Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1795, pour une République sans Révolution

 | 
Roger Dupuy

4e partie. Les rapports de forces politiques

La Gironde sous Thermidor.

Marcel Dorigny

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Si l'on connaît bien désormais les regroupements politiques des députés des premières Assemblées révolutionnaires jusqu'à la Convention girondine, pour la période thermidorienne les travaux restent encore embryonnaires. Seule Françoise Brunei a amorcé l'enquête en cherchant à identifier la centaine de Montagnards qui se réclament de cet héritage idéologique. Il s'agit donc de continuer et de présenter une première mise au point concernant la situation politique, sous la Convention thermidorienne, de ceux que l'on considéra, jusqu'au début de juin 1793, comme des Girondins.

2Il est nécessaire de commencer par affirmer que les Girondins ne sont pas assimilables aux Thermidoriens et Mathiez a eu le tort de commettre cette confusion. Au lendemain du 9 thermidor, les Girondins sont encore détenus ou proscrits et pour de longs mois encore. La chute de Robespierre n'implique aucunement leur retour automatique au pouvoir. La Convention qui a renversé Robespierre est la même que celle qui a condamné les Girondins. Il faut donc éviter de faire des Thermidoriens des crypto-Girondins qui attendraient dans l'ombre le moment propice pour reprendre le contrôle de la Convention et renouer avec les temps qui précédèrent le 2 juin 1792. La plus grande partie d'entre eux sont des partisans actifs du régime de l'an II et ont été des adversaires déclarés de la Gironde durant l'été de 1793. Ils ne sont donc pas prêts à réintégrer immédiatement et spontanément les anciens Girondins. Néanmoins, cette réintégration va s'opérer, en deux temps.

3Il faut attendre le 7 octobre 1794 pour que soit faite, à la Convention, la première proposition en faveur du retour des 73 Girondins qui avaient protesté contre la journée du 2 juin 1793. La veille, le Comité de Sûreté Générale avait été renouvelé et Amar n'en faisait plus partie. C'est lui qui, le 3 octobre 1793, avait prononcé le réquisitoire contre les 73 protestataires et c'est logiquement après son départ que la décision est proposée par ce même Comité. Ces Girondins ne sont d'ailleurs pas immédiatement réintégrés, mais assignés à résidence chez eux, sans garde particulière. Ce n'est que six semaines plus tard qu'ils pourront paraître sur les bancs de la Convention, après l'intervention de Grégoire et de Roederer, soit cinq mois après le 9 thermidor.

4Restaient encore les hors-la-loi qui avaient fui après leur arrestation et avaient refusé de se soumettre à la condamnation de l'Assemblée. Parmi eux, plusieurs des personnages les plus connus de la Gironde comme Lanjuinais, La Revéllière, Larivière, Defermon, Kervelegan, Lavallé et Louvet. La réintégration se fera en deux temps. D'abord, sur intervention de Merlin de Douai, le vote de l'amnistie, au milieu du mois de décembre, puis, trois mois plus tard, après un nouveau rapport de M.-J. Chenier et Merlin de Douai, le rappel définitif qui s'effectue à la mi-mai 1795 et concerne 24 députés. Une centaine de Girondins se retrouvent donc à la Convention deux ans après en avoir été chassés. Mais ils ne provoquent aucun changement d'orientation politique brutal et massif. Ce n'est que très progressivement que quelques ex-Girondins entrent dans les Comités mais sans pouvoir jamais y devenir majoritaires.

5Que peut-on dire du comportement politique de tous ces Girondins dans les derniers mois de la Convention ? Il semblerait que la cassure du 2 juin 1793 ait mis un terme au girondinisme. Les députés girondins sont de retour, mais il n'y a plus de véritable groupe girondin ni de politique girondine. Pourtant, on peut relever un certain nombre de valeurs communes entre Girondins et Thermidoriens. En premier lieu, le primat de la liberté, en particulier la liberté d'aller et venir, celle du commerce et donc le refus de l'économie dirigée. Ensuite, la sacralisation du droit de propriété et donc, pour la plupart de ces Girondins, une nette inflexion de leur position antérieure. Ainsi chez Daunou, on voit très nettement apparaître la thèse de la propriété comme droit naturel alors qu'en 1792, la position girondine s'identifiait plutôt à la conception sociale de ce droit de propriété que la loi pouvait donc limiter. Ajoutons une peur viscérale du peuple, exacerbée encore par les journées de Prairial. Avoir confié à Louvet le discours célébrant la mémoire de Féraud n'est donc pas innocent et, dans ce texte, Louvet retrouve le vocabulaire et le ton du printemps 1793, celui de Pétion condamnant les excés de la populace parisienne. Autre convergence avec les Thermidoriens : l'attitude face à la guerre. Celle-ci est désormais un fait acquis, nécessaire et légitime, et la Gironde n'a plus le monopole de son apologie permanente, mais elle continue de se féliciter d'avoir, la première, souhaité une guerre offensive et Bonneville, dans son journal, exalte la mémoire et l'intuition prophétique de Brissot. Enfin, les ex-Girondins souhaitent le rejet de la constitution de 1793 qu'ils estiment avoir été votée dans des conditions illégales et qui trahit, à leurs yeux, le projet de Condorcet. Il faut donc élaborer une nouvelle constitution pour fonder la République et la stabiliser. Pour clore cette énumération constatons que les ex-Girondins sont devenus des amis de l'ordre social et contribuent à l'apparition d'un parti de l'ordre fondé sur la propriété, la liberté et le marché, c'est-à-dire l'essentiel des principes de 1789.

6Toutefois, l'adhésion à des valeurs communes ne signifie pas une similitude parfaite du comportement politique de chacun des députés. Le groupe des ci-devant Girondins n'est pas homogène durant les derniers mois de la Convention thermidorienne. On pourrait y distinguer deux sous-groupes avec des individus oscillant de l'un à l'autre, selon les vicissitudes de l'actualité.

7D'abord, ceux qui se reconnaissent dans la « réaction thermidorienne », sorte de Girondins de gouvernement, parmi lesquels on pourrait ranger Lanjuinais, Daunou, Larivière, Kervelegan, ou encore Lesage et Bergoeing. Ces hommes sont très proches du courant issu de la Plaine et incarné par Boissy d'Anglas qui, lui-même, tout en n'ayant jamais été Girondin, partage la plupart de leurs convictions. Ceux-là, sans aller jusqu'à célébrer la jeunesse dorée de Fréron et ses gourdins, ne dénoncent guère ses expéditions punitives. La violence antiterroriste est selon eux un juste retour des choses et ils ne croient guère à un danger royaliste, à tel point que certains les accusent de ne pas être assez vigilants face aux résurgences de ce péril. On peut même aller jusqu'à se demander si certains d'entre eux sont encore vraiment républicains. Pour eux, la page de l'été 1793 est bien tournée et tout compromis avec la démocratie des sans-culottes est à proscrire car ce serait faciliter le retour d'un nouveau robespierrisme. Quant à ceux qui s'efforcent de demeurer républicains, ils ne le restent qu'à condition que la République soit capable de rétablir et de maintenir l'ordre dans le respect des propriétés : ils se considèrent comme des héritiers de Condorcet tout en trahissant allègrement ses idées.

8L'autre sous-groupe refuse l'ordre à n'importe quel prix et en particulier si on l'impose grâce à un compromis avec les royalistes. Ses membres cherchent un impossible point d'équilibre entre Révolution et réaction et finissent par se disperser sans avoir pu y parvenir. Républicains sincères, ils ne se résignent pas à tourner la page de la nécessaire alliance populaire. Ils restent très sceptiques sur les vertus du cens électoral et très critiques à l'encontre des excès du libéralisme économique qui conduisent aux violences de Prairial. Pourtant, ils ne veulent plus du dirigisme de l'an II, ni de la dictature populaire. Eux aussi se réclament de Condorcet, mais pour une République égalitaire. Dans cette ligne, on rencontre Louvet, dont le journal se radicalise au fil des mois, de même que Louis Sébastien Mercier qui écrit beaucoup : articles pour la presse, mais aussi son livre sur les nouveaux visages de Paris. Ajoutons encore Thomas Paine, Jean Debry, Bailleul, Guyomar et Jean-Dominique Blanqui. Mais c'est Nicolas Bonneville qui, tout en n'étant pas député, apparaît comme particulièrement actif et influent, notamment par son journal, véritable inspirateur et animateur de ce courant. C'est dans ce sous-groupe que s'élabore une sorte de mythologie de la Gironde au travers notamment des journaux qui le prolongent, des ouvrages de Mercier et de ceux publiés par Louvet, en particulier ses propres Mémoires et ceux de Madame Rolland. Une certaine image de la Gironde est ainsi mise en scène et ses morts deviennent des héros dignes de l'Antiquité, incarnant le modèle d'une République idéale, nimbée de sa pureté originelle, loin de la République de l'an II mais également différente de celle que prépare la nouvelle constitution oligarchique de l'an III, et cela alors même que la Gironde n'a plus d'existence politique spécifique en tant que telle !

9Sous le Directoire, ce noyau aux contours difficiles à cerner pourra avoir des éléments de convergence avec les groupes néo-jacobin et avec les cercles constitutionnels. Ainsi, au moment même où la politique girondine ne peut plus être ressuscitée, ni dicter les actes du gouvernement, un premier tableau historique, hagiographique et passablement orienté en est offert par touches successives, tableau qui sera repris par la première historiographie girondine, par Nodier mais aussi par Bailleul, dans la réponse qu'il fait à Madame de Staël.

10Un fait reste à souligner : les deux courants, celui des ralliés purement et simplement et celui des nostalgiques de la vraie République se reconnaissent l'un et l'autre comme les fils de Condorcet et cette commune référence dépasse largement la seule Gironde. La publication, aux frais de la Convention, de l'Esquisse traduit de façon symbolique toutes les contradictions de cette apparente unité d'inspiration du personnel politique thermidorien.

11En 1795, l'unité de la Gironde n'a plus de fondement, de sorte que la question posée initialement de l'existence d'une Gironde en l'an III ne peut que recevoir une réponse négative. Le « girondinisme » n'a été qu'un moment de l'histoire révolutionnaire et de l'histoire de la République. Il y a certes une longue genèse de la Gironde, mais il n'y a pas de survie au-delà de juin 1793.

12La phase thermidorienne de la Révolution est une phase de redistribution des cartes politiques. Les clivages issus des premières étapes de cette histoire s'estompent, se brouillent, perdent toute pertinence et si l'on veut comprendre le débat politique sous la Convention Thermidorienne et le Directoire, il faut adapter sa grille de lecture à une réalité en transformation et ne pas se borner à vouloir reproduire les clivages antérieurs à juin 1793. Mais l'histoire de cette nouvelle donne politique ne fait encore que commencer.

Auteur

Université de Paris VIII

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter