Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1795, pour une République sans Révolution

 | 
Roger Dupuy

4e partie. Les rapports de forces politiques

La mort politique de la sans-culotterie parisienne

Kåre TØnnesson

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Tønnesson (K.), La défaite des sans-culottes. Mouvement populaire et réaction bourgeoise, Oslo/Par (...)

1En m'invitant à faire une communication sur un sujet que j'ai traité il y a trente-six ans, mais peu pratiqué par la suite, M. Dupuy m'a demandé si j'étais resté sur mes anciennes positions ou si j'avais changé de conception. Cette question m'a fait reconsidérer ma thèse sur La défaite des sans-culottes1 et, plus généralement, l'étude des sans-culottes dans les années cinquante à la lumière de quelques critiques et révisions plus récentes. Il fallait en effet élargir la vision, car mon livre s'inscrivait dans le contexte des recherches faites dans cette décennie par Albert Soboul, Georges Rudé et Richard Cobb. Il devait surtout beaucoup à Soboul, dont les travaux sur les sans-culottes parisiens de l'an II constituaient le point de départ de mon étude sur leurs successeurs en l'an III.

2Ce contexte importe surtout pour la première question à discuter, à savoir : qui étaient les sans-culottes ? À l'encontre des idées reçues qui assimilaient les sans-culottes aux ouvriers salariés, Soboul, Cobb, Rudé et moi-même avions souligné la composition sociale hétérogène de la sans-culotterie, allant des ouvriers salariés en passant par la boutique et le petit atelier aux patrons employant plusieurs dizaines de travailleurs. Nous décrivions la sans-culotterie comme une coalition d'hommes et de femmes du menu peuple et de la petite bourgeoisie. Ainsi, nous percevions les conflits entre sans-culottes et modérés réacteurs bourgeois dans les sections comme des luttes entre classes sociales. Ainsi, également, les minorités sans-culottes militantes nous apparaissaient comme les représentants articulés des masses populaires, si difficiles à saisir. Ce sont là sans doute chez nous des points faibles parce qu'insuffisamment problématisés.

  • 2 « Social structures, political elites and ideology in revolutionary Paris, 1792-94: Acritical eval (...)
  • 3 Ibid., p.99.

3La plus intéressante critique à mon sens de la conception soboulienne des sans-culottes, celle de R. M. Andrews2, s'attaque notamment à ces deux points. En bon polémiste, l'historien américain ouvre sa campagne par de grands coups, quitte à faire marche arrière à la fin de son article. Il lui importe surtout de démentir la représentativité des dirigeants sans-culottes par rapport à ceux qu'ils dirigeaient : « Les meneurs de la sans-culotterie n'étaient point des particules de surface d'une masse »3.

  • 4 Ibid., p.77, 100.

4À l'aide de recherches prosopographiques, Andrews refuse l'étiquette de petit bourgeois aux sans-culottes patrons ou propriétaires, les élevant carrément au niveau de la bourgeoisie. Ensuite, introduisant une terminologie nouvelle, il fait de cette bourgeoisie sans-culotte la totalité de la sans-culotterie, en qui il voit « un mouvement fondamentalement bourgeois »4. Loin d'être la minorité agissante des masses populaires, elle constitue une oligarchie — ou plutôt des oligarchies — manipulant les plébéiens. Ce mot remplace en effet dans la terminologie d'Andrews les masses populaires, les militants sans-culottes du menu peuple se retrouvant sous le vocable militants plébéiens. Vers la fin de l'article viennent pourtant des concessions : les oligarchies de patrons bourgeois bien établis partagent quand même le pouvoir avec des hommes de loi, des scribes, des déclassés et des dégringoleurs. En fin de compte, Andrews admet aussi que le terme sans-culotte a été appliqué par les contemporains au menu peuple révolutionnaire.

***

  • 5 Ibid., p. 76.
  • 6 Défaite, p. XV; Annales ESC, nov.-déc. 1963, p.1117.

5Qu'y a-t-il donc chez Andrews qui pourrait servir l'analyse de la sans-culotterie de l'an III et de sa mort politique ? D'abord, Andrews prolonge, en l'accentuant, notre tendance des années cinquante à rendre socialement respectable la sans-culotterie ou son élite : les sans-culottes seraient « the literate, the skilled and the propertied »5 des « sachant lire », des qualifiés et des possédants. Ce n'est pas, à vrai dire, une découverte. J'ai écrit moi-même, en pensant particulièrement au faubourg Antoine, que « les dernières classes pouvaient devenir la clientèle d'un patronat sans-culotte occupant une position d'élite sociale... ». Louis Bergeron précise que « c'était bien vrai à Paris où la fréquentation de l'école, et parfois du collège, était entrée dans les habitudes de vie des gens de métier », Paris étant « une société riche d'élites en formation à des niveaux variés »6. Ceci ne m'a pas empêché d'avoir tendance à ranger automatiquement les patrons, pourvu qu'ils soient politiquement sans-culottes, dans la petite bourgeoisie et leurs adversaires modérés dans la bourgeoisie aisée.

6À cette dichotomie, Andrews en oppose une autre entre sans-culottes et modérés, elle aussi d'ordre économique et social, mais qui ne se traduit pas nécessairement par une différence de niveau économique. Par opposition à la rente et à la richesse héritée, affirme Andrews, les sans-culottes gros et petits représenteraient, de fait et en idéologie, le travail. Les patrons sans-culottes seraient des producteurs et chefs de production dynamiques, formant « une oligarchie populiste et paternaliste », et qui, ajouterai-je, socio-culturellement parlant, n'appartiendraient pas aux « honnêtes gens ».

  • 7 Lucas (C.) (éd), The French Revolution and the Creation of Modem Political Culture, IIf, Oxford 19 (...)

7La communauté traditionnelle de quartier à liens verticaux entre habitants sur différents niveaux sociaux, est en train, à Paris, de s'effriter lentement, l'élite se retirant. Colin Lucas, dans The Crowd and Politics7, analyse cette évolution notamment par rapport à la représentativité locale des foules (crowds) : « les propriétaires semblent moins compréhensifs et prennent plus vite peur des foules ». Dans cette perspective, les patrons sans-culottes, « paternalistes et populistes », seraient ceux qui demeurent dans la communauté avec ses normes traditionnelles, assez près socialement des ouvriers pour diriger les masses plutôt que de les craindre.

  • 8 Andrews (R.M), p.97 affirme que pour Soboul, Tønnesson, Rudé et Cobb l'approvionnement en subsista (...)
  • 9 Ibid., p. 99. Les meneurs dont il s'agit ici sont les scribes, les déclassés, les lettrés sans for (...)

8Il est vrai que le développement des distinctions d'Andrews que je propose est en contradiction flagrante avec sa conception de la nature des rapports entre « sans-culottes » et plébéiens, rapports, nous l'avons vu, de manipulateurs et de manipulés. Y a-t-il d'autre différence entre les sans-culottes manipulateurs d'Andrews et les dirigeants sans-culottes de Soboul, que celle d'un mot péjoratif et d'un mot neutre ? Oui, chez Andrews les influences sont unilatérales, du haut vers le bas, tandis que Soboul regarde l'élite sans-culotte à la fois comme des dirigeants et comme des représentants d'intérêts communs. Mais l'idée d'une manipulation des masses sans aucune contrepartie est par trop irréaliste. Aussi, en fin de compte, Andrews lui-même accepte, tout en établissant une opposition factice avec Soboul et nous autres, qu'il y a entre sa sans-culotterie et ses plébéiens une communauté d'intérêts dans le domaine des approvisionnements, du maximum et des réglementations8. Il y a encore accord sur le fond quand Andrews, parlant d'une certaine catégorie de meneurs sans-culottes, affirme que « dans le langage de Soboul et dans leur propre langage, ils étaient collectivement des militants dévoués à la cause du peuple ». Dans mon langage, ils y étaient « bien obligés » (they had to be)9.

* * *

9Il aurait été intéressant de réexaminer à la lumière de ce qui précède toute la galerie des personnages de La défaite des sans-culottes. Le travail serait d'ailleurs facilité aujourd'hui par l'excellent Répertoire du personnel sectionnaire parisien en l'an II de Soboul et Monnier (Paris 1985). Je dois pourtant me contenter pour l'instant d'une relecture de mon vieux livre en focalisant la convergence en l'an III des divers éléments sociaux et politiques qui avaient fait de la sans-culotterie de 1793 une puissance, pour voir enfin sa désagrégation après prairial.

10Le premier élément qui émerge après le 9 thermidor est ce que j'appelle la réaction de gauche contre le régime de l'an II, déclenchée dès la fin de thermidor, quand reviennent de prison les premiers militants sans-culottes incarcérés en l'an II pour avoir résisté à la subordination des institutions sectionnaires par le Comité de sûreté générale. En même temps, on assiste au retour dans les sections des « modérés » écartés et arrêtés à l'époque de la chute des Girondins ou antérieurement. Quand, dès la fin de vendémiaire, commence l'offensive des assemblées générales contre les comités révolutionnaires toujours en place, c'est des deux côtés que fusent les attaques.

  • 10 Défaite, p.41. Mercereau répète dans ses écrits jusqu'à l'affectation ses qualités de sans-culotte (...)

11Dans un certain nombre de sections, il est possible de saisir cette distinction entre réaction de gauche et réaction de droite. Ainsi, dans la section du Bonnet-de-la-Liberté, ce sont les vaincus de juin 1793 qui lancent l'assaut contre le comité révolutionnaire ; dans celle du Panthéon, le citoyen Mercereau, orateur des « pauvres sans-culottes », dont l'assemblée du 20 thermidor avait obtenu l'élargissement, fait voter le 25 une adresse contre le comité révolutionnaire en proclamant les principes mêmes qui avaient provoqué, avec d'autres meneurs, son arrestation en prairial an II. Principes soutenant la souveraineté effective des assemblées générales devant lesquelles les comités révolutionnaires doivent s'incliner10. Notre homme, ci-devant tailleur de pierre - importante industrie dans la section - membre de la commune du 10 Août, puis officier de paix, sera secrétaire du Club électoral.

12Siégeant dans la salle de l'Évêché, le Club électoral constitue avec la section du Museum et la société de la rue du Vertbois des Gravilliers, le centre de cette réaction de gauche, que j'appelle le « néo-hébertisme ». Au programme : souveraineté du peuple, fin du gouvernement révolutionnaire, rétablissement de la Commune de Paris, élection des nouveaux comités de surveillance révolutionnaire par les assemblées primaires, liberté illimitée de la presse — et bientôt mise en vigueur de la constitution de 1793.

13De fructidor à la fin de vendémiaire, les modérés et les « néo-hébertistes » attaquent les Jacobins et les membres des comités de surveillance de l'an II, avant de se combattre entre eux. Cette lutte triangulaire, où les partis demandent l'adhésion des sections à leurs adresses et pétitions, afin de pouvoir influencer l'opinion et la Convention, ranime la vie politique dans les assemblées générales. Brumaire marque la victoire des modérés dans les sections jusqu'alors jacobines, la domination des rues par la jeunesse de Fréron et la suppression par la Convention tant du Club électoral que de celui des Jacobins. Deux mois plus tard, la victoire sectionnaire des modérés est complétée par la chute des dernières sections dirigées par les hommes du Club électoral, dont celle du Museum elle-même. La tentative jacobine et sans-culotte de rétablir leur pouvoir sectionnaire a échoué.

  • 11 C'est ce qui ressort du style du rapport sur la victoire remportée par « une masse de 400 citoyens (...)
  • 12 Il est à remarquer que lorsque les modérés, le 30 pluviôse, vinrent à bout de la section dernièrem (...)

14On ne saurait dire pourtant que le tournant de brumaire marque la défaite d'un véritable mouvement populaire, car il n'existe pas encore de mouvement revendicatif de masse. Les faubourgs sont inactifs. La jeunesse de Fréron ne rencontre pas de résistance populaire. La lutte triangulaire se passe entre clubs, dans la presse et dans les assemblées générales où les minorités militantes des diverses tendances tâchent de mobiliser dans des moments de crise : une assistance de 400 « citoyens honnêtes » accourus pour conquérir une section de 15 000 habitants est alors considérée comme très impressionnante11. Ce n'est qu'après brumaire que s'élabore un mouvement populaire par la conjugaison de plusieurs éléments. Un certain rapprochement se fait entre ces frères ennemis : les « néo-hébertistes » et les Jacobins, menacés pareillement par la réaction bourgeoise, puis victimes de celle-ci. Les premiers cessent leur campagne antiterroriste. On sait que Babeuf effectue une volte-face complète quand il reprend la publication de son journal dès 28 frimaire. Les Jacobins de leur côté n'ont plus intérêt à combattre la mise en vigueur de la constitution de 1793 quand l'alternative n'est plus le maintien du gouvernement révolutionnaire, mais la révision constitutionnelle12.

  • 13 Défaite, p.361. Un membre du comité révolutionnaire participa quand même au mouvement insurrection (...)

15Le rapprochement n'est pourtant pas complet, notamment en ce qui concerne les anciens commissaires révolutionnaires. Les haines sont trop profondes. On imagine mal par exemple les dirigeants sans-culottes de la section de Popincourt et les anciens commissaires se donnant la main contre la Convention en germinal et prairial13. Si la victoire sectionnaire des modérés est consommée fin pluviôse par la conquête des sections néo-hébertistes, elle n'en est pas moins précaire, car à cette même époque l'aggravation de la misère, ainsi que la colère devant le luxe des riches et l'arrogance de la jeunesse de Fréron sont susceptibles de provoquer la mobilisation du peuple sans-culotte, ou plébéien.

16La libéralisation du commerce, couronnée par l'abolition de la loi du maximum le 4 nivôse, est au départ reçue avec optimisme. Il n'y est aucune opposition populaire, le Club électoral lui-même cautionnant la liberté dans l'espoir qu'elle fera grossir les arrivages. À côté du marché libre, l'administration est chargée d'approvisionner le peuple en pain rationné et à prix fixe. Le résultat est désastreux : l'avilissement de l'assignat aidant, le marché libre est réservé aux consommateurs aisés et l'administration est de moins en moins capable d'honorer les rations de pain des pauvres. Si bien que la situation - connue de nos jours dans les pays ex-communistes de l'Est — présente sous un jour cru le contraste de la misère des pauvres et du luxe des riches et des parvenus.

  • 14 Legray, chef du Club électoral et de la section de Museum fut probablement à l'origine du pamphlet (...)

17Ainsi sont créées les conditions mentales qui permettent à une campagne d'affiches à la fin de ventôse de renverser momentanément l'équilibre des forces dans certaines assemblées — ou de tenir des assemblées illégales comme aux Gravilliers le 7 germinal -. En même temps, des attroupements se forment dans beaucoup de quartiers. Dans l'insurrection de germinal, je vois l'apogée de ces troubles généralisés pendant les décades précédentes, mais sans action organisatrice centrale14. Celle de prairial est, il est vrai, préparée par un centre caché, mais manque, elle aussi, d'une direction centrale une fois déclenchée. On peut croire Buonarroti quand il affirme que le signal de l'insurrection, le pamphlet L'Insurrection du peuple pour obtenir du pain et reconquérir ses droits, a été rédigé en prison par des « patriotes » incarcérés.

  • 15 Baczko (B), Comment sortir de la Terreur. Thermidor et la Révolution, Paris, 1989, p. 323-326. Bac (...)

18Le 1er prairial, des cortèges insurrectionnels convergent sur le Carrousel : d'abord, la foule des manifestants féminins et masculins ; puis les bataillons insurgés de la garde nationale, ceux du faubourg Antoine en premier lieu, qui ont quitté leurs sections en laissant derrière eux leur chefs légaux ; enfin, les bataillons appelés pour défendre la Convention, mais qui arrivent souvent si divisés qu'ils représentent eux aussi une menace. La foule et des gardes de plusieurs compagnies pénètrent dans la salle de la Convention. Cet outrage à la représentation nationale constitue la partie la plus importante de l'insurrection tant par les actions - le meurtre de Féraud, les motions de lois faites par les « derniers Montagnards » — que par les réactions qu'il provoque et par sa place dans la mémoire collective. L'invasion de la salle de la Convention constitue aussi par excellence l'aspect plébéien de l'insurrection. Dans Comment sortir de la terreur, Bronislaw Baczko15 donne de l'action de la foule au 1er prairial une description saisissante. S'inspirant de l'article déjà cité de Colin Lucas, il y souligne la continuité dans le comportement de la foule.

  • 16 « Insurrection du peuple... », texte du Moniteur, no 244, 4 prairial an III.

19Il est inutile à ce propos de poser des questions de stratégie de prise de pouvoir. Ces questions supposent en effet à la tête de la foule des meneurs d'un certain niveau. Au 12 germinal, il y en a un : Van Heck, ancien commandant de la section de la Cité. Au 1er prairial, je n'en vois aucun. Ainsi, quand on se demande pourquoi le peuple envahissant la Convention n'a pas investi aussi les comités de gouvernement, il faut remarquer que les auteurs anonymes du pamphlet l'Insurrection du peuple eux-mêmes ne visent pas à prendre le pouvoir, mais seulement à faire pression sur la Convention, dont ils attendent une législation nouvelle comme en juin ou en septembre : « le peuple/demandera/à la Convention nationale/.../ la destitution du gouvernement actuel, son remplacement par d'autres membres pris dans le sein de la Convention nationale... »16. Au niveau sectionnaire, le 2 prairial, il y a du moins une tentative, ou plutôt des velléités, de rétablir la commune de Paris. En somme, assez paradoxalement vu la violence des insurgés, il y a de leur part une sorte de respect pour la Convention et les autorités. Cela est vrai aussi au niveau de la section et de la garde nationale : plusieurs compagnies et bataillons marchent sous des chefs qu'ils se donnent, mais jamais sans avoir essayé de faire mettre à leur tête le commandant légal, ou de se faire précéder par les autorités constituées de la section.

  • 17 Défaite, p. 358-362.

20Dans mon livre, j'ai étudié les « chefs subalternes », c'est-à-dire les hommes et les femmes apparaissant dans un rôle de meneur. De composition sociale hétérogène, les chefs subalternes le sont aussi par leur carrière révolutionnaire : certains ont rempli des fonctions dans leur section, d'autres ont été des militants de marque, d'autres encore nous apparaissent comme des inconnus. Un tel avait été du côté des Jacobins, tel autre du Club électoral à l'époque de la lutte triangulaire17.

  • 18 Comment sortir, p. 323.

21Baczko fait de l'insurrection de prairial une opération terroriste, où sans discussion les militants sectionnaires persécutés en l'an II sont amalgamés à leurs persécuteurs sous les vocables de « personnel terroriste » et « personnel sectionnaire ». Il renvoie sur ce point à mon livre, mais son emploi en est très sélectif18 et il « traduit » sans discussion les propres termes des sources par « personnel terroriste ». Ainsi, analysant le pamphlet l'Insurrection du peuple, Baczko cite la demande de faire libérer les « citoyens détenus pour avoir demandé du pain et émis leur opinion avec franchise », et encore « les patriotes opprimés », pour se référer par la suite aux uns et aux autres comme « personnel terroriste ». Cette interprétation, que l'auteur ne justifie pas, est-elle justifiable ? Il me semble que non. D'une part, depuis la fin de ventôse, beaucoup de gens ont effectivement été arrêtés pour avoir réclamé du pain ou avoir porté l'opposition dans les assemblées générales. Il n'y a donc aucune raison de ne pas prendre sur ce point l'Insurrection du peuple au pied de la lettre. D'autant plus que, majoritairement, le personnel terroriste des sections parisiennes n'est point en prison avant prairial : les commissaires révolutionnaires ont été désarmés au lendemain de germinal, non pas arrêtés. Pendant les deux insurrections, ce groupe, terroriste par excellence aux yeux des Thermidoriens, joue un rôle tout à fait insignifiant. Sur les quelque 800 commissaires parisiens, je n'en ai trouvé qu'une dizaine d'actifs, dont plusieurs dénoncés pour avoir, aux assemblées illégales du 2 prairial, demandé leur réarmement. Plus probant: au lendemain de prairial, les membres des anciens comités passent collectivement, et dans une partie des sections individuellement, sur la sellette des assemblées générales, qui ne trouvent pratiquement rien à leur reprocher relativement aux insurrections. Ayant perdu le droit de marcher avec les bataillon et se sentant au ban tant des autorités que de leur compatriotes, la plupart se tiennent tranquilles.

  • 19 « Sur l'historiographie de la réaction thermidorienne », AHRF, 237, p. 462.

22Pourquoi cette opposition entre Baczko et moi-même sur le caractère terroriste de l'insurrection ? Françoise Brunei, en 1979, remarqua qu'en réduisant l'an III à la « défaite des sans-culottes » et en n'abordant les « problèmes spécifiques de la réaction » qu'en fonction de celle-ci, je laissais dans l'ombre des questions essentielles19. C'est une critique que j'accepte. M'efforçant de voir les choses « d'en bas », j'ai sans doute regardé la réaction avec les yeux des sans-culottes, ce qui est sans conteste une vision limitée. Dans Comment sortir de la Terreur, Baczko me fait contrepoids en étudiant la réaction pour ainsi dire de l'intérieur. Mais il me semble qu'en nous communiquant les passions et la conception de la réalité des réacteurs, il a intériorisé leurs sentiments au point de regarder la France de l'an II et de l'an III avec les yeux des Thermidoriens. Surtout, et plus précisément, on ne voit pas bien quelles sont les questions auxquelles Baczko cherche des réponses dans les sources. Prenons pour exemple l'analyse du pamphlet l'Insurrection du peuple. Des questions légitimes peuvent être posées à plusieurs niveaux, telles que :

  • que voulaient dire les auteurs et que voulaient-ils obtenir ? C'est à ce niveau qu'est analysé le pamphlet dans La défaite des sans-culottes.
  • quelle fut la lecture des membres de la majorité conventionnelle ?
  • quels auraient été, selon Baczko lui-même, les résultats politiques dans l'hypothèse de la victoire des insurgés et de l'exécution de leur programme ?

23Il y a, me semble-t-il, dans Comment sortir de la Terreur un certain flottement non explicité entre ces trois niveaux.

* * *

  • 20 Le développement suivant a été radicalement révisé en tenant compte des critiques faites par Broni (...)
  • 21 Cobb (R.), The Police and the People, Oxford 1970, traduction française La protestation populaire (...)
  • 22 Ibid., p. 122.

24La mort politique des sans-culottes parisiens est, selon moi, l'effet de la défaite de prairial et de la répression qui a suivi20. Richard Cobb écrit pourtant, dans La Protestation populaire, qu'il « est certainement exagéré de qualifier, comme l'a fait un historien norvégien, la carrière du mouvement populaire pendant l'an III de défaite des sans-culottes, étant donné que depuis le deuxième mois de cette année (brumaire) jusqu'au dernier, il ne restait plus rien à vaincre »21. Simple boutade en apparence, car l'auteur continue en observant que le sans-culotte n'a certainement pas conscience à ce moment d'être déjà vaincu, ce qui précipite « sa chute et son anéantissement sur le plan politique au cours de Tan III » (c'est moi qui souligne). Par la suite, Cobb parle de « la défaite du mouvement populaire en prairial... »22.

25Mais sans doute faut-il préciser la pensée de Cobb en insistant sur la distinction entre la sans-culotterie en tant que pouvoir institutionnel contrôlant l'appareil administratif, politique et militaire des sections, et d'autres manifestations des sans-culottes. De la « sans-culotterie institutionnelle », terriblement entamée par le gouvernement révolutionnaire en l'an II, et qui ne regagne que très partiellement le terrain après le 9 thermidor, il est sans doute possible de dresser l'acte de décès après brumaire an III.

26Nous avons vu, d'autre part, que c'est au moment de la chute du pouvoir sectionnaire sans-culotte que la disette et l'accentuation des conflits sociaux provoquent une vague grandissante de colère populaire. En germinal et prairial, la jonction s'est faite entre les masses poussées par la misère et les militants sans-culottes des sections, sans que ces derniers soient capables de fournir un leadership susceptible de donner à l'insurrection une unité d'action.

  • 23 Défaite, p. 339.

27Si j'ai situé la mort politique de la sans-culotterie après la défaite de prairial, c'est dans le sens où les groupes de militants se désagrègent et où la misère des masses ne provoque plus de sursaut d'agressivité. Ces faits s'expliquent sans doute par le découragement laissé par l'échec des insurrections et par la punition exemplaire d'un nombre réduit de ses acteurs ainsi que des derniers Montagnards. Beaucoup plus massive fut la répression sectionnaire des militants de l'an II et de l'an III et des anciens commissaires révolutionnaires. Remarquons que le gouvernement accorda en fait aux assemblées générales le droit d'amener directement en prison ceux qu'elles désignaient. Sur la base de huit sections connues, j'ai évalué très approximativement le nombre des détenus sur l'ordre des 48 sections à 1 200, celui des désarmés sans arrestation à 1 70023. La répression contre les hommes portés sur les listes de l'an III a d'ailleurs été plusieurs fois répétée, comme l'a montré Richard Cobb. S'ajoute encore la réorganisation de la garde nationale, avec la suppression des compagnies de canonniers, l'exemption du service des petits gens.

28La mort politique de la sans-culotterie parisienne doit encore être comprise dans le contexte de l'évolution de la politique au niveau du gouvernement et de l'Assemblée. Les sans-culottes parisiens n'ont été victorieux que comme alliés à — ou exploités par — un « parti » à un niveau supérieur. On pourrait enfin élargir la perspective à l'évolution de l'habitat et de la structure sociale de Paris. Si la sans-culotterie comme phénomène sociopolitique était tributaire de la communauté vécue dans les quartiers, elle était condamnée à s'effriter à mesure que la proximité géographique et sociale des groupes de la société d'Ancien régime cèderait la place à la séparation des classes de la société moderne. Mais il s'agit là d'une évolution lente et graduelle : en 1830 comme en 1848, la communauté de quartier subsistera toujours et avec elle les liens sociaux de type sans-culotte.

Notes

1 Tønnesson (K.), La défaite des sans-culottes. Mouvement populaire et réaction bourgeoise, Oslo/Paris, 1959.

2 « Social structures, political elites and ideology in revolutionary Paris, 1792-94: Acritical evaluation of Albert Soboul's Les sans-culottes parisiens en l'an II », Journal of social history, 1985, p. 71-112. Je laisse de côté des points importants de l'argumentation d'Andrews comme l'importance de l'étude de la culture populaire parisienne et celle de la rhétorique pour la compréhension des documents attaquant ou défendant les sans-culottes.

3 Ibid., p.99.

4 Ibid., p.77, 100.

5 Ibid., p. 76.

6 Défaite, p. XV; Annales ESC, nov.-déc. 1963, p.1117.

7 Lucas (C.) (éd), The French Revolution and the Creation of Modem Political Culture, IIf, Oxford 1988, p. 264-265.

8 Andrews (R.M), p.97 affirme que pour Soboul, Tønnesson, Rudé et Cobb l'approvionnement en subsistances par l'État « was the most galvanic and radical component of the sans-culotte program ». En fait, affirme-t-il, ce système était conservateur, et Andrews de montrer que le Maximum et autres lois régulatrices « were benefactions for plebeians and simultaneously/for/Parisian master artisans, manufacturers/etc/ ». Le passage est comme calqué sur Soboul, l'idée de la politique des subsistances comme un ciment du mouvement populaire hétérogène est centrale chez lui.

9 Ibid., p. 99. Les meneurs dont il s'agit ici sont les scribes, les déclassés, les lettrés sans fortune.

10 Défaite, p.41. Mercereau répète dans ses écrits jusqu'à l'affectation ses qualités de sans-culotte et de tailleur de pierre.

11 C'est ce qui ressort du style du rapport sur la victoire remportée par « une masse de 400 citoyens honnêtes livrant une guerre de mon à une vingtaine de misérables » dans l'assembléé des Lombards au 30 pluviôse. (Défaite, p.150).

12 Il est à remarquer que lorsque les modérés, le 30 pluviôse, vinrent à bout de la section dernièrement si antiterroriste et antijacobine du Museum, c'est la résistance à la motion d'adhérer à une adresse antiterroriste qui amena « la saine partie » de l'assemblée à chasser l'ancienne faction dominante (Défaite, p. 150-151).

13 Défaite, p.361. Un membre du comité révolutionnaire participa quand même au mouvement insurrectionnel, mais en tant que membre de la conciliabule Lagrelet, et non pas dans sa section, où il était persona non grata.

14 Legray, chef du Club électoral et de la section de Museum fut probablement à l'origine du pamphlet Peuple, Réveille-toi. Van Heck, ancien commandant du bataillon de la Cité, mena les manifestants de cette section jusque dans la salle de la Convention, où il prit la parole.

15 Baczko (B), Comment sortir de la Terreur. Thermidor et la Révolution, Paris, 1989, p. 323-326. Baczko donne des références à La défaite, mais malheureusement aucune indication ni de source ni de travaux pour les faits qui n'ont pas été puisés dans ce livre: ainsi « la présence de tonneaux de vin emmenés on ne sait d'où ni par qui sur la place » (Ibid., p.325).

16 « Insurrection du peuple... », texte du Moniteur, no 244, 4 prairial an III.

17 Défaite, p. 358-362.

18 Comment sortir, p. 323.

19 « Sur l'historiographie de la réaction thermidorienne », AHRF, 237, p. 462.

20 Le développement suivant a été radicalement révisé en tenant compte des critiques faites par Bronislaw Baczko et Raymonde Monnier dans la discussion de la version orale le 30 juin 1995.

21 Cobb (R.), The Police and the People, Oxford 1970, traduction française La protestation populaire en France (1789-1820), Paris 1975, p. 108. Cette remarque est peut-être une boutade, car Cobb continue en observant que le sans-culotte n'eut certainement pas conscience à ce moment d'être déjà vaincu, ce qui précipita « sa chute et son anéantissement sur le plan politique au cours de l'an III ». Par la suite, il parle de « la défaite du mouvement populaire en prairial... ». Ainsi, p. 122.

22 Ibid., p. 122.

23 Défaite, p. 339.

Auteur

Université d'Oslo

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter