Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma, et après ?

 | 
Maxime Scheinfeigel

3. Permancence et conversions de la question esthétique

La nuit dans le cinéma contemporain, un nouveau rapport au monde ?

Diane Poitras

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mon propos consistera à tester une intuition selon laquelle le traitement du nocturne, dans le cinéma contemporain, permettrait d’identifier l’émergence d’un nouveau rapport à la nuit. Celui-ci, plutôt que de reposer sur une structure oppositionnelle entre deux termes, appartiendrait à une dynamique de co-appartenance du jour et de la nuit. J’emprunte la notion de coappartenance à Heidegger qui commente ainsi un fragment d’Héraclite : « Il n’y a pas de jour “à part soi” ni de nuit “à part soi”, mais c’est la coappartenance du jour et de la nuit qui est leur être même » (Question TV, p. 203-204). Un tel rapport à la nuit, aurait pour effet d’induire une relation au monde qui ne peut plus se situer dans une perspective dualiste.

Une des hypothèses que je formulerai est que le sujet nocturne est perçu, par le cinéma classique, comme un être détaché, séparé du monde. Par contre, le traitement de la nuit dans certains films récents aurait plutôt tendance à inscrire les personnages dans l’...

Auteur

Diane Poitras est doctorante à l’université du Québec à Montréal et à l’université Paris 8

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.