Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mythologies urbaines

 | 
Alain Cabantous

Deuxième partie. Mythes portuaires

Calais et le mythe des Six Bourgeois

Stéphane Curveiller et Magali Domain

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Introduction

  • 1 Domain Magali, Les Six Bourgeois de Calais, Lille, La Voix du Nord, 2001, p. 40.
  • 2 Haudiquet Anette (dir.), Les Bourgeois de Calais, fortunes d’un mythe, Calais, Éd. musée des Beaux (...)
  • 3 Moeglin Jean-Marie, Les Bourgeois de Calais, essai sur un mythe historique, Paris, Albin Michel, 2 (...)

1Le mythe des Six Bourgeois est certainement l’un des plus connus au monde grâce à la sculpture de Rodin dont les copies – l’original étant à Calais – sont dispersées sur la planète1. L’événement médiéval auquel cette œuvre monumentale fait référence est-il véritablement connu ? Il est malaisé de répondre à cette interrogation, comme on peut le constater à travers un ouvrage intitulé Les Bourgeois de Calais, fortunes d’un mythe qui occulte complètement la période médiévale, si ce n’est dans le prologue consacré à la chronique de Jean Froissart2. En effet, les auteurs font montre de prudence et précisent d’emblée qu’« il n’est pas dans [leurs] intentions de démêler la fantaisie d’un auteur du vraisemblable, le vrai du faux ! ». Plus récemment, Jean-Marie Moeglin propose sous le titre Les Bourgeois de Calais, essai d’un mythe historique une excellente synthèse scientifique de la question qui, de surcroît, a le mérite de ne pas évacuer la réalité historique, du moins de tenter de l’appréhender3. Qu’il en soit ici remercié !

2Par conséquent, les controverses sont légion, les incertitudes déconcertent dès que l’on tente d’aborder l’événementiel ou même les origines du mythe. L’existence des « héros » étant généralement admise ainsi que leur intégrité, le problème est élagué par commodité.

  • 4 Favier Jean, La guerre de Cent Ans, Paris, Fayard, 1980, p. 629-638 en particulier.

3Toutefois, on peut se demander, d’une part si les phases successives du siège de Calais peuvent être parfaitement appréhendées de nos jours par les historiens, d’autre part si le rôle de la reine a été réel ou purement imaginaire. Bien des ombres subsistent. Nous tenterons de les éclaircir en replaçant dans son contexte l’événement, banal à l’époque4, qui fut à l’origine du succès pluriséculaire d’un mythe enrichi par la littérature et surtout par l’art, et nous l’étayerons d’arguments issus de sources manuscrites, de chroniques essentiellement.

Une situation critique

  • 5 Voir également Contamine Philippe, La vie quotidienne pendant la guerre de Cent Ans, Paris, Hachet (...)
  • 6 Curveiller Stéphane, « La présence anglaise à Calais au Moyen Âge », Bulletin historique et artist (...)
  • 7 Ibid., note 5, p. 240-259.

4La guerre de Cent Ans5, commencée en 1337, prend une nouvelle orientation en 1346. Le roi Édouard III débarque avec ses troupes le 12 juillet à Saint-Vaast-la-Hougue dans le Cotentin et entreprend aussitôt une vaste chevauchée dans le Nord-Ouest du royaume de France. Son adversaire, le roi Philippe VI, fait preuve d’une attitude hésitante aggravée par la lourdeur de la mise en marche de l’armée française, sénéchaussée après sénéchaussée, bailliage après bailliage. Ainsi, l’armée anglaise ravage de nombreuses contrées du royaume continental6 et progresse aisément vers le nord malgré le ralentissement cumulé par le franchissement des rivières et le transport d’un butin constamment accru7. L’affrontement inéluctable se déroule à Crécy le 26 août 1346 comme nous le savons tous grâce aux célèbres images d’Épinal. L’armée française est défaite en grande partie à cause des archers mais aussi par le retard accumulé par rapport à son homologue anglaise.

  • 8 Monnet Jean-Marie, « Le déclin d’une cité convoitée » (chap. VII), Histoire de Montreuil-sur-Mer, (...)
  • 9 Kapferer Anne-Dominique, « 1339-1505 : entre les guerres et les trêves », Histoire de Boulognesur- (...)

5Ensuite, la chevauchée anglaise poursuit son avancée vers le nord mais rencontre de la résistance à la fois devant Montreuil8 et devant Boulogne9. Ce n’est que le 4 septembre 1346 qu’Édouard III parvient devant les murs de Calais. D’aucuns affirment qu’il avait décidé la levée du siège dès que la ville aurait été prise.

« Adoncques assiégea le noble roy la bonne et forte ville de Calais, et dit que pour hiver ni pour été ne s’en partiroit tant qu’il l’eust à sa volonté [à moins que] le roy Philippe ne se venoit là combattre à lui et le desconfit » (Jean le Bel).

  • 10 Curveiller Stéphane (dir.), Clauzel Denis et Leduc Christophe, « Le Détroit : zone de rencontres o (...)
  • 11 Ibid., note 6.
  • 12 Derville Alain et Vion Albert (dir.), Histoire de Calais, Dunkerque, 1985, p. 17.
  • 13 Curveiller S., op. cit., note 6

6La prise de Calais se justifie amplement. Tout d’abord, la ville s’impose comme tête de pont sur le continent face au détroit10, devenu par excellence un lieu d’échanges et de rencontres. La cité est alors une ville moyenne, de 6 000 à 8 000 habitants11, possédant de solides fortifications datant de Philippe Hurepel12. Sa croissance n’en demeure que toute relative dans la mesure où des difficultés sont apparues dès la fin du xiiie siècle13, essentiellement liées à un endettement croissant vis-à-vis des Audomarois ou des Arrageois.

7La proximité de la Flandre, région sans conteste très prospère sur le plan économique grâce aux activités drapières, renforce les objectifs de la couronne anglaise. En outre, depuis longtemps, la cité maritime a la réputation d’être « un nid prospère de pirates » ce qui porte ombrage au commerce dans le détroit et entrave de facto la prospérité insulaire. Le siège peut donc commencer.

  • 14 Gysseling Mauritz et bougard Pierre, « L’onomastique calaisienne à la fin du xiiie siècle », Anthr (...)
  • 15 Leguai André, La guerre de Cent Ans, Paris, Nathan, 1974, p. 25-26.

8On peut s’étonner de la durée du siège qui s’étend sur onze mois environ, même si à cette époque la politique du siège militaire n’a rien d’exceptionnel. Le roi Édouard III doit rapidement déchanter car il n’a pas prévu la résistance des Calaisiens. Il les a mésestimés pensant qu’ils sont en majorité d’origine flamande. La réalité est tout autre ; une étude onomastique14 démontre que la population était principalement originaire de l’Artois, par conséquent moins encline à la couronne d’Angleterre, mais plus portée à celle de France. La détermination des habitants heurte d’autant plus le souverain anglais qu’il peut revendiquer à certains points de vue la couronne de France, aspect essentiel des origines de la guerre de Cent Ans15 ; être défié à ce point par « ses sujets » ou ceux qui auraient pu l’être, apparaissait très vite comme inacceptable aux yeux d’Édouard III.

  • 16 Lennel Fernand, Calais par l’image, Le Téméraire/La Sentinelle, 1996, t. 1, p. 30. Il s’agissait d (...)

9Ce dernier ne se fait guère d’illusions puisqu’il fait construire un camp appelé Villeneuve-la-Hardie16.

« Et avoit en cette neuve ville du roy toutes choses nécessaires appartenants à une ost [armée], et plus encore et place ordonnée pour tenir marché le mercredi et le samedi ; et là etoient merceries, boucheries, halles de drap et de pain et de toutes autres nécessités ; et en recouvroit-on aisément pour son argent ; et tout cela leur venoit tous les jours par mer d’Angleterre et aussi de Flandre » (Jean Froissart).

10Il faut dire que le roi de France Philippe VI ne décide qu’en mai-juin de grouper ses forces à Arras pour gagner plus tard Hesdin où il reste jusqu’au 17 juillet.

« Il savait que ses hommes dedans Calais avaient atteint l’extrême limite au-delà de laquelle, sans prompt secours, ils ne pourraient garder la ville mais seraient forcés de la livrer audit ennemi, au grand préjudice de tout le royaume de France. Après une grande délibération consacrée à ce grave sujet, il commanda à chaque homme de le rejoindre, avec son meilleur équipement de guerre, pour la fête de la Pentecôte (le 24 juin) en la cité d’Amiens. […] Ces nobles gens ainsi assemblés se concertèrent pour choisir le chemin qu’il convenait de suivre afin de livrer bataille aux Anglais. On avança que la meilleure voie aurait été par la Flandre mais les Flamands, favorables au roi d’Angleterre, non seulement refusèrent de laisser passer les Français, mais encore avaient levé une armée […] et mis le siège devant Aire [sur-la-Lys] et brûlé le pays à l’entour [“Saint-Venant, Merville, La Gorgue, Estaire, Laventie et jusques aux portes de Saint-Omer et de Thérouanne” (Jean Froissart)]. Sur quoi il y avait de sévères querelles et de douloureuses rencontres entre les Flamands et ces Français que le roi Philippe avait envoyés vers eux, aussi bien à présent que l’année française se trouvait près d’Amiens qu’auparavant durant toute la durée du siège de Calais. Car toutes les villes frontalières françaises étaient bourrées de fortes garnisons à Lille, Saint-Omer, Arras, Boulogne, Aire et Montreuil » (Holinshed).

11Il se dirige alors vers la place assiégée et parvient enfin sur les hauteurs de Sangatte le 27 juillet. Très vite, le souverain français recule devant les difficultés et les risques encourus. Il prend alors la décision le 2 août 1347 de battre en retraite, abandonnant les assiégés à leur triste sort.

« Quand le roy Philippe vit qu’il n’y avoit nul accord, il eut conseil qu’il s’en iroit devers Arras et laisseroit ceux de Calays s’accorder aux Angloys. Si fist le lendemain [le 3 août] tout son ost [armée] déloger » (Jean le Bel).
« Il pensa que, tout considéré, séjourner là ne lui étoit point profitable. Aussi ordonna-t-il de partir et de déloger. Il fit recueillir en grande hâte tentes et pavillons et trousser [les bagages]. Il se mit en chemin vers la cité d’Amiens et donna congé à toutes sortes de gens d’armes et des communes » (Jean Froissart).

12Ces derniers, délaissés, n’ont d’autre issue que de capituler le 3 ou le 4 août selon les écrits. Voilà à peu près retracée la réalité, ou du moins les éléments les plus attestés, dignes de foi, portés à notre connaissance. La nécessité de faire un inventaire des sources ainsi qu’une étude plus exhaustive s’impose à l’historien.

Des chroniques habiles et multiples

  • 17 Arrignon Jean-Pierre et Curveiller Stéphane, L’Occident chrétien (xiie-xve siècle) : éducation et (...)

13Le mythe n’est-il pas né – comme c’est souvent le cas – de l’absence de certitude, de la difficulté d’appréhender le réel événementiel ? Les chroniques, par leur nature même, par leur contenu, ont œuvré largement à la diffusion de la « légende ». D’abord, parce que nombre d’entre elles sont bien postérieures au siège de Calais ; elles sont même revues et corrigées comme nous le prouve à maints égards l’œuvre de Jean Froissart. Cette dernière, largement inspirée de celle de Jean le Bel, est révélatrice de la carrière de l’écrivain, des différents mécénats dont il a pu bénéficier. L’auteur, d’abord lié à la cour de Philippa de Hainaut, reine d’Angleterre, se rapproche ensuite de la cour de France par l’intermédiaire du comte Guy de Blois17. La première écriture relatant le siège de 1347 ne date en réalité que de 1385-1390 ! Certes, Jean le Bel, inspirateur initial, rédige dès 1358 cet événement mais le contexte, comme le rappelle très habilement Jean-Marie Moeglin, n’est plus le même puisqu’on est alors en présence d’une révolte bourgeoise menée par Étienne Marcel, prévôt des marchands, contre le dauphin Charles V ou du moins ses agents.

  • 18 . Ibid., dossier 3 : « Littérature et histoire », p. 120-132.

14La datation des chroniques est donc essentielle, et malgré les préoccupations de certains à rassembler maints témoignages, la déformation s’accentue inévitablement avec le temps. En outre, les interprétations, les divergences sont multiples ; elles viennent renforcer nos incertitudes et surtout notre sensibilité. Ceci n’est pas sans rappeler le rôle essentiel du chroniqueur qui a pour but essentiel de plaire avant tout à son mécène18.

15L’attitude opportuniste adoptée dès lors par le chroniqueur tantôt en faveur d’un camp, tantôt en faveur d’un autre, à l’image du mercenaire pour les armées, l’oriente naturellement vers le plus offrant et se traduit dans ses écrits parfois de façon contradictoire. Prenons à titre d’exemple le devenir des « bouches inutiles », c’est-à-dire les femmes, les enfants et les vieillards évacués pendant le siège.

« Or me semble que c’est grand ennui de piteusement penser […] [à ce] que devinrent ces grands bourgeois et ces nobles bourgeoises et leurs biaus enfants qui […] avoient demeuré […] en la ville de Calais, desquels il y avoit grand foison au jour que celle-ci fut conquise. Ce fut grande pitié quand il leur [fallut] déguerpir leurs biaus hôtels et leurs avoirs, car rien n’emportèrent » (Jean Froissart).

  • 19 Viard Jean, Chroniques de Jean le Bel, 2 tomes, Paris, 1904-1905. Consulter également l’ouvrage de (...)
  • 20 Les différentes publications ont été analysées entre autres par Diller G., Froissart, chroniques e (...)
  • 21 L’Anonimale chronicle raconte l’histoire anglaise de Brutus à 1381. L’intérêt pour le règne d’Édou (...)
  • 22 Chanoine augustin de Sainte-Marie-des-Prés à Leicester. Il s’agit d’une histoire de l’Angleterre, (...)

16Ce procédé n’a rien d’exceptionnel, tous les auteurs en parlent mais l’interprétation diffère considérablement selon les sources manuscrites ; de même le clivage classique France-Angleterre, logique a priori, ne semble pas se justifier systématiquement. Jean le Bel19 et Jean Froissart20 avancent tous deux un nombre de 1 700 personnes et insistent sur la clémence du roi Édouard III qui laisse « cette horde » traverser le camp anglais de Villeneuve-la-Hardie en ayant même remis de l’argent aux infortunés ! L’Anonimalle chronicle21 partage en partie cette version. En revanche, un autre chroniqueur anglais, Henri Knighton22, souvent bien placé et précis dans ses commentaires, situe l’exode de ces « bouches inutiles » plus tard, en juin 1347, presque à la fin du siège ! Selon lui, le roi anglais aurait repoussé « les exclus » qui seraient morts dans un espace compris entre les fortifications calaisiennes et le camp anglais. Cette interprétation paraît, pour notre part, peu plausible, car il est difficile d’imaginer les pères délaisser leur famille pour une fin aussi atroce. En revanche, cet épisode renforce le côté dramatique de l’événement.

  • 23 Moeglin J.-M., op. cit., p. 48.
  • 24 Clerc séculier, proche de l’archevêque de Cantorbery, auteur d’une histoire du règne du roi anglai (...)

17La perplexité s’accroît dans la mesure où Jean le Bel ne cite qu’un seul bourgeois, Eustache de Saint-Pierre, tandis que les autres écrits mentionnent Jean d’Aire, Jacques et Pierre de Wissant (deux frères) dont on retrouve trace dans divers manuscrits. Quant aux deux derniers, Jean de Fiennes et Andrieu d’Andres, ils ne semblent exister que dans les écrits tardifs de Froissart. L’auteur a délibérément voulu renforcer l’effet dramatique de l’événement en multipliant le nombre de soumis. Par conséquent, l’originalité de ce mythe réside dans le fait qu’il devient « collectif », symbolisant l’entité urbaine par l’intermédiaire des bourgeois, imaginaires ou non. En outre, pour conférer plus de réalisme à son récit, Jean Froissart donne force détails qui contribuent à soutenir la logique de l’attitude monarchique anglaise. Pour reprendre Jean-marie Moeglin, il « fabrique des héros » et « fait mémoire23 ». À l’exception de ces deux chroniqueurs essentiels, le chroniqueur anglais Robert de Avesbury24 nous signale l’ultime tentative des Calaisiens de lancer un appel au roi de France en faisant sortir deux bateaux du port. C’est un échec et on peut se demander si la lettre du capitaine d’un des vaisseaux n’a pas été plutôt l’objet de la propagande britannique !

  • 25 Moeglin J.-M., op. cit., p. 49-88.
  • 26 Guenee Bernard, « Les grandes chroniques de France », Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. (...)
  • 27 Carme, frère mendiant, d’un milieu modeste, né dans un village proche de Compiègne. Sa chronique a (...)
  • 28 Moine et abbé de Saint-Martin de Tournai, il rédigea de façon quasi contemporaine les événements d (...)
  • 29 Abbé chroniqueur du monastère de Moissac. La chronologie dans son œuvre est souvent mise à mal mêm (...)
  • 30 Copie peut-être d’une chronique flamande, appelée « Chronique normande » par Auguste et Émile Moli (...)
  • 31 Grande chronique universelle continuée jusqu’en 1352.
  • 32 Historien du monastère de Saint-Albans. L’auteur rédige sa chronique au début du xve siècle ; il n (...)
  • 33 Clerc séculier, né dans le comté d’Oxford, rédige un récit des règnes d’Édouard II et surtout d’Éd (...)
  • 34 Moine de l’abbaye royale de Westminster, sa chronique est écrite entre 1365-1369 et propose au lec (...)
  • 35 Chronique d’un abbé de Melsa dans le Yorkshire. Des points inédits concernent les campagnes milita (...)
  • 36 « Trouvère politique », il est contemporain du siège de Calais et peut-être témoin direct de celui (...)

18L’étude de Jean-Marie Moeglin lui a permis de dresser une typologie des chroniqueurs25. Six chroniques ont globalement soutenu la politique du roi de France avec certaines nuances : les chroniques de Saint-Denis26, de Jean de Venette27, de Gilles le Muisi28, d’Aymeric de Peyrac29 et la chronique normande30. Toutes datent de la seconde moitié du xive siècle et insistent sur la misère de la population intra-muros, de la vaine tentative du roi Philippe VI de délivrer ses sujets mais aussi sur les fallacieux renseignements qui lui sont fournis. Toutes confirment le caractère banal de la soumission, mais aucune n’aborde le devenir des Calaisiens. En revanche, les chroniqueurs anglais, plus nombreux, attestent également cette dernière opinion, que ce soit le Polychronicon de Ranulph Higden31, la chronique de Thomas Walsingham32, les écrits de Robert de Avesbury, de Geoffroy le Baker33, de John of Reading34, d’Henri Knighton, de Thomas de Burton35, du poète Lawrence Minot36 ou l’Anonimalle Chronicle. Toutes valorisent le prestige d’Édouard III, l’humiliation des « rebelles », leur capitulation sans mentionner la reine opposant les gens d’armes (« port de l’épée ») au peuple, représenté la corde au cou et incarné ici par les bourgeois.

  • 37 Marchand chroniqueur florentin, il est normal que ce personnage par profession se soit intéressé à (...)
  • 38 Nys L. et Salmagne A. (dir.), Valenciennes aux xive et xve siècles, Valenciennes, 1996, p. 280.
  • 39 BNF (Bibliothèque nationale de France), fr 20.363 et bibliothèque municipale de Saint-Omer, n° 707 (...)

19Selon tous les auteurs, la miséricorde était acquise d’emblée. Trois autres écrivains, en dehors de Jean le Bel et Jean Froissart, sont considérés par Jean-Marie Moeglin comme neutres. Il s’agit du marchand Giovanni Villani37 de Florence qui écrit au moment du siège de Calais pour des raisons professionnelles et paraît bien informé. Le bourgeois de Valenciennes38 dans le Hainaut, contemporain du siège, insiste sur la soumission des bourgeois et selon lui sur les risques encourus face à la monarchie anglaise. Quant à l’anonyme de Saint-Omer39, il surprend par la précision de son récit. Ces trois auteurs, trop souvent et trop longtemps omis, ont le mérite d’être contemporains des faits, ce qui leur donne un intérêt indéniable.

  • 40 Kerhervé Jean, La naissance de l’État moderne (1180-1492), Paris, 1998, p. 221-243.
  • 41 Marx Roland, Histoire du Royaume-Uni, Paris, 1967, p. 75-77.
  • 42 Beaune Colette, Naissance de la nation France, Paris, 1993, chap. VII, p. 284-320.

20Ainsi donc, de ces controverses, de ces nombreuses chroniques dont la plupart sont postérieures à l’événement et subjectives, va naître le mythe des Six Bourgeois. Certes, Froissart y a contribué fortement mais la diffusion, l’intérêt même – indéniable au xive siècle – semble s’essouffler au siècle suivant. « L’éclipse littéraire » est compréhensible dans les deux camps. Du côté français, c’est l’humiliation, et valoriser un tel fait ne peut que contrecarrer l’affermissement monarchique en cours avec le règne de Charles VII, puis de Louis XI essentiellement40. Du côté anglais, la fin de la guerre de Cent Ans s’avère plus délicate, et la guerre dynastique des Deux-Roses entre les Lancastre et les York préoccupe davantage nos voisins de l’autre côté du détroit41. L’intérêt pour ce fait semble révolu et pourtant dès le xvie siècle, et ce jusqu’au xviiie siècle, le siège de Calais s’impose progressivement tel un exemplum virtitus42. Dans une suite logique, faisant allusion aux héros de l’Antiquité, au sacrifice de Jeanne d’Arc, l’historiographie utilise la soumission en faveur des bourgeois, se sacrifiant pour la « patrie » à un moment où la monarchie absolue s’affirme et pour laquelle la population doit se dévouer dans un contexte de rigueur chrétienne et catholique.

Le mythe

21Si l’histoire du dévouement des Six Bourgeois de Calais pendant la guerre de Cent Ans est devenue par la suite un véritable mythe urbain, c’est essentiellement grâce aux représentations artistiques qu’elle a générées. Une œuvre semble jouer un rôle prépondérant, voire écrasant dans le phénomène de diffusion et d’amplification de la geste des Six Bourgeois dans l’imaginaire collectif.

  • 43 Les historiens d’art, qui considèrent Auguste Rodin comme le précurseur de toute la sculpture du x (...)
  • 44 Un autre élément de l’identité calaisienne est le lien privilégié existant avec l’industrie de la (...)

22Cette œuvre, c’est la sculpture, universellement connue43, d’Auguste Rodin. Après bien des pérégrinations à l’intérieur et hors de la cité, elle trône actuellement en bonne place sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Calais. Si le monument n’a pas fait l’unanimité lors de son inauguration en 1885, aujourd’hui il personnifie, aux yeux de tous les Calaisiens, l’âme de leur ville – à laquelle il est immanquablement fait référence, au niveau national, comme à « la cité des Six Bourgeois ». La silhouette des personnages modelés par Rodin a été adoptée comme un véritable emblème pour Calais, figurant sur différents supports ayant vocation à être diffusés auprès d’un large public (autocollants, dépliants touristiques, logos de sociétés en tous genres…), rendant ainsi familière une esthétique qui au départ était pourtant mal acceptée du plus grand nombre. Un lien affectif très fort s’est tissé au fil des ans entre la population et le groupe statuaire. On a pu constater sa vivacité récemment, lorsqu’au cours de l’été 2001, le spectacle du socle laissé vide par les Six Bourgeois a provoqué une vive émotion parmi les habitants. Le monument en avait en effet été ôté le 8 mars pour être emmené en Italie à la villa Médicis en vue d’une restauration. Pendant un court laps de temps, privée son monument-phare, Calais n’était plus vraiment elle-même : elle avait pour ainsi dire perdu l’élément fondateur et tangible de son identité urbaine44. Deux mois plus tard, l’inquiétude fit place au soulagement et à la joie quand on restitua aux Calaisiens « leurs Bourgeois », qui avaient recouvré toute leur splendeur.

23De fait, une sculpture réalisée à la fin du xixe siècle et reconnue comme un chef-d’œuvre au début du siècle suivant a, par une alchimie singulière, totalement fusionné avec un récit remontant au Moyen Âge, au point d’en être devenue pratiquement la seule, pleine et unique incarnation, élevée au rang de symbole constitutif de l’identité d’une communauté. Les Bourgeois de Rodin ont-ils vraiment fonctionné comme le catalyseur d’une belle et attachante histoire, la propulsant au rang de mythe ? Ou n’ont-ils fait que prendre le relais d’une tradition plus ancienne, en lui conférant un écho inégalé ? Comment le processus intime d’identification du mythe à la statue, puis de la statue à la cité s’est-il mis en place ?

  • 45 C’est par exemple ce que l’on peut entendre au cours du commentaire du film tourné en 2001-2002 à (...)

24« Entre le récit de Froissart et les Bourgeois de Rodin, il y a un gouffre45 » : telle est l’impression ressentie par beaucoup. En réalité, cette idée qui voudrait qu’il ait fallu attendre cinq siècles pour voir un artiste trouver son inspiration dans les paroles du chroniqueur médiéval est largement erronée. Il suffit de rappeler quelques-unes des nombreuses œuvres littéraires et picturales qui ont précédé le monument de Rodin dans la représentation des Six Bourgeois pour s’en convaincre.

  • 46 Nous reprenons ici le titre d’un ouvrage collectif publié en 1995 par le musée des Beaux-Arts et d (...)
  • 47 Signalons qu’au Moyen Âge, des miniatures illustrent déjà l’épisode des Bourgeois de Calais : mais (...)
  • 48 Voir Haudiquet Annette, « Les Bourgeois de Calais, le mythe et ses représentations », Les Bourgeoi (...)
  • 49 En 1819, Ary Scheffer exécute un monumental Dévouement patriotique de six bourgeois de Calais de s (...)

25« Les fortunes du mythe46 » ont véritablement commencé au xviiie siècle, quand des auteurs français comme l’écrivain Mme de Tencin, les dramaturges Pierre-Laurent Buirette de Belloy et Jean-Baptiste Gresset s’emparent de l’histoire des Six Bourgeois pour composer leurs œuvres. Du côté des Beaux-Arts, ce sont des peintres anglais, Robert Edge Pine et Edward Edwards qui, les premiers, traduisent en images le récit de Froissart47. Personne ne s’étonnera de ce que sur leurs toiles, c’est la magnanimité du roi Édouard III qui est mise en valeur, bien plus que l’héroïsme des bourgeois. Les tableaux réalisés par le Français Jean-Simon Berthélémy, dans la deuxième moitié du xviiie siècle, retiennent davantage l’attention dans notre pays, car ils s’attachent à représenter, de manière très lisible et en le magnifiant, l’acte courageux des Six Bourgeois48 : plusieurs œuvres postérieures49 reprendront ce thème iconographique qui recueille une réelle popularité par l’intermédiaire de gravures mises à la portée de tous.

  • 50 Biard Michel, « Mythe et création théâtrale : le siège de Calais au siècle des Lumières », Les Bou (...)
  • 51 Les Six Bourgeois, par leur sacrifice, épargnent leur ville de la destruction, préfigurant par là (...)
  • 52 Du Belloy, qui recueillit pourtant un immense succès avec sa pièce Le Siège de Calais, est ainsi b (...)
  • 53 Cela n’est évidemment pas dû au fait qu’elle serait le dernier avatar artistique du mythe. Signalo (...)

26Grâce à ces mises en scène répétées d’une même histoire, « les Bourgeois de Calais entrent au panthéon imaginaire de ceux qui ont offert leur vie à la Nation50 » dès le xviiie siècle. Par la suite, lorsque l’épisode des Six Bourgeois fait son entrée dans les manuels scolaires de la IIIe République à des fins d’édification du jeune citoyen51, il acquiert définitivement son statut de référence connue de tous. Ce n’est donc pas sous les doigts de Rodin que l’histoire s’est transmuée en mythe. Mais Rodin lui a indéniablement conféré une résonance nouvelle, garante en grande partie de sa pérennité jusqu’à nos jours. En effet, on ne peut que constater, malgré le retentissement réel de certaines des œuvres que nous venons d’évoquer en leur temps, qu’aucune n’a véritablement réussi à passer à la postérité52. L’œuvre de Rodin, elle, jouit d’une immense notoriété, jamais démentie depuis sa première présentation au public53. De manière très synthétique, essayons de cerner les raisons pour lesquelles sa sculpture a marqué de manière aussi indélébile les esprits.

27La genèse de l’œuvre est en elle-même assez banale : le 24 septembre 1884, le maire de Calais, Omer Dewavrin, propose au conseil municipal « d’élever sur un emplacement à déterminer ultérieurement […] un monument à Eustache de Saint-Pierre et ses compagnons […] à l’aide d’une souscription nationale ». Il en définit la nécessité de la façon suivante :

  • 54 Le Journal de Calais du 27 septembre 1884.

« Aujourd’hui, au moment où les derniers vestiges des remparts de notre vieille cité vont disparaître, au moment où notre ville va cesser d’être elle-même, nous pensons qu’il est du devoir de ceux qui seront sans doute les derniers représentants élus du Calais indépendant, de perpétuer par un monument un des plus beaux souvenirs de notre histoire54. »

  • 55 Viéville Dominique, « Le monument des Bourgeois de Calais : une commande municipale », Auguste Rod (...)

28En effet, Calais, dont le port est en perte de vitesse, est à la veille de fusionner avec Saint-Pierre, faubourg voisin en pleine explosion économique et démographique, mais jusque-là indépendant. Par un acte de prestige fort passant par le rappel d’un illustre passé historique, la vieille ville veut conforter dans son choix le Sénat qui décide que la nouvelle entité administrative portera le nom de Calais, « un des plus glorieux et populaires de France55 ».

29C’est donc à une commande officielle que répond l’œuvre d’Auguste Rodin. Comme la plupart des statuaires de l’époque, l’artiste est à la recherche d’un mécène sans lequel la réalisation d’une sculpture monumentale est inenvisageable. Mais, après une dizaine d’années de travail, le résultat auquel a abouti Rodin ne correspond absolument pas aux critères qui prévalaient à son époque pour ce qui était devenu un genre quasiment institutionnalisé : le monument dédié aux grands personnages ayant fait la gloire de la Nation. Alors qu’il accède à une période où il est en pleine maîtrise de son art, le sculpteur affirme avec Les Bourgeois de Calais son génie créateur et impose ses partis pris en profitant de circonstances favorables. Il se trouve que la banque où avaient été déposées les recettes de la souscription et la participation de la municipalité à l’érection de la statue a fait faillite au début de l’année 1886. Le contrat entre Rodin et la ville de Calais n’est pas rompu, mais l’artiste peut travailler sans aucune contrainte dans son atelier de Meudon.

30Examinons en quoi le monument de Rodin diffère dans sa conception de ce qui était attendu à la fois par les commanditaires et par le public : là sans doute réside paradoxalement la clef du lien si étroit qui s’est cristallisé entre l’œuvre, le mythe et les Calaisiens.

  • 56 Antérieurement à la réalisation de Rodin, différents projets ont été consacrés à l’élévation d’un (...)
  • 57 La question est évoquée dans la correspondance échangée entre Dewavrin et Rodin dans une lettre da (...)
  • 58 La polémique entre la ville de Calais et Rodin autour du socle de la statue est à cet égard très i (...)

31En tout point, Rodin s’éloigne des conventions de son époque. D’abord dans le choix de représenter un groupe de personnages, plutôt que le seul Eustache de Saint-Pierre, comme il en a longtemps été question56. La silhouette cubique qu’il donne à sa sculpture va elle aussi à contre-courant, car on préfère alors les constructions pyramidales, plus grandioses57. Le dépouillement des figures est également novateur, à une époque où la surcharge ornementale est souvent de mise. Ce que cherche Rodin, c’est la puissance de l’expression et, à ses yeux, ce qui est expressif dans les Six Bourgeois, c’est leur souffrance. Bien loin d’héroïser six courageux notables se sacrifiant avec dignité et sang-froid pour sauver leurs concitoyens, Rodin montre, dans sa nudité, la douleur poignante d’hommes aux visages contractés, aux mains crispées, saisis par l’angoisse d’une mort prochaine. Il ne propose pas au public des héros inaccessibles sur un piédestal car son but n’est pas l’édification des foules58. Grâce à l’évocation, dans toute son âpreté, d’un drame qui se joue devant lui, l’artiste veut susciter bien plus l’émotion que l’admiration chez le spectateur.

  • 59 Sur le débat qu’a suscité la présence du monument dans la ville et sur le processus d’appropriatio (...)

32Les gestes de désespoir, les attitudes implorantes, les physionomies accablées des Bourgeois de Rodin provoquent durant les années qui suivent l’inauguration certaines polémiques à l’échelon local. L’esthétique du Maître, à proprement parler révolutionnaire, sème un certain trouble dans la ville. Mais peu à peu, vivant à leur contact permanent, les Calaisiens s’habituent puis s’attachent à ces Bourgeois59 dont la pure force émotionnelle est telle qu’elle en vient parfois à éclipser le contexte historique dans lequel les personnages sont censés évoluer – contexte que rien ne rappelle dans la statue.

Conclusion

33L’image pathétique et intemporelle des Six Bourgeois de Rodin est chargée d’un tel impact qu’elle en a presque fini, dans la conscience collective, par prendre le pas sur le récit d’où ont été extraits les acteurs du drame. Le mythe, né d’une chronique, s’épanouit et prend corps dans une statue qui nous dit que six hommes ont souffert pour sauver leur ville, et qu’on les appelait les Bourgeois de Calais. Le monument de Rodin transmet un message simple et universel qui, de par son caractère bouleversant, revêt une véracité incontestable : point n’est besoin de revenir à la lettre du récit pour savoir quand et comment cet événement a eu lieu, tant la représentation iconographique dudit événement paraît se suffire à elle-même. On ne vérifie pas un acte dont l’intensité est rendue quasiment palpable et qui a la vigueur d’une légende vivante. La pose des Six Bourgeois fige dans le bronze, aussi éternellement que l’art de Rodin est indépassable, le sacrifice de représentants d’une communauté urbaine dont les membres vibrent à l’unisson de leur douleur. C’est cette vibration, maintenue à travers les âges et réactivée par Rodin, cette communion dans l’émotion, qui fait la force du mythe.

34Certes, beaucoup d’incertitudes subsistent, et par conséquent, elles ont permis le maintien du mythe. L’on aimerait reconstituer la réalité historique, il ne faut pas perdre de vue le but essentiel d’un chroniqueur au Moyen Âge, plaire surtout à son mécène, respecter aussi les contemporains qui ont voulu mettre en valeur, perçu ou voulu faire percevoir l’événement auquel ils n’ont pas assisté – sauf exception – directement !

35Enfin, le sujet est encore brûlant puisque le livre de Jean-Marie Moeglin a eu le mérite de relancer le débat, mettant en émoi la cité des Six Bourgeois ! Pourtant ce travail minutieux est d’un apport scientifique remarquable. N’est-il pas dangereux de s’attaquer au mythe ? Celui-ci n’est donc pas mort et risque de perdurer encore longtemps ! Et n’est-ce pas de l’entreprise historiographique que peut surgir quelque vérité nouvelle ?

Notes

1 Domain Magali, Les Six Bourgeois de Calais, Lille, La Voix du Nord, 2001, p. 40.

2 Haudiquet Anette (dir.), Les Bourgeois de Calais, fortunes d’un mythe, Calais, Éd. musée des Beaux-Arts et de la Dentelle, 1995, 136 p.

3 Moeglin Jean-Marie, Les Bourgeois de Calais, essai sur un mythe historique, Paris, Albin Michel, 2002, 468 p.

4 Favier Jean, La guerre de Cent Ans, Paris, Fayard, 1980, p. 629-638 en particulier.

5 Voir également Contamine Philippe, La vie quotidienne pendant la guerre de Cent Ans, Paris, Hachette, 1976, 286 p.

6 Curveiller Stéphane, « La présence anglaise à Calais au Moyen Âge », Bulletin historique et artistique du Calaisis, 1995, n° 140-141, p. 1-16.

7 Ibid., note 5, p. 240-259.

8 Monnet Jean-Marie, « Le déclin d’une cité convoitée » (chap. VII), Histoire de Montreuil-sur-Mer, Le Téméraire/La Sentinelle, p. 133-149.

9 Kapferer Anne-Dominique, « 1339-1505 : entre les guerres et les trêves », Histoire de Boulognesur-Mer, Presses universitaires de Lille, p. 87-96.

10 Curveiller Stéphane (dir.), Clauzel Denis et Leduc Christophe, « Le Détroit : zone de rencontres ou zone de conflits ? », Revue des amis du Vieux Calais, n° 173, 3e colloque européen de Calais, 2001, 206 p.

11 Ibid., note 6.

12 Derville Alain et Vion Albert (dir.), Histoire de Calais, Dunkerque, 1985, p. 17.

13 Curveiller S., op. cit., note 6

14 Gysseling Mauritz et bougard Pierre, « L’onomastique calaisienne à la fin du xiiie siècle », Anthroponymica, t. 13, 1963.

15 Leguai André, La guerre de Cent Ans, Paris, Nathan, 1974, p. 25-26.

16 Lennel Fernand, Calais par l’image, Le Téméraire/La Sentinelle, 1996, t. 1, p. 30. Il s’agissait d’un camp protégé de palissades et de fossés « établi dans un lieu inaccessible » au niveau des prés de Saint-Pierre. Ce village extra muros avait probablement été brûlé par les Anglais. Ces derniers avaient construit des maisons de bois et chaume, des loges couvertes de genêts et de paille. Deux fois par semaine, un marché alimenté par les Flamands animait le camp mais les conditions d’hygiène y furent déplorables (pollution de l’eau plus précisément).

17 Arrignon Jean-Pierre et Curveiller Stéphane, L’Occident chrétien (xiie-xve siècle) : éducation et cultures, Paris, 1999, p. 128-130.

18 . Ibid., dossier 3 : « Littérature et histoire », p. 120-132.

19 Viard Jean, Chroniques de Jean le Bel, 2 tomes, Paris, 1904-1905. Consulter également l’ouvrage de Chareyron N., Jean le Bel. Le maître de Froissart, grand imagier de la guerre de Cent Ans, Bruxelles, 1996.

20 Les différentes publications ont été analysées entre autres par Diller G., Froissart, chroniques en plusieurs éditions : 1972, Le manuscrit de Rome ; 1991-1998, Le manuscrit d’Amiens. Voir également Duby Andrée, Jean Froissart, chroniques, Paris, 1997, p. 136-149.

21 L’Anonimale chronicle raconte l’histoire anglaise de Brutus à 1381. L’intérêt pour le règne d’Édouard III est manifeste et l’auteur pourrait en être un moine de Sainte-Marie d’York.

22 Chanoine augustin de Sainte-Marie-des-Prés à Leicester. Il s’agit d’une histoire de l’Angleterre, des origines anglo-saxonnes à 1396. La partie 1340-1396 est la plus intéressante.

23 Moeglin J.-M., op. cit., p. 48.

24 Clerc séculier, proche de l’archevêque de Cantorbery, auteur d’une histoire du règne du roi anglais Édouard III.

25 Moeglin J.-M., op. cit., p. 49-88.

26 Guenee Bernard, « Les grandes chroniques de France », Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. II, Paris, 1986, p. 189-214. La chronique est ici en latin.

27 Carme, frère mendiant, d’un milieu modeste, né dans un village proche de Compiègne. Sa chronique a été rédigée entre 1340 et 1368 de façon successive.

28 Moine et abbé de Saint-Martin de Tournai, il rédigea de façon quasi contemporaine les événements du siège de Calais d’après des témoignages régionaux. La précision de ses écrits est indéniable.

29 Abbé chroniqueur du monastère de Moissac. La chronologie dans son œuvre est souvent mise à mal même si le chroniqueur ose parler d’un échec royal pour le roi de France Philippe VI.

30 Copie peut-être d’une chronique flamande, appelée « Chronique normande » par Auguste et Émile Molinier d’après une édition de 1882 (p. 89-90).

31 Grande chronique universelle continuée jusqu’en 1352.

32 Historien du monastère de Saint-Albans. L’auteur rédige sa chronique au début du xve siècle ; il ne peut développer alors l’humiliation française au moment où le roi Henri tente de mener une politique pacifique entre les deux royaumes.

33 Clerc séculier, né dans le comté d’Oxford, rédige un récit des règnes d’Édouard II et surtout d’Édouard III. L’aspect militaire y est davantage développé.

34 Moine de l’abbaye royale de Westminster, sa chronique est écrite entre 1365-1369 et propose au lecteur force détails.

35 Chronique d’un abbé de Melsa dans le Yorkshire. Des points inédits concernent les campagnes militaires en terre de France menées par le roi Édouard III.

36 « Trouvère politique », il est contemporain du siège de Calais et peut-être témoin direct de celui-ci. Il s’agit d’une « chanson politique ».

37 Marchand chroniqueur florentin, il est normal que ce personnage par profession se soit intéressé à la prise de Calais. Il dissocie surtout les gens d’armes du peuple calaisien mais bien des points semblent erronés.

38 Nys L. et Salmagne A. (dir.), Valenciennes aux xive et xve siècles, Valenciennes, 1996, p. 280.

39 BNF (Bibliothèque nationale de France), fr 20.363 et bibliothèque municipale de Saint-Omer, n° 707, vol. 2, f° 2304.2317. Probablement, témoin anonyme oculaire des négociations, de la reddition, en cela fort intéressant.

40 Kerhervé Jean, La naissance de l’État moderne (1180-1492), Paris, 1998, p. 221-243.

41 Marx Roland, Histoire du Royaume-Uni, Paris, 1967, p. 75-77.

42 Beaune Colette, Naissance de la nation France, Paris, 1993, chap. VII, p. 284-320.

43 Les historiens d’art, qui considèrent Auguste Rodin comme le précurseur de toute la sculpture du xxe siècle, s’accordent à placer Les Bourgeois de Calais parmi les œuvres majeures du maître, voir par exemple l’article de Laurent Monique, « Le monument des Bourgeois de Calais dans l’œuvre de Rodin », Auguste Rodin, le monument des Bourgeois de Calais (1884-1895) dans les collections du musée Rodin et du musée des Beaux-Arts de Calais, éd. musée Rodin, Paris, et musée des Beaux-Arts, Calais, 1977. L’œuvre compte 11 répliques dispersées aux quatre coins de la planète, ce qui ne contribue pas peu à l’étendue de sa célébrité, voir Le Normand-Romain Antoinette et Haudiquet Annette, Rodin. Les Bourgeois de Calais, musée Rodin, 2001, p. 8-9.

44 Un autre élément de l’identité calaisienne est le lien privilégié existant avec l’industrie de la dentelle, mais la référence à une activité économique, aussi prestigieuse soit-elle, ne saurait pallier l’absence d’une ou de figures ayant acquis un statut « légendaire », figures autour desquelles se créent des images renvoyant à la communauté une vision structurante d’elle-même, porteuse d’identité.

45 C’est par exemple ce que l’on peut entendre au cours du commentaire du film tourné en 2001-2002 à l’occasion de la restauration des Six Bourgeois à la villa Médicis, intitulé Le Roi Rodin : l’auteur, le cinéaste Richard Fleischer, avance ce constat pour mieux le corriger ensuite, en rappelant les œuvres produites avant celle de Rodin et ayant pour thème les Six Bourgeois.

46 Nous reprenons ici le titre d’un ouvrage collectif publié en 1995 par le musée des Beaux-Arts et de la Dentelle de Calais, Les Bourgeois de Calais, fortune d’un mythe.

47 Signalons qu’au Moyen Âge, des miniatures illustrent déjà l’épisode des Bourgeois de Calais : mais à cette époque, c’est bien un événement dont la réalité est présentée comme incontestable et qui n’est pas encore revêtu de sa dimension mythique, qui est représenté. Sur la place du thème des Six Bourgeois dans la peinture anglaise, voir Sunderland John, « Les Bourgeois de Calais dans l’art britannique du xviiie siècle », Les Bourgeois de Calais, fortune d’un mythe, musée des Beaux-Arts et de la Dentelle de Calais, 1995, p. 47-51.

48 Voir Haudiquet Annette, « Les Bourgeois de Calais, le mythe et ses représentations », Les Bourgeois de Calais, fortunes d’un mythe, p. 53-67.

49 En 1819, Ary Scheffer exécute un monumental Dévouement patriotique de six bourgeois de Calais de style néoclassique, conservé au château de Versailles, dans l’aile réservée au Parlement. La toile du peintre audomarois Emmanuel Wallet, Le Siège de Calais, l’an 1346 réalisée en 1820 a en revanche disparu au cours de la Seconde Guerre mondiale. Même chose pour la vaste composition d’Alexandre Evariste Fragonard intitulée Les citoyens de Calais dans la tente d’Édouard (1822) qui, acquise par l’État et déposée au musée d’Arras, a été détruite en 1915. Voir Haudiquet A., op. cit.

50 Biard Michel, « Mythe et création théâtrale : le siège de Calais au siècle des Lumières », Les Bourgeois de Calais, fortunes d’un mythe, p. 11-21.

51 Les Six Bourgeois, par leur sacrifice, épargnent leur ville de la destruction, préfigurant par là le comportement du bon citoyen républicain qui ne doit pas hésiter à faire don de sa personne pour sauver la Patrie si elle est en danger.

52 Du Belloy, qui recueillit pourtant un immense succès avec sa pièce Le Siège de Calais, est ainsi bien oublié : peu de Calaisiens se souviennent par exemple qu’il fut fait citoyen d’honneur de leur ville en mars 1765 et que son buste orne encore la façade de leur théâtre municipal. Voir Biard M., op. cit.

53 Cela n’est évidemment pas dû au fait qu’elle serait le dernier avatar artistique du mythe. Signalons en effet qu’au xxe siècle quelques artistes ont tenté de reprendre le sujet qui nous occupe, mais leur réalisations, manquant d’originalité et de force, ont recueilli peu d’écho. Signalons néanmoins l’existence d’une imposante fresque, œuvre de Jeanne Thil, lauréate du concours lancé par la ville de Calais en 1922 pour la décoration du nouvel hôtel de ville : elle orne aujourd’hui la salle du conseil municipal.

54 Le Journal de Calais du 27 septembre 1884.

55 Viéville Dominique, « Le monument des Bourgeois de Calais : une commande municipale », Auguste Rodin, le monument des Bourgeois de Calais (1884-1895) dans les collections du musée Rodin et du musée des Beaux-Arts de Calais, éd. musée Rodin, Paris, musée des Beaux-Arts, Calais, 1977, p. 96-112.

56 Antérieurement à la réalisation de Rodin, différents projets ont été consacrés à l’élévation d’un monument en l’honneur du dévouement des six bourgeois, impulsés ou soutenus par la municipalité calaisienne. Tous se concentrent sur le seul Eustache de Saint-Pierre et laissent ses cinq compagnons dans l’ombre. Voir sur ce point Viéville Dominique, « Le projet d’un monument à Eustache de Saint-Pierre à Calais au xixe siècle (1820-1884) », Auguste Rodin, le monument des Bourgeois de Calais (1884-1895) dans les collections du musée Rodin et du musée des Beaux-Arts de Calais, p. 26-29.

57 La question est évoquée dans la correspondance échangée entre Dewavrin et Rodin dans une lettre datée d’août 1885 : « Je relis à l’instant une note du patriote de Calais qui relève à peu près, les critiques déjà entendues, mais qui châtreraient mon œuvre : les têtes devant faire pyramide au lieu du cube, de la ligne droite méthode Louis David : c’est tout simplement l’École qui me donne des lois, je suis directement opposé à ce principe, qui a prévalu dans notre époque depuis le commencement du siècle, qui est directement opposé aux grandes époques d’art précédentes, et qui donnent aux œuvres conçus sous cet esprit, froideur et manque de mouvement, convention » (Auguste Rodin, le monument des Bourgeois de Calais (1884-1895) dans les collections du musée Rodin et du musée des Beaux-Arts de Calais, p. 55).

58 La polémique entre la ville de Calais et Rodin autour du socle de la statue est à cet égard très intéressante : fallait-il hisser le bronze au sommet d’un piédestal de 2 mètres de haut ou, au contraire, sceller les figures à même le sol, « comme un vibrant chapelet de souffrance et de sacrifice » comme le déclara le sculpteur – dont les prises de position ont en vérité varié avec le temps – en 1909 ? Lors de l’inauguration, c’est la première option qui sera préférée. Il est clair que ce choix n’est pas anodin, car ramener les « héros » sur terre, ç’aurait été leur faire perdre par là même leur statut de modèles vers lesquels il faut tendre : ils seraient redevenus de simples humains, trop proches des spectateurs. Sur ce sujet, voir en particulier Viéville Dominique, « Le problème de la nature du socle et de l’emplacement », Auguste Rodin, le monument des Bourgeois de Calais (1884-1895) dans les collections du musée Rodin et du musée des Beaux-Arts de Calais, p. 99-103.

59 Sur le débat qu’a suscité la présence du monument dans la ville et sur le processus d’appropriation des Calaisiens de la statue, voir Le Normand-Romain A. et Haudiquet A., Rodin, Les Bourgeois de Calais, musée Rodin, 2001.

Auteurs

Université d’Artois
IUFM Nord-Pas-de-Calais

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540