Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Première partie. Les regards de l'historien

Un grand historien nantais, Léon Maitre

Noël-Yves Tonnerre

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Aucun travail de recherche n’a été entrepris sur Léon Maitre. On doit donc se contenter de la noti (...)
  • 2 Sur La Borderie : Denis Michel, « La Borderie ou l’histoire patriotique », Tonnerre N.-Y. (éd.), C (...)

1Léon Maitre est aujourd’hui un historien un peu oublié1. Certes on trouve à Nantes une rue Léon Maitre (un morceau de rue pourrait-on dire) en face de la place du Bouffay et la Société archéologique de Nantes délivre chaque année un prix Léon Maitre mais, faute de réédition de ses principaux ouvrages, ses travaux sont réservés à quelques érudits. Cette discrétion est sans doute conforme à un personnage très différent de celui de La Borderie, figure volontiers hégémonique de l’historiographie bretonne du xixe siècle2. Discret, très rigoureux vis-à-vis de lui-même, Léon Maitre est resté avant tout un grand archiviste soucieux de préserver la mémoire historique du département dont il avait la charge. Il a participé de loin aux grands débats touchant l’histoire de la Bretagne. Cette évidente réserve naturelle dissimule une forte énergie. Léon Maitre avait une solide conception de l’histoire et il lui est arrivé de s’engager dans des combats intellectuels vigoureux. Ses démêlés avec le chanoine Durville, maître d’œuvre des fouilles de la cathédrale, et surtout l’affrontement avec le R. P. de La Croix au sujet de Saint-Philibert-de-Grandlieu, ont entraîné de longues polémiques dans les principales revues d’érudition de l’époque.

  • 3 Léon Maitre devait écrire en particulier deux articles pour la Société académique de l’Aube, l’un (...)

2Il est né loin de la Bretagne le 29 novembre 1840 à Troyes dans une famille modeste. S’il manifesta toute sa vie de l’attachement pour la Champagne3, c’est à Paris qu’il fit toutes ses études secondaires au petit séminaire Notre-Dame des Champs. Il y acquit une solide formation en lettres classiques sous la direction de maîtres qui allaient ensuite occuper des places éminentes dans le clergé français : l’abbé Place futur archevêque de Paris qui fut supérieur de l’établissement, l’abbé Foulon son professeur de rhétorique qui deviendra archevêque de Lyon. Excellent latiniste, c’est tout naturellement qu’il se présenta au concours de l’École des Chartes. Il fut reçu et il en sortit le 9 janvier 1865 avec une thèse sur les écoles épiscopales et monastiques. Ce travail montre déjà les grandes qualités de Léon Maitre : un énorme travail de préparation, un style alerte, une grande capacité de synthèse. Il sera réédité en 1924, ce qui est rare à l’époque pour un tel travail. Après cette première grande réalisation, le premier mars 1865, il devenait archiviste de la Mayenne. Il resta cinq ans à Laval, ce qui lui permit d’écrire un dictionnaire toponymique de la Mayenne, une référence encore indispensable pour l’histoire de ce département. C’est également à Laval qu’il se maria. De cette union devaient naître deux enfants. Le 1er janvier 1870 il était nommé en Loire-Inférieure au titre d’archiviste-adjoint. En 1872 il devint archiviste titulaire, poste qu’il garda 39 ans, jusqu’en 1911.

3Léon Maitre consacra alors toute son énergie à organiser les archives du département. Son prédécesseur, François Ramet, avait collecté un grand nombre de documents dispersés dans les différents arrondissements mais n’avait pas entrepris un inventaire des archives, faute de formation suffisante. Tout au plus avait-il commencé à classer les archives de la Cour des comptes mais Léon Maitre ne reprit pas son classement. Dans son rapport au conseil général en 1874, le nouvel archiviste soulignait le désordre indescriptible qui régnait alors dans le très modeste local qu’occupaient les Archives départementales dans l’ancien greffe de la Chambre des comptes, tout près de la préfecture. À cette situation chaotique s’ajoutait le risque d’humidité. L’ouverture d’une annexe dans la chapelle de l’Oratoire en 1887 fut une solution très incommode et forcément provisoire mais le provisoire devait durer jusqu’à l’installation rue de Bouillé plusieurs années après la mort de Léon Maitre. Tout au moins, le nouveau local permit d’entreposer les nombreux fonds d’archives que Léon Maitre collecta dans l’ensemble du département. Ce fut le fonds du tribunal d’Ancenis en 1872 complété par les archives du duc de Lorges. Arrivèrent en 1873 les archives du greffe de Paimbœuf, en 1877 les 210 registres du présidial de Nantes, puis en 1879 les archives des anciennes juridictions des Monnaies, de l’Amirauté, de la Sénéchaussée, des Traites foraines de Nantes. En 1889 ce fut l’arrivée des archives de la juridiction de Châteaubriant. Toutes ces archives furent ensuite systématiquement lues et classées. Cette recherche inlassable des archives dans un département fortement marqué par la Révolution et l’insurrection vendéenne nous révèle un personnage impatient de quitter son bureau pour visiter systématiquement les différentes communes du département dans l’espoir d’y trouver quelques manuscrits précieux (heureusement en Loire-Inférieure il n’y avait que 221 communes !). Il restait parfois plusieurs jours sur place répertoriant des documents poussiéreux. Mais, évidemment, il fallait ensuite recenser, classer, faire des inventaires. Son premier travail fut le classement des archives révolutionnaires puis il s’attaquait aux archives de la Chambre des comptes, énorme entreprise qui devait occuper toute sa vie d’archiviste puisqu’à Nantes, siège de la Chambre des comptes de Bretagne jusqu’en 1789, étaient rassemblés tous les documents concernant le duché. Parallèlement Léon Maitre répertoriait et classait les autres documents En 1879 sortait l’inventaire sur la série E, en 1898 c’était le tour des séries C et D. En 1884 sortait l’important volume sur les séries G et H. En 1902 paraissait enfin le premier inventaire de la série B contenant plus de 8000 rubriques dont 4400 réservées à la Chambre des comptes. Un peu plus tard devaient sortir les Archives des séries L et Q. En l’espace de 40 ans Léon Maitre avait classé une grande partie des archives anciennes du département.

4On reste étonné devant l’imposant travail réalisé par L. Maitre. E. Gabory, qui devait prendre sa succession en 1911, souligne les nombreuses heures passées à rédiger et à inventorier :

  • 4 Gabory E., Notice nécrologique sur Léon Maitre, tiré-à-part de la Revue archéologique de Nantes, 1 (...)

« Toujours levé de bonne heure, il aimait le travail du matin, quand il s’asseyait à son bureau des Archives il avait déjà à la maison noirci de son écriture… des pages et des pages… Une fois aux archives, l’Historien faisait place à l’Archiviste. Des milliers et des milliers de liasses poudreuses lui passèrent entre les mains, mais Léon Maitre ne concevait pas son métier d’archiviste d’une manière casanière. Il circulait sans cesse dans le département, examinant de près les archives conservées dans les différentes municipalités4, passant plusieurs jours, si cela était nécessaire, dans une mairie pour examiner et conseiller. »

5On voit par là que l’archiviste était aussi un homme attaché à l’aspect relationnel de sa profession. Et c’est tout naturellement qu’il participa aux activités de la Société archéologique de Nantes qui connut une très forte activité à la fin du siècle et au début du xxe siècle avec plus de 400 membres. Les comptes rendus des séances témoignent de sa présence régulière à la réunion mensuelle de la société, animant les débats grâce à sa vaste culture historique, ne négligeant pas non plus l’aspect convivial des excursions et des inévitables banquets. La Société archéologique était un haut lieu de sociabilité ! On ne retiendra bien sûr ici que l’imposante activité scientifique. Les vingt-huit articles que Léon Maitre donna à la Société archéologique, plus la dizaine que l’archiviste accorda à la société rivale la Société académique de Nantes, sont très majoritairement consacrés aux lieux historiques les plus importants du département avec une prédilection pour l’Antiquité et le haut Moyen Âge : ce fut ainsi le Petit-Mars en 1884, la station romaine de Rieux-Fégréac en 1887-1888, Saint-Nazaire en 1891, Blain en 1892. De cette longue enquête devait sortir un ouvrage : Les villes disparues de la cité des Namnètes, puis, après avoir investi méthodiquement le territoire au sud de la Loire, parut l’ouvrage sur Les villes disparues de la cité des Pictons. À chaque fois Léon Maitre s’efforçait de rassembler toute l’information : aux sources écrites minutieusement étudiées s’ajoutaient les descriptions archéologiques avec plans et dessins. La toponymie, non plus, n’était pas négligée. Léon Maitre rassembla toutes les connaissances qu’il avait acquises dans ce dernier domaine dans un dictionnaire toponymique de la Loire-Inférieure qui parut en 1909. C’est encore aujourd’hui une référence indispensable.

  • 5 Le manuscrit se trouve aujourd’hui au British Museum. En 1898, Léon Maitre édita également avec Pa (...)

6Si les publications de Léon Maitre concernent majoritairement la Loire-Inférieure, il ne cessa de regarder de près l’histoire de la Bretagne. Il le fit tout naturellement à partir des nombreuses archives de la série B, c’est ainsi qu’il remit aux Annales de Bretagne en 1889 une longue étude sur le budget du duché de Bretagne sous François II. Plusieurs autres articles concernant l’histoire moderne suivirent, sur la situation de la marine marchande en 1664, sur le gouvernement de la Bretagne sous le règne de la duchesse Anne, deux fois reine de France (1897). C’est également pour les Annales de Bretagne qu’il écrivit son étude critique sur la charte de Louis VI le Gros à propos des biens de l’Église de Nantes (1911). Il revenait là à une période qu’il a longuement étudiée dans ses recherches : les premiers temps de la féodalité bretonne. Ainsi, en 1889, Léon Maitre avait fait paraître une étude sur l’ancienne baronnie de La Roche-Bernard, à la frontière du Nantais et du Vannetais Sa plus belle réalisation pour l’histoire de la Bretagne fut incontestablement la découverte du cartulaire de Quimperlé. Ce manuscrit, essentiel pour l’histoire de la Cornouaille, avait été mis en sécurité en Angleterre au moment de la révolution. En 1881, en compagnie de Paul de Berthou, Léon Maitre se rendit au château de Carlton dans le Yorkshire où Lord Beaumont avait conservé le manuscrit. Après avoir rédigé une solide introduction et des index les deux chartistes assuraient la publication du document en 1896 dans la Bibliothèque bretonne armoricaine5.

  • 6 Le monastère avait été construit comme base de repli à partir de 819. Les moines abandonnèrent Déa (...)
  • 7 Brutails, Bulletin monumental, t. LXIII, p. 333. Lasteyrie R. DE, L’église de Saint-Philbert de Gr (...)

7Les années 1895-1907 vont être en grande partie occupées par un débat passionné sur l’église de Saint-Philibert de Grandlieu. Ancien prieuré de Saint-Philibert de Tournus, Saint-Philibert de Grandlieu a surtout été la première étape de l’exil des moines de Noirmoutier chassés de leur île par les Normands en 8346. Le problème était de savoir si l’église avait été construite pendant le court passage des moines avant qu’ils partent pour Cunault ou beaucoup plus tard au xie siècle. Léon Maitre, passionné par le site, se mua en archéologue. Il étudia longuement les élévations, les compara à d’autres grands édifices carolingiens : Sainte Cécile de Rome, Saint-Rémi de Reims, Saint-Gall, et se livra même à quelques prospections pour étudier les murs. Il arriva finalement à la conclusion que l’édifice présentait une grande cohérence et ne pouvait dater que de l’époque carolingienne. Son argumentation s’appuyait surtout sur l’appareillage en brique. Son point de vue suscite assez vite la méfiance des grands historiens de l’art de l’époque, en particulier Jean Brutails7. En 1906 le père Camille de la Croix, célèbre archéologue de Poitiers, livre une longue étude sur Saint-Philbert. Après avoir multiplié les sondages et étudié avec une grande précision les techniques de construction et les mortiers il en arrive à la conviction que la nef n’a pu être construite avant la deuxième moitié du xie siècle alors que la crypte est manifestement carolingienne. L’archiviste répond assez vivement l’année suivante (1907) en mettant en cause les méthodes de travail du révérend père alors que selon lui il faut en rester aux conceptions d’Arcisse de Caumont, argument étonnant quand on sait l’énorme progrès réalisé depuis le début du xixe siècle dans l’étude des monuments médiévaux :

« Le R. P. inaugure une méthode bien différente de celle de M. de Caumont et de ses élèves qui se bornaient à voyager et à comparer entre eux les divers édifices de nos provinces en essayant de les dater à l’aide des chartes, des inscriptions des sculptures et des procédés de construction. Aujourd’hui, quand on suit l’école du père de La Croix, il faut descende dans les puits, retourner les fondations sens dessus-dessous, peser les matériaux, analyser le mortier des joints, en un mot faire un métier de mineur ou de maçon. Cette méthode souterraine n’est pas à la portée de tout le monde, elle matérialise beaucoup la carrière de l’archéologue. Il me paraît préférable de relever la tête et de s’éclairer en comparant les parties datées de l’édifice avec celles qui ne le sont pas… Notre église de Déas est toute entière de l’époque préromane à cause de l’unité qui règne dans la fabrication et l’emploi des briques insérées dans la construction. »

8En dépit de cette mésaventure archéologique où Léon Maitre sortait du domaine de sa compétence, il exerça une autorité intellectuelle bien au-delà du département. On lui demanda des articles pour la Revue des questions historiques, pour la Revue archéologique, dans la Bibliothèque de l’École des Chartes. Correspondant du Comité des Travaux historiques dès 1884, membre non résidant en 1894, Léon Maitre était en relation avec de nombreux historiens de son temps.

  • 8 Le discours a été édité dans les Annales de la Société académique de Nantes la même année

9Contemporain du grand renouveau que connaît la science historique à partir de 1850 et surtout de 1870, Léon Maitre n’a cessé de réfléchir sur les méthodes et la finalité de l’histoire. Un long discours fait devant la Société académique de Nantes le 20 novembre 18818 apporte ici des précisions intéressantes, faute de documents plus personnels. D’emblée, l’archiviste tient à se rattacher à l’héritage des mauristes et de Dom Mabillon en particulier. Ils ont forgé l’histoire scientifique.

« Nous sommes loin de l’époque où l’histoire était simplement un art destiné à embellir la vie, une lyre qu’on faisait vibrer aux moments de repos pour renouveler la mémoire des actions d’éclat accomplies dans les combats où nos pères prenaient plaisir à entendre répéter la fabuleuse généalogie de leur chef Francus. Alors l’imagination était le talent suprême, quand elle parvenait à soulever l’enthousiasme en parlant des exploits d’Arthur, de Roland et de Charlemagne. Le temps du merveilleux et des légendes est passé. Les fils des Francs ont grandi, […] chassé l’ignorance et la superstition, cultivé les beaux-arts, équilibré les classes de la société et, depuis qu’ils ont atteint la maturité, ils aiment à regarder en arrière et à mesurer leur œuvre. Vous essaieriez en vain de les intéresser si votre exactitude était douteuse, si vous laissiez pénétrer la fantaisie dans votre récit. Il s’agit d’une enquête sérieuse, ouverte depuis deux siècles, dans laquelle les témoins suspects sont repoussés avec indignation.
Cette méthode expérimentale que nous appliquons avec rigueur à toutes nos recherches, nous n’en sommes pas les inventeurs ; elle était déjà pratiquée par nos devanciers avec scrupule, nous l’avons seulement perfectionnée. Je ne voudrais pas vous parler de ces gros volumes, si effrayants d’aspect, qu’on nomme des in-folios, et pourtant il faut bien les entr’ ouvrir puisque nous parlons d’histoire. Ce sont nos meilleurs instruments de travail. Prenez surtout ceux des bénédictins de la congrégation de Saint-Maur et leurs émules qu’on nomme les Pères de la critique, et vous verrez que dès le règne de Louis XIV, on éprouvait le besoin de remonter aux vraies sources d’information. Cette époque à jamais mémorable du xviie siècle a produit une génération d’érudits, de chercheurs, de compilateurs non moins étonnante que ses littérateurs et ses guerriers.
Cependant ces illustres devanciers D. Calmet en Lorraine, D. Lobineau et D. Morice en Bretagne étaient plus des compilateurs qu’interprètes. Il est revenu à la génération de 1830 de construire l’histoire et de l’enseigner en réhabilitant le Moyen Âge.
Bien des choses ont péri dans le naufrage (de la période révolutionnaire) mais le goût des antiquités nationales a survécu. La génération de 1830, celle des Ampère, des Villemain, des Thierry, des Guizot, des Michaud, des Lassus, des Caumont, des Viollet-le-duc, l’a montré avec éclat dès que les esprits sérieux ont pu se livrer à l’étude ; elle a deviné ce que nous avions à gagner en reprenant les traditions scientifiques de nos premiers académiciens ; elle s’est penchée avec amour sur le texte des vieilles chroniques, sur le papier jauni des auteurs démodés et elle s’est relevée riche d’impressions originales qui ont charmé leurs lecteurs. Le Moyen Âge, si longtemps conspué comme une époque sans intérêt apparut lumineux et reprit faveur. »

  • 9 C’est la conception tout à fait courante de l’archéologie au xixe et dans la première moitié du xx(...)

10Après avoir salué l’énorme travail réalisé pour la publication des textes et précisément la Collection des documents inédits, Léon Maitre défend déjà une conception pluridisciplinaire de l’histoire en soulignant tout l’apport de l’archéologie, de la philologie et de l’histoire de la littérature. Il conçoit même ici une distinction subtile entre les érudits qui apportent des matériaux ayant fait l’objet d’un long examen critique et l’historien qui élabore un récit. La place donnée à l’archéologie mérite ici d’être retenue. Léon Maitre a parfaitement compris la place de plus en plus importante que prend l’archéologie, avec cette nuance importante que l’archéologie qu’il conçoit est plus proche de l’histoire de l’art que de la fouille9. Ce goût pour l’archéologie est certainement dû pour une part à la formation qu’il a reçue. L’École des Chartes, était, rappelons-le un des rares lieux où l’histoire de l’art était enseignée. Jules Quicherat dans la seconde moitié du siècle a été le professeur le plus célèbre. Il faudra attendre la fin de la Première Guerre mondiale pour que l’histoire de l’art accède à l’université.

« L’archéologie a cessé d’être la récréation exclusive des amateurs de panoplies et de médailles pour devenir un auxiliaire indispensable des recherches historiques. Pour l’archéologue moderne, chaque siècle a son cachet, sa marque distinctive et ses procédés. Il a appris les transformations de l’art ogival, les variétés de style de chaque province et les caractères particuliers de chaque école d’architecture. »

11Cette volonté d’utiliser toute la panoplie des sources écrites et non écrites distingue incontestablement Léon Maitre d’Arthur de La Borderie dont l’œuvre historique s’appuie presque exclusivement sur les sources écrites, l’historien de Vitré n’ayant participé qu’à une seule fouille, celle de Lavret. Elle sépare aussi Léon Maitre de Fustel de Coulanges. L’archiviste nantais a souvent été comparé à l’auteur de la Cité antique. Ce point de vue doit certainement être nuancé, comme on vient de le voir, mais il y a incontestablement deux domaines où Léon Maitre apparaît proche de Fustel de Coulanges. D’une part sur l’importance du facteur religieux qui a joué un rôle essentiel dans l’organisation sociale :

« Les mœurs font les lois d’un peuple, on peut bien dire avec autant de vérité que ce sont les croyances et les habitudes qui forment son tempérament. À ce point de vue l’étude de nos institutions religieuses présente un intérêt prédominant car sans elle il nous paraît difficile d’expliquer clairement les origines de notre état social. »

12D’autre part sur la finalité même de l’histoire. L’archiviste est persuadé que l’enseignement de l’histoire permettra le « réarmement moral » de la nation.

« Cherchons la vérité, élevons la dans l’estime publique au dessus de tout mais n’oublions pas d’encourager ceux qui travaillent à la rendre aimable afin qu’elle pénètre partout. Ce sera la meilleure diversion que nous puissions tenter contre l’envahissement des œuvres malsaines qui nous inondent. Quand la jeunesse actuelle aura pris goût aux lectures fortifiantes, aux peintures viriles et au commerce des auteurs élevés, elle méprisera les écrivains qui ne lui inspirent que l’indifférence pour ses devoirs et pour son honneur. »

13C’est là une attitude tout à fait conforme à celle de nombreux historiens impressionnés après 1870 par l’érudition allemande. Rappelons ici la formule de G. Monod dans le premier numéro de la Revue historique en 1876 : « L’étude du passé de la France est une tâche primordiale […] par laquelle nous pouvons rendre à notre pays l’unité et la force morale. »

14Parallèlement à cette influence de Fustel de Coulanges et de l’école méthodique, il y a aussi des accents proches de Michelet chez Léon Maitre. On trouve d’abord ce souci que l’histoire ne soit pas réservée à un cénacle d’initiés mais qu’elle soit largement ouverte ou, plus exactement, l’archiviste veut susciter une histoire populaire parallèlement à l’histoire érudite :

« Rassurez-vous : cette divinité austère a un interprète, une sœur qui va vous sourire, c’est l’histoire populaire ; celle-là consent à descendre de son piédestal, elle parle un langage familier et tend la main à tous ses lecteurs. »

15On ne peut, d’autre part, douter de l’attachement de Léon Maitre à la Révolution française qui a eu l’immense mérite d’ouvrir à tous les regards les documents du passé :

« Cet immense héritage, longtemps gardé sous les scellés, loin des regards indiscrets du public, est maintenant étalé au grand jour dans des monuments accessibles à tous. Il y aura bientôt un siècle que notre pays est en jouissance des recherches historiques qu’il renferme. La France s’en est emparée le jour où, rompant brusquement avec l’Eglise et la Monarchie, elle a renversé la Bastille, fermé les monastères, saisi les châteaux des Emigrés, supprimé les corporations civiles et religieuses, remplacé les cours souveraines et confisqué les biens du clergé. »

  • 10 Dans les Annales de la Société académique de Nantes, Léon Maitre a fait paraître trois études sur (...)
  • 11 L’étude sur les confréries bretonnes parue dans la Revue Mabillon donna lieu à la publication d’un (...)
  • 12 Polytechnicien, ingénieur, Frédéric Le Play (1806-1882) a fait une longue enquête sur la condition (...)

16Enfin Léon Maitre est bien un pionnier dans les recherches qu’il poursuit sur l’histoire sociale. Dans son Histoire administrative des anciens hôpitaux de Nantes10 comme dans un travail sur Les confréries bretonnes, leur origine, leur rôle, leurs usages et leur influence sur les mœurs du Moyen Âge11 il y a le souci de quitter l’histoire politique pour pénétrer dans la vie quotidienne. Comme l’a bien fait remarquer J.-Y. Guiomar, l’archiviste nantais est certainement sensible aux travaux de Frédéric Le Play12 sans avoir repris les conceptions de réorganisation sociale contenues dans le Décalogue.

17Au-delà de l’historien il y a l’homme. Une chose est sûre : en dépit de l’énorme travail accompli L. Maitre suscita des réticences, toujours feutrées. Deux faits sont significatifs. Lorsque l’on vota pour l’attribution de la médaille d’or de la Société archéologique en 1910, Léon Maitre n’eut pas la majorité absolue, il obtint 28 voix, Paul Soulard, un célèbre numismate nantais, en eut 19, deux autres membres de la Société archéologique Leroux et Delattre, respectivement 18 et 6. Pourtant Léon Maitre avait joué un rôle essentiel, il avait été élu à sa présidence. En ce qui concerne la légion d’honneur, il fallut attendre 1921. Si son successeur aux Archives de Loire-Inférieure, Émile Gabory, parle d’un regrettable oubli, il semble qu’il y ait des raisons plus profondes. Ce n’était pourtant pas le catholicisme de l’archiviste qui était en jeu. Après la mort de Léon Maitre la Semaine religieuse du 18 août 1926 ne tarit pas d’éloges sur la foi de l’archiviste : « Ses occupations professionnelles ne l’ont pas occupé au point de lui faire négliger les grandes questions des origines chrétiennes. […] Ces recherches et ces études loin de diminuer sa foi ne firent que la corroborer. S’il fut un savant, historien et archéologue, il resta un chrétien pratiquant. »

  • 13 La semaine religieuse, revue diocésaine prend fermement position contre la révision du procès Drey (...)
  • 14 Dominique Pierrelée a fait un récit de cette affaire qui a agité Pornic pendant plus de dix ans. A (...)

18Ce qu’on reprocha en fait à Léon Maitre c’est son attachement profond à la République. Or la Loire-Inférieure est un bastion du conservatisme avec des évêques sensibles au légitimisme d’une grande partie de l’aristocratie foncière du département, comme Mgr Rouard (1896-1914) ou Mgr Le Fer de la Motte (1914-1936)13. Au souvenir vendéen, s’ajoutent l’agitation liée à l’affaire Dreyfus puis la Séparation de l’Église et de l’État. L’Action française y sera très lue, en particulier au Grand Séminaire. Or Léon Maitre n’a jamais caché son soutien à la République. Dans le discours de 1881 étudié plus haut, il y a un passage très explicite sur son adhésion à la Révolution. Ce sont là des déclarations qui passent difficilement auprès du public de la Société archéologique. L’expression de cette réticence apparaît encore plus nettement dans l’affaire de la chapelle de Pornic. Léon Maitre avait acheté une maison dans le quartier de Gourmalon, séparé du reste de la ville par la ria de Pornic. La nécessité d’un lieu de culte spécifique à ce quartier balnéaire en plein développement amena Léon Maitre à diriger une pétition auprès des autorités ecclésiastiques. Le refus fut cinglant mais Léon Maitre ne désarma pas. Après l’affaire des Inventaires, il fit construire une chapelle grâce à vingt-quatre généreux donateurs et en appela au pape en 1910 pour que la chapelle reçoive un desservant. Il obtiendra finalement satisfaction14.

  • 15 Seul, son travail sur la baronnie de La Roche-Bernard a fait l’objet d’une réédition récente.

19Léon Maitre ne fut donc pas seulement un grand archiviste. Connaissant les grandes orientations historiographiques de son siècle, il fut aussi un historien attaché à élargir ses méthodes et son champ d’action. Par sa volonté de promouvoir la connaissance du passé au-delà d’un cercle d’érudits, il nous apparaît finalement très proche des préoccupations actuelles des historiens et une réédition, au moins partielle, de ses publications serait souhaitable15.

Notes

1 Aucun travail de recherche n’a été entrepris sur Léon Maitre. On doit donc se contenter de la notice nécrologique écrite par Émile Gabory son successeur (Bulletin de la Société archéologique de Nantes et de la Loire-Inférieure, 1927) et d’un court passage dans la thèse de Jean-Yves Guiomar sur les historiens bretons du xixe siècle : Guiomar J.-Y., Le Bretonisme. Les historiens bretons au xixe siècle, Mayenne, 1987, Publication de la société archéologique de Bretagne, p. 478. Si on peut trouver, par ailleurs, un certain nombre de renseignements dans les différents bulletins de la Société archéologique de Nantes et de la Loire-Inférieure, aucune archive personnelle n’est consultable aux Archives départementales de Loire-Atlantique. À la mort de Léon Maitre, son fils René Léon Maitre laissa aux Archives de la Loire- Inférieure et à la Bibliothèque municipale des notes de l’archiviste touchant l’histoire du département. On n’y trouve pas une correspondance qui aurait pu éclairer la personnalité. Cette correspondance pourrait avoir disparu comme le suggère un entretien rapide avec l’arrière-petit-fils de Léon Maitre, Dominique Maitre.

2 Sur La Borderie : Denis Michel, « La Borderie ou l’histoire patriotique », Tonnerre N.-Y. (éd.), Chroniqueurs et historiens bretons, Rennes, 2001, p. 143-155.

3 Léon Maitre devait écrire en particulier deux articles pour la Société académique de l’Aube, l’un sur les volontaires troyens à l’armée républicaine de Vendée, l’autre sur la crypte de Saint-Savinien et Saint-Potentien à Sens.

4 Gabory E., Notice nécrologique sur Léon Maitre, tiré-à-part de la Revue archéologique de Nantes, 1927. Dans cette notice E. Gabory relate les changements fréquents de domicile de Léon Maitre qui, un moment, choisit d’aller habiter Vertou, à 10 kilomètres de Nantes.

5 Le manuscrit se trouve aujourd’hui au British Museum. En 1898, Léon Maitre édita également avec Paul de Berthou l’Itinéraire en Bretagne en 1688 de Dubuisson-Aubenay (Bulletin des bibliophiles bretons).

6 Le monastère avait été construit comme base de repli à partir de 819. Les moines abandonnèrent Déas en 862. Sur ce point : Chedeville A. et Guillotel H., La Bretagne des saints et des rois, Rennes, 1984, p. 338-339.

7 Brutails, Bulletin monumental, t. LXIII, p. 333. Lasteyrie R. DE, L’église de Saint-Philbert de Grandlieu, Paris, 1909 Extrait des Mem. Acad. Des Inscript, XXVIII, 2e partie).

8 Le discours a été édité dans les Annales de la Société académique de Nantes la même année

9 C’est la conception tout à fait courante de l’archéologie au xixe et dans la première moitié du xxe siècle. Il faudra attendre l’essor des fouilles à partir de 1958 pour que le mot archéologie soit vraiment réservé à la prospection.

10 Dans les Annales de la Société académique de Nantes, Léon Maitre a fait paraître trois études sur les hôpitaux, l’assistance publique et l’enseignement. Ces recherches ont été publiées sous forme de livres : 1875, Histoire administrative des anciens hôpitaux de Nantes, 1880, L’assistance publique dans la Loire-Inférieure avant 1789, 1892, L’Instruction publique dans les villes et les campagnes de la Loire-Inférieure avant 1789.

11 L’étude sur les confréries bretonnes parue dans la Revue Mabillon donna lieu à la publication d’un fascicule indépendant à Nantes en 1876. Dans cette recherche Léon Maitre s’oppose à Augustin Thierry qui voyait une origine germanique aux confréries médiévales de métiers.

12 Polytechnicien, ingénieur, Frédéric Le Play (1806-1882) a fait une longue enquête sur la condition ouvrière enEurope : Les ouvriers européens (1855). Devenu catholique pratiquant à partir de 1879, il défend un catholicisme social basé sur la famille. Il faut remarquer cependant que sous la monarchie de Juillet un médecin nantais, Ange Guépin, ami du père du futur président du conseil Waldeck Rousseau avait effectué une enquête sur la conditionouvrière à Nantes, enquête que Léon Maitre a longuement lue.

13 La semaine religieuse, revue diocésaine prend fermement position contre la révision du procès Dreyfus : « Dans la bataille suprême qui va se livrer […] il s’agit de savoir si l’armée française sera la victime d’une coalitio depuis longtemps tramée dans l’ombre. » Sur cette question : Durand Y. et Launay M., Histoire du diocèse de Nantes, p. 241.

14 Dominique Pierrelée a fait un récit de cette affaire qui a agité Pornic pendant plus de dix ans. Après avoir fait construire un calvaire, le curé de Pornic estima qu’il avait réalisé une concession suffisante et il fit cette déclaration péremptoire : « les opposants ne sont que des francs-maçons avérés et ouvertement hostiles. Ils n’ont aucune influence ici où ils passent deux mois de l’année et sont fort peu estimés ». Le curé dut cependant s’incliner après l’autorisation pontificale de 1910. Pierrelée D., Pornic, Nantes, 1998, p. 206.

15 Seul, son travail sur la baronnie de La Roche-Bernard a fait l’objet d’une réédition récente.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540