Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

1795, pour une République sans Révolution

 | 
Roger Dupuy

Conclusion

Roger Dupuy und Marcel Morabito

Indexeinträge

Géographique :

France

Volltext

1Héritiers de Mathiez, ne sommes-nous pas tentés d'interpréter la réaction thermidorienne en termes trop contemporains ? Ne faut-il pas, comme, nous y invitent les remarques de René Rémond, repenser l'an III ? Plus qu'un retour en arrière, Thermidor n'exprime-t-il pas une volonté de recentrage politique ?

2Tout en conservant les instruments du gouvernement révolutionnaire en vue de reconquérir le pouvoir, la Convention se doit d'échapper à une logique ne lui laissant d'autre alternative que l'anarchie démocratique des sans-culottes ou la dictature épuratoire des comités. Cette nécessité requiert de rompre avec le passé immédiat. C'est ce que dit Bronislaw Baczko lorsqu'il assimile le 9 thermidor à la condamnation d'un passé qu'il faut désormais rejeter. Recul de la démocratie, apparition d'un nouveau style politique : tels sont les signes les plus évidents de la rupture qui s'accomplit.

3Des clichés outrageusement négatifs témoignent de la régression démocratique. Le peuple des faubourgs semble n'être plus composé que de terroristes sanguinaires et de vandales ignares. Attaques d'autant plus fatales à l'image de la sans-culotterie que le ressort militant du mouvement populaire, comme le confirme Kåre Tønnesson, est brisé. Ce réquisitoire proprement réactionnaire a son corollaire constitutionnel : démocratie capacitaire, limitation des droits de l'homme et du citoyen, institution de devoirs.

4La stabilité républicaine suppose de fait une autre politique, où les solutions concrètes prévalent sur les déclarations d'intention. Une politique réaliste qui s'efforce de sauvegarder la République en conjurant enfin toutes les dérives. Bicamérisme et réhabilitation du pouvoir exécutif éclairent ce changement de cap, cette victoire de l'efficacité sur la vocation révolutionnaire. Le droit l'emporte sur la philosophie et sonne le glas de la surpolitisation de l'an II. À l'instar de la fonction militaire, la politique se professionnalise. En atteste la composition de la commission des Onze où prédominent des juristes dont l'influence sera grande sur les orientations constitutionnelles de la Convention.

5Ce retour des légistes ne saurait pourtant signifier que l'on retombe dans l'Ancien Régime. Si l'an III condamne le passé le plus proche, il s'inscrit néanmoins dans la continuité de la Révolution, il est vrai sous bénéfice d'inventaire. Certains principes, plus encore les mêmes hommes survivent au 9 thermidor.

6Ainsi, l'abandon de la constitution de 1793 ne signifie en rien que nos thermidoriens renient en bloc la pensée de Rousseau, dont ils n'entendent nullement laisser la propriété à la Montagne extrême. Le comportement vertueux exigé du citoyen par l'article 4 de la Déclaration des devoirs, la collégialité comme la responsabilité du Directoire exécutif expriment son actualité persistante. Toutefois, pas plus que la Constituante, la Convention n'emprunte au citoyen de Genève l'idée du mandat impératif. Elle ne conçoit pas que la souveraineté nationale puisse s'exprimer hors de son enceinte. L'épisode terroriste la pousse d'ailleurs à se montrer plus radicale que sa devancière, à en finir avec toute autre forme révolutionnaire de légitimité. Plus que jamais, la politique doit rester l'affaire des députés.

7En témoigne avec éclat le décret du 5 fructidor an III « sur les moyens de terminer la Révolution », qui réserve aux conventionnels sortants deux tiers des sièges dans les premiers Conseils. Est-il en vérité, comme le note Mona Ozouf, meilleur moyen de stabiliser le régime que d'en confier la responsabilité à ceux qui ont eu à subir l'épreuve de la Terreur ? Unis par une semblable aversion du jacobinisme et du royalisme, ces hommes expérimentés ne sont-ils pas les mieux placés pour préserver la République des turbulences révolutionnaires ? Thermidor renoue en ce sens avec les élites, qu'il s'agisse de les réhabiliter ou d'en favoriser la formation. La République a de nouveau besoin de savants.

8On sait que cette volonté de la pérenniser ne put aboutir. L'échec en est-il imputable, comme les contemporains l'ont prétendu, aux vices inhérents à la constitution de l'an III ? La survivance jusque dans la Ve République d'une partie des innovations thermidoriennes tend à prouver le contraire. L'an III souffre avant tout de ne pouvoir résorber les affrontements hérités. D'autant que, à ne plus tolérer aucune expression politique concurrente, l'Assemblée se prive de tout appui populaire spontané. Distribuer occasionnellement des fusils à une poignée de sans-culottes ne peut suffire. Le recours à l'armée devient inévitable. On ne peut toujours pas, comme le montre Colin Lucas, se passer de la violence, dont l'efficacité brutale semble continuer de fasciner cette génération politique. Certes, la Terreur n'est plus à l'ordre du jour, mais le pouvoir se révèle encore incapable d'y renoncer en toutes circonstances. Quoique résolue à rompre avec les excès du passé, la République de l'an III ne parvient pas à complètement s'émanciper de la Révolution.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Kaufen