Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mythologies urbaines

 | 
Alain Cabantous

Première partie. Les héros maritimes des villes françaises

Débat. Vendredi 29 novembre, matin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Roland Baetens (question adressée à Alain Cabantous) : Je pense à la crise économique et sociale des années 1840 à Dunkerque. Je voudrais remarquer que Jean Bart est issu du peuple, qu’il parlait à peine le français tout en étant devenu officier de la marine royale et anobli. Cette ascension favorise l’imagination. Ce facteur social a-t-il joué un rôle dans la construction du mythe de Jean Bart ?

2Alain Cabantous : La façon dont Roland Baetens a brièvement résumé la biographie de Jean Bart tendrait en effet à prouver que celle-ci a favorisé très largement l’évolution du mythe. Et ce, y compris sous la IIIe République française, où on estime que, tout en le cachant un peu, sous le règne des rois, la méritocratie avait aussi permis à quelques-uns de s’élever. Ceci dit, Jean Bart n’est pas fils d’un pauvre pêcheur. Il est fils d’une lignée, dont d’ailleurs une branche était espagnole, qui faisait partie de la bonne bourgeoisie dunkerquoise. Cela ne veut pas dire bien entendu que le mérite et la reconnaissance militaire que lui a octroyés la monarchie ne reposaient pas sur sa valeur et sa bravoure personnelles. Mais ce qu’on a de fait valorisé, et de plus en plus manifestement au cours du xixe siècle, c’est que son extraction sociale très modeste ne l’a pas empêché de devenir chef d’escadre sous la marine.

3Sabine Lefebvre (question adressée à Gilbert Buti) : J’ai été très intéressée dans votre intervention en particulier par votre allusion à l’âge d’or et à la reconstruction par M. de Roquebrune de la mythologie de Suffren, car évidemment, pour moi qui suis antiquisante, l’âge d’or évoque des choses extrêmement particulières. Ce qui a retenu mon attention, c’est la reprise de tous les éléments pour construire cette mythologie, un peu comme Auguste par rapport à Romulus. Cette notion d’âge d’or dans l’Antiquité évoque une période de croissance, de prospérité, de paix. Je voudrais donc savoir si dans les textes qu’il a pu laisser, cette notion d’âge d’or apparaît clairement, ou si c’est une formule que vous-même avez employée ? Et si Roquebrune l’a employée, a-t-il fait référence à l’Antiquité ?

4Gilbert Buti : C’est moi qui ai utilisé ce terme d’« âge d’or », pour insister sur le paradoxe de la situation florissante de Saint-Tropez au xviiie siècle, surtout dans sa seconde moitié, en opposition avec sa décadence de Saint-Tropez dans la première moitié du xixe siècle. Ce que souhaite Martin de Roquebrune, c’est finalement ce retour au xviiie, pour faire de Saint-Tropez à nouveau un port actif. Il ne songe pas au commerce, mais à la guerre. Un projet qui se double également d’un appel aux Tropéziens à ouvrir largement de leur cité. Il y a des pages qui sont extraordinaires sur la façon dont il décrit ce que peut devenir Saint-Tropez au début du xxe siècle. C’est quelque chose d’assez étonnant. Il n’a pas du tout été écouté ; il s’est retiré à la fin du xixe à Hyères, où il est mort quasiment négligé de ses concitoyens.

5François Chappé : Vous avez tous mis l’accent sur les écarts entre ce qui s’est réellement passé et les images qu’on s’en est fait. À partir de ce constat, peut-on identifier, non pas des complots, mais des stratégies venant de groupes sociaux particuliers qui ont intérêt à ce qu’on croit que cela s’est passé comme cela ? Peut-on savoir d’où partent ces stratégies identitaires ? Y a-t-il un intérêt social à mentir, à enjoliver ?

6Alain Cabantous : Le cas de Dunkerque est un peu différent de ceux de Saint-Malo et de Saint-Tropez, dans la mesure où je me suis situé sur le temps court des années 1840. Ce qui m’a beaucoup frappé au contraire dans les communications d’André Lespagnol et de Gilbert Buti, c’est la construction des phénomènes dans le cadre d’un temps long, avec une référence simultanée au passé et une sorte de projection dans l’avenir, ce que je n’ai pas ressenti à Dunkerque. Les positions et les évolutions stratégiques dont tu parlais à l’instant, faire prendre comme vrai ce qui est faux, ne procèdent pas, semble-t-il, à Dunkerque du même processus, des mêmes motivations qui animent les deux autres villes portuaires. Il ne s’agit pas là de se référer à un passé économique qui aurait été fabuleux. Par contre, dans le cas du port flamand, comme à Saint-Malo, c’est la référence à la cité corsaire qui importe. La ville rivalise avec les Malouins au xviie siècle, au moment des guerres de Louis XIV, par les richesses apportées par cette piraterie licite. Ainsi les édiles ne font que récupérer des éléments qui existent déjà dans la biographie du personnage de Jean Bart. Il n’y a pas de stratégie à long terme. Ce n’est que progressivement, au cours du deuxième xixe siècle, que des politiques, des érudits locaux, des membres de la Chambre de commerce, ou plus largement des personnes de la région du Nord, ont accaparé le personnage de Bart et construit des stratégies particulières en s’appuyant sur les images anciennes et controuvées.

7André Lespagnol : La construction de la première mythologie urbaine à Saint-Malo s’appuie sur des réalités : Saint-Malo a de fait été une cité corsaire ; Chateaubriand est bien l’un des fondateurs du romantisme ; Jacques Cartier est un personnage historique incontestable. On n’a donc pas besoin d’inventer. Il y a une richesse de la production de grands hommes de la cité malouine pendant deux siècles qui est certaine. Par contre, il y a en même temps une conception sélective, en fonction du noble et du vulgaire, de ce qui a fait la grandeur du passé. Ce qui est mis en avant, c’est un certain nombre de figures qui représentent l’individu héroïque, dans plusieurs domaines : le corsaire, le découvreur, l’écrivain, le savant (Maupertuis, à la fois savant et homme d’aventure…). Ils ont tous un lien à la mer et appartiennent au même milieu social. Le père de Chateaubriand, bien que d’origine noble, a reconstruit sa fortune comme armateur-corsaire, négrier… On bâtit la mythologie à partir d’une réalité ; d’où d’ailleurs la difficulté de la critique historique. Saint-Malo, cité corsaire, ce n’est pas un mythe, mais c’est une partie de la réalité. Ce qui est occulté, ce sont d’autres aspects, jugés par ceux qui construisent le mythe au xixe siècle, un peu triviaux. C’est au fond les bases économiques de ce qui fait une grande cité portuaire, tout le domaine de la grande pêche avec les Terre-Neuvas, la participation des Malouins à la construction de l’empire français des Indes (Mahé de la Bourdonnais), et leur rôle par rapport à l’Amérique espagnole. Curieusement, ils n’ont pas valorisé le fait qu’ils soient les premiers à créer la route du cap Horn, non pas en 1890, mais en 1700. Cela a été occulté parce que ce n’entrait pas dans une aventure guerrière, mais dans une aventure à finalité économique. Je crois que c’est le rapport à l’économique qui fait la ligne de partage. Les héros choisis, alors qu’ils ont pourtant gagné de l’argent, comme Surcouf qui finit riche négociant, le sont en fonction de la bravoure : le marin avec des capacités de tactique, de stratégie, de bravoure, le grand écrivain, le savant… Ce sont les qualités individuelles du héros qui sont mises en avant, et non pas ce qui relève de la dimension collective. D’où la position un peu en porte à faux de l’historien par rapport à la construction de l’histoire locale. Par exemple, actuellement toute une équipe de la DRASM, de la recherche archéologique sous-marine est en train de travailler sur des épaves, sous la direction de Michel L’Hour. Ce qui m’a frappé, c’est que pour développer leur entreprise, ils ont trouvé bon de l’appeler « un corsaire sous la mer ». Quand j’ai essayé de discuter avec M. L’Hour pour lui demander s’il était vraiment sûr qu’il se soit agi d’un navire corsaire, il m’a répondu que ce n’était pas important… Au xxe siècle, la « cité corsaire », ou « un corsaire sous la mer », c’est vendable ; alors que ce qui est trivialement économique l’est moins… Là on voit bien un pilotage par l’économique et non pas par une logique de vérité. Mais je n’y vois pas de stratégie du complot, pour être clair par rapport au questionnement.

8Gilbert Buti : Les groupes qui sont à l’origine de cette mythologie appartiennent à la petite bourgeoisie, à l’élite locale, très proche de la municipalité. Celle-ci favorise les associations, notamment celle de la Bravade, qui ne reçoit aucune subvention de la municipalité, mais qui a loué un local à Saint-Tropez un franc par mois en 1997. La municipalité recherche le soutien du sépun par le rôle qu’il joue localement. Les nouveaux venus participent à cette mythologie pour être admis dans la cité. Il y a donc là aussi un moyen d’intégration. L’actuelle municipalité de Saint-Tropez est dirigée par un homme originaire de l’Ardèche, et il existe énormément de projets pour Suffren, pour les corsaires, avec un très fort soutien du sépun. Il y a donc une stratégie politique qui est inscrite derrière l’agitation de cette mythologie.

9Jean-Marie Le Gall : Je voudrais revenir sur le contraste que vous avez souligné entre la mythologie urbaine, qui retient des personnages, et l’incapacité des activités économiques à entrer dans cette mythologie. Il y a quelques années, reprenant un slogan de Mai 68, un homme politique avait dit : « On ne fait pas fantasmer les gens sur un taux de croissance. » Il y a déjà une incapacité de l’économique à intégrer le mythe, surtout à cette période du début du xixe où se développe la notion de patrimoine, et donc on comprend bien que les grands hommes illustres puissent beaucoup mieux correspondre à cette dimension patrimoniale. En revanche, l’activité économique est utilisée dans les thèmes de la décadence. Dans des villes telles que Saint-Malo, si on avait retenu l’activité économique comme mythe, elle n’aurait pu que nourrir ce discours de la décadence. Or on voit bien que la valorisation des grands hommes de la ville veut au contraire nier cette notion.

10Aude Cordonnier (conservateur en chef des musées de Dunkerque) : Quelle relation ou réaction peut s’établir entre l’édification du mythe local, de la figure du héros, et l’héroïsation, la mythification nationale ?

11Alain Cabantous : Chaque ville participe, par l’édification d’un héros, à la construction d’un panthéon qui dépasse en fait le cadre de la cité. Entre les années 1825 et 1860, presque chaque ville essaie de trouver, avec des modalités particulières, un personnage, qui participe aussi de l’histoire nationale. Cette participation de la petite patrie à la grande nation peut parfois être pléthorique comme dans le cas de Saint-Malo, où se déploie une démultiplication des grands hommes, avec une variation considérable de leur type d’activité et donc de leur signification à la fois sociale et culturelle. Pour Dunkerque, on aurait du mal à trouver une autre personnalité. Michel de Swaën, poète et membre des chambres de rhétorique du xvie siècle, ne correspond pas à ce que l’on recherche : il participe d’un passé non français.

12André Lespagnol : C’est vrai qu’il ne faut pas du tout isoler l’héroïsation d’un certain nombre de personnages au niveau de la petite patrie de ce qui se passe au niveau national. On est de fait au xixe siècle dans une phase où se construit une histoire nationale. Il y a des encouragements à cela ; le gouvernement Guizot – lui-même historien de formation – y contribue. Il y a à la fois un mouvement qui part de la base, dans les villes, et en même temps une impulsion nationale. J’ajouterais une petite nuance pour Saint-Malo : l’un de ses personnages au moins a une dimension extra-nationale ; je pense à la trajectoire du mythe de Jacques Cartier au Canada.

13Gilbert Buti : Pour Saint-Tropez, on a aussi l’arrivée de Mistral qui contribue à la reconnaissance d’une identité provençale. C’est une dimension qu’on retrouve dans tous les petits cercles qui fleurissent à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, et qui vont participer, en lien avec la municipalité, au développement de cet aspect. Il va aussi y avoir une tentative pour héroïser d’autres personnages, qui ont un destin un peu autre. On cherche à trouver des pendants à Suffren, des personnages qui puissent montrer que Suffren n’est pas le seul héros. On trouve par exemple, il y a quelques années, la figure d’un général, le général Allard qui aurait formé l’armée du Mahrajah du Penjab, et Hippolyte Bouchard, le héros de l’indépendance de l’Argentine. Là aussi, c’était l’occasion de montrer l’importance des Tropéziens hors de Saint-Tropez. Et pour l’anecdote, lorsque le gouvernement de l’Argentine a demandé à ce qu’il y ait des recherches d’effectuées, il y a eu une grande déception parce que Bouchard est originaire de Bormes-les-Mimosas et non pas de Saint-Tropez…

14Philippe Nouveau (président de l’Agence d’Urbanisme de Dunkerque) : J’ai été frappé par le fait que, comme vous le disiez tout à l’heure, le thème de la cité corsaire pour Saint-Malo est porteur, puisqu’on va même jusqu’à oublier des géants tels que Chateaubriand ou Jacques Cartier, ce qui est quand même surprenant dans la hiérarchie des personnes. Par contre, si j’ai bien compris, à Saint-Tropez, Suffren joue plutôt un rôle pour les indigènes, les Tropéziens eux-mêmes, pour rappeler leur histoire, alors que le thème de cité rebelle a l’air plus porteur. C’est curieux de voir comment deux choses peuvent évoluer différemment…

15André Lespagnol : L’image « cité corsaire » l’emporte de fait de plus en plus quand on avance dans le xxe siècle. Le thème Chateaubriand a encore une force, mais il l’avait au début du siècle plutôt pour une fraction de la société, alors qu’on est dans une phase touristique socialement limitée, au xixe siècle et au début du xxe siècle. Il y a un lien très fort entre l’image de la cité corsaire et le tourisme de masse, et il faut voir le rôle des médias, y compris du cinéma, à travers les assimilations entre corsaires, pirates, boucaniers, etc. Il y a toute cette image confuse des rebelles de la mer, ce que les corsaires n’étaient qu’à moitié. Il y a là tout un complexe d’images véhiculées à travers le système médiatique du xxe siècle qui est éminemment porteur pour un tourisme de masse. C’est presque trop simple d’une certaine manière, et à partir de là, c’est quelque chose qui tend à écraser le reste, même si la figure de Chateaubriand subsiste dans l’insertion de Saint-Malo dans d’autres types de réseaux et de manifestations : Michel Le Bris ne récuse pas le patronage de Chateaubriand lorsqu’il a fondé « Étonnants voyageurs », qui est une grande manifestation de littérature d’aventure.

16Gilbert Buti : La situation de rebelle de Saint-Tropez, je crois que c’est surtout le xxe siècle qui l’a fortifiée, avec cet aspect aussi de défi à l’ordre social, à l’ordre établi. En même temps, ce terme de défi est repris par les Tropéziens de souche : Suffren aussi a multiplié les défis, et le plus fameux, c’est lors de sa mort. Il n’est pas mort dans son lit. À partir de là il y a tout un mystère. Comment est-il mort ? D’une apoplexie ? D’une saignée intempestive ? Ou au cours d’un duel d’un coup de sabre dans le bas-ventre ? Ce mystère mortuaire se trouvera amplifié dans la mesure où la tombe sera profanée et les restes ensuite dispersés. La statue de Suffren de Saint-Tropez, c’est aussi finalement son tombeau.

17Philippe Meyer (journaliste, invité aux rencontres Mythologies Urbaines) : Je connais assez bien Saint-Tropez, c’est l’un des deux endroits où j’ai une maison, qui vient de devenir une maison de corsaire d’ailleurs grâce à ce que je viens d’entendre. Je serais vous, M. Buti, je ne retournerais pas à Saint-Tropez sans garde du corps très rapproché. Si vous persistez à dire que nous ne sommes pas une cité corsaire, vous allez être lapidé proprement, ce qui d’une certaine manière redonnera ses lettres de noblesse au métier d’historien. Il y a simplement un aspect qui ne contredit pas mais qui précise ce que vous avez évoqué. La bravade, qui a toute l’importance que vous avez dite, est au fond une façon génoise de faire de la politique (en arrière-main), peut-être encore plus depuis la deuxième vague du tourisme, la plus récente, qui avait fait dire à Jean Misler que le tourisme est une industrie qui consiste à transporter des gens qui seraient mieux chez eux dans des endroits qui seraient mieux sans eux. Nouvelle vague de touristes, à la fois par son nombre, par son absence de curiosité et par rapport au touriste de 1892 que Paul Signac a été, puis ensuite tous ceux que vous avez cités. Saint-Tropez, entièrement dévorée par ce tourisme-là, utilise sa tradition et sa mythologie, qui est en effet représentée tous les ans par la bravade de mai, comme une savonnette à vilains. C’est le moment où chacun essaie d’oublier qu’il a vendu son âme au diable et que pour de l’argent, il ferait n’importe quoi, et très au-delà de ce que pourraient imaginer les esprits les plus débauchés. Je connais cette ville depuis que je suis enfant ; c’est ma grand-mère qui avait eu la bonne idée d’y acheter une maison. J’y vais depuis que j’y suis né, j’y ai des camarades avec qui j’ai joué étant jeune, pendant les vacances. Entre ceux qui sont morts d’overdose et ceux qui, pour quelques dollars, vendraient leurs enfants, on n’a pas idée de ce que l’argent a pu faire de cet endroit. On n’a pas idée des réponses que des élèves de dix ans peuvent faire à leurs instituteurs en leur parlant de la médiocrité de leur salaire, et en leur disant : « Quand on gagne ce que tu gagnes, on ne donne pas des ordres. » Un professeur du collège me racontait que, faisant une remarque à un élève de quatorze ans, le gosse lui répondit en se levant : « Ô con, en faisant le plagiste je gagne en deux mois ce que tu gagnes en un an. » C’était d’ailleurs une vision assez optimiste du salaire d’un professeur de collège. Donc, dans cet endroit, qui est au-delà d’être abîmé, la bravade est cette mythologie, qui coûte cher d’ailleurs parce qu’elle nécessite l’acquisition d’un costume qu’il faut entretenir, notamment tous les costumes féminins, toutes les coiffes, toutes les dentelles, tous les travaux de couture, de repassage, inouïs. Saint-Tropez doit être le dernier endroit au monde, même en Bretagne il n’y en a plus, où on trouve des gens qui savent comment amidonner une coiffe. D’ailleurs sur place il n’en reste qu’une. Elle a un cousin à l’Académie française, et je peux vous dire qu’elle est beaucoup plus importante que son cousin. Toute cette fonction de savonnette à vilains donne à cette mythologie quelque chose de plus en plus intense, et de mon point de vue, de plus en plus pathétique.

18Gilbert Buti : Nous partagerons certainement le garde du corps !…

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540