Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Mythologies urbaines

 | 
Alain Cabantous

Deuxième partie. Mythes portuaires

À la recherche d’une identité urbaine : Anvers et les mythes au xixe siècle

Roland Baetens

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

1Le rêve est l’expérience personnelle de ce fond sur lequel notre vie consciente est basée. Le rêve forme le mythe privé, le mythe devient le rêve public. Chaque génération souhaite des récits afin d’harmoniser sa vie avec la réalité. Les mythes ne tâchent pas tellement de rechercher une signification, ils veulent l’expérience vécue de la signification.

  • 1 Campbell J., The Hero with a thousand Faces, Princeton, 1968 ; Ferret S., Le bateau de Thésée. Le (...)

2Il existe deux sortes de mythologies : une qui engage notre nature, par exemple une religion, et d’autre part la mythologie strictement sociologique, qui nous rattache à un certain groupe social dont nous sommes membres. Ce sont ces sortes de mythes qui nous intéressent ici : ceux qui affirment un ordre public et qui, au xixe siècle, entendaient identifier l’individu avec son groupe local, régional où national, l’un n’excluant pas nécessairement l’autre1.

  • 2 Hobsbawn E. J., « Mass-Producing traditions : Europe 1870-1914 », E. J. Hobsbawn et T. Ranger (éd. (...)
  • 3 Van den Eerenbeemt H., « Geschiedbeoefening en identiteitsbesef : lokaal, regionaal, national en E (...)

3Les identités collectives sont des constructions élaborées pour servir certains intérêts. Ainsi le nationalisme tâche de créer une continuité entre le présent et l’image d’un passé approprié. La conscience d’une identité traverse donc trois phases distinctes : l’imagination, la dénomination et la reconnaissance. Prenons comme exemple la fête publique. Ceux qui prennent l’initiative de la fête choisissent des faits historiques, en font une image qui est placée dans un récit, habituellement l’histoire locale. Par la suite l’image et l’exposé seront adoptés par le groupe intéressé. La participation de l’individu le transforme en vecteur de cette identité2. L’analyse de l’identité de groupe coïncide souvent avec le critère spatial, la ville, la région ou le pays. Il s’agit alors d’une solidarité horizontale où interférent micro, meso et macro niveau. Le plus facile est de commencer par tracer les identités sur le micro niveau. C’est d’ailleurs à partir de cette condition qu’on peut arriver à étudier l’expérience de l’identité sur un plus vaste groupe La même constatation regarde le village ou la ville vis-à-vis de l’État. C’est alors la découverte d’une polyvalence3. Fernand Braudel dans son livre sur l’Identité de la France nous prévient :

« Toute identité nationale implique, forcément, une certaine unité nationale, elle en est comme le reflet, la transportation, la condition. Ces remarques conseillent à l’avance de se défier de tout langage qui serait par trop simple : il est certainement vain de ramener la France à un discours, à une équation, à une formule, à une image, à un mythe. »

  • 4 Frijhoffw., « Identiteit en identiteitsbesef. De historicus en de spanning tussen verbeelding, ben (...)

4Je me rallie par là à la vision de Willem Frijhoff notamment, pour qui il existe une hiérarchie de sentiments nationaux qui embrasse des espaces imbriqués aussi bien que des associations et groupements sociaux complémentaires. Évitons donc le réductionnisme et respectons la diversité comme un dialogue entre des entités changeantes4.

5Pourquoi choisir le xixe siècle comme champ de recherches et pourquoi préférons-nous le cas d’Anvers ?

  • 5 Bonnet J.-C., Naissance du panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, 1998, p. 29, 83, (...)
  • 6 Riegl A., Le culte moderne des monuments. Son essence et sa genèse, Paris, 1984, p. 55 (traduit de (...)

6Déjà au temps de Louis XIV on voulut renouer avec la tradition humaniste de la Renaissance à la recherche de l’héroïsme, valeur inséparable de la morale sociale. Le but était la relance d’une idée de la virtu déjà soulignée par Nicolò Machiavelli. Parallèlement l’éloge prend sa place et accompagne la mémoire collective dans ce nouveau credo5. C’est cependant au cours du xixe siècle que les grands hommes ont été le plus systématiquement recherchés, célébrés et donnés en exemple. L’état laïque dirigé par le bourgeois conquérant, profondément convaincu de la nouvelle orthodoxie du « laissez faire, laissez-passer » et avec une confiance absolue dans le Progrès, propageait la nouvelle culture de l’élite basée sur l’individualisme. De plus, sous l’influence de la Révolution américaine et surtout de la Révolution française, parurent sur le continent européen de nouveaux états. Le sens national, animé par le goût du romantisme, suscitait l’attention pour le héros et le passé. Ce n’est pas sans raison qu’on appelle le xixe siècle le siècle historique qui prit plaisir à découvrir et à observer avec amour le fait individuel, l’acte humain singulier. L’esprit de ce siècle était profondément éducateur. La pédagogie de l’exemplarité devait cultiver le goût de l’ordre et le respect pour le droit de la propriété privée, fruit incontestable de l’effort personnel6.

7En ce qui concerne Anvers, on pourrait supposer que nous l’avons choisi parce que nous y sommes nés. Nous ne voulons pas exclure la force de persuasion de l’inconscient mais il existe heureusement d’autres raisons plus recevables. Pour cela il est nécessaire de rappeler quelques facteurs structurels qui peuvent éclairer ce choix en raison de l’épanouissement de la ville et du port durant la période envisagée.

8Des facteurs géopolitiques ont prédestiné la ville à l’accomplissement d’un rôle international. Située dans le delta des Pays-Bas, la position centrale par rapport à l’arrière-pays européen comporte des avantages mais aussi des risques. Anvers se trouve à quatre-vingt-huit kilomètres de la mer du Nord, l’une des routes maritimes les plus fréquentées au monde. Cette position permet de faire des économies sur le transport routier et favorise en même temps le transit. D’autre part le fleuve est une frontière qui sépare l’ancien comté des Flandres du duché de Brabant et de la Hollande-Zélande, entre la zone d’influence de la France et celle du Saint-Empire. Cette position stratégique créa des tensions et bon nombre de conflits décideront du destin de cette ville. L’entrée du Brabant dans le giron bourguignon et plus tard dans l’Empire des Habsbourg l’a largement confirmé. Les possibilités offertes par la nature et valorisées par l’homme dépendront toujours des vicissitudes des relations internationales. Au début du xvie siècle une conjoncture politique et économique favorable permit à Anvers de devenir une véritable métropole de plus de 100 000 habitants. Cette destinée fut malheureusement interrompue par la guerre de Quatre-Vingts Ans. Ainsi l’« âge d’or » commencé vers 1500 se termina-t-il par un été de Saint-Martin dans les années quarante du xviie siècle. Le port fut virtuellement fermé depuis 1585 et il le resterait jusqu’à l’arrivée des troupes révolutionnaires françaises.

  • 7 Baetens R., « Antwerpens Goldenes Jahrhundert. Konstanten und Wandel des Wirtschaftlichen Lebens » (...)

9Lors de cet « âge d’or », le tissu urbain essentiellement médiéval se transforma sous l’influence des idées urbanistiques par le percement de quatre-vingt-cinq nouvelles rues, d’une longueur de 8 800 m et la construction de quatre places d’une superficie totale de 10 000 m2. L’édification d’un nouveau complexe portuaire au nord de la ville par l’urbaniste et spéculateur Gilbert van Schoonbeke donna naissance à une infrastructure commerciale selon un plan géométrique. Des rues relativement larges menaient comme autant d’axes de circulation aux portes de la ville. Cette rationalité greffée sur la trame existante des rues et des places a conféré un équilibre capricieux au tissu urbain qui rappelle les modèles de l’Italie du Nord. Ensuite la silhouette de la ville et du port fut façonnée par sept bâtiments publics originaux, expression symbolique du pouvoir nouvellement conquis par la bourgeoisie commerçante. Mentionnons la Halle aux viandes, la Bourse, le bâtiment du Poids public haut de trois étages, la Maison des Tapissiers, le nouvel hôtel de ville, la Maison de Hesse et la grandiose Maison de la Hanse7. Enfin au milieu du xvie siècle la ville se dota d’une enceinte fortifiée avec au sud une citadelle. Deux cents ans durant la situation demeura inchangée.

10L’insertion dans l’Empire français puis la naissance du Royaume des Pays-Bas Unis (1815-1830) favorisèrent de nouvelles possibilités pour le port. Mais la création de l’État belge en 1830 provoqua une véritable crise par la perte de ses débouchés, le départ de la flotte marchande essentiellement hollandaise et la perception par les Pays-Bas d’un impôt sur le trafic de l’Escaut. Ce n’est qu’environ quinze ans plus tard que la croissance reprit véritablement. Ses atouts s’appuyèrent sur les avantages d’une position naturelle, une organisation efficace du travail, une infrastructure de chemins de fer, de canaux et de routes bien développée et une industrialisation précoce de l’arrière-pays. Les résultats peuvent se mesurer. Il suffit de présenter deux paramètres. L’évolution de la navigation, exprimée en tonnage Moorsom montre entre 1831 en 1900 une croissance annuelle de 6,69 % en moyenne. La surface de bassins fut environ multipliée par neuf, de 10 ha en 1830 elle atteignit près de 90 ha en 1913. C’est surtout pendant le dernier quart du siècle que le rythme s’accéléra. Avec le rachat de l’impôt sur le trafic fluvial en 1863 puis après l’apparition rapide des bateaux à vapeur le mouvement portuaire passa à partir de cette date d’environ 500 000 tonnes à 1 400 000 tonnes dix ans plus tard avant de tripler vers 1890 et finalement atteindre en 1910 12 650 000 tonnes.

  • 8 Veraghtert K., « From Inland Port to International Port », F. Suykens et al. (éd.), Antwerp, A por (...)

11L’attraction de la métropole se traduisit également par la croissance de la population citadine. En un siècle, le nombre d’habitants, de 60 000 en 1806, atteignit 88 000 en 1846, 150 000 en 1876 et finalement 301 000 en 1901. La comparaison est vite faite. La population belge augmenta de 10,7 % entre 1830 et 1850 et de 64 % entre 1850 et 1910. Pour Anvers la croissance était respectivement de 19,5 % et de 243 %8 !

12En résumé, l’expansion du port était confrontée à une urbanisation qui, avec un retard de deux siècles, n’était nullement adaptée à la nouvelle croissance. N’oublions pas en outre que les activités portuaires se développaient au cœur même de la ville et que le poids croissant de la population induisait des effets négatifs sur la qualité de vie. Pour sa part, la nouvelle bourgeoisie issue du commerce et de la finance aspirait au pouvoir politique. Confrontée à un passé de stagnation et d’oubli, elle s’engagea dans la recherche acharnée d’une identité perdue. En offrant à la ville une nouvelle auréole, elle s’identifiait avec la gloire acquise afin de conforter sa propre position. Tant l’évocation de l’« âge d’or » que les travaux d’embellissement de la ville et son extension allaient de pair, en associant à la ville de nouveaux symboles, valorisés par la classe sociale dominante.

13Toutes deux en avaient besoin si l’on se réfère aux impressions de Napoléon Bonaparte lors de sa visite en 1803 :

« J’ai parcouru votre ville, elle ne présente que des décombres et des ruines ; elle ressemble à peine à une cité d’Europe. J’ai cru me trouver le matin dans une ville d’Afrique. Tout y est à faire, port, quai, bassin d’échouage… Il faut enfin qu’Anvers mette à profit les avantages immenses de sa position centrale entre le nord et le midi. »

14En somme tout était à refaire.

15Anvers, secouée par les destins politiques et militaires, représente donc un cas particulier qui mérite l’attention dans le cadre de la recherche des mythes urbains au xixe siècle.

  • 9 pil L., « De schilderkunst in dienst van het jonge België », K. Deprez et L. Vos (éd.), Nationalis (...)

16Les objectifs sont clairs et les instruments pour les réaliser, pour être divers, sortiront surtout des ateliers artistiques. La revue L’Artiste, publiée à Bruxelles, déclarait en 1835 : « Puisque nous avons une nationalité, il faut la fortifier : or les œuvres d’art historiques seront des éléments de force et de grandeur pour la nation9. » Tout un programme qui devra se réaliser à travers la statuomanie, la peinture, en particulier le genre historique, les fêtes et cortèges montés par les artistes en vue, une architecture historisante chargée d’allégories et de symboles. Mais l’expansion de la ville passera aussi par une phase haussmannienne avec la création de nouveaux quartiers exclusivement réservés à la nouvelle bourgeoisie. Enfin, comme bouquet, on n’aura garde d’oublier les Expositions universelles de 1885 et de 1894. Faute de travaux synthétiques sur ces aspects de l’histoire d’Anvers, nous tâcherons d’en dégager les lignes de force.

  • 10 Agulhon M., « Imagerie civique et décor urbain », Histoire vagabonde, I, Paris, 1988, p. 101-136 ; (...)

17Pour l’homme du xixe siècle l’histoire se faisait par l’action des grands hommes. Thomas Carlyle le précisait : « Universal history, the history of what man has accomplished in the world, is at the bottom the History of the Great Men who have worked here. » Les sculptures monumentales en sont l’expression et partout en Europe au cours du siècle un nombre croissant de héros d’origine et de nature de plus en plus diverses recevront leur socle. L’ambition civico-patriotique d’un régime qui masque les luttes locales dressera une multitude de statues de structures et de formes conventionnelles : le modèle central de pied en cap, vêtu comme il l’était en son temps, dressé sur un socle portant des inscriptions, le chef à cheval, le penseur ou l’écrivain dans un fauteuil… Les catégories elles-mêmes sont bien circonscrites : savants, inventeurs et médecins ; combattants divers ; juristes, philosophes et politiciens ; littérateurs et artistes10.

  • 11 Wils L., « De hoofdstad van de Vlaamse beweging », K. Van Isacker et R. Van Uytven (éd.), Antwerpe (...)

18Le progressisme libéral en Europe apparaît alors sous la forme de l’attention portée au progrès du savoir et de l’art mais n’oublie pas de s’intéresser au patriotisme et à la vaillance militaire. À Anvers le choix des héros fut dicté par la composition de la municipalité. Les trois premières décennies un parti du centre, unioniste, réussit à conserver un équilibre entre libéraux et catholiques voire de temps à autre un reliquat du courant orangiste. Anvers était aussi la ville la moins francisée du pays et le centre principal des arts. La résurgence de cet illustre passé était marquée du sceau d’une culture flamande mais exclusivement anversoise, de sorte que chacun s’y retrouvait. Au milieu du siècle la vie artistique fut influencée par le Cercle artistique de tendance libérale tandis que l’initiative du gouvernement central de transformer la ville en bastion militaire par une nouvelle enceinte angoissait les Anversois qui, en cas de guerre, craignaient une éventuelle destruction d’une grande partie de la ville. L’intervention de Bruxelles ne manqua pas d’être interprétée aussi comme une atteinte à l’autonomie communale. Ainsi prit naissance le Meeting-parti qui nourrit une agitation antimilitariste tout en favorisant le mouvement flamand dans la ville. Ce n’est pourtant qu’en 1872 que les libéraux prendront le pouvoir pour dominer l’hôtel de ville jusqu’à la Première Guerre mondiale. L’exercice de leur gouvernement correspond aux lendemains de la crise économique de 1873 et aux années marquées par une conjoncture économique florissante comme ce siècle n’en avait pas encore connu11.

  • 12 Van Gerven J., « Antwerps verleden in veelvoud. Invented Traditions en hun maatschappelijke rol in (...)
  • 13 Tacke Ch., « Les lieux de mémoire et la mémoire des lieux : mythes et monuments entre nation et ré (...)

19Ces vicissitudes politiques et économiques se reflètent dans la fréquence et les catégories mythiques. En ce qui concerne le nombre de statues, Anvers suit de près la capitale. Avant la Première Guerre mondiale on en compte une quarantaine dont plus de trois quarts ont été érigées après 186112. Un quart se rapporte aux figures du passé, mais la grande majorité rend hommage aux contemporains. Sur la totalité huit consacrent des peintres, Rubens en tête, cinq des littérateurs, deux des architectes-urbanistes, une, un chercheur scientifique, cinq des politiciens dont trois de niveau local ; trois statues honorent des personnages qui se sont illustrés dans leur lutte contre un agresseur. L’un de ces héros tragiques fut Boduognat, le chef des Nerviens, mort lors d’une bataille contre les légions romaines, sorte de pendant du Vercingétorix français13. On relève ensuite huit figures à la gloire du commerce et, au tournant du siècle, cinq monuments se référant à l’expansion coloniale.

  • 14 Evens B., De openbare heldenverering in Antwerpen. Het oprichten van standbeelden als uitdrukking (...)
  • 15 Guédron M., « Mathieu-Ignace van Brée et la naissance du mythe romantique de Rubens à Anvers », Ja (...)

20Après le bref essor du royaume des Provinces-Unies qui avait ouvert des horizons lointains pour le port, les Anversois se trouvaient mal à l’aise depuis la fondation de la Belgique. D’où la préférence pour la manifestation d’un nationalisme culturel aux couleurs locales qui se confondra avec les contenus de l’entité civile. L’auteur d’un des éloges prononcés lors de la commémoration de Rubens déclarait que la vénération pour le peintre était d’autant plus naturelle et plus excusable que « les rayons de cette gloire doivent rejaillir de l’homme illustre sur le sol sacré de sa patrie14 ». Deux événements illustrent bien cette tendance. Lorsque la ville demanda l’érection d’une statue pour le peintre Mathias Van Bree, orangiste reconnu, la requête fut mal reçue à Bruxelles. Afin de ne pas trop brusquer le gouvernement le collège des échevins décida de la placer dans le vestibule de l’Académie15. À l’inverse, quand on proposa de dresser un monument au général français Lazare Carnot qui en 1814 contre les ordres de ses supérieurs avait sauvé une partie de la ville lors du siège hollandais, la municipalité refusa parce qu’on aurait pu croire que les Anversois « ne tenaient pas à leur nationalité ».

21Pendant la seconde moitié du siècle l’image du héros, le héros anversois, persiste dans la statuaire tout en privilégiant une préférence nette pour le héros tragique qui se sacrifie pour son idéal. Théodore Van Rijswijck, précurseur du mouvement flamand à Anvers, mort misérablement dans un hospice de pauvres, recevra son monument. Néanmoins la stabilité du nouveau régime libéral, l’ascendance de la petite bourgeoisie, l’opposition accrue entre libéraux et catholiques, l’expansion du port favorisèrent la glorification des citoyens contemporains. Ainsi le bourgmestre Leopold De Wael est immortalisé à peine cinq ans après son mandat.

  • 16 Plaisant I. (éd.), Pasinomie ou collection complète des lois, décrets, arrêtés et règlements génér (...)
  • 17 Cité par Evens B., op. cit., p. 23.

22Parmi les initiateurs de ces projets, il existait diverses catégories de promoteurs. Il y avait l’état belge qui, par un décret de 1835, appelait les citoyens à célébrer ses héros nationaux : « Voulant honorer la mémoire des Belges qui ont contribué à illustrer leur patrie, et exciter, tout à la fois, une noble émulation parmi les statuaires les plus distingués du pays, en les appelant à faire un travail national16. » Les membres individuels des comités d’organisation qui s’identifiaient facilement avec les héros jouent aussi un rôle non négligeable. Le bourgmestre Frans Loos (1799-1871) l’exprimait clairement : « Ce monument honore ceux qui l’ont offert à la ville autant que celui à la mémoire duquel il est érigé17 » : The medium is the message (Marshall McLuhan). S’y ajoutent les nombreuses sociétés fondées au cours du siècle et dont les membres sont issus généralement de la bourgeoisie active dont il a déjà été question. Enfin la municipalité elle-même s’engageait dans toutes ces initiatives afin de ne pas en perdre le contrôle.

  • 18 Vermeiren I., « Antwerpen, stad der stoeten », Volkskunde, 94, 1993, p. 193-209 ; Van Gerven J., o (...)

23Cette diversité cache pourtant mal les intérêts fondamentaux de la même classe sociale c’est-à-dire la suprématie de la bourgeoisie dirigeante. La dénomination des rues nouvelles aussi bien que le changement d’anciens noms accompagnaient souvent l’inauguration d’une statue ou la commémoration d’un homme illustre. En un même élan fêtes populaires et cortèges s’associaient à ces événements18. L’« ommegang » le plus ancien date du Moyen Âge et associe une procession solennelle le dimanche après l’Assomption à l’honneur de la Vierge, patronne de la ville, avec un cortège allégorique. A. Dürer et L. Guicciardini nous en ont laissé une description colorée. En dépit des tentatives de la Contre-Réforme de séparer processions et fête profane, la tradition persista jusqu’au xxe siècle. Parmi les éléments marquants de cette vaste cavalcade, on retiendra la baleine montée par Cupidon qui tenait une lance pour asperger d’eau les curieux, quatre dauphins chevauchés par des enfants habillés en anges, le vaisseau à trois mâts, appelé le navire du commerce, le géant Antigon et la géante costumée en Minerve suivis de plusieurs chars de triomphe et corps de musique. Ces chars étaient suivis par les confréries, précédées chacune de leur porte-étendard. Fermant le cortège et précédé d’un groupe de trompettes et de buccins les messagers de la ville, les bourgmestre et échevins entourés de leurs serviteurs. En dehors de cette fête traditionnelle il y avait les cortèges « d’occasion ». Le premier eut lieu en 1815 lors du retour des trésors artistiques pillés par l’armée napoléonienne. Par la suite, les manifestations les plus marquantes seront le cortège fastueux de 1840 en honneur de Rubens, celui de 1864 à l’occasion du deux-centième anniversaire de l’Académie de beaux-arts, suivi par le grand cortège de 1875 organisé par les libéraux et évoquant le xvie siècle anversois, l’esprit humaniste et le temps des gueux, symbole de la libre pensée.

24Dans cette succession de cavalcades on peut considérer la reconstitution en 1892 du célèbre cortège du « Landjuweel » de 1561 (alors organisé par les quatorze chambres de rhétorique) comme le point culminant. Le Landjuweel de 1892 sortit trois fois de suite en mobilisant 2 000 personnes, trente corps de musique, 500 chevaux et 45 chars de triomphes. Deux ans plus tard à l’occasion de l’Exposition universelle se déroula un autre spectacle impressionnant du cortège du commerce ou des « nations ». Le journaliste de service nous a laissé une description précise :

  • 19 Le matin 1894-1944. Cinquantième Anniversaire, Anvers, 1946, p. 121-135.

« Les grands chariots plats des nations défilent avec une majestueuse lenteur, chargés des produits de toutes les contrées du monde. Des drapeaux indiquent les pays d’origine des marchandises exposées. Mais ce qui flatte surtout l’orgueil du populaire, épris de force et d’endurance, ce sont les grands chevaux brabançons à la croupe puissante, au poitrail orné des couleurs anversoises, à la crinière bien tressée, aux sabots soigneusement astiqués. C’était la glorification de sa splendeur commerciale que la fière fille de l’Escaut entendait montrer aux yeux charmés des étranges accourus de tous les coins du monde pour visiter l’exposition de 1894 et des journalistes réunis à l’occasion du congrès international de la presse19. »

25La plupart du temps la ville prenait soin d’organiser ces fastes lors de la kermesse anversoise afin de s’assurer de la coopération et de l’intérêt de la population. Émile Magne dans son ouvrage L’esthétique des villes (1908) consacre un chapitre entier au rôle que jouent les cortèges dans l’animation et la symbolique d’une ville. Ainsi s’étale le théâtre du pouvoir avec les instruments propres de l’époque mais dont les finalités étaient comparables aux modèles des xve et xvie siècles.

  • 20 En générale : Hutchinson J., « A profil of cultural nationalisme », idem (éd.), The dynamics of cu (...)

26Pour l’autorité centrale de Bruxelles aussi, l’art avait le devoir de traiter les thèmes du passé national. Le genre de la peinture historique s’y prêtait merveilleusement. L’école anversoise du xvie et xviie siècle offrait assez d’exemples à suivre à l’exception des scènes de cabaret dont les ivrognes et les trognes des paysans pouvaient offenser le goût de l’élite et nuire à la réputation de l’école belge. Le genre du paysage devait présenter une vision assez idyllique afin que, par sa force associative, il consolidât le sentiment national. Cette école belge qu’on a souvent appelé la première école romantique anversoise, avec G. Wappers, H. Leys, N. De Keyser et Ph. Van Bree, sera considérée comme l’héritière de l’école flamande du xvie siècle. Nombreuses furent alors les évocations artistiques du Siècle d’or. Les peintures murales de H. Leys à l’hôtel de ville et celles de la Bourse du commerce, rebâtie après l’incendie de 1858, comme celles du musée des Beaux-Arts en témoignent aujourd’hui. Enfin les tableaux historiques allèrent décorer l’intérieur des nouvelles maisons patriciennes et des musées qui ouvrent leurs portes dans le dernier quart du xixe siècle. La renommée de ces artistes atteignit l’étranger. Ainsi Philippe Van Bree, établi à Paris, y trouva un public intéressé par les références au génie créateur de Rubens. Il présenta par exemple le peintre au travail et le tableau Rubens peint Marie de Médicis, veuve d’Henri IV, fut même acquis par le roi de France. Cependant – et il est important d’y insister – la nouvelle bourgeoisie anversoise rechercha comme ses ancêtres de l’âge d’or dans toutes les manifestations artistiques plutôt l’expression de son autonomie et de son identité retrouvée que la traduction d’un sentiment national. Elle réclama pour sa ville le titre de métropole des arts et du commerce comme c’était le cas des deux siècles passés20.

  • 21 Baetens R., « Croissance portuaire et urbanisation : le cas d’Anvers (xixe siècle) », The Northern (...)

27Parmi les instruments idéologiques et didactiques qui participent à la construction des mythes il reste enfin à analyser la place de l’architecture et l’urbanisme. Au xixe siècle l’image de la ville subit un changement profond. Les grandes phases en sont connues : démolition des anciens remparts et vestiges espagnols, redressement des quais de l’Escaut, nouvelle urbanisation avec en vue deux quartiers résidentiels à la périphérie de l’ancienne ville. Tous ces travaux furent exécutés la deuxième moitié du xixe siècle avec une accélération sensible après 1875 et répondaient à des ajustements indispensables. La rectification de la rive droite était devenue urgente vu le nombre croissant des vaisseaux. D’ailleurs le nécessaire approfondissement du chenal du fleuve n’avait de sens que si la jetée dudit « werf », cause de l’ensablement, disparaissait. La largeur des quais était fixée à 100 m, permettant l’aménagement de deux voies ferrées, l’édification de vingt-cinq hangars en fer (14 ha) pour l’entreposage des marchandises et la construction d’une chaussée. À cet effet, on dut exproprier 585 parcelles, dont 486 maisons, le plus souvent habitées par des ouvriers travaillant dans le port. Le nombre d’habitants par maison s’élevait en moyenne à 13,2 soit 5,5 points de plus que la moyenne anversoise, signe d’un fort taux de prolétarisation. L’assainissement permit en même temps de redessiner la rade avec des maisons de style néoclassique et néobaroque21.

28La démolition des remparts qui dataient du milieu du xvie siècle était liée à la croissance de la population citadine et à l’expansion du port. L’accès aux bassins à écluses et l’élargissement des voies de communication la rendaient inévitable. Selon les notions militaires de l’époque, une nouvelle ceinture devait remplacer l’ancienne. Moyennant 10 millions de francs belges la ville devint propriétaire de ces remparts. La démolition donna lieu à un tracé de boulevards qui continuent jusqu’à aujourd’hui de desservir les artères de circulation et qu’on comparait avec la Ringstrasse de Vienne. Le long de ces boulevards apparurent les symboles de la culture de la nouvelle élite, notamment à travers de grands bâtiments publics, souvent de style néorenaissance : l’Opéra face au Théâtre flamand, l’Athénée royale et un peu plus loin le collège aux lignes sobres des pères Jésuites avec son église néogothique, ensuite la Banque nationale, le Palais de Justice et, un peu de côté, le musée des Beaux-Arts et le premier parc municipal le tout couronné sur la périphérie des axes par la gare Centrale et la gare du Sud, les cathédrales du xixe siècle. Une architecture sans engagement n’existe pas ; elle est le porte-parole d’une idéologie.

  • 22 Ibid., p. 180-186 ; Prims L. et De Meyer R., Het Zuid (Antwerpen 1875-1890). Architectuur en maats (...)

29La citadelle espagnole de 98 ha encombrait également l’espace urbain. L’État la vendit à la Société immobilière de Belgique. Après de longs pourparlers, une nouvelle association se créa, la Société anonyme du sud d’Anvers avec comme principaux actionnaires la dite Immobilière et la ville22. Or, la ville ne s’intéressait qu’aux terres situées le long du fleuve. Elle voulait en effet garder l’exploitation du port sous sa gestion. L’aménagement de soixante-quatre rues et places et la construction d’un quartier typiquement bourgeois avec des maisons Belle Époque demeuraient une affaire privée, la ville ne faisant qu’approuver les plans d’agencement. Le nouveau quartier était relié au centre-ville par une rue large et droite qui traversait brutalement le quartier populaire de Saint-André. Ce territoire urbain était conçu sur un plan géométrique en forme d’étoiles et considéré comme un centre autonome avec magasins, écoles, églises et synagogue, musée et hippodrome pour le divertissement. La plupart des immeubles étaient conçus selon une architecture néoclassique ou néorenaissance flamande, exception faite de quelques maisons d’inspiration néogothique. Quand en 1885 l’Exposition universelle s’installa dans le nouveau quartier, elle en devint en quelque sorte l’expression de son couronnement.

  • 23 Bekaert G., Architecturae Liber XI Cogels-Osylei Anvers. Antwerpen. Antwerp, Liège, 1984.

30Vers la fin du siècle la bourgeoisie, fière de la prospérité acquise et de son prestige, manifestait d’autre part son inquiétude sociale en fuyant du centre de la ville. Déjà du côté de Berchem, vers l’ouest, des avenues résidentielles s’étaient ouvertes. Une dernière réalisation se situe au sud-est de la ville sur un domaine où une grande maison de plaisance dominait les environs. Il s’agit du quartier Cogels-Osy23. Nous sommes alors dans la dernière décennie du siècle. C’est ce mélange de fierté et de dégoût vis-à-vis de la métropole qui se manifestait dans l’ivresse d’un quartier tel que celui-ci. La ville elle-même n’était plus vivable et son centre pollué. Le nouveau quartier constitua une rupture et concrétisa un rêve qui voulait restaurer la ville perdue et rendre sa crédibilité à la ville bourgeoise. Le quartier déploya un urbanisme conscient qui revendiquait sa liberté à l’égard de chaque style. Tout y était possible. Expression du goût individuel et produit d’un polymorphisme ou – jeu libre de l’imagination – le vieux et le neuf s’y entrelaçaient. Cependant ce choix délibéré et cette association de plusieurs styles composèrent l’unité de ce quartier d’habitation. L’attribution des noms de rues accrut encore la valeur symbolique dont les désignations renvoient aux luttes pour l’indépendance. Ainsi la guerre des Boers d’Afrique du Sud, thème alors actuel, est évoquée dans les rues Transvaal, Kruger, Pretoria et autres. Les campagnes victorieuses contre l’armée napoléonienne ou celles menées contre les Hollandais sont commémorées dans l’appellation de Waterloostraat, général Van Merlen, général Capiaumont et ainsi de suite. Le symbolisme se retrouve également dans les noms et les décorations des immeubles particuliers comme Brabo, Scaldis, Carolus Magnus, etc.

  • 24 Nauwelaerts M. (éd.), op. cit. ; Van Gerven j., « Nostalgie, negotie en noodzaak : opvattingen ove (...)

31En centre-ville l’élargissement d’environ cent rues causa la perte de bâtiments précieux. La sauvegarde du patrimoine se limitait alors à quelques monuments civils et religieux qui d’ailleurs n’étaient pas toujours restaurés avec le respect nécessaire. Une petite minorité contestait cette rage destructrice et fulminait contre l’esprit des ingénieurs « amoureux de la ligne droite et amateur de l’uniformité monotone ». En vain ! Éprise d’une vague de nostalgie, l’Exposition universelle de 1894 reconstruisit comme dans une sorte de décor théâtral « Le Vieux Anvers », en réalité disparu pour de bon24.

32En fait il s’agissait d’une confrontation entre deux projets : conserver ou évoquer la splendeur du passé ou répondre à l’appel des nécessités de la réalité économique et sociale. Pour satisfaire les aspirations de la bourgeoisie les créateurs de mythes se servirent du passé en utilisant les arts tout en rêvant d’une ville nouvelle débarrassée de son poids préindustriel. Cette ambiguïté a marqué l’image urbaine d’Anvers d’une identité à double face, formée par l’âge d’or du xvie-xviie siècle et l’essor du xixe siècle.

  • 25 Frijhoff W., « De sprekende stad : stedelijke identiteit en ruimtelijke ordening », J. C. Dekker ( (...)

33Pas d’identité sans perception25. L’assimilation fut pourtant difficile à imposer au peuple. D’un côté il fut certainement charmé par l’éloge du passé grandiose de sa ville natale, il acclama et admira ses héros, participa aux fêtes et cortèges mais simultanément se moqua dans des pamphlets et chansonnettes satiriques des promoteurs locaux. Pourtant chacun se reconnaissait dans la valorisation de la ville. On prétend que la psychologie anversoise témoigne d’un sens poussé de l’autonomie, d’une forte conscience de soi-même et d’une fierté pour le passé de sa ville et la renommée de son port. Serait-il le résultat des mythes créés au xixe siècle ?

34Cependant l’histoire nous apprend que les mécanismes défensifs de la culture populaire résistent fort bien aux offensives culturelles de l’élite qui resta ici au pouvoir jusqu’à la Première Guerre mondiale comme d’ailleurs ce fut le cas dans la plupart des villes européennes. Aujourd’hui le temps des grands récits semble se dissiper. La conscience historique s’efface lentement et l’image de la ville construite au xixe siècle subit des changements pour faire place à d’autres intérêts et d’autres rêves.

Notas

1 Campbell J., The Hero with a thousand Faces, Princeton, 1968 ; Ferret S., Le bateau de Thésée. Le problème de l’identité à travers le temps, Paris, 1996 ; Haupt H.-G., Müller M. G. et Woolf S. (éd.), Regional and National Identities in Europe in the xixth and xxth Centuries, La Haye, 1998.

2 Hobsbawn E. J., « Mass-Producing traditions : Europe 1870-1914 », E. J. Hobsbawn et T. Ranger (éd.), The Invention of Tradition, Londres, 1983, p. 263-307.

3 Van den Eerenbeemt H., « Geschiedbeoefening en identiteitsbesef : lokaal, regionaal, national en Europees niveau », J. Goedgebuure et H. Van den Eerenbeemt (éd.), Cultuur en identiteit, Tilburg, 1995, p. 35-49.

4 Frijhoffw., « Identiteit en identiteitsbesef. De historicus en de spanning tussen verbeelding, benoeming en herkenning », Bijdragen en Mededelingen betreffende de geschiedenis der Nederlanden, 107, 1992, p. 616, 622, 633-634.

5 Bonnet J.-C., Naissance du panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, 1998, p. 29, 83, 113.

6 Riegl A., Le culte moderne des monuments. Son essence et sa genèse, Paris, 1984, p. 55 (traduit de l’allemand).

7 Baetens R., « Antwerpens Goldenes Jahrhundert. Konstanten und Wandel des Wirtschaftlichen Lebens », Van Bruegel bis Rubens. Des goldene Jahr-Hundert der flämischen Malerei, Cologne, 1992, p. 27-38 ; Soly H., Urbanisme en kapitalisme te Antwerpen in de 16de eeuw. De stedebouwkundige en industriële ondernemingen van Gilbert van Schoonbeke, Bruxelles, 1977, p. 165-280.

8 Veraghtert K., « From Inland Port to International Port », F. Suykens et al. (éd.), Antwerp, A port for All Seasons, Anvers, 1987, p. 279-418.

9 pil L., « De schilderkunst in dienst van het jonge België », K. Deprez et L. Vos (éd.), Nationalisme in België. Identiteit in beweging 1780-2000, Anvers, 1999, p. 52.

10 Agulhon M., « Imagerie civique et décor urbain », Histoire vagabonde, I, Paris, 1988, p. 101-136 ; idem, « Nouveaux propos sur les statues de grands hommes au XIXe siècle », Romantisme, 28, 1998- 2, p. 11-16.

11 Wils L., « De hoofdstad van de Vlaamse beweging », K. Van Isacker et R. Van Uytven (éd.), Antwerpen. Twaalf eeuwen geschiedenis en cultuur, Anvers, 1996, p. 314-321 ; Hancke L., « De Antwerpse politieke wereld tussen 1863 en 1930 », M. Nauwelaerts (éd.), De panoramische droom. Antwerpen en de wereldtentoonstellingen, 1885, 1894, 1930, Anvers, 1993, p. 113-122.

12 Van Gerven J., « Antwerps verleden in veelvoud. Invented Traditions en hun maatschappelijke rol in Antwerpen in de negentiende eeuw », Bijdragen tot de Geschiedenis, 77, 1994, p. 186-188 ; il mentionne 28 statues, en réalité il y en avait beaucoup plus, cf. Van Ruyssevelt A., Stadsbeelden Antwerpen anno 2001, Anvers, 2001.

13 Tacke Ch., « Les lieux de mémoire et la mémoire des lieux : mythes et monuments entre nation et région en France et en Allemagne au xixe siècle », D. Julia (éd.), Culture et société dans l’Europe moderne et contemporaine, Florence, 1992, p. 134.

14 Evens B., De openbare heldenverering in Antwerpen. Het oprichten van standbeelden als uitdrukking van maatschappelijke tendensen en discussies (1830-1914), thèse inédite, Louvain, 2000 (avec remerciement).

15 Guédron M., « Mathieu-Ignace van Brée et la naissance du mythe romantique de Rubens à Anvers », Jaarboek Koninklijk museum voor Schone Kunsten Antwerpen, 1998, p. 401-417 ; Goddard S., « Investigating and Celebrating the “Golden Age” in Nineteenth-Century Antwerp : 1854-1894 », L. S. Dixon (éd.), In Detail. New Studies of Northern Renaissance Art in Honour of Walter S. Gibson, Turnhout, 1998, p. 151-164.

16 Plaisant I. (éd.), Pasinomie ou collection complète des lois, décrets, arrêtés et règlements généraux qui peuvent être invoqués en Belgique (3e série), Bruxelles, 1835, p. 11.

17 Cité par Evens B., op. cit., p. 23.

18 Vermeiren I., « Antwerpen, stad der stoeten », Volkskunde, 94, 1993, p. 193-209 ; Van Gerven J., op. cit., p. 176-180.

19 Le matin 1894-1944. Cinquantième Anniversaire, Anvers, 1946, p. 121-135.

20 En générale : Hutchinson J., « A profil of cultural nationalisme », idem (éd.), The dynamics of cultural nationalism. The Gaelic revival and the creation of the Irish nation state, Londres, 1987, p. 8-42. Pour Anvers : pil L., « De metropool herzien. De creatie van een Gouden Eeuw », J. Van der Stock (éd.), Antwerpen verhaal van een metropool, Gand, 1993, p. 129-137.

21 Baetens R., « Croissance portuaire et urbanisation : le cas d’Anvers (xixe siècle) », The Northern Mariner/Le Marin du Nord, 8, 1998, p. 51-59 ; Buyst E., « De gemeentepolitiek met betrekking tot de ruimtelijke ordening in de 19de en 20ste eeuw : een gevallenstudie voor de Antwerpse regio », L’initiative publique des communes en Belgique 1795-1940. Het openbaar initiatief van de gemeenten in België 1795-1940, 12de Int.Coll.Spa, Crédit Communal. Gemeentekrediet, coll. « Histoire », sér. 8e, n° 71, 1986, vol. I, p. 186-188.

22 Ibid., p. 180-186 ; Prims L. et De Meyer R., Het Zuid (Antwerpen 1875-1890). Architectuur en maatschappij, Anvers, 1993, 2 vol.

23 Bekaert G., Architecturae Liber XI Cogels-Osylei Anvers. Antwerpen. Antwerp, Liège, 1984.

24 Nauwelaerts M. (éd.), op. cit. ; Van Gerven j., « Nostalgie, negotie en noodzaak : opvattingen over het Antwerps bouwkundig erfgoed in de 19de eeuw », Antwerpse Vereniging voor bodem-en grotonderzoek, Bulletin, 1990, n° 4, p. 1-27.

25 Frijhoff W., « De sprekende stad : stedelijke identiteit en ruimtelijke ordening », J. C. Dekker (éd.), Sporen en spiegels. Beschouwingen over geschiedenis en Identiteit, Tilburg, 1995, p. 85-95.

Autor

Université d’Anvers

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540