Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Mythologies urbaines

 | 
Alain Cabantous

Cinquième partie. Littérature vagabonde et géographie littéraire

Dunkerque, de la description au symbolique

Laurence Decroocq and Anne-Peggy Hellequin

Index terms

Geographical index :

France

Full text

1Si les rencontres entre géographie et littérature sont nombreuses depuis les années soixante-dix et ont donné lieu à de nombreuses publications scientifiques, notre rencontre s’est faite à l’occasion d’une volonté partagée de réfléchir ensemble sur les mythologies urbaines pour ce colloque. Il nous a semblé intéressant de construire une réflexion sur le mythe urbain de Dunkerque à travers nos propres recherches, en géographie et littérature, qui s’intéressent notamment aux représentations spatiales. Ces représentations doivent être comprises dans la définition donnée par L. Marin, « comme l’énonciation puissante d’une chose qui n’est pas là ». En effet, nous faisons l’hypothèse, aujourd’hui communément admise, que la ville ne peut être dissociée de sa représentation. La rencontre entre géographie et littérature se fait donc ici entre deux sensibilités, deux disciplines, et deux recherches, même s’il existe une tradition de croisement : la géographie comme image de la terre s’est d’abord fondée sur le récit des voyageurs pour mieux relater les différenciations spatiales. Il s’agirait alors d’un retour même si, cette fois, l’espace nous est personnellement connu.

2Si la représentation de la ville est forcément complexe, elle repose sur un ensemble d’images collectives et d’images personnelles. Nous faisons l’hypothèse dès lors qu’il existe des vecteurs de la construction de ces images collectives qui peuvent être des mythes, c’est-à-dire des pensées non-rationnelles (Berdoulay et Turco, 2001). Ces vecteurs « médiatiseraient » notre rapport à la ville. La pensée structuraliste a dégagé un certain nombre de schèmes propres à notre existence au monde, schèmes qui pourraient être complétés par l’image transmise par ces « médias ». Notre propos s’intéressera ici à Dunkerque comme espace de la littérature. Le choix de Dunkerque s’est fait facilement, c’est l’espace du colloque, l’espace de notre rencontre entre géographe et littéraire et c’est certainement a posteriori un choix raisonnable. En effet, les auteurs ayant investi Dunkerque sont peu nombreux et avant enquête nous avons pu espérer une certaine exhaustivité. Notre objectif était à l’origine assez simple, il s’agissait de repérer des lieux dans la ville dans une perspective diachronique qui nous permettraient de mettre en évidence une certaine représentation de la ville de Dunkerque. Cette réflexion participe à des recherches plus générales menées sur l’image de la ville de Dunkerque (Degans, 2002), ou bien aux recherches menées par l’agence d’urbanisme sur la perception des quartiers par les habitants.

La rencontre entre géographie et littérature

3La première étape de notre travail s’articule autour de la nécessaire interrogation de la place du langage littéraire par rapport au discours scientifique. Même si B. Lévy (1997) nie les frontières qui peuvent exister entre les deux dans la mesure où « la science humaine, assouplie par la fréquentation des lettres et de la philosophie, est une discipline avant tout qualitative, opposée à la science exacte ou à ses imitations dérivées », les géographes ont montré peu d’intérêt pour cette source ; elle fut même décriée par les courants positivistes qui lui déniaient toute valeur scientifique.

4La rencontre récente entre géographie et littérature a été permise par l’émergence de nouvelles thématiques qui s’intéressent aux rapports des hommes à l’espace et qui susciteront un ensemble de travaux sur les espaces vécus des habitants (le précurseur, A. Frémont, insistera d’ailleurs sur le rôle de la littérature dans l’analyse géographique), et plus précisément encore sur la perception de la ville (A. Bailly). Ces réflexions ont été enrichies par la diffusion de la géographie humaniste qui se fixe comme objectif de centrer sa recherche sur l’expérience humaine. La littérature comme langage est alors un intermédiaire privilégié pour mieux caricaturer une géographie positiviste éloignée de l’homme. M. Brosseau (1996) propose une classification des principales recherches ayant utilisé la littérature en géographie en interrogeant les modalités de leurs relations. Il distingue une conception régionalisante de la littérature, mais elle peut être aussi considérée comme une transcription de l’expérience des lieux ou enfin une critique de la réalité de l’idéologie dominante. En effet, la littérature a pu être considérée comme une source utile pour la mise en valeur de la personnalité d’une région, il s’agit alors d’une lecture littérale de paysages à l’aide de textes, ou bien d’une description des genres de vie ou des relations homme-nature. Cette source originale complète les études monographiques qui mettent en évidence les spécificités de chaque région.

  • 1 L’ouvrage du Français Éric Dardel (1952) sera « redécouvert » par les auteurs américains.

5La diffusion d’une approche humaniste fondée sur l’expérience humaine parmi les chercheurs anglo-saxons1, bouleverse le rôle attribué à la littérature qui devient un témoignage subjectif particulièrement intéressant. Elle permet de mettre en valeur le sense of place, c’est-à-dire la charge subjective et/ou symbolique des lieux. Elle donne alors une identité à l’espace. Il s’agit cependant là aussi d’une lecture assez réaliste qui donne à lire une réalité, fut-elle romancée. D’après certains auteurs qui s’intéressent à la phénoménologie, la littérature pourrait être aussi un langage pré-réflexif antérieur à l’élaboration discursive de la science. Elle deviendrait donc une source inestimable. La plupart des recherches radicales vont, elles, mettre en évidence l’écart qui existe entre la littérature et une réalité géographique, écart s’expliquant par l’appartenance à une classe sociale typée du romancier. Elles mettront en évidence, aussi, la manipulation d’une idéologie nationale à l’aide de romans populaires. Selon M. Brosseau (1996), ces différentes recherches posent un problème aigu quant à la transparence du langage littéraire. En effet, sauf exception, les travaux publiés se fondent sur une certaine neutralité du roman. L’analyse littéraire est inexistante et le texte est « instrumentalisé » sans aucune interrogation de sa structure. Par rapport à cette classification, il nous est apparu important de mettre en valeur les choix méthodologiques qui guident cette réflexion sur les mythes urbains de Dunkerque. Il s’agit d’une première étape de travail qui se fonde sur une approche humaniste et qui tient en effet le texte comme neutre pour l’instant. Nous n’interrogerons pas aujourd’hui son altérité en tant que source. Nous faisons donc l’hypothèse qu’il existe à travers la littérature étudiée une certaine correspondance entre les textes et nous en chercherons « le consensus intersubjectif » comme l’énonce M. Brosseau. Ce consensus est interrogé par rapport aux lieux qui construisent l’espace d’une ville comme Dunkerque.

  • 2 Mac Orlan Pierre (1882-1970), Quai de tous départs, posth. ; Barbault-Royer Paul-François (deuxièm (...)

6Nous étudierons en particulier ici les représentations prises dans le prisme historique de la construction de la ville de Dunkerque et dans le prisme plus subjectif de la perception qu’en ont eu quelques auteurs2. Malgré les différences historiques et subjectives, nous chercherons des concordances autour de lieux communs. Comme ces représentations diffèrent selon les époques, nous sommes autant dans une étude diachronique que géographique ou littéraire. Cette dimension est induite par le terme de mythe lié à l’histoire. Mais, nous sommes alors confrontées à un paradoxe majeur : le mythe est le point fixe de l’histoire, récit de l’origine (assez souvent) et pourtant fiction toujours remaniée. En étudiant les mythes, les représentations de la ville, nous nous plaçons délibérément du côté du changement. Nous verrons que la littérature peut constituer notre premier matériel d’investigation pour une étude de la représentation des villes. La littérature peut alors avoir valeur de trace, de témoignage.

7Enfin, dans ces lignes préliminaires, nous devons évoquer la question du lieu. La réflexion sur cette question connaît aujourd’hui un fort développement en géographie à travers notamment les travaux de B. Debarbieux (1995). Il propose de prendre le lieu comme un symbole et une figure de rhétorique du territoire qui participent à sa construction imaginaire, construction de l’ordre du mythique. Cette articulation entre littérature et lieu symbolique, comme le note Brosseau (1996), peut être porteuse d’une nouvelle dimension. En effet, elle permet d’éviter une lecture littérale du paysage décrit dans le roman ou dans le récit : « Le symbole serait en quelque sorte le médiateur par l’entremise duquel peuvent s’interpréter les relations de l’homme à l’espace, du sujet à l’objet. »

La place de la géographie en littérature

8La question de la géographie en littérature est traitée de manière abondante. Les ouvrages intitulés L’espace (romanesque) dans l’œuvre de… Zola, Balzac, Gracq, Proust, Cendrars, Le Clézio ne manquent pas. Ils exposent la création d’un espace social et urbain au xixe siècle ou le recentrage sur l’espace intime où prime la sensibilité. Au contraire, la vague de cosmopolitisme du xxe siècle mènera à l’exploration des espaces américains.

9Depuis les études de Gaston Bachelard, nous sommes prévenus sur la signification de l’espace. Nous ne sommes plus imperméables, et les personnages avec nous, à l’espace dans lequel nous nous mouvons. Cette notion d’espace devient primordiale dans l’ensemble des sciences sociales.

10Après avoir admis la théorie du milieu qui laisse l’homme sous l’influence du milieu dans lequel il évolue, nous nous intéressons à la façon dont l’homme perçoit son milieu et le déforme. À travers ses a priori et sa perception plus ou moins directe, l’auteur en restitue toujours quelque chose. En étudiant des auteurs si différents d’époque et de vécu nous retrouvons des éléments qui concordent, et à travers cette perception nous construisons un mythe commun de la ville.

Les textes

11Les textes que nous avons étudiés sont de types différents : romans, poèmes, journaux intimes ou de voyage. Leurs auteurs sont plus ou moins connus. Derrière les noms de Pierre Mac Orlan, Jules Verne et Louis Aragon se profilent des auteurs régionaux ou d’autres qui ne sont pas passés à la postérité car leurs écrits sont jugés d’une moindre qualité. Enfin, un auteur féminin qui n’est pas un écrivain : Madame de Lamartine, la mère du poète Alphonse de Lamartine, dont le journal sera publié après sa mort. Autre exception : Jules Verne évoque Dunkerque comme lieu romanesque mais nous n’avons pas de trace de sa venue dans la ville.

12Ces textes nous permettent d’évoquer la ville de Dunkerque du début du xviiie siècle à la première moitié du xxe siècle. Nous présenterons quelques perceptions qui nous ont semblé représentatives, intéressantes et variées. Nous ne voulons pas étudier ces auteurs à travers la perception qu’ils ont de la ville mais découvrir la ville à travers les regards croisés de ces
passants.

Discours/regards croisés : la ville entre lieux communs et histoire partagée

  • 3 Les traductions de la perception.

13Lorsque nous abordons les textes concernant la ville de Dunkerque, il apparaît que les discours et le croisement des différents regards placent la ville dans un réseau de lieux communs, de lieux publics. L’impression de mise en partage de la ville par des écrivains d’origines diverses est alors importante. À travers les différentes perceptions que nous avons de la ville, se dessinent différents mythes plus ou moins actifs aujourd’hui. Les mythes urbains sont pour nous les représentations3 de la ville structurée à travers quelques éléments ou événements marquants. Dunkerque se situe sur un axe reliant la mer et les Flandres. Tout d’abord, port au centre des échanges, accumulant les richesses, tourné vers la terre. Mais, Dunkerque peut aussi apparaître comme une ligne de fuite. À l’horizon : la mer, l’infini, la vacuité. Enfin, la ville se polarise autour de quelques points importants, incontournables, pittoresques ou touristiques (l’église Saint-Éloi, la tour du Leughenaer).

Au bout de la route du Nord : la mer apaisée dans le port

14Flandre, c’est par ce mot que Pierre Mac Orlan commence un bref texte sur Dunkerque.

  • 4 Mac Orlan Pierre, Quais de tous les départs, « Dunkerque », Paris, Phébus, 1999, p. 83.

« “Flandre et la mer entre les arbres.” […] Voici la mer, la mer apaisée dans un port, dans son décor banal d’élévatrices, de grues géantes, de passerelles de fer, de barques goudronnées, de vieux steamers rouillés et de cargos neufs et puissants : c’est Dunkerque, mais c’est aussi la ville où aboutissent toutes les belles images de la Flandre française4. »

  • 5 La mer est plus utile aux exportations qu’objet d’explorations.

15Dunkerque est l’aboutissement de la Flandre. Elément essentiel. Toute l’activité des Flandres se tourne vers le port. Toute la production des Flandres prend la mer. Que ce soit vrai ou non, l’arrière-pays joue sur cette possibilité de s’échapper par le Nord. Hasard géographique, la mer est là qui s’offre à l’exploitation5. En aucun cas belliqueuse, sans écueils la rendant dangereuse, elle facilite le commerce, l’activité de la région. « La mer entre les arbres » apparaît encadrée, délimitée dans son espace.

16L’espace du port semble très dense :

  • 6 Mac Orlan P., Quais de tous les départs, op. cit., p. 84-85.

« Le port de Dunkerque, où l’on vient d’achever des transformations importantes, étale ses darses et ses digues qui se resserrent comme des pinces. La mer n’apporte point ses présents, ses algues, ses méduses et ses étoiles gélatineuses. Elle barre l’horizon d’une ligne d’eau, d’un beau vert d’absinthe, frangée d’écume, ourlée au plus loin que l’œil puisse voir d’un trait de violet sombre. […] La ligne de flottaison rouge d’un cargo, une étoile d’azur à une cheminée apportent une note de couleur qu’il faut bien remarquer6. »

17Le port est construit autour de quelques lignes directrices, exempt de toute courbure, sans aucun élément qui soit a-fonctionnel. La mer, à Dunkerque, se limite au port pour Pierre Mac Orlan. Dunkerque n’est qu’un port. Son développement est raisonné – il suit ses besoins –, lié au commerce, domestiqué. Dunkerque est l’absolu antonyme des ports bretons, romantiques et tourmentés par la tempête, et logés pour plus de sécurité dans les criques. Ici, le port est facteur d’échanges commerciaux, structuré par toutes les lignes qui barrent l’horizon de traits de couleur. L’horizontalité fait la loi figurant déjà le rail de la mer du Nord.

18Son ancrage dans la région sort le port de la banalité. Dunkerque est un port grâce aux Flandres, ce n’est pas un simple comptoir. L’aventure ne vient pas de la mer, mais des Flandres.

  • 7 Ibid., p. 85.

« Tout le Nord de la France aboutit à Dunkerque, comme toute l’Europe aboutit à Marseille pour ceux qui viennent du Sud. Pour cette raison, Dunkerque est une ville française d’origine flamande ; elle ne correspond point à un goût international provisoire et sa situation pittoresque demeure solide et de bon aloi7. »

19Dunkerque apparaît comme un axe dynamique. Route des échanges, point de départ des richesses des Flandres pour les mers étrangères, Dunkerque s’identifie à son port. La mer n’est donc pas un élément à dominer mais un facteur économique à optimiser.

20La mer ne peut pas être considérée comme un fleuve qui structure l’espace, lui donne un sens (les canaux ont cet effet). Elle est plutôt un élément d’ouverture, qu’elle soit stagnante ou en mouvement.

  • 8 Une bélandre ou balandre est une embarcation à fond plat.
  • 9 Mac Orlan P., Quais de tous les départs, op. cit., p. 84.

« En longeant le canal de Bergues à Dunkerque, on franchit les fortifications de la ville et le canal de Mardyck, plus encombré de bélandres8 que l’avenue de la Grande Armée d’autos. La mer du Nord est là, tout au bord d’une longue rue étroite bordée de hautes maisons patriciennes. On accède par cette rue de petit commerce à la grande image de la poésie du Nord : celle des cargos dans la brume et des départs sans but vers des villes ayant gardé leur personnalité9. »

21Des villes ayant gardé leur personnalité. Dunkerque au contraire semble se structurer pour servir les Flandres sans sauvegarder d’élément pittoresque. Cette abnégation de la ville profite au port. Le départ envisagé nous dirige vers des villes et non des ports. Le port est fonctionnel, la ville pourrait être pittoresque.

  • 10 Paul-François Barbault-Royer est né à Saint-Domingue, il fit plusieurs voyages en France et devint (...)

22Les Flandres placent Dunkerque au centre des ambitions. Paul-François Barbault-Royer10 soulignait déjà, en 1800, l’importance de cet axe Bergues-Dunkerque :

  • 11 Barbault-Royer Paul-François, Voyage dans les départements du Nord, de la Lys, de l’Escaut pendant (...)

« La chaussée qui conduit à Dunkerque, est peut-être la plus magnifique route de l’Europe ; elle est ferme, large, sans la moindre irrégularité, et domine dans une étendue de deux lieues tout ce pays, en suivant les contours du canal de Bergues qui coule vers la mer. Dans cet espace et sur le flanc du canal, règne une ligne continue de forts et de bastions qui semblent devoir protéger particulièrement la France de ce côté, de toutes les entreprises terrestres de l’Angleterre11. »

  • 12 Sur la période de 1506 à 1662, Dunkerque est sous la domination française, espagnole, hollandaise (...)
  • 13 D’après le terme frolander au xviiie siècle.
  • 14 La ville de Dunkerque est appelée Ecclesdown Castle, « Kerquedun » dans la traduction française. « (...)

23Sa place stratégique a valu au port les principaux désastres qui ont marqué son histoire. John Arbuthnot a insisté sur la place de Dunkerque, et son intérêt pour l’Angleterre et la Hollande. Dunkerque est un port aux multiples nationalités, non seulement par le rassemblement de navires étrangers en son sein, mais aussi par l’autorité sous laquelle il est placé. Les troubles ne viennent pas de la mer et des éléments déchaînés, mais de la convoitise des voisins. Le 25 juin 1658, la ville est tour à tour sous l’autorité espagnole, française et anglaise12. L’histoire de John Bull publiée par John Arbuthnot est encore imprégnée de ces luttes d’influences. Cet ouvrage est composé de cinq pamphlets publiés séparément entre mars et juillet 1712. L’auteur y présente une parodie des médecins, des hommes politiques et des avocats. Cette satire présente trois marchands : John Bull qui représente l’Angleterre, Nicolas Frog, un Hollandais13, et Lewis Baboon, un Français. Ils sont en procès pour savoir qui va fournir Philip Baboon, lequel représente l’Espagne. Cette œuvre a donc une portée politique. Le procès va durer dix ans, jusqu’à la ruine de John Bull, jusqu’à ce que sa seconde femme l’amène à un compromis financier avec Lewis Baboon. Les référents politiques sont clairs, il s’agit d’une bataille juridique pour établir le monopole économique et marchand entre la Hollande, l’Angleterre et la France. L’ouvrage se conclut sur le don de la ville de Dunkerque14 à l’Angleterre. L’arrivée de John Bull dans le château de Kerquedun est associée à la reconnaissance d’un territoire dont il prend possession.

  • 15 Ibid., p. 293.

« Quand John eut pénétré dans son château, on aurait dit Ulysse sur sa planche après avoir bien mariné dans l’eau salée. […] Tantôt il s’extasiait sur la beauté de l’harmonie et des proportions des pièces. Il se promenait dans les jardins, se baignait dans le canal, nageait, plongeait, agitait l’eau, tel un cygne à la blancheur de lait15. »

24Le port de Dunkerque est pris dans les conflits d’intérêts et structuré de manière fonctionnelle, tourné vers l’expansion.

La mer, dénominateur commun aux perceptions du paysage dunkerquois

25Dunkerque constitue aussi une ligne de fuite. À l’horizon : la mer. Cet appel de la mer est entendu au plus profond des terres de Flandres.

  • 16 Mac Orlan P., Quais de tous les départs, op. cit., p. 86-87.

« Le port de Dunkerque et ses soixante-dix hectares d’eau salée est un grand port de la batellerie. Les mariniers en bleu coudoient les marins en bleu. Les péniches, attirées par l’aventure qui leur est interdite, arrivent lentement […]. La flotte de bateaux plats entoure la ville et s’amarre en hommage devant la mer inaccessible16. »

26Tous les canaux mènent à Dunkerque. Point d’arrêt, la mer attire mais reste inaccessible.

  • 17 Capon Alphonse, Poèmes du Nord : sites et cités, cité par Michel Foulley, Promenades littéraires d (...)
  • 18 Ibid., p. 55. Alphonse Capon joue sur le registre tragique lié à la mer : « Abîme de la mer, ô gou (...)

27La mer est une ligne de fuite et un lieu d’excursion ultime pour les habitants du Nord qui profitent des vacances comme en témoigne Alphonse Capon : « Août ! train de plaisir pour Dunkerque : là/Ce n’est, comme ici, plus toujours même air ;/Père et mère vont, avec leur smala,/À la mer17. » Mais, une fois encore, l’espace, l’azur sont barrés : « Dans l’immensité passe à l’horizon./Un steamer qu’en France on nomme “stémer”18. » La mer, possible espace de liberté, est réduite par la frontière linguistique qui révèle les antagonismes. La ligne de fuite se profile à l’horizon, mais ne signe en aucun cas le passage de la France à l’Angleterre.

  • 19 « La noce atteignit l’estacade au milieu d’un concert de louanges et de bénédictions. Le temps s’é (...)

28Pour Jules Verne, le port est le point de départ, quai de tous les départs pour reprendre le titre donné au recueil des textes de Pierre Mac Orlan. Point de départ de la fiction. Du large vient le danger. Le port est la planche d’appel vers le large, vers l’aventure. La jetée est le point de départ et d’aboutissement des marins et du roman. Dans l’une de ses premières nouvelles, Un hivernage dans les glaces, commencée en 1851 et publiée en 1855, Jules Verne met en scène les personnages originaires de Dunkerque. Le père du héros s’est installé dans cette ville dont il est un armateur important. La nouvelle s’ouvre sur le retour du brick La jeune-hardie au port. Louis Cornbutte est attendu par son père et sa fiancée. Les amis, les parents et le curé vont à la rencontre du navire pour accueillir le futur marié sur le quai et le conduire jusqu’à l’église19. Mais le brick accoste avec un pavillon noir en berne : Louis a disparu en océan Arctique. Le romancier relève alors le défi : il expédie ses personnages dans des contrées inexplorées à la recherche du disparu. Le roman se clôturera, bien sûr, sur le retour des marins au port.

29Lorsqu’elle évoque la mer, Alix de Lamartine s’attache en fait surtout au port :

  • 20 Barrage de pieux fermant un chenal, un port.
  • 21 Lamartine Alix de, Le journal de Madame de Lamartine, t. II, Minard, coll. « Lettres modernes », 1 (...)

« Le samedi, nous fûmes voir le port de Dunkerque. La mer m’a frappée davantage qu’à Calais, elle était superbe, et la quantité de navires qui étaient dans le port faisait un fort beau coup d’œil. On voulait me mener jusqu’au bout de l’estacade20 pour mieux voir la mer, mais j’étais si lasse que je n’ai été qu’à moitié21. »

  • 22 « Pendant mon séjour à Dunkerque, je suis retournée voir la mer. Je me suis assise au bout de l’es (...)

30La mer fait le lien entre le port et la plage22. Madame de Lamartine assiste à la mise à mal d’une petite embarcation et ramasse des coquillages sur la plage. La mer s’impose violente et tranquille, dangereuse, tourmentée et accueillante.

  • 23 « La France sous nos pieds comme une étoffe usée/S’est petit à petit à nos pas refusée/Dans la mer (...)
  • 24 « Pendant la guerre, Dunkerque vivait sous un ciel de plomb et de suie. On se hâtait dans les rues (...)

31Pour certains cette ligne de fuite a en fait barré l’horizon. La mer n’est plus alors l’espérance d’un espace de liberté mais un mur infranchissable. C’est la mer qui a barré la route de la retraite en mai 1940 comme en témoignent Pierre Mac Orlan et Louis Aragon. Alors que Louis Aragon décrit l’enlisement des soldats sur la plage et dans les dunes23, Pierre Mac Orlan évoque leur échappée par la mer24.

  • 25 Sous la forme d’un voyage entre trois amis (J.-H. Rosny, Jean Ajalbert, Lucien Lainé et Ambroise R (...)

32La mer détruit les châteaux de sable des enfants, renvoie les petites embarcations, et coupe la retraite aux soldats pris dans la « poche » de Dunkerque. À Dunkerque, elle ne semble pas pouvoir être présentée ailleurs que dans le port. Seul le port la tient suffisamment à distance pour qu’elle semble anodine. Pour l’ensemble des auteurs que nous avons abordés – qui nous permettent d’aborder la ville de Dunkerque – il s’agit de l’exercice d’un regard extérieur, en aucun cas du regard d’autochtones. Ceci permet de définir pour une part leur regard sur la ville, même si leurs expériences sont différentes. L’appréhension de la ville est marquée par le savoir historique de l’auteur, par son vécu personnel, son affect. Louis Aragon est projeté à Dunkerque par la guerre, Alix de Lamartine y retrouve sa fille et y est reçue par sa belle-famille dans une période festive, et Joseph-Henri Rosny semble répondre à la commande de son éditeur25. Le rythme de la ville est différent selon les époques, les auteurs. La sérénité de Madame de Lamartine se reflète dans l’activité de la ville et dans la contemplation de la plage ; elle est plus inquiète face à la mer qu’elle découvre. Au contraire, Pierre Mac Orlan joue sur la dichotomie qui divise Dunkerque : ville active/ville morte. L’activité du port ne lui semble en rien source d’inquiétude, mais banale, naturelle, flamande, rassurante.

Les ancrages de la vie communautaire

33La polarisation de la ville sur quelques points est liée au port. Non au port international mais bien au port flamand tourné vers une consommation intérieure, le petit port de pêche, et ceci à travers quelques points essentiels de la vie locale : le Mynck, le Leughenaër. Ernest Raynaud a résumé ce quartier faisant de Dunkerque une ville fermée avec ses remparts, son port, le Leughenaer, et ses pêcheurs.

  • 26 Raynaud Ernest, La couronne des jours, Société mercure de France, 1905, cité dans « Je parle d’un (...)

« Dunkerque/Une nuit pluvieuse a saisi les remparts,/L’écluse, les canaux, les bâtiments de briques/Noircis par la fumée épaisse des fabriques,/Et le beffroi sonore, et les jardins épars./On éteint les cafés de la place Jean-Bart [sic] […]./Sur les quais ruisselants, où les mâts nostalgiques/Dorment, las de leur courses à travers l’Atlantique,/Ton cadran veille encore, ô tour du Heuguenaër ! [sic]/Une ombre glisse et c’est fini, plus rien ne bouge./Seul, au quartier marin, des volets clos d’un bouge,/Un bruit breton nasille et s’échappe alentour./Et c’est le biniou d’un pêcheur de morue/Ivre, pleurant sa « lande et son clocher à jour »,/Qui m’arrête pensif au milieu de la rue./Place Calonne. Minuit26. »

34La ville est d’abord prise dans la toile d’un réseau de voies de communication : les canaux, les routes, les rues et la mer sont omniprésents dans les descriptions. Dunkerque est une ville horizontale, une ville-réseau liant les Flandres et la mer. Mais les bâtiments religieux et politiques sont verticaux. Cette verticalité est symbolique. Dans le port qui coule son horizontalité le long du bassin avec les quartiers du Mynck, le seul édifice vertical est le phare – la tour du Leughenaer – qui a une verticalité toute fonctionnelle.

35Pierre Mac Orlan a lui aussi insisté sur l’identité du petit port de pêche, pittoresque face à l’image du port international :

  • 27 Mac Orlan P., Quai de tous les départs, op. cit., p. 86. « La tour Leughenaër (leughenaër, menteur (...)

« La ville n’est pas très animée. Son charme repose sur le jeu paisible des petits estaminets où il fait bon d’aller [sic] fumer une pipe en dégustant un tout petit verre d’eau-de-vie claire comme de l’eau de source de montagne. On parle encore flamand quand il sied, juste assez pour que la couleur locale ne disparaisse point. Il y a de charmants dancings fréquentés par des gens de mer, où l’accordéon règne en dehors de tout snobisme et retrouve un peu de son charme populaire. Quand les poissons, les harengs chers aux peintres hollandais, débarquent au Mynck, les abords du Leughenaër [sic] et le quai des Hollandais prennent de la vie et cette étonnante couleur du Nord qui est pour les peintres une délectation27. »

36Le Mynck est presque trop pittoresque, en porte à faux par rapport à la modernisation du port de commerce. Il s’attache au parler local, à ses habitudes provinciales et casanières.

37À ces deux centres d’intérêts s’ajoute l’église Saint-Éloi qui recentre la vie de la ville sur la paroisse, revenant à l’étymologie du nom de Dunkerque : l’église dans les dunes. Les avis divergent, Madame de Lamartine est élogieuse :

  • 28 Lamartine A. de, Le journal de Madame de Lamartine, t. II, op. cit., p. 243-244, à la date du 21 a (...)

« L’église est très belle ; le service divin s’y fait avec une très grande dignité. Il y a cinq nefs dans l’église, le chœur est au milieu, on tourne tout autour, et l’endroit où est le grand hôtel est très élevé […]. Il y a une grande tour carrée en face du péristyle de l’église qui est d’une grande beauté. La tour n’a de remarquable que sa masse, son élévation et son antiquité qu’on ne connaît même pas. Il y a une horloge avec le fameux carillon, mais qui est bien [déchu ?]. Dessus cette tour, on met un pavillon, qui est un signal pour la mer28. »

  • 29 Barbault-Royer P.-F., Voyage dans les départements du Nord, de la Lys, de l’Escaut pendant les ann (...)
  • 30 « Une visite de la ville vous fera voir Saint-Éloi qui, naturellement, subit les injures de divers (...)

38Barbault-Royer avait été plus vif dans son jugement : « Le seul monument remarquable est la façade pompeuse de l’église principale. On ne s’attendrait pas, en admirant les superbes colonnes de ce fastueux vestibule, qu’elle vous introduirait sous les pénibles voûtes d’un édifice du plus mauvais gothique29. » Joseph-Henri Rosny est plus descriptif. En sa compagnie, au fur et à mesure des pages, nous traversons les rues et scrutons l’épaisseur historique des murs30. Il retrace en effet l’historique de la construction de l’église.

  • 31 « L’hôtel de ville, moderne (1896-1901), dans le style flamand de la Renaissance, comporte un beff (...)

39L’église, le beffroi et l’hôtel de ville signent la vie communautaire de Dunkerque31. La ville permet la circulation et la vision, elle sort des usages qu’en ont les habitants qui y vivent, y habitent et y travaillent. Le visiteur traverse la ville, voit et raconte sa visite comme un pèlerinage entre les différents lieux publics auxquels son accès est limité. Nos écrivains en visite découvrent la ville et en font l’inventaire ; ils cherchent un sens, sont en quête d’explications. Le fait qu’ils rapportent ce qu’ils voient les place dans une posture explicative. Nous pouvons nous interroger sur ce qui est décrit dans les notes de voyage. Ne décrit-on que le symbolique, ce qui marque, le pittoresque ?

40A priori, ce qui nous est livré de la ville nous permet de reconstituer le mythe. D’après ce qui est noté nous pouvons envisager ce qui paraissait important, quelles étaient, à différentes époques, les caractéristiques essentielles distinguant certains éléments dans un continuum géographique. Une réduction s’opère en effet par la description. Nous pouvons nous interroger sur ce qu’il reste de la ville lorsqu’elle est décrite. Nous pouvons expliquer l’intérêt pour certains lieux par le fait qu’ils soient institutionnellement ou économiquement forts ou historiquement chargés d’un sens symbolique. À Dunkerque, le centre ne semble ni politique ni religieux mais plutôt économique, et géographiquement excentré par rapport à la ville puisqu’il s’agit du port. Aucun monument ne symbolise donc ce centre. Le visiteur inventorie les monuments et cède au charme des noms pittoresques dans le vieux port. La ville est un itinéraire pour les écrivains-voyageurs. Ils citent quelques monuments mais se prononcent assez peu sur le tissu urbain. Nos auteurs évoquent des lieux ayant des significations fonctionnelles et symboliques. Dunkerque n’a pas de centre d’après les descriptions que nous en avons, mais se constitue d’un territoire et de lieux, de sites. La ville est ainsi cartographiée : elle permet la circulation entre quelques lieux émergeants et se présente comme le dernier élément menant à la mer.

  • 32 Lamartine A. de, Le journal de Madame de Lamartine, t. II, op. cit., p. 244, à la date du 21 août (...)
  • 33 Barbault-Royer P.-F., Voyage dans les départements du Nord, de la Lys, de l’Escaut pendant les ann (...)
  • 34 « Le cœur de Dunkerque est dans le port qui compte 66 hectares, et sera agrandi prochainement. C’e (...)

41Les lieux et leur histoire sont recensés par le visiteur au même titre que la sensation et l’accueil. Le visiteur est en effet d’abord centré sur lui-même, sur ce qu’il voit et ressent. Les impressions sont sensibles à travers les notes plus générales sur la clarté, la propreté et les bruits. Madame de Lamartine trouve la ville très agréable : « La ville de Dunkerque est belle, les rues sont larges, droites, bien pavées. Il y a 24 ou 25 mille âmes, mais depuis la révolution elle a beaucoup perdu de sa population et de sa richesse, ayant perdu la franchise de son port qui en était la source32. » Barbault-Royer en présentait l’antithèse : « Dunkerque est d’un aspect fort sale, et d’autant plus sale que cette ville fourmille de matelots. Ces matelots sont d’un tout autre caractère que nos autres matelots ; ils sont farouches, presque sauvages, et d’une grossièreté qui doit naître naturellement des deux premières indications33. » De la même manière, Rosny et Mac Orlan s’opposent sur leur perception de la ville. Rosny en a une perception très technique, chiffrée : « 66 hectares », « les jetées qui bornent l’entrée du port ont, l’une 1 000 mètres, l’autre 80034 ». Pierre Mac Orlan apprécie la voix des femmes sur les péniches :

  • 35 Mac Orlan P., Quais de tous les départs, op. cit., p. 87. « Entre deux éclatements d’obus, cependa (...)

« De grandes femmes blondes, suivies de beaux enfants et d’un petit chien noir que l’on nomme Skipperkerke, passent d’une péniche à l’autre en s’interpellant d’une voix chantante. Quand on pense que dans ce pays, à la fois rude et tendre, il existe au moins un estaminet à l’enseigne de La Noble Rose, on peut être certain de l’amical accueil de ses habitants35. »

42Alors que Rosny fait l’éloge du progrès et des apports de la modernisation et se place dans une tendance expansionniste, Mac Orlan reste mélancolique :

  • 36 Ibid., p. 87.

« Les traces de la guerre sont effacées. Il ne reste plus rien de cette angoisse. Et c’est bien le malheur ! Dans l’énorme bruit du port, fait de mille petits bruits que l’on finit par ne plus entendre, l’avenir mêle son aigre voix peu encourageante. La mer du Nord, couleur des anciens croiseurs de bataille, m’apparaît triste, encore plus triste qu’autrefois, avant la guerre, quand je cherchais une inspiration secourable et nutritive devant la tour du Leughenaër [sic] à moitié effacée dans la pluie36. »

43Ce qui est restitué n’est pas ce qui a été vu. Selon les auteurs le port et la mer sont apparus comme un obstacle, un espoir, un facteur de plaisir, une aventure. Ils sont encadrés par un quartier ou ouvrent sur le vide. Selon les sensibilités le lieu le plus accueillant, le refuge, est un quartier, l’église, le café, une rue plus ou moins éclairée. Pourtant, nous l’avons vu, ces auteurs se retrouvent autour de lieux communs : la mer, le port, et quelques bâtiments essentiels ou monuments. À travers des perceptions et des préoccupations différentes, nous pouvons établir une carte de la perception de la ville de Dunkerque.

Conclusion générale

  • 37 Il a sa rue, son collège.

44Aucun de ces auteurs n’a réellement façonné l’image de la ville, tout au plus ont-ils témoigné de ce qu’ils ont vu. Aragon, Mac Orlan n’ont pas de place dans les plans de la ville. Aucune rue ne s’est vue attribuée leur nom. Michel de Swaen, poète flamand méconnu (1654-1707), mais impliqué au xviie siècle dans la vie de la communauté dunkerquoise dont il était médecin, a obtenu ce droit de cité37. Le passage et le témoignage ne sont pas des signes d’intégration. Si l’on a oublié ce que ces auteurs ont écrit sur la ville, la ville a pour sa part omis de les inscrire sur ses murs, dans l’histoire de ses murs. L’oubli a trouvé son écho. Par ailleurs, ils se sont préoccupés de leur quotidien sans attirer l’attention populaire. S’ils ont évoqué Jean Bart, celui-ci n’était pas au centre de leurs préoccupations. La statue du héros dunkerquois est pourtant inaugurée le 7 septembre 1845. Nos écrivains s’intéressent peu aux héros, ils sont pris dans une activité descriptive plus que narrative. Le récit et la figure mythique de Jean Bart auraient pu assurer un succès plus populaire à leurs écrits.

45Les textes étudiés, dans leur diversité, permettent peut-être de signaler quelques points ou quelques lieux par rapport à notre recherche d’un « consensus intersubjectif ». La première réponse est une infirmation de notre réflexion : le lieu qui apparaît le plus opératoire dans la description n’est pas un lieu. En effet, selon Bédard (2002), le lieu est « un fragment d’espace et de temps doté de propriétés accessibles à nos sens », qui « renvoie explicitement à une portion du territoire », il est « précis et délimité ». Nous voyons que la mer, même apaisée, ne peut être considérée comme un lieu. Dans sa typologie, la mer serait plutôt un haut lieu dont les dimensions ne sont pas aussi facilement circonscrites, ou bien un « entre-lieu » comme le définit Turgeon (1998) : « Espace de liberté où tout est possible. » Plus facilement, le port, l’église Saint-Éloi ou le beffroi se distinguent comme des lieux symboliques et comme éléments de la construction mythique de la ville de Dunkerque. Ces premières indications laissent entendre que si la littérature peut être « instrumentalisée » dans la lecture des paysages ou dans l’élaboration des sense of place, elle ouvre plus des horizons non-quantifiables qu’une représentation ponctuelle de la ville. La rencontre entre nos deux recherches doit alors se poursuivre en interrogeant cette fois la narrativité des textes tout en essayant de mettre en évidence les valeurs symboliques des lieux décrits.

Bibliography

BIBLIOGRAPHIE

Textes étudiés

Aragon Louis, Les yeux d’Elsa, « La nuit de Dunkerque », Seghers, coll. « Poésie d’abord », 2002.

Arbuthnot John, L’histoire de John Bull, Montaigne, coll. « Bilingue », 1976.

Barbault-Royer Paul-François, Voyage dans les départements du Nord, de la Lys, de l’Escaut pendant les années VII et VIII, Lille, Régis Lehoucq, 1989.

Capon Alphonse, Poèmes du Nord : sites et cités, cité par Foulley Michel, Promenades littéraires dans le Nord de 1850 à 1914, Charles Corlet, 1995.

Lamartine Alix de, Le journal de Madame de Lamartine, t. II, Minard, coll. « Lettres modernes », 1989.

Mac Orlan Pierre, Quais de tous les départs, « Dunkerque », Paris, Phébus, 1999.

Raynaud Ernest, La couronne des jours, Société mercure de France, 1905, cité dans « Je parle d’un pays de vent… », Poèmes sur le Nord-Pas-de-Calais réunis et présentés par B. Alluin, E. Jessu, P. Querleu et P. Renard, SLN, Imprimerie nationale, 1983.

Rosny Joseph-Henri, Carillons et sirènes du Nord, Les Éditions de France, 1928.

Verne Jules, Un hivernage dans les glaces, Gallimard, coll. « Folio junior », 1978.

Références bibliographiques

Bédard Mario, « Une typologie du haut lieu ou la quadrature d’un géosymbole », Cahiers de Géographie du Québec, 2002, 127, p. 49-74.

Berdoulay Vincent et Turco Angelo, « Mythe et géographie, de l’opposition aux complémentarités », Cahiers de Géographie du Québec, 2001, 126, p. 339-345.

Brosseau Marc, Des romans-géographes, Paris, 1996.

Debarbieux Bernard, « Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique », L’Espace géographique, 1995, 2, p. 97-112.

Degans Marie-Gaëlle, L’image de la ville de Dunkerque à travers le journal Le Monde, 1987-2000, mémoire de maîtrise, département de Géographie, université du Littoral Côte d’Opale, 2002.

Turgeon Louis, « L’état des entre-lieux », L. Turgeon (dir.), Les entre-lieux de la culture, 1998, p. 11-26.

Notes

1 L’ouvrage du Français Éric Dardel (1952) sera « redécouvert » par les auteurs américains.

2 Mac Orlan Pierre (1882-1970), Quai de tous départs, posth. ; Barbault-Royer Paul-François (deuxième moitié du xviie siècle), Voyage dans les départements du Nord, de la Lys, de l’Escaut pendant les années VII et VIII, 1800 ; Capon Alphonse (1855-1930), Poèmes du Nord : cites et cités, 1924 ; Lamartine Alix de (1766-1829), Le journal de Madame de Lamartine auparavant appelé Journal de ma mère, posth. 1871 ; Verne Jules (1828-1905), Un hivernage dans les glaces, 1855 ; Aragon Louis (1897-1982), Les yeux d’Elsa, 1942 ; Raynaud Ernest (1864-1936), La couronne des jours, 1905 ; Rosny Joseph-Henri dit Rosny aîné (1856-1940), Carillons et sirènes, 1928 ; Arbuthnot John (1667-1779), L’histoire de John Bull, 1727.

3 Les traductions de la perception.

4 Mac Orlan Pierre, Quais de tous les départs, « Dunkerque », Paris, Phébus, 1999, p. 83.

5 La mer est plus utile aux exportations qu’objet d’explorations.

6 Mac Orlan P., Quais de tous les départs, op. cit., p. 84-85.

7 Ibid., p. 85.

8 Une bélandre ou balandre est une embarcation à fond plat.

9 Mac Orlan P., Quais de tous les départs, op. cit., p. 84.

10 Paul-François Barbault-Royer est né à Saint-Domingue, il fit plusieurs voyages en France et devint employé au ministère des Relations extérieures.

11 Barbault-Royer Paul-François, Voyage dans les départements du Nord, de la Lys, de l’Escaut pendant les années VII et VIII, Lille, Régis Lehoucq, 1989, p. 180.

12 Sur la période de 1506 à 1662, Dunkerque est sous la domination française, espagnole, hollandaise et anglaise, pour des occupations de moins d’une journée à plusieurs années. Sur cette période, il est rare qu’un Dunkerquois n’ait connu qu’une seule domination nationale au cours de sa vie.

13 D’après le terme frolander au xviiie siècle.

14 La ville de Dunkerque est appelée Ecclesdown Castle, « Kerquedun » dans la traduction française. « Ce château de Kerquedun n’est qu’une pomme de discorde » (Arbuthnot John, L’histoire de John Bull, Montaigne, coll. « Bilingue », 1976, chap. VI, p. 285).

15 Ibid., p. 293.

16 Mac Orlan P., Quais de tous les départs, op. cit., p. 86-87.

17 Capon Alphonse, Poèmes du Nord : sites et cités, cité par Michel Foulley, Promenades littéraires dans le Nord de 1850 à 1914, Charles Corlet, 1995, p. 55.

18 Ibid., p. 55. Alphonse Capon joue sur le registre tragique lié à la mer : « Abîme de la mer, ô gouffre intarissable, /Des flots d’eau sans fond sur des flots sans fin de sable, /Devant l’Immensité/Qu’est-ce que la gloire et l’orgueil de la cité. /La mer en mugissant écume sur la plage, /Mille petits enfants comme un essaim volage / Jouent dans le sable et font /Des montagnes qu’emporte aussitôt le typhon » (ibid., p. 56). Registre ironique peut-être, pour évoquer l’écroulement des châteaux de sable ; la plage reste plus familiale. Mais, dans un poème descriptif, après avoir évoqué Douai, Cambrai et Valenciennes, Alphonse Capon s’arrête sur Dunkerque : « Dunkerque, ses quais, son port et son phare, /Souvent l’ouragan y souffle en fanfare, /Estacade aux flots opposant rempart ; /Cité de Jean Bart » (ibid., p. 62). À petite ou grande échelle, Dunkerque est toujours sous la menace du vent et de la mer.

19 « La noce atteignit l’estacade au milieu d’un concert de louanges et de bénédictions. Le temps s’était fait magnifique, et le soleil semblait se mettre de la partie. Un joli vent du nord faisait écumer les lames, et quelques chaloupes de pêcheurs, orientées au plus près pour sortir du port, rayaient la mer de leur rapide sillage entre les estacades. Les deux jetées de Dunkerque qui prolongent le quai du port s’avancent loin dans la mer. Les gens de la noce occupaient toute la largeur de la jetée du nord, et ils atteignirent bientôt une petite maisonnette située à son extrémité, où veillait le maître du port » (Verne Jules, Un hivernage dans les glaces, Gallimard, coll. « Folio junior », 1978, p. 13-14).

20 Barrage de pieux fermant un chenal, un port.

21 Lamartine Alix de, Le journal de Madame de Lamartine, t. II, Minard, coll. « Lettres modernes », 1989, p. 243, à la date du 21 août 1822. En juillet 1822, Alix de Lamartine rend visite pour la première fois à sa fille Eugénie qui s’est établie à Hondschoote (à une vingtaine de kilomètres de Dunkerque). Madame de Lamartine fera quelques visites et prendra des notes qui seront publiées en 1871 sous le titre : Manuscrit de ma mère. Il est remarquable qu’Alphonse de Lamartine, son fils, n’a pas laissé d’écrits sur la région.

22 « Pendant mon séjour à Dunkerque, je suis retournée voir la mer. Je me suis assise au bout de l’estacade. Il faisait beaucoup de vent, il y avait des vagues qui nous mouillaient les pieds par les fentes du plancher. Un petit bâtiment est venu se frapper contre l’estacade et a eu plusieurs avaries, mais sans danger pour ceux qui le montaient. C’était un coup d’œil fort imposant, et j’ai été cette fois ci beaucoup plus frappée que les autres de la majesté de la mer. J’ai ramassé des coquillages sur le bord » (ibid., p. 248-249, à la date du 3 septembre 1822).

23 « La France sous nos pieds comme une étoffe usée/S’est petit à petit à nos pas refusée/Dans la mer où les morts se mêlent aux varechs » (Aragon Louis, Les yeux d’Elsa, « La nuit de Dunkerque », Seghers, coll. « Poésie d’abord », 2002, p. 25).

24 « Pendant la guerre, Dunkerque vivait sous un ciel de plomb et de suie. On se hâtait dans les rues sombres, et la mer houleuse se déchirait pour laisser entrevoir la carcasse livide d’un sous-marin. Les matelots de l’État garnissaient les chalutiers dressés à la chasse et les petites vedettes qui se suivaient à la queue leu leu comme des cochons d’Inde. Le ciel de Flandre se prêtait à la tragédie. Le mystère homicide habitait les dunes. La ville, perdue dans une brume qui l’isolait du monde, écoutait le bruit terrifiant des explosions » (Mac Orlan P., Quais de tous les départs, op. cit., p. 87)

25 Sous la forme d’un voyage entre trois amis (J.-H. Rosny, Jean Ajalbert, Lucien Lainé et Ambroise Rulhe) relaté dans Carillons et sirènes du Nord, J.-H. Rosny fait une description des villes du Nord qu’il traverse.

26 Raynaud Ernest, La couronne des jours, Société mercure de France, 1905, cité dans « Je parle d’un pays de vent… », Poèmes sur le Nord-Pas-de-Calais réunis et présentés par B. Alluin, E. Jessu, P. Querleu et P. Renard., SLN, Imprimerie nationale, 1983, p. 82. Les italiques sont de l’auteur.

27 Mac Orlan P., Quai de tous les départs, op. cit., p. 86. « La tour Leughenaër (leughenaër, menteur) sert de phare et porte des cadrans allumés pendant la nuit : elle est située au bout du quai des Hollandais, qui jouxte le Vieux Port. La halle aux poissons, la [sic] Mynck, est curieuse à voir, animée par les femmes des marins et par les marchandes de poissons fortes en gueule, lorsqu’il le faut » (Rosny Joseph-Henri, Carillons et sirènes du Nord, Les Éditions de France, 1928, p. 128).

28 Lamartine A. de, Le journal de Madame de Lamartine, t. II, op. cit., p. 243-244, à la date du 21 août 1822.

29 Barbault-Royer P.-F., Voyage dans les départements du Nord, de la Lys, de l’Escaut pendant les années VII et VIII, op. cit., p. 184-185.

30 « Une visite de la ville vous fera voir Saint-Éloi qui, naturellement, subit les injures de divers bombardements. Elle date du Moyen Âge, fut reconstruite vers 1590, restaurée en 1667 ; en 1784, on l’amputa sans vergogne des premières travées d’une nef pour faire de la place à la voirie ! En 1889, on lui adjoignit une façade dans le style flamboyant pour remplacer une façade de style classique. C’est en somme un monument copieusement trituré et retrituré qui, nonobstant, mérite d’être contemplé. Le Beffroi renferme un carillon de quarante-neuf cloches, l’as des carillons de France. […] À chaque heure on peut entendre l’hymne à Jean Bart ; aux demi-heures et aux quarts d’heure, des airs dunkerquois variés, enfin le dimanche, le samedi, et les jours fastes, un carillonneur de talent y exécute des airs variés. Ce Beffroi, qui appartint jadis, en tant que clocher, à l’église Saint Éloi, est aujourd’hui solitaire : il se présente sous les espèces d’une tour carrée, massive, en briques, haute d’environ soixante mètres. Sa base est le reste de la tour du xiie siècle » (Rosny J.-H., Carillons et sirènes du Nord, op. cit., p. 127-128).

31 « L’hôtel de ville, moderne (1896-1901), dans le style flamand de la Renaissance, comporte un beffroi de 77 mètres de haut et deux bretèches. La façade s’orne des statues d’illustres enfants de Dunkerque » (ibid., p. 128). La bretèche est un terme désignant les fortifications en créneaux de la période médiévale.

32 Lamartine A. de, Le journal de Madame de Lamartine, t. II, op. cit., p. 244, à la date du 21 août 1822.

33 Barbault-Royer P.-F., Voyage dans les départements du Nord, de la Lys, de l’Escaut pendant les années VII et VIII, op. cit., p. 183.

34 « Le cœur de Dunkerque est dans le port qui compte 66 hectares, et sera agrandi prochainement. C’est un des ports les plus importants du littoral ouest, dont le trafic peut s’accroître encore. Énumérons le bassin du Commerce, le port d’échouage, l’avant-port et des bassins occupant une superficie de 59 hectares, avec presque dix mille mètres de quais. Les jetées qui bornent l’entrée du port ont, l’une 1 000 mètres, l’autre 800. Le chenal n’a pas moins de douze mètres de profondeur en moyenne, qui se réduit à huit en eau morte. L’ample bassin de Freycinet, avec ses cinq darses, qui communique avec le chenal par une écluse, peut abriter les plus grands navires en tout temps. Phare de grande classe, pourvu de tous les perfectionnements modernes, sémaphore, feu fixe sur la jetée O, feu rouge sur la jetée E, le fanal de Leughenaer, feu blanc destiné à éclairer le chenal, rade foraine où les navires peuvent mouiller avec 12 à 18 mètres d’eau, etc. Dunkerque est un port bien pourvu. De nombreux bateaux dunkerquois se livrent à la pêche côtière. Le commerce est important et doit le devenir davantage : céréales, graines oléagineuses, textiles, laines et, pour l’exportation, sucre, huiles, farines, phosphates, charbon, fils, produits agricoles. Dunkerque, ville glorieuse, ville héroïque, ville riche, port splendide, dont le présent est fort beau, semble avoir devant elle un opulent avenir » (Rosny J.-H., Carillons et sirènes du Nord, op. cit., p. 128-129).

35 Mac Orlan P., Quais de tous les départs, op. cit., p. 87. « Entre deux éclatements d’obus, cependant, on pouvait entendre le doux parler des filles du Nord et la galopade des soldats au milieu des rues. Sur les canaux, toutes les péniches semblaient mortes ou, tout au moins, elles retenaient leur respiration, dans l’attente du sinistre miaulement… » (ibid., p. 87).

36 Ibid., p. 87.

37 Il a sa rue, son collège.

Author(s)

Université du Littoral Côte d’Opale
Université du Littoral Côte d’Opale

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540