Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mythologies urbaines

 | 
Alain Cabantous

Deuxième partie. Mythes portuaires

Histoire de Paimpol, roman vrai et/ou mythe organisé

François Chappé

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Voir la communication d’A. Cabantous dans ce même colloque « Des villes en général et de Dunkerque (...)
  • 2 Girard R., La voix méconnue du réel, une théorie des mythes archaïques et modernes, Grasset, 2002, (...)
  • 3 Cité par Detienne M., L’invention de la mythologie, Gallimard, 1981, p. 11.
  • 4 Article « Imaginaire », Revue Sciences humaines, oct.-nov. 2002, hors série, « L’abécédaire des sc (...)
  • 5 Girardet R., Mythes et mythologies politiques, Seuil, 1986, p. 24.

1L’intitulé de ce colloque, « Les mythologies urbaines », ne pouvait qu’alimenter de stimulantes difficultés théoriques. Comment ne pas être troublé par le voisinage de mots « lourds » comme mythe, image, métaphore, légende, fable, par le concubinage de certains concepts comme mythologie et idéologie ? Quelques échanges entre auteurs impliqués dans ces domaines de réflexion coupent court à toute velléité simplificatrice. En effet, et par exemples, comment évaluer les préventions de P. Higonnet à l’encontre de R. Barthes suspecté de confondre mythologie et fantasmagories1, les critiques de R. Girard2 reprochant à C. Lévi-Strauss d’évacuer le réel du processus mythologique ? Si, de plus, j’enregistre que G. Dumézil avouait à la fin de sa vie « qu’il n’avait encore jamais compris la différence entre un conte et un mythe3 », que Lacan ordonnait de différencier l’imaginaire du symbolique4, que R. Girardet souligne le paradoxe selon lequel un mythe ne peut être compris que s’il est intensément vécu mais que le vivre interdit d’en rendre compte5, on comprendra que je préfère évoquer trois anecdotes vécues dans mon pays d’origine, Paimpol, que de me livrer à quelque affirmation théorique péremptoire.

  • 6 De fait, la municipalité de Callac dans le sud des Côtes-d’Armor a fait ériger en plein centre de (...)

2Deux vieux copains discutaient au bistrot. Le premier, paimpolais et fier de la notoriété universelle de sa ville, provoquait son comparse, originaire de la ville de Callac, en soulignant que l’incapacité de cette dernière à produire des grands hommes l’avait réduite à élever une statue à un cheval « avec personne dessus6 ». Il lui fut vivement rétorqué que Loti et Botrel n’étaient « même pas » de Paimpol et que le créateur de la Paimpolaise était un « vieux con réactionnaire ».

3Un vieil ami de mon père lui raconta qu’avant la guerre (1939-1945) il avait connu toutes les peines du monde à convaincre sa future belle-famille que quoique n’étant pas « candidat », c’est-à-dire en langage paimpolais, élève de l’École nationale de la Marine marchande, il n’était pas un marginal ; son statut de polytechnicien ne compensait cependant pas la déception de ses futurs beaux-parents qui se savaient privés de l’immense satisfaction que procurait à Paimpol la possibilité de proclamer : « mon gendre commande » (c’est-à-dire commande un bâtiment maritime à la Transat, chez Dreyfus, aux Chargeurs réunis, etc.).

4À la fin d’une conférence que j’avais prononcée à Paimpol sur la grande pêche de la morue en Islande, j’eus bien du mal à convaincre un de mes contradicteurs qu’en évoquant la réalité de l’alcoolisme sur les goélettes paimpolaises, je n’entendais nullement salir la mémoire des « Islandais » et certainement pas celle de son grand-père qui, m’assurait-il, « ne buvait pas ».

5Quel est le lien entre ces trois anecdotes ? La mémoire, l’existence de quatre mémoires est ainsi suggérée :

  • Une mémoire glorieuse, Paimpol est connue dans le monde grâce, en grande part, à la chanson la Paimpolaise et au roman de Loti Pêcheur d’Islande dont un des innombrables préfaciers, J. Dupont prétend « qu’il a inventé Paimpol7 » ;
  • Une mémoire héroïque, confectionnée autour de la « figure » des pêcheurs d’Islande, le grand Yann de Loti, que mon contradicteur a peut-être imaginé comme le double de son grand-père ;
  • Une mémoire épique créée par le sentiment d’appartenance à une élite, héroïne collective de cette grandiose aventure ;
  • Une mémoire nostalgique, celle de l’âge d’or de Paimpol, dans « les temps d’avant » comme disait F. Mistral, d’avant la fermeture de l’École nationale de la Marine marchande tout à la fois Faculté de théologie maritime, pépinières de gendres idéaux, canal d’irrigation culturelle de la société paimpolaise qui s’y identifiait et pensait en mériter la présence jusqu’à la fin des temps maritimes.
  • 8 Contribution qui bien entendu n’épuise pas cette identité tourmentée aujourd’hui par d’autres fact (...)
  • 9 Journet N., article « Mythes », Revue Sciences humaines, oct.-nov. 2002, hors série, « L’abécédair (...)

6Ces mémoires qui contribuent à la confection de « l’Identité paimpolaise8 » sont à la fois créatrices et résultats de récits mythologiques. Parmi les innombrables définitions possibles du récit mythologique nous avons choisi celle de N. Journet, assortie de son commentaire immédiat parce qu’elle établit clairement le lien déterminant entre mémoire et récit : « Ni histoire, ni fiction, le mythe est dans un premier sens, un récit mémorable appartenant à une tradition, orale ou écrite. Mais pour qualifier le mythe il faut au moins trois éléments : un texte, un récitant respectueux et un auditeur sceptique9. » Ce scepticisme est celui qu’exprime P. Nora commentant la subjectivité de la mémoire :

  • 10 Nora P., Les lieux de mémoire, Gallimard, Quarto, 1997, p. 24-25.

« La mémoire est la vie, toujours portée par des groupes vivants et, à ce titre, elle est en évolution permanente, ouverte à la dialectique du souvenir et de l’amnésie, inconsciente de ses déformations successives, vulnérable à toutes les utilisations et manipulations, susceptible de longues latences et de soudaines revitalisations10. »

  • 11 Ibid.
  • 12 Prost A., Douze leçons pour l’histoire, Seuil, 1996, p. 113.

7L’historien est soumis à une double tentation ; celle de réduire le récit mythologique à un mensonge, une tromperie, une falsification pour ensuite adopter la posture du rectificateur, du correcteur comme l’y incitent ce même P. Nora : « au cœur de l’histoire travaille un criticisme destructeur de la mémoire spontanée11 » et A. Prost : « le temps de l’histoire se construit contre celui de la mémoire12 ». Nous finirons dans cette réflexion par suivre ce dernier conseil mais en tentant de ne pas escamoter les difficultés inhérentes à l’étude de l’objet historique spécifique que constitue le récit mythologique. En nous appuyant sur trois couples de récits créés à partir des réalités de Paimpol au temps de la pêche en Islande : les mythes de la vocation et du surhomme, de la fatalité et de la mort, de l’âge d’or et de l’unité, nous essaierons d’appréhender les liens entre capacité d’explication du récit mythologique et idéologie dans le souci de ne pas réduire ces récits à des mystifications. En un deuxième temps, nous réfléchirons aux conséquences du double statut littéraire et scientifique de l’historien en nous demandant s’il ne place pas ce dernier en position d’infériorité vis-à-vis de l’auteur de fiction avant de tenter un rétablissement de sa vocation scientifique en suggérant qu’elle réside essentiellement dans la nature des intentions de
l’historien.

  • 13 Baechler J., Qu’est ce que l’idéologie ?, Gallimard, 1981, p. 81.

8Si la mythologie est difficile à définir c’est qu’entre autres raisons elle est nécessairement imprégnée d’idéologie et que la définition de l’idéologie ne peut y échapper elle-même comme le rappelle justement J. Baechler à propos des sciences sociales qui « ne sont que des points de vue sur la réalité sans que l’on puisse se hisser à je ne sais quel point de vue des points de vue13 ».

  • 14 Althusser L., Pour Marx, Maspero, 1965, p. 238-239.

9Il est donc difficile d’aborder en deux volets symétriques les réalités de la grande pêche en Islande et les mythes produits autour de cette même pêche parce que ce point de vue n’existe pas mais la tentation en est forte si nous sommes convaincus par la définition que donnait L. Althusser de « l’idéologie… système (possédant sa logique et sa rigueur propres) de représentations (images, mythes, idées, ou concepts selon les cas) doté d’une existence et d’un rôle historique au sein d’une société14 ». La tentation est forte de distinguer d’une part le système mythologique élaboré autour des choses de l’Islande et d’autre part la réalité de ces choses.

10« Les pêcheurs d’Islande » du Quartier maritime de Paimpol obéissaient-ils à une impérieuse vocation, à un irrépressible appel de la mer ainsi que l’ont « chanté » nombre d’écrivains, essayistes, commentateurs, chanteurs de l’époque ? Étaient-ils des surhommes, dotés de qualités extraordinaires ? Les réponses négatives se nourrissent sans peine de nombreux et solides arguments. Les pêcheurs d’Islande embarquaient par nécessité alimentaire comme le soulignait le meilleur connaisseur de la pêche paimpolaise de la morue :

  • 15 Kerlévéo J., Paimpol au temps d’Islande, Slatkine, réimp. de l’édition, Chroniques sociales de Fra (...)

« Les Islandais, il est certain, ne quittaient pas leurs foyers pour aller six ou sept mois là-bas par amour pur de la mer. Ils embarquaient tout simplement pour gagner leur vie, pour apporter du pain à leur famille qui croissait à chaque retour de campagne… L’Islandais obéit encore une fois à la nécessité et non pas à un appel. Tout le reste n’est que clichés de littérature propres à fausser l’imagination des jeunes15. »

11Le mythe de la vocation maritime a été appréhendé par d’autres auteurs à l’échelle de la Bretagne :

  • 16 Masson P., Grandeur et misère des gens de mer, Lavauzelle, 1986, p. 76.

« À partir du xviiie siècle c’est la misère des régions surpeuplées de la Bretagne intérieure qui contribuera comme l’a fort bien souligné P. Ariès, à amener des milliers de jeunes gens sur les vaisseaux du roi, les navires de grande pêche ou les longs courriers. Ces déshérités contribueront à répandre le mythe de la vocation maritime de la Bretagne16. »

  • 17 Le pain était là-bas.
  • 18 Le Braz A., Le nouvel avenir morlaisien, 25 novembre 1901.

12Les écarts entre d’une part l’obéissance aux injonctions de la vocation et la conformité au constat exprimé en breton : ar bara e oa du hont17 et d’autre part entre l’Adonis systématiquement sculpté par la littérature et ces bagnards « de la mort, du supplice polaire, de l’alcool18 » appellent l’explication idéologique pour au moins deux raisons. Il est impossible d’évacuer l’intention mensongère des auteurs bretons tout à fait conscients des nécessités alimentaires suscitant l’engagement des pêcheurs « d’Islande » :

  • 19 Le Braz A., Pêcheurs d’Islande, Tours.

« La première parole du pêcheur d’Islande, dès qu’il se retrouve sous le toit des siens, est pour jurer qu’il ne reprendra plus la mer. Il en a trop vu ! Assez de ces navigations lointaines et sinistres ! Assez de ce bagne de froid, de misère et de mort.
Tant que dure l’argent qu’il a gagné – et qui d’ailleurs est, la plupart du temps, dépensé d’avance – sa femme est d’avis qu’il ne parte plus, qu’il demeure au pays, qu’il fasse “autre chose”.
Mais lorsque les comptes réglés chez le boulanger, l’épicier, le mercier, la bourse apparaît presque vide, la réflexion vient et la chanson change. Faire autre chose, c’est bon à dire mais quoi ?
[…]
Femme qu’en penses-tu ? Il vaudrait peut-être mieux me rengager tout de même19. »

  • 20 Le Braz A., Pâques d’Islande, Calmann-Levy, 1897, p. 5.

13Quand A. Le Braz reporter se transforme en écrivain, il met en scène « Jean-René Kerello » dont la mère aurait souhaité qu’il devînt prêtre : « Il ne l’avait pas voulu. Une irrésistible vocation l’entraînait ailleurs. Les voix des sirènes le relançaient jusque dans sa cellule de “chambriste”. […] Il souscrivit un engagement, fut de l’âge héroïque de la pêche dans les fjords islandais20. »

  • 21 Avril J.-L. et Quéméré M., Pêcheurs d’Islande, Ouest-France, 1984.

14La même défiance critique s’impose vis-à-vis du mythe du surhomme islandais. Le pêcheur d’Islande est systématiquement présenté par P. Loti, C. Le Goffic, T. Botrel comme un homme, « fort », « herculéen », « viril », « beau ». En « réalité », les conditions climatiques, hygiéniques dans lesquelles il exerçait une profession physiquement très éprouvante le conduisaient à un état très éloigné du physique de J.-C. Pascal ou d’Anthony Delon, dernières incarnations de Yann Gaos à l’écran. Dans des pages très professionnelles, les docteurs Avril et Quéméré21 décrivent les affections dont sont victimes les pêcheurs : phalanges amputées à la suite de panaris, pustules et abcès ulcéreux, œdèmes dus au scorbut, éruptions de gales, déformations dues au rhumatisme. Ces affections étaient connues, reconnues à l’époque de la grande pêche.

15Adoptant une définition de l’idéologie et de la mythologie comme un récit mensonger, nous pourrions suspecter ces producteurs de récits d’avoir à dessein falsifier la réalité soit par exemple pour satisfaire aux canons dominants de la littérature maritime de l’époque exigeant le « développement de clichés » sur l’appel de la mer auquel ne peuvent se soustraire des surhommes que ne peuvent manquer d’être ces pêcheurs soit parce que leur conscience bretonne censurait des réalités démographiques et humaines peu valorisantes au regard d’une image de la Bretagne déjà peu reluisante.

16Il nous semble cependant indispensable d’analyser le mécanisme de la construction mythologique en suivant un double fil conducteur, le récit mythologique s’appuie sur une certaine réalité qu’il contribue à expliquer, il est créateur d’une autre réalité. C’est en faisant ce détour que nous refusons de céder à la tentation d’opposer terme à terme d’un côté le couple mythologie-idéologie relevant de l’ordre du discours et de l’autre le couple conditions humaines et matérielles ressortant de l’ordre de la réalité.

  • 22 Rapport du commandant Boulineau, 12 mai 1888, Archives maritimes de Brest.
  • 23 Expression utilisée par un armateur devant l’abbé Giquello. Le Navire-Église-Hôpital, Tours, 1901, (...)
  • 24 Dubois J., Le jardinier des mers lointaines, Tonton Yves pêcheur d’Islande, Picollec, 1980, p. 134

17La construction du mythe du surhomme islandais s’effectue en trois temps. Les conditions inhumaines de travail et de vie en mer d’Islande exigent effectivement le déploiement d’extraordinaires qualités de courage, d’endurance. À ce temps du constat réaliste succède celui du glissement depuis le registre de l’inhumanité : « le métier de pêcheur de morue est le plus dur et le plus repoussant de tous les métiers22 » vers celui de la surhumanité. Au lieu de décrire les dégâts humains qui leur sont infligés par « cette vie d’enfer23 », cette « chienne de vie24 » et expertisés par les docteurs Avril et Quéméré, les auteurs de récits mythologiques attribuent aux pêcheurs d’Islande des qualités surhumaines qui leur permettent d’accomplir leur Vocation. Le troisième temps est celui de la correspondance surnaturelle entre cette dernière et la surhumanité de héros qui par l’effet d’une élection quasi divine ne s’appartiennent pas, n’appartiennent pas au commun des mortels.

  • 25 Capitaine de vaisseau Houette, rapport de fin de campagne, 1896, Archives maritimes de Brest.
  • 26 Kerlévéo J., Paimpol au temps d’Islande, t. II, p. 46.
  • 27 Dubois J., op. cit., p. 128

18Tous les observateurs objectifs de l’époque l’attestent : « les équipages abrutis de mauvaise eau de vie […] vont s’endormir autant dans l’engourdissement de la boisson que dans les fatigues de l’exercice de leur métier25 ». Les historiens le savent : « Malgré ses servitudes physiques et physiologiques, ce n’était pas le métier qui se révélait comme le plus à craindre des adversaires de la santé des Islandais, c’est l’alcoolisme qui délabrait leurs fortes santés26. » Les survivants se souvenaient de « ces épaves réduites à un état voisin de l’animalité pour n’avoir pas su résister à la tentation de l’avilissant plaisir27 ». L’alcool est un des facteurs essentiels de la dégradation des pêcheurs.

  • 28 Le Goffic C., Sur la côte, Colin, 1897, p. 236.
  • 29 Le Goffic C., L’Islandaise, Passions celtes, La Renaissance du Livre, 1908.
  • 30 Le Braz A., op. cit.

19À propos de cette réalité, peut-on encore soupçonner nos auteurs « islandais » d’avoir mis en œuvre un processus de double écriture ? Alors qu’A. Le Braz, C. Le Goffic connaissaient mieux que quiconque les réalités et les conséquences de l’alcoolisme dans les milieux de la grande pêche, y compris chez les capitaines de goélette : « tout le mal vient des capitaines, de certains capitaines, ils boivent, les malheureux ils boivent28 », ces auteurs s’évertuent dans leurs œuvres de fiction à systématiquement dessiner des profils d’athlètes. Embarqué sur la goélette Étoile d’Arvor, « de haute taille », Tual Manchec « jouit d’une constitution robuste29 » ; le conteur de Pâques d’Islande évoque un de ses compagnons de bord « un colosse avec ses membres énormes » tandis que le capitaine de la goélette est « un Hercule […] à la carrure puissante30 ». Commentant à propos de ces pêcheurs les écarts respectifs entre le récit mythologique de la Vocation et la réalité des nécessités alimentaires, entre les portraits d’Adonis marins et la réalité des corps délabrés, nous invoquions deux raisons d’en appeler à l’explication idéologique en épousant le scepticisme évoqué par N. Journet.

  • 31 Kerlévéo J., op. cit., p. 18.

20S’il est difficile de cerner les raisons pour lesquelles nos auteurs traduisent délibérément une réalité qu’ils connaissent fort bien, la conformité aux exigences des canons de la littérature maritime doit encore être envisagée à propos du mythe du surhomme comme à propos de celui de la vocation. Même s’il est très difficile à résoudre, on ne peut évacuer le problème des « intérêts » concernés par cette littérature orientée. Cependant nous nous refusons à nous enfermer d’emblée dans une double définition réductrice : la réalité vécue par les pêcheurs d’Islande est la vérité ; les récits littéraires les concernant relevant de la mythologie, de l’idéologie sont faux. En effet ces dernières ne peuvent se réduire à des discours mensongers, ils empruntent à la réalité et produisent de la réalité, et c’est la deuxième raison pour laquelle il faut recourir au fonctionnement idéologique pour comprendre les écarts mentionnés. Même si les composants de « l’extraordinaire islandais » sont biaisés (à l’extraordinaire inhumanité du métier de pêcheur on substitue une extraordinaire capacité surhumaine à l’exercer), il n’en reste pas moins que cet « extraordinaire » est une réalité qui a créé, autre « réalité », « une accoutumance, une fierté d’être islandais, d’appartenir à ces géants qui défiaient la mer d’Islande31 ». Cette fierté résulte pour partie de la transmission d’une mémoire épique sans doute magnifiée par le sentiment d’être des survivants d’une aventure meurtrière, pour partie d’une orchestration de ce sentiment par les médias de l’époque au premier rang desquels comptaient nos auteurs. L’ambivalence du mot idéologie ou du mot mythologie éclate autour de ce cas. Conçus comme discours trompeurs il conviendrait de les décrypter pour conclure que cette héroïsation des pêcheurs d’Islande avait ou n’avait pas pour « fonction » d’aliéner ces derniers grisés par ce vedettariat et oublieux de leur propre exploitation humaine et économique. Perçus comme des systèmes d’explication du réel, partant du réel (le courage réel des pêcheurs) créant du réel (le sentiment réel d’appartenir à une élite), ils proposent une compréhension en profondeur de l’aventure islandaise à laquelle nos auteurs associent les marins pêcheurs non pas comme figures aliénées mais comme créateurs de leurs propres univers héroïques. En quelque sorte les pêcheurs privés de parole d’expression autonome auraient trouvé leur porte-voix avec T. Botrel, C. Le Goffic, A. Le Braz. Soulignons tout de suite que cette symétrie des hypothèses n’est qu’apparente, sa transposition au cœur de l’analyse du couple Mort-Fatalité va nous ramener, après ce détour par la puissance objective du mythe, aux exigences de l’interprétation de cette double écriture qui, autour de ce deuxième exemple, produit quasi naturellement sa signification.

  • 32 Ibid., p. 6
  • 33 Le Goffic C., L’Illustration, 25 février 1893.
  • 34 Loti P., Journal de Paimpol, 22 juillet 1888
  • 35 Le Goffic C., Goélettes d’Islande, p. 206.
  • 36 Le Braz A., Fille d’Islandais.
  • 37 Loti P., Pêcheur d’Islande, p. 73.
  • 38 Rapport du capitaine de vaisseau Bienaimé, Revue maritime et coloniale, janvier-mars 1893.

21À propos de ce deuxième couple, la tentation est encore plus forte d’opposer la réalité des causes des naufrages des goélettes en mer d’Islande, et donc des morts en mer tout à fait identifiables, aux récits mythologiques censés les expliquer, tentation accentuée par l’observation d’un dédoublement caricatural de personnalité chez nos auteurs. Tous les observateurs qualifiés de l’époque de la grande pêche paimpolaise en Islande (1852-1935) connaissaient les causes des naufrages, armement à l’économie, indiscipline des équipages, insuffisances de certains capitaines, graves « sur une des mers les plus dures du globe32 ». C. Le Goffic les avait identifiées et soulignait qu’« il serait temps d’établir une fois pour toutes le bilan des intérêts en présence, de déterminer avec exactitude les responsabilités afférentes à chacune des parties, de veiller enfin à la stricte observation des contrats et règlements33 », A. Le Braz est conscient du rôle de l’alcool dans les naufrages, P. Loti, marin professionnel sachant qu’en mer les mêmes causes suscitent les mêmes conséquences regrettait le caractère ponctuel de l’opération de charité qu’il avait humainement menée à Plouézec à la suite du naufrage de la goélette la Petite Jeanne (15 veuves, 52 orphelins) : « J’ai souffert surtout de pressentir ma complète impuissance à soulager les misères futures imminentes qui vont infailliblement résulter des prochaines saisons de pêche34. » Quand ces experts se muent en écrivains, les registres des « explications » des naufrages épousent cette mutation, pour Le Goffic : « Au Minotaure polaire il faut son tribut annuel de jeunes hommes35 », pour Le Braz la responsable, c’est l’Islande « sans cœur et sans âme36 » ; pour Loti « il faut beaucoup d’enfants à ces races de pêcheurs que l’Islande dévore37 » ; le thème unificateur de ce registre est la fatalité, « explication » qui irritait le futur amiral Bienaimé : « Ces gens-là [les pêcheurs d’Islande] souffrent et meurent sans qu’on pense à eux. Une messe de “requiem” à Paimpol, une autre à Dunkerque et c’est fini… Eh bien je ne peux me résoudre à tant de fatalisme38. »

22Malgré les dispositions idéologiques de certains d’entre eux (Botrel était effectivement réactionnaire, Le Goffic l’était devenu, Loti était attaché à un ordre social hiérarchisé), il serait très imprudent d’attribuer à nos auteurs l’intention délibérée d’élaborer une mythologie d’occultation, de protéger idéologiquement les armateurs. Comment cependant ne pas imaginer le soulagement des armateurs paimpolais, trop heureux, au lieu de s’expliquer sur les 2 000 inscrits maritimes du Quartier de Paimpol disparus en mer d’Islande, d’invoquer la Fatalité, l’Océan, l’Islande, la vague et… Dieu ?

  • 39 Vicaire général Le Provost, Semaine religieuse, 19 février 1897.
  • 40 Semaine religieuse, 18 février 1898.

23En effet, le clergé catholique a élaboré une théologie islandaise dont le contenu nous semble assimilable à la qualification du mythe par N. Journet : « Un texte, un récitant respectueux et un auditeur sceptique. » Commentant le dogme climatologique central : « le vrai Dieu […] commande en maître absolu aux vents et à la tempête39 », les ministres catholiques rappellent aux marins-pêcheurs qu’il est obligatoire de contracter une assurance divine faute de laquelle « les dangers sont à craindre (si la protection du ciel ne leur est pas accordée) ». Si le contrat « Marie l’étoile de la mer […] protégera les braves marins et les ramènera à bon port40 », n’est pas honoré, c’est-à-dire si les pêcheurs périssent quand même en mer, la Compagnie d’assurance divine ne lâche pas sa « fidèle » clientèle à qui elle propose trois types de produits comme on dit aujourd’hui :

  • « la consolation pour ceux qui pleurent [le disparu] […] [qui] a fait une fin très chrétienne41 » ;
  • l’assurance, cette fois honorée, de retrouver le défunt au ciel : « perdu en mer mais qu’importe ? on se retrouvera au ciel er baradoz42 » ;
  • la garantie de « haut » niveau que représente la présence active « au paradis » du lobby des disparus en mer : « Vous avez des protecteurs au ciel qui ne vous oublieront pas et intercéderont pour vous auprès du divin maître43. »
  • 44 Le Guyader F., La chanson du cidre, Goaziou, 1900, p. xii.
  • 45 Bronkhorst M., La pêche à la morue, Blondel, 1923, p. 132.

24Sans imaginer, répétons-le, un contrat entre nos auteurs, le clergé et les armateurs pour dissimuler les responsabilités de ces derniers, on peut imaginer que si E. Zola avait poursuivi, vers 1890, le dessein que lui avait prêté un certain F. Le Guyader c’est-à-dire d’écrire une suite aux Rougon-Macquart située en Bretagne, il y aurait eu peu de chances que les armateurs-édiles de Paimpol aient donné à un quai le nom de Zola comme ils l’ont fait en 1891 en l’honneur de Loti. S’ils avaient été informés du projet de Zola puis de son abandon, ils auraient sans doute partagé le lâche soulagement du médiocre auteur de L’ère bretonne : « Zola fut intelligent de comprendre qu’il n’avait rien à faire chez nous. Il quitta Sainte Marine, alla promener son bistouri et sa personne. La Bretagne ne fut pas diffamée par Zola44. » Cette « diffamation » aurait sans doute pris la forme d’une dénonciation de l’égoïsme social des armateurs qui aurait peut-être ébranlé le système mythologique d’explication des naufrages en Islande. Ce dernier fut efficace auprès d’un public préalablement formé à recevoir ce type d’explication crédibilisé par la notoriété d’auteurs dont les récits apparaissaient beaucoup plus « intéressants » que les prosaïques convictions raisonnées de l’Administrateur général de l’Inscription maritime Bronkhorst : « les sinistres survenus en Islande étaient en grande partie attribuables alors à l’incapacité de certains capitaines, à l’indiscipline de certains équipages, aux défectuosités de l’Armement plus qu’à l’influence du temps et aux perturbations atmosphériques45 ».

  • 46 L’École nationale de la Marine marchande était couramment appelée l’« Hydro ».
  • 47 Délibération du conseil municipal de Paimpol, 17 mai 1880.

25Le scepticisme fleurit encore au sujet de l’âge d’or qu’aurait connu le pays de Paimpol au temps d’Islande et ensuite du « temps de l’Hydro46 », les deux mémoires mythologiques, celle de l’âge d’or, celle de l’unité sont intimement liées. Si le thème de la grande famille des gens de mer a suscité d’innombrables variations paternalistes, lyriques, Jean Kerlévéo l’a singularisé au sujet de Paimpol au temps d’Islande en intitulant le chapitre II du tome 2 de son maître-ouvrage : La cité-corporation et le bien commun paimpolais au temps d’Islande. Le rapport entre idéologie et mythologie urbaine semble étroit tant l’historien de Paimpol et les armateurs-édiles s’évertuent à démontrer l’unité paimpolaise, source de prospérité : « L’intérêt de la ville s’identifie avec celui du port, qui est le centre de la source de la principale industrie de la commune et du canton47. »

  • 48 Capitaine au long cours Le Guyader, Journal de Paimpol, 29 avril 1894.
  • 49 Journal de Paimpol, 8 mars 1908.
  • 50 Dubois J., op. cit., p. 46.

26Sur ce thème, l’idéologie libérale, celle des armateurs républicains fonctionne à plein rendement dans les sens politique et économique du terme. La richesse des armateurs profite à tous, aux membres des corps de métiers (voiliers, charpentiers…) qui concourent à la grande entreprise commune et aux marins-pêcheurs. Quand l’Administration de la Marine prétend réglementer la date des départs pour l’Islande pour des raisons de sécurité, l’idéologie libérale est bruyamment évoquée : « La pleine et entière liberté des départs [est la seule] solution possible sous peine d’abandonner les grandes traditions de la Révolution et les véritables principes démocratiques48. » Cette unité mythologique « en réalité » est fissurée par au moins deux facteurs. Les intérêts des uns et des autres ne sont évidemment pas les mêmes, le rapport moyen entre les revenus des pêcheurs et ceux des armateurs est de 1 à 15 pendant toute la période. Au cours des débats houleux suscités par l’affaire de la date des départs, un armateur paimpolais avait proclamé que la « pêche n’était pas une question d’humanité mais une question de pièces de cent sous49 ». D’autre part, le père d’Yves Le Roux (Tonton Yves, pêcheur d’Islande) n’était pas dupe : « Et quand on pense qu’un capitaine paimpolais avait eu l’audace d’affirmer : “la pêche en Islande ? Mais cela fait la fortune du pays”. Ouais, elle faisait surtout celle de tous ceux qui la vivaient, de loin, bien sûr50. » La deuxième lézarde de l’unité apparaît avec la différence des risques encourus. Les armateurs mourraient dans leurs lits tandis que 2000 types sont morts en mer pour deux fois le Smic d’aujourd’hui, deuil rappelé par le mur des disparus en mer à Ploubazlanec ; le mur des disparus des armateurs, ce sont les façades des somptueuses maisons bourgeoises qu’ils ont fait construire à Paimpol.

  • 51 Publication « progressiste », ce journal « maritime, commercial, industriel, agricole et littérair (...)

27L’efficience de cette mythologie de la prospérité homogène tient pour une part à la position dominante de ses diffuseurs à Paimpol, les armateurs-édiles qui disposent avec le Journal de Paimpol51 d’un relais efficace pour une autre part à la réalité de gains relativement élevés par des pêcheurs qui, à terre, frôlaient la misère.

28L’âge d’or et l’unité de Paimpol au temps de l’Hydro sont plus difficiles à analyser faute de relais médiatiques à l’époque et d’études postérieures. Se combinaient sans doute des éléments objectifs, les retombées économiques, sociales, culturelles de la présence de cette université maritime dans une ville de 2700 habitants et l’espérance d’une ascension sociale possible pour les jeunes gens de Paimpol, pour les jeunes filles et d’une promotion mondaine pour les familles. Avant d’établir les contours de la rectification de la mémoire par l’histoire, il nous faut commenter un deuxième inconfort de l’historien après celui suscité par la complexité de l’objet historique « mythologie ». Au nom de quelle appréhension supérieure de la réalité du passé peut-il prétendre faire le tri dans les récits littéraires suscités par la pêche en Islande ? Ne serait-il pas lui-même en position de faiblesse vis-à-vis de certaines réalités sur lesquelles il aurait moins de prise que le créateur de fictions ?

  • 52 Ricœur P., Temps et récit, t. 3 : Le temps raconté, Seuil, 1985, p. 331.
  • 53 Certeau M. de, L’écriture de l’histoire, Gallimard, 1975, p. 5.

29Loti a-t-il dit « vrai » dans son roman Pêcheur d’Islande ? Question cent fois posée à laquelle Jean Kerlévéo était tout à fait en droit de répondre : « Nous avons quelque qualité et quelque droit de dire qu’au-delà de l’aspect économique et social que nous avons longuement étudié, la pêche maritime en Islande et la vie de Paimpol ou de la région correspondaient bien aux descriptions même romancées de Pierre Loti. » Quels sont les éléments qui autorisent son affirmation, lui qui n’a jamais « vu » la réalité passée de la pêche en Islande ? Comme tous les historiens, il a recours à son imagination, forcé qu’il était de constater que « la place en creux de l’imaginaire est marquée par le caractère même de l’avoir été comme non observable52 ». Non seulement le passé est non observable mais l’historien doit « éviter l’illusion, nécessairement dogmatique, propre au discours qui prétend faire croire qu’il est adéquat au réel53 ».

  • 54 Ricœur P., Temps et récit, op. cit., t. 3, p. 347.
  • 55 Jouhaud C., « Littérature et Histoire », Annale Histoire et sciences sociales, mars-avril 1994, p. (...)
  • 56 Masson P., La mort et les marins, Glénat, 1995.

30L’historien est en mauvaise posture, il n’a jamais vu le réel qu’il prétend décrire et les mots ne sont pas les choses, inconfort aggravé par la capacité dont dispose le créateur de fiction de faire surgir des « possibles » ainsi que le suggère P. Ricœur en réfléchissant sur l’entrecroisement de l’histoire et de la fiction : « Le quasi passé de la fiction devient ainsi le détecteur des possibles enfouis dans le passé effectif. » Ce qui aurait pu avoir lieu – le vraisemblable selon Aristote – recouvre à la fois les potentialités du passé « réel » et les possibles « irréels de la pure fiction54 ». Il semble que certains textes de Loti sont ce que C. Jouhaud désigne comme « des réservoirs où la part de réalité qui échappe aux archives serait venue se déposer55 ». Que peut dire l’historien de la mort en général et de la mort en mer en particulier ? Comme P. Masson, il peut étudier la singularité des rapports entre « la mort et les marins56 » mais il est démuni devant cette expérience individuelle, unique qu’est la mort de chaque humain :

  • 57 Ricœur P., Temps et récit, op. cit., p. 209.

« La mort, en histoire, revêt une signification éminemment ambiguë où se mêlent la référence à l’intimité de la mortalité de chaque homme et la référence au caractère public du remplacement des morts par les vivants… en histoire, la mort, en tant que fin de chaque vie prise, une à une, n’est traitée que par allusion, au bénéfice des entités dont la durée enjambe les cadavres : peuple, nation, état, classe, civilisation57. »

31Quand Loti « invente » l’agonie de Sylvestre en lui prêtant des visions de personnages et de paysages bretons, il rend compte de la « réalité vécue » par de nombreux jeunes marins bretons qui sont effectivement morts à bord de navires-hôpitaux rapatriant les victimes de la guerre de Chine. L’historien est également impuissant à rapporter une des réalités les plus épaisses de la tragédie islandaise, l’angoisse des femmes, des fiancées, des parents qui attendent les pêcheurs qui « doivent » revenir à partir de la mi-août. L’historien est démuni face à cette réalité de l’attente angoissée dont les acteurs ont laissé si peu de traces orales et encore moins écrites. Quand, à la chapelle de Perros-Hamon, Loti met en scène Gaud qui attend le retour de l’homme avec lequel elle est mariée depuis six mois, il fait un pari sur la condition humaine :

« Gaud regardait avec une persistance involontaire, une place vide, sur le mur qui semblait attendre ; avec une obsession terrible, elle était poursuivie par l’idée d’une plaque neuve qu’il faudrait peut-être mettre là, bientôt… une plaque fraîche une tête de mort, des os en croix et au milieu, dans un flamboiement, un nom, le nom adoré Yann Gros… Alors elle se dressa tout debout en poussant un cri rauque de la gorge comme une folle… »,

32pari que Loti ne peut pas perdre.

  • 58 Kerlévéo J., Paimpol et son terroir, 1971.

33Malgré l’indéniable intérêt que représente le travail effectué par Jean Kerlévéo pour repérer les filiations entre les sites et les personnages réels dont s’est inspiré Loti et leurs traductions romanesques dans Pêcheur d’Islande58, c’est l’ancien maire de Paimpol qui a raison d’affirmer :

  • 59 Querrien M., « Venez chercher Loti à Paimpol », Revue Pierre Loti, n° 27, juillet-septembre 1986, (...)

« Les romans, d’une certaine manière, contiennent plus de vérité que les biographies…
Ici encore il y a plus de richesses dans la liberté d’imaginer et de reconstruire qu’il y en aurait eu dans quelque tableau annexé à Pêcheur d’Islande pour dénoncer l’état civil des prétendus “personnages vrais” dont les reflets sans doute composites, une fois immergés dans la dialectique romanesque, n’auraient pu que s’écarter de leurs modèles, simplement pour rester vraisemblables59. »

  • 60 Sartre J.-P., Qu’est ce que la littérature ?, Gallimard, 1948, p. 77.
  • 61 Expression qui renvoie à une stratégie matrimoniale légendaire à Paimpol. Les conditions d’héberge (...)
  • 62 Manifestation mondaine annuelle organisée par les élèves de l’Hydro à but festif, culturel, conviv (...)
  • 63 Couple mythique qui tenait Le café des marins qui faisait office de restaurant et de cité universi (...)
  • 64 Nora P., Les lieux de mémoire, t. I : La République.
  • 65 Prost A., Douze leçons pour l’histoire, op. cit., p. 293.

34À notre connaissance aucun travail méthodique n’a été mené sur les conditions de la transmission de la mémoire nostalgique du temps « de l’Hydro ». On peut cependant identifier dans les récits oraux qui se transmettent à Paimpol « les détecteurs de possibles » commentés par P. Ricœur. J.-P. Sartre analysait la puissance des « mots-clés » capables de suggérer une réalité passée, celle par exemple de l’occupation allemande : « Un concert de musique militaire allemande dans le kiosque d’un jardin public, tout est là, un aigre printemps, un parc de province, des hommes au crâne rasé qui soufflent dans des cuivres, des passants aveugles et sourds qui pressent le pas60… » À Paimpol, évoquer « le coup du canapé61 », « le bal des candidats62 », « Paul-Joseph et Louise-Angèle63 », c’est re-entrevoir l’âge d’or du temps de l’Hydro plus intensément que ne sauraient le faire un sociologue ou un historien. Confronté à la complexité de l’objet historique « mythologie » dont la puissance effective tient pour beaucoup à la liberté de la mémoire qui « parce qu’elle est affective et magique ne s’accommode que des détails qui la confortent64 », souffrant de la comparaison avec le créateur de fictions elles-mêmes créatrices de mythologies au terme de laquelle peut être suggéré que dans un certain sens, « le roman, au total, est plus riche de sens profond65 », dans quelles conditions l’historien peut-il exercer sa fonction de redresseur de mémoire ?

  • 66 Veyne P., Comment on écrit l’histoire, essai d’épistémologie, Seuil, 1971, p. 23.
  • 67 R. Collingwood commenté par Ricœur P., Temps et récit, op. cit., t. 3, p. 262.
  • 68 Rancière J., Les mots de l’histoire, essai de poétique du savoir, Seuil, 1992, p. 20.

35Ces conditions sont difficiles parce qu’il ne dispose pas d’une « méthode historique… qui n’existe pas [plus] qu’il n’en existe de l’ethnographie ou de l’art du voyage66 », parce qu’il est suspecté d’impuissance scientifique « [il] ne connaît pas du tout le passé mais seulement sa propre pensée sur le passé67 » parce qu’assigné à résidence littéraire il « doit nourrir son désir de science du soupçon perpétuel sur les mots68 ».

  • 69 Ricœur P., Temps et récit, op. cit., t. 3, p. 253.
  • 70 Ibid., p. 284.
  • 71 Ibid., p. 183.
  • 72 Prost A., Douze leçons pour l’histoire, op. cit., p. 288.

36La satisfaction de cinq exigences lui permet cependant de proposer un savoir vérifié qui, en l’occurrence, rendra compte des mythologies paimpolaises dans leur double réalité de récits ayant des effets et de faits créateurs de récits. L’exigence de la « représentance » est sans doute le fondement éthique du métier d’historien. Formulée par P. Ricœur, il différencie expressément ce concept de celui de représentation et l’associe à celui de dette envers les morts ; l’historien a une dette à l’égard du passé, une dette de reconnaissance à l’égard des morts, qui fait de lui un « débiteur insolvable69 ». Ayant lui-même amorcé la comparaison entre l’irréalité de la fiction et celle du passé non observable, il précise dans la même démarche qu’étant donné que le passé fut du présent, « entre le passé “réel” et la fiction “irréelle” l’abîme paraît infranchissable70 ». « Les constructions de l’historien ont l’ambition d’être des reconstructions plus ou moins approchées de ce qui un jour fut “réel”… nous donnerons le nom de représentance (ou de lieutenance) aux rapports entre les constructions de l’histoire et leur vis-à-vis71. » Si, empêché d’assister à une réunion d’un CA je donne une procuration à un collègue pour me représenter, il « devra » se comporter, intervenir, voter « au plus près » de ce que j’aurais fait si j’avais participé à cette réunion. Ce devoir ne découle cependant d’aucune méthode pas plus que celui que je m’assigne d’être le « représentant » du passé des marins-pêcheurs paimpolais qui ressort d’une posture « éthique », « d’une double attitude, morale et intellectuelle72 ».

  • 73 Veyne P., Comment on écrit l’histoire, Seuil, 1971, p. 267.

37La deuxième exigence du récit historien est l’établissement du questionnaire qui ne procède d’ailleurs pas non plus d’une quelconque méthode. P. Veyne affirme, à très juste titre que l’historien amateur, sans culture suffisante « péchera moins par ce qu’il affirme que par ce qu’il n’a pas pensé à demander73 ».

  • 74 Prost A., Douze leçons pour l’histoire, op. cit., p. 80.

38Cette défaillance peut être néanmoins le résultat d’un parti pris idéologique. À l’instar des juges de l’affaire Dreyfus qui interdisaient que « la question soit posée », il est possible d’éviter que la question de l’ivrognerie ou de l’alcoolisme comme éventuel facteur des naufrages en mer d’Islande soit posée. Si je la pose, ma « question n’est pas une question nue ; c’est une question armée, qui porte avec elle une idée des sources documentaires et des procédures de recherche possibles74 ».

  • 75 Ricœur P., Temps et récit, op. cit., t. 3, p. 297.

39Procédures qu’il convient d’exposer à son lecteur vis-à-vis duquel s’enclenche effectivement l’opération de rectification de la mémoire quand l’historien prolonge son contrat moral avec le passé par un contrat de rationalité proposé au lecteur, troisième exigence pour que naisse un discours « scientifique ». La nature du pacte de lecture est déterminante parce qu’il faut éviter « l’illusion… que le texte est structuré en soi et par soi et que la lecture advient au texte comme un événement extrinsèque et contingent75 ». Cherchant à identifier (parce que je le veux bien) les causes des naufrages en Islande, je fais appel à la raison de mon lecteur auquel je prête une capacité à suivre ma démonstration. Le pacte de lecture proposé tacitement par P. Loti est différent, il n’entend pas « démontrer » quoi que ce soit même si nous l’avons vu, il « montre » beaucoup de choses. On ne réfute pas un roman, on ne « réfute » pas l’explication romanesque des morts par la fatalité.

  • 76 Ricœur P., La mémoire, l’histoire, l’oubli, Seuil, 2000, p. 359.

« À la différence de pacte entre un auteur et un lecteur de fiction qui repose sur la double convention de suspendre l’attente de toute description d’un réel extralinguistique et en contrepartie de retenir l’intérêt de lecture, l’auteur et le lecteur d’un texte historique conviennent qu’il sera traité de situations, d’événements, d’enchaînements, de personnages qui ont réellement existé auparavant, c’est-à-dire avant que récit en soit fait76. »

  • 77 Ibid., p. 311.

40La quatrième exigence « combine » la soumission de l’historien à sa condition littéraire et l’obligation de s’y soustraire pour produire un discours scientifique. Combinaison qui est une source de « tourment de toute une philosophie littéraire de l’histoire : quelle différence sépare l’histoire de la fiction si l’une et l’autre racontent77 ? ». Deux conditions sont nécessaires à la réalisation de cette « combinaison ». Il convient de distinguer le fait dans le discours de l’historien et l’événement correspondant à ce qui s’est passé.

  • 78 Ibid., p. 228.
  • 79 Rancière J., Les mots de l’histoire, op. cit., p. 62.
  • 80 Prost A., Douze leçons pour l’histoire, op. cit., p. 289.

41L’exigence morale de représentance se prolonge en exigence technique, le vis-à-vis de ce qui est dit par rapport à ce qui s’est passé est respecté si « je distingue le fait en tant que la chose dite », le quoi du discours historique, de l’événement en tant que « la chose dont on parle », le « au sujet de quoi » est le discours « historique78 ». C’est cette distinction qu’enregistre et homogénéise la représentance qui exige de « rendre équivalentes un certain nombre de situations de discours79 ». Les naufrages en mer d’Islande ont eu lieu, c’est la réalité dont je parle, c’est un fait historique ; les naufrages en mer d’Islande, c’est aussi l’événement réel remémoré. L’offensive « révisionniste » visant actuellement les choses de l’Islande ne peut cependant pas nier la réalité des naufrages mais elle récuse les responsabilités les ayant suscités. Nous en arrivons à la deuxième condition de la réalisation de notre « combinaison » : l’administration de la preuve qui est le noyau dur du métier d’historien. A. Prost a raison d’écrire « de ce que l’histoire n’a pas de méthode spécifique, il ne résulte pas en effet qu’elle n’a pas de méthodes80 ». L’exécution du contrat de rationalité implique que je vais prouver au lecteur que les causes des naufrages sont identifiables parce que les mots peuvent s’incorporer à un « récit » explicatif. Si certains « historiens » veulent évoquer la fatalité comme « cause » des naufrages, j’aurai quelques difficultés à réfuter cet argument théologique, j’en aurai déjà moins à décrypter les intérêts masqués par cette invocation mais je n’en aurai plus du tout à « prouver » que les armateurs avaient une large part de responsabilités dans ces naufrages. En avril 1876, la goélette Dunkerquoise fut écrasée par les glaces. Elle n’avait qu’un seul canot de sauvetage, sur lequel embarqua la moitié de l’équipage recueillie par une autre goélette paimpolaise qui ne retrouva pas, de nuit, la Dunkerquoise en perdition ; un survivant avait raconté cette tragédie au commissaire de l’administration maritime de Paimpol qui fit ce commentaire aussi humain que professionnel :

  • 81 Commissaire Leissen. 28 mai 1898. Archives maritimes de Brest.

« Cette déposition est saisissante mais combien de sinistres semblables qui n’ont eu personne pour les raconter ? Il n’est pas en effet, besoin de grands efforts d’imagination pour se représenter les 20 ou 22 hommes composant l’équipage, affolés par l’idée d’une mort imminente et atroce, se précipiter dans la seule et insuffisante embarcation du bord qui trop petite pour les recevoir s’engloutit avec eux dans les flots81. »

42Ce commentaire est aussi un commentaire d’historien qui illustre notre tentative de rétablissement de l’historien dans la possibilité de sa fonction scientifique.

  • 82 Ricœur P., Temps et récit, op. cit., t. 3, p. 253.

43L’exigence de la représentance ne tient pas à la présence du mot se représenter mais à l’idée que Leissen se fait de la dette que les vivants ont envers les morts, de l’exigence de ce vis-à-vis que réclame Ricœur, répétant « avec Karl Heusi que le passé est le “vis-à-vis” à quoi la connaissance historique s’efforce de correspondre de manière appropriée82 ». Il a établi un questionnaire d’autant plus opportun qu’il ne déduit pas de l’absence de traces l’absence de faits dont il faut se demander « pourquoi » ils surviennent. Il a passé avec son lecteur, en l’occurrence son supérieur hiérarchique, un pacte de rationalité qui le dispense d’évoquer la fatalité et il propose « un récit » dont le déroulement vaut explication probante ; une seule embarcation de sauvetage est, en mer, une insuffisance qui est la cause de nombreuses disparitions.

44Cette appréciation du commissaire Leissen qui rejoint celle de tous les observateurs qualifiés de l’époque conduit au commentaire de la cinquième exigence envisagée. Elle prendra la forme d’un programme de travail plutôt que celle d’une conclusion fermée bien que ce programme soit animé par une conviction : la mémoire collective n’est pas une « chose », un héritage inventorié, un corps de traditions qui se transmettent de génération en génération. L’historien doit en fonction des « exigences du métier », éviter trois erreurs : considérer la mémoire collective d’un groupe comme le reflet homogène de ce groupe ; malgré les critiques théoriques que lui adresse P. Ricœur, la définition de M. Halbwachs me paraît stimulante :

  • 83 Halbwachs M., La mémoire collective, cité par Ricœur P., La mémoire, l’histoire, l’oubli, op. cit.(...)

« Au reste, si la mémoire collective tire sa force et sa durée de ce qu’elle a pour support un ensemble d’hommes, ce sont cependant des individus qui se souviennent en tant que membres du groupe. Nous dirions volontiers que chaque mémoire individuelle est un point de vue sur la mémoire collective, que ce point de vue change selon la place que j’y occupe et que cette place elle-même change selon les relations que j’entretiens avec d’autres milieux83. »

  • 84 Aron R., Dimensions de la conscience historique, Plon, 1984, p. 21.

45Par rapport aux mémoires paimpolaises commentées, mémoires glorieuse, héroïque, épique, nostalgique, il faudrait identifier les modes de transmission des paroles dominantes qui créent une mémoire dominante au sein des différents groupes sociaux et une hiérarchie entre ces derniers. La mémoire collective des pêcheurs d’Islande n’existe pas, c’est une mémoire créée par procuration ou substitution. Loti, Le Braz, Le Goffic, Botrel ont passé un contrat affectif avec leur public, celui-ci a validé la mémoire épique créée par ces auteurs qui ont parlé à la place des intéressés. La deuxième erreur serait « d’entrer » dans ces mémoires en oubliant la distinction qu’effectuait R. Aron : « Les sociétés vivent leurs traditions, l’historien s’efforce de les comprendre84. » Ce dernier doit sans cesse se demander si ces mémoires n’orientent pas « trop » son questionnaire.

46La mémoire épique paimpolaise ne doit pas, par exemple, empêcher de poser la question de la peur en mer. La mémoire nostalgique du temps de l’Hydro ne doit pas occulter les réalités paimpolaises commerciales, sociales, culturelles, extra-maritimes de cette même époque. Enfin, il ne faut pas « désidéologiser » le processus de transmission de ces différentes mémoires. L’identification de ce processus doit être doublée par celle des « intérêts » qui sous-tendent ces mémoires. Il n’y a plus d’armateurs pour Islande à Paimpol, peu de descendants, on constate cependant dans une partie du public paimpolais un intérêt idéologique « par filiation » à ignorer certaines questions au profit de mémoires impérialistes.

  • 85 Detienne M., Comment être autochtone, Seuil, 2003.
  • 86 Barthes R., Mythologies, Seuil, 1957, p. 231-239.
  • 87 Ibid., p. 231-239.
  • 88 Giard L., Martin H. et Revel J., Histoire mystique et politique, Jérôme Million, 1991, p. 30.
  • 89 Prost A., Douze leçons pour l’histoire, op. cit., p. 306.

47L’idéologie et sa cousine germaine la mythologie sont au rendez-vous de cette conclusion, cousinage illustré par l’expression utilisée par M. Detienne de « mythidéologies85 ». La tâche de l’historien est complexe, il doit repérer les visées des manipulateurs de mythologies. Les manœuvres d’occultation des responsabilités des armateurs paimpolais au profit d’une explication naturelle : « c’est ainsi, c’est la fatalité », ou « surnaturelle » : « c’est Dieu, le Minotaure polaire » sont illustrées par l’analyse de R. Barthes commentant la fonction du mythe « qui abolit la complexité des actes humains, leur donne la simplicité des essences86 », « l’évaporation de l’histoire [qui] est une autre forme d’un concept commun à la plupart des mythes bourgeois : l’irresponsabilité de l’homme87 ». Cependant, l’historien ne peut pas prendre les mythes ou « les idéologies » de haut, parce qu’à l’instar de M. de Certeau, il a renoncé à Hegel « pour lui il n’y a plus de position absolue à partir de laquelle il serait légitime de lire et de penser l’histoire des hommes88 » et qu’il sait que les mythes ou les idéologies partent et produisent de la réalité. S’impose à lui un devoir simple mais dont les modalités d’application sont complexes, celui de la « juste mémoire » énoncé par P. Ricœur, et fort bien explicité, par ailleurs, par la formule d’A. Prost : « C’est pourquoi l’histoire ne doit pas se mettre au service de la mémoire : elle doit certes accepter la demande de mémoire mais pour la transformer en histoire89. »

Notes

1 Voir la communication d’A. Cabantous dans ce même colloque « Des villes en général et de Dunkerque en particulier ».

2 Girard R., La voix méconnue du réel, une théorie des mythes archaïques et modernes, Grasset, 2002, Introduction.

3 Cité par Detienne M., L’invention de la mythologie, Gallimard, 1981, p. 11.

4 Article « Imaginaire », Revue Sciences humaines, oct.-nov. 2002, hors série, « L’abécédaire des sciences humaines ».

5 Girardet R., Mythes et mythologies politiques, Seuil, 1986, p. 24.

6 De fait, la municipalité de Callac dans le sud des Côtes-d’Armor a fait ériger en plein centre de la ville une monumentale statue représentant l’étalon « Naous » en hommage aux services rendus par ce dernier à la communauté agricole du pays de Callac.

7 Dupont J., préface de Pêcheur d’Islande, Gallimard, Folio, 1988.

8 Contribution qui bien entendu n’épuise pas cette identité tourmentée aujourd’hui par d’autres facteurs que la mémoire (survie de l’Hôpital, etc.).

9 Journet N., article « Mythes », Revue Sciences humaines, oct.-nov. 2002, hors série, « L’abécédaire des sciences humaines ».

10 Nora P., Les lieux de mémoire, Gallimard, Quarto, 1997, p. 24-25.

11 Ibid.

12 Prost A., Douze leçons pour l’histoire, Seuil, 1996, p. 113.

13 Baechler J., Qu’est ce que l’idéologie ?, Gallimard, 1981, p. 81.

14 Althusser L., Pour Marx, Maspero, 1965, p. 238-239.

15 Kerlévéo J., Paimpol au temps d’Islande, Slatkine, réimp. de l’édition, Chroniques sociales de France, 1944, t. II, p. 18

16 Masson P., Grandeur et misère des gens de mer, Lavauzelle, 1986, p. 76.

17 Le pain était là-bas.

18 Le Braz A., Le nouvel avenir morlaisien, 25 novembre 1901.

19 Le Braz A., Pêcheurs d’Islande, Tours.

20 Le Braz A., Pâques d’Islande, Calmann-Levy, 1897, p. 5.

21 Avril J.-L. et Quéméré M., Pêcheurs d’Islande, Ouest-France, 1984.

22 Rapport du commandant Boulineau, 12 mai 1888, Archives maritimes de Brest.

23 Expression utilisée par un armateur devant l’abbé Giquello. Le Navire-Église-Hôpital, Tours, 1901, p. 8.

24 Dubois J., Le jardinier des mers lointaines, Tonton Yves pêcheur d’Islande, Picollec, 1980, p. 134.

25 Capitaine de vaisseau Houette, rapport de fin de campagne, 1896, Archives maritimes de Brest.

26 Kerlévéo J., Paimpol au temps d’Islande, t. II, p. 46.

27 Dubois J., op. cit., p. 128

28 Le Goffic C., Sur la côte, Colin, 1897, p. 236.

29 Le Goffic C., L’Islandaise, Passions celtes, La Renaissance du Livre, 1908.

30 Le Braz A., op. cit.

31 Kerlévéo J., op. cit., p. 18.

32 Ibid., p. 6

33 Le Goffic C., L’Illustration, 25 février 1893.

34 Loti P., Journal de Paimpol, 22 juillet 1888

35 Le Goffic C., Goélettes d’Islande, p. 206.

36 Le Braz A., Fille d’Islandais.

37 Loti P., Pêcheur d’Islande, p. 73.

38 Rapport du capitaine de vaisseau Bienaimé, Revue maritime et coloniale, janvier-mars 1893.

39 Vicaire général Le Provost, Semaine religieuse, 19 février 1897.

40 Semaine religieuse, 18 février 1898.

41 Abbé Silvent, Bulletin de la Société des œuvres de mer, n° 6, 1er janvier 1902.

42 Mgr Fallières, Semaine religieuse, 17 août 1894.

43 Abbé Servais, Bulletin de la Société des œuvres de mer, n° 17, 1er janvier 1913.

44 Le Guyader F., La chanson du cidre, Goaziou, 1900, p. xii.

45 Bronkhorst M., La pêche à la morue, Blondel, 1923, p. 132.

46 L’École nationale de la Marine marchande était couramment appelée l’« Hydro ».

47 Délibération du conseil municipal de Paimpol, 17 mai 1880.

48 Capitaine au long cours Le Guyader, Journal de Paimpol, 29 avril 1894.

49 Journal de Paimpol, 8 mars 1908.

50 Dubois J., op. cit., p. 46.

51 Publication « progressiste », ce journal « maritime, commercial, industriel, agricole et littéraire » s’autoproclamait « Journal Officiel de la République » à Paimpol.

52 Ricœur P., Temps et récit, t. 3 : Le temps raconté, Seuil, 1985, p. 331.

53 Certeau M. de, L’écriture de l’histoire, Gallimard, 1975, p. 5.

54 Ricœur P., Temps et récit, op. cit., t. 3, p. 347.

55 Jouhaud C., « Littérature et Histoire », Annale Histoire et sciences sociales, mars-avril 1994, p. 274.

56 Masson P., La mort et les marins, Glénat, 1995.

57 Ricœur P., Temps et récit, op. cit., p. 209.

58 Kerlévéo J., Paimpol et son terroir, 1971.

59 Querrien M., « Venez chercher Loti à Paimpol », Revue Pierre Loti, n° 27, juillet-septembre 1986, n° consacré au centenaire du Pêcheur d’Islande.

60 Sartre J.-P., Qu’est ce que la littérature ?, Gallimard, 1948, p. 77.

61 Expression qui renvoie à une stratégie matrimoniale légendaire à Paimpol. Les conditions d’hébergement souhaité du « candidat » chez l’habitant étaient telles que se créait avec la fille de la maison une situation irréparable que pouvait seule « réparer » une solution conjugale. Très opportune allusion dans l’excellent ouvrage du commandant Arbeille : Capitaine au long cours, France Empire, 1991.

62 Manifestation mondaine annuelle organisée par les élèves de l’Hydro à but festif, culturel, convivial qui incluait des stratégies matrimoniales déjà évoquées.

63 Couple mythique qui tenait Le café des marins qui faisait office de restaurant et de cité universitaire. L’établissement, parmi d’autres, proposait un brassage social local très supérieur à celui qu’offrent aujourd’hui les CROUS.

64 Nora P., Les lieux de mémoire, t. I : La République.

65 Prost A., Douze leçons pour l’histoire, op. cit., p. 293.

66 Veyne P., Comment on écrit l’histoire, essai d’épistémologie, Seuil, 1971, p. 23.

67 R. Collingwood commenté par Ricœur P., Temps et récit, op. cit., t. 3, p. 262.

68 Rancière J., Les mots de l’histoire, essai de poétique du savoir, Seuil, 1992, p. 20.

69 Ricœur P., Temps et récit, op. cit., t. 3, p. 253.

70 Ibid., p. 284.

71 Ibid., p. 183.

72 Prost A., Douze leçons pour l’histoire, op. cit., p. 288.

73 Veyne P., Comment on écrit l’histoire, Seuil, 1971, p. 267.

74 Prost A., Douze leçons pour l’histoire, op. cit., p. 80.

75 Ricœur P., Temps et récit, op. cit., t. 3, p. 297.

76 Ricœur P., La mémoire, l’histoire, l’oubli, Seuil, 2000, p. 359.

77 Ibid., p. 311.

78 Ibid., p. 228.

79 Rancière J., Les mots de l’histoire, op. cit., p. 62.

80 Prost A., Douze leçons pour l’histoire, op. cit., p. 289.

81 Commissaire Leissen. 28 mai 1898. Archives maritimes de Brest.

82 Ricœur P., Temps et récit, op. cit., t. 3, p. 253.

83 Halbwachs M., La mémoire collective, cité par Ricœur P., La mémoire, l’histoire, l’oubli, op. cit., p. 151.

84 Aron R., Dimensions de la conscience historique, Plon, 1984, p. 21.

85 Detienne M., Comment être autochtone, Seuil, 2003.

86 Barthes R., Mythologies, Seuil, 1957, p. 231-239.

87 Ibid., p. 231-239.

88 Giard L., Martin H. et Revel J., Histoire mystique et politique, Jérôme Million, 1991, p. 30.

89 Prost A., Douze leçons pour l’histoire, op. cit., p. 306.

Auteur

Université de Bretagne sud

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540