Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Première partie. Les regards de l'historien

Texte et contexte. Tendances récentes de la recherche en hagiologie

Patrick Henriet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Rares sont les travaux l’utilisant. Cf. cependant Van Uytfanghe M., « Les avatars contemporains de (...)
  • 2 Cf. Delehaye H., À travers trois siècles. L’œuvre des bollandistes, 1615-1915, Bruxelles, 1920 ; P (...)

1Hagiologie : le mot n’est pas des plus répandus1, certains pourront le juger disgracieux, mais il a l’avantage de la clarté. L’hagiologue s’occupe d’hagiographie, il n’œuvre pas pour la plus grande gloire des saints. L’hagiologie peut donc être sommairement qualifiée comme la production scientifique relative aux saints, ce qui la place nécessairement dans la lignée des bollandistes, qui œuvrent dans cette direction depuis plus de trois siècles2. Cette production « hagiologique » peut elle-même, très schématiquement, être divisée en deux groupes : d’un côté les études relatives aux saints et à la sainteté vécue, de l’autre celles qui privilégient les textes, dans une perspective philologique ou historique. Il va sans dire que ces deux axes se croisent en permanence et que nombre de chercheurs ne se restreignent pas à telle ou telle dimension de l’hagiologie.

  • 3 Voir en particulier la livraison annuelle de Medioevo Latino, la copieuse bibliographie annuelle d (...)
  • 4 Sur le concept de sainteté, on doit toujours partir du livre de Vauchez A., La sainteté en Occiden (...)
  • 5 C’est (pour faire bref «!) dans cet esprit qu’a été conçue Hagiographies. Histoire de la littératu (...)

2Il a paru utile de proposer ici, non sans quelque imprudence tant la production est volumineuse et les lignes comptées, un exposé sur « les tendances récentes de la recherche en hagiologie ». En effet, s’il est difficile pour les hagiologues de profession de se tenir au courant non seulement de toutes les manifestations et publications, mais aussi de toutes les tendances de la recherche, que dire des historiens engagés dans d’autres domaines mais néanmoins conscients de l’importance des recherches hagiologiques ? Or les enjeux soulevés par celles-ci sont loin d’être secondaires : il s’agit tout simplement de savoir comment traiter un corpus narratif qui est, de loin, le plus important de tous ceux que nous a légué le Moyen Âge. Les pages qui suivent visent donc l’utilité, mais elles ne prétendent en aucun cas à l’exhaustivité, voire même à l’impartialité. Il existe d’ailleurs plusieurs moyens commodes de collecter les informations relatives aux travaux hagiologiques récents3. Il a donc fallu opérer des choix drastiques. Le premier a été, si l’on reprend la typologie ébauchée ci-dessus, de privilégier le second versant des recherches hagiologiques : soit les recherches liées à l’examen du texte hagiographique sous tous ses aspects plus que celles qui traitent de la sainteté vécue4. En d’autres termes, celles qui mettent en valeur le fait qu’avant de nous renseigner sur un saint, un texte nous fait connaître un hagiographe5. Sauf exception, les travaux auxquels nous renverrons ont été publiés depuis le début des années quatre-vingt-dix. Les textes considérés sont latins et ne dépassent pas le xiiie siècle. Tel quel, le sujet de cet article est déjà démesuré.

  • 6 Chiffres donnés par Philippart G., Vriendt F. de et Trigaletm., « Problèmes et premiers résultats (...)
  • 7 Prendre pour point de départ Godding R., « Bibliotheca hagiographica vulgaris. Revues et sociétés (...)
  • 8 Cf. Coué S., Hagiographie im Kontext. Schreibanlass und Funktion von Bischosviten aus dem 11. und (...)
  • 9 Cf. Iogna-Prat D., Ordonner et exclure. Cluny et la société chrétienne face aux hérésies, au judaï (...)
  • 10 PL 185, col. 320B-D.

3La simple consultation de la Bibliotheca Hagiographica Latina (BHL) permet de mesurer le poids du corpus hagiographique par rapport aux autres sources médiévales : plus de 13 000 textes pourvus d’un numéro dans la BHL et son Novum Supplementum, lesquels, regroupés en dossiers, sont encore 33216. Encore ces chiffres ne comprennent-ils pas les innombrables œuvres hagiographiques en langue vernaculaire, qui n’ont encore fait l’objet d’aucun dénombrement systématique7. Quel genre littéraire pourrait rivaliser, d’un point de vue quantitatif, avec cette impressionnante masse ? Certainement pas, en tout cas, l’historiographie, les chroniques et autres annales pesant en effet bien peu face aux milliers de vies de saints et recueils de miracles8… Quiconque a eu un jour entre les mains tel ou tel tome des Acta Sanctorum saisit instantanément la richesse de ce corpus, mais aussi sa difficulté d’exploitation. Il y a en effet embarras de richesse. Comment l’historien peut-il mettre à profit celle-ci sans tomber dans le récit anecdotique, positiviste ou saint-sulpicien ? On pourra certes alléguer du fait que la plupart de ces textes, de facture plutôt médiocre, sont à la littérature latine ce que les plus anodines séries B des années cinquante sont au cinéma. Cet argument d’autorité se révèle cependant aussi subjectif que, ce qui est plus grave, totalement anachronique. Pour un Pierre le Vénérable, les récits hagiographiques sont la continuation de l’Écriture sainte9. Pour un Geoffroy d’Auxerre, secrétaire personnel de saint Bernard, un texte comme la Vita Malachiae, que nous avons aujourd’hui tendance à considérer comme mineur, voire indigne de son auteur, a sa place aux côtés des plus importantes œuvres du maître10

  • 11 Bibliotheca hagiographica latina manuscripta. Index analytique des catalogues de manuscrits hagiog (...)
  • 12 Cf., outre l’article cité en note 6, Trigaletm. et Vriendt F. De, « Littérature hagiographique et (...)
  • 13 Et disponible dans le commerce ou sur Internet (http»://acta.chadwyck.com/) aux prix, malheureusem (...)
  • 14 Cf. l’article très novateur d’Alain Guerreau, « Le champ sémantique de l’espace dans la Vita de sa (...)

4Si chaque texte peut et doit être considéré en lui-même, il ne prend son sens que rapporté à une production plus vaste, hagiographique d’abord, et plus généralement culturelle ensuite. Les considérations sérielles s’avèrent donc précieuses. Elles sont actuellement menées, prioritairement, à l’université de Namur, avec en particulier la constitution d’une banque de données construite à partir de la BHL mais intégrant plusieurs milliers de références aux manuscrits, lesquels n’ont pas été répertoriés par les bollandistes (BHLMS)11. La consultation attentive de ce formidable outil de recherche peut permettre de répondre à des questions telles que la part relative d’une catégorie de saints (martyr, confesseur, laïc, ancien ou moderne…) à telle ou telle époque, la diffusion des textes selon les siècles, etc. On ne résumera pas ici les choix et les problèmes auxquels se sont trouvés confrontés les concepteurs du projet, ceux-ci l’ayant fort bien fait par ailleurs, mais on signalera les services que cette entreprise peut rendre aux historiens comme aux philologues12. Ceux-ci ont ensuite tout loisir de poursuivre leurs recherches dans les principaux CD-Rom de textes latins, à commencer, bien entendu, par ceux des Acta sanctorum, dont l’édition est désormais presque terminée13. Mais là encore, le problème est celui de la masse documentaire, et donc de la pertinence des questions qui peuvent être posées. Rares sont les travaux ayant déjà tiré parti de ces bases de données autrement que pour l’identification des sources dans une perspective éditoriale. Or une étude lexicologique bien menée peut fournir les clés d’une véritable sémantique sociale, dont les règles restent encore à définir14.

  • 15 Présentation du projet, qui suit son cours  : Dolbeau F., Heinzelmann M. et Poulin J.-C., « Les so (...)
  • 16 Exemplaire à cet égard, le titre de la dernière livraison des Shg  : Heinzelmann M. (dir.), L’hagi (...)
  • 17 Un autre problème serait d’étudier pourquoi certains établissements, voire certains ordres religie (...)
  • 18 Exemplaire  : Head Th., Hagiography and the Cult of Saints. The Diocese of Orleans, 800-1200, Camb (...)

5De ces brèves remarques, il ressort qu’un texte hagiographique n’a de sens qu’envisagé dans une série, ce qui pose un problème de taille : comment choisir la série significative qui rendra l’analyse pertinente ? Bien entendu, chaque cas appelle une réponse particulière. Il importe cependant de se garder de deux attitudes assez dangereuses : celle qui consiste à envisager le texte hagiographique dans une totale et illusoire singularité, mais aussi celle qui vise à tout prix la plus large exhaustivité, ce qui permet de passer en revue des centaines d’œuvres sans jamais en pénétrer vraiment aucune. Dans bien des cas, la solution a un nom : « dossier ». Un dossier hagiographique regroupe l’ensemble des textes – y compris les réécritures, dont il sera question plus loin – consacrés à un saint. L’entreprise des Sources hagiographiques de la Gaule, lancée à la fin des années quatre-vingt par François Dolbeau, Martin Heinzelmann et Joseph-Claude Poulin, a popularisé cette notion tout en attirant l’attention sur la nécessité d’un examen attentif de tous les manuscrits connus, sans lequel les recherches peuvent s’avérer faussées ou tronquées15. Cette étape franchie, l’historien doit combiner la connaissance des dossiers consacrés à un saint avec celle des lieux de rédaction16. On pourrait d’ailleurs parler aussi, même si ce n’est pas la norme, de dossiers composés non à partir des figures hagiographiques, mais à partir des lieux. Tel saint verra durant des siècles tous les textes le concernant produits dans un même établissement, tel autre aura son dossier fractionné entre différents lieux de production. Tel monastère produira à la fois des textes relatifs à des saints anciens – martyrs, fondateurs – et à des saints « modernes » – chronologiquement très proches, voire contemporains de leurs biographes –, tel autre se spécialisera dans l’une ou l’autre de ces deux catégories17. Les nombreuses fondations des xie et xiie siècles ne sont pas, de ce point de vue, sans rapport avec l’orientation hagiographique des différents établissements. Ce n’est évidemment pas un hasard si les établissements récents – cisterciens, prémontrés, grandmontains, etc. –, qui manquent de reliques prestigieuses anciennes, développent une hagiographie du saint moderne. Bien qu’elle ne soit pas obligatoire et dépende de l’orientation de la recherche, l’étude hagiologique dans le cadre d’un diocèse ou d’une province permet souvent de combiner l’étude des dossiers de saints avec celle des lieux de production et de réception, tout en adoptant un cadre institutionnellement et politiquement signifiant18.

  • 19 Un recueil pionnier  : Heinzelmann M. (dir.), Manuscrits hagiographiques et travail des hagiograph (...)
  • 20 Van Uytfanghe M., « Heiligenverehrung II (Hagiographie) », Klauser T. (éd.), Reallexikon für Antik (...)
  • 21 Dolbeau F., « Les prologues de légendiers latins », Les prologues médiévaux, Turnhout, 2000 (Fidem(...)
  • 22 Fouracre P., « Merovingian History and Merovingian Hagiography », Past and Present, 127, 1990, p. (...)
  • 23 Cf. Helvétius A. M., « Les saints et l’Histoire », op. cit., p. 153-155.
  • 24 Je reprends évidemment le titre et la conclusion d’un article de Van Uytfanghe M., « Le remploi da (...)

6Examen exhaustif des manuscrits, des variantes textuelles signifiantes ou des données codicologiques19, d’une part, mise en contexte et recherche de la signification sociale, de l’autre. L’hagiologie est donc à part égale le domaine des philologues et des historiens, et l’on ne voit pas très bien comment ils pourraient, sous peine de graves contresens, ne pas collaborer étroitement. Du côté des historiens, l’une des erreurs les plus fréquentes est assurément la lecture des textes au premier degré, sans prise en compte des lieux communs inhérents au genre hagiographique et présents, dans des proportions diverses mais toujours conséquentes, dans chaque œuvre. Marc Van Uytfanghe est allé jusqu’à faire des topoi l’un des quatre piliers constitutifs du genre hagiographique depuis sa naissance20… Or quel que soit le texte, le lieu où la topique littéraire chrétienne se manifeste avec le plus de constance et de vigueur est sans doute le prologue. Quelle valeur peut donc avoir le raisonnement de l’historien s’il croit aveuglément l’hagiographe et le chroniqueur, par exemple lorsque ceux-ci se déclarent ignares mais respectueux de la vérité, ou encore lorsqu’ils prétendent tenir leurs informations d’un manuscrit très ancien détruit dans un incendie ou rongé par les vers21 ?… Repérer les topoi s’avère donc indispensable à la tenue d’un discours historique à peu près cohérent, et il va de soi que dans ce domaine, les philologues sont souvent plus qualifiés pour repérer les pièges. Et puisqu’il y va de l’intérêt de chacun, pourquoi ne pas rêver à un Dictionnaire de la topique littéraire médiévale latine, que l’on peut idéalement imaginer sous une forme électronique, prêt à s’enrichir périodiquement de nouvelles références ? L’intérêt d’une bonne connaissance de la topique ne se limite d’ailleurs pas à l’histoire littéraire ou à la réduction des possibilités de contresens dans les commentaires d’œuvres hagiographiques. Il est aussi de pouvoir, dans une certaine mesure, mesurer leur degré d’historicité. En effet, le repérage des lieux communs permet de mettre en relief, par contraste, ce qui est particulier à chaque œuvre et relève d’un contexte, voire d’un projet bien précis22. Il est possible, de ce point de vue, que les hagiographies « mineures », de latinité médiocre et d’audience limitée, colportent moins de topoi que celles des grands lettrés, qui connaissent leurs classiques sur le bout des doigts. Elles en seraient alors d’autant plus intéressantes pour l’historien23. En tout état de cause, il semble entendu que le « remploi » étouffe rarement totalement l’originalité, mais encore faut-il repérer l’un avant de mettre l’autre en valeur24.

  • 25 Exemple concret  : Iogna-Prat D., « La geste des origines dans l’historiographie clunisienne des x (...)
  • 26 PL 154, col. 21-404.
  • 27 La fondation de l’abbaye de Maillezais. Récit du moine Pierre, édition et traduction par Pon G. et (...)
  • 28 Une belle illustration de la perméabilité des genres est le Speculum Historiale de Vincent de Beau (...)
  • 29 Cf. les remarques en ce sens de Goffartw., Narrators of Barbarian History (A. D. 550-800)  : Jorda (...)
  • 30 Heinzelmann M., « Hagiographischer und historischer Diskurs bei Gregor von Tours ? », Van Uytfangh (...)
  • 31 mccreadywilliam D., Miracles and the Venerable Bede, Toronto, 1994 (Pontifical Institute of Mediae (...)
  • 32 Historia Ecclesiastica gentis Anglorum, Colgrave B. et Mynors R. A. B. (éd.), Oxford, 1969, praef, (...)

7Le poids des conventions ne signifie évidemment pas que l’hagiographie doit n’être étudiée que dans le cadre de son appartenance à un genre littéraire. En effet, elle peut aussi être, mais au prix d’un gros travail préalable de décodage, une fenêtre ouverte sur la société, ou tout au moins sur le groupe, qui l’a produite, commanditée, lue. Fenêtre en termes de realia comme en termes de représentations. Pour commencer, l’hagiographie nous renseigne sur le regard que les élites cléricales, parfois aussi les groupes laïcs gravitant autour de celles-ci, ont porté sur un passé qu’elles décrivaient tout en le construisant25. Se pose ici la question du « genre ». On distingue en effet d’ordinaire, assez soigneusement et non sans raisons, ce qui est hagiographique (Vitae, récits de translation, recueils de miracles) de ce qui est historiographique (chroniques, annales). Mais cette séparation est-elle toujours pertinente ? Lorsqu’au début du xiie siècle, Hugues de Flavigny inclut diverses vies de saints lorrains, région dont il est originaire, dans sa chronique, quel genre pratique-t-il26 ? Ou encore, lorsque Pierre de Maillezais rapporte dans une même œuvre, entre 1060 et 1072, la fondation de son monastère, ses rapports avec l’aristocratie locale et la translation de saint Rigomer, à quel « genre » avons-nous affaire27 ? Il ne serait pas difficile de multiplier les exemples de ce type28. On a parfois suggéré que certains auteurs, tantôt historiens, tantôt hagiographes, changeaient les règles de leur discours en fonction du genre pratiqué. Ainsi, et les arguments ne manquent pas, pour Grégoire de Tours ou pour Bède le Vénérable. Mais la réalité des différences formelles ne doit pas cacher l’existence de passerelles, ni le fait que pour Grégoire ou Bède, comme pour bien d’autres clercs après eux, les récits relatifs aux saints sont une branche de l’Histoire, qui est sacrée par définition29. Martin Heinzelmann a bien montré que le lien entre bella regum et virtutes martyrum existait déjà chez Eusèbe de Césarée, Jérôme ou Orose, et que le terme Historia pouvait aussi désigner les textes bibliques. Or depuis Jérôme, les hagiographa désignent aussi, prioritairement, l’Écriture sainte30… La comparaison de l’Historia Francorum et des écrits hagiographiques de Grégoire montre que si chaque œuvre obéit à des conventions qui lui sont propres, la perméabilité reste néanmoins constante. Quel que soit le genre pratiqué, il existe une conception universelle de l’Histoire au cœur de laquelle se trouvent Dieu et le princeps chrétien. Le cas de Bède montre aussi combien les catégories modernes sont peu opératoires, l’Histoire, chez lui comme chez tous les auteurs du Moyen Âge, ayant d’abord une fonction édifiante (ce qui est aussi, bien évidemment, le cas de l’hagiographie)31 : « Sive enim historia de bonis bona referat, ad imitandum bonum auditor sollicitus instigatur ; seu mala commemoret de pravis, nihilominus religiosus ac pius auditor sive lector devitando quod noxium est ac perversum, ipse sollertius ad exsequenda ea quae bona ac Deo digna esse cognoverit, accenditur32. »

  • 33 Graus F., Volk, Herrscher und Heilige im Reich der Merowinger. Studien zur Hagiographie der Merowi (...)
  • 34 Références dans Coué S., Hagiographie im Kontext, op. cit., p. 19, qui s’appuie en particuler sur (...)
  • 35 Citons en particulier Lifshitz F., The Norman Conquest of Pious Neustria. Historiographic Discours (...)
  • 36 Fouracre Paul et Gerberding Richard A., Late Merovingian France. History and Hagiography, 640-720, (...)
  • 37 Martin H., « L’Histoire au Moyen Âge (I). L’Histoire chrétienne », Bourdé G. et Martin H., Les éco (...)

8De façon générale, il est possible que les liens entre historiographie et hagiographie soient plus ou moins forts en fonction du sous-genre considéré : on a parfois avancé que l’hagiographie était essentiellement liée au présent et l’Histoire au passé, raisonnement qui peut être défendu si l’on prend en compte les récits de miracles, ceux-ci visant à montrer l’action du saint hic et nunc33. En règle générale, cependant, les recherches récentes tendent plutôt à marquer, sinon l’identité entre œuvres historiques et œuvres hagiographiques, du moins leur appartenance à un genre finalement commun34. Les études utilisant indistinctement les deux types de sources afin de montrer comment les clercs du Moyen Âge, désireux de justifier le présent, ont construit et reconstruit le passé, se multiplient35. Pour les hautes époques, il s’agit d’ailleurs d’un exercice quasiment obligé : l’hagiographie représente alors une masse narrative infiniment supérieure à celle des œuvres « historiques » et peut seule suppléer la rareté, voire l’absence de celles-ci36. En bref, comme l’a écrit Hervé Martin, « le genre hagiographique pèse de tout son poids sur le genre historique, au risque de se confondre avec lui37 ». Il semble donc nécessaire, sans perdre de vue des différences formelles, de ne pas séparer les deux genres par des cloisons trop étanches et de raisonner plutôt en termes de variations sur un thème commun… Une autre clé, peu explorée, qui pourrait permettre de mieux comprendre les objectifs et les conditionnements des hagiographes et des historiographes médiévaux, réside dans leur représentation de l’espace. Un hagiographe écrit normalement pour affermir et légitimer la réputation d’un lieu (cathédrale, collégiale, monastère). Il se place dans une logique centrifuge, la sacralité rayonnant à partir des reliques. L’historiographe, quant à lui, envisage généralement un espace de souveraineté (comté, royaume, Empire, etc.) et se situe dans une logique centripète (vers la capitale, les centres de pouvoir réels ou symboliques, etc.).

  • 38 Outre les travaux cités ci-dessous, cf. Guerreau A., « Le champ sémantique de l’espace », art. cit
  • 39 Boesch Gajano S. et Scaraffia L., Luoghi sacri e spazi della santità, Turin, 1990 «; Vauchez A. (d (...)
  • 40 Scaraffia L., « Questione aperte », Luoghi sacri e spazi della santità, op. cit., p. 11-19, ici p. (...)
  • 41 La bibliographie est immense. Mise au point de Strothmann J., « Der Heilige als Haupt der Gesellsc (...)
  • 42 Vauchez A. (dir.), Les religions civiques à l’époque médiévale et moderne (Chrétienté et Islam), R (...)
  • 43 Cf. Rosenwein B., Negotiating Space. Power, Restraint and Privileges of Immunity in Early Medieval (...)
  • 44 López Alsina F., La ciudad de Santiago de Compostela en la alta edad media, Santiago de Compostela (...)
  • 45 Voir en dernier lieu Bozoky E. et Helvétius A. M. (éd.), Les reliques. Objets, cultes, symboles, T (...)

9Indéniablement, les représentations et les pratiques de l’espace sont un autre domaine de recherche pour lequel les hagiologues disposent d’un matériau privilégié38. Le lien particulier entre espace, lieux et culte des saints a été souligné depuis le xviie siècle au moins, en particulier, comme le rappelle Sofia Boesch Gajano, par les bollandistes ou bien, un peu plus tard, par Adriaen Baillet. Hippolyte Delehaye a popularisé l’expression de loca sanctorum, Michel de Certeau celle de « géographie du sacré ». Dans son livre classique sur le culte des saints, Peter Brown a montré comment la centralité des nouveaux lieux de sépulture, en particulier martyriaux, avait des conséquences sur l’ensemble de la vie sociale. Les études se sont ensuite multipliées, au point de susciter plusieurs colloques39. Au cœur de ces démarches, on trouve généralement le présupposé, partagé par les anthropologues depuis Durkheim, que l’espace est une « construction sociale », « jamais neutre, jamais indifférente, mais qualitativement différenciée par le biais d’un réseau symbolique construisant les identités collectives et individuelles40 ». Pour les textes hagiographiques, le problème peut être appréhendé de diverses façons. Il existe un espace symbolique de la sainteté (ermitage, désert, monastère, etc.), qui fonctionne généralement selon une dialectique extérieur/intérieur, un espace de l’efficacité et de la sacralité (rayonnement des reliques par le biais des miracles et des pèlerinages), un espace politique, au sein duquel tel ou tel saint sacralise un territoire (saint Martin ou saint Denis en France, saint Jacques en Espagne, etc.)41 ou une ville (cultes dits « civiques42 »). Les différents modes d’instrumentalisation de la sainteté concourent ainsi à une sacralisation de l’espace, voire à une spatialisation du sacré, qui trouve son expression tant dans les textes et les constructions littéraires que dans la réalité politique et sociale. En effet, jusqu’au xiie siècle au moins, le thème de la sacralisation de l’espace est indissociable de celui de la domination seigneuriale des institutions religieuses43. Le cas de Compostelle, qui combine l’existence d’un pèlerinage universel, d’une zone de domination seigneuriale précisément délimitée, et enfin d’un texte narratif (Privilegio de los Votos) justifiant symboliquement sa souveraineté, est de ce point de vue paradigmatique44. De façon générale, les reliques structurent l’espace chrétien – l’espace social – plus sûrement que certains concepts modernes comme ceux de frontière ou de circonscription45.

  • 46 Sur l’œuvre de Peter Brown, cf. récemment The Cult of Saints in Late Antiquity and the Middle Ages (...)
  • 47 Cette problématique rejoint, mais de façon indirecte et complexe, celle du rapport entre ordines e (...)
  • 48 D’autant qu’il existe une excellente mise au point récente  : Lauwers M., « Récits hagiographiques (...)
  • 49 D’autant qu’il existe une excellente mise au point récente  : Lauwers M., « Récits hagiographiques (...)
  • 50 Pour l’hagiographie de la Paix de Dieu, cf. Landes R., « La vie apostolique en Aquitaine en l’an M (...)
  • 51 Schimmelpfennig B., « Heilige Päpste – päpstliche Kanonisationspolitik », Politik und Heiligenvere (...)
  • 52 Pour les vitae épiscopales rédigées dans l’Empire entre le xe et le xiie siècle, cf. désormais Haa (...)
  • 53 Mansilla D., La documentación pontificia hasta Innocencio III (965-1216), Rome, 1955 (Monumenta Hi (...)
  • 54 Cf. par exemple cette phrase, extraite d’un recueil de miracles (fin xiie siècle) de l’évêque Anno (...)
  • 55 Cf. par exemple Swinarski U., Herrschen mit den Heiligen, op. cit., p. 25-52.

10La question du rapport entre hagiographie et pouvoirs, ou, comme on le dit plus souvent, entre sainteté et politique, est un autre thème, lié au précédent, qui a attisé la curiosité des historiens. Là encore, en suggérant que dès l’Antiquité tardive, le culte des saints avait permis de légitimer le pouvoir des élites, Peter Brown a joué un rôle pionnier46. Par le biais d’incessants réaménagements, cette relation est restée valable tout au long du Moyen Âge47. L’écriture hagiographique est donc toujours au service d’un projet et d’une stratégie qui peuvent être qualifiés de « politiques », avec tout ce que ce terme a d’insatisfaisant. De même, en effet, que les mots « religion » ou « Chrétienté », pour ne prendre que quelques exemples, sont largement des constructions modernes souvent mal adaptées à la description des phénomènes médiévaux, de même, « politique » évoque des idées et des comportements qui, appliqués au Moyen Âge, se révèlent largement anachroniques. D’où l’utilisation, ici et là, d’expressions telles que « religiosité politique » (politische Religiosität) ou « théologie politique », qui, à défaut de résoudre les problèmes, peuvent au moins attirer l’attention sur leur existence. Quoi qu’il en soit, le rapport entre les reliques, les miracles, les saints et les différents modes d’exercice du pouvoir a été étudié dans de nombreux travaux, que l’on ne peut guère espérer résumer ici48. Notons cependant une irruption massive de la question des rapports entre Église, pouvoirs et sacralités dans les textes hagiographiques mérovingiens, puis carolingiens49. Il existe par la suite une hagiographie de la Paix de Dieu50, une hagiographie favorable aux intérêts de la papauté51, une autre encore, qui peut dans certains cas devenir « anti-hagiographie », favorable à ceux des empereurs, etc.52. Les thèmes véhiculés par les récits peuvent, dans certains cas, constituer des enjeux considérables. Ainsi, en révoquant implicitement la prédication hispanique de saint Jacques, en reprenant la légende hagiographique des septs apôtres de l’Hispania et en assignant au christianisme ibérique une origine romaine, Grégoire VII peut-il espérer – sans succès – faire de la Castille et du León un royaume vassal du Saint-Siège, à l’image de l’Aragon53. Chaque entité politique et/ou religieuse, chaque dynastie, voire chaque grande famille aristocratique, chaque ville aussi, se rattache à un ou plusieurs saints qui lui permettent de se forger une légitimité tout en montrant qu’en matière de sacralité, le voisin et l’adversaire n’ont qu’à bien se tenir54. Ces innombrables constructions délimitent ainsi des « pôles de sacralité », qui, jusqu’au xiie siècle en tout cas, aspirent à d’autant plus d’autonomie qu’il existe, plus qu’une Chrétienté, des centaines de micro-chrétientés. Chaque sanctuaire à reliques, chaque monastère est un centre dont la construction identitaire passe très souvent par la mise au point – compilation, transformation, création – de traditions hagiographique propres. Ainsi, l’hagiographie et le culte des saints se révèlent-ils inséparables du concept wébérien de légitimation55.

  • 56 Cf. en particulier Sigal P.-A., L’homme et le miracle dans la France médiévale (ixe-xiie siècle), (...)
  • 57 Expression que l’on retrouve, outre le livre de COUÉ S. cité note 8, dans le recueil d’études réun (...)
  • 58 Coué S., Hagiographie im Kontext, op. cit., p. 176.

11Tel qu’il vient d’être exposé, ce schéma invite à considérer chaque texte et chaque dossier très soigneusement. Il s’agit de ne pas perdre de vue les circonstances dans lesquelles a été composée une œuvre, le public auquel elle s’adresse, les adversaires, réels ou potentiels, qu’elle attaque. Si cette affirmation peut sembler banale et de notoriété publique, elle ne va pourtant pas toujours de soi. Il existe en effet une alternative, reposant sur des présupposés très différents, qui a donné lieu à d’importants travaux : il s’agit alors d’établir des corpus de sources hagiographiques les plus larges possibles et les mettre au service d’une recherche thématique particulière56. La prise en compte de vastes séries permet ainsi une certaine exhaustivité, laquelle n’est cependant obtenue qu’au détriment des conditions idéologiques, politiques, économiques ou sociales propres à chaque texte. Cette démarche peut s’avérer paradoxale, car l’exhaustivité dans la saisie de l’objet historique se traduit nécessairement par une décontextualisation. C’est sans doute la raison pour laquelle, aussi bien chez les philologues que chez les historiens, la tendance actuelle est plutôt à la contextualisation rigoureuse, en un mot à l’Hagiographie im Kontext57. On met alors en avant le caractère pragmatique d’une écriture hagiographique qui déborde largement le cadre de la simple édification. L’hagiologie s’approprie ainsi des problématiques très actuelles comme celles des « processus d’écriture » (Schriftlichkeit) ou de la résolution des conflits58.

  • 59 Cf. le chapitre introductif du livre à paraître de Monique Goullet (que je remercie), Écriture et (...)
  • 60 Genette G., Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, 1982, d’après Goulletm., Écriture (...)

12Même historien, l’hagiologue n’a d’autre solution que de partir du texte. Il ne peut donc perdre de vue le modèle philologique. Pour le philologue, en effet, le texte est l’unité de base de tout raisonnement. Celui-ci vise, au moins dans les limites de la discipline, une lecture englobant la forme et le sens. C’est en suivant ce paradigme qu’il semble possible aujourd’hui de faire progresser les connaissances hagiologiques, à condition bien sûr de ne pas dresser une barrière étanche entre l’étude du texte comme objet littéraire et celle de la société ou micro-société qui l’a produit. En d’autres termes, il importe de mettre en relation l’intérieur et l’extérieur du texte, la production littéraire et ses cadres idéologiques et sociaux. Il faut souligner de ce point de vue la fécondité de quelques travaux récents, encore inédits, consacrés à la notion de réécriture en hagiographie59. Monique Goullet a justement attiré l’attention sur ce phénomène courant au Moyen Âge, en particulier dans les Vitae : pour des raisons qui peuvent être formelles (améliorer le style d’un premier auteur supposé méritant mais peu cultivé) ou idéologiques, et qui sont souvent les deux à la fois, les clercs médiévaux ont nourri les dossiers hagiographiques en réécrivant les œuvres de leurs prédécesseurs. Superposant un « hypertexte » à un « hypotexte », pour reprendre la terminologie de Gérard Genette, ils ont procédé à des opérations de rénovation et de remploi pour produire finalement quelque chose de semblable et de différent60. Il n’est pas interdit de penser que c’est l’étude du christianisme médiéval dans son ensemble qui pourrait être menée dans cette perspective…

  • 61 Il a fallu renoncer complètement à traiter certains thèmes. Ainsi  : 1) Du rapport entre hagiograp (...)
  • 62 Peu après 1078, le moine Paul compose le cartulaire de Saint-Père de Chartres. À deux reprises, il (...)

13Il est difficile de conclure ces quelques remarques autrement qu’en soulignant leur caractère fragmentaire, lacunaire et inachevé61. Au vu de la production hagiologique récente, la première leçon qui s’impose est sans doute celle d’un retour au texte, conçu comme projet et non comme simple réservoir d’informations. Cependant, au même titre que celles qui l’ont précédée, cette approche n’est pas sans dangers. La tentation pourrait être forte, en effet, de prendre les œuvres comme des mondes en soi qui ne devraient être étudiés que pour eux-mêmes. Or pour l’historien soucieux de restituer une cohérence globale, le texte hagiographique n’a de sens que mis en perspective et contextualisé. En même temps qu’ils sont situés, selon un axe vertical, dans l’histoire du genre littéraire auquel ils appartiennent, la Vita, le recueil de miracles, doivent donc être rapportés, selon un axe horizontal, à d’autres sources contemporaines. La notion de « genre littéraire » correspond indéniablement à une pratique, mais son importance doit d’autant moins être exagérée que le terme « hagiographia » n’est guère médiéval. Il n’est de ce point de vue pas indifférent de constater que l’un de ses rares usages attestés, à Chartres au xie siècle, autrement que pour désigner les saintes Écritures, nous situe dans le monde des chartes et des privilèges62 : comment mieux suggérer que les distinctions et les catégories contemporaines peuvent se révéler inutiles ?

  • 63 Cf. en particulier la polémique déclenchée dans les pages de la revue Past and Present, en 1991, p (...)
  • 64 « Form and content in discourse are one, once we understand that verbal discourse is a social phen (...)
  • 65 Cf. supra, note 19, et en particulier Dolbeau F., « Les hagiographes au travail  : collecte et tra (...)
  • 66 Une orientation générale  : Lepetit B. (dir.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire soci (...)

14Il faut donc prendre en compte aussi bien le caractère unitaire et cohérent de chaque texte que son imbrication dans un faisceau de faits et d’éléments composant ce qu’il est convenu d’appeler une société. Et c’est sans doute là, dans le passage du discours à la réalité sociale, que réside la principale difficulté. En effet, à ceux qui prétendent ne travailler que sur des « discours », qui médiatiseraient toujours une insaisissable « réalité », certains objecteront brutalement que le « réel » existe et constitue la seule proie digne de l’historien63. « Linguistic turn » contre néopositivisme ? L’hagiographie, discours par excellence et source majeure pour l’histoire des sociétés médiévales, est nécessairement au cœur de cette polémique. Mais le débat a-t-il vraiment lieu d’être, en tout cas en ces termes ? L’acceptation – autrement que du bout des lèvres – du concept de discours n’implique pas un refus de l’histoire sociale. En effet, depuis Mikhail Bakhtin au moins, on sait bien que les pratiques discursives sont aussi des phénomènes sociaux64. L’écriture même d’un texte hagiographique est en soi un « fait réel ». Le « travail des hagiographes65 » mérite donc d’être éclairé, ce qui ne peut se faire sans une réflexion de type philologique d’une part, ni, d’autre part, sans un croisement avec des documents de nature diverse allant de la théologie à l’archéologie. Ni « linguistic turn » caricatural ni positivisme primairement anti-discursif. L’hagiologie, pratiquée par les historiens, doit être à l’image des autres branches de la recherche historique : ouverte à toutes les disciplines sans perdre de vue ce qui fait sa spécificité. Il s’agit d’analyser le tissu social et les liens de diverse nature qui le conforment, dans la diachronie aussi bien que dans la synchronie, par l’examen conjoint des pratiques et des représentations66. On ne voit pas pourquoi l’hagiologie et, plus généralement, l’histoire religieuse, devraient faire exception à la règle.

Notes

1 Rares sont les travaux l’utilisant. Cf. cependant Van Uytfanghe M., « Les avatars contemporains de l’hagiologie », Francia, 5, 1977, p. 639-671 ; Gregoire R., Manuale di Agiologia, Fabriano, 1987 ; et Helvétius A. M., « Les saints et l’Histoire. L’apport de l’hagiologie à la médiévistique d’aujourd’hui », Goetz H. W. (éd.), Die Aktualität des Mittelalters, Bochum, 2000, p. 135-163. Le terme « hagiographie » lui-même n’est guère médiéval, en tout cas au sens où nous l’entendons. Forgé par saint Jérôme, il désigne d’abord les livres de la Bible  : Philippart G., « Hagiographes et hagiographie, hagiologes et hagiologie  : des mots et des concepts », Hagiographica, 1, 1994, p. 1-16.

2 Cf. Delehaye H., À travers trois siècles. L’œuvre des bollandistes, 1615-1915, Bruxelles, 1920 ; Peeters P., L’œuvre des bollandistes, Bruxelles, 1961 ; Hausberger K., « Das kritische hagiographische Werk der Bollandisten », Schwaiger G. (éd.), Historische Kritik in der Theologie. Beiträge zu ihrer Geschichte, Göttingen, 1980, p. 210-244 «; Dubois J. et Lemaître J.-L., Sources et méthodes de l’hagiographie médiévale, Paris, 1993, p. 46-52 «; Weilandt G., « Ansichten über das Mittelalter. Zur Bewertung hagiographischer Texte in der neuzeitlichen Geschichtsforshung », Kerscher G.(éd.), Hagiographie und Kunst. Der Heiligenkult in Schrift, Bild und Architektur, Berlin, 1993, p. 32-40.

3 Voir en particulier la livraison annuelle de Medioevo Latino, la copieuse bibliographie annuelle de la Revue d’Histoire de l’Église, les comptes rendus et notes critiques donnés dans les Analecta Bollandiana. Cf. aussi la bibliographie proposée dans Lo Spazio letterario del Medioevo, 1  : Il medioevo latino, Cavallo G., Leonardi C. et Menesto E. (éd.), V  : Cronologia e bibliografia della letteratura mediolatina, Rome, 1998, p. 372-373 (hagiographie mérovingienne) puis en cherchant par auteurs. Une très utile présentation de la production par pays a été donnée récemment dans la revue Hagiographica, 6, 1999 (rapports de Mártínez Gázquez J., Dolbeau F., Lapidge M., Prinz F., Golinelli P., Godding R. et Mulder-Bakker A. B.). Cf. aussi, bien entendu, l’entreprise Hagiographies, lancée par Philippart G. (voir note 5). Voir aussi Scorza Barcellona F., « Les études hagiographiques au 20e siècle  : bilan et perspectives », Deux milles ans d’histoire de l’Église. Bilan et perspectives historiographiques, Louvain-la-Neuve, 2000 (Revue d’Histoire ecclésistique, 95), p. 17-33. Signalons pour terminer une remarquable anthologie de textes hagiographiques, traduits et commentés  : Head Th. (éd.), Medieval Hagiography. An Anthology, New York/Londres, 2000.

4 Sur le concept de sainteté, on doit toujours partir du livre de Vauchez A., La sainteté en Occident aux derniers sièclesdu Moyen Âge d’après les procès de canonisation et les documents hagiographiques, Rome, 1981, 19882. La bibliographie est immense, mais il existe dorénavant une excellente et courte mise au point  : Boesch Gajano S., La santità Rome/Bari, 1999 (Biblioteca Essenziale Laterza, 20). Cf. aussi l’encyclopédie Histoire des saints et de la sainteté chrétienne, Chiovaro F. et al. (dir.), 10 t., Paris, 1986-1988 [t. 3  : 314-604, Mandouze A. (dir.) «; t. 4  : 605-814, Riché P. (dir.) «; t. 5  : 815-1053, Riché P. (dir.) «; t. 6  : 1054-1274, Vauchez A. (dir.) «; t. 7  : 1275-1545, Vauchez A. (dir.)].

5 C’est (pour faire bref «!) dans cet esprit qu’a été conçue Hagiographies. Histoire de la littérature hagiographique en Occident des origines à 1550, Philippart G. (dir.), Turnhout, 1994 – (Corpus christianorum), quatre tomes parus à ce jour. Cf. l’introduction de Guy Philippart au tome 1. Sur l’hagiographie comme genre littéraire, mise au point de Von Der Nahmer D., Die lateinische Heiligenvita. Eine Einführung in die lateinische Hagiographie, Darmstadt, 1994, et, avec aussi beaucoup d’éléments sur les cultes, Dubois J. et Lemaitre J.-L., Sources et méthodes de l’hagiographie médiévale, op. cit.

6 Chiffres donnés par Philippart G., Vriendt F. de et Trigaletm., « Problèmes et premiers résultats d’une histoire générale de la littérature hagiographique », Carey J., Máire H. et O’riain P. (dir.), Studies in Irish Hagiography. Saints and Scholars, Dublin, 2001, p. 337-355, ici p. 340.

7 Prendre pour point de départ Godding R., « Bibliotheca hagiographica vulgaris. Revues et sociétés d’hagiographie. De l’ancien et du nouveau », Analecta Bollandiana, 113, 1995, p. 151-154 «; Kunze K., « Deutschsprachige Hagiographie von den Änfangen bis 1350 », Philippart G. (dir.), Hagiographies, op. cit., II, Turnhout, 1996, p. 211- 238 ; Brunel-Lobrichon G., Leurquin-Labie A.-F. et Thiry-Stassinm., « L’hagiographie de langue française sur le Continent, ixe-xve siècle », ibid., p. 291-372 «; Cross J. E., « English Vernacular Saints’ lives before 1000 », ibid., p. 413-428 «; Whatley E. G., « Late Old English Hagiography, ca. 950-1150 », ibid., p. 429-500.

8 Cf. Coué S., Hagiographie im Kontext. Schreibanlass und Funktion von Bischosviten aus dem 11. und vom Anfang des 12.Jahrhunderts, Berlin, 1997, p. 19 et note 87. En feuilletant Bak J. M., Mittelalterliche Geschichtsquellen in chronologischer Übersicht, Stuttgart, 1987, je parviens à un total de 139 textes latins relevant du genre « chronique » ou « anna - les » pour la période 900-1200, toutes zones de culture latine confondues. Au-delà du caractère évidemment très approximatif de ce calcul, on se rend bien compte que le nombre des oeuvres hagiographiques est infiniment supérieur.

9 Cf. Iogna-Prat D., Ordonner et exclure. Cluny et la société chrétienne face aux hérésies, au judaïsme et à l’islam. 1000-1150, Paris, 1998, p. 303.

10 PL 185, col. 320B-D.

11 Bibliotheca hagiographica latina manuscripta. Index analytique des catalogues de manuscrits hagiographiques latins publiés par les Bollandistes (BHLMs), consultable sur le site Internet  : http»://bhlms.fltr.ucl.ac.be/. L’équipe namuroise est dirigée par Guy Philippart. Le principal responsable de l’informatisation des données est Michel Trigalet, que je remercie vivement pour sa précieuse aide. Sa thèse est attendue avec impatience.

12 Cf., outre l’article cité en note 6, Trigaletm. et Vriendt F. De, « Littérature hagiographique et base de données. À propos de deux projets en cours à l’univesité de Namur », Le médiéviste et l’ordinateur, 34, 1996-1997, p. 5-16 «; Trigaletm., « Compter les livres hagiographiques. Aspects quantitatifs de la création et de la diffusion de la littérature hagiographique latine (iie-xve siècle) », Gazette du livre médiéval, 38, 2001, p. 1-13 ; Philippart G. et Trigaletm., « L’hagiographie latine du xie siècle dans la longue durée. Données statistiques sur la production littéraire et l’édition médiévales », à paraître dans Latin Culture in the Eleventh Century – Proceedings of the third International Conference of Medieval Studies, vol. II, Herren M.W., Mcdonough C. J., Arthur R. G., Turnhout, 2002, p. 281-301.

13 Et disponible dans le commerce ou sur Internet (http»://acta.chadwyck.com/) aux prix, malheureusement prohibitifs,fixés par la maison Chadwick. La publication sera achevée fin 2002.

14 Cf. l’article très novateur d’Alain Guerreau, « Le champ sémantique de l’espace dans la Vita de saint Maieul (Cluny, début du xe siècle) », Journal des Savants, juillet-décembre 1997, p. 363-419, et les remarques du même auteur sur la notion de « sémantique historique », L’avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ?, Paris, 2001, p. 191-237. Le concept de sémantique sociale se retrouve dans une étude hagiologique récente, Ashley K. et Sheingorn P., Writing Faith. Text, Sign, and History in the Miracles of Sainte Foy, Chicago/Londres, 1999, que je n’ai pu consulter encore. Cf. cependant la longue recension de Stotz P., Studi Medievali, 3e série, XLI, 2000, p. 723-730.

15 Présentation du projet, qui suit son cours  : Dolbeau F., Heinzelmann M. et Poulin J.-C., « Les sources hagiographiques narratives composées en Gaule avant l’an Mil (SHG). Inventaire, examen critique, datation », Francia, 15, 1987, p. 701-731.

16 Exemplaire à cet égard, le titre de la dernière livraison des Shg  : Heinzelmann M. (dir.), L’hagiographie du haut Moyen Âge en Gaule du Nord. Manuscrits, textes et centres de production, Stuttgart, 2001 (Beihefte der Francia, 52) (études de Goullet M., Howe J., Poulin J.-C., Gaillard M. et Judic B.).

17 Un autre problème serait d’étudier pourquoi certains établissements, voire certains ordres religieux – on pense aux Chartreux et plus encore aux Victorins – négligent l’écriture hagiographique…

18 Exemplaire  : Head Th., Hagiography and the Cult of Saints. The Diocese of Orleans, 800-1200, Cambridge, 1990.

19 Un recueil pionnier  : Heinzelmann M. (dir.), Manuscrits hagiographiques et travail des hagiographes, Sigmaringen, 1992 (Beihefte der Francia, 24).

20 Van Uytfanghe M., « Heiligenverehrung II (Hagiographie) », Klauser T. (éd.), Reallexikon für Antike und Christentum, 14, 1985, col. 151-184, ici col. 155-157.

21 Dolbeau F., « Les prologues de légendiers latins », Les prologues médiévaux, Turnhout, 2000 (Fidem. Textes et études du Moyen Âge, 15). Les travaux de François Dolbeau, ainsi que son rôle dans les études hagiologiques, mériteraient de longs développements. Je ne peux ici que marquer ma dette.

22 Fouracre P., « Merovingian History and Merovingian Hagiography », Past and Present, 127, 1990, p. 3-38  : « In each particular work it tends to be the unconventional elements which reveal the historical conditions in which the work was produced » (p. 28). L’auteur montre comment l’hagiographie mérovingienne, qui fait évidemment un

large usage des topoi, reflète néammoins assez fidèlement diverses situations « historiques ». Elle serait caractérisée

par une « inability to disguise significant elements of contemporary reality » (p. 38).

23 Cf. Helvétius A. M., « Les saints et l’Histoire », op. cit., p. 153-155.

24 Je reprends évidemment le titre et la conclusion d’un article de Van Uytfanghe M., « Le remploi dans l’hagiographie»: une “loi du genre” qui étouffe l’originalité ? », Ideologie e pratiche del reimpiego nell’alto medioevo, I, Spolète, 1999 (Settimane di studio del centro italiano di studi sull’alto medioevo, 46), p. 359-411.

25 Exemple concret  : Iogna-Prat D., « La geste des origines dans l’historiographie clunisienne des xie-xiie siècles », Revue bénédictine, 102, 1992, p. 135-191.

26 PL 154, col. 21-404.

27 La fondation de l’abbaye de Maillezais. Récit du moine Pierre, édition et traduction par Pon G. et Chauvin Y., Edmond-René Labande (†) (dir.), La Roche-sur-Yon, 2001. Comme le fait remarquer Georges Pon dans sa présentation, p. 42-43, ce texte peut être rattaché au genre des récits de fondation étudié par Remekansnyder A., Remembering Kings Past. Monastic Foundation Legends in Medieval Southern France, Ithaca/Londres, 1995. Mais ce genre est justement au croisement de l’» hagiographie » et de l’» historiographie ».

28 Une belle illustration de la perméabilité des genres est le Speculum Historiale de Vincent de Beauvais, qui tient àcertains égards du légendier.

29 Cf. les remarques en ce sens de Goffartw., Narrators of Barbarian History (A. D. 550-800)  : Jordanes, Gregory of Tours, Bede and Paul the Deacon, Princeton NJ, 1988, qui montre comment une même conception du miracle soustend oeuvres hagiographiques et historiographiques.

30 Heinzelmann M., « Hagiographischer und historischer Diskurs bei Gregor von Tours ? », Van Uytfanghe M. et Demeulenaere R. (éd.), Aevum inter utrumque. Mélanges offerts à Gabriel Sanders, professeur émérite à l’université de Gand, La Haye, 1991 (Instrumenta Patristiva XXIII), p. 237-258.

31 mccreadywilliam D., Miracles and the Venerable Bede, Toronto, 1994 (Pontifical Institute of Mediaeval Studies. Studies and Texts, 118), p. 195-213. Cf. aussi Day R. D., « Bede’s vera lex Historiae », Speculum, 55, 1980, p. 1-21.

32 Historia Ecclesiastica gentis Anglorum, Colgrave B. et Mynors R. A. B. (éd.), Oxford, 1969, praef, p. 2-3.

33 Graus F., Volk, Herrscher und Heilige im Reich der Merowinger. Studien zur Hagiographie der Merowingerzeit, Prague, 1965, p. 42 «; Dagron G., Vie et miracles de sainte Thècle, Bruxelles, 1978 (Subsidia Hagiographica, 62), p. 20. «;Angenendt A., Heilige und Reliquien. Die Geschichte ihres Kultes vom frühen Christentum bis zur Gegenwart, Munich,1994, p. 348-349 «; Boesch Gajano S., « L’agiografia », Morfologie sociali e culturali in Europa fra tarda antichità e alto medioevo, II, Spolète, 1998 (Settimane di studio del centro italiano di studi sull’alto medioevo, 45), p. 797-849.

34 Références dans Coué S., Hagiographie im Kontext, op. cit., p. 19, qui s’appuie en particuler sur les travaux d’Hans-Ulrich Gumbrecht, dont « Faszinationstyp Hagiographie. Ein historisches Experiment zur Gattungstheorie »,Deutsche literatur im Mittelalter. Kontakte und Perspektiven. Festschrift Hugo Kuhn, Stuttgart, 1979, p. 37-85.

35 Citons en particulier Lifshitz F., The Norman Conquest of Pious Neustria. Historiographic Discourse and Saintly Relics, 684-1090, Toronto, 1995 (Studies and Texts, 122), et Goetz H. W., « Vergangenheitswahrnehmung,Vergangenheitsgebrauch und Geschichtssymbolysmus in der Geschichtschreibung der Karolingerzeit », Ideologie e pratiche del reimpiego nell’alto medioevo, I, op. cit., p. 177-225. De Lifshitz F., cf. aussi « Beyond Positivism and Genre  : “Hagiographical” Texts as Historical Narrative », Viator, 25, 1994, p. 95-113.

36 Fouracre Paul et Gerberding Richard A., Late Merovingian France. History and Hagiography, 640-720, Manchester/New York, 1996. Cf. aussi Fouracre P., « Merovingian History and Merovingian Hagiography », op. cit., p. 37.

37 Martin H., « L’Histoire au Moyen Âge (I). L’Histoire chrétienne », Bourdé G. et Martin H., Les écoles historiques,

aris, 1983, p. 49.

38 Outre les travaux cités ci-dessous, cf. Guerreau A., « Le champ sémantique de l’espace », art. cit.

39 Boesch Gajano S. et Scaraffia L., Luoghi sacri e spazi della santità, Turin, 1990 «; Vauchez A. (dir.), Lieux sacrés, lieux de culte, sanctuaires. Approches terminologiques, méthodologiques, historiques et monographiques, Rome, 2000 (Collection de l’École française de Rome, 273). Plusieurs communications en rapport avec ce sujet dans Kaplanm. (dir.), Le sacré et son inscription dans l’espace à Byzance et en Occident. Études comparées, Paris, 2001 (Byzantina Sorbonensia, 18).

40 Scaraffia L., « Questione aperte », Luoghi sacri e spazi della santità, op. cit., p. 11-19, ici p. 12.

41 La bibliographie est immense. Mise au point de Strothmann J., « Der Heilige als Haupt der Gesellschaft. Versuche der Stiftung kollektiver Identität in mittelalterlichen Gesellschaften », Derwichm. et Dmitrievm. (dir.)., Fonctions sociales et politiques du culte des saints dans les sociétés de rite grec et latin au Moyen Âge et à l’époque moderne. Approche comparative (Wroclaw/Karpacz, 15-18 mai 1997), Wroclaw, 1999, p. 21-42.

42 Vauchez A. (dir.), Les religions civiques à l’époque médiévale et moderne (Chrétienté et Islam), Rome, 1995 (Collection de l’École française de Rome, 213). Recueil d’articles de Golinelli P., Città e culto dei santi nel Medioevo italiano, Bologne, 19962. Une impressionnante étude de cas  : Tomea P., Tradizione apostolica e coscienza cittadina a Milano nel medioevo. La leggenda di san Barnaba, Milan, 1993 (Bibliotheca erudita. Studi e documenti di storia e filologia, 2).

43 Cf. Rosenwein B., Negotiating Space. Power, Restraint and Privileges of Immunity in Early Medieval Europe, Ithaca, 1999.

44 López Alsina F., La ciudad de Santiago de Compostela en la alta edad media, Santiago de Compostela, 1988.

45 Voir en dernier lieu Bozoky E. et Helvétius A. M. (éd.), Les reliques. Objets, cultes, symboles, Turnhout, 1999 (Hagiologia, 1).

46 Sur l’œuvre de Peter Brown, cf. récemment The Cult of Saints in Late Antiquity and the Middle Ages. Essays on the Contribution of Peter Brown, Oxford, 1999, dont Hayward P. A., « Demystifying the Role of Sanctity in Western Christendom », p. 115-142, ici p. 140. Une autre question est de savoir si l’efficacité sociale du culte des saints est une bonne chose en soi, comme se le demande l’auteur. Mais cette question relève-t-elle encore du travail de l’historien?

47 Cette problématique rejoint, mais de façon indirecte et complexe, celle du rapport entre ordines et sainteté. Ainsi, la promotion d’un modèle de sainteté laïque peut très bien participer, comme dans le cas fameux de Géraud d’Aurillac et d’Odon de Cluny, d’un projet monastique. Cf. Barbero A., « Santi laici e guerrieri. Le trasformazioni di un modello nell’agiografia altomedievale », Barone G., Caffierom. et Scorza Barcellona F. (éd.), Modelli di santità e modelli di comportamento. Contrasti, intersezioni, complementarità, Turin, 1994, p. 125-140, ainsi que les différentes études réunies par Lauwers A., Guerriers et moines – Conversion et sainteté aristocratiques dans l’Occident médiéval (ixe-xiie siècle), Nice, 2002 (Collection d’Études médiévales de Nice, 4). Et déjà, dans une perspective assez différente, Vauchez A., Les laïcs au Moyen Âge. Pratiques et expériences religieuses, Paris, 1987.

48 D’autant qu’il existe une excellente mise au point récente  : Lauwers M., « Récits hagiographiques, pouvoir et institutions dans l’Occident médiéval. Note bibliographique », Deux mille ans d’histoire de l’Église, op. cit., p. 71-96. Parmi les travaux consacrés à cette question, cf. Swinarski U., Herrschen mit den Heiligen. Kirchenbesuche,

Pilgerfahrten und Heiligenverehrung früh- und hochmittelalterlicher Herrscher (ca. 500-1200), Berne/Berlin/etc., 1990 (Geist und Werk der Zeiten, 78), avec un très utile répertoire p. 351-536 «; Petersonhn J. (éd.), Politik und

Heiligenverehrung im Hochmittelalter, Sigmaringen, 1994 (Vorträge und Forschungen, 42) «; Derwich M. et

Dmitriev M. (dir.), Fonctions sociales et politiques du culte des saints, op. cit.

49 D’autant qu’il existe une excellente mise au point récente  : Lauwers M., « Récits hagiographiques, pouvoir et institutions dans l’Occident médiéval. Note bibliographique », Deux mille ans d’histoire de l’Église, op. cit., p. 71-96. Parmi les travaux consacrés à cette question, cf. Swinarski U., Herrschen mit den Heiligen. Kirchenbesuche,

Pilgerfahrten und Heiligenverehrung früh- und hochmittelalterlicher Herrscher (ca. 500-1200), Berne/Berlin/etc., 1990 (Geist und Werk der Zeiten, 78), avec un très utile répertoire p. 351-536 «; Petersonhn J. (éd.), Politik und

Heiligenverehrung im Hochmittelalter, Sigmaringen, 1994 (Vorträge und Forschungen, 42) «; Derwich M. et

Dmitriev M. (dir.), Fonctions sociales et politiques du culte des saints, op. cit.

50 Pour l’hagiographie de la Paix de Dieu, cf. Landes R., « La vie apostolique en Aquitaine en l’an Mil. Paix de Dieu, culte des reliques et communautés hérétiques », Annales ESC, 1991, p. 573-593 et ID., Relics, Apocalypse and the Deceits of History  : Ademar of Chabannes, Cambridge MA/Londres, 1995. Barthélemy D., L’an Mil et la paix de Dieu. La France chrétienne et féodale, 980-1060, Paris, 1999 «; Bonnassie P., « Le Sud-Ouest de la France », Philippart G., Hagiographies, I, op. cit., p. 289-311.

51 Schimmelpfennig B., « Heilige Päpste – päpstliche Kanonisationspolitik », Politik und Heiligenverehrung, op. cit., p. 73-100. Cf. aussi les articles de Golinelli P. réunis dans Indiscreta sanctitas. Studi sui rapporti tra culti, poteri e società nel pieno Medioevo, Rome, 1988 (Studi Storici, 197-198) «; ID., « Negotiosus in causa Ecclesiae. Santi e santità nello scontro tra impero e papato da Gregorio VII ad Urbano II », Les fonctions des saints dans le monde occidental (iiie-xiiie siècle), Rome, 1991 (Collection de l’École française de Rome, 149), p. 260-284.

52 Pour les vitae épiscopales rédigées dans l’Empire entre le xe et le xiie siècle, cf. désormais Haarlander S., Vitae episcoporum. Eine Quellengattung zwischen Hagiographie und Historiographie, untersucht an Lebenschreibung von Bischöfen des Regnum Teutonicorum im Zeitalter der Ottonen und Salier, Stuttgart, 2000 (Monographien zur Geschichte des Mittelalters, 47). Pour un exemple d’anti-hagiographie parodique et pro-impériale, cf. Pérez González M., La

Garcineida. Estudio y edición crítica con traducción, León, 2001 (Ediciones griegas y latinas, 1)  : la Garcinéide, virulente satire anti-pontificale, n’est certainement pas un texte hispanique issu du milieu canonial tolédan, comme on l’a souvent affirmé.

53 Mansilla D., La documentación pontificia hasta Innocencio III (965-1216), Rome, 1955 (Monumenta Hispaniae Vaticana. Registros, 1), n° 8, p. 15-16, ici p. 15.

54 Cf. par exemple cette phrase, extraite d’un recueil de miracles (fin xiie siècle) de l’évêque Annon de Cologne, lequel vient de vient de guérir un pèlerin « français »  : « Dilata vero erat a sanctis eius sanitas, ut etiam Francia disceret Germaniam a Deo non esse derelictam, que Annonem meruit habere patronum et presulem » (cité par Wenzhaubfleisch A., Miracula post mortem. Studien zum Quellenwert hochmittelalterlicher Mirakelsammlungen vornehmlich des ostfränkisch-deutschen Reiches, Siegburg, 1998 [Siegburger Studien XXVI], p. 166).

55 Cf. par exemple Swinarski U., Herrschen mit den Heiligen, op. cit., p. 25-52.

56 Cf. en particulier Sigal P.-A., L’homme et le miracle dans la France médiévale (ixe-xiie siècle), Paris, 1985.

57 Expression que l’on retrouve, outre le livre de COUÉ S. cité note 8, dans le recueil d’études réunies par Bauer D. R. et Herbers K., Hagiographie im Kontext. Wirkungsweisen und Möglichkeiten historischer Auswertung, Stuttgart, 2000 (Beiträge zur Hagiographie, 1). Cf. en particulier l’introduction de Klaus Herbers, p. VII-XXVIII.

58 Coué S., Hagiographie im Kontext, op. cit., p. 176.

59 Cf. le chapitre introductif du livre à paraître de Monique Goullet (que je remercie), Écriture et réécriture dans l’hagiographie latine du haut Moyen Âge, Turnhout (Hagiologia), ainsi que l’introduction programmatique de

Goullet M. et Heinzelmann M. au volume Les réécritures hagiographiques  : transformations formelles et idéologiques (actes du colloque tenu à l’Institut historique allemand, Paris, juin 2000), à paraître dans les Beihefte der Francia.

60 Genette G., Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, 1982, d’après Goulletm., Écriture et réécriture, op. cit., qui souligne aussi la différence entre réécriture et remploi (moderniser le texte dans le premier cas, le « vieillir » dans le second).

61 Il a fallu renoncer complètement à traiter certains thèmes. Ainsi  : 1) Du rapport entre hagiographie et enluminures, cf. Abou-El-Hadj B., The Medieval Cult of Saints. Formations and Transformations, Cambridge, 1994 et Hahn C., Portrayed on the Heart  : Narrative Effect in Pictorical Lives of Saints from Tenth through the Thirteenth Century, Berkeley, 2001, que je n’ai pas encore pu consulter «; 2) De la question, très en vogue dans les pays anglo-saxons, du rapport entre « gender », texte hagiographique et sainteté. Pour remonter (en tout cas pour le haut Moyen Âge) le fil d’une production abondante, cf. Kitchen J., Saint’s Lives and the Rhetoric of Gender. Male and Female in Merovingian Hagiography, New York/Oxford, 1998, et Schulenburg J. T., Forgetful of their Sex. Female Sanctity and Society, ca. 500-1100, Chicago-Londres, 1998. Kitchen rompt, à mon sens assez justement, avec une tendance désormais très répandue selon laquelle, au minimum, « a feminine perspective somehow leads to a different ideal of sanctity based on “female values” » (p. 155).

62 Peu après 1078, le moine Paul compose le cartulaire de Saint-Père de Chartres. À deux reprises, il nomme hagiographa des textes de nature diplomatique. Ailleurs, il utilise le terme pour désigner l’ensemble des oeuvres de Fulbertde Chartres. Cf. Philippart G., « L’hagiographie comme littérature », op. cit., p. 13-14, avec les références au cartulaire de Saint-Père, et p. 14-15 pour quelques autres usages médiévaux d’hagiographia, « sans doute indépendants les uns des autres, et tout aussi peu concluants ».

63 Cf. en particulier la polémique déclenchée dans les pages de la revue Past and Present, en 1991, par le brulôt anti-» post-moderniste » de STONE L., « History and Post-Modernism », Past and Present, 131, 1991, p. 217-218. Réponse de Joyce P. et Kelly C., ibid., 133, p. 206-213. Sur ces questions, importante mise au point de Spiegel G. M.,» History, Historicism, and the Social Logic of the Text in the Middle Ages », Speculum, 55, 1990, p. 59-86.

64 « Form and content in discourse are one, once we understand that verbal discourse is a social phenomen – social throughout its entire range and in each and every of its factors, from the sound image to the furthest reaches of abstract meaning » (Bakhtinm., The Dialogic Imagination. Four Essays, Holquistm. [éd.], Austin, 1986 [University of Texas Press Slavic Series, 1], p. 259). Cité et commenté par Spiegel G.M., « History, Historicism, and the Social Logic of the Text », op. cit., p. 83.

65 Cf. supra, note 19, et en particulier Dolbeau F., « Les hagiographes au travail  : collecte et traitement des documents écrits (ixe-xiie siècles). Avec annexe  : une discussion chronologique du xiie siècle (édition de BHL 5824e) », p. 49-76.

66 Une orientation générale  : Lepetit B. (dir.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, 1995, et en particulier Lepetit B., « Histoire des pratiques, pratique de l’Histoire », p. 9-22.

Auteur

Université Paris IV, Paris Sorbonne

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540