Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et mentalités au Moyen Âge

 | 
Sophie Cassagnes-Brouquet
, 
Amaury Chauou
, 
Daniel Pichot
, 
et al.

Avant-propos

Sophie Cassagnes-Brouquet, Amaury Chauou, Daniel Pichot et Lionel Rousselot

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Lors du départ à la retraite d’Hervé Martin, ses collègues médiévistes de l’Université Rennes 2 Haute Bretagne, ont décidé de réunir en son honneur un volume d’hommages. Il apparaissait que cette coutume universitaire convenait parfaitement au but envisagé. Après une carrière entièrement inscrite à Rennes 2 et l’œuvre éminente qu’il a écrite, lui consacrer ce témoignage d’amitié s’imposait et l’empressement avec lequel les contributions nous sont parvenues nous a conforté dans notre choix.

2Beaucoup plus qu’un recueil plus ou moins hétéroclite de textes disparates nous avons voulu élaborer un volume cohérent, organisé autour des grands thèmes de recherche de notre collègue. Il s’agissait de montrer que ses travaux avaient ouvert des pistes neuves et inspiré de multiples réalisations. Sans parler des nombreux articles et communications lors de colloques, il est notable que ses choix et les étapes de sa recherche ont suscité des livres de synthèse qui s’inséraient dans les champs les plus neufs de la production historique. Il suffisait de nous laisser guider par cette œuvre dont la cohérence sous-tend ce volume.

3Ouvrir par le champ de l’historiographie s’imposait, tant chez lui la réflexion sur la démarche de l’historien et le discours historique sont inséparables de la recherche. Cela nous valut le brillant Écoles historiques rédigé en collaboration avec Guy Bourdé. L’ampleur de la vision et l’indépendance du jugement suffirent à lui assurer un succès mérité, mais bien plus à en faire le classique de plusieurs générations d’étudiants. La diversité des contributions à cette première partie a aussi permis de montrer la résonance des travaux d’Hervé Martin bien au-delà du cercle des médiévistes, ce qui n’est pas le moindre de ses mérites.

4Ensuite, il n’y avait plus qu’à dérouler la progression des ouvrages dont l’ouverture accompagnait la maturité d’un historien qui prenait de l’ampleur. La thèse de troisième cycle consacrée aux Ordres mendiants en Bretagne s’inscrivait dans un courant dont la richesse des contributions montre qu’il reste dynamique et s’ouvre à de nouvelles problématiques, tant en ce qui concerne les structures des ordres que leur influence dans la société ou leur spiritualité.

5La prédication et la parole, vivement analysées dans Le Métier de prédicateur prenaient pour cadre une analyse sociologique, mais le choix d’affronter cette marée de sermons avec des méthodes neuves empruntées à la linguistique ouvrait avec quelques autres les voies d’une audacieuse analyse du discours.

6La logique poussait vers l’histoire culturelle et les mentalités dont la richesse foisonnante est cernée par la brillante synthèse des Mentalités médiévales. De très nombreuses contributions sont venues étayer deux chapitres du présent volume. Le premier consacré au peuple chrétien multiplie les interrogations sur les pratiques religieuses et ce qu’elles traduisent. Le second s’ouvre sur le champ culturel au sens large et les mentalités, et manifeste la vigueur et la diversité des démarches en ce domaine.

7Bien sûr, une place de choix a été réservée à la Bretagne mais c’est à travers tout l’Occident, et au-delà jusqu’en Russie, et à travers les siècles que nous conduisent les 56 contributions réunies. Ce nombre suffit à dire l’importance de l’historien et la portée de son œuvre mais permet aussi, et ce n’était pas la moindre de nos aspirations, de susciter un travail neuf autour et à partir de cette œuvre. Ce gros recueil constitue certes un hommage, et des plus importants, mais il est aussi, nous l’espérons, une vaste pérégrination sur les chantiers actuels de l’Histoire qui multiplie les interrogations et les chemins d’approche. Si certaines contributions brillent par l’originalité de leur sujet, d’autres abordent de façon très neuve de vieilles questions et, au fil des pages, naît une vision sans doute éclatée mais finalement cohérente des sociétés de la fin du Moyen Âge et de leurs représentations, sans parler de leurs résonances sur notre époque. Que cela puisse naître d’une réflexion sur les travaux d’un même historien, c’est sans aucun doute la preuve de la qualité de l’historien.

8Pour l’équipe qui a animé ce travail, les choses ne furent pas toujours simples et l’ampleur de la tâche a sollicité beaucoup de bonne volonté, mais le résultat valait cet effort qui ne fut pas aussi sans agrément, et nous sommes heureux d’offrir ce volume à Hervé Martin. Puisse ce témoignage d’amitié susciter de nouvelles preuves de son talent.

9Nous ne saurions terminer sans adresser nos vifs remerciements à tous ceux qui nous ont apporté leur aide précieuse, en particulier Monique Chauvin, André Chédeville et Bernard Merdrignac, ainsi qu’aux PUR qui ont assuré avec des soins sans cesse renouvelés l’édition de ce livre et à l’Université Rennes 2 qui a voulu par son soutien honorer l’un des professeurs qui ont brillamment assuré sa réputation.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540