Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Mythologies urbaines

 | 
Alain Cabantous

Troisième partie. Les mythes des temps extrêmes

Gérer la postérité du héros fondateur dans l’Antiquité : de la fondation à l’élaboration d’un mythe* ?

Sabine Lefebvre

Index terms

Geographical index :

France

Full text

  • * Je remercie J.-M. David et A. Bourgeois qui ont bien voulu relire ce travail.

1L’Antiquité, qu’elle soit grecque ou romaine, fourmille de héros, demi-dieux législateurs, déesses sages ou grand généraux, qui sont à l’origine des villes de la Méditerranée. Notre enfance a été bercée par la légende d’Athéna et de Poséidon, se disputant Athènes ou par l’histoire d’Alexandre fondant Alexandrie.

2Les sources, principalement littéraires, ne doivent pas être réduites à cette simple expression ; en effet, les monnaies, les inscriptions, les bas-reliefs… entre autres nous permettent de mieux comprendre certains aspects des récits, et surtout de visualiser des scènes faisant partie de l’imaginaire collectif antique. Ces récits très souvent légendaires, mis en forme à un moment donné de l’histoire des villes, présentent un certain nombre de traits communs. On peut alors se demander si ces fondations mythologiques inspirent les fondateurs historiques que l’on peut connaître, en particulier pour la période romaine. Enfin, nous essaierons de voir comment le mythe du fondateur est entretenu par les générations se succédant, et comment il est parfois récupéré à des fins politiques.

3Le héros fondateur mythique possède quelques traits caractéristiques que l’on retrouve dans plusieurs récits légendaires, mettant en scène, entre autres, Romulus et la fondation de Rome.

  • 2 Tite-Live est l’héritier de ce courant mettant en scène les archéologies de Rome aux époques répub (...)
  • 3 Pour une première approche, on peut utiliser Cazanove O. de, « La légende des origines », L’Histoi (...)

4C’est principalement Tite-Live, dans les premiers livres de son Ab Vrbe condita, qui évoque la fondation de Rome et reprend les éléments essentiels2 qui se trouveront ensuite représentés en permettant d’élaborer le mythe3.

5Les épisodes se présentent de la façon suivante :

  1. . À son arrivée en Italie4, venant de Troie, Énée débarque chez les Laurentins. Il signe un traité avec le roi Latinus, épouse sa fille, qui donne naissance à un fils, Ascagne. Les deux populations, locale et troyenne, reçoivent les mêmes lois et deviennent les Latins.
  2. . Lavinium étant surpeuplée, Ascagne fonde Albe la Longue5. Cet Ascagne pourrait également être le premier fils d’Énée, né à Troie6, et parti avec son père7.
  3. . Un descendant d’Énée, Amulius élimine la descendance mâle de son frère et contraint sa nièce, Rhéa Silvia à la virginité8. Cette dernière met néanmoins au monde deux enfants, nés de Mars, Rémus et Romulus9 ; ils sont condamnés par Amulius10 à être jetés dans le Tibre. Déposés sur la berge, au pied d’un arbre11, le figuier Ruminal12, les enfants sont sauvés par une louve13, qui les nourrit et attire ainsi l’attention d’un berger. Une autre variante fait de la femme du berger une prostituée, dont le surnom serait Lupa.
  4. . Reconnus d’ascendance royale, les jumeaux rendent à leur grand-père Numitor son royaume, et envisagent de fonder une ville14, sur un site fréquenté par des Grecs conduits par Evandre et son fils Pallas. Mais pour savoir qui dirigera la ville, les jumeaux s’en remettent aux dieux, choisissant une colline – le Palatin pour Romulus, et l’Aventin pour Rémus – afin de prendre les augures15. Romulus vainqueur, Rémus s’emporte et meurt dans la bagarre qui s’ensuit16, ou qui selon une autre tradition, conclut la délimitation du tracé sacré17. Romulus donne donc son nom à la Ville, fondée d’après le décompte de Varron, en 754-753 av. J.-C.
  5. . La disparition de Romulus apparaît comme mystérieuse : il disparaît dans un nuage durant un orage18, et est ensuite assimilé à Quirinus19. L’apothéose serait une création du poète Ennius20, et c’est seulement à la fin du ier siècle av. J.-C. que Romulus trouve « place parmi les dieux21 ».
  • 22 Denys d’Halicarnasse, AR, I, 72.

6Si certains passages manquent de précision et si parfois deux versions du même épisode existent, la légende est dans l’ensemble claire. C’est en tout cas ainsi qu’Auguste souhaite voir mise en scène la fondation de Rome à la fin du ier siècle av. J.-C., même s’il existe d’autres traditions22.

  • 23 Sur Massalia, voir Clerc M., Massalia. Histoire de Marseille dans l’Antiquité des origines à la fi (...)
  • 24 Annexe 1 : « La fondation de Massalia », gravure tirée de l’ouvrage de Lemugeur P., Histoire de la (...)
  • 25 Athénée, XIII, 57 a-b.
  • 26 Justin, Histoire universelle (Abrégé de Trogue Pompée), XLIII, 3, 4-12.
  • 27 Athénée, XIII, 576 a, citant Aristote, République des Marseillais.

7Un second exemple peut être évoqué, avec la fondation de Massalia par les Phocéens. On retrouve ainsi à Massalia23 des phénomènes identiques : venus de Phocée, les compagnons d’Euxenos arrivent sur le littoral méditerranéen alors que le roi local Nanos marie sa fille. Les arrivants sont invités au banquet, et la jeune fille, Petta, doit choisir un prétendant en lui offrant une coupe de vin24. C’est le chef des Phocéens qui est choisi ; il accepte, change de nom – il devient Aristoxénè – et fonde une famille, issue de son fils Prottis. Cette version d’Athénée25 est complétée par Justin26, qui suit Trogue-Pompée, qui place les faits sous le règne de Tarquin, soit au début du vie siècle av. J.-C. et donne d’autres noms pour les héros : le chef phocéen est Protis, accompagné de Sîmos, le prince local est un Segobrige et se nomme Nannos, et sa fille Gyptis. Le mariage conclu, le beau-père confie une terre à son gendre pour qu’il y fonde une ville, Massalia27.

8Venu de loin, le fondateur mythique est donc paré de toutes les qualités. S’alliant aux tribus locales par le biais d’un mariage, typique des fondations de villes, il obtient par transmission le commandement, qu’il assume seul, après des épisodes parfois sanglants. Plaçant la fondation sous le regard des dieux, il crée une ville dans toutes ses dimensions, urbanistiques, institutionnelles, économiques, religieuses et culturelles. Mais, parfois, la légende trouve ses fondements dans la réalité.

9Ces récits mythologiques possèdent parfois une résonance historique ; en effet, les fouilles archéologiques nous permettent de connaître la réalité de ces fondations, qui n’est pas toujours très éloignée des récits légendaires.

  • 28 Annexe 2 : « Les cabanes protohistoriques du Palatin ».
  • 29 Coarelli F., Guide archéologique de Rome, Paris, 1994, p. 93 = Roma, Rome, 2001, p. 159. Roma, Romo (...)
  • 30 Virgile, Énéide, VIII, 99-100.
  • 31 Denys d’Halicarnasse, AR, I, 79, 8.

10En effet, on a retrouvé à Rome, en 1948, sur le flan sud-ouest du Palatin, les restes de trois cabanes remontant au viiie siècle av. J.-C. qu’il est tentant de mettre en relation avec la fondation légendaire de Rome par Romulus28. Il s’agit d’un habitat de forme ovale, aux murs constitués de quelques poteaux soutenant des murs de torchis et le toit29, et protégé de l’eau par une rigole de drainage. Les cabanes sont détruites dans la seconde moitié du viie siècle av. J.-C. En fait, la première occupation stable remonte au xie siècle av. J.-C., avant la fondation romuléenne, occupation qu’il faut sans doute mettre en relation avec la présence mythique d’Evandre, mentionnée par Virgile30 et Denys d’Halicarnasse31.

  • 32 Villard Fr., La céramique grecque de Marseille vie-ive siècle av. J.-C. Essai d’histoire économiqu (...)

11Pour Marseille, l’archéologie confirme également la datation ; a été en particulier fouillé le site de la Bourse, où un port daté du vie siècle av. J.-C. a été dégagé, et de nombreux restes de céramique32 témoignent de l’activité économique de cette zone à cette période.

12Mais toutes les villes n’ont pas la chance d’avoir pour fondateur un héros légendaire. À partir du moment où Rome étend sa domination dans tout le Bassin méditerranéen, les fondations, en particulier coloniales, vont se multiplier, suivant une procédure bien connue à l’époque républicaine, comme en témoignent plusieurs fondations.

  • 33 Gayraud M., Narbonne antique des origines au iiie siècle, Supp. RAN 8, Paris, 1981.
  • 34 Cicéron, Pro Cluentio, LI, 140 : quod in dissuasione rogationis eius quae contra coloniam Narbonen (...)

13Le cas de Narbonne33 est bien documenté, car la fondation de cette colonie en 118 av. J.-C. se situe dans un contexte double : d’une part celui de la conquête du Sud de la Gaule, et d’autre part celui des suites des tentatives des réformes gracchiennes à Rome. La procédure de fondation est connue : une lex prouinciae est proposée par un magistrat romain, L. Licinius Crassus, le rogator, devant les comices tributes. Le Sénat étant contre, L. Licinius Crassus prononce un discours34 dénigrant l’autorité de cette institution, et la loi est votée par le peuple. Dans le texte sont précisés la localisation de la future colonie, son nom, le nombre des colons, et, les magistrats envoyés sur le terrain pour la mise en place du projet. Il s’agit de L. Licinius Crassus et de Cn. Domitius Ahenobarbus, fils du vainqueur des Arvernes en 121 av. J.-C. ; tous deux portent le titre de duumuiri coloniae deducendae. On peut noter, que si la uia Domitia construite par le père en 118 av. J.-C. entre le Rhône et les Pyrénées porte le nom de son constructeur, Cn. Domitius Ahenobarbus le père, ce n’est pas le cas de Narbonne, qui est nommée colonia Narbo Martius, sans rappeler l’onomastique des deux responsables sur le terrain.

  • 35 Suétone, Tibère, 4 : et ad deducendas in Galliam colonias, in quis Narbo…

14Quelques années plus tard, la colonie est à nouveau fondée, en 45 av. J.-C. ; il s’agit d’une initiative de César qui en confie la responsabilité à Ti. Claudius Nero35. La ville porte désormais le nom de colonia Iulia Paterna Narbo Martius, qui s’il rappelle le gentilice de César, ne comprend aucun élément lié à Ti. Claudius Nero qui n’est que le réalisateur, mais pas l’initiateur du projet.

  • 36 Rambaud M., « L’origine militaire de la colonie de Lugdunum », CRAI, 1964, p. 252-277.
  • 37 Dion Cassius, 46, 50, 5-6.
  • 38 Dion Cassius, 46, 50, 3-6.
  • 39 CIL, X, 608 (ILS, 886) Gaète : L(ucius) Munatius L(uci) f(ilius) L(iuci) n(epos) L(uci) pron(epoti (...)
  • 40 Ce surnom lui a sans doute été donné sous le règne d’Auguste, qui fait d’elle la capitale de la Ga (...)

15Un second cas peut être envisagé, il s’agit de celui de L. Munatius Plancus, fondateur de Lyon36. Cette fondation est à placer à la fin de la période césarienne et au début de l’époque triumvirale, en 43 av. J.-C. Il semble que César ait eu le projet de fonder une ville à la confluence du Rhône et de la Saône, qui est également un carrefour routier. Sa mort, début 44 av. J.-C. l’empêche de mettre en œuvre cette réalisation. Ce sont donc les triumvirs qui vont s’y consacrer, mais les textes évoquent une motivation bien particulière des sénateurs qui décident de cette création, afin d’occuper L. Munatius Plancus37, alors proconsul de Gaule, qui risquait de se tourner vers Marc Antoine38. Ainsi, ce sénateur va avec ses troupes, se consacrer à la mise en œuvre de la colonie, dont la date de fondation est très précisément connue, le 11 octobre 43 av. J.-C. Cet acte a été pour lui notable, car il est mentionné dans son inscription funéraire39. La colonie de Lyon se dénomme lors de sa fondation, colonia Copia Felix Munatia Lugdunensium, nom qui rappelle le gentilice du « technicien » envoyé sur place, puis sous Claude en 48, elle devient la colonia Claudia Augusta Lugdunum, le prince né dans cette ville en 10 av. J.-C. lui offrant de nouvelles faveurs. On peut remarquer qu’à cette occasion, le nom du deductor est ôté, pour laisser place aux noms impériaux, Augusta40 et Claudia.

16Il semble donc clair que le fondateur institutionnel, s’il n’a pas la chance de donner son nom à la ville fondée, est rapidement oublié, en particulier à l’époque impériale, où le seul instigateur reconnu et remercié est le prince, qui n’est pas intervenu sur le terrain, comme nous venons de le voir avec l’exemple lyonnais.

  • 41 Sur le sujet, on peut consulter entre autres : Sáenz Alvarez de Buruaga J.M., « La fundacíon de Mé (...)
  • 42 Dion Cassius, 53, 26, 1 : Πανσαμἑνου δε τοῦ πολἔμου ὀ Aυγουστος τονς μἑν ἀϕηλικεστερονς τῶν στρατιω (...)
  • 43 Monnaie d’argent avec en légende : P(ublius) Carisius leg(atus) propr(aetore). Cf. annexe 3 : « La (...)

17Ce phénomène peut être en particulier analysé pour Mérida41, fondée en 25 av. J.-C. sur le territoire lusitanien. L’initiative en revient à Auguste42, mais sur le terrain, la tâche est confiée au légat de Lusitanie, P. Carisius, qui agit ici au nom du prince. Il est celui qui va consulter les présages, choisir le site, cadastrer le terrain, distribuer les lots aux vétérans des légions. Or la ville porte le nom de colonia Augusta Emerita : sont ici mentionnés le nom du prince, et à travers Emerita, la valeur des soldats démobilisés. Mais aucun élément ne se réfère à P. Carisius, dont la présence est cependant évoquée sur le revers des monnaies frappées localement43. Les monnaies passent, mais la titulature des cités reste, et ce n’est pas par ce vecteur que le nom de P. Carisius est resté dans l’histoire de Mérida.

18La dissociation entre le preneur de décision qui laisse son nom à la ville, et celui qui sur le terrain, organise le territoire de la cité, opère la cadastration, prend les auspices, distribue les lots de terre est totale à l’époque impériale, et seul le prince est important, ses subordonnés ne recevant qu’une partie de sa puissance. Le prince est certes honoré, mais est-ce en temps que « fondateur » ou bien en tant que prince ? on peut se poser la question…

  • 44 Elle continue à être utilisée encore au ive siècle : Constance I Chlore est fundator pacis (CIL, V (...)
  • 45 CIL, II, 1969 Igabrum.
  • 46 Birley A., Septimius Seuerus, the african emperor, Londres, 1971, p. 194-200.
  • 47 Ruggiero E. de, Dizionario epigrafico, II, Rome, 1900, p. 577 : « “conditor” è chiamoto l’imperato (...)
  • 48 Pline Le Jeune, Ep., VIII, 24, 3 : Reuerere conditores deos et nomina deorum… ; Pan., 1, 6 : Iuppi (...)

19Ainsi on sait que le terme de fundator, que l’on trouve parfois dans les hommages publics, ne renvoie pas à une fondation urbaine, mais bien au rétablissement de l’empire. Apparaissant à la fin du iie siècle apr. J.-C.44, la formule exacte est fundator imperii Romani utilisée par exemple pour Septime Sévère en 19745, dans une inscription malacitane ; l’allusion est évidente, d’autant plus que l’inscription précise qu’il est aussi pacator orbis : la lutte contre Clodius Albinus terminée, Septime Sévère est encensé pour sa victoire46. La cité de Malaga n’est aucunement concernée par une quelconque action politique de l’empereur, car il s’agit d’un terme employé dans tout l’Empire romain. L’empereur fondateur est encensé en tant que conditor, qu’il fonde une colonie, un municipe ou une simple ciuitas47 ; ce terme est également employé pour les dieux fondateurs par Pline le Jeune48.

  • 49 AE, 1951, 81 Thuburnica : C(aio) Mario C(ai) f(ilio) / co(n)s(uli) VII, condi/tori coloniae, /Q. F (...)
  • 50 Cf. Ortiz de Urbana E., « Los conditores municipales in Africa », XVeConvegno L’Africa romana, déc (...)

20Cependant, il faut nuancer ce tableau. En effet, si aujourd’hui, le nom d’un grand nombre de fondateurs a été oublié, le souvenir de ces derniers a été pendant quelques années au moins, maintenu dans la mémoire collective des cités, pour une postérité relative. On peut en particulier évoquer le cas de Marius, qui lors de sa campagne en Afrique contre Jugurtha, capturé en 105 av. J.-C., a été responsable d’assignations de terres accordées aux vétérans et aux premiers groupes de citoyens romains. Les descendants de ces derniers sont à l’origine de la naissance de plusieurs cités, dont Thuburnica. Or, à la fin du ier-début du iie siècle, une flaminique de la cité honore le général49, en tant que conditor coloniae, ce qu’il n’est pas sur un plan juridique50. Néanmoins, le souvenir de son initiative a traversé près de deux siècles.

  • 51 IAM, 448 Volubilis
  • 52 Lefebvre S., « Hommages publics et histoire sociale : les Caecilii Caeciliani et la vie municipale (...)
  • 53 Lenoir M., Akerraz A. et Lenoir E., « Le forum de Volubilis, éléments du dossier archéologique », (...)

21C’est ainsi également que M. Valerius Severus, magistrat de Volubilis avant la conquête de la Maurétanie, pro-romain – il a levé des troupes pour aider les Romains à vaincre Aedemon – peut être considéré, peut-être pas, comme le fondateur de cette cité, mais au moins comme celui qui lui a permit d’entrer brillamment dans l’empire. Il a en effet été envoyé en ambassade auprès de Claude, et grâce à la plaidoirie du Volubilitain, le prince a accordé un statut privilégié à Volubilis, celui de municipe de droit romain, ainsi qu’un certain nombre de cadeaux fort appréciés, dont une exemption fiscale. Devenu le premier magistrat de la cité dans le nouveau système administratif, M. Valerius Severus et son épouse Fabia Bira, sont également les premiers prêtres du culte impérial de Volubilis. Un hommage est rendu par la cité à ce notable de premier plan sur le forum51. Or deux siècles plus tard, un notable membre d’une grande famille de Volubilis52 refait le forum, dont nous connaissons l’état vers 25053 ; il y installe six bases concernant des membres de sa famille, mais aussi les hommages rendus à des personnages importants pour la cité de Volubilis, comme la base de sa patronne. Parmi ces notabilités, figure M. Valerius Severus, dont l’hommage a été maintenu. Il a donc paru important au iiie siècle, de rappeler le souvenir de celui qui avait permis à Volubilis d’être remarquée par le prince, et d’occuper une place de premier plan dans la province, après la capitale bien entendu.

  • 54 Schilling R., REL, p. 194.
  • 55 Tite-Live, V, 49, 7 : … militares quos inconditos iaciunt, Romulus ac parens patriae conditorque a (...)
  • 56 Comme Marius, après sa victoire sur les Cimbres et les Teutons (cf. plutarque, Marius, 47), Sylla (...)
  • 57 Cf. Picard G. Ch., Trophées, p. 169 ; 179.
  • 58 Bayet J., Bulletin, p. 467.
  • 59 Sur l’utilisation par César de Romulus, cf. Bayet J., Bulletin, p. 487-488 ; 493.
  • 60 Bayet J., Bulletin, p. 508 = id., Croyances, p. 321.

22Mais bien sûr, le fondateur qui a obtenu la plus grande postérité est Romulus lui-même : « Jadis, la référence à Romulus constituait l’honneur suprême que pût mériter un personnage exceptionnel », comme le dit R. Schilling54, citant l’exemple de Camille55. Puis, dès le début du ier siècle av. J.-C., les imperatores ne manquent pas d’utiliser l’image du fondateur de Rome, en se présentant comme de nouveaux Romulus56, avec des fortunes diverses, en utilisant en particulier le symbole du trophée57, mais aussi certaines fonctions religieuses comme l’augurat58. Mais d’autres épisodes de la légende ont été utilisés : il n’est sans doute pas innocent que la couronne d’or ait été offerte à César par Marc Antoine le jour des Lupercales, fête « romuléenne » créée par Romulus lui-même59. La mystique qui se construit au cours du ier s. av. autour de ce personnage va conduire à ce qu’« un second Romulus pouvait naître60 ».

  • 61 Varron, L. L., 5, 54 : Germalense : quinticeps apud aedem Romuli.
  • 62 Varron, L. L., 5, 52 : Collis Quirinalis : terticeps uls aedem Quirini.
  • 63 RGDA, 19, 2 : … aedes in Capitolio Iouis Feretri et Iouis Tonantis, aedem Quirini… feci ; Dion Cas (...)
  • 64 Richard J.-C., MEFR, p. 74.

23Si le culte de Romulus-Quirinus semble attesté à des époques antérieures à la période augustéenne, il ne figurait pas parmi les cultes les plus importants de Rome. On connaîtrait ainsi, grâce à Varron, un temple de Romulus61 sur le Germal, et un sanctuaire à Quirinus62 ; ce dernier a d’ailleurs été restauré par Auguste, qui le signale dans son testament politique63. De plus, Ennius se fait l’écho et « l’interprète d’une croyance partagée par ses contemporains64 ».

  • 65 Nelis D., Origines, p. 224 : « à l’époque augustéenne, le sujet des origines de Rome était plus qu (...)
  • 66 Alfoldi A., Museum helveticum, p. 212 : seine « Romulusperiode ».
  • 67 La Penna A., Orazio, p. 92.
  • 68 Bayet J., Bulletin, p. 508-509 ; id., Croyances, p. 349 ; on peut également citer p. 321 : « L’obse (...)
  • 69 Dion Cassius, 56, 36, 3 Καιτοι τἰ τοιοντον ἢ Aλἔξανδρος ο Mακεδων ἢ Ρομυλος ὀ ἢμετερος.
  • 70 Bayet J., Bulletin, p. 509 = id., Croyances, p. 321.

24On sait quelle place tient la période augustéenne dans la conceptualisation du mythe des origines de Rome, représentée par Virgile, auteur de l’Énéide65, dont la rédaction débute en 29 av. J.-C., mais aussi par Horace, Denys d’Halicarnasse ou Tite-Live, qui s’inspirent de sources aujourd’hui disparues. Mais au-delà de la production littéraire, sur laquelle je ne reviendrais pas car elle a donné lieu à une abondante production scientifique, c’est dans la mise en place du principat qu’il faut également chercher les réminiscences du mythe romuléen66, et cela au cours de plusieurs épisodes de la vie du princeps ; ce dernier se considère comme le second fondateur de la Ville67 : « de façon claire, quoique moins voyante, il recherchait maintes autres conformités propres à présenter sa vie comme une “imitation de Romulus”68 », au-dessus duquel il a été placé pendant sa jeunesse69. Selon J. Bayet, « l’obsession romuléenne fut, en Octave, précoce, intime, puissante70 ».

  • 71 Appien, BC, III, 94 καἰ εθνε δωδεκα οἰ γυπων ϕανεντων οσονς ὀ Mακεδων ἢ Ρομυλω την πολιν suétone, A (...)
  • 72 RGDA, 19 pour les nouvelles constructions de temples ; 20, 4 pour les restaurations : Duo et octog (...)
  • 73 Alfoldi A., Museum helveticum, p. 211.
  • 74 Tite-Live, I, 10, 6-7 : Iuppiter Feretri, inquit, haec tibi uictor Romulus rex regia arma fero, tem (...)
  • 75 Picard G. Ch., Trophées, p. 276.
  • 76 Dion Cassius, 44, 4, 3. Cf. Picard G. Ch., Trophées, p. 277 ; Gros P., Aurea, p. 49, note 233 ; RI (...)

25Ce sont dans un premier temps les actions politiques d’Octave-Auguste qui exprime cette obsession. C’est en effet dès le 19 août 43 av. J.-C., lors d’une prise d’augure où il obtient deux fois six vautours comme Romulus, que le jeune consul Octave exprime sa volonté de s’assimiler au fondateur de Rome71, en particulier dans le domaine de sa politique religieuse72. Cette obsession s’accentue dans les années 30-27 av. J.-C. : c’est ainsi qu’en 30 av. J.-C., Octave utilise la tradition des spolia opima, déjà remise au goût du jour par César73. Il s’agit de rappeler le dépôt par Romulus, des premières dépouilles de vaincus déposées dans le temple de Jupiter Feretrius74, et César, tout comme ensuite Auguste, reprend le chemin du temple restauré par ce dernier en 32 av. J.-C., afin d’y déposer les spolia opima75. Les princes sont désormais les seuls à pouvoir effectuer ce rituel, et Auguste rappelle cela à M. Licinius Crassus en 27 av. J.-C.76.

  • 77 Suétone, Aug., 7, 2-4 : et deiende Augusti cognomen assumpsit, alterum testamento maioris auunculi (...)

26En 27 av. J.-C., Octave au cours d’une réunion du Sénat fait mine de remettre tous ces pouvoirs ; les sénateurs lui demandent alors de rester au pouvoir, en lui octroyant de nouveaux pouvoirs et en lui offrant de prendre un nouveau nom, sacré. Il est significatif que le nom de Romulus, ou plus exactement de Quirinus, soit alors proposé à Octave, qu’il aurait volontiers accepté ; mais finalement, ce dernier refuse le nom de Romulus, qui renvoie à un système monarchique auquel il ne peut ni ne veut adhérer, et prend le nom d’Auguste77.

  • 78 RGDA, 35 : Tertium decimum consulatum cum gerebam, senatus et equester ordo populusque Romanus uni (...)
  • 79 Schilling R., REL, p. 185.
  • 80 Ennius, 110 spp. V = Cicéron, De republica, I, 41, 64 : … o Romule, Romule die / qualem te patriae (...)

27Peut également être évoqué le titre de Pater patriae que reçoit Auguste de la part du Sénat en 2 av. J.-C.78, et qui est, par autorisation exceptionnelle, gravée dans le vestibule de sa maison. Ce titre est à rapprocher de Romulus, de qui dépend le peuple romain, en particulier dans l’expression Romuli gens79 ou dans un passage d’Ennius80.

  • 81 Dion Cassius, 53, 16, 5 ὀ Καῖσαρ ῷκει καἰ έκεῖ τὀ στρατήγιον εἶχε. Cf. alfoldi a., Museum helveticu (...)
  • 82 Tite-Live, I, 5, 1 : Iam tum in Palatio monte Lupercal hoc fuisse [ludicrum] ferunt, et [a Pallant (...)

28Un autre épisode peut être évoqué ; il s’agit de l’implantation de la maison d’Octave-Auguste sur le Palatin81, colline sur laquelle était placé le mythe fondateur, matérialisé par la Casa Romuli et la grotte du Lupercal. Cette grotte est liée, selon Tite-Live82 à la fondation de Rome, Rémus ayant été fait prisonnier par des brigands lors de l’une des fêtes, ce qui a permis de révéler leur ascendance royale ; elle a ainsi été rattachée à la légende de fondation.

  • 83 CIL, XVI, 23 : … qua fixa est Romae in Capitolio post casam Romuli ; Vitruve, De arch., II, 1, 5, 4 (...)
  • 84 Tite-Live, I, 7, 3 : Palatium primum, in quo ipse erat educatus, muniit.
  • 85 Sénèque, Dialogue, XII, De consolatione ad Heluiam matrem, 9, 3 : In eam te regionem casus eiecit, (...)
  • 86 Dion Cassius, 48, 43, 4 : ‘’H τε γὰρ σκηνὴ ή τοῦ ρωμύ λον ἑξ ἰερουργἰας τινὀς ῆν οἰ ποντἰϕοικες ἑν (...)
  • 87 Denys d’Halicarnasse, AR, I, 79, 11 καἰ εἰς ἑμἑ ῆν ϕυς τοῦ Παλλαντἰου ἑπἰ τῆς πρòς τòν ἰππóδρομον σ (...)
  • 88 Il lui donne d’ailleurs le nom de Casa Remi ; cf. Properce, IV, 1, 9-10 : Qua gradibus domus ista (...)
  • 89 Dion Cassius, 54, 27, 3 ὄτι τòν ἀρχιἑρεων ἐν καὶῷ πάντως οὶκεῖν ἐχρῆν, ἐδημοσὶωσεν ; 49, 15, 5 ; 55 (...)
  • 90 Suétone, Aug., 29, 4 ; Velleius Paterculus, II, 81, 3 ; Dion Cassius, 49, 15, 5.
  • 91 Bayet J., Croyances, p. 320 ; 349-350.

29Quant à la localisation de la casa Romuli83, elle est liée à la première installation de Romulus, qui fortifie le Palatin84 dans le cadre de la Roma quadrata85. Ce site a gardé son importance au cours des siècles : les pontifes y sacrifient en 38 av. J.-C.86. Située près des scalae Caci, cette cabane a été constamment restaurée au cours des siècles87, ce qui permet à Properce, un contemporain d’Auguste, de la voir88. De plus Auguste fait de sa demeure une domus publica89, y construisant un temple d’Apollon90, dès 36 av. et y installant l’autel de Vesta91, en 12 av. lors de son élection à la fonction de Pontifex maximus.

  • 92 Ovide, Fastes, V, 565-566 : hinc uidet Iliaden umeris ducis arma ferentem/ clarquae dispositis acta (...)
  • 93 Bayet J., Bulletin, p. 510 = id., Croyances, p. 322.
  • 94 Dion Cassius, 54, 8, 3 καὶ νεών A’ρεως Τιμωροῦ ἐν τῷ Καπιτωλὶῳ, κατὰ τó τοῦ Διòς τοῦ ϕερετρὶου ζήλω (...)
  • 95 Annexe 5 : « Le Forum Augustum, le temple de Mars Ultor ».
  • 96 Bastien J.-L., Triomphe, p. 89-90.
  • 97 Dion Cassius, 55, 10, 3. Reinach S. et Camaggio CR de M., La statue di Enea e di Romulo nelforo di (...)
  • 98 Gagé J., MEFR, p. 138-181 ; Hommel P., Studien zu den römischen Figurengiebeln der Kaisertzeit, Ber (...)
  • 99 On peut signaler que cette ascendance troyenne est souvent mise ne valeur dans les régions orienta (...)
  • 100 Ovide, Fastes, V, 565-566 : Hinc uidet Iliadem umeris ducis arma ferentem/ clarque dispositis acta (...)
  • 101 La liste des triomphateurs est établie – en fait reconstruite et réimaginée – par le Sénat à l’épo (...)
  • 102 Picard G. Ch., Trophées, p. 277.
  • 103 Plutarque, Romulus, XVI, 4.
  • 104 Picard G. Ch., Trophées, p. 105 : « son trophée [celui d’Énée] apparaît comme l’image prophétique d (...)
  • 105 Ibid., p. 129.

30Un troisième moment est la mise en scène du forum d’Auguste et du temple de Mars Ultor92, « bizarre syncrèse romuléenne et césarienne, comble de sous-entendus93 » ; en effet, le temple a tout d’abord été prévu, en 19 av. J.-C., comme devant être construit sur le Capitole, comme Romulus y avait construit le temple de Jupiter Feretrius94. Le temple est finalement construit dans le cadre du forum d’Auguste95, devenu le lieu d’arrivée des cortèges triomphaux96. Les portiques bordant de chaque côté le forum, comportent sous chaque portique une large exèdre ornée de niches. Dans chacune de ces niches loge un des summi uiri de l’histoire de Rome, représentés en bronze97, parmi lesquels se trouvent Énée, exemplum pietatis et Romulus, exemplum uirtutis98 ; tous deux représentent des vertus complémentaires. Du côté nord, on trouve au centre Énée, entouré des ancêtres des Iulii99, et du côté sud, Romulus, représenté comme le vainqueur d’Acron100, placé au centre des triomphateurs romains101, et porteur des dépouilles opimes, trophée constitué des armes d’Acron, alors que le type du trophée apparaît bien plus tard102. Ce type statuaire a servi de modèle à Plutarque103, lorsqu’il décrit Romulus ! on voit bien grâce à ce témoignage comment le mythe est élaboré a posteriori, et construit en fonction des besoins du pouvoir augustéen, comme le précise G. Ch. Picard104. En effet, le type iconographique a sans doute été élaboré au cours du ier siècle av. J.-C.105, et permet à celui qui se considère comme le nouveau Romulus d’accaparer la pratique des spolia opima.

  • 106 I. It., XIII, 3, n° 86 (ILS, 64) Pompeï : Romulus Martis / [f ]ilius. Urbem Romam/ [condi]dit et r (...)
  • 107 Picard G. Ch., Trophées, p. 276.
  • 108 On peut citer en particulier « Romulus avec les armes (Spolia opima) d’Acron vaincu », peinture mu (...)

31Il faut ajouter que sur la base de la statue figure une inscription, évoquant l’apothéose de Romulus, et sa nouvelle dénomination, Quirinus106. Sur le modèle de cette œuvre, plusieurs statues sont placées à Rome107, et des peintures sont réalisées108.

  • 109 Gros P., Aurea, planche 38, fig. 3 ; sauron g., L’Histoire végétalisée. Ornement et politique à Rom (...)
  • 110 Horace, Carmina, III, 3, v. 15-16 : Hac Quirinus /Martis equis Acheronta fugit ; horace, Fastes, I (...)
  • 111 Richard J.-C., MEFR, p. 76, note 3.
  • 112 Gros P., Aurea, p. 193-194.

32Le fondateur de Rome figure également sur le fronton du temple de Mars Ultor, placé à la droite de Vénus, assis et prenant les auspices lors de la fondation de la Ville. À l’intérieur de ce temple, les chapiteaux sont décorés de pégases109 ; or, l’apothéose de Romulus est décrite par le poète Horace comme étant le fait des chevaux de Mars110, le premier roi de Rome étant emporté sur le quadrige du dieu111. Il faut, bien entendu, mettre en relation ce texte avec la représentation des chevaux qui évoquent alors la future divinisation du princeps, en suivant P. Gros112. Comme le dit cet auteur : « l’apothéose de Romulus constitue une garantie et une préfiguration de celle de ses successeurs ».

  • 113 Les travaux ont été entamés en 13 av. J.-C.
  • 114 Cf. les travaux de G. Sauron pour l’analyse de l’iconographie de l’ensemble (L’Histoire végétalisé (...)
  • 115 Nelis D., Origines, p. 224.
  • 116 Zanker P., Augusto, p. 244.

33Enfin, il faut évoquer un dernier monument : dédié le 30 janvier 9 av. J.-C.113, jour anniversaire de Livie, l’Ara pacis, autel quadrangulaire entouré d’une enceinte114 a été érigé par le Sénat en l’honneur d’Auguste, après un séjour long dans les Gaules. Sur la face ouest sont représentées deux scènes, Énée quittant Troie avec son fils et son père à droite, et Romulus et Remus abreuvés par la louve à gauche, ce qui permet de « présenter en images la synthèse de deux versions mythiques des origines115 » avec Énée, représentant Vénus, et Romulus, représentant Mars. Malheureusement, le panneau des jumeaux est très mal conservé ; on reconnaît un arbre sacré au centre, le figuier Ruminal sous lequel le pasteur Faustulus a trouvé les enfants. Dans les branches de l’arbre se trouve un pic, oiseau de Mars, présent dans la scène. Spectateurs, le berger et le dieu contemplent le miracle, comme en adoration116.

  • 117 Dion Cassius, 56, 36, 3, fait dire cela à Tibère dans l’hommage funèbre rendu à Auguste mort. Cf.La (...)
  • 118 Dion Cassius, 56, 46, 2. L’apothéose d’Auguste a été « vue » (contre un million de sesterces) par (...)
  • 119 Coarelli F., « Il Panthéon, l’apoteosi di Augusto e l’apoteosi di Romulo », Città e Architettura n (...)
  • 120 Dion Cassius, 56, 34, 2. Cf. Richard J.-C., MEFR, p. 67. On retrouve le portrait de Romulus lors d (...)
  • 121 Dion Cassius, 56, 46, 2-3 ὄτι τòν Αύγουστον ἐς τòν ούρανóν.

34Se plaçant au-dessus de son illustre prédécesseur117, Auguste récupère le souvenir de Romulus-Quirinus à son usage propre – il semble ainsi que le Panthéon ou templum Agrippae ait été construit à l’emplacement de l’apothéose de Romulus118, selon la tradition romaine119 – ; cette récupération reste valable après la mort du prince, car derrière le char portant un des portraits d’Auguste, figure en tête des grands personnages romains, l’imago de Romulus120. De plus, la divinisation du prince le rapproche de la déification de Romulus121.

35Mais le mythe de fondation, en particulier les épisodes concernant les deux jumeaux appartiennent à l’imaginaire collectif.

36C’est ainsi que l’on retrouve des témoignages du souvenir de la fondation à travers la présence de statues évoquant la louve et les jumeaux ; devenue l’animal sacré de Rome, la louve est honorée à travers la fête des Lupercalia le 15 février – la fête est d’ailleurs remise en honneur par Auguste, qui orne l’antre d’une fontaine.

  • 122 Lugli G., Roma Antiqua. Il centro monumentale, Rome, 1946, p. 35, place le groupe statuaire dans la (...)
  • 123 Denys d’Halicarnasse, AR, I, 79, 8 ; valère Maxime, II, 2, 9 : Lupercalium enim mos a Romulo et Re (...)

37Dans la « grotte122 », était conservé le groupe statuaire en bronze de la louve allaitant les jumeaux123, qui est fréquemment représenté sur les revers des monnaies romaines.

  • 124 CIL, II, 5063 et p. 879 (ILS, 6912 ; ILER, 1776) = CIL, II2/5, 772 Singilia Barba : M(arcus) Corne (...)

38Mais elle est également présente en dehors de Rome, dans des provinces parfois lointaines et à l’époque impériale. C’est le cas à Singilia Barba, en Bétique où M. Cornelius Primigenius124, citoyen local, finance la mise en place d’une statue de « lupa cum infantibus duobus » au iie siècle apr. J.-C.

  • 125 Je remercie Meriem Sebaï, qui a gentiment répondu à mes questions concernant la topographie contem (...)

39Encore aujourd’hui, si les fondations réelles, historiques, sont en partie oubliées, ces mythes de fondation légendaire font partie de l’imaginaire collectif local : à Carthage, les noms de plusieurs quartiers de la ville, donnés arbitrairement par les fouilleurs allemands, français, anglais et par l’administration tunisienne, renvoient aux récits concernant l’histoire de la ville punique ; on trouve ainsi la rue Eschmoun, la rue Astarté, la rue Hannibal (vers les thermes d’Antonin, adresse de l’entrée du Tophet), le quartier Magon (fouille de la mission allemande), la rue Scyphax (sur la colline de Junon), la rue Sophonisbe (près des thermes d’Antonin), la rue Ba’al Hammon (rue dans le prolongement de celle du Tophet), rue Himilcon (en face du théâtre), le quartier Salambô (ports punique et tophet)125

  • 126 Annexe 6 : « Couverture de J.-M. Paillet, Les mots de la Rome antique, PUM, 2001 ».

40Mais c’est à Rome que le mythe de fondation, sous un aspect bien particulier, l’adoption par la louve des jumeaux, est toujours présent. On ne peut manquer, dans la ville aux sept collines, de croiser des autocollants très suggestifs et même un peu comiques, qui désacralisent la légende en la mettant à la portée de tous. Certains collègues n’hésitent pas à utiliser des images « sacrilèges » de la louve dans des ouvrages destinés aux étudiants126. L’image de Rome est certes ainsi modernisée, mais cette adaptation permet sans doute aux jeunes générations de ne pas oublier l’histoire de leur ville, ce que les plaques indiquant les noms de rues de nos villes ne contribuent pas à faire.

Bibliography

Abréviations bibliographiques

Alfoldi A., Museum helveticum = Alfoldi A., « Die Geburt der kaiserlichen Bildsymbolik. 2 Der neue Romulus », Museum helveticum, 8, 1951, p. 190-251.

Bastien J.-L., Triomphe = Bastien J.-L., Le triomphe romain et son utilisation politique à Rome aux trois derniers siècles de la république, thèse dactylographiée soutenue à l’université Paris X en décembre 2002.

Bayet J., Bulletin = Bayet J., « Les sacerdoces romains et la pré-divinisation impériale », Bulletin de la classe des lettres et des sciences morales et politiques, 41, 1955, p. 453-527.

Bayet J., Croyances = Bayet J., Croyances et rites dans la Rome antique, Paris, 1971.

Bayet J., Idéologie = Bayet J., Idéologie et plastique, CEFR 21, Rome, 1974.

Gagé J., MEFR = Gagé J., « Romulus – Augustus », MEFR, 47, 1930, p. 138-181.

Gros P., Aurea = Gros P, Aurea Templa. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, BEFAR 231, Rome, 1976.

La Penna A., Orazio = La Penna A., Orazio e l’ideologia del principato, Turin, 1963.

Nelis D., Origines = Nelis D., « L’Énéide et les origines de Rome : l’épopée étiologique », V. Fromentin et S. Gotteland (éd.), Origines gentium, Études 7, Bordeaux, 2001, p. 223-240.

Picard G. Ch., Trophées = Picard G. Ch., Les trophées romains. Contribution à l’histoire de la religion et de l’art triomphal de Rome, Paris, 1957.

Richard J.-C., MEFR = Richard J.-C., « Énée, Romulus César et les funérailles impériales », MEFR, 78, 1966, p. 67-78.

Schilling R., REL = Schilling R., « Romulus l’élu et Rémus le réprouvé », REL, 38, 1960, p. 182-199.

Zanker P., Augusto = Zanker P., Augusto y el poder de las imágines, [Munich, 1987], Madrid, 1992.

Annexes

ANNEXE 1.

La fondation de Massalia

La fondation de Massalia

ANNEXE 2.

Les cabanes protohistoriques du Palatin

Les cabanes protohistoriques du Palatin

Maquette de la reconstruction du secteur des cabanes de l’époque de Romulus sur le Germalus. Rome, Musée palatin.

Maquette de la cabane de l’époque de Romulus fouillée sur le Germalus.
Reconstruction d’A. Davico (1950). Rome, Musée palatin.

Cabanes de l’âge de fer. Reconstitution, plan et coupes
(F. Coarelli, Roma, Rome, 2001, p. 159).

ANNEXE 3.

La fondation de la colonia Augusta Emerita

La fondation de la colonia Augusta Emerita

Bronze d’Augusta Emerita.
A. HEISS, Description générale des monnaies antiques de l’Espagne, Paris, 1870, pl. 60, n° 16.
Avers : PERM IMP CAES.
Revers : Porte de ville à 2 arches encadrées de 2 tours où on lit AVGVSTA EMERITA.

Deniers d’argent d’Augusta Emerita.
A. HEISS, Description générale des monnaies antiques de l’Espagne, Paris, 1870, pl. 60, n° 4 et 5.
Revers 1 : P CARISIVS LEG PROPR avec trophées, boucliers et armes des vaincus.
Revers 2 : P CARISIVS LEG PROPR avec un captif nu entravé, surmonté d’un trophée.

ANNEXE 4.

Plan du Palatin

Plan du Palatin

1. Cabanes protohistoriques
2. Temple de Magna Mater
3. Zone de la maison d’Auguste et de la maison de Livie
4. Temple d’Apollon
5. Domus Tiberiana
6. Domus Flauia et Domus Augustana
7. Domus Seueriana
8. Temple d’Héliogabale

Annexe 5.

Forum Augustum, le temple de Mars Ultor

Forum Augustum, le temple de Mars Ultor

F. Coarelli, Guide archéologique de Rome, Paris, 1994, p. 80.

ANNEXE 6.

La louve et les jumeaux, vus de nos jours

La louve et les jumeaux, vus de nos jours

Dessin de Jean-Paul Métailié, directeur de GEODE – UMR 5602 CNRS (Géographie de l’environnement).
Couverture de l’ouvrage de J.-M. Paillet, Les mots de la Rome antique, PUM, 2001.

Notes

* Je remercie J.-M. David et A. Bourgeois qui ont bien voulu relire ce travail.

2 Tite-Live est l’héritier de ce courant mettant en scène les archéologies de Rome aux époques républicaine et augustéenne.

3 Pour une première approche, on peut utiliser Cazanove O. de, « La légende des origines », L’Histoire, n° spécial « Rome capitale du monde », juillet-août 1999, p. 12-15. Cf. égalemenT Mastrocinque A., Romolo (la fondazione di Roma tra storia e leggenda), Padoue, 1993 ; Fraschetti A., Romolo il fondatore, Rome, 2002.

4 Tite-Live, I, 1-2.

5 Tite-Live, I, 3.

6 Tite-Live, I, 3, 2 : Haud ambigam – quis enim rem tam ueterem pro certo adfirmet ? – hicine fuerit Ascanius an maior quam hic, Creusa matre Ilio incolumi natus comesque inde paternae fugae, quem Iulum eundem Iulia gens auctorem nominis sui nuncupat.

7 L’autel de la gens Augusta de Carthage présente sur une de ses faces, le départ d’Énée, portant son vieux père Anchise et tenant par la main son fils Ascagne-Iule (Virgile, Énéide, II, 721-724). Cf. Poinssot L., L’autel de la gens Augusta à Carthage, 1929, en particulier p. 20-27.

8 Tite-Live, I, 3, 10-11.

9 Certains auteurs proposent même de faire de Romulus le fils d’Énée ! Voir Bayet J., « Les origines de l’arcadisme romain », MEFR, 38, 1920, p. 63-143 = Idéologie, p. 43-123.

10 Tite-Live, I, 4, 3 : pueros in profluentem aquam mitti iubet.

11 Tite-Live, I, 4, 5.

12 Ruminal serait une déesse nouricière.

13 Tite-Live, I, 4, 6 : lupam sitientem ex montibus qui circa sunt ad puerilem uagitum cursum flexisse ; eam submissas infantibus adeo mitem praebuisse mammas ut lingua lambentem pueros magister regii pecoris inuenerit.

14 Tite-Live, I, 6, 3 : Romulum Remumque cupido cepit in iis locis ubi expositi ubique educati erant urbis condendae.

15 Tite-Live, I, 6, 4.

16 Tite-Live, I, 7. Sur les jumeaux, cf. Schilling R., REL, p. 182-199.

17 Rémus coupable, Romulus est réhabilité et le crime originel disparaît.

18 Tite-Live, I, 16, 1 ; Ovide, Fastes, II, 490-497 ; Métamorphoses, XIV, 805-828 ; Horace, Épist., II, 1, 5-6 : Romulus… post ingentia facta deorum in templa recepti.

19 Horace, Carmina, III, 3, 15-16 ; Virgile, Énéide, I, 292 : Remo cum fratre Quirinus ; VI, 780 ; Ovide, Métamorphoses, XIV, 834 : Ante fuisse uiri, coniunx nunc esse Quirini ; Fastes, II, 475-476 : … Quirino. /Qui tenet hoc nomen (Romulus ante fuit) ; Tite-Live, I, 16, 3 : deum deo natum, regem parentemque urbis Romanae saluere ; 6-7 : Romulus… parens urbis huius prima hodierna luce caelo repente delapsus se mihi obuium dedit… Haec, inquit, locutus sublimis abiit ; Denys d’Halicarnasse, AR, 2, 56, 2 : καἰ ὑπò τοῦ πατρòς Aρεoς τòν ἂνδρα ἀνηρπάσθαι ; 2, 63, 3-4 αυóν τε τὸν Ρωµὺλoν ῶς κρίττονα γενóμενον ἢ κατά τήν θνητήν ϕύσιν ἱεροῦ κατασκευὴ καί θυσίαις διετησἰοις ἔταξε Κυρίνον ἑπονοµαζóµενον γεραίρεσθαι ; Plutarque, Romulus, 28, 2-3 : Θεοῖς ἔδοζεν, ῶ πρóκλε, τοσοῦτον ἡμᾶς γενἑσθαι μετ ἀνθρώπων χρóνον, καἰ πóλιν ἑπ ἀρχῆ καὶ δóζη μεγἰστη κτἰσαντας αὖθις οἰκεῖν οὐρανòν ἑκεῖθεν ὄντος ‘Aλλα χαῖρε καἰ Φράςε Ρωμαἰοις ὄτι σωϕροσνδην μετ ἀνδρεἰας ἀσκοῦντες ἑπἰπλεῖστον ἀνθπωπἰνης ἀϕἰζονται δυνἀμεως. ’Eγώ δ ὑμῖνή εὐμενὴς ἔσμαι δαίμων Κυρῖνος Cicéron, De rep, II, 20 : quo facilius intellegi possit tum de Romuli [iam] immortalitate creditum ; De leg., I, 3 : post excessum suum Romulus Proculo Iulio dixerit se deum esse et Quirinum uocari templumque sibi dedicari in eo loco iusserit ; II, 19 : et eos qui caelestes semper habiti sunt colunto et ollos quos endo caelo merita locauerint, … Quirinum ; Richard J.-C., MEFR, p. 67-78. Dumézil G., La Religion romaine archaïque, 1966, p. 246-272.

20 Richard J.-C., MEFR, p. 75, note 4. Contre cette argumentation, cf. Schilling R., REL, p. 186, note 4.

21 Richard J.-C., MEFR, p. 77.

22 Denys d’Halicarnasse, AR, I, 72.

23 Sur Massalia, voir Clerc M., Massalia. Histoire de Marseille dans l’Antiquité des origines à la fin de l’empire romain d’Occident (476), I, Paris, 1929 ; Benoit F., Recherches sur l’hellénisation du midi de la France, Aix-en-Provence, 1965 ; Clavel-Lévèque M., Marseille grecque. La dynamique d’un impérialisme marchand, Marseille, 1977, p. 9-14.

24 Annexe 1 : « La fondation de Massalia », gravure tirée de l’ouvrage de Lemugeur P., Histoire de la France en 100 tableaux, Paris, 1902.

25 Athénée, XIII, 57 a-b.

26 Justin, Histoire universelle (Abrégé de Trogue Pompée), XLIII, 3, 4-12.

27 Athénée, XIII, 576 a, citant Aristote, République des Marseillais.

28 Annexe 2 : « Les cabanes protohistoriques du Palatin ».

29 Coarelli F., Guide archéologique de Rome, Paris, 1994, p. 93 = Roma, Rome, 2001, p. 159. Roma, Romolo, Remo e la fondazione della città, exposition juin-octobre 2000, Rome, Rome, 2000.

30 Virgile, Énéide, VIII, 99-100.

31 Denys d’Halicarnasse, AR, I, 79, 8.

32 Villard Fr., La céramique grecque de Marseille vie-ive siècle av. J.-C. Essai d’histoire économique, Paris, 1960 ; Euzennatm. et Salviat Fr., Les découvertes archéologiques de la Bourse à Marseille, Marseille, 1968 ; Le musée des docks romains, Marseille, 1988. Cf. également Grasm., « L’arrivée d’immigrés à Marseille au milieu du VIe s. av. J.-C. », Sur les pas des Grecs en Occident, Hom. A. Nickels, Études Massaliètes, 4, 1995, p. 363-366.

33 Gayraud M., Narbonne antique des origines au iiie siècle, Supp. RAN 8, Paris, 1981.

34 Cicéron, Pro Cluentio, LI, 140 : quod in dissuasione rogationis eius quae contra coloniam Narbonensem ferebatur suantum potest de auctoritate senatus detrahit ; Cicéron, De oratore, II, LV, 223 : et alteri de colonia Narbonensis Crassi orationem legendam dedisset.

35 Suétone, Tibère, 4 : et ad deducendas in Galliam colonias, in quis Narbo…

36 Rambaud M., « L’origine militaire de la colonie de Lugdunum », CRAI, 1964, p. 252-277.

37 Dion Cassius, 46, 50, 5-6.

38 Dion Cassius, 46, 50, 3-6.

39 CIL, X, 608 (ILS, 886) Gaète : L(ucius) Munatius L(uci) f(ilius) L(iuci) n(epos) L(uci) pron(epoti) / Plancus, co(n)s(ul), cens(or) imp(erator) iter(um), VIIuir / epulon(um), triump(hator) ex Raetis, aedem Saturni / fecit de manibis, agros diuisit in Italia / Beneuenti, in Gallia colonias deduxit / Lugdunum et Rauricam.

40 Ce surnom lui a sans doute été donné sous le règne d’Auguste, qui fait d’elle la capitale de la Gallia Lugdunensis et des trois Gaules.

41 Sur le sujet, on peut consulter entre autres : Sáenz Alvarez de Buruaga J.M., « La fundacíon de Mérida », Augusta Emerita, Madrid, 1976, p. 19-32 ; id., « Acerca el nombre de la colonia Augusta Emerita », Museos, 1, 1982, p. 5-7 ; Canto A. M., « Colonia Iulia Augusta Emerita : consideraciones en torno a su fundacíon y territorio », Gerion, 7, 1989, p. 149-205 ; ead., « Las tres fundaciones de Augusta Emerita », Stadtbild und Ideologie. Die Monumentalisierung hispanicher Stâdte zwischen Republik und Kaiserzeit. Colloque Madrid oct 1987, Munich, 1990, p. 289-297.

42 Dion Cassius, 53, 26, 1 : Πανσαμἑνου δε τοῦ πολἔμου ὀ Aυγουστος τονς μἑν ἀϕηλικεστερονς τῶν στρατιωτῶν ἀϕñκε. Και πὀλιν αὐτοῖς ἑν Δυσιτανἰα την Aὒγουσταν ΄Hμεριταν καλουμενην κτισαι ἔδωκε … Les monnaies mentionnent en légende du droit : perm(issu) imp(eratori) Caes(ari).

43 Monnaie d’argent avec en légende : P(ublius) Carisius leg(atus) propr(aetore). Cf. annexe 3 : « La fondation de la colonia Augusta Emerita ».

44 Elle continue à être utilisée encore au ive siècle : Constance I Chlore est fundator pacis (CIL, VI, 1132 [ILS, 648] Rome) et Constantin est fundator etiam securitatis aeternae (CIL, VI, 1140 [ILS, 692] Rome).

45 CIL, II, 1969 Igabrum.

46 Birley A., Septimius Seuerus, the african emperor, Londres, 1971, p. 194-200.

47 Ruggiero E. de, Dizionario epigrafico, II, Rome, 1900, p. 577 : « “conditor” è chiamoto l’imperatore non solamente in quanto fondava una nueva colonia, ma anche in quanto o spediva nuovi coloni in una colonia già esistente, o pure conferiva a una città il titulo di colonia. Rispetto ai municipi, il conditor si referisce senza dubbio alla concessione della cittadinanza romana. » Cf. également alfoldi a., Museum helveticum, p. 215.

48 Pline Le Jeune, Ep., VIII, 24, 3 : Reuerere conditores deos et nomina deorum… ; Pan., 1, 6 : Iuppiter optime, antea conditorem, nunc conseruatorem imperii nostri.

49 AE, 1951, 81 Thuburnica : C(aio) Mario C(ai) f(ilio) / co(n)s(uli) VII, condi/tori coloniae, /Q. F[urfani]us Q(uinti) f(ilius) Lem/ellicus, omnibus / honoribus in col(onia) sua / func[tus], flam(en) Aug(usti) perp(etuus) / nomine Caniniae L(uci) f(iliae) /Termae, flam(inicae) Aug(usti) [p]erp(etuae), / uxoris suae ; d(ecreto) d(ecurionum), / pec(unia) sua fe[cit].

50 Cf. Ortiz de Urbana E., « Los conditores municipales in Africa », XVe Convegno L’Africa romana, décembre 2002, Sassari, 2004, à paraître.

51 IAM, 448 Volubilis

52 Lefebvre S., « Hommages publics et histoire sociale : les Caecilii Caeciliani et la vie municipale de Volubilis (Maurétanie Tingitane) », MCV, 28/1, 1992, p. 19-36.

53 Lenoir M., Akerraz A. et Lenoir E., « Le forum de Volubilis, éléments du dossier archéologique », Los foros romanos de las provincias occidentales, Madrid, 1987, p. 203-219.

54 Schilling R., REL, p. 194.

55 Tite-Live, V, 49, 7 : … militares quos inconditos iaciunt, Romulus ac parens patriae conditorque alter Vrbis haud uanis laudibus appellabatur.

56 Comme Marius, après sa victoire sur les Cimbres et les Teutons (cf. plutarque, Marius, 47), Sylla également (cf. Salluste, Hist. Oratio Lepidi, 5) ; cf. Alfoldi A., Museum helveticum, p. 190-251 ; Bayet J., Bulletin, p. 508 : « Depuis Sulla, le premier roi de Rome était le rêve doré des grands ambitieux : tentation séduisante et mortelle » = id., Croyances, p. 321 ; Pietrusinski D., « L’apothéose d’Auguste par rapport à Romulus-Quirinus dans la poésie de Virgile et d’Horace », Eos, 63, 1975, p. 273-296, en particulier p. 277.

57 Cf. Picard G. Ch., Trophées, p. 169 ; 179.

58 Bayet J., Bulletin, p. 467.

59 Sur l’utilisation par César de Romulus, cf. Bayet J., Bulletin, p. 487-488 ; 493.

60 Bayet J., Bulletin, p. 508 = id., Croyances, p. 321.

61 Varron, L. L., 5, 54 : Germalense : quinticeps apud aedem Romuli.

62 Varron, L. L., 5, 52 : Collis Quirinalis : terticeps uls aedem Quirini.

63 RGDA, 19, 2 : … aedes in Capitolio Iouis Feretri et Iouis Tonantis, aedem Quirini… feci ; Dion Cassius, 54, 19, 4 : πρὶν δὲ ἢ ἀφορμᾶσθαιμ τὸν τοῦ Κυρίνου ναὸν καθιέρωσεν ἐκ καινῆς οἰκοδομήσας.

64 Richard J.-C., MEFR, p. 74.

65 Nelis D., Origines, p. 224 : « à l’époque augustéenne, le sujet des origines de Rome était plus que jamais à l’ordre du jour ».

66 Alfoldi A., Museum helveticum, p. 212 : seine « Romulusperiode ».

67 La Penna A., Orazio, p. 92.

68 Bayet J., Bulletin, p. 508-509 ; id., Croyances, p. 349 ; on peut également citer p. 321 : « L’obsession de Romulus, à la fois brûlante et maîtrisée, active et contrariée ».

69 Dion Cassius, 56, 36, 3 Καιτοι τἰ τοιοντον ἢ Aλἔξανδρος ο Mακεδων ἢ Ρομυλος ὀ ἢμετερος.

70 Bayet J., Bulletin, p. 509 = id., Croyances, p. 321.

71 Appien, BC, III, 94 καἰ εθνε δωδεκα οἰ γυπων ϕανεντων οσονς ὀ Mακεδων ἢ Ρομυλω την πολιν suétone, Aug., 95 : Primo autem consulatu et augurium capienti duodecim se uultures ut Romulo ostenderunt ; Dion Cassius, 46, 46, 3 : προς τε γαρ τον Ρωμυλον. Cf. Alfoldi A., Museum helveticum, p. 212-213 ; Bayet J., Bulletin, p. 509 = id., Croyances, p. 349 ; Gros P., Aurea, p. 28.

72 RGDA, 19 pour les nouvelles constructions de temples ; 20, 4 pour les restaurations : Duo et octoginta templa deum in urbe consul sextum ex auctoritate senatus refeci.

73 Alfoldi A., Museum helveticum, p. 211.

74 Tite-Live, I, 10, 6-7 : Iuppiter Feretri, inquit, haec tibi uictor Romulus rex regia arma fero, templumque his regionibus quas modo animo mettaus sum dedico, sedem opimis spoliis quae regibus ducibusque hostium caesis me auctorem sequentes posteri ferent ; IV, 20, 3 : Spolia in aede Iouis feretri proper Romuli spolia, quae, prima opima appellata, sola ea tempestate erant, cum solemni dedicatione dono fixit.

75 Picard G. Ch., Trophées, p. 276.

76 Dion Cassius, 44, 4, 3. Cf. Picard G. Ch., Trophées, p. 277 ; Gros P., Aurea, p. 49, note 233 ; RICH J. W., « Augustus and the spolia opima », Chiron, 26, 1996, p. 85-127, en particulier p. 93-111.

77 Suétone, Aug., 7, 2-4 : et deiende Augusti cognomen assumpsit, alterum testamento maioris auunculi, alterum Munati Planci sententia, cum, quibusdam censentibus Romulum appellari oportere quasi et ipsum conditorem urbis, praeualuisset, ut Augustus potius uocatur, non solum nouo sed etiam ampliore cognomine ; Dion CASSIUS, 53, 16, 5 : καἰ τινα καἰ πρóς τὴν τοῦ ρωμύλου προενοἰκησιν ϕήμην ή οἰκἰα αὐτοῦ παντòς ὄρονς ἔλαβε ; Ovide, Fastes, I, 590-616 : et tuus Augusto nomine dictus auuus ; Alfoldi A., Museum helveticum, p. 213 ; Gagé J., MEFR, p. 138-140 ; Bayet J., Bulletin, p. 509 = id., Croyances, p. 322 ; 349.

78 RGDA, 35 : Tertium decimum consulatum cum gerebam, senatus et equester ordo populusque Romanus uniuersus appellauit me patrem patriae idque in uestibulo aedium mearum inscribendum et in curia Iulia et in foro Ausgusti sub quadrigis quae mihi ex senatus consulto positae sunt censuit ; suétone, Aug., 58 : Patris patriae cognomen uniuersi repentino maximoque consensu detulerunt eiSenatus te consentiens cum populo Romano consalutat patriae patrem ; Bayet J., Bulletin, p. 510 = id., Croyances, p. 322 ; 349.

79 Schilling R., REL, p. 185.

80 Ennius, 110 spp. V = Cicéron, De republica, I, 41, 64 : … o Romule, Romule die / qualem te patriae custodem di genuerunt ! /O pater, o genitor, o sanguen dis oriundum !

81 Dion Cassius, 53, 16, 5 ὀ Καῖσαρ ῷκει καἰ έκεῖ τὀ στρατήγιον εἶχε. Cf. alfoldi a., Museum helveticum, p. 213 ; Bayet J., Bulletin, p. 510 = id., Croyances et rites dans la Rome antique, Paris, 1971, p. 322 ; 349. Cf. annexe 4 : « Plan du Palatin ».

82 Tite-Live, I, 5, 1 : Iam tum in Palatio monte Lupercal hoc fuisse [ludicrum] ferunt, et [a Pallanteo, urbe Arcadica, Pallantium, dein Palatium montem appelatum ibi Euandrum, qui [ex eo genere Arcadum] multis ante tempestatibus tenuerit loca, sollemne allatum ex Arcadia instituisse ut nudi iuuenes Lycaem Pana uenerantes per lusum atque lasciuiam currerent, quem Romani deiende uocarunt Inuum.

83 CIL, XVI, 23 : … qua fixa est Romae in Capitolio post casam Romuli ; Vitruve, De arch., II, 1, 5, 4 : Item in Capitolio commonefacere potest et significare mores uetustatis Romuli casa… ; Valère Maxime, II, 8 : paruula Romuli casa totius terrarum orbis fecit columen ; IV, 4, 11 : Namque per Romuli casam perque ueteris Capitolii humilia tecta… ; Tite-Live, V, 53, 8 : Si tota urbe nullum melius ampliusue tectum fieri possit quam casa illa conditoris est nostri…

84 Tite-Live, I, 7, 3 : Palatium primum, in quo ipse erat educatus, muniit.

85 Sénèque, Dialogue, XII, De consolatione ad Heluiam matrem, 9, 3 : In eam te regionem casus eiecit, in qua lautissimum receptaculum casa est : ne tu pusilli animi es et sordide se consolantis, si ideo id fortiter pateris, quia Romuli casam nostri. Lors des fouilles menées par A. Carandini, quatre murs superposés ont été découverts qui pourraient faire partie de la première enceinte de Rome (« Le mura del Palatino. Nuova fonte sulla Roma di età regia », Bolletino di archeologia, 16-18, 1992, p. 1-18 ; « Lo scavo delle mura palatine », ibid., p. 111-138). Il faut rester néanmoins très prudent sur l’interprétation de ces données. Cf. Carandini A. et Carafa P. (éd.), Palatium e Sacra Via I. Prima delle mura, l’età delle mura e l’età case arcaiche (Bolletino di Archeologia, 31-32-33, 1995), Rome, 2000.

86 Dion Cassius, 48, 43, 4 : ‘’H τε γὰρ σκηνὴ ή τοῦ ρωμύ λον ἑξ ἰερουργἰας τινὀς ῆν οἰ ποντἰϕοικες ἑν αὺτῆ ἑπεποιήκεδαν 54, 29, 8 καἰ ή τοῦ ρωμὺλου σκηνὴ ἑκαύθη.

87 Denys d’Halicarnasse, AR, I, 79, 11 καἰ εἰς ἑμἑ ῆν ϕυς τοῦ Παλλαντἰου ἑπἰ τῆς πρòς τòν ἰππóδρομον στρεϕούσης ρυμύλου λεγóνος ρυμὺλου λεγομἑνη ῆν ϕυλλάττουσιν ἰερὰν οἶς τούτων ἑπιμελὲς ουδὲν ἑπἰ τò σεμνóτερον ἑξμάγονιες εἰ δἑ τι πονήσεινεν ύπὀ χπρνου τò λεῖπον ἑξασκούμἑς ούδὲοι καὶ τῷ πρóσθέ ἑξομοιοῦντες εὶς δύναμιν.

88 Il lui donne d’ailleurs le nom de Casa Remi ; cf. Properce, IV, 1, 9-10 : Qua gradibus domus ista Remi se sustulit olim/ unus erat fratrum maxima regna focus.

89 Dion Cassius, 54, 27, 3 ὄτι τòν ἀρχιἑρεων ἐν καὶῷ πάντως οὶκεῖν ἐχρῆν, ἐδημοσὶωσεν ; 49, 15, 5 ; 55, 12, 5 ; Bayet J., Croyances, p. 323.

90 Suétone, Aug., 29, 4 ; Velleius Paterculus, II, 81, 3 ; Dion Cassius, 49, 15, 5.

91 Bayet J., Croyances, p. 320 ; 349-350.

92 Ovide, Fastes, V, 565-566 : hinc uidet Iliaden umeris ducis arma ferentem/ clarquae dispositis acta subesse uiris.

93 Bayet J., Bulletin, p. 510 = id., Croyances, p. 322.

94 Dion Cassius, 54, 8, 3 καὶ νεών A’ρεως Τιμωροῦ ἐν τῷ Καπιτωλὶῳ, κατὰ τó τοῦ Διòς τοῦ ϕερετρὶου ζήλωμα Cf. entre autres, rich j. w., « Augustus’s Parthian honours, the temple of Mars Ultor and the arch in the Forum Romanum », PBSR, 66, 1998, p. 71-128, en particulier p. 79-97.

95 Annexe 5 : « Le Forum Augustum, le temple de Mars Ultor ».

96 Bastien J.-L., Triomphe, p. 89-90.

97 Dion Cassius, 55, 10, 3. Reinach S. et Camaggio CR de M., La statue di Enea e di Romulo nelforo di Augusto, Naples, 1928, RA, 1928, 2, p. 346 ; Zanker P., Augusto, p. 239-240.

98 Gagé J., MEFR, p. 138-181 ; Hommel P., Studien zu den römischen Figurengiebeln der Kaisertzeit, Berlin, 1954, p. 22-30 ; Zanker P., Forum Agustum. Das bildprogramm, Tübingen, 1970, p. 16-17 ; id., Augusto, p. 241.

99 On peut signaler que cette ascendance troyenne est souvent mise ne valeur dans les régions orientales de l’empire, en particulier en Asie Mineure, comme à Aphrodisias de Carie ; cf. à ce propos Jones C. P., « Diplomatie et liens de parenté : Ilion, Aphrodisias et Rome », V. Fromentin et S. Gotteland (éd.), Origines gentium, Études 7, Bordeaux, 2001, p. 179-186, en particulier p. 180 : « le pouvoir à Rome était entre les mains d’une famille particulièrement fière de ses ancêtres troyens » ; Chaisemartin N. de, « Le retour des Troyens : l’exemple d’Aphrodisias », V. Fromentin et S. Gotteland (éd.), Origines gentium, Études 7, Bordeaux, 2001, p. 187-206.

100 Ovide, Fastes, V, 565-566 : Hinc uidet Iliadem umeris ducis arma ferentem/ clarque dispositis acta subesse uiri ; Valère Maxime, iii, 2, 3 : [Romulus] Occiso enim Acrone fusisque hostibus, opima de eo spolia Ioui Feretrio retulit.

101 La liste des triomphateurs est établie – en fait reconstruite et réimaginée – par le Sénat à l’époque augustéenne, et gravée sur des panneaux de marbre fixés sur l’arc d’Auguste sur le Forum : Romulus Martis f(ilius) rex ann. [I] de Caeninensibus k. Mar[t]. (Degrassi A., Fasti capitolini, Turin, 1947, p. 90 « Fasti triumphales », parastata primus). Cf. Zanker P., Augusto, p. 241 ; RichJ. W., « Augustus’s Parthian honours, the temple of Mars Ultor and the arch in the Forum Romanum », PBSR, 66, 1998, p. 71-128, en particulier p. 104 ; Bastien J.-L., Triomphe, p. 84-86.

102 Picard G. Ch., Trophées, p. 277.

103 Plutarque, Romulus, XVI, 4.

104 Picard G. Ch., Trophées, p. 105 : « son trophée [celui d’Énée] apparaît comme l’image prophétique de ceux de l’empereur ».

105 Ibid., p. 129.

106 I. It., XIII, 3, n° 86 (ILS, 64) Pompeï : Romulus Martis / [f ]ilius. Urbem Romam/ [condi]dit et regnauit annos / duodequadringa. Isque / primus dux duce hostium/ Acrone rege Caeninesium/ interfecto spolia opi[ma] / Ioui Feretrio consecra[uit], / receptusque in deoru[m] / numerum Quirinu[s] / appellatu[ s est]. Cet elogium s’inspire de celui du Forum d’Auguste, et a été mis en place au début du règne de Tibère. Cf. Richard J.-C., MEFR, p. 68 ; rich j. w., « Augustus’s Parthian honours, the temple of Mars Ultor and the arch in the Forum Romanum », PBSR, 66, 1998, p. 71-128, en particulier p. 95-96.

107 Picard G. Ch., Trophées, p. 276.

108 On peut citer en particulier « Romulus avec les armes (Spolia opima) d’Acron vaincu », peinture murale de la façade d’une maison de Pompéï, rue de l’Abondance.

109 Gros P., Aurea, planche 38, fig. 3 ; sauron g., L’Histoire végétalisée. Ornement et politique à Rome, Paris, 2000, p. 199.

110 Horace, Carmina, III, 3, v. 15-16 : Hac Quirinus /Martis equis Acheronta fugit ; horace, Fastes, II, 496 : Rex patriis astra petebat equis ; ennius, Annales, I, v. 65 : unus erit quem tu tolles in caerula caeli ampla.

111 Richard J.-C., MEFR, p. 76, note 3.

112 Gros P., Aurea, p. 193-194.

113 Les travaux ont été entamés en 13 av. J.-C.

114 Cf. les travaux de G. Sauron pour l’analyse de l’iconographie de l’ensemble (L’Histoire végétalisée.Ornement et politique à Rome, Paris, 2000). Cf. également zanker P., Augusto, p. 147-148 ; 151-156 ; 176.

115 Nelis D., Origines, p. 224.

116 Zanker P., Augusto, p. 244.

117 Dion Cassius, 56, 36, 3, fait dire cela à Tibère dans l’hommage funèbre rendu à Auguste mort. Cf.La Penna A., Orazio, p. 94.

118 Dion Cassius, 56, 46, 2. L’apothéose d’Auguste a été « vue » (contre un million de sesterces) par le sénateur Numerius Atticus, comme Iulius Proculus aurait vu une apparition, transformée en apothéose, de Romulus, selon la version née à l’époque de Marius et Sylla ; cf. Richard J.-C., MEFR, p. 77. Voir également Cicéron, De rep. II, 10 : cum subito sole obscurato non conparuisset, deorum in numero conlocatus putaretur.

119 Coarelli F., « Il Panthéon, l’apoteosi di Augusto e l’apoteosi di Romulo », Città e Architettura nella Roma Imperiale, Analecta Romana Instituti Danici, supp. X, Copenhague, 1983, p. 41-46 ; Sauron G., Quis deum ? L’expression plastique des idéologies politiques et religieuses à Rome à la fin de la république et au début du Principat, BEFAR 280, Rome, 1994, p. 510.

120 Dion Cassius, 56, 34, 2. Cf. Richard J.-C., MEFR, p. 67. On retrouve le portrait de Romulus lors des funérailles de Drusus, fils de Tibère (Tacite, Annales, IV, 9, 2 : Funus imaginum pompamaxime inlustre fuit cum… et conditor Vrbis Romulus).

121 Dion Cassius, 56, 46, 2-3 ὄτι τòν Αύγουστον ἐς τòν ούρανóν.

122 Lugli G., Roma Antiqua. Il centro monumentale, Rome, 1946, p. 35, place le groupe statuaire dans la Casa Romuli.

123 Denys d’Halicarnasse, AR, I, 79, 8 ; valère Maxime, II, 2, 9 : Lupercalium enim mos a Romulo et Remo inchoatus est, tunc cum laetitia exultantes quod his auus Numitor, rex Albanorum, eo loco ubi educati erant urbem condere permiserat sub monte Palatino, [hortatu Faustuli educatoris sui], quem Euander Arcas consecrauerat ; cicéron, Catilinaires, III, 8, 19 : qui hanc urbem condidit, Romulus, quem ianuratum in Capitolio, paruum atque lactantem, uberibus lupinis inhiantem, fuisse meministi. Est aujourd’hui conservée au Musée capitolin, une statue en bronze de la louve datant du vie siècle av. J.-C. ou de la première moitié du ve siècle ; elle a été frappée par la foudre en 65 av. J.-C. Au xvie siècle, les jumeaux ont été ajoutés.

124 CIL, II, 5063 et p. 879 (ILS, 6912 ; ILER, 1776) = CIL, II2/5, 772 Singilia Barba : M(arcus) Cornelius) Primigenius, Sing(iliensis), / ob beneficium quod ab ordine sing(iliensi) locum acceperam/ in quo statuam ponerem M(arci) Corneli Saturni f(ilii) mei lupam cum infantibus duobus d’(edit) d(edicauit). La base mesure 80 x 107 x 107 ? cm.

125 Je remercie Meriem Sebaï, qui a gentiment répondu à mes questions concernant la topographie contemporaine de Carthage, qu’elle connaît bien. Pour la fondation de la Carthage punique, cf. entre autres, Scheid J. et Svenbro J., « Byrsa. La ruse d’Elyssa et la fondation de Carthage », Annales ESC, 1985, 2, p. 328-342.

126 Annexe 6 : « Couverture de J.-M. Paillet, Les mots de la Rome antique, PUM, 2001 ».

List of illustrations

Title La fondation de Massalia
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19706/img-1.png
File image/png, 7,4M
Title Les cabanes protohistoriques du Palatin
Caption Maquette de la reconstruction du secteur des cabanes de l’époque de Romulus sur le Germalus. Rome, Musée palatin.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19706/img-2.png
File image/png, 146k
Caption Maquette de la cabane de l’époque de Romulus fouillée sur le Germalus.Reconstruction d’A. Davico (1950). Rome, Musée palatin.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19706/img-3.png
File image/png, 128k
Caption Cabanes de l’âge de fer. Reconstitution, plan et coupes(F. Coarelli, Roma, Rome, 2001, p. 159).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19706/img-4.png
File image/png, 117k
Title La fondation de la colonia Augusta Emerita
Caption Bronze d’Augusta Emerita.A. HEISS, Description générale des monnaies antiques de l’Espagne, Paris, 1870, pl. 60, n° 16.Avers : PERM IMP CAES.Revers : Porte de ville à 2 arches encadrées de 2 tours où on lit AVGVSTA EMERITA.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19706/img-5.png
File image/png, 107k
Caption Deniers d’argent d’Augusta Emerita.A. HEISS, Description générale des monnaies antiques de l’Espagne, Paris, 1870, pl. 60, n° 4 et 5.Revers 1 : P CARISIVS LEG PROPR avec trophées, boucliers et armes des vaincus.Revers 2 : P CARISIVS LEG PROPR avec un captif nu entravé, surmonté d’un trophée.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19706/img-6.png
File image/png, 104k
Title Plan du Palatin
Caption 1. Cabanes protohistoriques2. Temple de Magna Mater3. Zone de la maison d’Auguste et de la maison de Livie4. Temple d’Apollon5. Domus Tiberiana6. Domus Flauia et Domus Augustana7. Domus Seueriana8. Temple d’Héliogabale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19706/img-7.png
File image/png, 5,7M
Title Forum Augustum, le temple de Mars Ultor
Caption F. Coarelli, Guide archéologique de Rome, Paris, 1994, p. 80.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19706/img-8.png
File image/png, 4,4M
Title La louve et les jumeaux, vus de nos jours
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/19706/img-9.png
File image/png, 764k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540