Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1795, pour une République sans Révolution

 | 
Roger Dupuy

4e partie. Les rapports de forces politiques

Débat

Colin Lucas

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Bronislaw BACZKO

2Qu'en-est-il de la sans-culotterie ? Qu'en est-il du Ier prairial même si ce qui s'y passe est plus clair qu'en germinal ? Thermidor prouve la fragilité de la sans-culotterie qui est un phénomène inscrit dans le temps, qui a un début et qui se termine. Le jacobinisme s'inscrit dans la longue durée, pas la sans-culotterie. Pour ce qui est de prairial, comment l'aborder ? Je me suis posé la question suivante : quels sont les acteurs politiques de cette journée ? Car elle fut éminemment politique puisqu'il y fut avant tout question de pouvoir. Donc, la convention est envahie par la foule et, pour la première fois et la seule fois dans l'histoire parlementaire française, on a tué un député et je ne parlerai pas davantage de cette terrible tête qu'on a brandie sous les yeux des conventionnels. Laissons-là le macabre pour nous interroger sur la nature des acteurs politiques. Je pense qu'il y en a trois, dont deux ont un projet politique ou une esquisse de projet.

3Le premier acteur, c'est la foule et Tonnesson a très bien montré que cette foule est sans meneur véritable : elle occupe l'Assemblée pendant dix heures, menace, vocifère sans parvenir à donner à son mécontentement une expression politique claire. Le deuxième acteur n'est pas véritablement présent, c'est le personnel que vous avez évoqué, appelez-le sectionnaire ou terroriste, au sens où ce personnel a détenu le pouvoir dans les sections pendant la période de la Terreur. Ce personnel a un projet : il se résume simplement dans l'exigence de libérer les prisonniers, patriotes prononcés, arrêtés depuis Thermidor et substituer aux Comités qui les gouvernent depuis la même date d'autres Comités, mais sans avancer aucun nom pour les constituer et sans préciser leurs attributions exactes. Le troisième acteur, c'est la Convention qui a subi l'invasion populaire pendant plusieurs heures et a éprouvé une énorme peur panique. On pourrait supposer qu'à l'intérieur de cette Convention se trouverait un groupe de députés qui pourrait combler les insuffisances politiques de la foule et formuler ses exigences en projet politique.

4Quand l'affrontement se termine, la Convention désigne six députés comme coupables de collusion avec la foule. Or, rien ne peut vraiment justifier cette accusation, surtout pour ce qui regarde la seule véritable tête politique parmi ces six : Romme. Rien, ni dans ses interventions à la Convention, ni dans sa correspondance, ni dans ses dépositions lors de son procès, ne permet de déceler une complicité entre la foule des manifestants et lui. Au contraire, en parlant de cette foule dans sa déposition, Romme utilise les termes de « cruelle », « ignare », et Bouchotte dit que c'étaient des cannibales et que durant toutes ces heures d'occupation vociférante, un de ces hommes lui a tapé sans arrêt sur la tête. Il ressort de tous ces témoignages une sorte de clivage culturel entre ces députés présumés coupables et la foule. Donc, ces Montagnards ne pouvaient pas être les complices de cette foule, prêts à formuler un programme qu'ils auraient contribué à élaborer ; on assiste plutôt à un engagement spontané de plusieurs députés à un moment donné. Que s'est-il passé dans leur esprit ? Pourquoi ces députés ont-ils pris la parole ? Ce qui réunit ces six députés, c'est le respect de la loi ! Ces hommes respectent la loi et ils interviennent pour défendre la Convention qui l'incarne. Ils sont intervenus pour occuper la tribune, pour empêcher qu'un autre qu'un député dise la loi ou l'impose du haut de la tribune de la Convention. Peut-être que la Convention n'a jamais été aussi unie qu'à ce moment là, lorsqu'elle été opposée à la forme de violence la plus archaïque.

5En conclusion, nous sommes devant un enjeu symbolique et je reprends en quelque sorte ce que nous a dit Colin Lucas. Il y a d'une part des personnages qui vont être récupérés par certains Girondins : c'est Louvet qui fera l'éloge de Féraud et c'est Tusseau qui va chercher son corps pour préparer la célébration de son martyre. Puis, il y a l'autre tradition : celle des six martyrs de la Montagne, dont on dit qu'ils sont morts pour avoir voulu défendre les intérêts du peuple. Or, en fait, ils ont voulu, eux aussi, protéger la Convention. Je propose donc de relier les deux traditions, de dire non pas qu'il y a eu six martyrs et puis Féraud mort pour une cause différente mais, comme je l'ai dit récemment, au colloque de Riom, qu'il y a eu sept martyrs morts pour le maintien de la paix sociale et pour sauvegarder l'intégrité de la Convention. Si l'on accepte de faire ce pas, alors on pourra restituer toute la portée symbolique véritable de cette grande journée révolutionnaire du premier prairial.

6André DEVOS (IRHISO)

7Il s'agit d'une information complémentaire à l'intervention de Roger Dupuy plus que d'une question et elle concerne celui qui fut ensuite le chef du courant légitimiste en Ille-et-Vilaine, Jacques Corbière, reçu comme avocat, à Rennes, le 7 avril 1787, et qui fit son entrée politique au Conseil des Cinq-Cents en l'an IV alors que Lanjuinais allait siéger au Conseil des Anciens. Or, Lanjuinais avait été le professeur de droit canon de Corbière et on peut estimer, que tout en étant légitimiste, Corbière défendit, en 1814, des idées proches de celles de Lanjuinais sur le veto et l'Assemblée unique. De plus, Corbière se voulait plébéien et dans ses Mémoires, encore inédits, il explique sa prudence politique jusqu'au Directoire comme répondant au souhait d'un député montagnard de Rennes, Charles Duval, qui lui avait conseillé de ne pas afficher trop vite des opinions extrêmes. Ce personnage incarne donc, à sa manière, le royalisme plébéien évoqué par la communication de M. Dupuy.

8Roger DUPUY

9En deux mots, la carrière politique de Corbière prouve que l'anti-Révolution a été, tout comme la Révolution, un ascenseur social et a engendré également une nouvelle élite.

10Alain GERARD (Centre Vendéen de Recherches Historiques)

11Une autre question pour Roger Dupuy Vous semblez, à la suite de Mathiez, reprendre l'accusation affirmant que si les Vendéens et les Chouans avaient gagné, ils auraient rétabli l'Ancien Régime. Or, vos travaux ont contribué à prouver que ces paysans ne combattaient pas pour cette restauration. Le Royalisme, en Vendée et ailleurs dans l'Ouest, n'engendre pas un projet politique très clair. Il serait surtout le rejet par les populations d'une République violemment hostile à l'Église et souillée, surtout après 1794, par le massacre de femmes et d'enfants. D'autre part, le royalisme, en 1795, n'est-il pas surtout une simple formule de la rhétorique thermidorienne pour justifier le maintien au pouvoir du personnel conventionnel en éludant toute légitimation véritable par un vote démocratique ?

12Roger DUPUY

13Je ne veux pas entamer ici un débat sur les motivations réelles de l'anti-Révolution paysanne, mais je partage votre sentiment pour ce qui est de la réalité de l'attitude de ces paysans révoltés. Néanmoins, pour ce qui est de la rhétorique, je rappelle que mes réflexions se situent dans le domaine des représentations qui est celui de la politique et que, dans ce domaine, même après Quiberon, la place de l'Ouest reste importante et contribue à justifier l'hypothèse d'une menace royaliste encore redoutable. Ce n'est pas tant le contenu réel du royalisme qui compte que l'idée que s'en font les conventionnels et leurs partisans.

14Marcel DORIGNY

15Françoise Brunei a identifié une centaine de députés montagnards à la Convention, moi-même j'ai tenté de cerner l'importance et la composition du noyau girondin. De la même façon, peut-on isoler dans la Convention un noyau dur de royalistes actifs et décelables ou bien ne s'agit-il que d'accusations purement imaginaires lancées contre les uns ou les autres ? Nous avons parmi nous M. Bovykine qui nous vient de Moscou et qui se consacre à l'étude du mouvement royaliste de l'an III, peut-être peut-il nous en dire plus sur ce sujet ? Est- ce que ce royalisme diffus a un relais politique dans la Convention ?

16Roger DUPUY

17Personnellement, je ne peux pas répondre de façon précise, sinon en rappelant des évidences. C'est toujours la même Convention depuis 1792 que je sache, ce sont donc toujours les mêmes députés et il n'y avait guère de royalistes parmi eux.

18Marcel DORIGNY

19Il y avait des silencieux !

20Roger DUPUY

21Certes, et beaucoup de ces députés ont dû évoluer dans leur conviction pendant la période terroriste, mais je ne peux guère en dire plus et me tourne vers M. Bovykine pour savoir s'il a des lumières particulières sur ce sujet.

22Dimitri BOVYKINE (Université de Moscou)

23Les seuls documents disponibles sont d'abord les Mémoires comme ceux de La Révellière et de Thibaudeau et tous laissent entendre qu'il y avait dans la Convention plusieurs royalistes et, parmi eux, des personnalités éminentes. On trouve même l'hypothèse de négociations entre Tallien, Barras et Louis XVIII ayant abouti à une lettre de grâce du prétendant à l'égard de ces deux « terroristes ». Mais on n'en a pas la preuve écrite effective. Le seul document écrit que j'ai trouvé est une lettre existant dans les papiers de Sieyès aux Archives Nationales, lettre écrite par un royaliste français qui résidait à Londres et dans laquelle on peut lire cette phrase qui dit, en parlant d'une tierce personne: « elle est aussi royaliste que moi et que vous-même ». Je ne sais pas qui est l'auteur de cette lettre, ni à qui elle est adressée. Il s'agit d'identifier cet auteur et de savoir si le destinataire est Sieyès. C'est tout ce que je peux dire sur ce sujet. Mais je voudrais poser une question à M. Dupuy : est-ce que vous considérez que la mort de Louis XVII serait une ligne de démarcation entre le royalisme organisée et le royalisme spontané ?

24Roger DUPUY

25Si j'ai bien compris votre question, la mort du jeune Louis XVII a-t-elle modifié le comportement des royalistes ? Il est vrai que, pour ce que je connais, les pacifications de l'Ouest ont été accompagnées de rumeurs faisant état d'une possible réinstallation du jeune Bourbon sur le trône. Sans aller jusqu'à des clauses secrètes au traité de La Jaunais, il semble bien qu'il y ait eu chez les chefs des insurgés de l'Ouest le sentiment qu'il y avait des convergences entre eux et une partie des Thermidoriens et que la mort du dauphin remet tout en cause, d'autant que la déclaration de Vérone remet les pendules à l'heure du côté du futur Louis XVIII. Le royalisme sera ultra ou ne sera pas. Encore peut-on penser qu'il s'agit là d'une position dure en vue de futures négociations. Et puis l'affaire de Vendémiaire est là pour prouver que la solution constitutionnelle a encore des partisans dans Paris même. N'oublions pas les pages de Joseph de Maistre écrites en 1796, et qui affirment que la Restauration se fera très simplement et qui ont paru prophétiques en 1814 !

26Marcel DORIGNY

27Mais en 1814, il y a eu quelques événements extérieurs supplémentaires...

28Roger DUPUY

29Indubitablement.

30Colin LUCAS

31Personnellement, je trouve que ces mots de royalisme et de royaliste, en 1795, ne veulent rien dire. Ils sont tellement flous que l'on ne peut rien en déduire. Cela concerne tous ceux qui ne sont pas d'accord avec la Convention et c'est d'ailleurs le problème de l'article de Suratteau qui donne au mot royaliste l'acception qu'il avait sous le Directoire, c'est-à-dire tous ceux qui sont mécontents. C'est un terme creux. C'est comme si l'on disait, il y a 30% de fumeurs dans le pays : qu'en déduire politiquement ?

32Bernard GAINOT

33L'intervention de Colin Lucas correspond à la première partie de ce que je voulais dire. Il ne faut pas être dupe du vocabulaire utilisé en 1795 ou

341796 : royaliste signifie tout au plus mécontent. De même, il ne faut pas prendre à la lettre une expression comme buveur de sang ou terroriste. Le deuxième point que je voulais soulever, c'est que si je concède à Roger Dupuy l'existence de deux niveaux de royalisme, et donc de ce royalisme populaire, qu'il faudrait plutôt appeler traditionalisme populaire, quels sont ses vecteurs ? Quelle traduction politique lui donner ? En l'an IV, il y aura les Instituts philanthropiques pour encadrer la protestadon populaire. Existe-t-il quelque chose d'équivalent dès 1795 ? De la même façon, on ne peut prétendre que les 64 départements où les élections sont cassées sont à considérer comme royalistes, tout comme ceux qui conservent leurs élus, la Vendée, par exemple, ne sont pas de facto des bastions républicains.

35Roger DUPUY

36Je souhaiterais répondre à la fois à Colin Lucas et à Philippe Gainot : le flou et 1 ambiguïté font partie de la réalité politique et ont pu être utilisés par les partis en présence. En 1795, on n'était pas dans un colloque d'historiens tenus de définir leurs concepts. On était immergé dans une réalité politique ambiguë, dans des rapports de forces nouveaux, surtout à Paris. Si l'on concède que les Instituts philanthropiques ont existé, ils n'ont pas encadré des forces subitement surgies du néant et Vendémiaire est là pour le prouver. Si vous prenez l'exemple de Lyon, la ville a failli connaître, elle aussi, une insurrection royaliste durant l'été et l'automne de 1795. Il s'était créé, en quelques mois, un climat favorable à tous ceux qui avaient eu à souffrir de la Convention en 1793 et 1794. Il fallut expédier des troupes pour intimider tous ces mécontents que l'on disait royalistes. Je revendique le flou comme catégorie du politique surtout dans les moments de rééquilibrage et de transition.

37Raymonde MONNIER

38Pour revenir à M. Baczko, je pense que Prairial, c'est la mort politique du mouvement populaire plus que de la sans-culotterie déjà politiquement anéantie depuis Ventôse. Et le désarmement du faubourg Antoine traduit une fracture sociale car il signifie, géographiquement, une mobilisation de la ville contre le faubourg. Et pour incarner symboliquement cet ultime sursaut populaire, je tiens à évoquer la figure emblématique du noir Guillaume Delorme qui émerge des ultimes barricades du faubourg, emblème tragique de la différence revendiquée et exaltée.

39Patrice GUENIFFEY

40Je voudrais dire à Roger Dupuy que je pense que le royalisme post-thermidorien est un royalisme réactif : c'est l'opinion des mécontents et elle ne fonde pas un projet politique viable. Tocqueville, dans le chapitre inachevé qu'il consacre au Directoire, cite un rapport d'administrateur affirmant que les Français maudissent la République car elle ne les nourrit pas, mais ils préfèreraient manger des pierres plutôt que de voir revenir le temps des seigneurs. De plus, il n'y a pas de prétendant et celui de Vérone ne veut rien lâcher. Tout cela est bien hétérogène pour constituer un véritable mouvement royaliste.

41Roger DUPUY

42Je suis d'accord pour constater le caractère hétéroclite du royalisme thermidorien, mais quelle que soit sa nature véritable, il entretient chez le prétendant le fol espoir d'un retournement possible de situation avec le soutien des Anglais et Bonaparte en profitera à son tour...

43Patrice GUENIFFEY

44Mais ce n'était pas un Bourbon, il y a désaffection à l'égard de l'Ancien Régime et, en 1814, le comte d'Artois se plaint de l'indifférence des foules, la République a labouré en profondeur et tout avait peut-être déjà commencé bien avant. Donc, parlons plutôt d'un royalisme résiduel, d'autant que pour 1795 nous n'avons pas d'étude d'opinion. Mais je voudrais poser une question à Marcel Dorigny, dont j'ai apprécié la communication très fine. Les deux groupes de Girondins qu'il distingue après Thermidor, c'est quelque chose que je ne connaissais pas et l'énumération des noms est très utile. Elle permet de constater certaines réalités : ainsi, on a Henri Larivière, Girondin conjoncturel sous la Convention, car la Gironde sous la Convention est un agglomérat de gens très divers. Il y a les Girondins de la Législative et il y a tous ceux, venus de la Plaine, qui la rejoignent en octobre 1792 parce qu'elle combat Paris et toutes les nouvelles surenchères révolutionnaires : donc, ce n'est pas un vrai parti mais une coalition contre Paris. Ainsi, Larivière n'est pas un Girondin, mais plutôt un homme de droite ; rappelons-nous qu'il est un des cinq députés partisans de La Fayette sous la Législative réélus à la Convention, où il rejoint la Gironde parce qu'il la considère comme la droite de la nouvelle Assemblée et trouve normal de siéger à ses côtés. À côté de ces gens de droite, il y a un autre groupe, Louvet, Mercier, Paine, Bonneville qui vont être les gardiens du républicanisme girondin et ce sont d'anciens amis de Brissot. Autrement dit, après la parenthèse de la Convention montagnarde qui a pour conséquence d'agglomérer la Gironde, on retrouve sous Thermidor, le petit cercle initial du noyau brissotin et c'est ce qui m'a intéressé dans votre communication.

45Marcel DORIGNY

46C'est en effet le noyau des Brissotins, mais la réalité est encore plus complexe dans la mesure ou Larivière a fréquenté, lui aussi, Brissot dès avant la Révolution, et donc il a un itinéraire atypique. Je ne suis pas tout à fait d'accord sur la caractérisation de la Gironde sous la Convention, c'est sans doute plus complexe là aussi. Il est vrai que la Gironde, sous la Convention, cristallise autour d'elle des éléments hétérogènes mais c'est le noyau brissotin qui sert de point de ralliement. Il faudrait, pour la Convention thermidorienne, décrypter les attitudes d'une centaine de députés à l'aide de critères adéquats mais tous n'ont pas pris la parole. Cela reste donc difficile.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter