Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mythologies urbaines

 | 
Alain Cabantous

Quatrième partie. L’ailleurs des mythes urbains

Chicago et l’incendie de 1871 : entre mythes et réalité

Hélène Harter

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Chicago est à la fin du xixe siècle une ville qui suscite à la fois la fascination et l’effroi. Son dynamisme est une source d’étonnement. En 1890, c’est une ville de plus d’un million d’habitants, un centre industriel et économique de première importance qui domine tout l’Ouest et rivalise avec les grandes villes de la côte est. Des visiteurs venus du monde entier se pressent pour visiter les gigantesques abattoirs qui ont fait sa réputation, mais aussi ses gratte-ciel qu’on commence à copier dans les autres villes américaines. On a du mal à imaginer que soixante ans plus tôt Chicago n’était qu’un hameau de 330 habitants. Cette croissance spectaculaire n’est d’ailleurs pas toujours bien perçue. Certains, à l’instar des écrivains Upton Sinclair et Theodore Dreiser, l’expliquent par l’amoralisme de ses habitants. Bien avant Al Capone, on associe Chicago à l’image de la corruption.

  • 1 Colbert Elias et Chamberlin Everett, Chicago and the Great Conflagration, New York, 1871 ; Rosen C (...)

2Un élément cependant fait l’unanimité chez les contemporains. L’image de Chicago est indissociable du grand incendie du 8 octobre 1871. Ce n’est pas la première fois qu’une grande ville subit un sinistre important. New York doit faire face à sept incendies entre 1811 et 1858. Le 6 novembre 1872, ce sont 27 hectares de Boston qui sont détruits par les flammes. Cela ne marque pas cependant les esprits comme l’incendie de Chicago. Cet événement est en effet si considérable qu’il donne lieu à une littérature abondante. Deux mois à peine après les faits, un premier livre, rédigé par les journalistes Elias Colbert et Everett Chamberlin, est consacré à cette catastrophe. Aujourd’hui encore, l’incendie de Chicago fait l’objet d’études comme en témoignent les ouvrages scientifiques de Christine Rosen et Ross Miller1.

3Il est dès lors intéressant d’analyser la manière dont est perçu cet événement et les images qui lui sont associées. Comment se sont-elles construites ? Quelle est la part des mythes et de la réalité ? Que nous apprennent ces mythes sur la manière dont la ville cherche à se réapproprier cette catastrophe ? La question est d’autant plus importante qu’à cette époque Chicago lutte pour s’imposer au sommet de la hiérarchie urbaine américaine face aux vieux centres urbains de la côte est.

À la recherche des causes de l’incendie

Un incendie dévastateur… provoqué par une vache

  • 2 Cela correspondrait aujourd’hui approximativement à l’angle de la 12e rue et de Halsted Street. Po (...)
  • 3 Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 159.
  • 4 Miller Donald L., City of the Century. The Epic of Chicago and the Making of America, New York, 19 (...)
  • 5 Le nombre de sans-abri s’élève à 90 000 pour une population de 332 000 personnes (Miller D. L., op (...)

4Le dimanche 8 octobre 1871, à 9 heures du soir, un incendie éclate dans une étable de la rue De Kowen2. Très vite, il se propage du quartier de South West Side vers le nord-est de la ville. Les pompiers n’arrivent pas à venir à bout des flammes qui ravagent tout sur leur passage jusqu’à Fullerton avenue. Lorsque l’incendie est enfin maîtrisé deux jours plus tard, la situation est catastrophique. Tout l’est de Chicago est réduit en cendres sur huit cents hectares. Il ne reste plus rien d’une partie du centre des affaires et de 17 450 des 59 500 bâtiments que compte alors la ville3. De nombreux édifices qui faisaient la fierté des habitants de Chicago, comme Palmer House, l’opéra, la Chambre de commerce ou les élégants magasins de State Street ont disparu. Quelques très rares constructions, comme le château d’eau et la station de pompage de North Michigan Avenue, ont résisté aux flammes. Les dommages matériels sont évalués à 250 millions de dollars. Ils sont si considérables que 58 compagnies d’assurance font faillite4. Le bilan humain est en outre terrible. Trois cents personnes perdent la vie dans l’incendie et un quart des habitants de la ville se retrouve sans-abri5. C’est un désastre sans commune mesure avec les destructions subies par la ville lors des incendies de 1839 et 1856.

  • 6 Son propriétaire, Joseph Medill, est d’ailleurs élu maire de Chicago, un mois après l’incendie de (...)
  • 7 Le développement d’un journalisme populaire a été rendu possible grâce à la création de la presse (...)

5Très vite, les contemporains cherchent à en comprendre les raisons. Les autorités municipales créent une commission d’enquête officielle. Pendant qu’elle mène ses travaux, les journaux locaux occupent le devant de la scène. Ils sont en première ligne pour couvrir l’événement. En effet, le développement des villes américaines est étroitement lié à celui de la presse. Chaque ville a son journal. À la fois organe d’information et outil de promotion foncière et économique, il prospère en même temps que la ville. Le grand organe de presse de Chicago, le Chicago Tribune, a été ainsi créé en 1847 sous l’impulsion de William Ogden et de ses amis, c’est-à-dire des hommes qui sont à l’origine du développement foncier et économique de la cité. En vantant les mérites de la ville, le journal contribue à attirer de nouveaux habitants et des investisseurs. Il est en outre le porte-parole de la communauté dont il reflète les passions6. Son influence est d’autant plus grande que son prix modique7 lui donne un lectorat important.

  • 8 Mayer Harold et wade Richard C., Chicago : Growth of a Metropolis, Chicago, 1969, p. 107.
  • 9 Miller D. L., op. cit., p. 165

6Ceci explique que très rapidement la version de l’incendie du journaliste Michael Ahern fait le tour de la ville. Il explique avec moult détails que le sinistre a démarré dans l’étable d’une certaine Kate O’Leary. La responsable de cette catastrophe qui a presque rayé Chicago de la carte est… une vache, Deasy. Elle a déclenché l’incendie en renversant une lampe de kérosène. Les caricatures publiées dans les journaux, notamment celles de O. W. Mull, popularisent cette histoire8. On raconte aussi que Kate O’Leary est une alcoolique qui a mis le feu pour se venger car elle a été rayée des listes de l’aide sociale de la ville. Cette femme est traquée par les journalistes et les curieux. Elle n’a jamais été photographiée mais les journaux publient des photos censées la représenter en train de traire la fameuse Deasy. Elle refuse de donner des interviews. Qu’importe, les journalistes les inventent9. Finalement, Kate O’Leary est obligée de quitter sa maison et vit comme une recluse jusqu’à sa mort en 1895.

  • 10 Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 381.
  • 11 Les journaux ne vivent que de la vente des numéros et de la publicité dont le montant est fonction (...)
  • 12 Cet article paraît le 9 novembre 1871. F. L. Olmsted s’est fait connaître du grand public dans les (...)
  • 13 Le recours à la photographie dans les journaux se développe avec la guerre de Sécession (1861-1865 (...)

7Elle devient le bouc émissaire par excellence, à Chicago, mais aussi dans tout le pays car son histoire atteint une dimension nationale. En effet, la plupart des journaux américains consacrent leur Une à l’événement, à l’instar du New York World et du Milwaukee News10. Cela peut paraître étonnant dans un pays où la presse est essentiellement locale et donc centrée sur les préoccupations des habitants de la ville où le journal est publié. En fait, une telle couverture s’explique par l’ampleur de la catastrophe. Non seulement les lecteurs éprouvent de la sympathie pour les habitants de Chicago, mais ils se sentent aussi concernés car ils habitent eux-mêmes des villes très vulnérables aux incendies. Les journaux voient dans cette catastrophe l’occasion d’augmenter leur tirage à une époque où la presse est très concurrentielle. En 1870, 574 quotidiens sont publiés aux États-Unis avec un tirage global de 2,6 millions d’exemplaires. Vingt ans plus tôt, il y avait seulement 254 quotidiens qui étaient achetés par 758 000 lecteurs. Les journaux sont à la recherche du sensationnel qui fait vendre11. D’ailleurs, si de nombreux journaux se contentent des informations publiées dans la presse de Chicago, certaines publications, telle The Nation, n’hésitent pas à envoyer des reporters sur place pour couvrir l’événement. Ces reportages donnent un retentissement considérable à la catastrophe, notamment en raison de leur tonalité apocalyptique. Encore un mois après les faits, Frederic Law Olmsted affirme que « ceux qui ont vécu le drame ont déclaré avoir réellement cru voir le monde brûler ». C’est pourtant un homme réputé pour son esprit raisonnable et pragmatique12. L’impact de ces articles est d’autant plus grand qu’aux textes, viennent s’ajouter des photos qui témoignent de l’ampleur du désastre13. Ils suscitent une émotion si vive que de l’aide afflue des quatre coins du pays. Le président Ulysse Grant envoie un chèque de 1 000 dollars. Les milliardaires Jay Gould et William Vanderbilt organisent des trains de secours pour les sinistrés depuis New York. Incontestablement, l’incendie de Chicago est la première catastrophe à avoir fait l’objet d’un tel traitement par les médias.

Les causes objectives de la catastrophe

  • 14 Miller D. L., op. cit., p. 165.

8Cela ne signifie pas que les journalistes en proposent une analyse exacte. En effet, vingt-neuf ans après les faits, Michael Ahern reconnaît auprès d’un collègue, John Kelley, qu’avec deux autres journalistes, James Haynie et John English, « il a concocté l’histoire de la vache donnant un coup de pied à la lampe ». L’idée leur en est venue car on a retrouvé au milieu des décombres de l’étable des O’Leary une lampe de kérosène brisée14. Des études récentes laissent penser que le sinistre aurait été provoqué accidentellement par Daniel Sullivan, l’homme qui co-utilisait la grange de la famille O’Leary. Il est néanmoins indéniable que, même si la vache des O’Leary avait été l’élément déclencheur de l’incendie, son intervention n’aurait pas pu à elle seule provoquer la destruction d’une grande partie de Chicago. D’autres éléments entrent en ligne de compte.

9Pour déterminer les causes exactes de l’incendie, il faut en fait se référer aux données fournies par les pompiers et les policiers à la commission d’enquête créée par la ville. La violence de l’incendie s’explique tout d’abord par la météorologie. Les habitants de Chicago sont en effet victimes des éléments naturels. Les flammes sont attisées par le vent violent qui souffle des grandes plaines. Les charpentes en bois, qui constituent l’ossature de la plupart des maisons, sont particulièrement inflammables à cause de la sécheresse. En effet, il est tombé à peine cinq centimètres d’eau en trois mois. Ce déficit pluviométrique a aussi pour conséquence de réduire considérablement les réserves d’eau des pompiers.

  • 15 Ibid., p. 159.

10Les causes naturelles n’expliquent cependant pas tout. Elles ont un effet dévastateur car les hommes ne se sont pas donnés les moyens de faire face à un incendie de grande ampleur. Si les flammes se propagent si rapidement d’immeuble en immeuble c’est que le code de la construction est laxiste. On a cherché à rentabiliser la moindre parcelle sans tenir compte des risques d’incendie inhérents à des constructions trop rapprochées. Les responsables municipaux n’ont pas voulu édicter des règles trop contraignantes qui auraient découragé les investisseurs potentiels. Comme par ailleurs les citadins veulent payer le moins d’impôts possible, les services municipaux disposent de peu de personnel et de moyens matériels limités. Il n’y a ainsi que 185 pompiers et 17 engins de lutte anti-incendie pour une population de 332 000 personnes15.

  • 16 L’incendie est en effet attisé par le vent mais aussi par l’éclatement des conduites de gaz qui pr (...)
  • 17 Zukowsky John (dir.), Chicago. Naissance d’une métropole, 1872-1922, Paris, 1987, p. 29.

11Lorsque l’incendie se déclenche, les soldats du feu sont vite débordés. Ils sont épuisés car ils ont dû combattre plutôt dans la journée plusieurs départs de feu attisés par la sécheresse et le vent. Non seulement, ils manquent de personnel, mais les équipements dont ils disposent sont vétustes et inadaptés à leurs besoins. Les prises d’eau qui leur sont réservées sont trop peu nombreuses. Ils n’ont donc pas suffisamment d’eau pour lutter contre un incendie qui gagne en puissance au fil des heures16. Le diamètre des canalisations est en outre trop réduit pour obtenir suffisamment de pression d’eau et pouvoir utiliser les lances d’incendie dans les étages supérieurs des bâtiments. Sans compter que ces conduites, qui datent pour beaucoup des années 1840, sont souvent corrodées, voire percées. L’incendie aurait été incontestablement moins destructeur si les infrastructures de travaux publics avaient été de meilleure qualité. D’ailleurs, plus que l’intervention des pompiers, ce sont les averses et la présence du lac Michigan qui permettent de stopper la propagation des flammes17.

  • 18 Inaugural Address of the Mayor of Chicago, 4 décembre 1871. Les constructions en bois sont interdi (...)

12En fait, cet incendie est révélateur de la fragilité des villes américaines. À l’heure de la révolution industrielle, les hommes cherchent à s’affranchir des contraintes de la nature grâce à la technologie. Ils n’en demeurent pas moins tributaires des éléments. Cette crise fait d’ailleurs prendre conscience aux responsables municipaux de la faiblesse des équipements urbains et de la dangerosité des normes de construction en vigueur. Dans son adresse inaugurale du 4 décembre 1871, le nouveau maire de la ville recommande d’améliorer les équipements des pompiers pour éviter la répétition d’une telle catastrophe18.

Une histoire qui permet de donner un sens à une catastrophe hors du commun

  • 19 Ce film, interprété par Tyrone Power, Alice Faye et Don Ameche, a pour titre originel In Old Chica (...)

13Les journaux continuent de donner un large écho à la vache de Madame O’Leary bien que ces éléments d’explication soient rendus publics. En 1938 encore, le film L’incendie de Chicago de Henry King accrédite cette histoire19. Il faut en fait près d’un siècle pour qu’on reconnaisse que cette histoire relève du mythe. Comment expliquer que cette version des faits se soit si durablement imposée dans les esprits ?

14Cela tient aux ressorts sur lesquels repose cette histoire. Kate O’Leary fait un bouc émissaire parfait à une époque où les immigrants irlandais catholiques sont particulièrement mal vus dans une Amérique majoritairement protestante. Le stéréotype de l’Irlandais buveur et bagarreur est très répandu. Cela n’étonne donc pas les contemporains que K. O’Leary ait pu mettre le feu à la ville parce qu’on l’avait rayé des listes de l’aide sociale. Il est pourtant aujourd’hui démontré qu’elle n’en a jamais bénéficié.

  • 20 Luzerne Frank, The Lost City : Chicago As It Was and as It Is and Its Glorious Future, New York, 1 (...)

15De même, l’utilisation d’une vache comme élément déclencheur de la catastrophe n’est pas remise en cause. Cela tient au fait qu’on trouve encore beaucoup d’animaux dans les villes à cette époque. Les vaches fournissent le lait tandis que les chevaux sont utilisés pour le transport des hommes et des marchandises. Le fait qu’un simple animal puisse presque rayer de la carte la ville de Chicago donne en outre un côté extraordinaire à l’événement. On remarque d’ailleurs que généralement les descriptions de l’incendie laissent une large place au surnaturel. Un témoin oculaire raconte que : « Les immeubles de briques se consumèrent comme par magie. » Un journaliste parle de « chapitres d’horreurs ne pouvant qu’être écrits […] avec une plume de feu ». Le Post dans son édition du 17 octobre affirme que « le spectacle qui s’offrait […] était d’une sublimité et d’une horreur sans pareilles. […] Il suffisait d’un peu d’imagination pour se croire penché sur les remparts infrangibles de l’enfer, plongeant ses regards dans l’abîme sans fond ». Quant au caricaturiste O. W. Mull, il représente la vache des O’Leary sous des traits démoniaques20. Pour les contemporains, l’explication d’une telle catastrophe ne peut pas être ordinaire. Seul le surnaturel peut expliquer qu’un tel désastre frappe une ville comme Chicago.

  • 21 Le site est découvert en 1673 par la mission jésuite menée par les Français Jacques Marquette et L (...)
  • 22 Cain Louis P., Sanitation Strategy for a Lakefront Metropolis. The Case of Chicago, Chicago, 1978, (...)
  • 23 Le défrichement accéléré du Middle West fait de Chicago un important centre agricole. Le premier c (...)

16En effet, à la différence des villes de la côte est, Chicago connaît un développement tardif, mais spectaculaire. En 1871, c’est la troisième ville la plus peuplée des États-Unis derrière New York (1 600 000 habitants) et Philadelphie (690 000 habitants). Alors qu’elle n’avait que 300 habitants en 183321, la cité en compte déjà 4 479 en 1840. La barre des 30 000 habitants est franchie dès 1850, celle des 100 000 en 1860. Entre 1863 et 1871, la population fait même plus que doubler. Elle passe de 150 000 à 332 000 habitants22. Cette croissance démographique est exceptionnelle dans un pays qui connaît pourtant une urbanisation très rapide, avec un taux de croissance annuelle de la population urbaine de 3,5 %. Chicago doit sa prospérité au percement du canal de l’Érié qui la relie à New York en 1825. Elle s’impose comme le lieu de transbordement par excellence des marchandises allant de la côte est jusque dans l’Ouest. Un port est construit en 1833 puis, quinze ans plus tard, un nouveau canal permet d’établir une liaison directe avec le réseau fluvial du Mississippi. Plusieurs lignes de chemin de fer commencent aussi à desservir la ville. Au lendemain de la guerre de Sécession, Chicago ravit à Boston le titre de capitale ferroviaire du pays. Une telle accessibilité constitue un atout remarquable à l’heure de la révolution des transports. Grâce à ses infrastructures, la ville peut tirer partie de son vaste hinterland agricole et s’imposer comme la métropole de l’Ouest23. Elle devient dès lors l’intermédiaire incontournable entre les producteurs agricoles de l’Ouest et les millions de consommateurs de la côte est et rivalise économiquement avec les métropoles de la côte est. L’incendie de 1871 frappe en fait une ville qui a connu quarante ans de croissance ininterrompue et qui semble par conséquent invulnérable. Jamais on aurait imaginé que la ville puisse subir de telles destructions. Le choc est si grand que seul le recours à l’extraordinaire permet aux contemporains de donner un sens à l’événement.

17Les journaux y trouvent aussi leur compte car le sensationnel qui entoure la vache des O’Leary fait plus vendre que la description des équipements vétustes utilisés par les pompiers ou des disfonctionnements des services publics. Quant aux responsables municipaux, s’ils ne dénoncent pas cette histoire, c’est sans doute parce qu’elle permet de laisser dans l’ombre les vraies raisons de la catastrophe, c’est-à-dire l’incapacité des services de la ville à prévenir et maîtriser une telle situation. Pendant que le grand public se focalise sur Kate O’Leary, il ne demande pas de comptes aux responsables de la ville.

La renaissance de la ville ou comment Chicago
se réapproprie cette catastrophe

Le Phénix renaissant de ses cendres

18L’incendie de 1871, si grave soit-il, n’a pas pour autant arrêté la croissance de Chicago. Au contraire. Dès lors, la ville est associée à l’image du Phénix qui renaît de ses cendres. Cette rhétorique n’est pas nouvelle aux États-Unis. On la retrouve notamment associée à la ville d’Atlanta après que celle-ci a été détruite par un incendie à la fin de la guerre de Sécession. Elle prend cependant une ampleur beaucoup plus importante à Chicago.

19Dès le 9 octobre, le maire Roswell B. Mason annonce dans une proclamation que « le gouvernement municipal […] fait serment à la population de la protéger et de tout mettre en œuvre pour permettre la remise en état des biens privés et publics ». Trois jours plus tard, il annonce un audacieux plan de reconstruction qui prévoit notamment la construction de docks le long de la rivière, d’un grand marché et d’une place publique. Parallèlement, les autorités municipales mettent sur pied un General Relief Committee (Comité général d’assistance). Il est chargé d’organiser avec la Relief and Aid Society (Société d’aide et d’assistance) la distribution de l’aide aux sinistrés et notamment l’hébergement des sans-abri.

  • 24 Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 495.
  • 25 Il bat un candidat démocrate. Son prédécesseur, Roswell Mason, ne s’est pas représenté.

20Les membres de la Chambre de commerce de Chicago sont aussi très actifs. Le 10 octobre, alors que les pompiers luttent encore pour éteindre l’incendie, ils lancent un appel à la reconstruction immédiate de la ville. Comme ils s’inquiètent des pillages, ils font en outre pression sur les autorités locales et fédérales pour que la loi martiale et le couvre-feu soient proclamés. Quelques jours plus tard, ils obtiennent satisfaction. Des troupes fédérales rétablissent l’ordre sous le commandement du général Philip H. Sheridan, un héros de la guerre de Sécession24. La loi martiale est rapidement levée et la ville retrouve son fonctionnement ordinaire. D’ailleurs, des élections municipales ont lieu le 7 novembre. C’est Joseph Medill, le puissant patron du Chicago Tribune, qui est élu maire. Il a fait campagne sous l’étiquette du parti Fireproof (Ignifugé) en promettant de relever la ville de ses cendres25. Ce scrutin est révélateur du poids politique qu’ont à cette époque les hommes d’affaires dans les villes américaines.

  • 26 Les majuscules sont employées telles qu’elles l’étaient dans le texte originel. Les livres publiés (...)

21En élisant Joseph Medill, les habitants de Chicago votent aussi pour un homme qui s’est beaucoup investi dans la reconstruction de la ville. En effet, trois jours à peine après le début de l’incendie, il rédige dans son journal une tribune qui est restée célèbre : « Courage ! » dit-il. « Au cœur d’une calamité sans précédent dans l’histoire de l’humanité, regardant les cendres de ce qui reste de trente ans de croissance, la population de cette ville, jadis superbe, a résolu que Chicago SE RELEVERA. » Les journaux relaient son message dans tout le pays. Le New York World, par exemple, titre le 11 octobre : « Chicago se relèvera rapidement26 ». Joseph Medill joue en fait un rôle central dans le processus d’assimilation de Chicago au Phénix de la légende.

  • 27 Trocmé Hélène, Chicago, 1890-1930. Audaces et débordements, Paris, 2001, p. 15 ; Boorstin Daniel, (...)

22Les discours des responsables politiques et économiques n’auraient pas suffi à eux seuls à imposer cette image. C’est l’ardeur que mettent les habitants à rebâtir leur ville qui lui donne toute sa force. Les contemporains s’enthousiasment devant la rapidité de la reconstruction qu’ils suivent à travers les journaux. En effet, les habitants de Chicago ne se laissent pas décourager par l’adversité. L’incendie à peine éteint, des milliers de volontaires déblayent les décombres qui s’amoncellent dans les rues. Les affaires reprennent rapidement. L’agent immobilier W. D. Keerfoot placarde sur ce qui reste de sa maison : « J’ai tout perdu sauf ma femme, mes enfants et mon énergie. La vente continue. » On pourrait aussi citer l’exemple d’Aaron Montgomery Ward. Il perd presque toutes ses économies dans l’incendie mais réussit cependant à réunir un capital de 2 400 dollars en quelques mois. Au printemps 1872, les affaires repartent. C’est le début de la première entreprise américaine de vente par correspondance. Le magnat Potter Palmer est animé de la même philosophie. Bien que ruiné par l’incendie qui a détruit les trente bâtiments qu’il possédait, il réussit à rebâtir sa fortune en empruntant 1,7 million de dollars. C’est alors le prêt le plus important jamais consenti à un particulier. Avec cet argent, il édifie de nombreux édifices, dont le fameux hôtel Palmer. En 1890, sa fortune est estimée à 15 millions de dollars, soit un peu plus de 150 millions d’aujourd’hui27.

  • 28 Miller R., op. cit., p. 22-23.
  • 29 Chicago Public Library, The Great Fire of 1871 and the Rise of the Modern City, <http://www. chipublib.org/digital/lake//CFDFire.html>, réf. du 26 août </http>

23Potter Palmer est révélateur de la fièvre de construction qui semble s’être emparée de la ville. Deux cent douze bâtiments sont en chantier à peine six semaines après l’incendie, et ce malgré un hiver froid et précoce. Un an après, de nouveaux bâtiments sont érigés dans le South Side pour une valeur de 34 millions de dollars28. Ils témoignent de la résurrection matérielle de la ville au même titre que l’Exposition industrielle inter-États qui est organisée du 25 septembre au 12 novembre 1872. Chicago regarde résolument vers l’avenir. Cette année-là d’ailleurs, elle organise aussi un concours d’architecte afin de construire un nouvel hôtel de ville et un tribunal29. La ville incarne par excellence le go-ahead américain, cette idée qu’il faut aller de l’avant.

L’incendie, nouvel acte fondateur de la ville

  • 30 C’est d’ailleurs ce titre que choisit de donner Ross Miller au livre qu’il consacre à l’incendie d (...)

24L’incendie constitue un tournant dans l’histoire de la ville. Il est d’ailleurs fréquent de dater les faits par rapport à cet événement. Certains vont encore plus loin. L’évocation de l’incendie est en effet très souvent accompagnée d’images religieuses, la plus fréquente étant celle de l’Apocalypse30. Cette référence récurrente à la fin du monde s’explique par l’ampleur des destructions subies par la ville mais aussi par le réveil religieux que connaît la société américaine à cette époque. Les mouvements évangéliques, qui prônent le renouveau et la propagation de la foi, sont extrêmement importants et dynamiques. Il suffit de songer au succès que rencontre le prédicateur Dwight Moody entre 1873 à 1899.

  • 31 Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 381 ; Swing David, « Historic Moments : A Memory of the (...)
  • 32 Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 450. Cette vision de la traversée de l’océan apparaît tr (...)

25Dans ce contexte, l’idée que l’incendie est à l’origine d’une nouvelle naissance de la ville s’impose facilement. Le New York World affirme dans son édition du 11 octobre que « l’étonnement devant la croissance originelle de la ville de Chicago ne sera rien par rapport à la surprise que créera sa soudaine nouvelle création ». L’évangéliste David Swing fait remarquer : « Au réveil, nous étions dans un monde nouveau31. » C’est comme si la ville avait été lavée de ses fautes par l’incendie et notamment de son image de métropole du vice et de ville vouée au culte de l’argent. L’image du feu purificateur s’impose. Selon Elias Colbert et Everett Chamberlin : « Avant l’incendie, Chicago s’enfonçait de plus en plus dans des habitudes de luxe. […] L’incendie guérit les habitants de cette inclination. » Il est l’équivalent de la traversée de l’Atlantique pour les puritains qui se sont embarqués sur le Mayflower et ont fondé la colonie de Plymouth en 1620. Elias Colbert et Everett Chambers affirment d’ailleurs que la reconstruction de Chicago se fera sur « le solide soubassement de son activité commerciale, vrai rocher de Plymouth de sa société ». Certains vont même jusqu’à comparer Chicago à une Nouvelle Jérusalem. En fait, l’incendie est perçu comme « un bien pour un mal32 », un outil de régénérescence de la ville. Celle-ci peut dès lors prendre un nouveau départ.

  • 33 Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 450.

26Les habitants qui ont survécu à l’incendie se voient d’ailleurs comme les nouveaux fondateurs de la ville. C’est un titre particulièrement apprécié dans une Amérique qui se perçoit comme un pays de pionniers, et encore plus particulièrement dans l’Ouest. Elias Colbert et Everett Chamberlin expliquent que « l’incendie fait des habitants de Chicago des hommes et des femmes énergiques, aux mœurs simples, durs à l’ouvrage et pleins d’abnégation, pareils à ceux qui bâtirent Chicago et assurèrent de toutes leurs forces sa prodigieuse destinée33 ». Ils deviennent les égaux des premiers habitants de la ville, ceux qui ont triomphé des terres marécageuses, des rigueurs du climat et des Indiens. Dans les esprits, l’incendie marque le début d’une ère nouvelle pour Chicago.

Chicago, la ville de toutes les opportunités

  • 34 Miller R., op. cit., p. 1.

27Grâce à cette re-fondation symbolique, Chicago gagne une image dont elle est très fière : celle de la plus jeune ville des États-Unis. Elle se distingue des vieux centres de la côte est qui, comme New York, Boston ou Philadelphie, ont été fondés au xviie siècle. La modernité est perçue comme un atout indéniable dans un pays jeune. C’est un signe de dynamisme à une époque où la concurrence économique est très vive entre les centres urbains. Il est d’ailleurs frappant de constater qu’il faut attendre 1956 pour qu’on élève un monument commémorant l’incendie34. En 1871, les habitants de Chicago préfèrent organiser une exposition industrielle qui permet de poser les bases du développement futur.

  • 35 Miller D. L., op. cit., p. 190.
  • 36 Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 159 ; Boorstin D., op. cit., p. 1215 ; Muccigrosso R., o (...)

28Ils se réjouissent d’habiter la ville la plus jeune du pays, car pour eux, c’est celle qui est promise au plus bel avenir. Chicago apparaît en effet comme une ville libérée des entraves du passé où tous les projets peuvent se concrétiser. L’écrivain Theodore Dreiser la compare en 1887 à « un monde d’espoir et d’opportunité35 ». Cette image est fréquemment employée dans les villes américaines qui ont subi des destructions importantes après un incendie. Les habitants de Baltimore, par exemple, qualifient « d’opportunité en or » l’incendie qui ravage le cœur de leur ville en 1904. Ils expriment ainsi l’espoir que cette catastrophe offre l’opportunité de reconstruire leur ville en mieux. La destruction de nombreux bâtiments laisse notamment penser qu’on va pouvoir élargir les rues pour faciliter la circulation et consacrer de l’espace à des places publiques et des espaces verts. Les incendies contribuent en outre à stimuler le marché immobilier. La valeur des propriétés bâties de Chicago est estimée à 620 millions de dollars en octobre 1871. En 1900, celle des terrains à bâtir est évaluée à un milliard de dollars. On estime qu’au début des années 1880, un are se négocie à 13 000 dollars dans le quartier des affaires. Il vaut 90 000 dollars à la fin de la décennie36. Quarante ans de développement continu ont donné aux terrains ravagés par l’incendie plus de valeur qu’à ceux déjà construits. En effet, les promoteurs ont désormais à leur disposition de vastes terrains pour réaliser leurs projets immobiliers. Les possibilités de valorisation du foncier sont très nombreuses à la différence de ce qui se passe dans les métropoles de la côte est où la densité du bâti est importante. En matière d’immobilier, l’avenir c’est Chicago et non pas des villes comme Philadelphie ou New York.

  • 37 On doit notamment à Louis Sullivan le Central Music Hall de Chicago (1887) ainsi que le bâtiment d (...)
  • 38 Muccigrosso R., op. cit., p. 30.
  • 39 Zunz Olivier, L’Amérique en col blanc : l’invention du tertiaire 1870-1920, Paris, 1991.

29La demande immobilière est par ailleurs telle que les promoteurs sont obligés de faire appel à des architectes étrangers à la ville comme Louis Sullivan, qui s’installe à Chicago en 1873, ou John Root qui fonde avec Daniel Burnham la fameuse firme Burnham & Root en 1872. William Holabird choisit aussi de déménager à Chicago en 1875. En 1883, il forme avec Martin Roche, un nouveau venu dans la ville aussi, la célèbre firme d’architecture Holabird & Roche37. Ces hommes sont attirés par les potentialités d’une ville où tant de bâtiments sont à reconstruire. L’incendie représente pour eux une aubaine car ils peuvent imaginer et construire une ville moderne, quasiment ex nihilo. Chicago offre aux architectes un champ d’expérimentation grandeur nature unique. Lieu de toutes les audaces architecturales, la ville devient le berceau d’un mouvement architectural de réputation mondiale : l’École de Chicago. L’architecture connaît à Chicago une révolution à la fois conceptuelle et esthétique. Avec le Home Insurance Building, William Le Baron Jenney réalise en 1885 le premier immeuble important à reposer sur une charpente d’acier. Ses onze étages sont bientôt dépassés par des édifices en hauteur encore plus spectaculaires. Ce n’est donc pas un hasard si c’est à Chicago que le terme skyscraper (gratte-ciel) apparaît pour la première fois. On le trouve dans un article du Chicago Tribune en 188938. Ces édifices permettent non seulement de rentabiliser les terrains mais aussi de fournir les nombreux mètres carrés de bureaux que réclame une économie tertiaire en pleine croissance39. Les gratte-ciel, tel le Marquette Building (1894) de Holabird & Roche, deviennent la marque distinctive de Chicago, puis bientôt de toutes les grandes villes américaines. Grâce à l’incendie de 1871, Chicago s’impose comme un foyer d’innovation architecturale et attire les hommes les plus précurseurs de la profession. Par exemple, Frank Lloyd Wright, le créateur du style Prairie, s’y installe en 1886. Chicago devient la ville américaine la plus novatrice en la matière, surpassant même la plus grande ville du pays, New York.

  • 40 Miller D. L., op. cit., p. 169.

30L’incendie constitue en fait une opportunité pour les audacieux qu’ils soient architectes, promoteurs immobiliers ou hommes d’affaires. C’est le message que diffusent dans tout le pays les city boosters de la ville. Ces hommes font la promotion de leur cité en vantant ses mérites et surtout ses potentialités de développement futur. Ils cherchent à attirer des investisseurs. On les retrouve à toutes les étapes importantes du développement de la ville. William Ogden, le premier maire de Chicago, est l’un d’eux. Dans les années 1870, ils comptent dans leur rang des hommes comme Joseph Medill ou William Bross. Ce dernier est le premier habitant de Chicago à se rendre à New York après le sinistre. Les journaux se l’arrachent et publient ses interviews. Il répète à toux ceux qui veulent l’écouter : « Venez à Chicago maintenant. Jeunes hommes, dépêchez-vous ! Messieurs, envoyez vos garçons ! Mesdames, envoyez vos maris ! Vous n’aurez jamais plus une telle opportunité de faire de l’argent40. » Ces propos sonnent comme le pendant du fameux « Go West, Young Man » qu’Horace Greeley, le directeur de la New York Tribune, a popularisé dans les années 1840 à l’heure de la conquête de l’Ouest.

  • 41 Ibid., p. 169.
  • 42 Cain L. p., op. cit., p. X ; Harter H., op. cit., p. 37.
  • 43 Sur l’Exposition de 1893, on consultera notamment : Badger R., The Great American Fair : The World (...)

31Ils rencontrent un écho tout aussi favorable chez les Américains que ceux d’H. Greeley. William Bross affirme que « Chicago sera rebâti en cinq ans et aura une population d’un million d’habitants en 190041 ». Ses prévisions sont bien en deçà de la réalité. Chicago passe de 332 000 habitants en 1871 à 382 000 en 1873 puis 503 000 en 1880. La barre du million est franchie dès 1890 avec 1 099 880 habitants. Cette année-là, Chicago se hisse pour la première fois au deuxième rang des villes américaines derrière New York (2 507 400 habitants) et dépasse Philadelphie (1 047 000 habitants). Dix ans plus tard, elle abrite 1 730 000 habitants. Ils sont 2 185 000 en 191042. Parallèlement, la ville connaît une très forte croissance économique et s’impose comme le deuxième centre économique et financier du pays dès les années 1890. Le fait que Chicago soit choisie pour accueillir en 1893 la deuxième Exposition universelle organisée sur le sol américain témoigne bien de la place prépondérante qu’elle occupe désormais aux États-Unis43.

Chicago, un modèle pour le reste de l’Amérique

  • 44 Municipal Reports of the City of San Francisco for the Fiscal Year 1906-1907, p. 755 sqq. ; Glibot (...)

32Près de vingt-deux millions de visiteurs se pressent en 1893 pour observer de visu la renaissance de la ville. L’ampleur des destructions subies, et la rapidité avec laquelle elle se relève, font en effet de Chicago un sujet d’admiration. C’est une référence notamment pour les villes frappées par une catastrophe naturelle ou matérielle. Lorsque San Francisco est ravagée par un tremblement de terre en 1906 les élus locaux recommandent de s’inspirer de l’exemple de Chicago. Ils font en outre appel à Daniel Burnham pour présider à la reconstruction de leur ville. Cet architecte, qui s’est illustré sur le chantier de l’Exposition universelle de 1893, travaille alors au nouveau plan de la ville de Chicago. De même, les officiels de Baltimore affirment après l’incendie de 1904 que « le cas le plus proche du nôtre est celui de Chicago en 187144 ».

  • 45 Inaugural Address of the Mayor of Chicago, 4 décembre 1871, p. 20. Harper’s Weekly, 4 novembre 187 (...)
  • 46 Miller D. L., op. cit., p. 191.
  • 47 Ibid., p. 188 ; Chicago Tribune, 18 janvier 1874.

33Si Chicago s’impose comme un modèle, c’est qu’elle incarne les valeurs dans lesquelles se reconnaissent les Américains ; celles d’un pays où l’esprit d’entreprise, la persévérance et la confiance dans l’avenir permettent de triompher des pires épreuves. Joseph Medill fait remarquer en 1871 que : « Heureusement, il y a des choses que les flammes ne peuvent pas consumer : les habitudes de travail et d’indépendance, l’intégrité personnelle, l’aptitude aux affaires, le savoir-faire technique et une volonté invincible. » Son point de vue est partagé bien au-delà de Chicago. En 1875, le Harper’s Weekly s’émerveille de « cet esprit d’entreprise et de détermination qui a subi, au sens propre, l’épreuve du feu45 ». L’économiste français Paul de Rousiers fait remarquer en 1892, dans La vie américaine, que « l’esprit booster atteint son intensité maximum à Chicago ». Pour le mémorialiste Henry Adams, Chicago est à la fin du siècle le meilleur endroit pour observer « les nouvelles énergies » qui traversent l’Amérique46. En fait, nombreux sont ceux qui pensent, à l’instar de cet Anglais qui découvre la ville en 1872, que « Chicago c’est l’essence concentrée de l’américanisme ». Ils partagent le point de vue du critique d’architecture français Jacques Hermant pour qui, « Chicago c’est l’Amérique47 ».

34En fait, le dynamisme de la ville de Chicago est tel qu’elle a réussi à se réapproprier l’incendie qui a failli la détruire pour en faire le support de sa nouvelle prospérité. Elle semble sortir plus forte que jamais de l’épreuve.

Au-delà des mythes

Une reconstruction très inégale

35La présentation qu’y est faite de la reconstruction est cependant parcellaire. Il est frappant de constater que les contemporains, comme l’historiographie, insistent uniquement sur le destin de quelques habitants de la ville. On s’étend ainsi longuement sur les succès d’un Potter Palmer mais on ne parle pas des entrepreneurs totalement ruinés. Il n’y a pas plus d’études sur le sort de la population ouvrière qui constitue pourtant les deux tiers de la ville. On ne sait pas comment ces populations déjà fragilisées ont fait face à l’incendie. Si on s’intéresse avant tout aux hommes d’affaires qui ont réussi, c’est que leur parcours contribue à renforcer l’image d’une ville qui a surmonté l’épreuve et sort renforcée de l’incendie. Il est vrai en outre que jusqu’aux années 1960, et la création de la nouvelle histoire sociale, les historiens américains s’intéressent peu aux gens ordinaires. Des études restent encore à mener sur cette question. L’incendie de Chicago n’a pas encore livré tous ses secrets.

  • 48 Annual Report of the Board of Public Works of Chicago, 1896, p. 112-125. Pour le réseau d’eau, on (...)
  • 49 Rosen C., op. cit., p. 125 ; Muccigrosso R., op. cit., p. 22 ; Chicago Public Library, op. cit.
  • 50 D’ailleurs, la cité Blanche qui accueille l’Exposition universelle de 1893 est victime de plusieur (...)

36On remarque d’ailleurs que la reconstruction matérielle de la ville est souvent vue sous l’angle exclusif du bâti et de la révolution architecturale. Or, elle ne se limite pas à cela. Les services municipaux remettent en état les sept ponts qui ont été détruits ainsi que les dizaines de milliers de canalisations d’eau et d’égouts qui ont fondu sous la chaleur de l’incendie48. Ils étendent le réseau d’eau à la demande des pompiers, et des compagnies d’assurance qui menacent de ne plus indemniser les victimes d’incendie si des travaux ne sont pas exécutés rapidement. Ces réalisations s’avèrent cependant insuffisantes pour faire face aux besoins d’une ville en pleine croissance49. L’organisation des rues connaît aussi peu de modifications. Des travaux d’élargissement de la voirie auraient pu être entrepris puisque l’incendie a supprimé les contraintes créées par le bâti. En fait, seuls les passages à niveau à l’origine des embouteillages les plus importants sont supprimés. Les autorités municipales renoncent à faire des travaux de plus grande envergure car il aurait fallu verser d’importantes indemnisations aux propriétaires dont les parcelles auraient été amputées par le nouveau tracé des rues. Les élus subissent aussi les pressions des contribuables qui refusent la multiplication des chantiers, synonymes pour eux d’impôts supplémentaires. Il faut qu’un nouvel incendie détruise 24 hectares de la ville en juillet 1874 pour que les travaux s’accélèrent50. L’incendie de 1871 ne permet pas finalement de réaliser la modernisation à grande échelle des équipements urbains dont avaient rêvé les ingénieurs, ni de maîtriser une expansion urbaine anarchique.

L’amplification du désastre initial

  • 51 Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 381 ; Miller D. L., op. cit., p. 159 ; Annual Report of (...)

37L’incendie de 1871 conforte cependant les habitants de Chicago dans l’idée que leur ville est un lieu exceptionnel et inégalable. Joseph Medill parle d’une « catastrophe sans précédent dans l’histoire de l’humanité ». L’éditorialiste du New York Tribune fait remarquer qu’« inégalée jusque-là du point de vue économique et pour ses atouts, la ville de Chicago est dorénavant inaccessible en matière de catastrophe ». Chicago ne peut être que grande, même dans le malheur. Ce sentiment d’autosatisfaction grandit encore plus après 1871 car la ville connaît une reconstruction très rapide que personne n’avait imaginée. En 1893, le maire Carter Harrison présente Chicago comme « la plus grande ville du plus grand pays du monde51 ».

  • 52 Chuvin Pierre, « L’incendie de Persépolis », L’Histoire, septembre 2002, 268, p. 38-39.
  • 53 Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 159.

38Il y a cependant un décalage entre ces propos et la réalité. La plus grande ville du pays en 1893, est en effet New York et non pas Chicago. Cette dernière compte 1 485 000 habitants quand New York a déjà une population de 2 600 000 habitants. En outre, le sinistre de 1871 est loin de prendre les dimensions tragiques de certains incendies du passé, et notamment de celui qui a ravagé Persépolis en 330 av. J.-C.52. D’ailleurs, à y regarder de plus près, la ville n’est pas aussi détruite que les contemporains le laissent entendre. Elias Colbert et Everett Chamberlin signalent que 17 450 bâtiments sont détruits sur un total de 59 50053. Cela veut dire que 70 % des édifices de Chicago sont toujours debout au lendemain de l’incendie. Seule une partie de la ville a été ravagée par les flammes.

  • 54 Rosen C., op. cit., p. 179.
  • 55 Miller R., op. cit., p. 23.

39On remarque d’ailleurs que le quartier des affaires est touché dans une moindre mesure que celui de Boston lors de l’incendie de 1872. La zone dévastée par les flammes dans la métropole du Massachusetts correspond à peine à 3,4 % de la zone sinistrée à Chicago mais les pertes y sont seulement quatre fois moins importantes. Cela s’explique par le fait qu’à Boston 650 des 766 bâtiments détruits sont des locaux commerciaux situés au cœur du district du commerce de gros. C’est le cœur économique de la ville qui est touché alors qu’à Chicago de nombreuses entreprises ont été épargnées par les flammes54. La Chambre de commerce de Chicago estime que les stocks de grain et de bois, ainsi que le bétail, sont intacts à plus de 75 %. En fait, 90 % des usines ne sont pas affectées par l’incendie. C’est le cas notamment des abattoirs qui sont situés à 6,5 kilomètres au sud de la zone incendiée. En outre, 18 lignes de chemins de fer qui relient la ville au reste du pays fonctionnent toujours. L’incendie n’a pas isolé Chicago du reste du monde ni remis en cause son statut de nœud ferroviaire. Même si de nombreuses entreprises ont été endommagées ou détruites, le capital économique de la ville est préservé pour l’essentiel55. N’oublions pas d’ailleurs que de nombreux propriétaires ont été dédommagés par leur compagnie d’assurance. Ceci explique pourquoi 58 d’entre elles ont fait faillite. L’intervention des banques a joué aussi un rôle déterminant dans la reconstruction de la ville. L’obtention de prêts a permis un redémarrage rapide de la machine économique. Sans eux, des hommes comme Potter Palmer ou Aaron Montgomery Ward n’auraient pas pu reprendre leurs activités.

  • 56 L’exemple le plus connu de langage de tall talk est le Célèbre Discours de guerre de Davy Crockett(...)

40Cet aspect des choses est très souvent occulté au profit de la description des ravages subis par la ville. On peut y voir la marque de ce langage de l’exagération (le tall talk) et de l’emphase qu’on utilise beaucoup dans l’Amérique du xixe siècle, notamment dans l’Ouest. Les promoteurs et les hommes d’affaires embellissent la réalité pour mieux attirer les investisseurs et faire triompher leur ville dans la lutte économique que se livrent les cités américaines56. Ici, on amplifie le désastre pour mieux glorifier la rapidité et l’ampleur de la reconstruction.

Conclusion

  • 57 Harter Hélène, « Des villes américaines entre corruption et réforme à la fin du xixe siècle : l’ex (...)

41L’incendie qui a ravagé Chicago en 1871 a profondément marqué les esprits à cause de l’ampleur des dégâts, mais surtout en raison de la rapidité avec laquelle la ville s’est relevée. N’oublions pas d’ailleurs que, hormis Baltimore qui est très en retard par rapport aux autres villes57, c’est la dernière fois qu’un incendie d’une telle ampleur frappe une métropole américaine. Le choc est tel qu’il pousse les villes à prendre des mesures pour éviter un désastre similaire. On utilise les moyens techniques issus de la révolution industrielle pour mieux contrôler les forces de la nature. Les réseaux d’eau sont développés, améliorant ainsi les moyens d’action des pompiers. De nouveaux codes de construction sont élaborés.

  • 58 Chicago compte 2,8 millions d’habitants derrière New York (7,4 millions) et Los Angeles (3,6 milli (...)

42Plus que jamais, Chicago est le symbole de la modernité américaine. Elle tend d’autant plus à devenir un modèle pour les autres villes qu’avec la conquête de l’Ouest, le centre de gravité du pays se déplace vers l’ouest. En 1900, 27 % des Américains vivent à l’ouest du Mississippi. Ils étaient 10 % de moins trente ans plutôt. Même si aujourd’hui Chicago n’est plus que la troisième ville du pays derrière New York et Los Angeles, elle incarne encore pour beaucoup la ville américaine par excellence58. L’incendie de 1871 a largement contribué à forger cette image même si la vision qu’en ont laissé les contemporains est loin d’être exempte d’inexactitudes.

Notes

1 Colbert Elias et Chamberlin Everett, Chicago and the Great Conflagration, New York, 1871 ; Rosen Christine M., The Limits of Power : Great Fires and the Process of City Growth in America, New York, 1986 ; Miller Ross, American Apocalypse : The Great Fire and the Myth of Chicago, Chicago, 1990.

2 Cela correspondrait aujourd’hui approximativement à l’angle de la 12e rue et de Halsted Street. Pour une description de l’incendie : Rosen C. M., op. cit., p. 177 sqq.

3 Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 159.

4 Miller Donald L., City of the Century. The Epic of Chicago and the Making of America, New York, 1996, p. 163.

5 Le nombre de sans-abri s’élève à 90 000 pour une population de 332 000 personnes (Miller D. L., op. cit., p. 12). Les historiens ont revu à la baisse les chiffres donnés par les contemporains. Elias Colbert et Everrett Chamberlin parlaient de 111 000 sans-abri (Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 167). Le maire de Chicago avançait quant à lui le chiffre de 125000 sans-logis (Inaugural Address of the Mayor of Chicago, 4 décembre 1871, p. 1).

6 Son propriétaire, Joseph Medill, est d’ailleurs élu maire de Chicago, un mois après l’incendie de 1871.

7 Le développement d’un journalisme populaire a été rendu possible grâce à la création de la presse à deux sous (la penny-press) à New York en 1833.

8 Mayer Harold et wade Richard C., Chicago : Growth of a Metropolis, Chicago, 1969, p. 107.

9 Miller D. L., op. cit., p. 165

10 Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 381.

11 Les journaux ne vivent que de la vente des numéros et de la publicité dont le montant est fonction du tirage. Leur situation financière est fragile car ils doivent rembourser les emprunts qu’ils ont contractés afin de moderniser leur appareil de production. En effet, la presse s’industrialise de plus en plus à l’heure de la révolution industrielle. L’impression double face, introduite en 1871, permet par exemple de produire 18 000 exemplaires à l’heure. La course au sensationnel s’impose encore plus en 1883 quand Joseph Pulitzer prend le contrôle du New York World. L’essentiel du journal est consacré aux faits divers, aux catastrophes, aux scandales et aux exploits spectaculaires.

Cette presse, dite jaune, connaît son heure de gloire au tournant du xxe siècle sous la houlette de Joseph Pulitzer et de son rival William Randolph Hearst.

12 Cet article paraît le 9 novembre 1871. F. L. Olmsted s’est fait connaître du grand public dans les années 1850 grâce à ses reportages sur la société sudiste à la veille de la guerre de Sécession et à son œuvre paysagère. Il a notamment conçu Central Park à New York. Il est à Chicago en 1871 à la demande du journal The Nation. Harter Hélène, « Frederick Law Olmsted ou le père de l’art paysager américain », Urbanisme, juillet-août 2002, p. 79-84.

13 Le recours à la photographie dans les journaux se développe avec la guerre de Sécession (1861-1865). C’est le premier conflit à avoir été l’objet d’une couverture photographique. On songe notamment aux clichés de Mathew Brady. Lemaître Renée, La guerre de Sécession en photos, Paris, 1975.

14 Miller D. L., op. cit., p. 165.

15 Ibid., p. 159.

16 L’incendie est en effet attisé par le vent mais aussi par l’éclatement des conduites de gaz qui provoque de nouveaux départs de feux.

17 Zukowsky John (dir.), Chicago. Naissance d’une métropole, 1872-1922, Paris, 1987, p. 29.

18 Inaugural Address of the Mayor of Chicago, 4 décembre 1871. Les constructions en bois sont interdites dans le centre ville. Depuis 1877, il est aussi obligatoire d’installer des escaliers de secours métalliques à l’extérieur des bâtiments résidentiels de plus de quatre étages.

19 Ce film, interprété par Tyrone Power, Alice Faye et Don Ameche, a pour titre originel In Old Chicago. Henry King a bénéficié des conseils de la Chicago Historical Society. À cette époque encore, l’histoire de la vache des O’Leary fait figure de réalité historique.

20 Luzerne Frank, The Lost City : Chicago As It Was and as It Is and Its Glorious Future, New York, 1872, p. 19 ; Anonyme, « Chicago in Ashes », Harper’s Weekly, 28 octobre 1871, p. 22 ; Kirkland Joseph, « The Chicago Fire », New England Magazine, juin 1892, p. 726 ; Mayer H. et wade R. C., op. cit., p. 107.

21 Le site est découvert en 1673 par la mission jésuite menée par les Français Jacques Marquette et Louis Joliet. Un premier noyau urbain se constitue au xviiie siècle autour du commerce des fourrures. C’est le 12 août 1833 que l’État d’Illinois reconnaît à Chicago le statut de « city ». Il lui octroie une charte qui définit ses institutions ainsi que ses droits et ses devoirs vis-à-vis de l’Illinois.

22 Cain Louis P., Sanitation Strategy for a Lakefront Metropolis. The Case of Chicago, Chicago, 1978, p. x ; Harter Hélène, Les ingénieurs des travaux publics et la transformation des métropoles américaines, 1870-1910, Paris, 2001, p. 37.

23 Le défrichement accéléré du Middle West fait de Chicago un important centre agricole. Le premier chargement de blé des plaines de l’Ouest convoyé par chemin de fer arrive dans la ville le 25 octobre 1848. Depuis cette année-là, Chicago abrite une bourse des valeurs agricoles. Elle est aussi le siège social de nombreuses industries liées à l’alimentation : les machines agricoles McCormick en 1847 ou la compagnie Swift et Armour qui construit en 1865 de gigantesques abattoirs mécanisés. Chaque année, 500 0000 de bovins et 2,5 millions de porcs y sont abattus.

24 Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 495.

25 Il bat un candidat démocrate. Son prédécesseur, Roswell Mason, ne s’est pas représenté.

26 Les majuscules sont employées telles qu’elles l’étaient dans le texte originel. Les livres publiés au lendemain de l’incendie véhiculent la même idée. Par exemple, Elias Colbert et Everett Chamberlin consacrent un chapitre de leur ouvrage à « la résurrection » de leur ville. Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 167 sqq. Cela correspond au chapitre XV.

27 Trocmé Hélène, Chicago, 1890-1930. Audaces et débordements, Paris, 2001, p. 15 ; Boorstin Daniel, Les Américains, Paris, 1991, p. 990 ; Muccigrosso R., Celebrating the New World : Chicago’s Columbian Exposition of 1893, Chicago, 1993, p. 23-27. Potter Palmer a aussi constitué avec sa femme Bertha une impressionnante collection de tableaux impressionnistes.

28 Miller R., op. cit., p. 22-23.

29 Chicago Public Library, The Great Fire of 1871 and the Rise of the Modern City, <http://www. chipublib.org/digital/lake//CFDFire.html>, réf. du 26 août 2002.

30 C’est d’ailleurs ce titre que choisit de donner Ross Miller au livre qu’il consacre à l’incendie de 1871 : Miller Ross, American Apocalypse : The Great Fire and the Myth of Chicago, Chicago, 1990.

31 Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 381 ; Swing David, « Historic Moments : A Memory of the Chicago Fire », Scribners Magazine, janvier-juin 1892, p. 693.

32 Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 450. Cette vision de la traversée de l’océan apparaît très clairement chez William Bradford dans Of Plymouth Plantation en 1630. L’image de la Nouvelle Jérusalem est traditionnellement associée à la Nouvelle-Angleterre des puritains. Sur l’association entre Chicago et la Nouvelle Jérusalem : Trocmé Hélène, « White City : Chicago et l’exposition colombienne de 1893 », Recherches anglaises et nord-américaines, 1985, 18, p. 232. Sur les mythes fondateurs de la nation américaine : Marienstras Élise, Les mythes fondateurs de la nation américaine, Paris, 1976.

33 Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 450.

34 Miller R., op. cit., p. 1.

35 Miller D. L., op. cit., p. 190.

36 Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 159 ; Boorstin D., op. cit., p. 1215 ; Muccigrosso R., op. cit., p. 30.

37 On doit notamment à Louis Sullivan le Central Music Hall de Chicago (1887) ainsi que le bâtiment des transports de l’Exposition universelle de 1893. Glibota André, Chicago, 150 ans d’architecture, 1833-1983, Paris, 1983, p. 350.

38 Muccigrosso R., op. cit., p. 30.

39 Zunz Olivier, L’Amérique en col blanc : l’invention du tertiaire 1870-1920, Paris, 1991.

40 Miller D. L., op. cit., p. 169.

41 Ibid., p. 169.

42 Cain L. p., op. cit., p. X ; Harter H., op. cit., p. 37.

43 Sur l’Exposition de 1893, on consultera notamment : Badger R., The Great American Fair : The World’s Columbian Exposition and American Culture, Chicago, 1979 ; Muccigrosso r., op. cit. ; Trocmé Hélène, « White City : Chicago et l’exposition colombienne de 1893 », Recherches anglaises et nord-américaines, 1985, 18, p. 225-243.

44 Municipal Reports of the City of San Francisco for the Fiscal Year 1906-1907, p. 755 sqq. ; Glibota A., op. cit., p. 91 ; Reports of the City Officers and Departments of the City of Baltimore, 1905, p. 33.

45 Inaugural Address of the Mayor of Chicago, 4 décembre 1871, p. 20. Harper’s Weekly, 4 novembre 1875.

46 Miller D. L., op. cit., p. 191.

47 Ibid., p. 188 ; Chicago Tribune, 18 janvier 1874.

48 Annual Report of the Board of Public Works of Chicago, 1896, p. 112-125. Pour le réseau d’eau, on consultera : Seventh Report of the Board of Public Works of Chicago, p. 3-6. Pour les égouts : Andreas A. T., A History of Chicago, Chicago, 1886, vol. 3, p. 334.

49 Rosen C., op. cit., p. 125 ; Muccigrosso R., op. cit., p. 22 ; Chicago Public Library, op. cit.

50 D’ailleurs, la cité Blanche qui accueille l’Exposition universelle de 1893 est victime de plusieurs incendies.

51 Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 381 ; Miller D. L., op. cit., p. 159 ; Annual Report of the Board of Public Works of Chicago, 1893, p. V.

52 Chuvin Pierre, « L’incendie de Persépolis », L’Histoire, septembre 2002, 268, p. 38-39.

53 Colbert E. et Chamberlin E., op. cit., p. 159.

54 Rosen C., op. cit., p. 179.

55 Miller R., op. cit., p. 23.

56 L’exemple le plus connu de langage de tall talk est le Célèbre Discours de guerre de Davy Crockett publié en 1835 (Boorstin D., op. cit., p. 706 sqq.). Dans l’Ouest, il est fréquent qu’on appelle une simple salle des fêtes, opéra. De même, on trouve au Kansas des villes aujourd’hui disparues qui portaient le nom d’Alexandria, Athens, Calcutta, Paris ou Sparta. On anticipe sur un avenir qu’on imagine grandiose.

57 Harter Hélène, « Des villes américaines entre corruption et réforme à la fin du xixe siècle : l’exemple de la gestion des travaux publics à Baltimore », Histoire urbaine, 6, décembre 2002, p. 49-64.

58 Chicago compte 2,8 millions d’habitants derrière New York (7,4 millions) et Los Angeles (3,6 millions). Son aire métropolitaine (Metropolitan Statistical) réunit 8,8 millions d’habitants. Celle de New York en regroupe 20,1 millions et celle de Los Angeles 15,8 millions. La multipolarité et l’étalement dans l’espace de Los Angeles en font une ville atypique comme New York, c’est une « ville-monde ». On appelle « villes-monde » ou « villes globales » les villes qui à l’heure de la mondialisation se situent au sommet de la hiérarchie urbaine mondiale. Elles attirent des flux de capitaux et de populations étrangères considérables et jouent un rôle économique très important à l’échelle mondiale.

Auteur

Université Paris I

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540