Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Première partie. Les regards de l'historien

Le souverain vu du cloître. Hagiographie et idéologie royale au Portugal : le cas de Sainte-Croix de Coïmbre

Robert Durand

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Cruz António, Anais, crónicas e memórias avulsas de Santa Cruz de Coimbra, Porto, 1968. C’est le t (...)
  • 2 Ibid., Santa Cruz de Coimbra na cultura portuguesa da Idade Média, Porto, 1964.
  • 3 David Pierre, Annales portugalenses veteres, dans Études historiques sur la Galice et le Portugal (...)

1Dès sa fondation, au xiie siècle, la collégiale des chanoines augustins de Sainte-Croix de Coïmbre a lié son sort à celui de la jeune monarchie portugaise, dont elle a entretenu la mémoire par la rédaction d’annales. Mais elle n’a pas pour autant négligé le souvenir de ses propres origines, célébrées et mythifiées dans des récits hagiographiques. Transférés pour la plupart à la Bibliothèque municipale de Porto et publiés au xixe siècle dans le cadre des Portugaliæ Monumenta Historica, les documents issus du scriptorium de Sainte-Croix ont fait l’objet en 1968 d’une nouvelle édition, précédée d’une introduction retraçant l’histoire des manuscrits. Elle est l’œuvre d’António Cruz1, le meilleur connaisseur du fonds documentaire de Sainte-Croix2. La qualité de ce travail ne dispense cependant pas, pour certains documents, de recourir à l’étude pionnière, accompagnée de l’édition de certaines sources, du chanoine Pierre David sur les Annales portugaises3.

  • 4 O’Malley E. Austin, Tello and Theotonio, the Twelfth-Century Founders of the Monastery of Santa Cr (...)
  • 5 David P., op. cit., p. 262.
  • 6 Florez Henrique, España Sagrada, t. XXIII, p. 329-335 ; P.M.H., Scriptores, p. 1-5.
  • 7 La meilleure étude de ce Livro das Eras est de loin celle de David P., Études…, p. 268.

2La documentation de Sainte-Croix comporte deux Vitæ, celles des deux saints fondateurs de la collégiale, Tello, le fondateur proprement dit, et Theotónio, son premier prieur4. L’une et l’autre sont l’œuvre de chanoines ayant vécu auprès des fondateurs. La Vita Tellonis archidiaconi ouvre un cartulaire appelé Livro Santo, composé à partir de 1155, et dont elle occupe les six premiers folios ; elle est l’œuvre de maître Pedro Alfardo. La Vita Sancti Theotonii, écrite par un chanoine anonyme dans la dernière décennie du xiie siècle, est un peu plus développée : elle occupe 19 folios d’un manuscrit organisé sur deux colonnes. Les deux auteurs ont pu s’appuyer sur des sources annalistiques également rédigées à Sainte-Croix. La plus ancienne compilation date vraisemblablement des années 1140-1150 et figure au recto de la page de garde d’un homéliaire copié en 11395. Le recueil, improprement appelé par Henrique Florez et par Alexandre Herculano Chronicon Conimbrigense6, est actuellement désigné par les historiens portugais sous les noms de Livro da Noa (« Livre de None ») ou de Livro das Eras (« Livre des Ères »), titre que j’adopterai ci-dessous. Il s’agit d’un recueil constitué entre 1362 et 1365 par la réunion de plusieurs cahiers, mais dont les quatre premiers folios (sur un total de 26) faisaient partie d’un manuscrit écrit vers 7 Quant au recueil intitulé de manière tout aussi impropre par le chroniqueur António Brandão Chronica Gothorum et vraisemblablement produit également par le scriptorium de Sainte-Croix à la fin du xiie siècle, il relève aussi du genre annalistique et s’appuie en partie sur les documents précédents. Enfin le Livro das Lembranças (« Livre des souvenirs » ou « Mémoires »), appartient au xvie siècle mais intègre des fragments d’annales plus anciennes.

  • 8 Notamment Martin Hervé, Mentalités médiévales II. Représentations collectives du xie au xve siècle(...)

3J’ai cherché à savoir, dans la ligne des analyses chères au dédicataire de ces pages8, quelles représentations de la monarchie émanaient de ces documents, en confrontant notamment les textes hagiographiques avec leurs sources probables, également monastiques mais plus distanciées par rapport à l’événement.

Le cloître sans le souverain

  • 9 Odario patre et Eugenia matre natus, etsi mediocribus civibus (Vita Tellonis dans Anais…, p. 32).
  • 10 Sur ce personnage d’origine française, promu archevêque de Braga en 1109, puis fait pape en 1118 s (...)
  • 11 « Qui juvenis etsi regendi imperium jam bene sciolus, tamen amore laudis ardenter plenus ad quoscu (...)

4Si l’on suit les deux Vitæ, la fondation, en 1132, de Sainte-Croix est due essentiellement à l’initiative de l’archidiacre Tello, Alphonse Henri n’intervenant que pour faciliter matériellement l’opération. On ne connaît Tello que par sa Vie qui n’échappe évidemment pas aux topoi. Né à Coïmbre de parents modestes9, on sait qu’il faisait partie du clergé cathédral et qu’il exerçait la charge d’archidiacre dès 1104, date à laquelle il accompagna son évêque, Maurice (Bourdin)10 lors de son pèlerinage à Jérusalem : c’est là, selon son biographe, que lui serait venue sa vocation régulière et son admiration pour l’observance des chanoines augustins. Après la promotion de Maurice à l’archevêché de Braga en 1109, il conserve cependant sa fonction d’archidiacre auprès du nouvel évêque de Coïmbre, Gonçalo Pais. À la mort de ce dernier en 1128, il est pressenti « par le clergé et par le peuple » pour prendre sa succession. Il bénéficie du soutien de la « reine » Thérèse, mère d’Alphonse Henri, et de son amant le comte Fernão Peres. Mais 1128 c’est aussi l’année de la bataille de S. Mamede qui assure le triomphe des partisans d’Alphonse Henri sur ceux de sa mère, mettant fin à plusieurs années de guerre civile. Le nouveau maître du Portugal, jeune et influençable « comme un roseau fragile », mal conseillé « par des ennemis de la sainteté et de la religion » rejette sa candidature au profit de celle de Bernard11.

  • 12 « Sexto autem kalendas martii sequentis in capite jejunii, non jam xiim sed ferme lxxaiio armati s (...)

5L’auteur de la Vita préfère néanmoins voir dans l’événement une manifestation de la volonté divine (divino nutu) plutôt que le résultat d’un mauvais choix politique. De cet échec, en effet, devait découler un succès autrement durable : la fondation d’un établissement religieux. Débarrassé des soucis de la charge épiscopale, Tello occupe « ses jours et ses nuits » à concrétiser le projet né en Terre sainte. Encore fallait-il trouver un site propice à sa réalisation. C’est là qu’intervient l’infant Alphonse Henri qui, répondant favorablement à la requête de l’archidiacre lui fait don (1130) des « bains royaux » (sans doute désaffectés depuis la conquête de la ville par les chrétiens et la latinisation de sa population). L’évêque de Coïmbre, de son côté, accepte de vendre un terrain attenant. Les travaux, commencés aussitôt, étaient suffisamment avancés pour qu’une communauté « non pas de 12, mais bien de 72 religieux » pût s’y installer dès février 113212. Tello devait mourir quatre ans plus tard, au retour d’un voyage en Italie et à l’issue d’un séjour à Saint-Ruf d’Avignon d’où il avait rapporté une copie des usages des chanoines augustins.

  • 13 Ex eo jam tempore inter clarevallense monasterium et nostrum Sancte Crucis Colimbriense societas p (...)

6La disparition du fondateur ne devait pas marquer une rupture dans l’histoire de la jeune communauté. Depuis sa fondation, en effet, le priorat était exercé par Theotónio, doyen du chapitre cathédral de Viseu. Originaire de la région de Tuy, en Galice, il était venu rejoindre son oncle maternel, Cresconio, élu évêque de Coïmbre en 1092. C’est là qu’il apprend à lire et à chanter sous la férule de l’archidiacre Tello. À la mort de l’oncle protecteur, en 1099, il part administrer l’église de Viseu, alors sous la dépendance de Coïmbre. Il abandonne cependant sa charge vers 1121 pour effectuer un premier pèlerinage à Jérusalem et refuse de la reprendre à son retour, se contentant désormais de la partager avec son remplaçant. C’est au retour d’un second pèlerinage en Terre sainte qu’il accepte l’offre de Tello de participer à la nouvelle fondation, dont il est – invitus nolensque – promu prieur dès l’origine. Il devait occuper cette charge pendant 20 ans, jusqu’en 1152, date à laquelle il cède le pouvoir à João Theotónio, tout en conservant de fait jusqu’à sa mort en 1162 la direction spirituelle de la collégiale. Il eut le souci, au cours de ces années, de renforcer les liens avec Saint-Ruf d’Avignon et d’en nouer avec Clairvaux13.

  • 14 « Este rey fez Sancta Cruz de Coimbra e em ella jaz » (Livro das Lembranças, Anais, p. 91).

7Ainsi les deux Vitæ ne reconnaissent au souverain, l’infant puis roi Alphonse Henri, aucune responsabilité, en dehors de la donation initiale des bains, dans la fondation et dans l’essor de Sainte-Croix. Les auteurs, il est vrai, n’ont pas trouvé dans les annales composées dans leur scriptorium de mentions d’éventuels bienfaits du roi, qu’ils auraient néanmoins pu relever dans leur chartrier. C’est beaucoup plus tard, dans le Livro das Lembranças, de datation difficile, que Sainte-Croix sera présentée comme une fondation royale14. Mais si la collégiale ne reconnaît aucune dette vis-à-vis du roi, en revanche celui-ci est bien souvent présenté comme son débiteur.

Le cloître dans le royaume

8Les chanoines de Sainte-Croix ont constamment manifesté le souci de lier leur propre histoire à celle de la monarchie portugaise. Mais on note des nuances importantes d’un moment à l’autre du xiie siècle. L’auteur de la Vita Tellonis écrit à un moment (1155) où la papauté n’a pas encore reconnu officiellement à Alphonse Henri le titre de roi (ce qui n’interviendra qu’en 1179). Il situe la fondation dans un large contexte de chrétienté, sans allusion à la royauté pourtant revendiquée depuis une quinzaine d’années par le souverain portugais :

  • 15 « Ab incarnatione igitur Domini anno millesimo centesimo tricesimo primo, octava inditione, secund (...)

« L’an 1131, huitième indiction, la seconde année de la rébellion de l’apostat Pierleoni contre le très pieux et saint pape Innocent II, du temps où le roi des Francs Louis vivait encore, la partie chrétienne de l’Espagne, divisée en trois zones, était soumise à une triple domination. En effet, les parties supérieures, Aragon et Navarre, jusqu’aux monts Oca, étaient gouvernées par le roi des Aragonais, le très chaste Alphonse, d’un courage exemplaire dans les combats et qui avait en outre ravi aux Sarrazins d’autres régions au cours de guerres conduites avec la plus grande énergie ; la partie la plus éloignée, la plus petite au demeurant, le Portugal avec Coïmbre, était dominée par Alphonse, fils du comte Henri et de la reine Thérèse issus d’une riche lignée de grands ancêtres ; quant aux parties médianes, naturellement les plus importantes, Castille avec ses Estrémadoures et Galice, elles étaient soumises au grand empereur Alphonse, fils du comte Raimond et de la reine Urraca. L’archevêque de Braga était Pélage et l’évêque de Coïmbre Bernard15. »

9Pour dater le même événement, qu’elle situe dans un contexte exclusivement portugais, la Vita Theotonii, en revanche, écrite après 1179, ne manque pas de rappeler le changement intervenu dans la titulature du souverain après 1132 :

  • 16 « Igitur sub Era Ma Ca LXXa, vel ab incarnatione filii Dei anno Mo XXXo IIo in unum convenerunt, t (...)

« L’année 1170 de l’Ère, soit 1032 [sic, pour 1132] de l’Incarnation, au temps donc de l’illustre infant A[phonse], fils du comte Henri et de la reine Thérèse, lequel dirigeait alors le Portugal et qui par la suite, grâce à Dieu, devint roi de presque toute la Lusitanie et d’une partie de la Galice, et confortés par son autorité, au temps aussi du vénérable B[ernard] évêque de Coïmbre, ils se rassemblèrent16… »

10Dans un autre passage, toujours pour dater un événement, mais postérieur à la proclamation de la royauté, le chanoine anonyme justifie ainsi ce titre royal porté par Alphonse Henri : « Alors qu’il était à juste titre déjà appelé roi tant en raison de son irrésistible activité dans les entreprises guerrières que de son illustre ascendance. »

  • 17 mattoso José, História de Portugal, vol. II : A monarchia feudal (1096-1480), Lisbonne, 1993, p. 6 (...)

11Le sang et les victoires, surtout celles qui sont acquises sur les musulmans – les seules qui soient mentionnées dans les Annales – sont les deux piliers de la légitimité monarchique d’Alphonse Henri, sans doute acclamé roi par ses guerriers mais jamais couronné, ce qui explique le retard des religieux de Sainte-Croix, en l’occurrence plus « romains » que « portugais », à reconnaître un titre revendiqué depuis 1139 par la chancellerie17. C’est sans doute aussi cette carence de légitimité qui a permis aux religieux d’affirmer leur autorité morale sur le roi.

Le souverain sous le contrôle du cloître

  • 18 « Super cunctas enim coronatorum personas eum diligebat et honorabat ; magis in eo quam in alio al (...)
  • 19 « Ipse vero tam tenere regem diligebat ut pro eo magis quam pro semet ipso sollicitus videretur. U (...)
  • 20 « Rex quoque affectus nimio dolore usque ad sufusionem vultus dixisse fertur » (ibid., p. 67).

12À première vue, l’auteur de la Vita Theotonii situe les rapports entre le saint prieur et le roi au plan d’une amitié privilégiée entre égaux : « Le roi aimait et honorait [le prieur Theotónio] plus que n’importe quelle personne couronnée et mettait davantage sa confiance en lui que dans quiconque18. » De son côté, « le bienheureux Theotónio situait le roi au-dessus de tous les hommes du royaume » et « il aimait tellement le roi qu’il se souciait davantage de lui que de sa propre personne », au point que, lorsque lui parvint la rumeur de la mort du roi elle lui causa une douleur semblable à celle d’une « flèche empoisonnée » qui le frappa si profondément dans sa chair qu’il ne devait jamais s’en remettre19. De son côté, l’hagiographe se fait l’écho de la douleur qu’aurait spontanément manifestée le roi en apprenant la mort du prieur20.

  • 21 « Et ideo paterno affectu [Domnus Theotonius] frequenter castigabat et amonebat ut eum per quem re (...)
  • 22 « Tanta enim erat auctoritas sacerdotis quod etiam principes terre eum verebantur offendere. Siqui (...)
  • 23 « Accidit preterea ut, cum in una sabbatorum, jam sacerdotalibus vestimentis indutus, salutares ho (...)
  • 24 « Nam cum die quadam ad eum videndum regina venisset et modis omnibus claustrum interius videre vo (...)

13Ces sentiments réciproques et ce parallélisme dans les réactions ne doivent pas cependant occulter l’essentiel de ce que l’auteur de la Vita veut accréditer : la supériorité morale du cloître sur le trône. C’est le prieur, en effet, qui par ses admonestations définit les conditions d’exercice de la fonction royale : une justice équitable, une stricte non-ingérence dans les affaires ecclésiastiques, un respect rigoureux du droit d’asile. Sans cela, « le roi ne différerait en rien d’un chef de brigands21 ». Et Theotónio n’hésite pas à mettre ses actes en conformité avec ses principes en s’opposant au roi ou à la famille royale. Déjà au temps où il était doyen de Viseu – fama refert – il s’était élevé contre la « reine » Thérèse et son compagnon (contubernalis) le comte Fernão Peres de Trava qui avaient dû sortir de l’église « rouges de honte22 ». Une autre fois, il avait éconduit la même « reine » Thérèse qui le pressait de terminer sa messe au plus vite pour la recevoir : devant son refus de quitter le service « d’une autre reine, siégeant au ciel, autrement meilleure et beaucoup plus noble », la « reine » terrestre avait pris conscience de sa faute et, à l’issue de la messe, s’était précipitée en larmes aux pieds du saint homme pour solliciter une pénitence23. De la même façon, il refusera l’entrée du cloître de Sainte-Croix à la reine Mahaut, l’épouse d’Alphonse Henri24.

  • 25 « Quod cum Alfonsus, nobilis infans Portugalis, versus remociores Hispanie partes que metropoli ad (...)
  • 26 « Quo vir Deo plenus audito valde condoluit et qui nunquam ne ad exteriorem quidem portam monaster (...)
  • 27 « Judeos solos et hereticos pariter et paganos in tantum fastidiebat ut nec salutacio quidem ei cu (...)
  • 28 Pradalié Gérard, « Du Portugal mozarabe au Portugal romanisé : l’exemple de Coïmbre », Histoire du (...)

14L’opposition de Theotónio à Alphonse Henri est plus ambiguë. Elle intervient dans le cadre de l’expansion portugaise vers le sud. Au cours de l’une de ses fréquentes opérations de razzias en terre musulmane, « Alphonse, noble infant de Portugal » ou plus exactement « ses guerriers s’étaient emparés, entre autres butins, d’un type de chrétiens qu’on appelle couramment mozarabes, retenus là sous domination des païens mais observant cependant à leur manière le rite chrétien, et les avaient réduits en esclavage conformément au droit de la guerre25 ». Lorsque les captifs furent amenés à Coïmbre, le prieur, qui pourtant ne sortait qu’exceptionnellement du cloître, se précipita au-devant de l’armée du roi, menaçant celui-ci et ses guerriers des châtiments divins s’ils ne libéraient pas les prisonniers. La décision des uns et des autres fut immédiate : sans parler des femmes et des enfants, plus de mille hommes furent libérés et autorisés à s’établir, s’ils le souhaitaient, à proximité du monastère qui leur fournit une assistance alimentaire pendant plusieurs années26. L’épisode est d’autant plus intéressant que Theotónio avait été formé auprès de son oncle Cresconio promu au siège de Coïmbre pour y imposer le rite romain aux dépens des usages mozarabes. Mais, contrairement au roi pour qui la latinisation était un élément essentiel de l’identité portugaise, Theotónio considère que la langue et les rites liturgiques n’excluent pas de la communauté chrétienne. Il dissocie nettement les mozarabes « des juifs, des hérétiques et des païens » auxquels, en revanche, il manifestait son aversion, au point de refuser de les saluer27. À vrai dire, à l’heure où écrit le chanoine anonyme la communauté mozarabe de Coïmbre a perdu son identité par acculturation et s’est totalement intégrée à l’ensemble de la population28 : il était de ce fait plus facile de la créditer de valeurs positives. Il n’empêche que le propos de l’hagiographe est clair : le prieur a donné à la monarchie guerrière une leçon de charité chrétienne. Il n’était pourtant pas nécessaire à Theotónio de morigéner le roi pour le dominer : il lui suffisait de s’en faire le débiteur.

Le souverain, débiteur du cloître

  • 29 « Cum quodam tempore prefatus infans Portugalis inmensis febribus estuasset et pre nimia febrium a (...)
  • 30 « Cum… Mahalda regina, comitis Amedei filia, ob difficultatem partus jam morti proxima periclaretu (...)

15Les interventions du prieur pour sortir le roi ou sa famille d’une situation difficile se font toujours à la demande du bénéficiaire. C’est le cas, d’abord, des guérisons miraculeuses que le saint fut amené à opérer. Le premier bénéficiaire en fut Alphonse Henri lorsqu’il était encore infant. Accablé de fièvres délirantes, il fit appel « à l’homme de Dieu » qui, oignant le malade « avec l’huile de la prière » et lui touchant le bras droit fit peu à peu tomber la fièvre et disparaître ses effets29. De même, lorsque la reine Mahaut lors d’un accouchement difficile vit sa dernière heure arriver, elle alerta le prieur qui d’un signe de croix délivra la parturiente30. Ces deux guérisons royales sont d’autant plus remarquables que Theotónio n’usa par ailleurs de son pouvoir thaumaturgique qu’avec parcimonie et au seul profit de religieux de sa collégiale.

16Le saint prieur intervint également dans des affaires royales difficiles ou mal engagées. L’auteur de la Vita lui attribue la responsabilité de plusieurs victoires sur les musulmans : celle d’Ourique (1139) sur laquelle je reviendrai, mais aussi les prises de Santarem et de Lisbonne en 1147, et celle d’Alcácer do Sal en 1158. Seule, cependant, la conquête de Santarem bénéficie d’un récit circonstancié que j’ai choisi de reproduire malgré sa longueur :

  • 31 « Cum enim rex civitatem ipsam novo genere pugnandi aggredi voluisset, furtim videlicet et quasi p (...)

« Le roi voulait changer de tactique pour attaquer la ville, c’est-à-dire utiliser la ruse, un peu à la manière des voleurs, car les autres techniques de guerre s’étaient avérées inefficaces en raison de la nature du site, de la grande fertilité de la région et du grand nombre d’habitants. Le roi vint trouver le saint, lui dévoila, à lui seul, son plan et lui recommanda son âme comme s’il devait quitter ce monde. Il lui indiqua aussi, en secret, le jour où il pensait passer à l’action afin que ce jour-là lui-même et ses frères adressent une prière commune. Puis il partit après avoir renouvelé avec insistance sa requête. Au jour fixé, le prieur exposa l’affaire à l’ensemble de la communauté réunie en chapitre et ordonna que soient chantées des litanies, pieds-nus, et que soient récitées des prières publiques et privées. De son côté, le prieur, en plus des nombreuses prières qu’il offrait continuellement à Dieu, implorait ainsi : “Seigneur, Seigneur Tout-puissant, qui as fait tomber les murailles de Jéricho sans glaive ni flèches, qui, à la demande de Josué devant Gabaon as arrêté la course du soleil, nous prions ton ineffable clémence d’accorder à notre roi, ton serviteur, par qui nous vivons sous ta protection, la victoire sur cette ville très hostile au peuple chrétien, de sorte que, une fois évincé l’immonde et impie culte de Mahomet, ton nom y soit loué.” Et voici que le lendemain arriva l’un des bons messagers du Seigneur, porteur des bonnes nouvelles, qui annonça la prise de la ville et sa soumission au roi. En effet, au milieu de la nuit suivant le jour où ces manifestations avaient lieu dans le monastère, le roi prit miraculeusement la ville31. »

  • 32 « In era MaCaLXXXaVIIa presa fuit civitas Sancta Herene per manus Ildefonsi portugalensis regis » (...)
  • 33 « Sic nimirum [prior] fecit… quando cum navali exercitu francorum Olixbonam cepit et nichilominus (...)

17Ce récit est d’autant plus étonnant que les sources annalistiques dont pouvait disposer l’auteur, si elles mentionnent bien, à sa date, la prise de Santarem, ne lui accordent pas plus d’importance qu’à celles de Lisbonne et d’Alcácer do Sal (également évoquées dans la Vita), ni qu’à celles de Sintra, Almada et Palmela (absentes de la Vita)32. On peut penser que c’est l’effet de surprise dans la chute de la ville qui a ouvert le champ à l’imagination de l’auteur et facilité l’introduction des mirabilia, alors que pour la prise de Lisbonne il doit reconnaître le rôle de la flotte croisée et pour celle d’Alcácer do Sal la nécessité d’un « long combat33 ». Mais cela ne rend pas compte de sa discrétion au sujet de l’événement fondateur de la monarchie portugaise qu’est la mythique bataille d’Ourique.

Ourique, non grata au cloître

  • 34 « Sic nimirum fecit quando in campo Haulich V reges paganorum cum innumera eorum barbara multitudi (...)
  • 35 « In era MaCaLXXaVIIa, mense julii, die sancti Jacobi, in loco qui dicitur Ouric, lis magna fuit i (...)
  • 36 Mattoso José, História de Portugal, p. 62-63.
  • 37 « El rey Dom Afonso, primeiro rey de Purtugal em lide e em campo veençeo V rex mouros (scilicet) e (...)
  • 38 Um Sacerdote vê, brandido a espada. Contra Arronches, que toma, por vingança. De Leiria, que de an (...)

18On sait ce que représente la bataille d’Ourique dans la mémoire portugaise : le Christ en croix serait apparu à Alphonse Henri sur le champ de bataille, l’assurant de sa victoire, laquelle lui aurait permis de se parer du titre de roi, qui apparaît effectivement dans les mois suivants. Or, pour l’auteur de la Vita, le rôle de Theotónio dans l’événement est relativement limité puisque le prieur doit en partager la responsabilité avec saint Jacques, et l’épisode est évoqué entre la prise de Santarem et celle de Lisbonne34, alors que les Annales le situaient bien à sa véritable place35. Mais ni la Vita ni les Annales n’évoquent l’apparition du Christ : il est bien évident qu’aux yeux des chanoines de Sainte-Croix de la fin du xiie siècle, il ne s’agissait nullement d’un événement fondateur de la monarchie portugaise mais simplement d’une bataille plus importante que d’autres dans la mesure où elle traduisait un engagement plus massif ou plus lointain d’Alphonse Henri dans la lutte contre l’islam36. Il faudra attendre deux siècles pour que le scriptorium adopte une autre attitude vis-à-vis de l’événement et accrédite l’apparition du Christ expliquant et justifiant les armoiries du roi de Portugal telles qu’elles figuraient sur le tombeau d’Alphonse Henri à Sainte-Croix même37. On remarquera que la médiation du saint fondateur de la collégiale n’est plus évoquée, pas plus que le patronage de saint Jacques : de lui-même Dieu a choisi d’accorder la victoire au jeune roi, dont le titre est ainsi légitimé et dont le royaume bénéficie d’une protection divine irrécusable. Au siècle suivant, l’intercesseur efficace qu’avait été Theotónio aux yeux de ses contemporains est sinon remplacé, du moins doublé d’un guerrier qui se serait illustré dans des combats contre les musulmans, ce dont Camões se fera l’écho dans les Lusiades : « Vois maintenant un prêtre, brandissant l’épée contre Arronches : il enlève la place, pour se venger de la perte de Leiria, auparavant conquise par les champions de Mahomet. C’est le prieur Theotónio38… »

  • 39 Comme le remarque avec justesse Patrick Henriet : « Le caractère mémorial des textes hagiographiqu (...)

19Les auteurs des Vitæ des fondateurs de Sainte-Croix de Coïmbre n’ont de toute évidence pas prétendu délivrer un message politique, même s’ils font souvent œuvre d’historiographes. Ils n’ont, en effet, jamais perdu de vue l’objectif qui anime tous les hagiographes : fournir des exemples de sainteté à imiter, de manière à nourrir la mémoire et la vénération des générations futures39. L’attitude des saints fondateurs, de Theotónio notamment, à l’égard du premier souverain portugais et de sa famille serait, de ce fait, à replacer dans le cadre de leurs relations avec, d’une part, les membres de leur communauté et, d’autre part, l’ensemble de la société portugaise.

20Il reste que, dans le Portugal de la fin du xiie siècle, c’est faire acte de sainteté que d’admonester le roi, lui rappeler ses devoirs à l’égard de l’Église et des chrétiens, fussent-ils mozarabes, ou le mettre en garde contre une éventuelle dérive dans le banditisme. Plus subtilement, en tardant à reconnaître le titre royal, en occultant le rôle des guerriers dans son apparition, en subordonnant l’efficacité militaire à la prière monastique, l’hagiographe marque ses distances vis-à-vis de la monarchie guerrière d’Alphonse Henri, dont il souligne ainsi la tare originelle : l’absence de sacre et de couronnement.

21On aimerait savoir si ce regard indirect jeté par les religieux sur la monarchie s’est imposé en dehors du cloître : c’est poser le problème de l’audience des Vitæ. Ce qui est sûr, au demeurant, c’est que l’un des mythes fondateurs de la monarchie et de la nation portugaises – l’apparition d’Ourique et la naissance d’un peuple élu – mis en forme, en partie à Sainte-Croix de Coïmbre mais environ deux siècles après les événements, est totalement étranger à la démarche de l’hagiographe, voire en totale contradiction avec elle.

Notes

1 Cruz António, Anais, crónicas e memórias avulsas de Santa Cruz de Coimbra, Porto, 1968. C’est le texte que j’utiliserai, sous la référence Anais…, sauf indication contraire.

2 Ibid., Santa Cruz de Coimbra na cultura portuguesa da Idade Média, Porto, 1964.

3 David Pierre, Annales portugalenses veteres, dans Études historiques sur la Galice et le Portugal du vie au xiie siècle, Lisbonne/Paris, 1947, p. 257-340.

4 O’Malley E. Austin, Tello and Theotonio, the Twelfth-Century Founders of the Monastery of Santa Cruz in Coimbra, Washington, 1954.

5 David P., op. cit., p. 262.

6 Florez Henrique, España Sagrada, t. XXIII, p. 329-335 ; P.M.H., Scriptores, p. 1-5.

7 La meilleure étude de ce Livro das Eras est de loin celle de David P., Études…, p. 268.

8 Notamment Martin Hervé, Mentalités médiévales II. Représentations collectives du xie au xve siècle, Paris, 2001, p. 139.

9 Odario patre et Eugenia matre natus, etsi mediocribus civibus (Vita Tellonis dans Anais…, p. 32).

10 Sur ce personnage d’origine française, promu archevêque de Braga en 1109, puis fait pape en 1118 sous le nom de Grégoire VIII par le patriciat romain et l’empereur Henri V, voir David P., L’énigme de Maurice Bourdin, dans Études…, p. 441-501. Le rédacteur de la Vita n’occulte pas ce dernier acte de la carrière ecclésiastique de Maurice Bourdin en notant laconiquement : « posteaquam archiepiscopus Mauricius Rome papa ab imperatore ( ) instituitur… » (Vita Tellonis, dans Anais, p. 33).

11 « Qui juvenis etsi regendi imperium jam bene sciolus, tamen amore laudis ardenter plenus ad quoscumque aure flatus, ut arundo fragilis ferebatur proclivis. Unde a quibusdam sanctitatis religionisque inimicis facile sibi persuadetur in episcopum ordinare domnum Bernardum » (ibid., p. 33).

12 « Sexto autem kalendas martii sequentis in capite jejunii, non jam xiim sed ferme lxxaiio armati sunt milites Christi apostolorum, proposito communiter vivere sub habitu et regula beati Augustini » (Vita Theotonii, Anais, p. 54).

13 Ex eo jam tempore inter clarevallense monasterium et nostrum Sancte Crucis Colimbriense societas pactum et fraterne dilectionis sancitum est, associatum videlicet et scriptum in omnibus beneficiis et orationibus, ita ut ab utroque ordine per singulos annos generale servitium agatur pro invicem cum summa devotione » (Vita Theotonii, Anais, p. 65).

14 « Este rey fez Sancta Cruz de Coimbra e em ella jaz » (Livro das Lembranças, Anais, p. 91).

15 « Ab incarnatione igitur Domini anno millesimo centesimo tricesimo primo, octava inditione, secundo anno rebellionis Petri apostate filii Leonis adversum piissimum sanctumque papam Innocentium secundum, dum adhuc Laodicus francorurex viveret et Yspanie christianorum pars in tribus divisa monarchiis trino aniministraretur imperio, superiores siquidem illius partes ARGN. et Navara, usque ad montem quem incole Auca vocitant sub Alfonso Aragonensium regi castissimo atque in congressibus bellorum strenuissimo regebantur devote. His exceptis quas bellicis studiis forti manu bellando ceperat a sarracenis. Ultima vero quasi pars minima, Portugal cum Colimbria, ab Alfonso, comitis Henrici et regine Tarasie magnorum avorum dignissima prole. Partibus mediis ut pote majoribus, Castella cum suis Extrematuris et Gallecia, imperatori magno, comitis Raimundi et Urrace regine filio Alfonso subditis. Archiepiscopo Bracare Pelagio et Colimbrie episcopo Bernardo » (Vita Tellonis, Anais, p. 31).

16 « Igitur sub Era Ma Ca LXXa, vel ab incarnatione filii Dei anno Mo XXXo IIo in unum convenerunt, tempore videlicet clarissimi infantis A. Henrici comitis et regine Tarasie filii, qui tunc infans dux Portugalis erat, sed processu temporis et divini muneris largitate post tocius pene Lusitanie et ex parte Gallecie rex effectus illustris cujus auctoritate roborati, et venerabilis B. colimbriensis episcopus… » (Vita Theotonii, Anais, p. 54).

17 mattoso José, História de Portugal, vol. II : A monarchia feudal (1096-1480), Lisbonne, 1993, p. 62.

18 « Super cunctas enim coronatorum personas eum diligebat et honorabat ; magis in eo quam in alio aliquo hominum confidebat » (Vita Theotonii, Anais, p. 62).

19 « Ipse vero tam tenere regem diligebat ut pro eo magis quam pro semet ipso sollicitus videretur. Unde cum quodam tempore falsus rumor exisset regem videlicet a mundo excessisse ut nobis sanctus referebat et verum quidem erat dolor cordis tam gravi ter eum percussit in modum sagitte toxicathe, quatinus deinceps infirmo jam semper et debilitato corpore viveret » (ibid., p. 63).

20 « Rex quoque affectus nimio dolore usque ad sufusionem vultus dixisse fertur » (ibid., p. 67).

21 « Et ideo paterno affectu [Domnus Theotonius] frequenter castigabat et amonebat ut eum per quem reges regnant et incujus potestate sunt omnia jura regnorum ceterarumve potestatum timeret et mandata ejus observaret, quia propter hocest omnis homo ; regnum sibi commissum secundum equitatem dispensaret, justiciam inviolatam conservaret ; ne judexejus secularis in ecclesiasticam personam manum mitteret aut ecclesiastica examinanda susciperet ; ne sacra loca violare permitteret vel etiam confugientibus ad illa, quamvis reis et pro suis sceleribus condempnatis, inordinate violentiam inferretemptaret, neminem unquam injuste condempnaret. Sed opportere regem habere justiciam, veritatem, fidem, bonam operationem et sanctorum locorum reverentiam ; alioquin nichil differe a principe latronum regem dicebat » (ibid., p. 62).

22 « Tanta enim erat auctoritas sacerdotis quod etiam principes terre eum verebantur offendere. Siquidem fama refert quadamdie in ecclesia visiensi, eo predicante, memoratam reginam et consulem Fernandum qui eo tempore contubernalisejus, non vir legitimus erat, rubore verecundie suffusos de ecclesia festinanter exisse » (ibid., p. 47).

23 « Accidit preterea ut, cum in una sabbatorum, jam sacerdotalibus vestimentis indutus, salutares hostias in honore Deigenitricis ex more offerre voluisset, et regina que foribus astabat, ei per nuncium misisset ut cursim breviter missam peragere debuisset, respondisse fertur : aliam in celo reginam esse longe meliorem longeque nobiliorem cui illa cum summa veneratione tractim et spaciose sollempnia misse peragere disposuisset ; in potestate vero ejus esse vel missam audire vel penitus discedere. Quod cum regina relatum fuisset, illa statim reatus sui culpam cognoscens, se miseram, se peccatricem, domnum Theotonium veredicum et justum assidue roclamabat et sanctum. Quod ad se post missam vocato, humiliato moxspiritu, ad ejus genua provoluitur et ad exortacionem sacerdotis erecta penitentiam lacrimabiliter poposcit » (ibid., p. 47).

24 « Nam cum die quadam ad eum videndum regina venisset et modis omnibus claustrum interius videre voluisset, prior blande tamen restitit dicens aliam intus esse reginam, nec esse ordinis, nec approbate consuetudinis, feminam habitaculum mundum fugientium ingredi, nisi forte defunctam » (ibid., p. 59).

25 « Quod cum Alfonsus, nobilis infans Portugalis, versus remociores Hispanie partes que metropoli adjacent, que Hispalis dicitur, ducto exercitu, pene totam sarracenorum provinciam depredatus fuisset ; viri bellatores ejus inter infinitam predam quandam christianorum gentem, quos vulgo mozarabes vocitant, inibi sub ditione paganorum detentos sed tamen utcumque christiani nominis ritum observantes, pariter captivarunt atque jure bellantium servituti subjugarunt » (ibid.,p. 58)

26 « Quo vir Deo plenus audito valde condoluit et qui nunquam ne ad exteriorem quidem portam monasterii de claustro exierit, infervescente zelo fidei, egressus obviam regi et cuncto exercitui, dixit : O rex, inquiens, et cuncti barones, qui sancte matris ecclesie filii estis, cur fratres vestros vobis in servos et ancillas subjugatis ? Peccatis enim super hoc Domino Deo vero cumque pro ut debuit compendiose tamen eas allocutus fuisset, et quod, nisi liberos dimisissent, magnus eis furor Domini immineret, rex et cuncti bellatores totum illud genus hominum dimiserunt et coram eo liberum abire permiserunt…Igitur per studium illius liberatis a servitute plusquam mille hominibus, exceptis uxoribus et parvulis, quicumque de gente illa Colimbrie esse voluerunt, locum habitandi circa monasterium sanctus dedit, eosque per annos plurimos de annona monasterii pavit, utpote inbecilles et legitima terre ignorantes » (ibid., p. 58).

27 « Judeos solos et hereticos pariter et paganos in tantum fastidiebat ut nec salutacio quidem ei cum his aliquando communisfuerit » (ibid., p. 63).

28 Pradalié Gérard, « Du Portugal mozarabe au Portugal romanisé : l’exemple de Coïmbre », Histoire du Portugal, histoire européenne, Paris, 1987.

29 « Cum quodam tempore prefatus infans Portugalis inmensis febribus estuasset et pre nimia febrium anxietate vehementer urgeri cepisset, magnisque non jam vocibus sed stridoribus in extremo spiritu se constitutum esse clamaret, visitationem tandem viri Dei ultimum remedium anxie quesivit. A quo cum divine exortationis oleo fuisset infusus, ejusque dextera

clementer attactus, mira est, protinus fervore paulatim tepecente, refrigerium salvis accepit. Tantaque in ejus presencia

virtus ei divinitus collata est, ut statim caruerat, incolumis acceperit » (ibid., p. 58).

30 « Cum… Mahalda regina, comitis Amedei filia, ob difficultatem partus jam morti proxima periclaretur, prout erat sapiens femina fideique firmitate fundata, hoc solum post Deum penes se consilium invenit, quatinus si mereretur a sancto consignari viro, protinus ei omnipotentis remedium subveniret. Vocatus igitur per nobiles viros ad eam venit. Cum autem edito crucis signo eam in Dei virtute consignasset, protinus ante pedes ejus filium generavit, moxque de nati filii officio leta mater effecta, mirabiliter sanitati restituta est » (ibid., p. 59).

31 « Cum enim rex civitatem ipsam novo genere pugnandi aggredi voluisset, furtim videlicet et quasi per latrocinium – nam aliis bellicis apparatibus nunquam potuit, erat enim propter locorum situm inpossibile et propter nimiam fertilitatem populorumque frequentiam – ad virum Dei veniens consilium illi soli detexit, animamque suam tanquam de hoc mundo exiturus comendavit, diem etiam quo hec facturus cogitabat sub silencio indicavit et ut eo die pro se cum fratribus communem orationem faceret, obnixe rogavit et discessit. Die igitur notato, cunctis in capitulo fratribus prior rem exposuit. Letanias nudis pedibus publicas quoque et privatas deprecationes rogans fieri mandavit. Prior autem preter magnitudinem precum quas jugi meditatione Deo obtulit, sic orabat : Domine, Domine, inquit, omnipotens, qui muros Jherico sine gladio et arcu subrui fecisti, qui etiam ad precem Josue contra Gabaon solem stare precepisti, tam deprecamur ineffabilem clementiam ut regi nostro famulo tuo sub umbra cujus, te protegente, vivimus, victoriam propitius concedere digneris de inimicissima christiani populi civitate, quatinus excluso inde spurcissimo ac nefando Mahometis ritu, laudetur ibi nomen tuum Domine Deus. Mox igitur postera die ecce nuntius bonus de nuntiis Domini, bonum portans nuntium, affuit, qui urbem esse captam et in ditionem regis subactam letus annunciavit. Nocte enim sequente prenotati diei quo hec facta sunt in monasterio, rex eam mirabiliter media nocte cepit » (ibid., p. 62-63).

32 « In era MaCaLXXXaVIIa presa fuit civitas Sancta Herene per manus Ildefonsi portugalensis regis » (Livro das Eras, Anais, p. 70).

33 « Sic nimirum [prior] fecit… quando cum navali exercitu francorum Olixbonam cepit et nichilominus cum Alchazar longo certamine vicit » (Vita Theotonii, Anais, p. 63). Le sic nimirum, comme celui de la note suivante, renvoie à l’épisode de Santarem transcrit ci-dessus n. 31.

34 « Sic nimirum fecit quando in campo Haulich V reges paganorum cum innumera eorum barbara multitudine de ultra citraque mare ut eum omnino perderent coadunata devicit, auxilio sibi facto divino et beati Jacobi patrocinio, cujus ea die sollempnitas fuisse peribetur » (ibid., p. 63).

35 « In era MaCaLXXaVIIa, mense julii, die sancti Jacobi, in loco qui dicitur Ouric, lis magna fuit inter christianos et mauros, preside rege Ildefonso portugalensi et ex parte paganorum rege Esmare qui victus fugam peciit » (Livro das Eras, Anais, p. 70).

36 Mattoso José, História de Portugal, p. 62-63.

37 « El rey Dom Afonso, primeiro rey de Purtugal em lide e em campo veençeo V rex mouros (scilicet) em o campo dourique, onde lhe apareçeeo noso Senhor Jhesu Christo posto em cruz, por cuja semelhança do divinall misterio pos en seu escudo as armas en cruz, as quaaes trazem os rex de Portugal » (Registos analisticos varios, Anais, p. 29). L’éditeur date la notice des environs de 1395.

38 Um Sacerdote vê, brandido a espada. Contra Arronches, que toma, por vingança. De Leiria, que de antes foi tomada Por quem por Mafamede enresta a lança É Teotónio Prior… (Camões, Les Lusiades/Os Lusíadas, chant VIII, st. 19 [d’après l’édition bilingue, trad. Bismut R., Paris, 1996, p. 316]).

39 Comme le remarque avec justesse Patrick Henriet : « Le caractère mémorial des textes hagiographiques ne doit pas être interprété comme un désir de léguer le souvenir d’événements historiques à la postérité, mais plutôt comme une volonté de consigner quelques exemples de l’action de Dieu en la personne de ses saints, ceci afin de renforcer le lien entre les morts et les vivants » (Henriet Patrick, « Hagiographie et historiographie en péninsule Ibérique [xie-xiiie siècles]. Quelques remarques », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, n° 23, 2000).

Auteur

Université de Nantesss

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540