Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Première partie. Les regards de l'historien

Les lieux de la critique dans l’historiographie médiévale

Mireille Chazan

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Guenée Bernard, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, 1980, p. 18-19.
  • 2 « Sed hoc hystorice veritati concordare non potest » ; Chronica, l. IX, c. 71, ms. Reg lat. 535, p (...)
  • 3 « Hystoria est rerum gestarum narratio per primam litterae significationem expressa… Tria igitur s (...)

1Les historiens du Moyen Âge ne sont pas de « naïfs » ou « d’aimables » chroniqueurs ; ils ne sont pas non plus des compilateurs qui ne disent rien d’original hormis les événements dont ils ont été directement ou indirectement les témoins. Ce sont de véritables savants qui ont pour but premier la rédaction d’un récit simple et vrai1. Sur quelles données doit être fondée la « vérité historique2 », Hugues de Saint-Victor au xiie siècle l’a parfaitement expliqué dans le prologue de sa chronique : « L’histoire est le récit des événements formulé selon le sens littéral […] il y a trois données dont dépend principalement la connaissance des événements, c’est-à-dire les personnes par qui les événements sont arrivés, les lieux où ils sont arrivés et les temps où ils sont arrivés3. »

  • 4 Chazan Mireille, « L’usage de la compilation dans les chroniques de Robert d’Auxerre, Aubri de Tro (...)

2Pour mettre en œuvre ces données, les historiens, depuis le haut Moyen Âge, ont mis au point une méthode, la compilation. Utilisant les œuvres de leurs prédécesseurs comme sources, ils commencent par faire des extraits (colligere), organisent un système de datation inséré dans une structure narrative (ordinare) et rédigent à partir des extraits un récit (narrare, coartare ou compigere) selon le mode de l’historia ou de la chronica ou du modus mixtus. Cette démarche conduit inévitablement les compilateurs à être confrontés, entre autres, aux contradictions entre leurs sources. C’est ce qu’ils expriment en parlant de la diversitas, la varietas, la discordia, la dissonantia entre leurs sources ; ils constatent qu’elles sont contraria, qu’elles ne peuvent s’accorder, concordare ; ils se heurtent à une quaestio, à une insolubilis controversia ; ils s’emploient parfois à la résoudre, « ita solvi potest », ou à trouver une façon d’interpréter les sources qui permette de réduire les divergences, « potest tamen intelligere », « ita solvi potest4 ». Certes il est fréquent que l’historien mentionne des affirmations contradictoires sans trancher entre elles ou laisse explicitement ce soin au lecteur, comme le faisaient déjà les historiens de l’Antiquité païenne et chrétienne, saint Jérôme (†vers 420) en particulier. Cependant la technique de la compilation a souvent conduit l’historien à une attitude critique vis-à-vis de ses sources et à la mise au point de procédures variées pour traiter les contradictions entre des sources de même niveau d’autorité, c’est-à-dire lorsqu’aucune d’entre elles ne s’impose à première vue.

  • 5 En témoignent les Hebraice quaestiones in libro Geneseos de Jérôme, les Quaestiones in Heptateuchu (...)

3Dans ce domaine, les historiens ont des modèles : dès les Pères de l’Église, les exégètes ont très vite été concernés par les contradictions dans l’Ancien Testament, entre les différents chapitres d’un même livre et entre différents livres, ou bien entre l’Ancien et le Nouveau Testament5. Certes beaucoup d’interrogations concernent le sens spirituel des textes, mais la place occupée par des problèmes traitant de l’historia, c’est-à-dire du sens littéral et donc entre autres de l’histoire au sens contemporain du terme, n’est pas négligeable. Les hagiographes ont aussi été très tôt confrontés à des textes dont ils devaient éprouver la véracité et l’authenticité, bien que ceux-ci fussent placés sous l’autorité d’un saint ou d’un témoin digne de foi.

Genres historiographiques et démarche critique

4À partir du xiie siècle, les historiens se sont plus particulièrement intéressés au problème des contradictions entre leurs sources. Parmi ceux-ci, les auteurs de chroniques universelles sont en première ligne et ce pour de multiples raisons : parce qu’ils brassent un grand nombre de sources et donc objectivement risquent plus souvent de s’y heurter, parce qu’ils utilisent la Bible pour la période pré-christique et donc sont confrontés aux multiples quaestiones déjà étudiées par les exégètes, parce qu’ils font appel aux Vies de saints, où la datation et la localisation n’obéissent pas aux mêmes règles et aux mêmes critères que dans les récits historiques, enfin parce qu’ils ont à la fois comme source et comme modèle, dans leur grande majorité, la Chronique d’Eusèbe traduite et continuée par Jérôme, qui est une œuvre explicitement critique vis-à-vis de ses propres sources. Les auteurs des histoires ecclésiastiques et des chroniques des papes et des empereurs, deux genres proches de celui de la chronique universelle, travaillent de la même façon et sont donc confrontés aux mêmes difficultés. C’est ce qui explique que cette catégorie d’historiens soit volontiers critique ; certains d’entre eux le sont plus particulièrement, soulevant à chaque instant une contradiction, une obscurité. D’autres toutefois ne s’arrêtent que sur certaines contradictions, les plus importantes à leurs yeux. D’autres enfin offrent un récit parfaitement lisse, où l’auteur, avant de passer à la rédaction, a tranché entre les difficultés sans en informer son lecteur.

  • 6 Les Grandes Chroniques de France, Viard Jules (éd.), Paris, 1920, p. 20.
  • 7 Schmidt-Chazan M., « Histoire et sentiment national chez Robert Gaguin », Guenée B. (dir.), Le mét (...)

5Pour les auteurs d’une histoire nationale, la question des contradictions entre leurs sources écrites n’est pas toujours pertinente. Quand il s’agit d’écrire l’histoire d’un règne, peu de temps après la mort du souverain, l’historien certes s’appuie sur des sources écrites, documents d’archives et lettres, mais en règle générale, il ne dispose pas de plusieurs versions du même événement entre lesquelles il lui faudrait trancher. Il n’en est pas de même quand il s’agit d’écrire une histoire nationale depuis les origines du royaume. Ainsi Primat († apr. 1277), composant son « Roman aus rois » à la demande de Louis IX, peut s’appuyer sur de nombreuses histoires en latin, mais il a fait le choix au départ de se fonder sur le corpus des sources de Saint-Denis et de ne pas mentionner les textes qui n’iraient pas dans le même sens. Après avoir exposé les différentes théories sur l’origine des Francs et emprunté au Liber Historiae Francorum, à Guillaume Le Breton (†1226), à Geoffroy de Monmouth († vers 1155), il dit clairement vouloir s’en tenir à l’Historia Francorum d’Aimoin († apr. 1108) : « Jusques ici vous avons récitées les opinions d’aucuns actors, mais pour ce que ne volons que nuls puisse trover contrariété en ceste lettre, nous prendrons la matière si come elle gist es cronicques qui ensi dient6. » L’histoire officieuse ou officielle peut difficilement être une histoire qui critique ses propres sources et souligne leurs incertitudes. Pour une histoire de France véritablement critique, il faut attendre le Compendium de origine et gestis Francorum de Robert Gaguin, dont la première édition date de 14957.

  • 8 Sot Michel, Gesta episcoporum, Gesta abbatum, Turnhout, 1981, p. 28-29.

6Il en va de même pour les Gesta episcoporum ou les Gesta abbatum qui mettent par écrit une tradition orale qu’il s’agit de fixer, utilisent peu de sources littéraires et, sauf cas limites, se contentent de renvoyer aux textes hagiographiques, aux chroniques et aux histoires pour s’abriter derrière leur autorité8. Les documents d’archives sont souvent mis largement à contribution, mais rarement dans une perspective critique : il s’agit soit de renforcer les titres de possessions de l’évêque du lieu, soit d’authentifier des actes, surtout quand il s’agit de faux en les intégrant dans l’histoire du diocèse et du temporel d’une cathédrale ou d’une abbaye, soit, au contraire, de légitimer tel ou tel épisode de l’histoire des évêques ou des abbés en le fondant sur des actes.

7Ce sont donc les grandes chroniques universelles qui constituent le terrain privilégié de la critique historique en tant que démarche visant à résoudre les contradictions entre les sources. C’est en fonction des paramètres fondamentaux du discours historique définis par Hugues de Saint-Victor, que l’on peut tenter de voir comment se répartissent les « lieux » critiques et quels sont ceux qui constituent de véritables « lieux communs » de la critique.

Tempora

« distinctio temporum »

  • 9 Ranulf Higden, Polychronicon, Babington Churchill et Rawson Lumby Joseph (éd.), Londres, 1865-1186 (...)
  • 10 Ibid., p. 148-154.
  • 11 Ibid., p. 152-154

8L’auteur d’une chronique universelle, devant insérer sa matière dans un système de datation et une structure narrative, est confronté à la question de la « distinctio temporum » selon la formule de Ranulf Higden († 1364)9, c’est-à-dire de la durée des âges du monde et donc de la date de l’Incarnation du Christ. Depuis Augustin, l’histoire de l’humanité est habituellement divisée par les historiens en six âges, la difficulté étant de se mettre d’accord sur la durée de chacun de ces âges. Le calcul peut être fondé soit sur les données de la Septante, ce qui place la naissance du Christ en 5528 après Adam, et c’est le calcul qui peut être tiré de la Chronique d’Eusèbe-Jérome et qui fut adopté par Isidore de Séville († 636), soit sur les données de la « vérité hébraïque », autrement dit les données de la Vulgate, popularisées par Bède le Vénérable († 735), ce qui place la naissance du Christ en 3952 après Adam10. À vrai dire, ces divergences ne troublent guère les historiens, à commencer par Bède lui-même ; le plus souvent, ils prennent le parti d’indiquer les deux calculs sans chercher à trancher le moins du monde entre la Septante et la « vérité hébraïque ». Ce qui a posé le plus de problème, comme Bernard Guenée l’a montré, c’est l’ère de l’Incarnation telle qu’elle avait été calculée et fixée par Denys le Petit. Ce problème a enflammé les esprits des computistes et des historiens aux xe et xie siècles, et n’a jamais été totalement oublié, bien que l’ère de Denys se soit imposée à partir de l’époque carolingienne11.

Prosecutio annorum

  • 12 Ibid., p. 154 ; Chazan M., « Le regard d’un historien sur son oeuvre : la préface de la chronique (...)
  • 13 ID., L’Empire et l’histoire universelle de Sigebert de Gembloux à Jean de Saint-Victor (xiie-xive (...)

9L’ère de Denys entrée dans les mœurs et les pratiques des historiens, le véritable problème est l’établissement de dates précises, ce que Robert d’Auxerre († 1212) appelle « prosecutio annorum » et Ranulf Higden « supputatio annorum12 ». Les dates sont indiquées par rapport à un point fixe, l’année de l’Incarnation, l’année du monde depuis la Création ou depuis la naissance d’Adam, l’année depuis la naissance d’Abraham, l’année depuis la fondation de Rome, et/ou de façon relative à partir de l’avènement d’un roi, d’un empereur ou d’un pape. Les historiens, par exemple Réginon de Prüm († 915), Hugues de Fleury († apr. 1122) et Vincent de Beauvais († 1264), ont beau affirmer que l’important est de situer les faits par rapport au règne d’un empereur ou d’un roi en songeant plus particulièrement à ceux qui concernent l’histoire du salut13, ils n’échappent pas au besoin de donner une date précise, même quand il s’agit des cinq premiers âges de l’humanité. Or l’histoire du peuple hébreu, ce qui fait généralement l’essentiel du récit historique pour cette période, est fondée sur les livres de l’Ancien Testament qui, à plus d’une reprise, donnent des indications contradictoires.

10Le paradigme de ce genre de difficulté est celui de la date de la fin de la Captivité à Babylone, autrement dit le retour des Hébreux en Judée, grâce à un édit de Cyrus, roi des Perses, après que celui-ci eut mis fin à l’empire néo-babylonien. La donnée de base, c’est la prophétie de Jérémie : la captivité doit durer 70 ans. Mais quand ces 70 ans ont-ils pris fin et donc quand ont-ils commencé ? Ce problème a été souvent abordé soit par les exégètes, Jérôme dans son Commentaire sur Daniel, André de Saint-Victor († 1175) dans son Expositio super Danielem, soit par les historiens, Eusèbe dans sa « Chronique », et Bède le Vénérable († 735) dans ses Chronica majora. Pierre le Mangeur († vers 1179) dans son Historia scholastica fait le tour de la quaestio, qui oppose des autorités de même niveau, c’est-à-dire des textes de l’Ancien Testament, d’un côté Jérémie, Daniel et Chroniques, de l’autre Zacharie, et des Pères de l’Église, d’un côté Jérôme, de l’autre Eusèbe et Clément d’Alexandrie. De plus la date du retour de la Captivité met en jeu toute une série d’autres dates comme celles de la prise de Jérusalem par Sédécias, puis par Nabuchodonosor, celles des règnes des rois chaldéens, de Cyrus et de ses successeurs.

  • 14 Quidam scribunt Prometheum et Epimetheum et Atlantem fratrem Promethei et Argum cuncta cernentem e (...)

11Ce genre de problème se pose aussi très fréquemment quand l’historien, comme le faisait Eusèbe, cherche à insérer dans sa chronique les héros de la mythologie gréco-romaine. Bien qu’il s’agisse pour Eusèbe non pas de donner une date absolue mais seulement de situer ces héros dans ses tableaux synchroniques, la difficulté n’est pas moindre. Ainsi de Prométhée, cité à l’année 431 depuis la naissance d’Abraham : « Certains écrivent que Prométhée, Epiméthée, Atlante, frère de Prométhée, et Argos qui voyait tout et Io, fille de Prométhée, ont vécu à cette époque, d’autres à l’époque de Cécrops, d’autres soixante ou 90 ans avant Cécrops14 », autrement dit Prométhée a vécu vers 431 après Abraham, ou à l’époque de Cécrops, vers 460, ou bien 60 ou 90 ans plus tôt. Des difficultés du même ordre se retrouvent dans la chronique à propos des dates de Crès, premier roi de Crète, de Cadmus, roi de Thèbes, de Jupiter, d’Apollon, d’Hercules et d’Énée. Les interrogations d’Eusèbe sont reprises dans les grandes chroniques universelles qui s’intéressent aux temps pré-christiques comme celle d’Hélinand de Froidmont († apr. 1229) ou de Ranulf Higden.

  • 15 Pour Aubri de Trois-Fontaines, l’autorité d’Elizabeth l’emporte, bien qu’il ne retrouve pas dans l (...)

12Après le Christ, les problèmes de dates tiennent le plus souvent à celui de l’utilisation de sources hagiographiques qui n’ont pas l’obligation de s’inscrire dans une chronologie longue et cohérente. Un cas récurrent dans les chroniques universelles françaises postérieures à la seconde moitié du xiie siècle, c’est la date du martyre de sainte Ursule et des onze mille vierges. Les historiens antérieurs le dataient de l’époque d’Attila et Sigebert de Gembloux (†1112) le plaçait pour cette raison en 453. Or le Liber revelationum d’Élisabeth de Schönau, composé en 1156-1157 et qui eut un grand succès, le datait de 237. D’où une série de discussions critiques, généralement mais pas toujours15, tranchées en faveur de Sigebert.

Catalogus

  • 16 « Hunc autem errorem plurimum adauget, quod frequenter praetermittuntur dies et menses quibus supe (...)

13Établir un ordre de succession et des durées de règne ou de pontificat, ce qui est le propre des catalogues, pose encore plus de problèmes, car d’une part, il faut tenir compte des jours et des mois pour le calcul des durées et d’autre part, des vacances entre deux règnes ou deux pontificats ; c’est ce qu’explique parfaitement Ranulf Higden : « Ce qui ajoute beaucoup à cette erreur (celle du cycle de Denys), c’est que fréquemment sont omis les jours et les mois en plus des années entières durant lesquelles les rois ont régné. On néglige aussi les intervalles de temps entre la fin d’un règne et le suivant16. »

  • 17 « Quidam regum tot et tot annis regnasse legantur, et tamen aliqui eorum necdum finitis precedenti (...)
  • 18 PL 196, col. 241-254
  • 19 Vincent de Beauvais, Speculum historiale, l. II, c. 117, éd. Douai, 1604, p. 85 ; Jean de Saint-Vi (...)
  • 20 De scripturis et scriptoribus sacris, PL 175, col. 25-28.

14Pour les temps pré-christiques, le catalogue qui est le plus souvent discuté est celui des rois d’Israël et celui des rois de Juda, non pas tant la suite des rois que la durée de leurs règnes respectifs. Mettre en synchronie cette double suite de rois se révèle une gageure en raison des contradictions internes du Livre des Rois et des contradictions entre ce livre et les Chroniques, comme le dit Frutolf de Michelsberg († 1103) : « On lit que certains rois ont régné tant et tant d’années et cependant il est écrit que certains d’entre eux ont commencé à régner plus tôt les uns avec les autres, les années de règne de leurs prédécesseurs n’étant pas encore achevées17. » Richard de Saint-Victor († 1170) a même consacré à ce catalogue un petit traité adressé à saint Bernard, le De concordia temporum regum conregnantium super Juda et Israël18. La succession des rois chaldéens (ou babyloniens), dont parle la Bible mais dont Eusèbe ne dit rien, fait également problème, pour, entre autres, Vincent de Beauvais, Jean de Saint-Victor († apr. 1326), Ranulf Higden19. Hugues de Saint-Victor dans le De scripturis et scriptoribus sacris, pour faciliter la lecture des Maccabées et des Évangiles, consacre un chapitre à établir la succession des Séleucides, des Hasmonéens et des Hérodes20.

15Après l’Incarnation, le catalogue des papes devient fondamental pour dater l’histoire de l’église et surtout les passions des martyrs et les vies des saints. Les historiens se retrouvent à plusieurs reprises face à des autorités qui se contredisent : d’une part, les œuvres d’Eusèbe de Césarée, la Chronique et l’Histoire ecclésiastique, d’autre part, le Liber Pontificalis attribué au pape Damase et dédié à Jérôme. De là une difficulté pour établir la succession des cinq ou six premiers papes liée à deux questions : d’abord, celle de la place de Clément par rapport à Lin et Clet, comme l’explique Frutolf :

  • 21 « Hos magis interim sequendos existimo, qui Linum et Cletum dicunt fuisse sub Petro, et illos quid (...)

« Cependant nous pensons qu’on doit suivre de préférence ceux qui disent que Lin et Clet ont siégé sous Pierre et qui considèrent leur charge comme celle des chorévêques sous les évêques. Clément leur a succédé légitimement, Pierre lui ayant remis la charge et c’est pourquoi il est appelé le premier pape […] mais d’autres pour cette raison disent qu’il est le troisième puisque Lin et Clet l’on précédé dans la charge sacerdotale sous l’apôtre Pierre21. »

  • 22 « De isto tacet Eusebius in cronicis et dicit quod Anacletus ipse est Cletus. Sed Damasus papa in (...)
  • 23 Liber pontificalis, 2e éd. Duchesne Louis, Paris, 1955, p. I-IX.
  • 24 « De annis paparum magna est diversitas in libris et emendare non possumus » (Paris, BNF, ms. lat. (...)

16Ensuite, celle de l’identité de Clet et Anaclet, évoquée ainsi par Vincent de Beauvais : « Eusèbe dans ses Chroniques fait silence sur cet Anaclet et dit qu’Anaclet est le même pape que Clet. Mais le pape Damase, dans la chronique des papes romains qu’il écrivit pour Jérôme, les considère comme deux papes et dit que Clet était Romain et Anaclet Grec22. » De façon générale, les historiens constatent que l’ordre de succession des papes est incertain, surtout pour les cinq premiers siècles et pour les ixe et xe siècles ; dans ce dernier cas, les incertitudes tiennent souvent à l’absence du Liber Pontificalis, les différentes versions qui, aux xiie et xiiie siècles, circulent au nord des Alpes s’arrêtant à Étienne II ou à Hadrien II23 ; les historiens doivent se rabattre sur les catalogues dressés par leurs prédécesseurs, principalement ceux de Marianus Scotus († 1082-1083), de Sigebert de Gembloux et d’Hugues de Saint-Victor, qui se contredisent souvent. D’où cette conclusion désabusée de Jean de Mailly, auteur d’une petite chronique universelle en tableau († entre 1254 et 1260) : « En ce qui concerne les dates des papes, il y a une grande diversité dans les livres et nous ne pouvons pas les corriger24. »

  • 25 « Hic per patricium Romanorum factus est papa. Et propter hoc in cathalogo Romanorum pontificum in (...)
  • 26 Sigebert, Chronographia, Bethmann Ludwig (éd.), MGH, SS, VI, p. 332 ; Auxerre, Bibl. mun., ms. 145 (...)
  • 27 « De isto Cyriaco papa nulla prorsus mencio habetur in cronicis Damasii pape, Jeronimi presbyteri, (...)
  • 28 Vincent de Beauvais, op. cit., l. 14, c. 23, p. 549 ; Martin le Polonais, op. cit., p. 416 ; Ranul (...)

17Ce qui complique encore la situation, c’est le cas des antipapes : ainsi un pape Léon III, daté de 700, dont Martin le Polonais († 1278) reconnaît qu’il n’est cité ni dans le Liber Pontificalis, ni dans le Decretum, ni dans plusieurs chroniques25 ; ou bien un Constantin II, absent du Liber Pontificalis, traité de « pseudopapa » par Sigebert de Gembloux, reconnu comme pape dans le tableau qui a été attribué à Hugues de Saint-Victor26. De plus l’utilisation de sources hagiographiques ne facilite pas la tâche des historiens, car celles-ci mentionnent des papes « inconnus » des sources historiographiques. Le plus célèbre est sans doute le pape Cyriaque, cité dans la légende de sainte Ursule ; ce pape aurait abandonné le pontificat pour suivre Ursule et ses compagnes et partager leur martyre à Cologne, sous Attila. Comme le note dans la marge d’un de ses manuscrits des Flores chronicorum, Bernard Gui (†1332) : « Il n’y a absolument aucune mention de ce Cyriaque dans les chroniques du pape Damase, du prêtre Jérôme, de Prosper, d’Isidore, de Sicard, évêque de Crémone, et d’un grand nombre d’autres que j’ai regardées et où j’ai fait des recherches avec beaucoup de soin27 » ; un pape Léon cité dans la Vita sancti Hilarii suscite tout autant les interrogations de Vincent de Beauvais, suivi en cela par Martin le Polonais et Ranulf Higden28.

  • 29 Ibid., p. 80-82.
  • 30 « Haec ideo hoc loco inferre volui quia nullum imperatorem illorum qui ecclesiam persecuti sunt Ma (...)

18On retrouve exactement le même problème pour le catalogue des empereurs. Celui-ci est bien établi depuis Eusèbe-Jérôme, Isidore et Bède, et ne poserait pas de problème si, là encore, la nécessité d’utiliser du matériel hagiographique pour insérer les martyrs et les saints dans l’histoire du Salut, ne venait mettre en question soit la durée des règnes soit la suite des empereurs elle-même. Le cas de Dèce, un des grands persécuteurs des chrétiens, est fréquemment évoqué. Ranulf Higden souligne clairement qu’il est difficile de lui attribuer seulement trois années de règne comme Orose, ou huit comme Eusèbe, mais qu’il est plus vraisemblable qu’il a régné au moins seize ans, comme le veut le Martyrologe puisque cinq papes ont été martyrisés sous lui, ou bien il fautsupposer qu’il y a eu deux Dèce, un Dèce l’Ancien qui a régné trois ans, un Dèce le Jeune qui n’a jamais été Auguste mais simplement César et sous lequel a été martyrisé saint Laurent, enfin, entre les deux, d’autres empereurs dont certains peuvent avoir aussi porté le nom de Dèce et sous lesquels les cinq papes ont été 29Sagement, Vincent de Beauvais avait placé le martyre de saint Marin après la fin des dix persécutions, dans une série de chapitres intitulée « De martyribus quorum tempora ignorantur » et s’en était expliqué : « J’ai voulu placer cette passion à cet endroit parce que je n’ai trouvé aucun empereur du nom de Marcien parmi ceux qui ont persécuté l’Eglise, mais peut être ce Marcien était-il un gouverneur sous lequel le saint a été
martyrisé30. »

  • 31 Chazan M., L’Empire et l’histoire universelle, op. cit., p. 545-546.
  • 32 On peut donner l’exemple des Gesta episcoporum Mettensium rédigés sous l’évêque Étienne de Bar (11 (...)

19Après Charles le Gros, Otton de Freising († 1158) relève que le catalogue des empereurs varie selon les historiens : ses sources, Réginon de Prüm et Frutolf de Michelsberg, indiquent comme empereurs avant Otton Ier, Arnulf, Louis l’Enfant, Conrad Ier et Henri l’Oiseleur, mais « certaines histoires romaines » indiquent Louis III, Bérenger de Frioul, Hugues d’Arles, Bérenger d’Ivrée, Lothaire d’Arles, Bérenger d’Ivrée et Adalbert. Autrement dit, la succession impériale varie selon la conception qu’on se fait de l’Empire, établi par Dieu ou par le pape31. Cependant, pour cette période de l’histoire, le catalogue des empereurs n’est qu’un élément subsidiaire pour établir une date et son incertitude ne pose plus de problème pour dater les événements. Les catalogues épiscopaux sont également dépendants de l’appartenance des rédacteurs des Gesta au parti impérial ou au parti grégorien pendant la Querelle des Investitures : les évêques imposés par les empereurs sont exclus du catalogue par les Grégoriens puis, au moins certains, réintégrés une fois les passions apaisées32.

Personnae

  • 33 Par ex. un Apis égyptien, Apis, roi des Argiens et un Apis, roi des Sicyoniens, Die Chronik des Hi (...)
  • 34 « De discordia hystoriarum de Api deo Egyptorum » ; l. VI, c. 57 ; l. IX, c. 44, c. 64, c. 71 ; ms (...)

20Les personnes, ou plutôt l’identité des personnes par qui les événements arrivent peut également se voir remise en question. La chronique d’Eusèbe qui indique plusieurs personnages portant le même nom à des dates différentes nourrit ce genre d’interrogations33. Mais seul un érudit comme Hélinand de Froidmont prend de l’intérêt à consacrer un chapitre à l’identité d’Apis, et à discuter de celle de Deucalion, de Thélégonus ou d’Horus et d’Erychtée34.

21Par contre, quand elles traitent de l’histoire du peuple élu, rares sont les chroniques ou les histoires universelles un peu développées qui éludent les interrogations à propos de Darius le Mède cité dans Daniel (VI, 1, 7, 10, 26, IX, 1, XI, 1) comme le vainqueur de l’empire babylonien avec Cyrus, mais absent dans Eusèbe, ou à propos de Nabucho­donosor et Arphaxad cités dans Judith (I, 5) alors qu’Eusèbe situe l’histoire de Judith à l’époque de Cambyse et ne dit mot d’Arphaxad. Une fois encore Frutolf de Michelsberg est des plus explicite :

  • 35 « Et Cambisem quidem Nabuchodonosor vocatum fuisse Judithque historiam sub eo conscribi posse non (...)

« Je ne nie pas que Cambyse sous lequel a pu être écrite l’histoire de Judith ait été appelé Nabuchodonosor ; mais je ne vois pas comment cette histoire a pu avoir lieu sous son règne ; car, puisqu’on lit dans les Histoires que ce Cambyse n’a pas régné plus de huit ans et que, dans les Chroniques, la durée de son règne est la même, comment aurait-il pu vaincre, la 12e année de son règne, Arphaxad, très puissant roi des Mèdes, qui pour nous ne figure nulle part dans la succession des rois qui régnaient sur les Mèdes à partir du moment où l’empire des Assyriens a été transféré aux Mèdes, ou comment la treizième année de son règne, cet Arphaxad aurait envoyé Holopherne pour venger l’injure commise contre lui, je ne le sais pas encore35. »

22On ne peut être plus clair quand à l’opposition entre, d’une part, les données des Histoires, c’est-à-dire Orose, et des Chroniques, c’est-à-dire Eusèbe-Jérôme, et, d’autre part, les données bibliques.

  • 36 Chronica, l. V, c. 4, l. VI, c. 62, l. IX, c. 8, 15, l. XIV, c. 4, l. XVIII, c. 20, ms. Reg. lat. (...)
  • 37 « Dicit Isidorus Etymol. XV : “Si de constructione urbis Romae certa ratio non appareat, non est m (...)
  • 38 de resurgir après 1450

23Une catégorie de personnages est plus que les autres sujette à interrogation : les fondateurs, que ce soient les fondateurs des royaumes ou des villes. Qui est le premier roi des Assyriens, Ninus ou Belus ? des Thessaliens, Thessalus ou Hemon ? qui a fondé Babylone, Ninus ou Sémiramis ? Memphis, Epafus ou Apis ? Ecbatane, Deioces ou Arphaxad ? Rome, des Troyens, Evandre ou Romulus et Remus ? Hélinand de Froidmont ne cesse de confronter les traditions36, mais il est loin d’être le seul. À propos de la fondation des villes, Ranulf Higden cite de façon un peu désabusée la remarque d’Isidore de Séville au livre XV des Étymologies : « Si pour ce qui est de la construction de Rome, il n’y a pas d’explication assurée, il n’y a rien d’étonnant à ce que l’on émette des doutes à propos des autres villes37. » Tout autant que les fondateurs des villes, l’identité des héros fondateurs d’une natio est souvent discutée : je ne reprendrai pas ici les discussions sur les Troyens ancêtres des Francs et leur chef, Antenor ou Francion/Francus, discussions encore vivantes au xiie siècle, assoupies au xiiie et xive siècles par le triomphe, au moins en France, de la version de l’origine troyenne véhiculée par les Grandes Chroniques de France et le Speculum historiale, avant de resurgir après 145038.

  • 39 « ridicula de eis figmenta… contra fidem historicae veritatis deliravit » (Guillaume de Newburgh, (...)
  • 40 RanulfHigden, op. cit., t. V, p. 332-336.
  • 41 Guenée B., Histoire et culture historique, op. cit., p. 165 ; Keeler Laura, Geoffrey of Monmouth a (...)
  • 42 Chazanm., « L’usage de la compilation », op. cit., p. 282, 289 ; Vincent de Beauvais, op. cit., l. (...)

24Les Anglais, depuis l’Historia Brittonum de Nennius, avaient aussi un héros fondateur, Brutus, un petit-fils d’Énée et surtout, depuis Geoffroy de Monmouth et son Historia regum Britanniae, un héros de la stature de Charlemagne, Arthur. Ce dernier suscita très tôt critiques et sarcasmes. En 1196-1198, Guillaume de Newburgh dans la préface de son Historia rerum Anglicanarum, n’a pas de mots assez sévères pour condamner « les inventions ridicules » de Geoffroy de Monmouth qui vont contre l’autorité de Bède, et se moque de cet Arthur plus fort et plus noble qu’Alexandre39. Ce qui n’empêcha pas Arthur de s’imposer. On trouve un écho de la préface de Guillaume de Newburgh chez Ranulf Higden40 et, un siècle plus tard, chez Thomas Rudborne (†apr. 1454)41 En France, où l’Historia regum Britanniae avait rapidement eu du succès, des historiens semblent avoir eu vent de ces critiques et à partir du début du xiiie siècle manifestent à leur tour leur scepticisme devant Arthur : Robert d’Auxerre remarque qu’il n’est pas mentionné par les historiens, mis à part une « historia Britonnum » ; à son propos, Vincent de Beauvais parle des fables des Bretons et Jean de Saint-Victor revient sur le silence des histoires authentiques et des chroniques anciennes42.

  • 43 Chazan M., « L’usage de la compilation », op. cit., p. 290 ; Helinand, PL 212, col. 881.
  • 44 « non solum vulgari fabulatione et cantilenarum modulatione verum etiam in quibusdam cronicis anno (...)
  • 45 « Hinc rerum diligens inspector perpendat, quomodo Ermenricus Theodoricum, Dietmari filium apud At (...)
  • 46 Chronica sive Historia, op. cit., l. V, c. 3, p. 232.
  • 47 Chronica, op. cit., p. 713, 714-715, 773.

25La critique de ces historiens s’étend à d’autres personnages entrés récemment dans l’histoire comme Rollon, popularisé au xie siècle par Dudon de Saint-Quentin et Guillaume de Jumièges : Hélinand et Jean de Saint-Victor notent tous deux que Sigebert de Gembloux, leur source principale, n’en parle pas43. Les héros des poèmes en langue vulgaire, chansons de geste ou autres « cantilènes », selon le terme employé par Frutolf et Aubri de Trois-Fontaines44, ne sont pas ignorés des historiens qui tentent de les insérer dans leurs chroniques, ce qui, souvent, ne va pas sans remise en cause : par exemple, Dietrich de Berne, alias Théodoric de Vérone, ou Théodoric, roi des Ostrogoths, selon Frutolf ne peut avoir été le contemporain d’Attila45. Frutolf est suivi, sur ce point comme bien d’autres, par Otton de Freising46. Aubri de Trois-Fontaines (†apr. 1252) se fait une spécialité de confronter les héros de ces « cantilènes » avec l’histoire savante : ainsi les cas de la reine Sibille, épouse de Charlemagne, injustement accusée d’adultère, d’Amis et Amiles, compagnons du même Charlemagne en Italie, d’Isembard qui trahit un roi Louis, sont examinés, rejetés comme des fables ou bien redatés47.

  • 48 Guenée B., Histoire et culture historique, op. cit., p. 20.

26Notons que les loca sont beaucoup plus rarement mis en cause dans les textes historiques. On ne peut que souscrire à ces remarques de Bernard Guenée : « Les historiens du Moyen Âge n’ont pas ressenti comme indispensable de se situer dans l’espace. […] En faisant du lieu une donnée fondamentale de la culture historique Hugues de Saint-Victor se situait bien au-delà de beaucoup d’historiens du Moyen Âge48. » Les loca ont intéressé les exégètes de l’Ancien Testament en raison du sens spirituel à leur donner ; surtout ils ont une grande importance pour les hagiographes, qu’il s’agisse du lieu du martyre ou de celui du tombeau et/ou enfin de celui de la translation, puisque ce sont des lieux de vénération. Et généralement, c’est en intégrant du matériel hagiographique que les historiens sont amenés à s’interroger sur les loca.

Gesta

27Quand les tempora et les personnae, voir les loca, sont critiqués, alors les gesta eux-mêmes sont susceptibles d’être remis en cause. C’est ce qu’on peut observer dans un certain nombre de cas. Ainsi le règne de Constantin, qui cristallise les difficultés parce qu’il est fondé sur trois traditions écrites différentes : celle de l’historiographie grecque du ive siècle, c’est-à-dire la Chronica d’Eusèbe-Jérôme et l’Historia ecclesiastica d’Eusèbe-Rufin, ainsi que l’Historia tripartita d’Épiphane ; celle de textes hagiographiques, le Libellus de inventione Crucis écrit en Orient et attesté en Occident dès 393, les Actus Silvestri rédigés en latin à la fin du ve siècle par un Syrien vivant à Rome, enfin celle du Constitutum Constantini, la fameuse Donation de Constantin, un faux rédigé entre 750 et 760 et qui reprend en partie les Actus.

  • 49 Otton de Freising, op. cit., l. IV, c. 3, p. 187. L’authenticité de ce texte avait été mise en que (...)
  • 50 Chazan M., « Le regard d’un historien… », op. cit., p. 206-207.

28Toutes les données qui fondent le récit historique sont susceptibles d’être mises en cause : d’abord en ce qui concerne le baptême de Constantin : a-t-il été baptisé par l’évêque arien Eusèbe de Nicomédie à la fin de sa vie, comme le disent Eusèbe-Jérôme et Eusèbe-Rufin ? A-t-il été baptisé par le pape Eusèbe après une victoire sur le Danube, comme le veut le Libellus de inventione Crucis ? A-t-il été baptisé à Rome par le pape Silvestre, après sa conversion la septième année de son règne, comme le disent les Actus Silvestri et le Constitutum ? ce qui pose un problème de chronologie et la mise en cause de la durée des pontificats des papes Eusèbe, Miltiade et Silvestre. Ainsi ni l’auteur du baptême, ni le lieu du baptême, ni sa date ne sont assurés. Accessoirement, on se demande quand les persécutions ont-elles pris fin ? dès l’avènement de Constantin, comme le dit Eusèbe, ou la septième année du règne de Constantin comme le disent les Actus ? Enfin le Constitutum pose le problème de l’étendue de la Donation, ce sur quoi s’affrontent les « Romains » et les « fautores imperii » pour reprendre les termes d’Otton de Freising49. Cependant l’autorité reconnue aux Actus Silvestri impose de façon générale, après discussion, le baptême romain par le pape Silvestre. Par contre, au moins un historien, Robert d’Auxerre, rejette totalement la légende de l’invention de la Croix en affirmant que tout y est faux : le pape qui a baptisé Constantin et le patriarche de Jérusalem cité comme acteur de l’événement, le lieu de la vision de la Croix par l’empereur et l’état de Jérusalem à l’époque de l’invention50.

  • 51 Historia Karoli Magni, Meredith-Jones Charles (éd.), Paris, 1936, p. 33-82 ; Folz Robert, Le souve (...)
  • 52 Helinand, Chronicon, PL 212, col. 845.
  • 53 Chronica, op. cit., p. 721

29Autre texte qui finit par être rejeté, la Descriptio clavis et corone Domini ; il s’agit d’un récit composé vers 1080 à Saint-Denis, qui relate la croisade de Charlemagne en Terre sainte pour garantir l’autorité des reliques de la Passion que détenait l’abbaye. Il a été connu assez rapidement et a eu du succès dans la mesure où il a été rattaché à la Chro­nique de Turpin, c’est-à-dire le récit de la conquête de l’Aquitaine et de l’Espagne par Charle­magne51. Ces deux textes ne se sont pas imposés d’emblée : la Chronique de Turpin semble avoir été plus rapidement acceptée, car son auteur se présente comme un témoin oculaire, ce qui donne à son témoignage un poids décisif, selon les conceptions médiévales. Par contre les réticences vis-à-vis de la Descriptio sont plus durables. Elles sont exprimées très clairement au début du xiiie siècle par Hélinand de Froidmond : il souligne que la Descriptio pose un problème de chronologie, car le voyage de Charlemagne est placé sous les règnes des empereurs Constantin V et Léon IV, qui ont régné selon Hélinand de 741 à 781, à une date où Charlemagne n’était pas empereur52. La démonstration d’Héli­nand est reprise par Aubri de Trois-Fontaines qui en reste au problème des tempora53.

  • 54 Robert Gaguin, Compendium de origine et gestis Francorum, Paris, 1511, f° 52 r°-53 r°. Schmidt-Cha (...)
  • 55 Gaguin, op. cit., fos 2 r°-3 v°, 107 v°, 110 v°.

30À la fin du xve siècle, dans son Compendium de gestis Francorum, Robert Gaguin, sans s’appuyer sur les deux historiens précédents qu’il ne connaît pas, fait à son tour une analyse critique imparable de la Descriptio : examinant les tempora, il relève qu’il est impossible de placer dans la chronologie du règne une expédition si lointaine ; en outre, après le couronnement de 800, Charlemagne n’a pas dépassé les frontières de l’Italie et de l’Allemagne. En ce qui concerne les loca, il note que les lieux et le trajet de l’empereur sont décrits de façon très incertaine et qu’il est invraisemblable que l’empereur ait pu engager son armée dans une forêt connue seulement des bêtes sauvages. Quant aux personnae, il avance que l’empereur Constantin, malade de la lèpre, n’aurait pas pu s’entretenir avec Charlemagne et que si l’expédition avait eu lieu après le couronnement impérial de Charlemagne, l’empereur de Constantinople aurait difficilement accueilli l’empereur des Francs, considéré comme un rival. La conclusion de Robert Gaguin est claire : il n’admet pas le voyage de Charlemagne en Terre sainte, ce sont des deliramenta vetularum54. Rappelons que l’historien avait commencé son Compendium en jetant un doute sérieux sur les origines troyennes des Français, qu’il n’accepte pas la fondation de l’Université de Paris par Denys l’Aréopagite et juge l’idée du Reditus regni ad stirpem Karoli sans intérêt55. Au xve siècle, l’érudition médiévale trouve son aboutissement et, avec elle, une certaine démarche critique des historiens.

31Les lieux critiques de l’historiographie médiévale dépendent du genre pratiqué, les chroniques universelles étant plus riches en discussions critiques ; ils dépendent aussi de l’homogénéité ou de l’hétérogénéité des sources utilisées, car plus l’historien utilise de sources hagiographiques ou de sources littéraires, plus il risque de se heurter à des contradictions entre celles-ci et les sources historiographiques. Par ailleurs ces lieux critiques relèvent d’une tradition : étant donné la méthode de la compilation, les critiques formulées dans les textes-sources sont souvent reprises de compilateur en compilateur, ce qui n’exclut pas que de nouvelles discussions apparaissent en relation avec des sources récentes ou que certains historiens portent un regard critique personnel sur leurs sources.

32Tout naturellement la tradition critique concerne un certain nombre de moments-clés de l’histoire : si la discussion sur les dates de la Captivité à Babylone et l’identité de Darius le Mède, qui mit fin à la domination babylonienne, est un point de passage quasi obligatoire, c’est que la Captivité à Babylone, avec tout ce qui l’entoure, fait la charnière entre le quatrième et le cinquième âge du monde ; si la discussion sur le baptême de Constantin est un véritable topos, c’est que ce moment marque la naissance de l’Empire chrétien et le triomphe définitif de l’Église. De même l’identité des fondateurs et héros éponymes mérite toujours d’être discutée quand il y a des traditions divergentes, étant donné l’importance des origines pour toute communauté médiévale.

33Cependant, l’historiographie étant un domaine vivant, de nouvelles sources apparaissent, en particulier aux xie-xiie siècles, en fonction des intérêts des princes ou des goûts du public ; considérées avec méfiance, voir rejetées par les savants lors de leur apparition comme témoignages isolés ou rapportant des faits que taisent les « chroniques anciennes », elles finissent par susciter sérieusement la discussion ; ainsi les cas d’Arthur, de Rollon, de Dietrich de Berne, ou du voyage de Charlemagne à Jérusalem deviennent à leur tour des lieux critiques.

  • 56 « Chronica graece dicitur quae latine temporum series appellatur » (Etymologiae, l. V, 28 ; éd. Or (...)
  • 57 Guenée B., Histoire et culture historique, op. cit., p. 165.

34Reste que le souci principal des historiens médiévaux n’est pas de détecter la fable, de battre en brèche la fiction, tout ce que nous appelons aujourd’hui la légende ou le mythe. Leur démarche fondamentale est d’établir la suite des temps, series temporum ; c’est l’essence même du genre de la chronique selon Isidore de Séville56, mais même le genre de l’histoire n’y échappe pas. L’historien médiéval fait d’abord et avant tout porter son effort sur les dates et surtout sur les catalogues, catalogues des rois de l’Ancien Testament, des papes et des empereurs, qui constituent l’armature de la chronique ou de l’histoire. S’il y a quelques lieux critiques inévitables comme la date de la fin de la captivité à Babylone ou le catalogue des cinq ou six premiers papes, tous les historiens, même les historiens les moins pointilleux, sont susceptibles à un moment ou un autre, de s’interroger sur une date ou un catalogue. De plus, la discussion sur les personnae est le plus souvent liée à une discussion sur les tempora ; traquer l’anachronisme est la principale démarche critique de l’historien médiéval. Comme l’écrit Bernard Guenée, la grande affaire de l’érudition médiévale « a été, à n’en pas douter, la conquête du temps57 ».

Notes

1 Guenée Bernard, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, 1980, p. 18-19.

2 « Sed hoc hystorice veritati concordare non potest » ; Chronica, l. IX, c. 71, ms. Reg lat. 535, p. 229 (le ms. est paginé) ; « historialis veritas » ; Guibert de Nogent, Gesta Dei per Francos, PL 156, col. 807.

3 « Hystoria est rerum gestarum narratio per primam litterae significationem expressa… Tria igitur sunt in quibus cognitio pendet rerum gestarum, id est personnae a quibus res gestae sunt, loca in quibus res gestae sunt et tempora quando gestae sunt » (Green William M., « De tribus maximis circumstanciis gestoru », Speculum, 18, 1943, p. 491). On retrouve la même définition formulée un peu différement dans le Didascalicon : « […] ut videlicer prius historiam discas et rerum gestarum veritatem, a principio repetens usque ad finem quid gestum sit, quando gestum sit, ubi gestum sit et a quibus gestum sit diligenter memoriae commendes » (Hugues de Saint-Victor, Didascalicon De studio legendi, Buttimer Charles H. [éd.], Studies in Medieval and Renaissance Latin, 10, Washington, 1939, p. 113-114).

4 Chazan Mireille, « L’usage de la compilation dans les chroniques de Robert d’Auxerre, Aubri de Trois-Fontaines et Jean de Saint-Victor », Journal des Savants, 1999, n° 1, p. 275-294.

5 En témoignent les Hebraice quaestiones in libro Geneseos de Jérôme, les Quaestiones in Heptateuchum d’Augustin, l’Antikeimon de Julien de Tolède, les Quaestionum super Genesim dialogus de Bède le Vénérable pour ne citer que les exégètes les plus connus ; ceux de l’époque carolingienne n’ont pas été de reste et le genre des quaestiones a été souvent cultivé d’Alcuin à Agobard de Lyon. Riché Pierre et Lobrichon Gui (dir.), Le Moyen Âge et la Bible, Paris, 1984, p. 158-160 ; Dahan Georges, L’Exégèse chrétienne de la Bible en Occident médiéval xiie-xive siècle, Paris, 1999, p. 131-134. 26

6 Les Grandes Chroniques de France, Viard Jules (éd.), Paris, 1920, p. 20.

7 Schmidt-Chazan M., « Histoire et sentiment national chez Robert Gaguin », Guenée B. (dir.), Le métier d’historien au Moyen Âge, Paris, 1977, p. 232-300 ; Collard Franck, Un historien au travail à la fin du xve siècle : Robert Gaguin, Genève, 1996.

8 Sot Michel, Gesta episcoporum, Gesta abbatum, Turnhout, 1981, p. 28-29.

9 Ranulf Higden, Polychronicon, Babington Churchill et Rawson Lumby Joseph (éd.), Londres, 1865-1186, t. I, p. 30 ; Guenée B., Histoire et culture historique, op. cit., p. 148.

10 Ibid., p. 148-154.

11 Ibid., p. 152-154

12 Ibid., p. 154 ; Chazan M., « Le regard d’un historien sur son oeuvre : la préface de la chronique de Robert

d’Auxerre », Hamesse Jacqueline (éd.), Les prologues médiévaux, Turnhout, 2000, p. 200

13 ID., L’Empire et l’histoire universelle de Sigebert de Gembloux à Jean de Saint-Victor (xiie-xive siècle), Paris, 1999, p. 407- 409.

14 Quidam scribunt Prometheum et Epimetheum et Atlantem fratrem Promethei et Argum cuncta cernentem et Io filiam Promethei his fuisse temporibus, alii vero aetate Cecropis, nonnulli ante Cecropem annis LX sive nonaginta » (Eusebius Werke, t. VII : Die Chronik des Hieronymus, Helm Rudolf [éd.], Berlin, 1956, p. 40).

15 Pour Aubri de Trois-Fontaines, l’autorité d’Elizabeth l’emporte, bien qu’il ne retrouve pas dans le catalogue des évêques de Cologne, celui cité comme contemporain du martyre ; Chronica, Scheffer-Boichorst Paul (éd.), MGH, SS, XXIII, p. 683.

16 « Hunc autem errorem plurimum adauget, quod frequenter praetermittuntur dies et menses quibus super integros annos reges regnaverunt. Negliguntur etiam intervalla temporum inter fines regnantium et primordia subsequentium » (Ranulf Higden, op. cit., l. I, c. 4, p. 39-40).

17 « Quidam regum tot et tot annis regnasse legantur, et tamen aliqui eorum necdum finitis precedentium annis alteri cum alteris maturius incepisse regnare scribantur » (Frutolf-Ekkehard, Chronicon, Pertz Georg H. [éd.], MGH, SS, VI, p. 49).

18 PL 196, col. 241-254

19 Vincent de Beauvais, Speculum historiale, l. II, c. 117, éd. Douai, 1604, p. 85 ; Jean de Saint-Victor, Memoriale historiarum, Paris, BNF, ms. lat. 14624, f° 5 v° ; Ranulf Higden, op. cit., t. III, p. 50-52.

20 De scripturis et scriptoribus sacris, PL 175, col. 25-28.

21 « Hos magis interim sequendos existimo, qui Linum et Cletum dicunt fuisse sub Petro, et illos quidem hoc officium quod chorepiscopi sub episcopo tenent administrasse ; Clementem vero, Petro tradente, legitimo jure successisse, et idcirco eum a quibusdam primum papa vocatum… pro hoc vero aliis dictum tercium esse a Petro quod sub ipso apostolo precesserint eum Linus et Cletus in sacerdotali officio » (Frutolf-Ekkehard, op. cit., p. 99-100).

22 « De isto tacet Eusebius in cronicis et dicit quod Anacletus ipse est Cletus. Sed Damasus papa in cronica romanorum pontificum quam scribit Jeronimo ponit eos pro duobus et dicit quod Cletus fuisse natione romanus, Anacletus autem grecus » (Vincent de Beauvais, op. cit., l. VIII, c. 93).

23 Liber pontificalis, 2e éd. Duchesne Louis, Paris, 1955, p. I-IX.

24 « De annis paparum magna est diversitas in libris et emendare non possumus » (Paris, BNF, ms. lat. 14593, f° 248 v°).

25 « Hic per patricium Romanorum factus est papa. Et propter hoc in cathalogo Romanorum pontificum in plerisque cronicis non ponitur, sed sequens Leo tercius intitulatur in ipsis et in Decreto » (Chronica pontificum et imperatorum, Weiland Ludwig [éd.], MGH, SS, XXII, p. 424).

26 Sigebert, Chronographia, Bethmann Ludwig (éd.), MGH, SS, VI, p. 332 ; Auxerre, Bibl. mun., ms. 145, p. 53 ; ce tableau, d’origine italienne, a circulé avec la Chronique d’Hugues de Saint-Victor et a joui de l’autorité de cet historien ; Chazan M., L’Empire et l’histoire universelle, op. cit., p. 542-547.

27 « De isto Cyriaco papa nulla prorsus mencio habetur in cronicis Damasii pape, Jeronimi presbyteri, Prosperi, Ysidori, Sicardi episcopi Cremonensis et plurimorum aliorum in quibus inspexi et diligencius inquisivi » (Flores chronicorum, Paris, BNF, ms. lat. 4986, f° 8 r°).

28 Vincent de Beauvais, op. cit., l. 14, c. 23, p. 549 ; Martin le Polonais, op. cit., p. 416 ; Ranulf Higden, op. cit., t. V, p. 162.

29 Ibid., p. 80-82.

30 « Haec ideo hoc loco inferre volui quia nullum imperatorem illorum qui ecclesiam persecuti sunt Marcianum appelatum reperi. Sed forte ipse fuit Marcianus praeses sub quo passus est sanctus » (Vincent de Beauvais, op. cit., l. XIII, c. 40, p. 518).

31 Chazan M., L’Empire et l’histoire universelle, op. cit., p. 545-546.

32 On peut donner l’exemple des Gesta episcoporum Mettensium rédigés sous l’évêque Étienne de Bar (1120-1163) : ont été exclus du catalogue, Bennon installé par Henri l’Oiseleur, Walon et Brunon installés par Henri IV ; au xiiie siècle, Jean de Mailly, dans sa chronique en tableaux, réintègre Bennon.

33 Par ex. un Apis égyptien, Apis, roi des Argiens et un Apis, roi des Sicyoniens, Die Chronik des Hieronymus, op. cit., p. 22, 28, 30, 32, une Io, fille d’Inachus, une autre, fille de Prométhée, une autre, fille de Jasus, ibid., p. 27, 40, 42, 43, 44.

34 « De discordia hystoriarum de Api deo Egyptorum » ; l. VI, c. 57 ; l. IX, c. 44, c. 64, c. 71 ; ms. Vat., Reg. lat. 535, p. 105, 218, 227, 229 (le ms. est paginé).

35 « Et Cambisem quidem Nabuchodonosor vocatum fuisse Judithque historiam sub eo conscribi posse non nego ; quomodo autem sub eo acta sit non video. Nam cum idem in hystoriis non ultra octo annos regnasse legatur, regnique illius tempus in cronicis sic annotatum inveniatur, quomodo ipse anno 12° regni sui Arfaxat regem Medorum potentissimum, qui apud nos nusquam in ordine regum qui Medis imperabant ex quo Assyriorum regnum ad Medos translatum est, vicerit, aut quomodo 13° anno pro injuriae suae vindicta Holofernem miserit, scientiae meae necdum occurit » (Frutolf-Ekkehard, op. cit., p. 56). Hugues de Saint-Victor, dans le De scripturis et scriptoribus sacris, c. 18, pose le même problème et dans des termes voisins (op. cit., col. 25).

36 Chronica, l. V, c. 4, l. VI, c. 62, l. IX, c. 8, 15, l. XIV, c. 4, l. XVIII, c. 20, ms. Reg. lat. 535, p. 65, 106, 228, 229, 386, 408.

37 « Dicit Isidorus Etymol. XV : “Si de constructione urbis Romae certa ratio non appareat, non est mirum si in aliarum opinione dubitetur” » (Ranulf Higden, op. cit., t. I, p. 18).

38 de resurgir après 1450

39 « ridicula de eis figmenta… contra fidem historicae veritatis deliravit » (Guillaume de Newburgh, Historia rerum Anglicanarum, Chronicles of the reigns of Stepen, Henry II, and Richard I, Howlett Richard [éd.], vol. I, Londres, 1884, p. 11-18).

40 RanulfHigden, op. cit., t. V, p. 332-336.

41 Guenée B., Histoire et culture historique, op. cit., p. 165 ; Keeler Laura, Geoffrey of Monmouth and the Late Latin Chroniclers (1300-1500), Berkeley/Los Angeles, 1946, p. 40.

42 Chazanm., « L’usage de la compilation », op. cit., p. 282, 289 ; Vincent de Beauvais, op. cit., l. XX, c. 56 : « cujus mirabiles actus etiam lingue personant populorum, licet plura esse fabulosa videantur », l. XXVI, c. 20 : « et furnum famosi illius regis secundum fabulas Britannorum Arthuri ».

43 Chazan M., « L’usage de la compilation », op. cit., p. 290 ; Helinand, PL 212, col. 881.

44 « non solum vulgari fabulatione et cantilenarum modulatione verum etiam in quibusdam cronicis annotatur… » (Frutolf-Ekkehard, op. cit., p. 130).

45 « Hinc rerum diligens inspector perpendat, quomodo Ermenricus Theodoricum, Dietmari filium apud Attilam exulare coegerit, cum juxta hunc historiographum contemporalis non fuerit. Igitur aut hic falsa conscripsit aut vulgaris opinio fallitur et fallit, aut Ermenricus et alius Theodoricus dandi sunt Attilae contemporanei, in quibus hujusmodi rerum convenientia rata possit haber » (ibid.) ; Graus Frantisek, Lebendige Vergangenheit, Cologne-Vienne, 1975, p. 39-48.

46 Chronica sive Historia, op. cit., l. V, c. 3, p. 232.

47 Chronica, op. cit., p. 713, 714-715, 773.

48 Guenée B., Histoire et culture historique, op. cit., p. 20.

49 Otton de Freising, op. cit., l. IV, c. 3, p. 187. L’authenticité de ce texte avait été mise en question dès Otton III, mais la forgery ne sera définitivement prouvée par Lorenzo Valla qu’en 1493.

50 Chazan M., « Le regard d’un historien… », op. cit., p. 206-207.

51 Historia Karoli Magni, Meredith-Jones Charles (éd.), Paris, 1936, p. 33-82 ; Folz Robert, Le souvenir et la légende de Charlemagne, réimp., Genève, 1973, p. 179-180 et 217 ; Du Pouget Marc, « Recherches sur les chroniques latines de Saint-Denis. Édition critique et commentaire de la Descriptio clavi et coronae Domini et de deux séries de textes relatifs à la légende carolingienne », École nationale des Chartes, Position des thèses, 1978, p. 43-45.

52 Helinand, Chronicon, PL 212, col. 845.

53 Chronica, op. cit., p. 721

54 Robert Gaguin, Compendium de origine et gestis Francorum, Paris, 1511, f° 52 r°-53 r°. Schmidt-Chazan M., « Histoire et sentiment national chez Robert Gaguin », op. cit., p. 272-282 ; Collard F., Un historien au travail, op. cit., p. 177-193.

55 Gaguin, op. cit., fos 2 r°-3 v°, 107 v°, 110 v°.

56 « Chronica graece dicitur quae latine temporum series appellatur » (Etymologiae, l. V, 28 ; éd. Oroz-Reta José, Madrid, 1982, p. 536).

57 Guenée B., Histoire et culture historique, op. cit., p. 165.

Auteur

Université de Metz

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540