Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1795, pour une République sans Révolution

 | 
Roger Dupuy

4e partie. Les rapports de forces politiques

Réaction thermidorienne et royalisme

Roger Dupuy

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1S'interroger sur les rapports entre réaction thermidorienne et royalisme, c'est évidemment se poser deux questions successives qui ne se recoupent que partiellement : d'une part, qu'en est-il de la nature exacte de cette réaction apparemment consubstantielle à cet ultime épisode de l'histoire de la Convention et, de l'autre, que peut-on dire du royalisme, en France, de juillet 1794 à novembre 1795 ?

  • 1 Mathiez (A.), La réaction thermidorienne, Paris 1929.

2La première peut être abordée par l'analyse du réquisitoire le plus violent sur la période, celui de Mathiez, pour qui Thermidor signifiait le règne de ceux qui avaient ourdi et exécuté la mise à mort de Robespierre et ce règne ne pouvait être que celui de la réaction. D'emblée, dès la première page de son livre1, Mathiez le proclame haut et fort :

« Je me propose d'exposer avec quelques détails l'histoire intérieure des quinze derniers mois de la Convention nationale...Ces quinze derniers mois ont reçu le nom mérité de réaction thermidorienne (réaction veut dire retour en arrière, recul) et, en effet, nous allons assister à la destruction progressive des institutions et des usages de l'époque précédente, de l'époque de la Terreur, en même temps qu'à l'exclusion et à la persécution de tous les hommes qui avaient, auparavant, exercé le pouvoir ou participé à l'administration ».

3Et l'on connaît la suite de l'argumentation : la Terreur fut une forme de dictature imposée par le Comité de Salut Public pour assumer la guerre contre les despotes, c'est-à-dire contre presque toute l'Europe, sans compter les ennemis intérieurs, et la gagner. Mais la Terreur, ce fut aussi la condition nécessaire pour assurer le triomphe d'une politique démocratique véritable qui devait récompenser le peuple des sacrifices auxquels il consentait pour la victoire définitive de la Révolution. Une fois Robespierre et ses amis liquidés, cette politique sociale était, de fait, condamnée. C'en est fini de la République égalitaire. Et pour Mathiez, la réaction thermidorienne, c'est essentiellement et à court terme le scandale politique par excellence, c'est-à-dire le triomphe post mortem de Danton :

« Danton supplicié depuis quatre mois, son programme cynique triomphe, les dantonistes enfin gouvernaient. Et tout ce que Robespierre avait prévu se réalise ».

4Quelques pages plus loin, il analyse la loi du 7 fructidor an III (24 août 1794) qui, selon lui, fonde véritablement le régime thermidorien en décapitant le Comité de Salut Public, ce qui entraîne l'émiettement du pouvoir et sa paralysie. Désormais, l'autorité suprême est partagée entre trois comités : au Comité de Salut Public s'ajoutent ceux de Législation et de Sûreté Générale, et Mathiez de conclure sur le sens prévu de cette évolution :

« Avec le Comité de salut public, qui fut atteint moins d'un mois après le supplice des triumvirs, d'autres institutions de salut public vont promptement succomber, se transformer ou, si elles subsistent, elles ne fonctionnent plus contre leur objet primitif. Hier, instrument d'ordre et de salut public, demain, moyens de trouble et d'anarchie, armes de vengeance et de représailles. Hier, la terreur rouge, demain la liberté et le retour partiel des émigrés. Après-demain la terreur blanche ».

5Le chapitre premier de l'ouvrage de Mathiez se termine ainsi par la preuve renouvelée de la lucidité politique de Robespierre. La politique de ces nouveaux « indulgents » que sont les Thermidoriens ne peut que déboucher, une fois encore, sur une réactivation dangereuse de l'influence royaliste aboutissant inéluctablement à la remise en cause des acquis révolutionnaires et au déchaînement de violences à l'encontre des « patriotes » les plus notoires et les plus actifs. À terme, Thermidor ne peut que faire le lit d'une restauration monarchique, et donc les Dantonistes sont, de fait, des crypto-royalistes. Et l'étude méticuleuse des agissements successifs des conjurés du 9 thermidor le prouve, aboutissant, logiquement, au désarmement du faubourg Antoine. Mais, en fin d'ouvrage, on ne s'interroge guère sur l'ampleur et les origines de la « journée » du 13 vendémiaire. Pourtant les élections des députés des nouvelles assemblées du Directoire, le fameux tiers des effectifs de la Convention non reconduit, est composé massivement, Mathiez le reconnaît, de royalistes « plus ou moins déguisés ». Paris, en particulier, avait élu Lafond-Lodebat, Muraire, Gilbert Desmolière, Dambry, Portalis, Lecoulteux de Cantilen qui » avait versé des larmes sur la chute de la royauté au 10 août ». Dans les jours qui suivirent l'écrasement des sections parisiennes soulevées le 13 vendémiaire an IV (5 octobre 1795), les régicides, les Thermidoriens avérés, nous dit Mathiez, voulant profiter de cette victoire « néo-jacobine », tentèrent de faire annuler les élections du tiers non reconduit pour éliminer tous ces crypto-royalistes. Mais ils ne purent trouver une majorité à la Convention, et cela malgré les accusations véhémentes de Tallien, retrouvant les accents terroristes de jadis à l'encontre de Lanjuinais, Boissy d'Anglas et Larivière, le traitant de complices avérés des sectionnaires rebelles.

6On nous pardonnera ce résumé trop rapide de la démonstration de Mathiez, il nous permet de vérifier que, pour lui, réaction ne signifie pas triomphe immédiat de la contre-Révolution mais un simple glissement vers le modérantisme qui implique l'abandon de toute transformation sociale favorable aux couches populaires. Est-ce cela que les contemporains ont voulu signifier quand ils ont employé le terme de réacteur tout autant que celui de réaction ? Il semble bien que l'élimination de Robespierre n'ait pas été perçue comme réactionnaire, au sens politique du terme, mais plutôt comme une réaction de défense républicaine contre une tentative de dictature, de légitime défense même pour la poignée de députés qui s'estimaient condamnés à mort par les menaces de Robespierre et de ses amis. La Convention elle-même, en acceptant d'abattre la faction robespierriste, affirmait une autonomie politique retrouvée qu'elle consolida en imposant la fermeture des Jacobins puis, après les affrontements de germinal et prairial, le désarmement du faubourg Antoine. La réaction signifie donc l'élimination d'instances rivales de pouvoir qui imposaient jusque-là une ligne politique étroitement parisienne et favorable aux exigences populaires. N'oublions pas que le 9 thermidor, outre la liquidation de la plupart des robespierristes, a été l'occasion d'abattre la Commune de Paris et s'accompagne d'un début de reprise en main de la Garde nationale de la capitale. De plus, la régénération politique de la Convention impliquait la supériorité du pouvoir législatif et constituant sur l'exécutif et donc entraînait l'amoindrissement de l'autorité despotique du Comité de Salut Public. L'amoindrissement des prérogatives du Comité n'est peut-être pas, comme l'affirmait Mathiez, la preuve du triomphe prochain de la contre-Révolution, mais la conséquence logique de la réaffirmation de la toute puissance de la souveraineté nationale.

7Le rejet de l'assujettissement à Robespierre signifiait également que la Convention était libre de ses votes et du coup légitimait rétroactivement tout un passé, d'autant que l'Assemblée politiquement renaissante ne pouvait, au même moment, entonner un mea culpa collectif qui l'eût empêché d'exploiter sa victoire. On s'en tint, après l'émotion soulevée par le procès des administrateurs nantais, à frapper quelques boucs émissaires qui avaient délibérément outrepassé les instructions de leur mission ou qui avaient fait allégeance personnelle à Robespierre.

  • 2 Baczko (B.), « Les Girondins en Thermidor », in Furet (F.) et Ozouf (M ) (sous la direction de), L (...)

8La « réaction thermidorienne » peut donc s'interpréter en termes de pouvoirs qui permettent d'imposer une ligne politique médiane rejetant à la fois les excès d'un populisme néo-hébertiste et les dangers d'une dérive royaliste, celle-là même qu'on avait vu à l'oeuvre, en 1793, tant à Lyon qu'à Toulon. Mona Ozouf et Bronislaw Baczko ont déjà décrit et commenté la répugnance de la Convention à rappeler les Girondins2, ce qui est bien la preuve qu'elle ne sombre pas immédiatement dans les facilités coupables d'un modérantisme gangrené de royalisme. L'élimination de Robespierre et de ses amis légitimait après coup les purges précédentes et en particulier le 31 mai. Chaque fois, la Convention se serait librement débarrassé d'un quarteron de factieux qui l'empêchait de faire prévaloir l'intérêt général. Il fallut l'obstination de la « Crête » à vouloir utiliser l'effroyable misère populaire de l'hiver 1794-1795 pour relancer l'alliance des sections populaires avec la « queue de Robespierre » à l'Assemblée, pour que le souvenir du 31 mai redevienne haïssable et que les Girondins puissent enfin justifier leurs choix politiques :

  • 3 Meillan, Mémoires, Paris, Baudoin Frères, 1823, p. 110-111.

« Chose étrange et vraie pourtant ! La Convention s'est vue obligée d'adopter les maximes pour lesquelles elle nous avait proscrits. Que voulions-nous en effet ? Contenir un démagogue audacieux, châtier une municipalité rebelle, réprimer une société factieuse. C'est tout ce que nous avions demandé, tout ce que nous avions tenté.... Eh bien ! C'est précisément ce que la Convention a été forcée de faire. Elle a immolé Robespierre, elle a puni la municipalité, terrassé les jacobins. Elle a fait, en un mot, ce qu'elle avait tant blâmé en nous, ce qu'elle nous avait imputé à crime ; avec cette différence à notre avantage que nous aurions épargné à la France le régime tyrannique qui en a fait un théâtre de carnage »3.

9La réaction thermidorienne ne saurait donc se confondre avec le royalisme, mais incontestablement elle a directement réactivé les espoirs royalistes, surtout après le désarmement du faubourg Saint-Antoine si l'on en croit le baron de Frénilly qui participa à l'opération :

  • 4 Frenilly (baron de), Mémoires, Paris, Librairie Académique Perrin, 1987, p. 145

« Cette expédition fut le tombeau de la révolution populaire et l'aurore des espérances royalistes. La réaction était si sensible alors que les brigands subalternes qui avaient sauté de leurs échoppes à la tribune de leurs sections, mettaient sous clé écharpes et bonnets rouges ; tout comme les aristocrates opprimés, ils disaient vous tout bas et Monsieur dans un coin ; ils nous demandaient des certificats de modération et d'humanité ! »4.

10Les formes aiguës de la contestation royaliste continuent de se manifester dans l'Ouest où la Vendée s'acharne à combattre malgré ou à cause des colonnes infernales de Turreau. Au nord de la Loire, depuis le printemps 1794, de la Bretagne et du Maine jusqu'aux limites du bassin parisien, la rébellion chouanne gagne, empiétant sur le bocage normand. Dans la vallée du Rhône, dans le Midi languedocien, la terreur blanche mêle règlements de compte personnels et revanche politique et Lyon serait à nouveau au centre des trames royalistes. Malgré tout, la Convention qui a décidé de châtier les agissements de Carrier à Nantes, choisit, en novembre 1794, de négocier avec les rebelles de l'Ouest. Au printemps suivant, Charette et Cormatin laissent entendre qu'ils acceptent de traiter parce que la paix signifierait le retour prochain de Louis XVII sur le trône légitime des Bourbons. Mais la mort du dauphin, en juin 1795, coupe court à toutes ces spéculations et les succès des armées républicaines sur le Rhin et en Hollande, l'échec final de l'opération de débarquement des anglo-émigrés à Quiberon, révèlent la capacité de résistance du régime ainsi que l'efficacité et la loyauté globale de ses forces armées, ce que confirme l'issue de la journée du 13 vendémiaire. C'est aussi que la déclaration de Vérone par le nouveau prétendant, réaffirmant son attachement à l'Ancien Régime moins les abus et promettant à tous la mansuétude du roi, exceptée une poignée de forcenés, a resserré la solidarité des régicides et de tous les bénéficiaires du nouveau régime. Et du coup la solution du royalisme constitutionnel inquiète car elle ne peut s'appuyer sur aucun candidat crédible et semble toujours condamnée à aboutir à la restauration de l'absolutisme et au retour des anciens privilégiés. Les deux formes de royalismes cohabitent donc et l'affaire de Quiberon prouve à la fois que cette division continue d'affaiblir le royalisme, mais aussi que la volonté d'abattre la République les amène à accepter de combattre ensemble.

11La force réelle du royalisme, sous la Convention thermidorienne, nous semble d'autant plus délicate à analyser qu'à ses deux versions majeures que nous venons d'évoquer, il faut en ajouter deux autres. D'abord, la formule du monarque élu, inspirée du modèle constitutionnel des États-Unis, que méditent abondamment, à l'automne 1795, tous ceux qui contribuent officiellement ou qui souhaitent contribuer à élaborer la nouvelle constitution. Sieyès y serait favorable, mais la mise à mort de Robespierre pour avoir voulu être roi ne permet pas encore de proposer l'élection d'une sorte de dictateur. Ajoutons enfin une sorte de royalisme populaire, peu préoccupé de considérations constitutionnelles précises, mais convaincu que la monarchie est la forme nécessaire de toute organisation politique globale. Cette « culture royaliste » dirions-nous aujourd'hui, se vérifie, quoi qu'on puisse dire de la prétendue désaffection dont souffrirait la monarchie française depuis 1750, par la lecture des cahiers de doléances ruraux et la trahison du roi, son exécution, n'ont pas signifié, pour autant, le ralliement massif de la masse des paysans à la forme républicaine du pouvoir. D'autant plus que les violences, inégalement accumulées selon les régions depuis 1792, les désordres monétaires, la durée de la guerre et les réquisitions forcées peuvent nourrir une nostalgie de l'Ancien Régime sans pour autant signifier l'oubli des abus seigneuriaux, de la morgue aristocratique et des iniquités fiscales. Ce royalisme global et diffus, massivement mais pas uniquement rural, lui aussi difficile à mesurer, semble d'autant plus inquiétant qu'il peut entraîner un acquiescement à l'une ou l'autre des formes de pouvoir monarchique plus élaboré que nous venons d'évoquer.

12C'est la convergence de ces différentes formes de royalismes, leur coagulation confuse qui explique l'ampleur de l'insurrection de vendémiaire. Ampleur qui tend à prouver qu'un mécontentement du même ordre - hostilité à la Convention et inquiétudes pour les subsistances - peut provoquer une insurrection de droite ou de gauche : il suffit de contrôler les assemblées de section et de provoquer d'une façon ou d'une autre le rassemblement des gardes nationaux armés. C'est en tout cas ce que suggère le témoignage circonstancié et connu du général-baron Thiébault, peu suspect de sympathie pour les insurgés, mais dont l'un des meilleurs amis, Gassicourt, se trouvait faire partie de l'état-major des sections rebelles, ce qui explique le ton relativement équitable de son récit :

« Au milieu de l'insurrection croissant, la Convention, irréprochable depuis un an, continuait avec un véritable stoïcisme ses travaux législatifs. Elle sentit néanmoins la nécessité de se mettre sur ses gardes, et elle ordonna que les troupes réunies à Marly viendraient camper à la plaine des Sablons. Ces mesures, loin d'arrêter les factieux, accrurent leur audace. On vit des jeunes gens revenant des armées et portant ostensiblement des armes, se joindre à d'autres qui arrivaient de la Vendée, et que l'on reconnaissait à leurs collets aux couleurs du comte d'Artois, à leurs cadenettes à leurs cheveux à la victoire ; ils couraient les rues, envahissaient les cafés, les théâtres, et partout criaient : » À bas les deux-tiers ! ». Enfin, le 10 vendémiaire, la section Le Peltier, ancienne section des filles-Saint-Thomas, sous la présidence et la vice-présidence de Gassicourt et de Salverte, nomma un comité de gouvernement, composé de onze membres ; trente-deux sections adhérèrent à cette mesure.

  • 5 Thiebault (Général Baron ), Mémoires ( 1792- 1820 ), Paris, Hachette, 1962, p. 37-38.

À cette explosion, la Convention toujours calme donna aux chefs de l'armée du Nord l'ordre de tenir des divisions prêtes à marcher sur Paris. Le 12, seize sections se déclarèrent en état de rébellion ; la Convention se déclara en permanence ; les sections prirent la même mesure ; de plus, leurs présidents firent placarder et proclamer au son de la caisse l'ordre pour les bataillons de la garde nationale de se réunir »5.

13La victoire de la Convention est due, on le sait, plus à l'activité de Barras et de Murat, au coup d'oeil de Bonaparte qu'au nombre des partisans de l'Assemblée et du décret des deux-tiers. Autrement dit, le raz-de-marée électoral des royalistes de l'an IV (mars 1797) aurait pu se produire dès octobre 1795, les résultats concernant le tiers des effectifs des deux nouveaux Conseils librement élus le prouvent éloquemment.

14Rappelons, à ce propos, l'ampleur de la victoire obtenue par les « royalistes » en 1797 : le coup d'État de fructidor a annulé totalement les élections dans 49 départements et partiellement dans 15 ; donc, le « royalisme » aurait gangrené quelque 64 départements contre 34 désignant des députés favorables au statu quo directorial. J.-R. Suratteau, qui a analysé ces résultats dans un article connu, en proposait une explication tout en constatant, en même temps, l'incapacité de ce mécontentement à déboucher sur un programme politique clair.

« Le gouvernement n'avait pas su comprendre- on le conçoit — que des élections libres, en temps de guerre prolongée et, sans doute, dans toutes circonstances exigeant des décisions aussi énergiques que forcément impopulaires, étaient vouées à un résultat catastrophique, car la politique qu'il devait mener, bon gré mal gré, entraînait de gros sacrifices personnels pour les particuliers.

  • 6 Suratteau (J.R.), « Les élections de l'an V aux Conseils du Directoire », Annales Historiques de l (...)

Il n'y a pas d'autre alternative que celle de la Convention à l'été de 1793 : le gouvernement sera révolutionnaire jusqu'à la paix et encore faudrait-il mieux dire jusqu'au retour de la paix véritable, intérieure, extérieure, religieuse et économique. Ou bien on veut une politique de guerre - ou on la supporte, ce qui revient au même - et alors il faut une économie de guerre, il faut en payer le juste prix, mais les élections libres sont impossibles, ou bien on désire le rétablissement de la légalité qui ne peut s'accommoder que de l'aisance particulière et de la cessation de l'état de guerre : il n'y a pas, en période révolutionnaire et en toute période troublée, d'autre choix »6.

15Le diagnostic semble s'imposer, l'hostilité au pouvoir serait due à la seule continuation de la guerre, donc à la pression des nécessités extérieures, autrement dit, l'on retrouve la thèse de Mathiez : l'abandon de l'économie dirigée en temps de guerre est une aberration et donc la victoire du royalisme ne serait que l'expression d'un mécontentement inévitable que seule la continuation de la Terreur aurait pu contenir. J.-R. Suratteau constate l'impuissance des vainqueurs des élections à exploiter efficacement leur victoire. Implicitement, on souligne ainsi les divisions du royalisme et l'on suggère même que la population, dans son ensemble, ne saurait soutenir un projet ostensiblement favorable à une restauration.

  • 7 Ibid., p. 56

« Le manque de cohésion, l'indiscipline, l'absence d'idées positives, de buts communs à l'exception d'assouvissements de rancunes recuites des chefs de la majorité issue des élections, la médiocrité de leurs troupes, leur peu d'appui réel dans la nation devaient permettre au Directoire de réussir son laborieux coup d'État, trois mois plus tard, mais au prix d'une grave intervention chirurgicale, le recours au soldat, les hussards d'Augereau »7.

  • 8 Lucas (C.), « Résistances populaires à la Révolution dans le sud-est » in Mouvements populaires et (...)
  • 9 Lebrun (F.), Dupuy (R.) (sous la dir. de), Les Résistances à la Révolution, Paris, Imago, 1987, p. (...)

16Aucune mention de royalisme populaire diffus, le peuple serait même massivement acquis à la République. On se demande alors pourquoi le recours à l'armée si le pays, dans ses profondeurs, restait fidèle au régime légal ? Pour J.-R. Suratteau, c'est la pression externe de la guerre qui explique la montée des mécontentements tout comme elle a servi longtemps à toute une historiographie de justification fondamentale du recours à la Terreur. Ne serait-il pas temps, tout comme on le fait pour la politique terroriste, de prendre en compte des facteurs sociaux-culturels internes pour expliquer l'omniprésence d'un « royalisme » qui serait la lecture faite par les élites patriotes, thermidorienne ou néo-jacobine, de l'anti-Révolution populaire décrite par Colin Lucas dans le Midi « blanc »8 et généralisée à l'étude du phénomène global des résistances à la Révolution, depuis le colloque de Rennes de 1985 ?9

17Outre la dissémination géographique de la protestation, l'absence de prétendant « constitutionnel » acceptable, l'efficacité victorieuse des armées de la République qui sont autant de raisons connues de l'impuissance du « royalisme », il faut aussi mettre l'accent sur les conditions concrètes de la vie politique nationale en cette fin du xviiie siècle. Elle se joue dans le cadre limité de la capitale. Qui tient Paris tient la France, et l'un des atouts majeurs de la Convention thermidorienne, c'est de combiner légitimité représentative et, avec l'aide de l'armée de ligne, reprise en main de la capitale. D'où l'importance du désarmement progressif des sections, en prairial et en vendémiaire, pour contrôler la ville et empêcher la constitution d'un pouvoir parisien concurrent : Commune, assemblée des électeurs ou comité de délégués des sections sans oublier les clubs.

18Pour conclure, la présence d'une protestation globale contre la politique de la Convention est indéniable en 1795 et, outre les journées néo-hébertistes de germinal et prairial, son expression politique serait un royalisme à la fois diffus, confus et omniprésent, avec ses noyaux durs et ses complicités latentes, que la Terreur n'a pu que renforcer à terme et dont la menace permanente demeure l'autre hantise du régime : sortir de la Terreur sans rétablir l'Ancien Régime.

Notes

1 Mathiez (A.), La réaction thermidorienne, Paris 1929.

2 Baczko (B.), « Les Girondins en Thermidor », in Furet (F.) et Ozouf (M ) (sous la direction de), La Gironde et les Girondins, Payot, 1991, p. 47-48.

3 Meillan, Mémoires, Paris, Baudoin Frères, 1823, p. 110-111.

4 Frenilly (baron de), Mémoires, Paris, Librairie Académique Perrin, 1987, p. 145

5 Thiebault (Général Baron ), Mémoires ( 1792- 1820 ), Paris, Hachette, 1962, p. 37-38.

6 Suratteau (J.R.), « Les élections de l'an V aux Conseils du Directoire », Annales Historiques de la Révolution française, 1958, p. 55

7 Ibid., p. 56

8 Lucas (C.), « Résistances populaires à la Révolution dans le sud-est » in Mouvements populaires et conscience sociale, xvie -xixe siècles, Paris, Maloine Editeurs, 1985, p.473-485.

9 Lebrun (F.), Dupuy (R.) (sous la dir. de), Les Résistances à la Révolution, Paris, Imago, 1987, p. 473

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter