse historio (...)
  • 13 Duby G., L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris, 1962, II, p. 4 (...)
  • 14 L’analyse la plus approfondie du mouvement des prix est celle de Sivery G., L’économie du royaume (...)
  • 15 Violante C., La società milanese nell’età precomunale, Milan, 1953 [rééd. 1974], p. 123-144. Voir (...)
  • 16 Bonnassie P., La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle. Croissance et mutations d’une s (...)

6Les médiévistes n’ont pas attendu l’introduction de ce nouvel objet historiographique pour s’intéresser aux transactions foncières. La période qui a vu les historiens se tourner en grand nombre vers l’économie, et que l’on rattache globalement à l’influence de « l’École des Annales » première manière – de l’immédiat avant-guerre aux années soixante-dix –, les a déjà largement prises en compte, en particulier dans le domaine français : la plupart des monographies régionales12 et les grandes synthèses d’histoire rurale médiévale13 comprennent quelques pages sur la circulation des champs et des exploitations rurales et sur la diffusion des rentes constituées à partir du xiie siècle, présentée comme un indicateur important de la conjoncture et de la « monétarisation » de l’économie rurale14. On retrouve ce genre de préoccupations à l’étranger, en partie sans doute à travers l’influence dont jouissaient les Annales et quelques grands médiévistes français : par exemple chez le jeune Cinzio Violante15, ou en Catalogne à la suite de Pierre Bonnassie16 dont les analyses des séries denses de transactions foncières entre paysans, concluant à la disparition de l’alleu sous la pression seigneuriale, ont été jusqu’à aujourd’hui lues, relues et discutées.

  • 17 On placera à part les comptages de David Herlihy, dans ses articles de la fin des années cinquante (...)
  • 18 Une exception remarquable : Berthe M., « Marché de la terre et hiérarchies paysannes dans le Laura (...)

7On pourrait dire en somme, avec un brin de paradoxe, que dans l’historiographie française et dans les travaux qu’elle a de près ou de loin inspirés, le marché de la terre, sans le nom, a connu ses plus beaux jours à l’époque des grandes monographies d’histoire rurale. Cependant ces études ne s’attachent guère aux transactions foncières pour elles-mêmes17, mais plutôt en tant que moyens pour atteindre d’autres objets : la structure agraire, la distribution de la propriété, et surtout la conjoncture économique et démographique18. Alors que cette façon d’étudier les transactions foncières atteignait son apogée, entre années soixante et années soixante-dix, surtout chez les Français, des courants d’origines très différentes convergeaient dans d’autres pays, de façon assez inattendue, pour transformer cette étude en objet historiographique de plein exercice.

Les Carte nativorum, Michael Postan
et l’historiographie britannique

  • 19 Ce qui suit est tiré de Postan M. M., « The Charters of the Villeins », Brooke C. N. L. et Postan (...)

8Le début de l’histoire des études sur le marché de la terre ressemble à celui d’une aventure de Blake et Mortimer19 : quelques amis prennent le thé dans une résidence de la campagne anglaise, et un vieux manuscrit va les mettre sur la piste d’un grand mystère scientifique. En l’occurrence, nous sommes en 1938, et les personnages sont Michael Postan et son épouse, venus en visite de Cambridge à Peterborough, chez leur « charmant et enthousiaste ami Mr. W. T. Mellows ». Ils se rendent périodiquement chez lui pour consulter les archives de l’ancienne abbaye de Peterborough, dont il possède une partie. Cet après-midi-là, Mellows leur montre un manuscrit que son père a acheté chez Sotheby’s ; une main du xviiie siècle a écrit sur la couverture « carte nativorum » ; et chacun de blâmer l’imprécision des érudits d’autrefois : le titre est sûrement inexact, car des nativi, paysans non libres, ne peuvent pas posséder de terres, et donc pas non plus de carte, de chartes de propriété. Feuilletant le volume, Postan constate cependant qu’il reconnaît certains des noms des hommes qui vendent et achètent des terres : il les a rencontrés parmi les serfs de l’abbaye (vilani, nativi), sur lesquels il travaille à cette époque. Le titre n’est donc pas trompeur : les Carte nativorum sont bien « un cartulaire de paysans », dont certains sont des serfs, « un document hautement inhabituel, et, pour autant que je sache – écrit Postan – le seul de son espèce connu aux historiens ». Rédigé à l’abbaye de Peterborough au milieu du xive siècle, le cartulaire se compose de 495 actes, datables de la seconde moitié du xiiie, dont la plupart rapportent des cessions de terres entre paysans, libres ou non. Ces textes bouleversent une opinion jusque-là admise par les médiévistes britanniques, à savoir que les serfs – c’est-à-dire la grande majorité des paysans anglais – ne pouvaient pas accéder à la possession de terres, ni vendre celles-ci.

  • 20 Voir l’excellente présentation de Dyer C., « The peasant landmarket in medieval England », Le marc (...)

9La publication des Carte nativorum, avec une préface de Postan, va attendre 22 ans ; mais elle suscitera immédiatement l’ensemble de recherches le plus précoce et le plus vigoureux sur le marché de la terre médiéval, grâce à l’exploitation de la remarquable documentation des grandes seigneuries ecclésiastiques anglaises20. Les historiens anglo-saxons posent surtout deux des questions clefs qui vont dominer ensuite tous les débats sur le marché de la terre.

  • 21 Mise au point récente : Feller L., « Statut de la terre et statut des personnes… ».
  • 22 La première vente de terre relevée en Toscane remonte à 720 ; la première dont l’auteur soit certa (...)
  • 23 La recherche ultérieure a révélé les nuances régionales : le marché de la terre est plus développé (...)

10La première de ces questions majeures est l’accès des paysans à la possession et à la vente de terres, avec à l’arrière-plan le rôle du seigneur dans les transactions21. L’Europe méridionale ignore ce problème : dans la Catalogne du xe siècle, les transactions foncières paysannes se comptent déjà par milliers, comme dans l’Italie d’après l’an Mil22. Les choses sont bien différentes pour les serfs anglais d’après la conquête, dont le statut ne leur permet pas de posséder de biens fonciers. C’est en cela que les Carte nativorum, qui révélaient une possession paysanne de la terre bien plus ancienne qu’on ne le croyait, ont joué un rôle décisif dans la genèse de l’histoire du marché de la terre23. Des situations et des types de sources analogues se retrouvent dans beaucoup de régions de l’Occident médiéval, où le seigneur prélève une taxe sur les transferts de terres (les lods et ventes des historiens français).

  • 24 Faute de pouvoir citer en détail les travaux sur cette question, je renvoie à Dyer C., « The Peasa (...)

11La deuxième question majeure qui est posée dès la préface de Postan aux chartes de Peterborough – et qui, elle, vaut pour toute l’Europe, avec des configurations diverses – est celle de savoir s’il y a vraiment un marché foncier24. Certains historiens ne le pensent pas : pour eux, la majorité des transmissions de biens enregistrées par les sources seigneuriales n’a que l’apparence de transactions : ce sont en fait des héritages que le seigneur autorise en prélevant une taxe ; il n’y a pas du tout de marché, ni même de transactions. Pour d’autres, une partie des transactions sort bien du cadre de la famille, mais elles restent quand même dominées par la structure familiale : la famille paysanne, correspondant à l’unité d’exploitation, acquiert des terres (en propriété ou en tenure) quand elle s’accroît et en vend quand elle se rétrécit ; le jeune ménage étend son exploitation pour s’établir et faire face aux besoins croissants de sa progéniture, et la réduit à partir du moment où les enfants, devenus adultes, quittent le foyer. Postan expliquait déjà de cette façon les transactions des Carte nativorum. Cette interprétation aboutit à une conception cyclique et fermée sur elle-même du marché de la terre, dont la « respiration » au rythme des générations humaines ignore les phénomènes d’accumulation.

  • 25 Je me permets de renvoyer en dernier lieu à Gaulin J.-L. et Menant F., « Crédit rural et endetteme (...)

12L’interprétation diamétralement opposée est celle de l’historiographie de l’Italie communale, dominée par la notion de l’accumulation foncière que réalisent les citadins aux dépens des ruraux. Ceux-ci, libres propriétaires ou tenanciers perpétuels, disposent de leurs terres sans aucune contrainte juridique ; affrontés à la rapide « commercialisation » de l’économie dès le xie siècle, ils sont amenés au cours des trois siècles qui suivent à liquider leurs exploitations et même leurs biens collectifs, pour le plus grand profit des citadins. Ces derniers disposent de ressources bien supérieures et les investissent dans des opérations de crédit qui s’achèvent immanquablement par l’acquisition des terres des ruraux25.

Chayanov

  • 26 Le nom est souvent orthographié Tchayanov, parfois Çayanov. Emprisonné en 1930, Chayanov a été fus (...)
  • 27 Chayanov A. V., The Theory of Peasant Economy, Thorner D., Kerblay B. et Smith R. E. F. (éd.), The (...)
  • 28 Sur les idées de Chayanov et leur réception par les historiens occidentaux, bibliographie de base (...)

13La conception d’un marché de la terre cyclique, dont le rythme se calque sur celui de la reproduction biologique des familles paysannes, et que ne vient perturber aucune intervention extérieure, doit être recherchée dans l’héritage intellectuel de Chayanov, dont elle constitue la partie fondamentale. Quelques années après l’édition des Carte nativorum, on exhume de l’oubli où ils étaient tombés les travaux de cet économiste russe, disparu dans les purges staliniennes au moment même où Postan découvrait le précieux manuscrit : Alexandre Vassilievich Chayanov (1888-1939)26, directeur d’un grand institut d’économie agraire, auteur prolixe de traités et d’opuscules sur l’économie rurale russe, a exercé une grande influence dans son pays, alors même que ses idées divergeaient des doctrines officielles. En 1966, ses principales œuvres, jusque-là connues de très peu d’Occidentaux (parmi lesquels Postan, lui-même d’origine russe et intéressé par les courants de pensée en URSS), sont traduites en anglais aux États-Unis, avec une présentation et des commentaires qui les rendent accessibles27. C’est le début de sa fortune en Occident, 36 ans après le coup d’arrêt porté à la diffusion de ses idées en URSS28.

  • 29 Tchayanov A. V., L’organisation de l’économie paysanne, Paris, 1990. Voir aussi, parmi les article (...)
  • 30 À, au moins, une exception près : Patlagean E., « “Économie paysanne” et “féodalité byzantine” », (...)
  • 31 Gatrell P., « Studies of Medieval English Society in a Russian Context », Past and Present, XCVI ( (...)

14La redécouverte de Chayanov à partir de 1966 par bon nombre d’historiens et de spécialistes d’autres sciences sociales occidentaux est l’un des points, dans le dossier de l’historiographie du marché de la terre, où les idées circulent le plus, d’un domaine scientifique à l’autre, d’un continent à l’autre. L’édition américaine est produite par un Britannique et par deux chercheurs de l’EHESS – alors encore vie section de l’EPHE –, Daniel Thorner et Basile Kerblay, qui dirigeront également beaucoup plus tard une édition française29. Chayanov ne fait au demeurant guère recette chez les historiens français : si certains modernistes, de l’EHESS en particulier, le connaissent et le discutent, les médiévistes l’ignorent30. En revanche son influence se diffuse parmi les médiévistes anglais grâce à Postan31, et parmi les historiens espagnols, via ceux d’entre eux qui se sont exilés en Amérique latine pendant le franquisme ; ils trouvent là-bas des foyers d’intérêt pour les idées de Chayanov, qui sont intégrées au débat sur le développement : ainsi s’explique la traduction espagnole de ses œuvres à Buenos Aires en 1974, directement du russe, suivie de celle de l’édition Kerblay et Thorner à Mexico en 1981. L’établissement du régime militaire en Argentine suscite un nouveau flux d’historiens et d’idées, en sens inverse cette fois ; chez les médiévistes, c’est Reyna Pastor qui apporte ce bagage en Espagne lorsqu’elle s’y installe après le rétablissement de la démocratie. En Italie les œuvres de Chayanov sont traduites en 1988. Il s’agit justement des pays où le marché de la terre devient peu après un thème de recherche : la thématique chayanovienne va donc tout naturellement être intégrée à la problématique des premières rencontres.

15L’exploitation familiale est fondamentale dans cette thématique, car son mode de fonctionnement – en premier lieu l’absence de main-d’œuvre salariée – lui confère beaucoup plus de souplesse et de capacité de réaction que les grandes exploitations. Au demeurant l’objectif du paysan n’est pas selon Chayanov le profit maximum, mais l’équilibre entre le bien-être de la famille et le travail : la famille cesse de travailler lorsque ses besoins sont assurés et que le profit devient marginal. D’autre part, la division fondamentale au sein de la société rurale est provoquée par le cycle démographique : celui-ci oppose alternativement les exploitations de jeunes couples, qui ont de gros besoins pour nourrir leurs enfants, et celles des vieux, qui n’ont plus besoin de beaucoup produire.

  • 32 Par ex. dans « La transformación de la tierra en mercancia : el caso piamontés (1680-1717) », Hisp (...)
  • 33 Aymardm., « Autoconsommation et marchés : Chayanov, Labrousse ou Le Roy Ladurie ? », AESC, 1983, p (...)
  • 34 Béaur G., Le marché foncier à la veille de la Révolution, Paris, 1984 ; ID., « Investissement fonc (...)
  • 35 Voir ci-dessus

16Les grands reproches que l’on a adressés à Chayanov sont d’avoir décrit une société rurale immobile, et de s’être exclusivement fondé sur l’observation des données russes : l’abondance de terres et sa libre disposition par ceux qui la cultivent, par exemple, sont des conditions sine qua non pour la reproduction de cette société, et on peine à faire entrer dans ce schéma les lieux et les époques où ces conditions ne sont pas remplies, comme l’Europe surpeuplée de la fin du xiiie siècle, ou celles des sociétés médiévales dans lesquelles le servage s’accompagne de restrictions à la propriété, celles encore – l’Italie communale et les environs de toutes les villes occidentales – où une bourgeoisie entreprenante a des capitaux à investir. En dépit de ces variantes importantes, l’historiographie du marché de la terre a intégré l’idée que les transactions sont dominées, ou en tout cas largement conditionnées, par l’évolution cyclique de la taille des exploitations en fonction de celle des familles. C’est un point central de la discussion entre Anglo-Saxons, qui reparaît explicitement, avec des nuances, chez Giovanni Levi32, Emmanuel Le Roy Ladurie, Maurice Aymard33… ; la thèse et un article de Gérard Béaur sont en partie construits sur ce schéma34. Les médiévistes espagnols en tirent également profit, et Evelyne Patlagean transpose cette problématique à Byzance35.

Quaderni Storici 1987 : Giovanni Levi, les Italiens,l’École française de Rome et l’EHESS

  • 36 Trad. fr., Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, (...)
  • 37 Rome, 1985

17En Italie, les études sur le marché de la terre débutent exactement au moment où les médiévistes anglais atteignent leurs résultats majeurs : en 1985 avec le livre de Giovanni Levi, L’eredità immateriale. Carriera di un esorcista nel Piemonte del Seicento36, et 1986 avec le colloque réuni à l’École française de Rome par Giovanni Levi et Gérard Delille, dont les actes sont publiés en 1987 dans la revue Quaderni Storici. Delille, directeur des études modernes et contemporaines à l’EFR, vient de publier sa thèse Famille et propriété dans le royaume de Naples (xviiie-xixe siècles)37, importante pour le sujet qui nous occupe ; quant au livre de Levi, il aura une grande influence un peu partout en Europe. Avec lui, le marché de la terre entre clairement en tant que tel dans l’historiographie italienne ; mais en même temps il le tire du côté de la micro-histoire, dont il est l’un des maîtres : cette façon d’envisager le passé permet, en passant au peigne fin les relations entre les habitants d’un village et en alternant les angles et les échelles d’observation, de démêler tous les tenants et aboutissants des transactions, et de les révéler souvent très différentes de ce qu’elles paraissaient. Les résultats de Levi sont spectaculaires et déconcertants : les habitants de son village piémontais vendent plus cher à leurs proches qu’aux étrangers, contrairement à ce que l’on aurait pu supposer – et que les médiévistes supposaient trop facilement dans leurs études des transactions foncières. Ces comportements a priori aberrants s’expliquent, bien sûr. Et l’explication donnée par Levi fait apparaître deux autres thèmes majeurs dans la palette des études sur le marché de la terre. Le premier, c’est l’idée – à vrai dire point nouvelle mais jamais vraiment systématisée – que les transactions n’obéissent pas seulement à une logique économique, mais aussi à des raisons sociales (ou familiales) : c’est au cas par cas que l’on doit évaluer dans quelle mesure la valeur des biens fonciers et immobiliers se conforme, lors d’une transaction donnée, à un prix du marché qui dépendrait d’une loi générale de l’offre et de la demande indépendante des personnalités de l’acheteur et du vendeur ; et dans quelle mesure ces personnalités des contractants, et les liens qui existent entre eux, influent sur le prix de vente.

  • 38 Polanyi K., La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris (...)

18Il faut ici évoquer une autre influence encore, celle de Karl Polanyi ; notable chez une partie des pré- et protohistoriens, elle a aussi atteint les modernistes et finalement quelques médiévistes, à travers surtout La grande transformation, traduite en 198338, dans la Bibliothèque des Histoires comme le sera Le pouvoir au village. Le thème central, si on peut le résumer grossièrement, est qu’avant la révolution industrielle l’Europe, comme le reste du monde, ignore la domination de l’économique sur le social – les phénomènes économiques étant d’ailleurs eux-mêmes inséparables de leur contexte social ; c’est ce qu’illustre parfaitement le marché de la terre, ce marché qui n’en est pas tout à fait un.

  • 39 Rosenwein B., To be the Neighbor of Saint Peter : the Social Meaning of Cluny’s Property, 909-1049(...)
  • 40 Sur tout ceci, Weber F., « Le marché de la terre… » (qui parle de « séquence de transactions », da (...)

19Une autre idée du livre de Levi qui est importante pour la recherche sur le marché de la terre, c’est que l’acte de vente que nous avons entre les mains lorsque nous dépouillons un fonds d’archives n’est généralement qu’un maillon d’une chaîne de transactions dont nous n’avons pas forcément conservé l’ensemble, et dont chacune peut modifier le sens des autres : pour prendre un exemple élémentaire, le bas prix d’une terre vendue peut s’expliquer par des services rendus auparavant par l’acheteur, que compense la vente. Si le lecteur n’est pas las des sauts de puce et grands écarts d’un courant d’idées à l’autre, il pourra remarquer que l’on n’est pas très éloigné ici de la démarche de Barbara Rosenwein, auteur d’un autre livre d’influence à peu près contemporain, To be the Neighbor of Saint Peter39. Cette étude sur les relations entre Cluny et ses voisins laïcs, de la fondation de l’abbaye au milieu du xie siècle, montre que les donations et les quelques ventes de terres faites à Cluny sont bien autre chose que de simples transferts de propriété : elles servent également à créer des liens. Un peu comme Levi, Rosenwein nous enseigne aussi qu’une transaction peut n’être jamais terminée : les confirmations rituelles de la cession d’une terre au monastère, répétées au fil des générations, permettent aux descendants du donateur de maintenir avec les moines le lien créé par la cession initiale. En échange, les donateurs reçoivent des prières, mais aussi le « voisinage avec saint Pierre » qui donne son titre au livre, et qui fournit une autre leçon pour l’étude du marché de la terre : la valeur spéciale – souvent difficile à discerner pour nous – que peut prendre telle ou telle terre pour des raisons parfaitement extra-économiques. C’est avec Levi et Rosenwein que les historiens du marché de la terre se rapprochent le plus de l’anthropologie, dans la veine classique du don et du contre-don : ces chaînes de transactions qui n’en finissent pas, qui ménagent toujours une future étape à la réciprocité, maintiennent le lien social, dans le fil des échanges ritualisés que pratiquait à grande échelle le haut Moyen Âge. Également familière à l’anthropologue est l’idée que les transactions répondent à une rationalité qui n’est pas purement économique, mais intègre des attentes symboliques, sociales, familiales, spirituelles… : c’est justement cette renonciation délibérée à transposer telle quelle dans le passé la rationalité du monde industriel et capitaliste qui distingue les historiens actuels du marché de la terre de ceux des générations précédentes40.

  • 41 Cf. n. 22.
  • 42 Ruiz T. F., « La formazione del mercato della terra nella Castiglia del basso medioevo », p. 423-4 (...)

20Il est caractéristique que la seule contribution qui concerne l’Italie médiévale dans le recueil Il mercato della terra soit due à un Anglais, Chris Wickham41 ; le choix des articles est d’ailleurs à lui seul indicatif de l’état de la recherche sur le marché de la terre au Moyen Âge au milieu des années quatre-vingt : deux articles sur l’Angleterre de P. D. A. Harvey et Z. Razi, et un autre d’un Américain, T. F. Ruiz, sur la Castille42. On a l’impression que les études se résument encore au monde anglo-saxon. En fait les Espagnols ont déjà commencé à travailler à cette époque-là, mais leurs résultats ne seront publiés qu’un peu plus tard. Quant aux Italiens, il faut bien dire que le numéro de Quaderni Storici n’a pas eu sur eux d’effet incitatif.

  • 43 Mais dès 1984 Jean-Claude Maire Vigueur, directeur des études médiévales à l’EFR, offrait une inte (...)
  • 44 Feller L., Les Abruzzes médiévales…, op. cit. ; ID., « Achats de terres, politiques matrimoniales (...)
  • 45 En dernier lieu : Postel-Vinay G., La terre et l’argent. L’agriculture et le crédit en France du x (...)

21En dépit du patronage de l’École française de Rome, il n’a pas eu d’écho non plus chez les médiévistes français, en particulier chez les membres et anciens membres de l’EFR43 ; le marché de la terre ne reparaît que dans les travaux de Laurent Feller44 et dans ceux d’Olivier Faron et d’Étienne Hubert qui en offrent une transposition au marché immobilier urbain. C’est plutôt du côté de l’EHESS qu’il faut chercher des suites à la rencontre romaine de 1986 : Levi et Delille, qui y enseignent tous deux au cours des années suivantes, vont y raviver, ou y poursuivre (mais toujours sans écho auprès des médiévistes parisiens), l’intérêt pour le marché de la terre qui avait débuté quinze ans auparavant avec Thorner et Kerblay. Avant le colloque de l’École de Rome, en 1983, a paru dans les Annales un article bref mais important de Maurice Aymard, qui a, entre autres mérites, celui de situer le marché de la terre parmi les quatre marchés auxquels a accès le paysan : la terre, la rente, le crédit, le travail salarié. L’année suivante paraît aux éditions de l’EHESS la thèse de G. Béaur. Les travaux de Postel-Vinay, Hoffman et Rosenthal, à la fois économistes et hommes d’archives, se placent dans une orientation un peu différente ; ce qui les intéresse, davantage que le marché de la terre proprement dit, c’est ce qui est en amont : le crédit, l’accumulation de capital et les mécanismes de l’information qui lui permettent de s’investir dans une transaction bien choisie45. Avec ces contributions, le marché de la terre trouve donc de nouveaux protagonistes parmi les modernistes français, et enrichit sa problématique d’approches inédites.

L’Espagne

  • 46 Voir déjà Levi G., « El mercat de la terra. Anglaterra, América colonial, India i un poble del Pia (...)
  • 47 Faute de pouvoir citer tous ces travaux, je dois me contenter de renvoyer à Laliena C., « Le march (...)

22L’Espagne apparaît comme l’autre école médiéviste nationale, avec et après la Grande-Bretagne, où le thème du marché de la terre a percé : c’est clair à partir de la publication en 1995 d’un ensemble de cinq articles dans la revue Hispania, sous la direction de Reyna Pastor. Le titre du dossier d’Hispania indique d’emblée le degré de maturité atteint, neuf ans après la rencontre de Rome : « El mercado de la tierra en la edad media y moderna. Un concepto en revision ». L’introduction de R. Pastor situe sans ambages les débats dans lesquels ne peut éviter de s’inscrire désormais la recherche sur le marché de la terre – et que j’ai résumés ci-dessus –, et souligne que les quatre articles rassemblés n’ont pas d’unité a priori : les auteurs sont Giovanni Levi, dont l’influence s’exerce ici comme ailleurs46, et quatre Espagnols dont trois médiévistes, R. Pastor elle-même, Antoni Furió et Josep Maria Salrach, « choisis en raison de leur prestige reconnu comme chercheurs et de l’intérêt qu’ils ont manifesté à plusieurs reprises pour cette thématique ». De fait, derrière ces trois têtes de file, des groupes de recherche travaillent depuis plusieurs années déjà sur le marché de la terre dans les archives galiciennes, valenciennes, catalanes, et d’autres chercheurs suivent cette orientation ailleurs47.

  • 48 Comme d’ailleurs deux Angleterres, deux Toscanes…
  • 49 Laliena C., « Les sources médiévales de l’Espagne méditerranéenne pour l’étude du marché foncier » (...)
  • 50 Avec des issues d’ailleurs opposées en Valencien (pulvérisation des propriétés paysannes) et en An (...)

23Un peu comme chez les médiévistes anglo-saxons, la multiplication des travaux autour de ce nouveau thème ne va pas sans débats ; ici la principale divergence porte sur l’existence ou non d’un marché, et elle s’explique en bonne partie par la solution de continuité qui court au sein même de la péninsule, dans les situations historiques et dans les documentations. Il y a en fait deux Espagnes48 en ce qui concerne les transactions foncières aussi bien que les sources qui permettent de les connaître : d’une part la côte méditerranéenne et son arrière-pays, de la Catalogne et de l’Aragon au royaume de Valence et à l’Andalousie, d’autre part l’Espagne du Centre et du Nord-Ouest, castillane et galicienne49. En gommant les différences internes, on peut dire que le premier ensemble dispose dès le courant du xiiie siècle d’excellents registres notariés, qui attestent un marché paysan très actif. C’est vrai surtout dans les huertas valenciennes et andalouses où il est alimenté par la conquête chrétienne du xiiie siècle, qui exproprie les musulmans et leur substitue une population instable, et par la coutume successorale égalitaire : les exploitations se composent en grande partie de terres achetées récemment, et vite revendues50. Pour l’Espagne du Centre et du Nord-Ouest en revanche, on doit se contenter jusqu’au xve siècle de chartriers ecclésiastiques, qui reflètent une situation atone, dominée par la grande propriété et résumée dans la formule extrême de R. Pastor, « transactions sans marché ».

  • 51 51. Voir n. 1.

24Les avancées de la recherche et les échanges d’influences au sein des études sur le marché de la terre médiéval ne s’arrêtent pas aux travaux espagnols des années quatre-vingt-dix : depuis 1999, deux colloques51 ont rassemblé des chercheurs des différentes nationalités concernées, et même de pays, l’Allemagne et les États-Unis, qui étaient jusque-là restés à l’écart. Convergences et confrontations se sont affirmées entre les différentes écoles nationales et avec les économistes, économètres et anthropologues, eux aussi représentés. La circulation des thèmes et des idées, dont j’ai cherché à retracer le cheminement avec ses détours parfois inattendus, ses accélérations et ses impasses, continue donc, et s’intensifie.

Notes

1 Je suis redevable de mon intérêt pour le marché de la terre et de la majeure partie de mes connaissances sur ce sujet au groupe de travail animé par Laurent Feller, Chris Wickham et Monique Bourin ; les actes des deux rencontres qu’ils ont organisées en 1999 et 2000 sont en cours de publication sous le titre Le marché de la terre au Moyen Âge dans la Collection de l’École française de Rome. J’exprime également ma reconnaissance aux collègues qui ont présenté des communications sur ce thème à mon séminaire de l’École normale supérieure durant l’hiver 2000-2001 : Agnès Gramain, Laurent Feller, Gilles Postel-Vinay, Étienne Hubert, Antoni Furió et John Drendel, ainsi qu’à Régine Le Jan et François Bougard qui nous ont permis des confrontations avec les situations du haut Moyen Âge (voir les actes de la première rencontre du groupe de recherches qu’ils animent : Les transferts patrimoniaux en Europe occidentale, viiie-xe siècle, Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 111-2, 1999). Je suis également redevable d’un certain nombre d’informations à des conversations avec Philipp Schofield, Jacques Bottin, Antoni Furió, Évelyne Patlagean, Florence Weber, Ana Rodríguez López. Ces dernières, ainsi que Monique Bourin et Chris Wickham, ont bien voulu lire mon article et me communiquer leurs remarques ; il va de soi que les imperfections et les erreurs que contient encore le texte en dépit de toutes ces aides me sont entièrement imputables. Je dois enfin exprimer mon regret de n’avoir pas pu développer autant que cela aurait été souhaitable tous les thèmes de ce sujet foisonnant, ni citer tous les travaux qui les ont abordés : mon texte outrepasse déjà de beaucoup les limites assignées par les éditeurs de ce volume, que je remercie de leur indulgence à l’égard de ma prolixité.

2 Il faut aussi prendre en considération les dots et autres transferts de terres ou de droits fonciers qui accompagnent les mariages : ils mobilisent un considérable volant de terres, souvent acquises pour la circonstance et facilement revendues, par exemple en cas de veuvage.

3 La pratique successorale constitue un facteur important dans l’activité du marché de la terre ; des usages différents peuvent d’ailleurs aboutir également à la création d’un marché qui sert soit à reconstituer des exploitations mutilées par un partage égalitaire, soit à doter des cadets et des filles écartés de la succession.

4 Le monastère de Casauria dans les Abruzzes de la fin du ixe siècle, celui d’Oseira dans la Galice du xiiie : Feller L., Les Abruzzes médiévales. Territoire, économie et société en Italie centrale du ixe au xiie siècle, Rome, 1998 ; Pastor R. et al., Transacciones sin mercado : instituciones, propiedad y redes sociales en la Galicia monástica, 1200-1300, Madrid, 1999 (trad. angl. : Beyond the Market. Transactions, Property and Social Networks in Monastic Galicia, 1200-1300, Leyde/Boston/Cologne, 2002) ; Pastor R. et Rodríguez López A., « Compraventa de tierras en Galicia.Microanálisis de la documentación del monasterio de Oseira. Siglo XIII », Hispania, LV, nº 191 (1995), p. 953-1024

5 Feller L., « Pour une étude du fonctionnement des marchés fonciers durant le haut Moyen Âge. Éléments d’une problématique », Débax H. (éd.), Les sociétés méridionales à l’âge féodal. Hommage à Pierre Bonnassie, Toulouse, 1999, p. 27-33.

6 Hubert E., Espace urbain et habitat à Rome du Xe siècle à la fin du xiiie siècle, Rome, 1990, p. 265-360 ; Faron O. et Hubert E. (éd.), Le sol et l’immeuble. Les formes dissociées de la propriété immobilière dans les villes de France et d’Italie (xiie-xixe siècle), Rome, 1995.

7 Le thème n’a pas eu de succès en Allemagne. Voir les revues historiographiques de Kuchenbuch L. et de Morsel J. et les études de cas de Scheler D. et de Demade J. dans Le marché de la terre…, op. cit.

8 Sur cette discussion de la notion de marché, voir les contributions de Gramain A., Florens J.-P. et Weber F. dans Le marché de la terre…, op. cit.

9 Pastor R. et al., Transacciones sin mercado…, op. cit.

10 Lors de la rencontre Le marché de la terre… de 1999. En sens inverse : Guerreau A., « Avant le marché, les marchés », Annales HSS, 56 (2001), p. 1129-1175, aux p. 1166-1167.

11 Même s’il a été assez peu présent dans les études du marché de la terre jusqu’à une époque assez récente, sinon indirectement : voir ci-dessous. Mise au point fondamentale : Weber F., « Le marché de la terre. De l’anthropologie à l’ethnographie », Le marché de la terre…, op. cit.

12 Voir Brunel G., « Le marché de la terre en France septentrionale et en Belgique. Esquisse historiographique », Le marché de la terre…, op. cit., et des analyses supplémentaires de thèses régionales dans Feller L., « Statut de la terre et statut des personnes. La thématique de l’alleu paysan dans l’historiographie depuis Georges Duby », Études rurales, 1997, p. 147-164.

13 Duby G., L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris, 1962, II, p. 494-496 ; Fourquin G., Histoire économique de l’Occident médiéval, Paris, 1969, p. 222-223 ; ID., « Le temps de la croissance », Duby G. et Wallon A. (dir.), Histoire de la France rurale, I, Paris, 1975 [rééd. 1992], p. 583-586.

14 L’analyse la plus approfondie du mouvement des prix est celle de Sivery G., L’économie du royaume de France au siècle de Saint Louis (vers 1180-vers 1315), Lille, 1984. Voir Brunel G., « Le marché de la terre en France septentrionale… ».

15 Violante C., La società milanese nell’età precomunale, Milan, 1953 [rééd. 1974], p. 123-144. Voir aussi la réflexion sur le mouvement des prix de la terre de Cammarosano P., La famiglia dei Berardenghi, 1974, append. II, p. 335-355.

16 Bonnassie P., La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle. Croissance et mutations d’une société, Toulouse, 2 vol., 1975-1976 [rééd. Paris, 1990].

17 On placera à part les comptages de David Herlihy, dans ses articles de la fin des années cinquante réunis dans

Herlihy D., The Social History of Italy and Western Europe, 700-1500, Londres, 1978.

18 Une exception remarquable : Berthe M., « Marché de la terre et hiérarchies paysannes dans le Lauragais toulousain vers 1270-vers 1320 », Mornet E. (éd.), Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, Paris, 1995, p. 297-312.

19 Ce qui suit est tiré de Postan M. M., « The Charters of the Villeins », Brooke C. N. L. et Postan M. M. (éd.), Carte Nativorum. A Peterborough Abbey Cartulary of the Fourteenth Century, Oxford, 1960, p. XXVIII-LX [rééd. dans ID., Essays on Medieval Agriculture and General Problems of the Medieval Economy, Cambridge, 1973, p. 107- 149].

20 Voir l’excellente présentation de Dyer C., « The peasant landmarket in medieval England », Le marché de la terre…, op. cit., ainsi que les introductions et conclusions des éditeurs à deux recueils d’articles : Harvey P. D. A. (éd.), The Peasant Land Market in England, Oxford, 1984, et Smith R. M. (éd.), Land, Kinship and Life-Cycle, Cambridge, 1984. Un ensemble de travaux important a également été produit à Toronto, autour d’Ambrose Raftis, sur des thèmes proches (mais plutôt centrés sur la communauté villageoise, ses solidarités, et ses rapports avec l’individu), alors qu’aux États-Unis la question n’a presque pas touché les médiévistes ; voir Freedman P., « North-American Historiography of the Peasant Land Market », Le marché de la terre…, op. cit. ; ID., « Seigneurie et paysannerie au Moyen Âge. un retrait de l’historiographie américaine », Histoire et sociétés rurales, 14 (2000), p. 153-168. Sur le maintien et l’évolution de l’intérêt des Britanniques pour les diverses facettes de l’histoire de la propriété, Daviesw. et Fouracre P. (éd.), Property and Power in the Early Middle Ages, Cambridge, 1995.

21 Mise au point récente : Feller L., « Statut de la terre et statut des personnes… ».

22 La première vente de terre relevée en Toscane remonte à 720 ; la première dont l’auteur soit certainement un paysan, à 730 : Wickham C., « Vendite di terre e mercato della terra in Toscana nel secolo XI », Quaderni Storici, 65 (1987), p. 355-378, à la p. 358. Le terminus a quo serait vraisemblablement du même ordre pour l’Italie du Nord. La liberté générale de la propriété et de la vente des terres dans l’Italie du haut Moyen Âge est parfaitement exposée par Wickham dans ce passage. Voir aussi Bougard F., Actes privés et transferts patrimoniaux en Italie centro-septentrionale (viiie-xe siècle), Les transferts patrimoniaux…, p. 539-562.

23 La recherche ultérieure a révélé les nuances régionales : le marché de la terre est plus développé dans l’Angleterre de l’Est, plus précocement ouverte sur les échanges que celle de l’Ouest. Voir en dernier lieu Müller M., « Seigneurial Control and the Peasant Landmarket in the 14th Century : a Comparative Approach », Le marché de la terre…, op. cit.

24 Faute de pouvoir citer en détail les travaux sur cette question, je renvoie à Dyer C., « The Peasant Landmarket… ».

25 Je me permets de renvoyer en dernier lieu à Gaulin J.-L. et Menant F., « Crédit rural et endettement paysan dans l’Italie comunale », Endettement paysan et crédit rural dans l’Europe médiévale et moderne. Actes des XVIIe Journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran (septembre 1995), Toulouse, 1998, p. 35-68. Cet article montre combien l’idée de la concentration foncière est encore prégnante ; la seule étude qui ait présenté une vue délibérément différente, en s’inspirant du modèle anglo-saxon et en se plaçant hors de l’influence citadine, est celle de Wickham C., « Vendite di terre… ». Voir aussi, dans un esprit voisin, Feller L., Les Abruzzes médiévales…, op. cit. ; Wickham C., The Mountains and the City. The Tuscan Appennines in the Early Middle Ages, Oxford, 1988 ; et le tableau historiographique de Menant F., « Les transactions foncières en Italie centro-septentrionale, xe siècle-fin du xiie siècle. Essai de bilan historiographique », Le marché de la terre…, op. cit.

26 Le nom est souvent orthographié Tchayanov, parfois Çayanov. Emprisonné en 1930, Chayanov a été fusillé en

1939.

27 Chayanov A. V., The Theory of Peasant Economy, Thorner D., Kerblay B. et Smith R. E. F. (éd.), The American Economic Association, Homewood (Illinois), 1966 [rééd. Manchester, 1986]. L’essai principal de Chayanov, qui donne son titre au recueil, a paru en russe en 1925. Une édition plus ambitieuse a été rassemblée ensuite par B. Kerblay (Œuvres choisies, La Haye, 1967).

28 Sur les idées de Chayanov et leur réception par les historiens occidentaux, bibliographie de base dans la postface de B. Kerblay à l’édition française de ses œuvres (ci-dessous), p. 34.

29 Tchayanov A. V., L’organisation de l’économie paysanne, Paris, 1990. Voir aussi, parmi les articles de Thorner à ce propos, Thorner D., « L’économie paysanne : concept pour l’histoire économique ? », Annales ESC, 1964, p. 417- 432.

30 À, au moins, une exception près : Patlagean E., « “Économie paysanne” et “féodalité byzantine” », Annales ESC, 1975, p. 1371-1396 [rééd. Ead., Structures sociales, famille, chrétienté à Byzance, ive-xie siècle, Londres, 1981, article III]. Voir aussi Herlihy D. et Klapisch C., Les Toscans et leurs familles. Une étude du catasto florentin de 1427, Paris, 1978, p. 491-512.

31 Gatrell P., « Studies of Medieval English Society in a Russian Context », Past and Present, XCVI (1982), p. 22- 50.

32 Par ex. dans « La transformación de la tierra en mercancia : el caso piamontés (1680-1717) », Hispania, LV, n° 191 (1995), p. 821-844.

33 Aymardm., « Autoconsommation et marchés : Chayanov, Labrousse ou Le Roy Ladurie ? », AESC, 1983, p. 1392- 1409.

34 Béaur G., Le marché foncier à la veille de la Révolution, Paris, 1984 ; ID., « Investissement foncier, épargne et cycle de vie dans le pays chartrain au xviiie siècle », Histoire et mesure, VI (1991), p. 275-289.

35 Voir ci-dessus

36 Trad. fr., Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, 1989.

37 Rome, 1985

38 Polanyi K., La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, 1983 [éd. américaine 1944].

39 Rosenwein B., To be the Neighbor of Saint Peter : the Social Meaning of Cluny’s Property, 909-1049, Ithaca/Londres, 1989. Voir aussi White S. D., Custom, Kinship and Gifts to Saints : the « Laudatio parentum » in Western France, 1050-1150, Chapel Hill, 1988.

40 Sur tout ceci, Weber F., « Le marché de la terre… » (qui parle de « séquence de transactions », dans une acception très proche de la « chaîne de transactions » de Levi).

41 Cf. n. 22.

42 Ruiz T. F., « La formazione del mercato della terra nella Castiglia del basso medioevo », p. 423-452, repris et augmenté dans ID., Crisis and Continuity, Land and Town in Late Medieval Castile, Philadelphie, 1994.

43 Mais dès 1984 Jean-Claude Maire Vigueur, directeur des études médiévales à l’EFR, offrait une interprétation remarquable, fondée sur les exigences symboliques de reproduction familiale, de la circulation des grands domaines de la Campagne romaine : Maire Vigueur J.-C., « Capital économique et capital symbolique. Les contradictions de la société romaine à la fin du Moyen Âge », Brezzi P. et Lee E. (éd.), Gli atti privati nel tardo medioevo : fonti per la storia sociale, Rome, 1984, p. 213-224.

44 Feller L., Les Abruzzes médiévales…, op. cit. ; ID., « Achats de terres, politiques matrimoniales et liens de clientèle en Italie centro-méridionale dans la seconde moitié du IXe siècle », Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, p. 425-439 (première version du dossier ensuite relu avec Gramain A. dans Le marché de la terre…).

45 En dernier lieu : Postel-Vinay G., La terre et l’argent. L’agriculture et le crédit en France du xviiie au début du xxe siècle, Paris, 1998 ; Hoffman P. T., Postel-Vinay G. et Rosenthal J.-L., Priceless Markets. The Political Economy of Credit in Paris, 1660-1870, Chicago, 2000.

46 Voir déjà Levi G., « El mercat de la terra. Anglaterra, América colonial, India i un poble del Piamont en el segle XVII », L’espai viscut. Col-loqui international d’historia local, Valence, 1989, p. 225-258.

47 Faute de pouvoir citer tous ces travaux, je dois me contenter de renvoyer à Laliena C., « Le marché de la terre en Espagne au bas Moyen Âge » et To Figueras L., « L’historiographie du marché de la terre en Catalogne », Le marché de la terre…, op. cit.

48 Comme d’ailleurs deux Angleterres, deux Toscanes…

49 Laliena C., « Les sources médiévales de l’Espagne méditerranéenne pour l’étude du marché foncier », Le marchéde la terre…, op. cit.

50 Avec des issues d’ailleurs opposées en Valencien (pulvérisation des propriétés paysannes) et en Andalousie (concentration par les grands seigneurs : les paysans sont vignerons sur des propriétés minuscules, et salariés agricoles).

51 51. Voir n. 1.

Auteur

École normale supérieure (Paris)

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540