Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1795, pour une République sans Révolution

 | 
Roger Dupuy

Repenser l'an III

René Rémond

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Contrairement à l'opinion commune qui fait confiance au jugement de la postérité pour rendre justice aux expériences du passé et en contradiction aussi avec l'idée reçue qu'avec le temps les historiens font prévaloir sur les visions partisanes une appréciation objective, la plupart des régimes qui se sont succédé en France depuis deux cents ans n'ont toujours pas une réputation qui corresponde à leur réalité effective. Quelques-uns jouissent d'une estime que ne justifient pas leurs mérites. L'inverse est plus fréquent : la plupart continuent de souffrir d'une réputation injuste. C'est le sort commun que de supporter une légende noire. C'est le cas notamment de la monarchie constitutionnelle qui traîne encore, plus d'un siècle et demi après sa chute, les conséquences de la polémique et des accusations des libéraux contre le gouvernement de la Restauration et des démocrates contre la monarchie dite bourgeoise. C'est celui aussi de la seconde République, qui subit les critiques convergentes de la droite pour ses illusions et de la gauche pour sa politique répressive. A plus forte raison du second Empire qui ne s'est pas entièrement relevé de l'implacable dénonciation par les Châtiments, ni du procès ouvert par les républicains. Les IIIe et IVe Républiques aussi acquittent leur tribut à l'injustice appréciation qui frappe tous les régimes déchus.

2A cette discordance récurrente entre la réalité et la représentation, il y a une cause commune : la réputation d'un régime est d'abord faite par les successeurs qui se refusent à être héritiers et n'ont pas de préoccupation plus constante que de décrier leur prédécesseur pour rehausser d'autant leur mérite propre. C'est leur intérêt que de pousser au noir le tableau de la situation qu'ils ont trouvée à leur installation. Les nouveaux régimes s'étant tous instaurés à la faveur d'une rupture, ils tiennent en partie leur légitimité du contraste avec celui dont ils ont pris la place. Les historiens sont plus tributaires de ces légendes qu'on ne croit : il ne leur est pas facile de s'en affranchir et, s'ils entreprennent de substituer à l'image négative une vision plus objective et plus équilibrée, ils sont soupçonnés de vouloir mener à bien une réhabilitation. De fait, la relecture par les historiens des expériences révolues prend assez généralement le tour d'une réévaluation positive.

3De toutes les périodes ainsi malmenées et qui laissent dans la mémoire collective un souvenir négatif, il n'en est guère qui ait été aussi injustement traitée que celle qui s'ouvre au 9 thermidor et dure jusqu'à la dissolution de la Convention. Elle partage cette infortune avec le Directoire avec lequel elle est peu ou prou confondue pour des raisons évidentes : la proximité dans le temps et la permanence du personnel politique. A la cause générale que nous avons dite s'ajoute sa position dans la succession des temps. Le rapprochement avec la période de la Convention montagnarde lui fait grand tort : elle ne supporte pas la comparaison, ou plutôt celle-ci tourne inévitablement à son détriment, avec le caractère, héroïque et tragique à la fois, de la grande Convention au temps du Comité de salut public. L'évocation de la France en danger remue les mémoires : depuis deux cents ans l'histoire, la littérature, l'art exaltent les volontaires de l'an II, l'énergie de la Convention tenant tête à l'Europe entière coalisée, faisant face aux insurrections intérieures et parvenant, au prix de décisions surhumaines, à sauver à la fois la France et la Révolution.

4Même les adversaires les plus irréductibles de la Révolution ne lui contestent pas la grandeur des décisions prises : la Terreur même impose à l'imagination sa sombre grandeur. Cette période a tous les attraits de la tragédie : les acteurs les premiers avaient le sentiment de jouer un drame antique. Que de figures aussi qui sollicitent la sympathie, suscitent l'admiration ou la détestation ! Quels personnages la Convention thermidorienne pourrait-elle bien opposer à Camille Desmoulins, Saint-Just, Mme Roland, Barbaroux, Danton ou même Robespierre ? En regard, les acteurs du renversement de majorité et les artisans de la chute de Robespierre font piètre figure : ils apparaissent comme des corrompus, avant tout soucieux de sauver leur tête et de se soustraire à un châtiment mérité par leurs spéculations, des pourris ; les noms de Barras, de Tallien encourent encore la réprobation. Les thermidoriens sont victimes d'un jugement autant moral que politique qui étend à toute la classe politique la réputation de quelques-uns. Le fait n'est pas propre à ce chapitre de notre histoire : il vaut pour toutes les périodes de prétendue frivolité. Quand on pense pouvoir caractériser les années qui font immédiatement suite à la première guerre en les désignant comme les années folles, on commet la même erreur : comme si tous les paysans, qui sont encore la majorité du peuple de France, les combattants à peine revenus des tranchées, les veuves de guerre s'étaient pressés en foule au Boeuf sur le toit ! On s'était déjà rendu coupable de la même erreur en identifiant le second Empire à la fête impériale et on a récidivé en s'imaginant qu'à la Libération la France entière avait vécu au rythme de Saint-Germain des Prés. La même déformation affecte la réputation de la Convention comme du Directoire, comme si la France n'était plus composée que de Muscadins et de Merveilleuses. Les manuels d'histoire ont plus que de raison contribué à fonder pareille réputation.

5Or, cette réputation est parfaitement injuste et la comparaison entre la Convention montagnarde et la Convention robespierriste n'a en effet à peu près rien laissé qui lui survive : à sa décharge on doit reconnaître que l'urgence de la situation ne lui en a pas donné le loisir et que le temps lui a manqué. Au contraire, la Convention thermidorienne a, dans plusieurs domaines, fait oeuvre durable. Certes pas dans l'institutionnel : la constitution de l'an III n'a réglé le fonctionnement des pouvoirs publics que moins de quatre ans, et encore au prix de violations répétées : cet échec a probablement contribué à l'image négative de la période. Mais en beaucoup d'autres domaines ont été prises des initiatives intelligentes et fécondes. L'historien Marcel Reinhard en avait entrepris la démonstration pour le Directoire à qui la France doit une partie de ses institutions administratives. La Convention thermidorienne aussi, bien qu'ayant disposé de moins de temps, a jeté les bases d'une réorganisation de la France. Je n'en citerai qu'un exemple, qui m'est suggéré par l'actualité. En 1995, plusieurs grandes institutions d'enseignement supérieur ou de recherche - ou les deux à la fois - ont célébré le bicentenaire de leur fondation : l'École Polytechnique, l'École Normale Supérieure, l'École des Langues Orientales, le Conservatoire des Arts et Métiers, et je n'aurai garde d'oublier le Bureau des longitudes. C'est aussi la Convention thermidorienne qui a réorganisé l'Institut de France et créé les autres Académies que celles héritées de la monarchie. La Convention a conçu et mis en oeuvre une véritable politique culturelle. A l'encontre du mot fameux qui illustrerait l'état d'esprit dominant sous la Terreur, les thermidoriens sont convaincus que la République a besoin de savants. Leur politique repose sur l'alliance de la science et du pouvoir, préfigurant l'action de Bonaparte en Égypte et en France. Que toutes ces institutions aient pu, deux cents ans plus tard, manifester leur pérennité et leur vitalité, n'est-ce pas une preuve éclatante de la clairvoyance de ces hommes, les Grégoire, les Lakanal, les Daunou ?

6Dans le prolongement de la célébration du Bicentenaire, dont la commémoration s'était prudemment abstenue de dépasser l'année 1789, à l'exception de l'évocation de la bataille de Valmy, il était tout à fait nécessaire d'entreprendre une lecture objective de la Convention thermidorienne. Ce colloque vient donc à son heure : il fera date dans le recouvrement d'une histoire oubliée ou méconnue. Que l'Institut d'Études Politiques de Rennes, qui en a pris l'initiative, en soit remercié !

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540