Version classiqueVersion mobile

Mythologies urbaines

 | 
Alain Cabantous

Quatrième partie. L’ailleurs des mythes urbains

Coblence, une ville allemande dans l’imaginaire politique français

Karine Rance

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Henke Christian, Koblenz : Symbol für die Gegenrevolution, Stuttgart, 2000, p. 14.

1Lors de la campagne électorale de 1974, Georges Marchais aurait désigné Valéry Giscard d’Estaing comme étant un « homme de Coblence ». En 1989, Régis Debray déplorait la disparition d’un esprit révolutionnaire dans la République française et appelait Paris : « Coblence sur Seine1 ». La Contre-Révolution française est ainsi localisée à Coblence. Elle a un parfum de trahison et de collusion avec l’étranger. Pourtant le rassemblement de quelques milliers de gentilshommes français dans cette ville rhénane n’a duré qu’un an, de juin 1791 à mars 1792, alors que l’ensemble de l’émigration a duré une dizaine d’années. L’identification de l’émigration ou de la Contre-Révolution à Coblence est d’autant plus inappropriée que d’autres résistances à la Révolution ont vu le jour, en Vendée notamment. Pourquoi a-t-on donc retenu le nom de Coblence et pourquoi en a-t-on fait le symbole de l’émigration et de la Contre-Révolution ?

  • 2 Moeglin Jean-Marie, Les bourgeois de Calais. Essai sur un mythe historique, 2002, p. 15.

2La notion de mythologie urbaine permet d’analyser la signification de Coblence. Par mythologie, je n’entendrai pas les récits liés au monde du sacré qui fournissent une signification à l’existence. Je prendrai le terme de mythologie sous son autre acception, celle de légendaire construit autour d’un personnage ou d’un fait du passé. Il s’agira de conduire une enquête sur les modalités de la formation, des usages et de la transmission de la référence à Coblence dans l’imaginaire politique français. L’objectif est de montrer qu’une mythologie urbaine n’est pas toujours un instrument d’intégration dans la ville mais qu’elle peut au contraire jouer le rôle de repoussoir à l’échelle nationale. Pour mener cette enquête, il est tentant de reproduire le modèle proposé par Jean-Marie Moeglin, distinguant la « vérité de l’événement » (entendue comme produite par les contemporains) de la construction ultérieure du mythe historique2. D’un côté les acteurs dont la parole aurait été trahie, de l’autre les porteurs de mémoire et les historiens qui auraient perverti le sens de l’aventure coblençaise. Mais les pistes sont brouillées dans le cas de Coblence, car le mythe est inscrit dans l’événement dès sa production, comme nous le verrons dans un premier temps. Je m’attacherai ensuite à la fonction de la référence à Coblence dans l’imaginaire politique français des xixe et xxe siècles.

Le rassemblement de Coblence : le mythe fondateur

  • 3 Vaissière Pierre de, À Coblence ou les émigrés français dans les pays rhénans de 1789 à 1792, Pari (...)
  • 4 Ibid., p. 48.
  • 5 Un succès qu’il convient toutefois de relativiser car l’immense majorité des nobles français est r (...)

3L’aventure de Coblence commence en juin 1791, lorsque les frères du roi, les comtes d’Artois et de Provence, appellent la noblesse de France à les y rejoindre : l’objectif est de revenir en force pour rétablir la monarchie française. Le comte de Provence vient de quitter la France ; son frère cadet, le comte d’Artois, a émigré dès le lendemain de la prise de la Bastille et vient d’être chassé de Turin. Dans cette ville, en 1790, le comte d’Artois et le prince de Condé avaient déjà lancé un premier appel en vue de former un corps militaire de gentilshommes français. Mais les nobles français émigrés dans les capitales européennes proches de la France, comme Londres ou Bruxelles, et ceux partis prendre les eaux à Bath ou à Wilhelmsbad ne s’étaient guère empressés d’y répondre. En juin 1791, par contre, la réponse est immédiate : des milliers de nobles français se rassemblent à Coblence. Le jour de l’arrivée du comte d’Artois, il y aurait dans cette cité rhénane environ 60 émigrés. Leur nombre s’élèverait à 150 trois jours plus tard, et à 800 deux mois plus tard3. Le nombre des arrivées quotidiennes augmente de juillet à octobre. Il y aurait 3 000 émigrés à Coblence en novembre 1791 selon le comte d’Espinchal, 5 000 en janvier 1792 selon le ministre de France, Sainte-Croix4. Pourquoi l’appel lancé depuis Coblence remporte-t-il un tel succès5 ? Pourquoi ce nom devient-il emblématique de l’émigration alors que des corps de gentilshommes émigrés ont été également créés à Ettenheim (la légion noire du vicomte de Mirabeau), en Savoie, ou à Worms (l’armée du prince de Condé) ?

  • 6 Rance Karine, Mémoires de nobles émigrés dans les pays germaniques pendant la Révolution française(...)
  • 7 François Étienne, Koblenz im 18. Jahrhundert : zur Sozial- u. Bevölkerungsstruktur einer deutschen (...)

4La spécificité du rassemblement coblençais tient à son organisation : la société des émigrés, à Coblence, se structure très rapidement et d’une manière inédite6. Les Français investissent cette ville de 8 500 habitants environ, située au confluent du Rhin et de la Moselle, dans l’Électorat de Trèves7. Cette petite ville est le lieu de résidence de l’Électeur, Clément-Wenceslas de Saxe, oncle maternel de Louis XVI et de ses frères. Soucieux de jouer un rôle politique plus consistant dans l’Empire, il soutient ses neveux et protège les émigrés en leur accordant des privilèges inouïs.

  • 8 Journal d’émigration du comte d’Espinchal, publié d’après les manuscrits originaux par Ernest d’Ha (...)

5Les comtes d’Artois et de Provence ont rétabli une cour, chacun leur maison avec des pages et deux compagnies de gardes. Ils auraient chaque jour cent personnes à souper8. Un rituel curial (avec présentations et réceptions) donne à voir un pouvoir et une légitimité que les princes ne détiennent pas puisque Louis XVI a désavoué ses frères. Ceux-ci se réunissent pourtant quotidiennement avec leurs « ministres » en un « conseil des princes », reproduction du conseil royal qui tient lieu de gouvernement en exil. Ils disposent d’envoyés auprès des cours étrangères qui entrent en concurrence avec les ministres officiels de la France et avec les ambassadeurs officieux des Tuileries.

6Une armée est constituée par le règlement du 18 août 1791. À compter de cette date, « l’armée des princes » devient un marqueur identitaire. Même si, dans un premier temps, elle n’existe que sur le papier, cette armée permet aux émigrés de s’identifier à un groupe et de légitimer leur émigration : ils ne sont plus des victimes errantes ou des nobles partis avec légèreté se mettre à l’abri des événements révolutionnaires au-delà des frontières : ils constituent désormais une armée destinée à vaincre la Révolution. Cela justifie l’émigration à leurs propres yeux, mais leur permet également de la légitimer vis-à-vis de l’extérieur.

  • 9 Henke C., Koblenz : Symbol für die Gegenrevolution, op. cit., p. 203.
  • 10 Lettre de Alexandre-François de Saint-Soupplets à son frère, Coblence, 20 octobre 1791, publiée pa (...)

7Plus surprenant encore, l’Électeur de Trèves ayant demandé aux princes de maintenir une « bonne police » parmi les émigrés, ceux-ci ont constitué leur propre police et jugent les Français résidant à Coblence9. Il ne s’agit pas seulement d’appliquer un règlement militaire afin d’éviter les conflits avec la population locale. Une véritable juridiction, certes embryonnaire, est mise en place parallèlement à celle de l’Électorat de Trèves. Par le biais de cette institution, les émigrés s’arrogent le droit de contrôler tous les Français de passage à Coblence, y compris les négociants, et ne jugent pas seulement les faits de voie publique, mais aussi les opinions politiques. Alexandre-François de Saint-Soupplets rapporte ainsi à son frère : « On vient d’emprisonner hier à la citadelle un jeune officier nommé Viennay, qui a été vu à Caen en voiture avec l’abbé Fauchet dont il est l’ami, ainsi qu’au club de propagande de Caen10. »

  • 11 Pelzer Erich, Die Wiederkehr des girondistischen Helden. Deutsche Intellektuelle als kulturelle Mi (...)

8Cette justice fonctionne par délation et les dénonciations sont rarement vérifiées : l’accusation évoquée par Saint-Soupplets, par exemple, repose sur une erreur puisque le club de la Propagande n’a jamais existé11. Les Français dénoncés sont envoyés, sans véritable procès, au fort d’Ehren­breitstein, ce qui signifie que la prison de Coblence est également investie par les émigrés.

  • 12 Lettre de Wesphalen à Colloredo, 10 février 1792, publiée par Hansen Joseph (éd.), Quellen zur Ges (...)
  • 13 Henke C., op. cit., p. 203-205.

9La mise en place d’un système juridique soulève des conflits de compétence : la diète territoriale dénonce une justice trop expéditive qui contrevient aux lois de l’hospitalité12 et déplore que les émigrés jugent même les négociants13. Comment, en effet, l’Électorat de Trèves peut-il laisser juger, par les émigrés, des Français qui ne sont pas coupables aux yeux des lois françaises ni au regard du droit allemand ? L’Électorat peut difficilement accepter sur son territoire la mise en place d’une contre-société ennemie d’une puissance voisine. Car si le fait d’être révolutionnaire est un crime pour les émigrés, la France commence à considérer l’émigration comme un délit.

10Il ne s’agit donc pas seulement d’un groupe d’immigrants faisant leur propre police afin d’éviter les conflits avec la population d’accueil, ou d’une petite enclave territoriale dans laquelle des immigrés auraient l’autorisation de régler leurs conflits entre eux, mais d’une enclave virtuelle (puisque mêlée à la population allemande) qui s’arroge (et obtient) le droit de juger tous les Français.

11Par ce biais, les princes français revendiquent la légitimité d’un pouvoir judiciaire dont les représentants sont aptes à juger de la conformité de tous les Français aux normes et valeurs des émigrés.

  • 14 Espinchal, op. cit., p. 249, début août 1791.

12L’appartenance à la contre-société des émigrés est déterminée par des rites d’agrégation et par des emblématiques qui permettent aux émigrés de s’identifier chacun comme identique aux autres membres du groupe et de rendre le groupe visible. Dans son journal, le comte d’Espinchal rend compte des démarches nécessaires à l’intégration dans la société coblençaise : « En sortant du pont volant et avant d’entrer à Koblenz, un caporal des troupes de l’Électeur vous conduit chez M. le marquis de Miran, lieutenant général. C’est un ordre établi par l’Électeur et les princes pour éviter, autant qu’il est possible, qu’il ne se glisse ici des Français suspects14. »

13Le bureau s’organise à mesure que le nombre des arrivants augmente :

  • 15 Ibid., p. 282, 1er au 30 novembre 1791.

« En entrant dans la ville, on est conduit chez M. Prioreau, ancien grand prévôt de maréchaussée à Versailles, lequel examine l’arrivant et en prend note. Pour aider le sieur Prioreau dans ce travail, qu’au commencement il faisait tout seul, on lui établit un bureau, avec une commission de l’Électeur, et on lui adjoint M. Rey, ancien lieutenant de police de la ville de Lyon, très actif et très intelligent. Avec ces moyens, on devrait empêcher qu’il ne s’introduise des gens suspects15. »

14Le Français désirant intégrer la société des émigrés doit donc subir une double formalité : d’une part, il lui faut présenter ses passeports aux autorités allemandes ; d’autre part il doit satisfaire au contrôle permettant l’entrée dans la société française de Coblence. La superposition des deux sociétés est ici flagrante, chacun exigeant la présentation de garanties, de papiers qui sont contrôlés par un personnel institué d’un côté par les autorités allemandes, de l’autre par les princes émigrés qui, pour cela, rétablissent dans ses anciennes fonctions un personnel d’Ancien Régime. Cette réutilisation des compétences avérées se comprend comme le signe d’une volonté de se poser en contre-société française.

15Une fois inscrit sur une liste, l’émigré demande à être présenté aux princes. Il doit ensuite être accepté dans un régiment par quatre gentilshommes de sa province qui certifient sa noblesse. Le processus se termine par l’inscription sur les rôles des armées de Coblence ou de Worms : la finalité de ces pratiques est donc l’agrégation à l’armée des émigrés, signe de la profonde identification militaire (malgré la présence de femmes, d’enfants et de prêtres) et noble (puisque des preuves de noblesse sont exigées pour entrer dans l’armée).

16Les émigrés acceptés dans le groupe se retrouvent dans les salons et dans des lieux publics qu’ils ont investis, comme le café des Trois-Couronnes. Ils sont reconnaissables au plumeau blanc, à la fleur de lys, à la cocarde blanche et à un uniforme militaire.

17La visibilité qu’acquiert le groupe par son institutionnalisation et par les emblématiques a un triple objectif.

18– Il s’agit, en premier lieu, de marquer une division arbitraire entre la France révolutionnaire et celle des émigrés nobles par l’exclusion des catégories indésirables : le tiers état, les déviants politiques, les impurs.

  • 16 Archives du musée Condé (Chantilly) : Z XLIV f° 130, lettre de Condé à de Broglie, Worms, 31 octob (...)
  • 17 Archives du musée Condé (Chantilly) : Z XLIV f° 138, lettre de De Broglie à Condé, Coblence, 11 no (...)

19Le tiers état est, en effet, jugé indigne du combat contre-révolutionnaire : « Il arrive sans cesse des bourgeois, des fils d’avocats, la plupart avec l’argent seulement nécessaire pour faire la route, quelques-uns croyant qu’on fait une mission royale composée de gens de leur espèce16. » Avec bien des réticences, des compagnies de « bourgeois émigrans » sont formées pour les accueillir, mais le groupe est cantonné à l’écart et distingué des émigrés « véritables » par un uniforme différent17. Un rapport hiérarchique est ainsi réimposé au groupe concurrent de la bourgeoisie.

  • 18 Lettre de Alexandre-François de Saint-Soupplets à son frère, Coblence, 20 octobre 1791, publiée pa (...)
  • 19 Le terme apparaît fin 1790 début 1791 dans les journaux révolutionnaires. Il est repris par les co (...)

20Les déviants politiques sont également exclus : « Il y a ici un parti d’intrigues atroces. Plusieurs, à la vérité c’est le petit nombre, voudraient deux chambres comme en Angleterre. Mais on ne parle pas moins que de jeter par les fenêtres les auteurs d’un tel projet18. » Ces partisans du système bicaméral sont appelés monarchiens19, mais ce terme d’opprobre finit par désigner tous ceux qui ne veulent pas un retour pur et simple à l’Ancien Régime et souhaitent réformer la monarchie. Nommer les monarchiens, c’est les différencier des « vrais » émigrés, et rompre le continuum qui mène des royalistes aux républicains par degrés successifs : les émigrés favorables à la monarchie absolue et les émigrés favorables à un renouveau nobiliaire (les deux catégories sont comprises dans le « bon parti »), les monarchiens, et finalement les démocrates. Ces deux derniers groupes sont similaires dans l’esprit des émigrés qui considèrent, à tort, que le monarchienisme a pour objectif de priver le roi de tout pouvoir exécutif.

  • 20 Espinchal, op. cit., p. 260, 14-19 août 1791.
  • 21 Journal d’émigration du prince de Condé (1789-1795), publié par le comte de Ribes, Paris, 1924, p. (...)
  • 22 Douglas Mary, Purity and Danger. An analysis of the concepts of pollution and taboo, Londres/Bosto (...)

21Enfin, tout gentilhomme jugé avoir été souillé par la Révolution se voit interdire l’intégration à la société de Coblence. « Parmi la grande quantité de gentilshommes qui se rendent à Koblenz il s’en trouve dont la présence indispose ceux dont la conduite a été pure et sans reproche20. » L’arrivée de ces individus suspects provoque une telle « fermentation » qu’ils doivent généralement quitter la ville dans les plus brefs délais21. Celui qui arrive de France a été au cœur de la Révolution, à la fois marge dangereuse de la contre-société coblençaise et source d’une puissance maléfique. Il porte en lui un désordre qui risque de mettre en cause l’ordre social recréé par les émigrés22. Cette souillure peut venir d’un séjour prolongé en France, de la parenté ou même d’une personne attachée à sa maison. On se trouve là dans le registre du symbolique et non dans la réalité de la crainte d’une contagion révolutionnaire. Assigner à un arrivant une identité révolutionnaire et l’exclure, c’est exclure de Coblence le danger révolutionnaire et renforcer la cohérence structurelle du groupe.

22L’arrivée d’un nouvel émigré est ainsi pour chacun des membres du groupe une occasion renouvelée de justifier sa présence parmi les « bons royalistes » en acceptant ou en refusant l’agrégation d’un nouveau membre. C’est finalement l’occasion de réaffirmer l’essence sociale et morale du groupe en imposant la conformité à ses valeurs.

23– L’institutionnalisation vise, en second lieu, à éviter la dissolution du groupe dans la population autochtone. La société élaborée par les gentilshommes français est définie par des normes et délimitée territorialement à Coblence par un seuil, celui du bureau des émigrés.

24Pourtant elle est, dans la ville, mêlée à la population allemande. Elle se superpose, en fait, à la société d’accueil, grâce aux institutions mises en place. Les privilèges accordés par l’Électeur légitiment cette situation.

  • 23 Jouanna Arlette, L’idée de race en France au xvie siècle et au début du xviie siècle, Montpellier, (...)

25– Enfin, la visibilité du groupe permet aux émigrés de faire valoir leur vision du monde en France et à l’étranger. Ces gentilshommes se présentent comme les « véritables Français » par opposition aux révolutionnaires. Ils se considèrent comme les « vrais patriotes » et Coblence est pour eux la « France de l’extérieur », la France « véritable ». Ces nobles monopolisent l’appellation « émigré » par l’exclusion du tiers état. Ils déclarent aussi être « la » noblesse de France et disqualifient les gentilshommes qui ont fait le choix de rester. Le mythe fondateur des origines raciales de la noblesse et « l’utopie guerrière23 » tiennent lieu d’identité sociale à un groupe qui veut régénérer la noblesse, en redéfinir l’essence et réaffirmer sa fonction militaire. L’émigration devient un devoir nobiliaire et un critère de noblesse. Les émigrés affirment, enfin, défendre les « vrais principes » et détenir la légitimité du pouvoir monarchique. Leur cause est déclarée sacrée, ce qui autorise le lancement d’une nouvelle « croisade » pour sauver la couronne malgré Louis XVI, jugé défaillant. Au-delà d’une résistance aux concessions royales faites aux révolutionnaires, l’émigration traduit le refus du centralisme et de la modernisation monarchique qui aboutit à un affaiblissement nobiliaire. L’incapacité de la couronne et du second ordre à endiguer la Révolution est vue comme le signe de leur dégénérescence. Alors que les émigrés nobles sont en rébellion contre le roi qui s’est exprimé contre l’émigration, la revendication d’un retour aux origines mythiques de la monarchie leur permet de se présenter comme des agents de continuité par opposition à la rupture révolutionnaire.

  • 24 Wühr Wilhelm, « Emigranten der französischen Revolution im Kurfürstentum Mainz », Aschaffenburger (...)
  • 25 Veyne Paul, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante, Paris, 19 (...)

26Le mythe de l’émigré noble à Coblence crée, de ce fait, une triple aporie : les gentilshommes imaginent dans cette ville une société sans tiers état, inventent un combat royaliste tout en s’opposant à la volonté de Louis XVI, se pensent enfin en nobles régénérés alors que le décalage est immense entre leurs normes et leurs pratiques. Les vols, les viols, les meurtres, ainsi que l’essor de la prostitution qui accompagnent l’arrivée des gentilshommes français excèdent la population locale24. Les émigrés gèrent ce conflit à la manière des Grecs : leurs croyances sont contradictoires25. Ils se regardent comme de preux chevaliers partis défendre le trône et l’autel, tout en sachant qu’ils ne sont pas exactement ce qu’ils voudraient être.

Le discours patriote

  • 26 Clère Jean-Jacques, « L’émigration dans les débats de l’assemblée nationale constituante », Michel (...)
  • 27 Martin Jean-Clément, Contre-Révolution, Révolution et Nation en France (1789-1799), Paris, 1998, p (...)
  • 28 Archives parlementaires, vol. 17, 506, discours du 2 août 1790.
  • 29 Archives parlementaires, vol. 23, 639, rapport de Claude Victoire de Broglie, fils du futur chef d (...)
  • 30 Vidalenc Jean, Les émigrés français 1789-1825, Caen, 1969, p. 20-22.

27En France à la même époque, la question est de savoir si ce rassemblement représente un véritable danger. Les patriotes accusent les émigrés d’être des déserteurs. La population s’inquiète des sorties de numéraire. Les députés, pour leur part, sont divisés : les partisans du droit de libre circulation s’opposent à ceux qui, se basant sur le principe du contrat social, sont favorables à l’interdiction des émigrations en cas de troubles26. Dans un premier temps, les députés sont majoritairement dans une logique d’exclusion qui les conduit à se réjouir du départ de leurs opposants27. En 1790, ils votent une motion proposée par Lameth : « L’assemblée ne peut faire de lois pour retenir les Français dans leur pays et c’est un bienfait pour la nation de voir s’enfuir tous les mauvais citoyens28. » L’opinion des députés change l’année suivante. L’existence d’une « armée des princes » est évoquée à l’Assemblée en mars 1791. Elle semble exister dans l’imaginaire français avant d’avoir une quelconque réalité29. Au mois de juin 1791, l’arrivée des comtes d’Artois et de Provence à Coblence et la fuite du roi inquiètent sérieusement l’Assemblée. Les députés se décident, après Varennes, à prendre les premières mesures pour « empêcher toute sortie d’effets, armes, munitions ou espèces d’or et d’argent, chevaux, voitures », suspendent le paiement des traitements et pensions des personnes ne pouvant les recevoir directement, et interdisent la sortie du royaume sauf aux étrangers et aux négociants français30. À cette époque pourtant, certains députés s’interrogent encore sur la réalité du danger et affirment que ces rassemblements ne sont qu’une mascarade digne des caricatures qui les représentent. En tout état de cause, ces inquiétudes ne se fixent pas encore sur Coblence.

  • 31 Pour tout ceci voir Henke C., op. cit.
  • 32 Archives parlementaires, vol. 35, 290 : discours de Koch, 22 novembre 1791.
  • 33 Archives parlementaires, vol. 35, 397 : discours de Rühl, 27 novembre 1791.

28Christian Henke a bien montré que jusqu’en septembre 1791, Coblence n’est pour les députés qu’un lieu géographique parmi d’autres lieux de rassemblement d’émigrés31. Son étude révèle un changement radical sous la Législative : à partir d’octobre 1791, Coblence devient le symbole d’une menace contre-révolutionnaire et ce nom entre dans le vocabulaire politique français. La ville est identifiée comme étant le centre de l’émigration et une prétendue connivence entre le roi et les émigrés est dénoncée sous les termes d’une collusion entre « Paris et Coblence ». Fin octobre 1791, des critiques s’élèvent à l’encontre de l’Électeur de Trèves qui protège les préparatifs militaires des émigrés. Le député feuillant Koch déclare « qu’il existe toujours un foyer de contre-révolution sur nos frontières, qu’il est formé d’une foule de Français transfuges, fomentés et entretenus par quelques princes étrangers, et par les ennemis de la Révolution en dedans32 ». La peur du complot aristocratique est alimentée par les projets des émigrés et par leurs liens avec l’étranger. Le clergé est mêlé à ce complot, car à sa tête se trouvent « trois prêtres » (l’Électeur de Mayence, celui de Trèves et le cardinal de Rohan)33. L’argument anticlérical n’est pas fortuit car la Législative est alors occupée à résoudre la question des prêtres réfractaires. La dénonciation du complot « aristo-clérico-étranger » favorise la politique belliciste des Brissotins.

29En décembre 1791, Brissot désigne Coblence comme étant la source de toutes les difficultés internes de la France :

  • 34 Brissot, Discours sur la nécessité de déclarer la guerre aux princes allemands qui protègent les é (...)

« Il faut encore ou nous venger, en détruisant ce repaire de brigands, ou consentir à voir se perpétuer, au milieu de nous, les factions, les conspirations, les incendies. Car, d’où viennent les brandons qui les allument ? De Koblenz. D’où vient l’insolence de nos aristocrates, qui nous bravent au sein même de la France ? Ils crient à l’armée de Koblenz. D’où vient l’opiniâtreté du fanatisme et de nos réfractaires ? Ils invoquent, ils payent l’armée de Koblenz. D’où vient enfin l’ascendant de nos modérés, de nos intrigants, qui veulent dominer et dominent partout ? De leur peur que fait Koblenz. Voulez-vous détruire, d’un seul coup, aristocrates, mécontents, prêtres réfractaires ? Détruisez Koblenz. Koblenz détruit, tout est tranquille au dehors, tout est tranquille au dedans34. »

  • 35 Robespierre, opposé à la guerre, fait de Coblence un véritable symbole lorsqu’il déclare « le véri (...)

30Dans ce discours d’une violence extrême, les adversaires de la Révolution en France sont assimilés aux contre-révolutionnaires émigrés pour encourager le déclenchement d’un conflit militaire. Mais tandis que les Brissotins, partisans de la guerre, prônent la destruction de Coblence, Robespierre les met en garde : Coblence est à Paris et non outre-Rhin (on trouve là probablement l’origine du « Coblence sur Seine » évoqué par Régis Debray)35. Fin 1791, « Coblence » sert à disqualifier tout opposant à la Révolution et toute faction politique opposée aux vues de l’orateur. Cet opposant devient un ennemi, signe du passage d’une rhétorique politique à une rhétorique belliqueuse. La thèse de Christian Henke indique ainsi clairement qu’au cours de l’été 1792, le terme de Coblence est devenu un instrument de combat dans la politique intérieure : il est le synonyme de Contre-Révolution et l’antonyme de nation. Coblence est ainsi devenu le symbole de l’Ancien Régime et de toutes les résistances à la Révolution.

  • 36 Baecque Antoine de, La caricature révolutionnaire, Paris, 1988.
  • 37 Baecque Antoine de, « Les soldats de papier. Image et contre-image de la révolution dans les caric (...)
  • 38 Voir une caricature intitulée « La Contre-Révolution » reproduite et analysée dans Baecque A. de, (...)
  • 39 Baecque A. de, « Les soldats de papier », art. cit., p. 305.

31Mais tandis que les brissotins exagèrent la réalité du danger que représente Coblence, les caricatures révolutionnaires associent le rire à la peur pour déconsidérer ce rassemblement, comme l’a montré Antoine de Baecque36. À cette fin, aucun élément urbain et aucune institutionnalisation de la société ne sont représentés : Coblence est réduit à sa dimension militaire. Des éléments sont empruntés à la réalité de l’événement pour faire de l’émigré l’archétype de l’aristocrate dégénéré : « subsides étrangers, discipline peu contraignante, manque d’organisation, jalousies de chefs, dit-on : le dessin se charge de le figurer par la juxtaposition peu ordonnée de corps disparates et grotesques37 ». Ces corps difformes disent la dégénérescence physique des nobles, et leur disparité est à l’image de la désorganisation de l’ensemble du corps militaire dont les armes et les montures sont hétéroclites. Les individus supposés composer cette armée sont des courtisans, des ecclésiastiques, des enfants et des femmes. Celles-ci sont des maîtresses, des prostituées, des « aides de lit de camp38 ». L’intrusion de l’érotisme sur le champ de bataille a pour fonction d’indiquer la confusion des sexes, qui elle-même renvoie à celle des espaces politique, militaire, et galant : « Coblence devient le lieu de l’orgie perpétuelle, orgie incompatible avec la bonne discipline militaire, cour modèle-réduit qui a rétabli, comme premier besoin, un appétit de jouissance hors de proportion qui ne peut qu’affaiblir et pervertir la valeur guerrière39. » Les soldats sont enfin parfois dessinés comme des soldats de bois. Ceci fait écho à la réelle démultiplication des officiers dans une armée qui manquait sévèrement de soldats. Mais cette image tend aussi à assimiler l’émigration à un jeu infantile, et finalement plus ridicule que dangereux.

32Tout dans les caricatures, indique Antoine de Baecque, vise à dire l’invraisemblance d’une victoire militaire des émigrés, par l’assimilation des acteurs nobles de l’émigration à la figure du courtisan dégénéré tel qu’il était représenté dans la période pré-révolutionnaire.

33À l’origine, Coblence est donc le lieu d’affrontement de trois mythes contradictoires : le mythe des émigrés, qui est celui du retour aux origines régénératrices et qui dessine l’émigré sous les traits du noble régénéré voué à rénover la monarchie par le sang versé ; le mythe des patriotes, qui associe l’émigré de Coblence au courtisan dégénéré incapable de remporter une victoire ; le mythe enfin des députés brissotins, qui assimilent Coblence à la Contre-Révolution et qui surestiment le danger afin d’alimenter leur discours belliciste.

Instrumentalisations ultérieures

34La campagne militaire qui s’ouvre au printemps 1792 donne raison aux caricaturistes : c’est un terrible échec pour les émigrés qui prévoyaient une victoire éclatante des nobles, soutenus par une coalition internationale, sur l’armée française qu’ils imaginaient désorganisée par le départ des officiers. Or, non seulement l’armée française remporte la victoire, mais les émigrés doivent, en plus, accepter cette défaite sans même avoir combattu. Le duc de Brunswick, général en chef des armées coalisées, avait, en effet, si peu confiance en leur aptitude militaire qu’il les avait placés à l’arrière-garde. Si bien qu’à l’issue de la campagne, le déshonneur et le désespoir sont tels que certains émigrés se suicident. La défaite ouvre une période d’errance et de pauvreté. Les festivités de Coblence sont terminées : les émigrés doivent désormais travailler pour survivre, et obtenir des autorisations de séjour car la plupart des princes allemands, craignant les représailles françaises, prennent des mesures pour chasser de leurs territoires les émigrés contre-révolutionnaires. Le gouvernement français leur interdit, pour sa part, de rentrer sous peine de mort et confisque leurs biens.

  • 40 Hartig Irmgard A., « Les Français en Allemagne pendant la Révolution », Émigrés français en Allema (...)

35Les Français se désintéressent dès lors des émigrés pour se tourner vers la Contre-Révolution intérieure, la Vendée en particulier. Coblence est oubliée en France mais non en Allemagne où subsiste le « syndrome de Coblence40 » : le souvenir des forfaits commis par les émigrés nobles à Coblence est si vif (et probablement instrumentalisé par les « jacobins allemands ») que la réputation des émigrés les précède partout où ils se rendent. Les émigrés, quant à eux, se voient à partir de 1793 comme les victimes de la Révolution et des gouvernements étrangers. Ils se définissent encore par la mémoire du projet coblençais mais sans faire directement référence à leur séjour dans cette ville.

  • 41 Pendant les Cent-Jours toutefois, Napoléon agite l’épouvantail du noble et de l’émigré pour s’atta (...)

36Les émigrés rentrent en France vers 1800 à l’occasion des amnisties prononcées par Bonaparte. La réintégration dans la France napoléonienne se déroule sans difficulté. Des caricatures dessinent certes l’émigré rentrant les poches vides et vêtu d’un costume élimé, mais ce portrait reprend une stylisation de l’émigré apparue dès 1792 et les critiques ne paraissent pas avoir reçu d’écho dans l’opinion publique : la population accueille généralement avec bienveillance les émigrés vaincus qui se sont soumis à Napoléon. L’heure est à la réconciliation nationale41.

  • 42 Luzzatto Sergio, Mémoire de la Terreur. Vieux Montagnards et jeunes républicains au xixe siècle, L (...)
  • 43 Loraux Nicole, « De l’amnistie et de son contraire », Yoseph H. Yerushalmi et al., Usages de l’oub (...)

37La référence à Coblence, qui avait quasiment disparu du vocabulaire politique français, resurgit sous la Restauration lorsque Louis XVIII prononce une amnistie et tente d’imposer l’oubli aux Français. Son mot d’ordre est « union et oubli » et l’article 11 de la Charte proclame en effet que « toutes les recherches des opinions et votes émis jusqu’à la Restauration sont interdites. Le même oubli est commandé aux tribunaux et aux citoyens ». Dans le même élan, un décret interdit en 1818 l’enseignement de l’histoire de la période de 1789-1815. Seuls les conventionnels régicides ayant rallié Napoléon pendant les Cent-Jours sont condamnés : ils sont bannis42. Comme à Athènes pour ressouder la cité43, les éléments perturbateurs de la société, chargés de la faute commune, sont exilés tandis que les autres citoyens se voient imposer l’obligation d’oublier l’inoubliable. Ces mesures suscitent une réaction inverse à celle qui était souhaitée : alors que sous le gouvernement de Napoléon, chaque parti s’était dissous dans la dynamique impériale, le retour des Bourbons favorise une crispation sur les prises de positions antérieures.

38Le conflit entre défenseurs et adversaires des émigrés renaît, cristallisé autour de la question des biens des émigrés dont la propriété est garantie aux acquéreurs. L’oubli et la mémoire sont au cœur de ce débat. François de Montrol conclut de cette manière une histoire des émigrés :

  • 44 Montrol François Mongin de, Histoire de l’émigration (1789-1825), Paris, 1825, p. 315-316.

« Je n’ai pas l’intention de discuter ici la loi proposée […] son adoption serait la plus grande calamité dont la France ait été frappée depuis vingt-cinq ans, car toutes les réactions, les haines, les divisions qu’elle pourrait enfanter, sont incalculables.
C’est combattre d’avance un pareil projet que de rappeler l’histoire de ceux qui prétendent à l’indemnité demandée ; que de montrer cette noblesse émigrée abandonnant son roi au milieu de ses ennemis, au lieu de l’entourer pour le défendre, au lieu de se faire hacher, comme les preux de Bouvines, pour sauver l’oriflamme. Cet abandon précipité, ces efforts impuissants pour rentrer en armes, voilà ce qui a fait tous les malheurs de la France ; trente ans de guerre au dehors, l’anarchie et la terreur au-dedans, voilà les fruits sanglants de l’émigration. Oui, tout ce que la France a souffert, tout ce qu’elle a perdu, son roi, les grands hommes qu’elle pleure encore, un million de ses enfants morts dans la Vendée et sur les champs de bataille, voilà ce qu’elle doit aux émigrés : et ils parlent d’indemnité ! N’était-ce pas à eux à lui faire oublier tant de maux, quand elle voulait bien oublier leurs fautes44 ? »

39Ce discours fait écho à celui que tenait Brissot à la fin de l’année 1791 pour appeler à la guerre. Coblence, tenue pour responsable de tous les maux de la France, était la nouvelle Carthage à détruire. Montrol apporte comme une confirmation rétrospective à cette exhortation, accusant Coblence d’être responsable de la mort du roi, de la guerre, du soulèvement vendéen et de la terreur. Il réduit toute l’émigration au projet coblençais d’un retour en force avec les armées étrangères. Les émigrés sont, de ce fait, accusés d’avoir introduit la violence dans le processus politique.

  • 45 Lebrun Isidore, L’émigration indemnisée par l’Ancien Régime et depuis la Restauration, Paris, 1825 (...)
  • 46 Archives parlementaires, vol. 43, 391 : Benjamin Constant, discours du 23 février 1825.

40Pour disqualifier le projet coblençais, les référents historiques utilisés à Coblence par les émigrés sont retournés contre eux, comme l’idée de croisade : « Koblenz, on le sait, devint pour beaucoup ce que la Palestine avait été pour leurs ancêtres, qui, en s’enrôlant pour les Croisades, s’étaient exemptés de payer leurs créanciers45. » La réactualisation des figures du discours tenu en 1791 et l’assimilation de Coblence à l’émigration visent à dénoncer l’échec fondamental du projet : « Si au lieu de solliciter, aux bords du Rhin, d’inefficaces et perfides secours, l’émigration était restée en France, elle aurait grossi cette armée fidèle ; elle aurait sauvé le Roi46 ! » Si l’émigration était restée en France… Ce paradoxe indique bien que l’émigration est toujours assimilée à la Contre-Révolution et que ce n’est pas tant la légitimité de l’engagement contre-révolutionnaire qui est contestée que l’alliance conclue à Coblence avec l’étranger, impardonnable à l’époque post-révolutionnaire et post-napoléonienne.

41Cette condamnation sous-tend une autre critique qui renvoie à la constitution à Coblence d’une société exclusiviste :

  • 47 Lebrun I., op. cit., p. 7.

« Il existerait un privilège de l’infortune ! Koblenz touche à nos frontières ; une rivière, moins que cela, une limite suffirait-elle pour conférer à ceux qui la franchissent volontairement le droit de forcer à payer ces indemnités les Français restés sur le sol de la patrie, les conservateurs de nos mœurs, de notre esprit national, les gardiens de nos arts et de notre industrie47 ? »

42Le Rhin redevient frontière symbolique. Les émigrés, présentés comme facteurs de dissensions à l’époque révolutionnaire, sont critiqués pour vouloir reconstituer un groupe à part, celui de victimes indemnisables. La frontière, instaurée par le rassemblement de Coblence et abolie par Napoléon, est ainsi de nouveau d’actualité : les émigrés semblent chaque fois diviser le corps social. Coblence devient le symbole de la discorde et de l’anéantissement de l’unité nationale, enjeu majeur du débat révolutionnaire. Prononcer ces critiques, c’est oublier l’exclusivisme révolutionnaire qui, sous la plume de Sieyès déjà, réduisait la Nation au tiers état, ainsi que l’agressivité qui en est constitutive : la dynamique révolutionnaire faisait de l’adversaire politique un ennemi et autorisait sa destruction physique. La question nationale concerne donc, en réalité, la défense du legs révolutionnaire.

43Au cours de ce débat sur l’indemnité, le groupe des émigrés, qui s’était dissous dans la société napoléonienne, redevient visible : une société de défense des intérêts des émigrés est créée et des individus s’instituent porte-parole du groupe.

  • 48 Antoine de Saint-Gervais A., Histoire des émigrés français (1789-1828), 3 vol., Paris, 1828, p. IV (...)
  • 49 Ibid., p. XLVII.

44Renouant avec le discours coblençais, ces défenseurs de l’émigration opposent à leurs adversaires l’image de l’émigré se sacrifiant à sa cause, tel qu’il avait été imaginé à Coblence. Antoine de Saint-Gervais répond en 1828 à Montrol par une histoire résolument pro-émigrés où il établit une table alphabétique des personnages nommés dans chaque volume « ce qui donnera la facilité à chaque noble Preux de ces temps héroïques, de trouver au premier coup d’œil le récit des actions qui seront à jamais des titres d’honneur dans les familles, et qu’il faut transmettre d’âge en âge pour la gloire de notre nation48 ». Il indique de plus : « L’émigration des nobles, des prêtres et d’une grande partie des notables habitants de la France, lavera les pages de notre histoire des tâches sanglantes qu’y ont imprimées les prétendus amis de la liberté49. » Sans nier tout à fait les erreurs commises à Coblence, ces défenseurs de l’émigration mettent l’accent sur les souffrances ultérieures. Ces individus, ultras le plus souvent, sont-ils de véritables porte-parole du groupe ?

  • 50 Rance K., op. cit., et « Coblence dans les mémoires des émigrés : chronique rétrospective d’un éch (...)
  • 51 Souvenirs et fragments pour servir aux mémoires de ma vie et de mon temps, par le marquis de Bouil (...)
  • 52 Ibid., vol. 3, p. 572.
  • 53 Ibid., vol. 1, p. 338.

45En réalité, à l’écart de cet affrontement mémoriel qui est une lutte pour la légitimité de deux passés, se joue un autre combat : celui des ex-émigrés et de la monarchie, comme l’a montré l’étude d’une centaine de mémoires50. Ces anciens émigrés ont écrit leurs mémoires après leur retour en France, souvent après 1815, voire après 1830. Le plus souvent, ils refusent de publier ces textes de leur vivant : ils écrivent pour la postérité « à qui appartient toute la vérité51 ». Dans l’intimité de cette écriture, le discours tenu sur Coblence diffère radicalement de celui qui est tenu par les ultras dans l’espace public. Les mémorialistes prennent la plume à un moment où ils se trouvent en retrait de la vie en raison de leur âge, de leur état de santé, ou d’un échec politique. L’exil intérieur ravive le souvenir de l’exil passé. Ces ex-émigrés sont extrêmement critiques à l’égard de Coblence. Louis de Bouillé termine de dicter ses mémoires vers 1834. Aveugle depuis 1812, il a dû quitter l’armée napoléonienne dans laquelle il avait été enrôlé à son retour en France, comme tant d’émigrés. Depuis il n’est plus, déclare-t-il, qu’un « assistant à la vie52 ». Cet homme amer dénonce le principe même de l’émigration à travers l’évocation de Coblence : « C’était, en effet, une singulière manière de défendre le trône et le roi que de les abandonner ; mais il était de principe, à Koblenz, qu’il fallait déparer la monarchie du monarque, et que celui-ci n’étant pas libre, le moyen de le délivrer de sa prison était de s’en éloigner53. »

  • 54 Mémoires du comte Valentin Esterhazy, avec une introduction des notes par Ernest Daudet, Paris, 19 (...)

46Dans les mémoires, cette ville devient le symbole de l’échec des émigrés. Les auteurs reprennent tous les topoï de la caricature pour dénoncer la faiblesse des troupes à Coblence. Ils dénoncent ainsi la puérilité des émigrés rassemblés dans cette ville, et l’insuffisance des ressources militaires et financières : « Le Maréchal de Broglie et M. de Rosière organisaient les émigrés comme si c’était une armée, oubliant qu’il n’y avait point de soldats54. » Comme dans la caricature révolutionnaire, le corps des soldats est mal formé, malade et dépourvu des valeurs guerrières :

  • 55 Souvenirs d’un historien de Napoléon. Mémorial de J. de Norvins, publié avec un avertissement et d (...)
  • 56 Mémoires du comte de Moriolles sur l’émigration, la Pologne, la cour du grand-duc Constantin (1789 (...)

« Les aides de camp surtout étaient innombrables ; chaque prince avait les siens, qui avaient les leurs ; c’était la fleur des deux cours. Car aussi chaque frère du Roi avait la sienne, nombreuses en hommes toutes deux, mais assez pauvres en femmes, sauf celles que des intérêts plus ou moins connus amenaient de temps en temps chez leurs Altesses Royales55. »
La confusion des sexes et des activités était également récurrente dans la caricature. Mais les mémorialistes vont encore plus loin, car les gentilshommes de Coblence sont implicitement accusés d’avoir provoqué la Révolution : « Je retrouvai à Koblenz les mêmes vices, les mêmes ridicules, la même légèreté qui avaient aidé à la révolution et pourraient la justifier chez beaucoup de gens56. »

  • 57 Rooryck Guy, Les mémoires du duc de Saint-Simon : de la parole du témoin au discours du mémorialis (...)

47La parole du mémorialiste prend souvent le détour de celle des autres ou d’une anecdote pour dire une vérité illicite que nous chercherons à pister ici : « C’est que l’écriture est porteuse d’une vision du monde qui fait scandale, c’est qu’elle a, pour parler encore comme Starobinski, “valeur de monstruosité sur le fond de la culture qui la porte”57. » Pourquoi des nobles prennent-ils la plume pour décrire leur propre déshonneur en reprenant la symbolique des caricatures révolutionnaires ? En 1791, les caricatures patriotes visaient à présenter comme invraisemblable la victoire des émigrés. De même dans leurs mémoires, les anciens émigrés veulent-ils présenter la défaite de 1792 comme étant inévitable. Cette défaite annonce l’échec de toute l’émigration. Les mémorialistes se font ainsi les prophètes d’un échec advenu. Dans quel but ?

48L’enjeu est d’accuser les frères du roi de cet échec. Ceux-ci apparaissent dans les mémoires comme des imposteurs impuissants : le comte de Provence est accusé d’avoir entretenu des liens avec les révolutionnaires, tandis que le comte d’Artois est présenté comme un roi d’opérette. Or les comtes de Provence et d’Artois ont été entre-temps rétablis sur le trône des Bourbons (Louis XVIII et Charles X). Lorsqu’ils évoquent Coblence, les mémorialistes, ex-émigrés et royalistes, dénoncent donc leurs souverains. Il faut avoir à l’esprit que ces mémoires n’étaient pas destinés à être publiés, du moins du vivant de l’auteur. Les mémorialistes peuvent ainsi régler leurs comptes avec le pouvoir dont ils sont exclus et avec des princes jugés ingrats et responsables de les avoir entraînés dans le déshonneur.

  • 58 Loiseau Ivan, Les aristocrates complices de la Révolution, Vichy, 1980, in-8°, 224 p. « En manière (...)

49On se trouve donc dans une situation paradoxale où les acteurs contribuent à diffuser et à faire perdurer une image négative d’eux-mêmes. Mais s’ils condamnent les Bourbons, jugés responsables de l’échec de l’émigration, de l’affaiblissement de la monarchie et d’une dégénérescence nobiliaire, les mémorialistes n’en cherchent pas moins à sauver leur honneur. Ils se présentent en maillons réparateurs de l’ordre familial et social et cherchent, dans leurs discours, à nier la frontière établie à Coblence : « Nous aimions toujours les Français, ne faisant la guerre qu’au détestable gouvernement qui les terrorisait. Quand les avant-postes se trouvaient assez près, nous parlions souvent avec eux ; ils nous donnaient des nouvelles de France dont nous étions avides58. »

50Le Rhin ne trace plus une limite entre deux France, mais constitue le lieu du dialogue. Or, s’il y a effectivement eu des manifestations de fraternisation entre soldats émigrés et patriotes, cela n’apparaît pas avant 1796. Cette compression du temps permet aux émigrés de faire valoir la réévaluation de leurs représentations. Alors que les protagonistes pro- et contre-révolutionnaires en 1791 avaient constitué une frontière infranchissable pour se distinguer les uns des autres, alors que les acteurs du débat sur l’indemnisation ont recréé cette limite, les mémorialistes disent la nation une et indivisible et revendiquent leur appartenance au groupe des Français, reconnaissables d’après eux à leur « caractère » : légèreté et inconséquence, bravoure et générosité. Le passage de nombreux émigrés dans les armées napoléoniennes n’est sans doute pas étranger à ce revirement, mais on a le sentiment qu’il ne s’agit pas seulement de se défendre contre l’accusation de trahison de la patrie. La question est celle de l’appartenance, celle d’une réintégration dans une société dont ils se sont à l’origine volontairement exclus et qu’ils peinent à réintégrer.

51Le rapport à la patrie prend une importance grandissante au xixe siècle dans le contexte de l’essor des nationalismes. L’émigration est jugée à l’aune de l’alliance conclue à Coblence avec l’étranger, alliance qui prend le pas sur les considérations politiques. Après la défaite de 1870, Lescure introduit ainsi la publication d’un volume de mémoires d’émigrés :

  • 59 Introduction de Lescure aux Mémoires sur l’émigration (1791-1800), avec introduction, notices et n (...)

« Si l’on veut savoir maintenant quelle leçon suprême, quelle irrésistible moralité ressortent pour nous de ce travail d’enquête, nous le dirons nettement. C’est que si la Révolution n’a pas dégagé complètement des voiles sanglants de son berceau la notion de liberté, elle a du moins fait surgir à jamais au-dessus de toute obscurité et de toute atteinte l’idée de patrie. Blasphémer la patrie est aujourd’hui, plus que jamais un crime. La trahir est le pire des parricides. On peut différer d’opinion sur la meilleure manière de gouverner son pays, mais il ne doit y avoir qu’une opinion quand il s’agit de l’aimer, de le servir et de le défendre59. »

  • 60 Vaissière P. de, À Coblence ou les émigrés français…, op. cit.

52En 1924, lorsque Pierre de Vaissière publie un ouvrage intitulé À Coblence, ou les émigrés français dans les pays rhénans de 1789 à 1792, il tient le même discours. Il replace son livre dans le contexte de l’occupation française de ce territoire. Son histoire de Coblence est plutôt favorable aux émigrés mais son jugement est sans appel : l’émigration, pour lui fut « une erreur morale, car un appel à l’étranger n’apparaîtra jamais excusable60 ». Ainsi, Coblence reste le symbole de l’émigration, assimilée à l’alliance avec l’étranger plus qu’à la Contre-Révolution.

  • 61 Chassagne H. (pseud. de Hainchlin Charles), Coblence (1789-1792) : des Français au service de l’ét (...)

53À partir des années 1930, la référence à Coblence se détache de plus en plus de son substrat historique. Charles Hainchlin publie en 1939 un ouvrage dont le titre est Coblence (1789-1792). Des Français au service de l’étranger : « Tout d’abord nous devons une excuse au lecteur : “Coblence” n’est, en effet, qu’un titre symbolique, et ce que nous avons tenté d’écrire, ce n’est point une histoire de la seule émigration et de ses menées, mais une histoire de la Contre-Révolution sous ses principales formes, de 1789 à 1792. » Il propose une lecture marxiste du phénomène pour mettre en parallèle la Contre-Révolution, qu’il qualifie de féodale, avec les fascismes, considérés comme étant des contre-révolutions bourgeoises : « Le terme “coblençard” n’est-il pas employé de nouveau ? Complots avec l’étranger, conjurations diverses, exportation de numéraire, constitution de dépôts d’armes […] autant de faits qui, nous l’espérons du moins, éveilleront en nos lecteurs quelques souvenirs contemporains61. » Même si l’on piste sans difficulté l’origine des caractéristiques attribuées au rassemblement coblençais, le terme de « Coblence » est délié de ses référents historiques pour devenir instrument de lecture d’une autre réalité.

  • 62 Dix ans d’émigration, avec une introduction par Louis Thomas, Paris, 1941, p. 13.

54Le processus est le même dans l’introduction écrite en 1941 par Louis Thomas dans sa réédition des mémoires du comte de Neuilly : « Sauf pour éviter la mort immédiate, on n’a pas le droit d’émigrer. Et dès qu’on le peut, il faut revenir. On n’a pas deux patries. On n’a même pas le droit de juger la sienne. On sert. Obstinément. Jusqu’au bout62. » La référence à Coblence est, ici, utilisée pour condamner implicitement la France libre du général de Gaulle.

  • 63 Voir sur ce point l’introduction aux lieux de mémoire allemands : François Étienne et Schulze Hage (...)

55Coblence, objet protéiforme, est à l’origine pour les émigrés un instrument d’intégration et d’identification. Pour leurs adversaires, cette ville est la traduction d’une appréhension face à l’instabilité politique et un outil d’instrumentalisation de cette peur. L’événement sert, fondamentalement, à désigner l’ennemi pour mieux l’exclure. Cette mythologie est donc
purement profane : elle ne donne pas sens à l’existence par référence au monde du sacré, mais donne sens au monde grâce à sa force normative et performative63.

56La mémoire, qui fonde cet instrument, ne fige pas le légendaire et n’en réduit pas les contradictions, bien au contraire : le légendaire survit de ses contradictions qui sont autant de niches où viennent se lover les sédiments mémoriels. Les éléments restent les mêmes : Coblence est associée à la Contre-Révolution, à l’émigration, à la collusion avec l’étranger et à la dégénérescence. Seule l’idée de régénération, fondatrice de l’événement originel, a disparu car les acteurs eux-mêmes, au travers de leurs mémoires, ont sanctionné le retournement de leur mythe. Mais si tracer les contours de l’ennemi politique dans la France de 1989, de 1974, de 1941, de 1939, de 1924, au xixe siècle ou à la fin du xviiie siècle procède de la même démarche, le légendaire est réaménagé chaque fois en fonction de la configuration du champ politique.

57Cette longévité tient à la simplicité de la structure discursive. L’espace géographique est circonscrit topographiquement dans une ville, il est situé à l’étranger, et clairement délimité par un fleuve frontalier. Il est donc facilement localisable. De plus, cette ville est située en Allemagne, ce qui permet d’assimiler l’ennemi politique à l’ennemi national jusqu’en 1945. Ainsi identifiée, Coblence peut jouer le rôle de ville repoussoir dans l’imaginaire politique national.

Notes

1 Henke Christian, Koblenz : Symbol für die Gegenrevolution, Stuttgart, 2000, p. 14.

2 Moeglin Jean-Marie, Les bourgeois de Calais. Essai sur un mythe historique, 2002, p. 15.

3 Vaissière Pierre de, À Coblence ou les émigrés français dans les pays rhénans de 1789 à 1792, Paris, 1924, p. 37.

4 Ibid., p. 48.

5 Un succès qu’il convient toutefois de relativiser car l’immense majorité des nobles français est restée en France. Selon les statistiques de Donald Greer, 17 000 à 25 000 nobles auraient émigré sur une population noble totale estimée à 300 000 individus. Greer Donald, The Incidence of the Emigration during the French Revolution, Cambridge, 1951.

6 Rance Karine, Mémoires de nobles émigrés dans les pays germaniques pendant la Révolution française, thèse de doctorat, université Paris I, 2001, p. 19-53.

7 François Étienne, Koblenz im 18. Jahrhundert : zur Sozial- u. Bevölkerungsstruktur einer deutschen Residenzstadt, Göttingen, 1982.

8 Journal d’émigration du comte d’Espinchal, publié d’après les manuscrits originaux par Ernest d’Hauterive, Paris, 1912, p. 284, 12 novembre 1791.

9 Henke C., Koblenz : Symbol für die Gegenrevolution, op. cit., p. 203.

10 Lettre de Alexandre-François de Saint-Soupplets à son frère, Coblence, 20 octobre 1791, publiée par Vaissière Pierre de, Lettres d’aristocrates : la Révolution racontée par des correspondances privées, 1789-1794, Paris, 1907, p. 360.

11 Pelzer Erich, Die Wiederkehr des girondistischen Helden. Deutsche Intellektuelle als kulturelle Mittler zwischen Deutschland und Frankreich während der Französischen Revolution, Bonn, 1998, p. 126-140 : « Eine konterrevolutionäre Chimäre : Der “Club de la Propagande” in Paris ».

12 Lettre de Wesphalen à Colloredo, 10 février 1792, publiée par Hansen Joseph (éd.), Quellen zur Geschichte des Rheinlandes im Zeitalter der französischen Revolution, Bonn, 1931-1938, vol. 2, p. 58-59.

13 Henke C., op. cit., p. 203-205.

14 Espinchal, op. cit., p. 249, début août 1791.

15 Ibid., p. 282, 1er au 30 novembre 1791.

16 Archives du musée Condé (Chantilly) : Z XLIV f° 130, lettre de Condé à de Broglie, Worms, 31 octobre 1791.

17 Archives du musée Condé (Chantilly) : Z XLIV f° 138, lettre de De Broglie à Condé, Coblence, 11 novembre 1791.

18 Lettre de Alexandre-François de Saint-Soupplets à son frère, Coblence, 20 octobre 1791, publiée par Vaissière, Lettres d’aristocrates, op. cit., p. 360.

19 Le terme apparaît fin 1790 début 1791 dans les journaux révolutionnaires. Il est repris par les contre-révolutionnaires au cours de l’automne 1791 avec la même connotation péjorative (voir Griffiths Robert, Le centre perdu. Malouet et les « monarchiens » dans la Révolution française, Grenoble, 1988, p. 100, note 51 et p. 127).

20 Espinchal, op. cit., p. 260, 14-19 août 1791.

21 Journal d’émigration du prince de Condé (1789-1795), publié par le comte de Ribes, Paris, 1924, p. 220, 18 août 1791 : « Le jeudi 18 […] il arriva pendant ce temps à Koblenz une personne qui déplaisait à la Noblesse [le prince de Saint-Mauris], et cela fit une grande fermentation parmi les gentilshommes, qui ne s’en cachaient pas dans le salon ; j’en avertis Monsieur ; à neuf heures et demie nous repartîmes pour Schonborlust [sic] ; nous trouvâmes cette personne, elle partit dans la nuit. »

22 Douglas Mary, Purity and Danger. An analysis of the concepts of pollution and taboo, Londres/Boston/Henley, 1979, p. 162.

23 Jouanna Arlette, L’idée de race en France au xvie siècle et au début du xviie siècle, Montpellier, 1981, p. 333-338.

24 Wühr Wilhelm, « Emigranten der französischen Revolution im Kurfürstentum Mainz », Aschaffenburger Jahrbuch für Geschichte, Landeskunde und Kunst des Untermaingebietes, 2, Aschaffenburg, 1955, p. 61-97, ici p. 75.

25 Veyne Paul, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante, Paris, 1983.

26 Clère Jean-Jacques, « L’émigration dans les débats de l’assemblée nationale constituante », Michel Vovelle (éd.), Les droits de l’Homme et la conquête des libertés, Grenoble, 1988, p. 156-161, ici p. 157 ; Higonnet Patrice, Class, Ideology and the Rights of Nobles during the French Revolution, Oxford, 1981, p. 75.

27 Martin Jean-Clément, Contre-Révolution, Révolution et Nation en France (1789-1799), Paris, 1998, p. 38.

28 Archives parlementaires, vol. 17, 506, discours du 2 août 1790.

29 Archives parlementaires, vol. 23, 639, rapport de Claude Victoire de Broglie, fils du futur chef de l’armée des princes, 3 mars 1791.

30 Vidalenc Jean, Les émigrés français 1789-1825, Caen, 1969, p. 20-22.

31 Pour tout ceci voir Henke C., op. cit.

32 Archives parlementaires, vol. 35, 290 : discours de Koch, 22 novembre 1791.

33 Archives parlementaires, vol. 35, 397 : discours de Rühl, 27 novembre 1791.

34 Brissot, Discours sur la nécessité de déclarer la guerre aux princes allemands qui protègent les émigrés, prononcé le 15 décembre, à la Société des amis de la Constitution, séante aux Jacobins, à Paris, et imprimé par son ordre, Paris, 1791.

35 Robespierre, opposé à la guerre, fait de Coblence un véritable symbole lorsqu’il déclare « le véritable Koblenz est en France » (Discours de Maximilien Robespierre sur la guerre, prononcé le 2 janvier, à la Société des Amis de la Constitution, séante aux Jacobins, et imprimé par son ordre, Paris, 1792).

36 Baecque Antoine de, La caricature révolutionnaire, Paris, 1988.

37 Baecque Antoine de, « Les soldats de papier. Image et contre-image de la révolution dans les caricatures anti-émigrés (1791) », L’image de la révolution française, Paris/Oxford, 1990, vol. 1, p. 297-312, p. 304.

38 Voir une caricature intitulée « La Contre-Révolution » reproduite et analysée dans Baecque A. de, La caricature révolutionnaire, op. cit.

39 Baecque A. de, « Les soldats de papier », art. cit., p. 305.

40 Hartig Irmgard A., « Les Français en Allemagne pendant la Révolution », Émigrés français en Allemagne. Émigrés allemands en France, 1685-1945, Paris, 1983, p. 46-60.

41 Pendant les Cent-Jours toutefois, Napoléon agite l’épouvantail du noble et de l’émigré pour s’attacher le peuple.

42 Luzzatto Sergio, Mémoire de la Terreur. Vieux Montagnards et jeunes républicains au xixe siècle, Lyon, 1991.

43 Loraux Nicole, « De l’amnistie et de son contraire », Yoseph H. Yerushalmi et al., Usages de l’oubli, Paris, 1988, p. 23-47.

44 Montrol François Mongin de, Histoire de l’émigration (1789-1825), Paris, 1825, p. 315-316.

45 Lebrun Isidore, L’émigration indemnisée par l’Ancien Régime et depuis la Restauration, Paris, 1825, p. 38.

46 Archives parlementaires, vol. 43, 391 : Benjamin Constant, discours du 23 février 1825.

47 Lebrun I., op. cit., p. 7.

48 Antoine de Saint-Gervais A., Histoire des émigrés français (1789-1828), 3 vol., Paris, 1828, p. IV-V.

49 Ibid., p. XLVII.

50 Rance K., op. cit., et « Coblence dans les mémoires des émigrés : chronique rétrospective d’un échec advenu », Jürgen Voss et Daniel Schönpflug (éd.), Révolutionnaires et émigrés. Transfer und Migration zwischen Frankreich und Deutschland 1789-1806, Stuttgart, 2002, p. 222-233.

51 Souvenirs et fragments pour servir aux mémoires de ma vie et de mon temps, par le marquis de Bouillé, publiés pour la Société d’histoire contemporaine, par P.-L. de Kermaingant, Paris, 1906-1911, vol. 1, p. 248.

52 Ibid., vol. 3, p. 572.

53 Ibid., vol. 1, p. 338.

54 Mémoires du comte Valentin Esterhazy, avec une introduction des notes par Ernest Daudet, Paris, 1905, p. 306.

55 Souvenirs d’un historien de Napoléon. Mémorial de J. de Norvins, publié avec un avertissement et des notes par L. de Lanzac de Laborie, Paris, 1896-1897, vol. 1, p. 345.

56 Mémoires du comte de Moriolles sur l’émigration, la Pologne, la cour du grand-duc Constantin (1789-1833), précédés d’une introduction par Frédéric Masson, Paris, 1902, p. 24.

57 Rooryck Guy, Les mémoires du duc de Saint-Simon : de la parole du témoin au discours du mémorialiste, Genève, 1992, p. 281.

58 Loiseau Ivan, Les aristocrates complices de la Révolution, Vichy, 1980, in-8°, 224 p. « En manière de postface. Le jugement d’un gentilhomme émigré. Souvenirs inédits de Jean-Charles d’Entraigues », p. 140-217.

59 Introduction de Lescure aux Mémoires sur l’émigration (1791-1800), avec introduction, notices et notes par M. de Lescure, Paris, 1877, p. xxii.

60 Vaissière P. de, À Coblence ou les émigrés français…, op. cit.

61 Chassagne H. (pseud. de Hainchlin Charles), Coblence (1789-1792) : des Français au service de l’étranger, Paris, 1939, p. 7.

62 Dix ans d’émigration, avec une introduction par Louis Thomas, Paris, 1941, p. 13.

63 Voir sur ce point l’introduction aux lieux de mémoire allemands : François Étienne et Schulze Hagen, Deutsche Erinnerungsorte, Munich, 2001, p. 9-24.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search